La louve et l'Assassin [PV : Sara Sandrelli]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La louve et l'Assassin [PV : Sara Sandrelli]

Message  Michelle J. Drew le Mar 12 Avr 2016 - 1:04


La louve et l'assassin

« J’arrive rarement à me couper de tous contacts depuis quelques mois. Avant, c’était facile : Je pouvais méditer toujours quand je le désirais pour me calmer mentalement ou même de quelques blessures physiques. Aujourd’hui, cette médiation est plutôt difficile et je ne sais pas comment le décrire parfaitement. C’est assez unique dans son genre et je n’aime pas trouver des mots qui sont souvent placés dans la bouche des psychologues. Je me plais souvent à dire que je suis capable de tout traverser de cette époque, que je suis prête à passer dans une autre étape de ma vie et surtout que je suis capable d’avoir un autre regard que les assassins dans ma vie. Je me suis toujours apprêtée souvent à un autre jeu dans ma vie, et ce jeu est souvent quelque chose qui me manque beaucoup pour me donner un second souffle. Je sais depuis très longtemps que ma biologie me permet de couper durant plusieurs nuits et bien que j’en profitais énormément durant mon ancienne vie, elle est une source de malaise quotidienne aujourd’hui. L’incapacité de me reposer la tête ne me permet pas d’être pleinement en forme. Je sais qu’au moins, je peux me trouver quelques activités amusantes durant mes sorties nocturnes. J’ai de multiples choix pouvant plaire à tous les animaux sociaux de l’Institut Xavier.

Si certains suivent le conformisme habituel de dormir durant la nuit, d’autres aiment mieux en profiter pendant que les gamins de l’Institut dorment. J’ai toujours apprécié de découvrir le local des X-Gardiens où ils profitent beaucoup de leurs nuits pour jouer aux divers jeux vidéo ou encore à leur petit billard. Ils sont amusants et ils m’aident souvent à m’humaniser malgré que je ne comprends pas tous leurs délires et références. Je décide parfois de prendre du temps pour moi dans ma chambre d’invité. Les X-Men ont été assez gentils pour me livrer un petit domicile tranquille avec tout inclut. L’internet est un instrument intéressant quand on décide de le voir comme un divertissement et non comme un outil de communication pour les canaux des assassins. Mon autre activité préférée est dans l’entraînement nocturne. Je passe beaucoup de temps dans des locaux souvent vides comme le gymnase ou la cuisine durant la nuit, uniquement pour retrouver une aisance que je semble avoir perdu depuis le temps.

J’aime aussi passer du temps dehors pour profiter du silence et des rares contacts, mais tout ce que je retrouve le plus proche de la médiation, c’est dans des répétitions toujours aussi calmes. J’ai ce petit plaisir dans ma vie et elle se retrouve dans cette passion de me retrouver encore aujourd’hui. C’est moins pratique pour la discrétion, mais au moins, j’ai l’espoir de m’améliorer dans le but de retrouver ce calme que j’avais avant. D’un habit plutôt sobre, chandail noir court et pantalon de la même couleur que mon chandail, cheveux attachés avec un petit élastique, j’ai commencé doucement par des exercices avant de me concentrer sur les cerceaux au plafond.

J’ai toujours apprécié cette diversité dans leur gigantesque gymnase, cela me rappelle les petits spectacles de cirque que j’ai pu voir par Youtube. Je pense parfois que c’est pour rendre Kurt nostalgique, mais bon je n’aime mieux pas trop réfléchir sur le passé des autres. C’est le temps de vider mon esprit pour essayer de parfaire le mieux quelques mouvements simplistes. À l’autre bout de la salle, j’aperçois une blonde dans d’autres modules d’entraînements. Parfois en prenant plus d’élans pour augmenter ma vitesse et d’autres fois pour rester immobile la tête en bas, j’entends parfois des grognements de ladite blonde et avec mon ouïe, on dirait qu’une frustration s’accumule par ses mouvements au loin. Je prends quelques minutes perso avant de prendre mon potentiel courage et socialisation pour aller vers celle-ci.

Je me dirige tranquillement vers la blonde, toujours avec un visage plutôt neutre et un regard un peu vide. Ce n’est pas dans ma nature d’être aussi sociale, mais les X-Men m’ont encouragé à aller plus loin que ma misanthropie habituelle.

« Tu vas bien? Tu as de la difficulté pour un mouvement ou c’est à cause d’une blessure? »

Ce n’est pas la meilleure ouverture de tous les temps, mais c’est quand même un bon début. Les X-Men encourageaient souvent les initiatives personnelles vers les autres, j’espérais uniquement ne pas créer un petit malaise dans mon début de dialogue. Elle est blonde et ce n’est pas Paige Guthrie ou Amara des X-Men. Au premier regard, je vois bien que sa physionomie est différente comme celle des mutants lupus, pour le reste, je ne la connais pas. J’essaie de déposer un sourire quand elle tourne le visage vers moi pour paraître plus sympathique.   »

_________________
avatar
Michelle J. Drew

Messages : 976
Date d'inscription : 20/10/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La louve et l'Assassin [PV : Sara Sandrelli]

Message  Sara Sandrelli le Mer 1 Juin 2016 - 15:51


« Toute la journée, Sara avait accumulé la frustration: il y avait quelques temps de ça, lors d'un entraînement en pleine nature, elle avait fait une lourde chute et était très mal retombée. Son poignet droit avait reçu tout son poids et même si elle était relativement fine, elle était taillée tout en muscle et plus lourde que ce qu'elle paraissait. Sous le choc, l'articulation avait manqué de se briser. Malgré les soins qu'elle lui avait apporté, elle avait du mal à s'en remettre. Elle était certes gauchère dans la vie quotidienne, mais en combat, tous ses membres lui étaient nécessaires: c'était une louve et elle avait besoin des quatres membres pour rester stable. Alors, c'était systématique: lorsqu'un exercice quelconque lui demandait de l'équilibre, c'était peine perdue. Elle finissait à terre ou ratait totalement son coup. Déjà, à la cafétéria, ça avait été une galère pas possible pour se servir à manger, puisqu'elle avait encore de la difficulté à fermer la main correctement et qu'elle ne pouvait tenir son plateau que de sa main valide. Elle avait du demander de l'aide et elle avait horreur de dépendre de qui que ce soit. Elle avait donc espéré pouvoir évacuer un peu sa mauvaise humeur en salle.

C'était tout naturellement qu'elle s'était dirigée vers le gymnase. Habituellement, elle préférait les entraînements en forêt, mais elle était consciente de sa faiblesse et savait qu'il valait mieux rester à l'intérieur. Elle ne voulait pas s'attirer d'ennuis, ni en attirer à l'Institut. Elle les aimait bien malgré tout, ils étaient tous plus ou moins sympathiques, cet endroit la rassurant et cela faisait tout de même deux ans qu'elle était ici sans qu'ils ne lui demandent rien. Elle leur devait de ne pas les mettre en défaut par simple orgueil. Concentrée sur ses mouvements et confiante malgré tout au sein de l'établissement, elle ne prêta pas attention à la jeune femme qui pénétra dans la salle. Elle avait choisi un module basé sur des réflexes de défense simples. Le début se passait bien: elle esquivait plutôt bien les coups, parvenait à rendre correctement. Puis la vitesse augmentait et, à chaque fois, elle finissait par terre: en effet, il fallait qu'elle utilise ses deux mains pour parer une des attaques, or parer lui faisait mal. Elle ne savait pas comment la parer autrement qu'en positionnant ses deux bras en avant d'elle. A chaque choc, la douleur était intense, Sara perdait l'équilibre et perdait son combat. Agacée, elle finit par jeter le bandeau qui retenait sa frange au sol et soupira. C'est alors qu'elle se rendit compte que la jeune femme de tout à l'heure était derrière elle: cette dernière venait de lui poser une question. Sara la regarda, hésitant à répondre: devait-elle avouer qu'elle était blessée? Devait-elle dire que l'exercice était trop difficile? Pouvait-elle faire confiance à cette inconnue? Car si, pour la plupart des gens ici, cette brunette était familière, Sara ne se préoccupait pas vraiment des histoires extérieures et n'avait pas grande idée des différentes organisations existantes. Aussi, elle n'avait aucune idée de qui elle était. Elle l'observa un instant: attitude neutre, tentant de paraître naturelle, avec un sourire poli. Elle avait l'impression de se voir quand elle abordait quelqu'un. Aussi, elle lui rendit un sourire timide et un brin frustré.

« Je suis mal tombée il y a quelques jours. Mon poignet droit est encore douloureux et je n'arrive à rien sans tous mes membres. J'aimerais en profiter pour travailler le combat en étant blessée, mais... » Se rendant compte qu'il allait falloir qu'elle avoue qu'elle n'arrivait pas à faire quelque chose, elle avala difficilement sa salive. Sara tenait du loup une personnalité fière et avait beaucoup de mal à avouer ses faiblesses. « En fait, je ne sais pas parer une attaque autrement qu'en faisant bouclier avec mes bras. » Elle se retourna pour aller récupérer son bandeau. « Dès que le module augmente en vitesse, je me fais avoir. »

Elle grogna légèrement, sorte de bougonnerie envers elle-même. »

_________________
Even if you think I'm tamed, I will never be.
avatar
Sara Sandrelli

Messages : 43
Date d'inscription : 16/07/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La louve et l'Assassin [PV : Sara Sandrelli]

Message  Michelle J. Drew le Ven 17 Juin 2016 - 0:23


La louve et l'assassin

« Il faut bien avouer un petit problème dans ce que je suis. Il m’arrive difficilement à comprendre les défis individuels des autres. Chacun cherche dans les X-Men recherche de trouver un aspect particulier selon les capacités offertes. Je ne fais pas trop attention aux étudiants, parce qu’ils me laissent la plupart très indifférente à leurs situations. J’aime appartenir à l’aspect des combats, c’est quelque chose qui me façonne et c’est pour cette raison que j’intéresse les X-Men, c’est pour cette raison qu’Emma Frost est venue me chercher et c’est aussi pour cette raison que je continue dans cette vision de moi-même. Souvent des bien-pensants de ce Monde ne croient pas à la définition de l’être humain dans le combat, mais ils écartent ainsi la réalité des assassins, des groupes de défenses, des combattants sportifs ou même des individus qui ont la définition de se battre pour avoir ce qu’ils veulent. Ce sont les personnalités que j’aime toujours autant rencontrer, ils sont dans une perspective qui se balance entre la survie et le meilleur de soi-même. Ils cherchent souvent à s’améliorer à place de se stagner dans une fierté souvent artificielle pour moi.

J’aime les êtres qui veulent toujours se dépasser, malgré que je puisse connaître les dangers de cette envie sur soi-même. Les blessures sont souvent les sujets à surveiller le plus dans les probabilités de risques de blocages chez la plupart des êtres humains. Bien que je puisse être épargné vu ma régénération, il existe quand même des risques vu que je ne suis pas celle qui se régénère le plus vite. Les articulations, les blessures, la profondeur d’un coup ou encore les points sensibles comme les yeux sont toujours des faiblesses capitales chez la plupart des êtres humains. Je ne peux pas donc être totalement épargner.  

La demoiselle devant moi est mystérieuse. Sa posture me fait penser à une mutation physique et vu ses mouvements, elle doit être plus souplesse qu’un être humain normal. Je n’ai pas pris beaucoup de temps à l’analyser, parce que ce n’est pas vraiment de regarder tous chez les autres, je connais bien les effets de surprises qui peuvent être plus importantes que des analyses primaires. Je suis aussi assez respectueuse envers la jeune mutante pour éviter de tout l’analyser entièrement pour éviter de rentrer dans ses faiblesses. Elle s’était entraînée sur un module installé par les X-Men pour un entraînement plus spécialisé dans le combat. Elle m’explique aussi rapidement ses maux qui se définissent à la fois par une blessure au poignet droit et par aussi ses mécanismes de défenses bien précis : Elle se concentre sur le blocage à place de penser à une esquive.

Elle semblait aussi avoir beaucoup de mal de voir une perspective de combats avec blessures. Je peux la comprendre sur le coup, surtout quand on est habitué de se défendre avec la totalité de nos moyens. C’est pour cette raison que plusieurs des combattants professionnels refusent de combattre sans se sentir complètement à l’aise avec leurs capacités. Je regarde un moment son poignet avant de poser un regard sur le module. Je perçois son grognement léger à cause de la situation. Je suis en réflexion pendant quelques secondes sur comment je peux intervenir vraiment. Je n’ai jamais été réellement en phase avec l’idée de devenir moralisatrice dans le but de donner des leçons moralisatrices.

« Bah, ce que j’ai vu de toi sur le coup, c’est que tu as une bonne endurance, force et vitesse. Mais, je n’ai pas envie de faire trop moralisatrice sur ta situation. Mon expérience est plutôt unique et peut-être que ces conseils ne vont pas trop t’aider parce que j’ai surtout travaillé mon propre style… » Je marche timidement vers la machine de combat pour essayer de recopier un peu le scénario que je pouvais comprendre de sa démarche. « Je suis un peu plus petite que toi, mais je pense que tu peux travailler sur une autre méthode défensive, qui peut t’épargner tes bras. » J’essaie d’abord de lui donner un exemple avec le module avant tout, allant surtout dans uniquement des esquives pour éviter d’être toucher directement par son adversaire. Après des démonstrations plutôt simples, je dois trouver des mots pour bien expliquer mon exemple. Je me retire de la proximité du module pour reprendre place proche de la louve.

« J’ai souvent affronté des ennemis avec une force brute considérable, alors les esquives sont souvent pour moi la solution la plus évidente et je pense que c’est une bonne alternative pour toi, surtout avec ton poignet douloureux. Si tu veux, on peut s’entraîner ensemble, cela va être moins rude contre le module. En tout cas, je ne veux pas t’obliger si tu te sens plus à l’aise avec le module, je peux te laisser. »


Je sais que mon plus grand point faible se définit surtout par mon manque de socialisation, alors je propose quand même une idée de s’entraîner ensemble avec de la discussion, ce qui peut nous ramener à améliorer nos deux difficultés qu’on affronte actuellement. J’essaie de lui faire un sourire naturel, malgré que je sache qu’il peut sembler faux.   »

_________________
avatar
Michelle J. Drew

Messages : 976
Date d'inscription : 20/10/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum