À la Chasse? (PV : Slade Wilson)

Aller en bas

À la Chasse? (PV : Slade Wilson)

Message  Caitlin Fairchild le Sam 3 Fév 2018 - 2:13

Nul besoin d’un expert dans la politique pour voir que les élections de Lex Luthor avaient reconstruit totalement le système américain actuel. Ce n’était pas uniquement des populismes et des controverses qui s’étaient affronté en 2016, Fairchild n’avait pas suivi cette élection, car elle était particulièrement dérangée par le niveau d’hypocrisie général des deux candidats. D’un coté, il avait la réincarnation d’Adolf Hitler qui faisait une obsession nerveuse sur les mutants et de l’autre coté, il avait l’un des pires ennemis de la Ligue des Justiciers. Elle voulait tellement éviter de s’entremêler avec les débats. C’était pour cette raison qu’elle préférait passer son temps sur Netflix à place de regarder les nouvelles et les actualités. En plus, avec les Vengeurs, Carol Danvers faisait toujours sa propagande favorite pour son candidat de rêve. Alors à place de passer du temps sur les discussions pour les opérations, Danvers avait une préférence de faire des Comités du Parti Républicain lors des réunions des Vengeurs.

À la fin de cette élection, Fairchild pensait sincèrement que les discussions politiques et les dysfonctions généralisées du système américain allaient passer à l’Histoire du passé. Bien sûr, Carol Danvers était dans une amertume complète depuis la défaite de son idole, mais au moins, Fairchild pensait sincèrement trouver un temps de répit devant les diatribes ennuyantes des politiciens en herbe. Malheureusement, elle rêvait d’une illusion qui allait se casser rapidement. Si elle pensait que cela allait s’évacuer tout seul, Luthor avait raison de dire que durant son élection, il allait changer beaucoup de choses. Promesse de politicien, cela devenait rapidement une réalité cruciale pour les Vengeurs. Entre Genosha qui devient la propriété des mutants et les représentants Vengeurs du Président, les anti-mutants devenaient la risée de ce monde.

En fuite, chassé et parfois agressés, ils vivaient un peu ce qu’ils avaient fait subir aux mutants depuis les cent dernières années. Fairchild n’avait rien à faire de ce karma, elle pensait sincèrement que les anti-mutants méritaient amplement de subir de tels sorts pour ce que les mutants avaient subi. Caitlin ne pensait pas du tout que le prédécesseur de Lex Luthor, Barack Obama, était une grande figure des anti-mutants. Il était simplement arrivé à une époque où le lobbying anti-mutant était aussi imposant pour qu’il soit comparé aux pro-armes. Devenant une anticipation concrète de la réalité partisane, les anti-mutants avaient acquis une popularité quelconque pour le public de Fox News. Alors une autre réalité s’était inscrite dans la bureaucratie militaire du Gouvernement Américain. Les États-Unis n’avaient pas simplement laisser-vivre le Genosha, ils avaient aussi financé des différentes agences comme le Weapon X.

Maintenant dissolus par le Gouvernement Américain où les docteurs, dignes des cruels médecins nazis, se retrouvaient dans un dilemme plutôt intrigant. Alors pourquoi il avait un tel contexte de la politique? Parce que Fairchild était maintenant assez déchirée entre deux ou trois fonctionnaires se disputant si la vie, d’un certain Michael Richard Wilder, valait la peine d’être conserver. Les anti-mutants avaient perdu leurs ressources, ils avaient maintenant des cibles sur le dos depuis quelques mois. Les fonctionnaires étaient donc partagés entre l’idée de le laisser se faire tuer par le nouveau lobbying pro-mutant, de conserver sa vie pour chercher améliorer la science et finalement de le laisser en vie parce que certains restaient dans l’idée que les mutants méritaient de souffrir.

Donc, c’était pour cette raison que la jolie Caitlin Fairchild se retrouvait au Canada, dans une petite ville canadienne proche de Toronto. Habillée par son costume vert deux pièces, un pour le haut et l’autre pour le pantalon, elle avait remarqué facilement que Michael R. Wilder était en train de la mater. Elle l’avait bien sûr connue à une autre époque, où il avait aussi travaillé avec les scientifiques possédant le moins d’éthiques possibles pour créer des nouveaux « Super-Soldats ». Avec le gouvernement central qui ne voulait plus protéger ce scientifique, certains fonctionnaires du Gouvernement avaient trouvé un certain écho envers les membres du SHIELD. Donc Fairchild avec quelques membres du SHIELD avaient reçu comme mission de protéger Michael Wilder jusqu’à temps que les bénéficiaires de cette idée trouvent une idée afin que le lobbying mutant tente d’arrêter de vouloir le tuer.

« Je ne comprends pas pourquoi votre silence, madame Fairchild. Pourquoi garder un tel mépris envers mon passé quand c’est grâce à moi, que vous êtes devenues cette sublime femme qui travaille dans les Vengeurs? On risque même de travailler ensemble dans les prochaines années, alors à place de garder vos mauvais sentiments envers ma personne, soyez plus redevable et sincère envers ma personne et mon travail. »

Cet homme, de 72 ans, avait toujours un regard malsain envers la jeune rouquine. Il avait même théorisé que les avantages de charmes de Fairchild, venaient de ses expériences pour créer la Super-Soldat parfaite. Peut-être que cela venait du même délire que Natasha Romanoff avec les femmes fatales de la Chambre Rouge, Fairchild préférait l’ignorer avec le temps. Quelques soldats du SHIELD avaient de la compassion envers la pauvre jeune femme devant l’homme vieilli. Selon des rumeurs, il était l’un des plus grands collègues de Nathaniel Essex, l’un des pires monstres ayant touché ce globe. L’ignorance était une bonne manière de travailler avec ce Wilder, préférant lui faire comprendre l’idée qu’elle risque de lui donner une importance similaire quand elle va travailler dans les Vengeurs et dans le SHIELD.

Elle lui en voulait, pas parce que c’était un pervers, ni parce qu’il l’avait harceler pendant des années pour construire la Super-Soldat parfaite, elle lui en voulait uniquement parce qu’elle détestait perdre son temps dans un pays aussi perdu que le Canada. Elle aurait pu passer du bon temps à New York, allé danser, s’occuper de son appartement ou encore s’entraîner au gymnase de Samantha, mais non, elle s’occupait d’un scientifique fou au Canada où les seuls grands divertissements de cette petite ville étaient le Tim Hortons.  

_________________
avatar
Caitlin Fairchild

Messages : 246
Date d'inscription : 04/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum