Contexte Mutant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Contexte Mutant

Message  Diana De Themyscira le Sam 3 Oct 2015 - 13:42

Le Contexte des Mutants

La Situation Mutante dans l’Histoire
L’histoire des mutants est extrêmement difficile à concevoir aujourd’hui. Selon des études récentes, la plupart des légendes humaines construites par la religion, viennent 90% des mutants. Le 10% étant des cas particuliers comme des interventions extraterrestres ou encore des interventions dimensionnelles. Les mutants ont confectionné en large l’Histoire de l’Humanité par des différentes interventions dans le Monde d’hier et d’aujourd’hui. Il est difficile de fixer une réelle date aux mutants, mais pour les premiers mutants ayant été apparus sur la planète Terre, on peut parler de Séléné Gallio, d’Apocalypse et d’Azazel. Ils ont tous façonné une partie de l’Histoire humaine à leurs manières et ils le façonnent encore aujourd’hui par les différents mythes autour de chacun de leurs récits.

Avant 1800, les mutants étaient totalement effacés de l’Histoire, devenant souvent des victimes de la chasse des sorcières ou encore des expériences macabres de certains scientifiques. Bien qu’Apocalypse et que Séléné ont intervenu de maintes fois pour leurs intérêts, Azazel et plusieurs autres mutants ont souvent été des victimes de l’Histoire. À cette époque, plusieurs familles apparaissent que cela soit les Elhonna, les Al Ghul, les Boldarev et ainsi que de nombreux autres. Bien que plusieurs organismes les voient comme des mutants, il ne peut avoir aucune confirmation directe actuellement. Ce qui est dans la certitude de l’Histoire Humaine, c’est que les mutants étaient souvent dans perçus dans une discrimination violente et négative au cours des deux millénaires connus.

La renaissance laisse découvrir à quelques élites politiques les mutants, mais ceux-ci décident de les ignorer croyant surtout aux cas uniques qui ne risquaient pas de se répéter. Durant les années révolutionnaires, l’ignorance est aussi répétée par plusieurs politiciens, malgré une certaine visibilité. C’est vers 1800 que les mutants commencent à apparaitre dans la société civile, mais ce sont surtout les dirigeants militaires et politiques qui les rencontrent. Au cours du siècle, les gouvernements répondent différemment aux mutants. Durant les premières apparitions des mutants, les gouvernements varient beaucoup leurs réponses. Deux réponses sont les plus populaires. L’une des premières reste surtout l’ignorance du problème (Australie, France, Italie, Amérique du Sud) et de l’autre, c’est une réponse discrète, mais violente contre la communauté (États-Unis, les pays orientaux et africains).

Le Royaume-Uni est un cas en particulier avec une tolérance des élites politiques, militaires et régaliennes sur les mutants. Grâce aux implications de la Ligue des Gentleman’s et des différentes dynasties mutantes, les élites politiques ont une vision plutôt positives des mutants. Ainsi cela crée une tradition britannique, qui va s’étendre dans plusieurs pays au fil des décennies. Il existe que peu de visibilités pour la population civile de voir les mutants, mais à cette époque bien sombre, Weapon Plus commence à prendre une certaine importante dans plusieurs pays occidentaux.  

Les Mutants dans la seconde guerre mondiale (1930-1945)
En 1930, une nouvelle visibilité commence, mais surtout par les dirigeants politiques. La plupart des pays les plus riches essaient maintenant de construire les mutants en figure de soldat. Cependant à cette époque, les régimes totalitaires (Staline et Mussolini) essaient d’effacer toute trace des mutants par des exportations ou des exterminations. À la naissance du régime nazi jusqu’à sa descente en enfer, les mutants étaient exterminés dans les pays occupés du régime totalitaire. Cette époque restera bien sombre parce que des familles polonaises ou allemandes mutantes n’ont jamais pu prendre une place similaire à la Dynastie Gallagher ou à la Dynastie Gruff comme au Royaume-Uni. La création des super-soldats était aussi plus intéressante pour plusieurs pays que faire confiance aux mutants.

Dans quelques pays, on retrouvait quelques régiments de soldats mutants comme au Canada, au Royaume-Uni et même aux États-Unis durant la seconde guerre mondiale. Leurs histoires écrites restent souvent difficiles à lire par le rejet de plusieurs colonels militaires de leurs frères d’armes humains. Le film Mutant et Soldat, réalisé par Stanley Kubrick en 1988, relate l’une de ses histoires qui restera dans la mémoire de plusieurs cinéphiles ou historiens. Aujourd’hui, les critiques sont très nombreuses par l’utilisation des gouvernements pour des méthodes guerrières à l’époque de la seconde guerre mondiale.

Les politiciens en questionnement (1945-1965)
Après la seconde guerre mondiale, aucun politicien ne peut ignorer la montée démographique des mutants dans la société civile. Les politiciens occidentaux se posent de nombreuses questions sur les mutants, rentrant dans les débats de sécurité pour plusieurs et parlant même de recensement autour d’une liste des mutants connus. À cette époque, cela devient bien plus difficile pour les pays impliqués dans la guerre froide. Le Gouvernement Soviétique commence des expériences sur les mutants et sur les mutés pour voir de nombreuses transformations monstrueuses afin de confronter les États-Unis. Aux États-Unis, les politiciens restent surtout dans la confusion, ils donnent une certaine importance à l’Arme X pour construire des armes et rivaliser avec les armes soviétiques. Arme X se montre aussi dangereuse et intolérante au niveau des créations que l’Union Soviétique.

De plus, cette organisation accentue son influence dans plusieurs pays, en se camouflant souvent dans une milice privée. La plupart s’est surtout trouvée active au Canada, vu le large territoire, il était facile de transporter des mutants dans des coins isolés pour se débarrasser du problème mutant. De plus, Genosha, un pays lourdement mutanphobe, offrait une possibilité aux différents gouvernements de se débarrasser du problème mutant en les envoyant vers leurs camps. Bien que de nombreux pays et entreprises se sont lancés dans cette initiative, le traumatisme du régime nazi fait désister plusieurs gouvernements de cette politique.

Les Gouvernements varient ainsi leurs réponses envers les mutants. Quelques gouvernements préparent surtout des documentaires positifs comme le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie et même l’Allemagne dans le but de préparer surtout une normalisation des liens sociaux avec les mutants. Dans d’autres pays, ils ignorent encore beaucoup le problème comme les États-Unis, mélangés par la crainte des pouvoirs, mais aussi par la crainte des communistes. D’autres pays ignorent le problème mutant, surtout pour éviter un nouveau problème social, comme en Italie, en France et ainsi que de nombreux autres pays. L’Asie est plus en phase de dictature après la seconde guerre mondiale, la discrimination est toujours mise en place avec une certaine cruauté. Finalement l’URSS devient surtout un centre pour les expériences autour des mutants.

En 1960, un groupe du nom de la Confrérie répond surtout pour répondre aux différentes menaces des mutants comme l’Arme X, les gouvernements expérimentaux et ainsi que la discrimination négative et violente dans plusieurs pays.
 
Le Problème Mutant (1965-1978)
Le 8 Décembre 1965 reste une date très importante pour les mutants. L’ONU reconnait l’existence des mutants à cette date par le Rapport Degrid. Bien que certaines communautés mutantes étaient visibles, sa confirmation mondiale arrive dans des années plutôt charnières de la guerre froide. Le Rapport Degrid fait des propositions plutôt progressistes autour des mutants, mais les théories du complot et la peur accompagnent beaucoup les politiciens et les citoyens autour de ce nouveau problème. Le débat fait ainsi ravage dans plusieurs pays. Les pays démocratiques font surtout le débat sur la place publique et devient rapidement un enjeu sécuritaire. Aux États-Unis, beaucoup de craintes s’animent, surtout par l’apparition de la Confrérie en groupe terroriste. Certaines autres démocraties fonctionnent souvent au recensement, mais le manque de moyen et le gène X qui s’improvise un peu partout, ne permet pas du tout un recensement fonctionnel.

En Europe, on retrouve une autre ambiance après le sauvetage de multiples bases militaires par l’avertissement de Xavier sur la Confrérie. Le Royaume-Uni commence surtout une politique positive des mutants, cherchant à favoriser le climat social. L’Allemagne suit la même logique avec de nombreux documentaires positifs sur les mutants et sur leurs implications. Le Canada et l’Australie suivent un mouvement similaire à la tradition britannique avec une acceptation globale. Cependant comme dans la plupart des pays occidentaux, les mouvements conservateurs et réactionnaires s’affichent clairement pour mettre plus de sécurité contre la menace mutante.

Dans les pays autoritaires ou totalitaires (Chine, URSS), le recensement est souvent obligatoire avec un grand mouvement politique anti-mutant. Si dans certains pays, les élites politiques ne cherchent pas à se mêler au débat, la population civile s’en mêle. L’un des exemples les plus frappants reste surtout dans le massacre de la Famille Naughami en Inde vers 1971. Plusieurs politiciens se montrent aussi plus agressifs, dont les mouvements ultranationalistes en Asie ou encore les Maoïstes qui parlent parfois de la théorie Ultimate : « Les mutants ne sont pas des êtres naturels, ils ont été construis par le régime nazi et le régime impérial japonais. » Cette théorie se retrouve parfois dans les discours les plus extrémistes en Occident. Plusieurs mutants visibles et physiques sont visés par une certaine violence (Morlocks) et la Confrérie apparait ainsi pour devenir un problème dans plusieurs pays.

La Justice League et le changement de cap (1978-1994)
La création de la Justice League change beaucoup dans la condition mutante. Il existe quelques meneurs dans la communauté mutante, mais aucun ayant pris un symbolisme aussi important que Martin Luther King. C’est surtout par la Justice League que de nombreux pays changent de cap autour des mutants. Bien que le groupe ne soit pas mutant dans la totalité, Jean-Paul Beaubier, Dinah Lance, Ororo Munroe et ainsi que plusieurs autres favorisent à une image positive des mutants dans la société civile. Le Gouvernement Américain, tant chez les démocrates que les républicains, accepte les mutants dans la société. Les études scientifiques sont aussi unanimes autour des mutants à cette époque, faisant surtout évoluer le débat dans les universités et dans les organismes internationaux. Les pays occidentaux et sud-américains sont dans une évolution positive des droits mutants.

L’Afrique et l’Asie ont beaucoup plus de difficultés à changer leurs politiques envers les mutants, mais l’URSS essaie aussi de changer ses politiques pour les rendre moins hostiles aux mutants. Cela reste bien plus difficile que prévu et la fin du bloc soviétique amène un soulagement dans la communauté avec le retrait des politiques rouges sur les mutants. Une amélioration des droits humains s’avance rapidement et se confirme quelques années plus tard de la fin du communisme.

La Reconnaissance des Droits et le Progressisme (1994-2010)
Le 11 Janvier 1994, l’ONU avec l’intervention du Rapport Mohinder, change la donne politique. 190 pays acceptent de voir les mutants comme des êtres humains à part entière et cela donne ainsi un second souffle au progressisme. Après cette date, les mutants sont perçus comme une réalité sociale, difficile à écarter. L’Arme X et les Maraudeurs ont beaucoup de difficultés à suivre par la suite, surtout par la création des X-Men et l’implication de la Confrérie. Au fil du temps, les mutants deviennent une réalité scientifique que peu de gens repoussent, bien que certains politiciens puissent encore en parler. Certains mutants prennent aussi une importance dans le milieu intellectuel, artistique, scientifique et politique, devenant parfois les nouveaux modèles de plusieurs geeks. Les mutants vivent vraiment une acceptation globale des mœurs et un désir des politiciens de construire un meilleur monde avec ceux-ci. L’Occident, l’Amérique latine et l’Afrique (Grâce au Wakanda) font des progrès énormes à cet effet. Peu de chroniqueurs sérieux font des amalgames entre les Confréristes et les mutants aujourd’hui. Même les survivants des Morlocks reçoivent une aide particulière communautaire ou politique depuis de nombreuses années.  

Un retour au conservatisme? La fin de la Confrérie? (2010-)
Avec l’arrivé des Vengeurs, il est possible de se questionner sur l’avancé des progrès sociaux pour les mutants. Plusieurs visages plus médiatiques des Vengeurs dénoncent souvent les mutants et croient en leurs nuisances dans la société civile. Cependant, malgré que William Stryker a été élu comme Gouverneur et qu’il a présenté un projet de recensement, les mutants sont toujours accepter avec une certaine facilité dans la société civile. L’une des raisons pourquoi le recensement de Stryker est volontaire et non obligatoire, est surtout l’effort de plusieurs humains et mutants de refuser un projet réactionnaire. Malgré la « fin » de la Confrérie, il est difficile à la communauté mutante de faire confiance aux Vengeurs avec des personnalités comme Stark ou Danvers. Cependant, la perception des mutants ne risque pas de changer négativement pour les prochaines années. Les réactionnaires peuvent toujours exister, mais le respect des individus est bien plus actif et trop avancé pour reculer.

_________________
avatar
Diana De Themyscira

Messages : 777
Date d'inscription : 20/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum