Petit plongeon matinal

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Petit plongeon matinal

Message  Leandra Albarez Muñoz le Mer 2 Sep 2015 - 14:12

Quand il me fait son discours cliché sur faire ce qu’on aime, je me surprends à être légèrement jalouse. Non pas tant qu’il soit un X-Man et pas moi. Je ne suis pas certaine d’avoir ma place dans une équipe pareille et ce pour autant que je puisse admirer leur travail. C’est plus la certitude avec laquelle il déclare qu’il a trouvé sa voie qui me rend envieuse. J’aimerais bien avoir ne serait-ce qu’un dixième de ses convictions. Un quelque chose qui me motive réellement dans la vie. Alors bien sûr, je l’ai dit moi-même, je suis encore jeune et je sais parfaitement que ne pas avoir de passion dans la vie à quinze ans n’est pas dramatique mais, depuis mon arrivée à l’Institut je suis entourée de gens qui savent exactement ce qu’ils veulent faire de leur vie alors forcément c’est difficile de ne pas faire la comparaison. Et résultat, pas en permanence, mais de temps à autres la jalousie pointe le bout de son affreux nez.

Mais bon, après le résultat de ma dernière crise de jalousie (cf la défiguration de ma sœur), je contrôle mes ardeurs, s’agirait pas de créer un nouveau drame. Et ce même si à l’intérieur de l’Institut je doute qu’on en arriverait là. Après tout, si je venais à (in)consciemment attaquer quelqu’un, la personne pourrait très probablement se défendre. Et au pire, il y aurait bien quelqu’un pour nous séparer et appeler un prof pour m’aider à reprendre mes esprits. Néanmoins l’idée de me faire remonter les bretelles par Logan post-catastrophe est presque suffisante en elle-même pour retenir mes pulsions.

Ensuite vient le tour du discours sur le dénommé Casey et il me laisse perplexe. Le mec est pas doué en cuisine ? Bah moi non plus et j’en fais pas des montagnes. Et puis ça veut dire quoi me créer des séquelles au cerveau rien qu’en causant ? Que je vais rien suivre à son blabla et me taper une migraine pas possible en conséquence ? Rien qui ne change de d’habitude j’ai envie de dire. Parce que, sans aller plus loin, une bonne partie de ce que raconte Francis depuis le début de notre conversation me passe très au-dessus de la tête. D’ailleurs, je commence à fatiguer accrochée au rebord de la piscine pour papoter. Résultat, je me hisse jusqu’au rebord pour m’y asseoir. Quitte à causer, autant être le plus confortable possible. D’façon, il a déjà pu observer mon horrible maillot donc je n’ai plus rien à cacher. Désormais plus à l’aise, j’essaye d’en apprendre un peu plus sur celui que Francis me présente presque comme un extraterrestre tout droit arrivé d’une autre planète.

-Euh et en quoi il est dur à suivre ? Il parle de trucs que personne ne capte tellement c’est avancé ? Il cause trop vite ? Un peu des deux ?

Non parce que j’ai croisé une fille à la clinique de Quito qui intégrait les informations trois fois plus vite que la normale et résultat son processus de réflexion en était triplé. C’était l’bordel pour parler avec elle ! Parce qu’elle avait beau être un génie, elle avait toujours trois longueurs d’avance et ne comprenait pas pourquoi tu ne captais rien à ce qu’elle te racontait. Le pire c’est qu’elle te regardait pas vraiment de haut, elle avait juste cet air ahuri de celui qui essaye de comprendre un problème trop complexe pour lui. Oui je sais c’est ironique. Elle pouvait résoudre des équations à trois inconnues et elle était incapable de capter qu’un être humain normal ne pouvait pas suivre son rythme de pensée. Enfin, à la fin tu perdais toute envie de discuter avec elle. Parce que vous je ne sais pas mais moi me sentir comme la dernière des crétins ça va cinq minutes, après je vais voir ailleurs si j’y suis.

Ce qui signifie que si le fameux Casey est du même style, j’abandonne de suite l’idée d’aller le trouver pour une séance de gym à deux. Tiens j’y pense sinon, rien à voir, mais pendant qu’on parle de mutations étranges, je ne sais même pas quelle est celle de Francis. En gros, je le connais parce que c’est un peu le boulet officiel de l’Institut et que son humour douteux est difficile à ignorer même avec toute la bonne volonté du monde mais côté pouvoir nada. Je pose donc la question. J’espère juste que l’interroger sur sa personne ne va pas enfler encore un peu plus sa tête. Non parce qu’il ne faut pas être un génie pour comprendre que le mec est gentil mais un peu narcissique sur les bords. Enfin, s’aimer n’est pas un mal, au contraire. S’agit juste de ne pas abuser de l’amour de soi.

-En parlant de mutations, si c’est pas indiscret, tu peux faire quoi toi ? Tu sais déjà quelle est ma merveilleuse capacité alors je suis assez curieuse de connaître la tienne.
avatar
Leandra Albarez Muñoz

Messages : 108
Date d'inscription : 23/06/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit plongeon matinal

Message  Francis A. Michaels le Mar 8 Sep 2015 - 0:04

Je peux facilement comprendre la difficulté d’être dans un milieu de ce type quand on est plus jeune, surtout quand on connait les X-Men. Quand je suis arrivé ici, je n’avais pas vraiment d’idées de devenir une membre d’une force de sécurité pour un groupe comme les X-Men. Je ne regrette aucunement de faire parti de cette carrière, mais rien n’était vraiment prévu d’aller vers ce sens. Si on m’avait dit à quatorze ans que j’allais devenir un membre de l’équipe des X-Men avec mes amis d’enfances, je pense que seul le rire correspondait à ma réaction du passé. Je me suis vraiment rendu à l’Institut Xavier dans l’idée de suivre l’éducation de ma grand-mère. À une époque, elle était vraiment la seule à m’avoir aidé pour contrôler mes pouvoirs et elle était aussi la personne qui avait trouvé une bourse à l’Institut Xavier.

Toronto était peut-être loin de New York, mais je pense que le plus important était surtout son importance dans ce choix. Je suis vraiment devenu meilleur par cette école, je ne crois pas que j’aurai pu développer autant de talents et d’amitiés sans cette école. Je ne parle pas uniquement des entrainements intensifs, je pense surtout à mes attitudes sociaux ou encore à compléter ma vie d’une façon plus importante. Plusieurs étudiants essaient de faire une formation dans les X-Men et de nombreux échouent par le manque de préparation mental ou encore par les attitudes physiques limitées. Alors ses étudiants cherchent d’autres domaines et ils œuvraient pour une carrière selon leurs domaines de prédilections. Je crois honnêtement que l’Institut Xavier offre de multiples choix, on doit juste en prendre l’opportunité vu toutes les carrières possibles.

Je ne sais pas ce que Leandra cherche encore, elle m’a confirmé qu’elle veut surtout spécialiser son anglais avant de suivre une carrière, mais je ne vois pas où qu’elle peut se diriger encore. Peut-être qu’elle va poursuivre une carrière plus civile et que je ne vais plus la voir trop souvent quand elle va entreprendre des travaux dans les universités new yorkaises. Il existe aussi des chances qu’elle devienne une recrue pour les X-Men. Je crois vraiment qu’elle doit se laisser un temps d’adaptation avant de choisir ce qu’elle désire confectionner pour son futur.

En train de s’épuiser de me parler, elle décide doucement de s’asseoir à place de continuer à se baigner. Je peux comprendre ce sentiment, je suis tellement intelligent, cela doit vraiment lui prendre une grande concentration pour comprendre tout mon génie. Et en parlant de génie, elle touche encore quelques mots du diabolique Casey! Je ne peux qu’avoir pitié pour la pauvre Leandra qui cherchait vraiment à le rencontrer. Elle se questionne quand même sur le danger de radioactivité de ce petit monstre et je peux facilement la comprendre.


« Il peut être vraiment sympa, mais il parle beaucoup et il cherche à plaire. C’est un gamin un peu perdu, il peut donner des migraines, mais il veut bien faire. Il cause trop vite et parfois il va sur des sujets vraiment bizarres, mais si tu veux faire des activités plus gymnastiques, il est parfait pour ce rôle. »


Je ne veux quand même pas être le méchant qui peut enlever le peu d’amis que Casey peut avoir. Il est peut-être énervant et blond, mais je peux quand même l’aider à avoir des contacts sociaux avec le reste du monde. Bon Casey est peut-être bizarre, mais Leandra doit l’être aussi. Alors, on finit quand même avec l’un des couples les plus bizarres de tous les temps qui font des activités étranges au gymnase. Après, on peut créer la devise que les bizarres s’attirent, c’est bien le cas avec les X-Gardiens. C’est pratiquement empirique!

Après elle me pose plus une question sur mes pouvoirs. La question est bien amenée pour discuter de mes pouvoirs vus tout l’enthousiasme qu’elle met. Je n’ai jamais trouvé mes capacités formidables devant la plupart, mais je trouve qu’ils servent efficacement surtout vu mon apprentissage à l’Institut Xavier. Je peux améliorer ma force et changer ma peau, mais je crois que c’est surtout la maitrise de mes capacités et de mes attitudes physiques qui m’ont donné tant de possibilités dans les X-Men.


« Mes pouvoirs sont assez simples. Dès que je touche un métal ou autres, ma peau se transforme en cet élément. Avec cette transformation, je peux devenir plus fort, plus agile ou plus rapide dépendant de la modification biologique faite. J’ai plus l’habitude de transformer avec des métaux pour augmenter ma force durant les missions X-Men. Je n’ai jamais vérifié pour ma force, mais je crois que je peux détruire des camions de livraisons. Et toi, tu fais quoi de bon? Mutante animale? Mais est-ce que tu en sais plus? Tu pourrais te transformer en grosse boule de poil comme Hank? »

C’est quand même classe une grosse boule de poil, bien que je ne crois pas que la gente féminine soit attirée par ce genre de transformations. Je sais bien que Leandra a une mutation proche des félins, mais je ne me suis jamais beaucoup intéressé pour en savoir bien plus de détails. Alors on a maintenant du temps pour en découvrir plus.

_________________
avatar
Francis A. Michaels

Messages : 215
Date d'inscription : 26/04/2015
Localisation : Institut Xavier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit plongeon matinal

Message  Leandra Albarez Muñoz le Lun 14 Sep 2015 - 12:38

Bon, les explications de Francis sur Casey sont tout de suite un peu plus claires. En gros le mec est strange, doué en gymnastique mais en mode chiot surexcité pour le reste. Bah oui, qui veut plaire en faisant tout toujours trop vite et en finissant les quatre pattes en l’air ? Un chiot en recherche d’affection. J’en ai vu suffisamment au village pour savoir exactement comment les gérer. Il suffit de prendre son mal en patience et leur demander de se calmer en leur expliquant que rien ne sert de tout vouloir faire à la fois au risque de ne rien réussir. Bon, après le chiot en question comprend ou ne comprend pas mais l’idée générale c’est qu’il faut s’armer de patience. Je le tiendrais donc en compte si je décide de partir un jour à la recherche de Casey pour une séance commune de gymnastique. Façon de dire que je choisirais mon jour pour le rencontrer étant donné qu’on ne peut pas exactement dire que je suis un exemple de patience incarnée. Plutôt le contraire. Enfin, ma curiosité est néanmoins plus forte que mon impatience et je crois bien que je serais capable de supporter un gamin hyperactif le temps d’une aprèm si ses pouvoirs sont aussi impressionnants que ce que les rumeurs colportent. Et, au pire, si ce n’est pas le cas, bah tant pis, je lui dis au revoir et basta. Ce n’est pas non plus comme si je lui devais quoique ce soit.

- Mes pouvoirs sont assez simples. Dès que je touche un métal ou autres, ma peau se transforme en cet élément.

Simples peut-être mais drôlement efficaces si utilisés correctement. Vous imaginez le nombre de choses qu’on peut faire avec une capacité pareille ? Vous touchez une flaque d’eau et hop vous vous liquéfiez et vous pouvez passer sous une porte fermée. Vous touchez un élastique et hop vous pouvez renvoyez les projectiles qui vous arrivent dessus à leur envoyeur. C’est quand même rempli de possibilités pour qui sait s’en servir avec un minimum de jugeote. Je suis par conséquent légèrement déçue d’apprendre qu’il n’use quasiment que de la capacité de renforcement de sa force. C’est tellement un réflexe de mec ! Enfin, ce n’est pas le moment de critiquer alors que quelqu’un prend enfin le temps de discuter avec moi sans se moquer – enfin presque – de mon accent ou mes manies. Je ne peux cependant pas m’empêcher de demander en même temps qu’il m’interroge sur mes propres pouvoirs.

-Tu peux vraiment copier les propriétés de n’importe quel objet ou il faut que ça ait une consistance solide ? Genre tu pourrais piquer la consistance du pétrole si tu touchais le contenu d’un baril ?

Bah quoi, ne me regardez pas comme ça, la viscosité du pétrole peut avoir tout un tas d’utilités en mission (que ce soit pour s’infiltrer quelque part ou même pour se battre si vous faites preuve d’un minimum d’originalité). Néanmoins, réalisant que je lui ai coupé la parole sans le faire exprès, je reprends la parole pour m’excuser et lui répondre en premier.

-Désolée, je croyais que t’avais fini de parler. De mon côté c’est un peu plus compliqué que l’idée que tu sembles t’en faire, du moins du peu que j’en ai compris.

Remettant instinctivement une mèche de mes cheveux derrière mon oreille, j’organise rapidement mes pensées pour essayer de lui donner une explication la plus claire qui soit malgré mon anglais parfois encore un peu chancelant.

-En gros, je suis une sorte de jaguar-garou si tu vois le genre. Je partage mon esprit avec une jaguar que l’appelle Nina pour des questions de facilité. Résultat quand mes émotions débordent, elle prend le contrôle et tu te retrouves avec un jaguar au pouvoir. Autant dire que ça peut poser plus d’un problème. Selon Logan, un jour je devrais réussir à rester aux rênes même dans son corps mais pour le moment c’est loin d’être le cas alors je me contente d’apprendre à rester zen en toutes circonstances.

Autant dire que je suis encore loin d’arriver à des résultats parfaits. Mais au moins je sais percevoir les premiers symptômes d’une transformation à venir et je peux mettre en œuvre les techniques de respiration que Logan m’a enseignées pour reprendre mon calme.

-A part ça, selon les médecins qui m’ont observé à Quito avant que j’arrive ici, paraîtrait que je capterais les émotions des gens. Une histoire de phéromones, j’ai pas bien compris si ce n’est que j’ai trouvé ça un peu glauque. Mais en gros, en me concentrant, je peux dire si t’es heureux, triste ou en colère.

Oh et dernier détail mais celui-là il est HORS DE QUESTION que je le partage avec Francis, si un mec me plaît j’entre en chaleur. Ouais y’a pas d’autre mot, les instincts de reproduction de Nina entrent en jeu et je me mets à agir comme une jaguar en rut. Autant dire qu’en termes de suicide social c’est du lourd. Sinon, vous n’avez qu’à demander à l’infirmier stagiaire à la clinique. Le mec était beau comme un Dieu et la première fois qu’il est venu prendre ma tension, je lui ai tout bonnement sauté dessus. Avec une force anormale vu notre différence de taille, je l’ai attiré sur mon lit, l’ai plaqué sur le matelas, lui suis grimpé dessus et ait entrepris de dévorer ses lèvres. Un moment que j’aimerais rayer à jamais de ma mémoire mais faut croire que Dieu n’est pas assez miséricordieux pour ça. Heureusement, il a été changé de service et on ne s’est plus jamais recroisé. Je crois que je n’aurais pas survécu à l’humiliation. C’était déjà assez difficile de supporter les regards soi-disant discrets des autres infirmières après l’incident. Comme si elles n’avaient pas toutes un jour rêvé de faire pareil.
avatar
Leandra Albarez Muñoz

Messages : 108
Date d'inscription : 23/06/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit plongeon matinal

Message  Francis A. Michaels le Mer 30 Sep 2015 - 17:44

Je crois vraiment que j’ai fais ma bonne action de la semaine aujourd’hui. Grâce à mon charisme incroyable, Casey va peut-être se trouver des amis. Il fait tellement pitié d’avoir Jane comme amie, il doit quand même agrandir son cercle social pour avoir des amis un peu plus normal. Bon, Leandra n’est pas normale du tout, vu qu’elle veut faire la piscine dans la matinée, mais au moins, il va se trouver des amis plus étranges comme lui. Je suis quand même un homme du bien et du juste. Enfin je le crois, cela ne doit pas être vraiment le cas pour les personnes qui me traitent de pervers. On ne revient quand même pas sur ce douloureux sujet de Casey Nordin. Ma préparation mentale est prête pour d’autres sujets, je me préparais pour me mettre à son niveau d’adolescente.

Alors que je lui explique mes magnifiques pouvoirs, Leandra m’interromps sous une grande excitation de me poser sur des questions élémentaires dignes des jeux de table. Je sais que mes pouvoirs sont très différents de ceux d’Husk, bien plus complexes et efficaces sous certaines formes. Paige maitrise des pouvoirs avec des multiples éléments pouvant lui servir rapidement et sans aucuns soucis durant les missions. Elle est spécialisée dans les transformations selon des éléments solides. Elle peut ainsi devenir bien plus forte que moi. Leandra touche un petit point plus pour mes transformations possibles.

J’ai surtout dis que je pouvais me transformer en des éléments solides, mais il avait aussi la possibilité de me transformer à plusieurs autres éléments liquides ou autres. Je me suis toujours spécialisé dans le domaine de la force physique, alors avec des métaux, mais les liquides étaient une forme qui aurait pu être vraiment intéressante durant les missions, mais que j’usais minimalement vu les compétences de Mason ou encore de Jane.


« Oui, mon pouvoir me permet beaucoup de possibilités. Mais c’est surtout quand je le désire, alors j’ai le choix des éléments de mes transformations. J’ai toujours préféré le solide pour augmenter ma force, mais je peux aussi me transformer en liquide, mais je ne me suis pas beaucoup entrainé pour des transformations liquides. Et ne t’excuse pas pour m’avoir coupé, j’ai connu des expériences bien plus terribles. »


Je ne veux pas la comparer avec Casey, c’est juste incomparable. En plus qu’il m’a battu à Mario Kart, il peut m’interrompre bien plus facilement pour des questions réellement trop étranges. Après la clarification sur mes pouvoirs, c’est à son tour de parler de ses pouvoirs. Je commence à l’écouter, je comprends rapidement l’idée de ses pouvoirs de jaguar-garou, c’est vraiment incroyable de trouver autant de mutants lupus en cet endroit. Mais, c’est surtout après que ma tête commence à bloquer. Elle voulait dire quoi par l’esprit du jaguar en elle?

Elle lui a même donné un nom : Nina. Attendez… sa mutation a donné naissance à une personnalité jaguar ou elle partage sa vie avec une grosse bête morte dans les forêts de l’Amazonie? Ma confusion est gigantesque à ce moment. Je me dis mentalement que peut-être qu’elle n’était pas une mutante. La Famille des Kinney était humaine, Vanya Hargreeves était juste bizarre, RIP était un cyborg et on pouvait même recevoir des extraterrestres. C’est normal que je me pose de nombreuses questions sur ce cas en particulier. Cela faisait des lustres que l’Institut Xavier n’était plus réservé uniquement aux mutants, mais à toutes personnes en difficultés avec des pouvoirs qui pouvaient facilement les dépasser.

Leandra me parle aussi de ses émotions qu’elle pourrait contrôler plus tard. Comme tous les sacs à poils, les sentiments peuvent être plus difficiles à contrôler. En parlant d’émotions, elle serait capable aussi de ressentir les émotions des autres avec des phéromones ou des trucs biologiques que je n’ai pas suivis du tout depuis mes années dans les X-Men.


« Ils sont sympathiques tes pouvoirs, tu es assez différente des pouvoirs Lupus traditionnels, mais je comprend mal le principe. Est-ce que tes pouvoirs t’ont permis d’accueillir les attitudes de jaguar naturellement ou est-ce que tes pouvoirs t’ont permis d’accueillir l’esprit d’un jaguar pour avoir les attitudes après? Est-ce qu’il avait une possibilité d’avoir eu d’autres animaux? »

C’est assez curieux comme pouvoirs pour que je pose des questions là-dessus. Je ne veux pas trop vérifier pour les sentiments car je suis un mec, donc pas sentimental dans les grandes caricatures, mais sa mutation est vraiment différente d’une personne qui possède naturellement des attitudes avec les animaux. Peut-être que je pose des questions qui la dépassent, mais au moins, je prouve que je suis quand même à son écoute.

_________________
avatar
Francis A. Michaels

Messages : 215
Date d'inscription : 26/04/2015
Localisation : Institut Xavier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit plongeon matinal

Message  Leandra Albarez Muñoz le Mer 7 Oct 2015 - 9:24

Depuis la découverte de mes pouvoirs, j’ai la désagréable impression que toute personne que je croise en sait plus que moi sur ma propre personne. A la clinique, à l’Institut, tous les gens avec qui j’ai pu discuter de mes capacités semblaient avoir leur propre conjecture sur l’origine de Nina. Alors que je suis personnellement dans le noir le plus complet. Suis-je une mutante ? Une descendante d’un clan qui aurait eu un lien psychique si fort avec les jaguars que leurs esprits auraient pu se fondre ? Juste une erreur de la nature ? Aucune idée. Tout ce que je sais c’est que, du jour au lendemain, je me suis découverte à partager mon esprit avec celui d’un jaguar femelle. Selon le docteur Jorge Bombona, ladite jaguar serait également une adolescente, comme si notre développement était lié. Ce qui me fait une belle jambe.

Personnellement, savoir comment Nina a fait son apparition dans mon esprit me laisse indifférente. Il est clair qu’elle ne va pas repartir de sitôt donc je préfère me concentrer sur l’essentiel, à savoir apprendre à cohabiter avec elle. Parce que c’est loin d’être évident tous les jours, les nombreux incidents qui jalonnent les quelques mois depuis la découverte de son existence le prouvent amplement. Néanmoins, la moindre des choses quand quelqu’un s’intéresse à toi, c’est encore de répondre à ses questions donc je fais de mon mieux pour satisfaire la curiosité de Francis avec mes maigres connaissances.


-Je ne sais pas si j’aurais pu accueillir l’esprit d’un autre animal mais je ne pense pas. Je ne saurais pas expliquer pourquoi mais une fois que j’ai accepté la réalité de sa présence, c’est comme si Nina avait toujours eu une place en moi. Une place que j’aimerais moins importante les trois quarts du temps, mais une place quand même.

Je ne sais pas si je suis claire. A vrai dire, j’en doute mais je n’arrive pas à m’exprimer en de meilleurs termes. Alors qu’il y a seulement un an, j’aurais flippé gravissime à l’idée d’avoir quelqu’un partageant mes pensées, Nina a su s’imposer comme une évidence. Elle est là et je n’imagine plus vraiment qu’elle n’y soit plus. Elle me manquerait trop. Et ce malgré toutes les emmerdes qu’elle m’apporte. Là, par exemple, elle voudrait bien retourner dans l’eau nager un bon coup et me fait comprendre à sa manière d’écourter ma conversation avec Francis. Sauf que, jusqu’à nouvel ordre c’est encore moi qui décide alors elle n’aura pas d’autre choix que d’attendre.

-Maintenant, pour répondre au début de ta question, ça dépasse mon niveau mais d’après les infos que j’ai pu glanées ici ou là pendant que les médecins étaient occupés à m’examiner sous tous les angles à Quito, ce serait plutôt la deuxième option. En gros, je n’ai pas les capacités d’un jaguar, je ne suis pas non plus mi-jaguar mi-humaine, c’est juste que je partage désormais mon corps avec un jaguar. Et résultat des courses, vu qu’elle est toujours présente dans mon esprit, même sous ma forme humaine, je garde un certain nombre de ses capacités et instincts particuliers.

Toute la question étant de savoir qu’est-ce qui a provoqué soudain l’apparition de Nina en moi. Ou plus précisément ce que cherchaient à savoir les scientifiques de la clinique c’est si Nina a toujours existé en moi mais n’avait jamais réussi à se manifester à la surface jusqu’alors ou bien si un élément particulier a déclenché son « entrée » et installation en moi.

-Pour être honnête, je ne sais même pas vraiment si je suis une mutante. C’est ce que les gens de la clinique ont cru vu qu’apparemment les mutations se développent le plus souvent à l’adolescence mais les anciens du village sont quant à eux convaincus que c’est un cas de possession par les dieux-jaguars et au point où j’en suis, les deux solutions me semblent aussi strange l’une que l’autre. Tout ce que je sais c’est que Nina est là pour rester donc je dois déjà m’assurer qu’elle ne fasse pas des apparitions sans mon accord. Parce que je t’assure que ce n’est marrant pour personne.

Non mais sérieux, un jaguar en liberté et en pleine adolescence donc avec les hormones en folie par-dessus le marché ? C’est un véritable miracle qu’Ana s’en soit sortie en vie. Evidemment, je n’irais pas jusqu’à dire qu’elle soit chanceuse d’avoir été défigurée à vie mais l’issue de ma crise de jalousie aurait pu être dix fois pire.

-Et toi comment tu as découvert tes pouvoirs si ce n’est pas indiscret ?
avatar
Leandra Albarez Muñoz

Messages : 108
Date d'inscription : 23/06/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit plongeon matinal

Message  Francis A. Michaels le Sam 10 Oct 2015 - 0:04

C’est normal que je m’intéresse à sa mutation, elle est juste trop bizarre sa mutation. Je connais les mutants lupus, mais Leandra est vraiment à part avec son entité appelée Nina. C’est bien normal que je me questionne sur ses capacités. En Amérique latine, il existe beaucoup de faux mythes sur plusieurs légendes importantes autour des félins sauves ou encore des aztèques (ou d’autres peuples amérindiens exterminés), mais il existe aussi d’innombrables mythes réels par des liens dimensionnels ou encore des entités importantes. J’ai connu quelques cas dans les Luchadores depuis leur réforme, mais pour Leandra, c’est vraiment un petit mystère. Je ne sais pas vraiment c’est où Quito, mais peut-être que je pose des questions qu’elle ne doit pas savoir.

Elle me confirme un peu cette idée pour la suite. Elle ne connait pas tous les détails autour de sa mutation, comme elle ne sait pas si elle pouvait accueillir un autre animal et comme la présence de Nina semblait la plus étrange. Nina semble surtout une entité qui s’est incrustée chez la jeune Leandra pour garder une empreinte assez difficile à se détacher. Je ne peux pas dire que je comprends, cela semble une mutation bien plus difficile à contrôler que les mutants lupus habituels.

Ensuite elle me confirme l’une des hypothèses, elle n’est peut-être pas une mutante comme les autres étudiants, mais bien une grosse bizarre. La question semble assez difficile aujourd’hui, car elle ne sait pas où se classifier entre un certain traditionalisme de son village et de la modernité médicale autour de la mutation. Les questions restent assez nombreuses à ce sujet et je ne suis pas le type qui peut répondre à ce genre de question. Je ne suis pas friand des sciences de la nature, je préfère surtout travailler dans la politique et le social, dans ce que je trouve bien plus concret, malgré tous les trucs autour des mythologies ou de la religion qui sont bien trop vagues.


« C’est assez bizarre comme mutation, mais au moins le plus important que tu peux apprendre ici, ne sont ses origines, mais bien à le contrôler pour éviter que cela te gêne dans la vie de tous les jours. Après, il existe des moyens de savoir vraiment d’où vient tes pouvoirs, mais c’est plutôt artificiel comme connaissance. »

Je ne veux pas dire que ce n’est pas intéressant, mais ce n’est pas vraiment primordial pour son progrès à elle. Les pouvoirs peuvent être réellement complexes, mais dans mon idéologie, il faut juste savoir comment les contrôler et les utiliser au besoin. Personne n’est obligé d’utiliser ses pouvoirs pour devenir X-Men ou membre d’une autre organisation de super-sécurité, le plus important pour Leandra est surtout de contrôler ses capacités et d’éviter de griffer les gens.

Elle revient ensuite pour me retourner la question autour de ma mutation. De mon coté, je trouvais ma vie un peu plus simple que les autres surtout en écoutant Leandra. Le Canada ne connait pas de grandes légendes ou de nombreuses mythologies qui sont encore mystérieuses. La religion chrétienne protestante et catholique a bien sûr des limites définies par le rationalisme occidental et les loups-garous devenaient surtout source de méfiance envers les mutants qu’un réel danger. En plus, depuis 1950, la modernité a ébranlé fortement la mythologie religieuse de l’époque.


« C’est un peu plus simple pour moi. J’ai découvert mes pouvoirs vers mon adolescence, je ne me souviens que c’était environ à l’âge de treize ans, car une année après, j’ai rejoins l’Institut Xavier. J’ai découvert mes pouvoirs à l’école où je me changeais aléatoirement aux matériaux touchés. J’ai beaucoup paniqué à cette découverte car j’étais incapable de reprendre ma forme humaine. Ce sont les travailleurs sociaux qui m’ont aidé à reprendre le contrôle à l’école, durant l’apparition des mes pouvoirs.

Ensuite, mes parents ne savaient pas trop quoi faire, alors j’étais un peu perdu. C’est surtout ma grand-mère qui m’a beaucoup aidé à contrôler mes capacités. Grâce à elle, j’ai un peu contrôlé mes pouvoirs jusqu’à temps que j’arrive ici. Après, je n’ai pas trop eu de problèmes, mais je me suis surtout concentré sur une certaine spécialité et en plus, quand tu es dans les X-Men, tu apprends surtout à te combattre sans tes capacités. J’étais quand même un bon sportif avant, mais c’était un défi de me mettre au niveau capacité physique demandée par les X-Men. J’ai encore beaucoup à apprendre, mais je pense que je me suis beaucoup avancé par leurs méthodes que cela soit sur mes pouvoirs ou encore sur mes capacités pouvant servir l’Institut Xavier. J’espère qu’ils vont te pouvoir t’aider autant qu’ils m’ont aidé. Sinon si tu as découvert d’autres amis que le gros Wolverine? »

_________________
avatar
Francis A. Michaels

Messages : 215
Date d'inscription : 26/04/2015
Localisation : Institut Xavier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit plongeon matinal

Message  Leandra Albarez Muñoz le Lun 12 Oct 2015 - 12:43

Quand il parle de sa grand-mère, le visage ridé mais toujours souriant d’Abuelita s’impose dans mon esprit. Je suis sûre qu’elle aurait su quoi faire si elle avait encore été là. Elle savait toujours quoi faire. Peu importait la situation, elle était capable de la résoudre. Ou tout au moins de la dédramatiser. C’était la seule qui savait gérer aussi bien les crises de princesse d’Ana que mes escapades sauvages ou encore les folies de Mateo et ses copains. Elle avait cette capacité à écouter sans juger et à donner juste le conseil qu’on attendait. Pas forcément celui qu’on aurait voulu entendre, mais celui dont avait vraiment besoin.

Papa aurait d’ailleurs parfois bien aimé qu’elle se mêle un peu moins de nos vies et qu’elle les laisse gérer maman et lui, mais maman n’était pas d’accord. C’était bien un des rares sujets sur lesquels ils s’engueulaient régulièrement. Parce qu’Abuelita avait beau être la mère de papa, c’était maman qui était la plus proche d’elle. Elles s’entendaient à merveille, apparemment depuis le premier jour. Pourtant elles ne se ressemblaient pas. Maman a la colère facile alors qu’Abuelita n’élevait jamais la voix mais le fait qu’elles étaient tout le temps fourrées ensemble à la maison pendant que papa était au boulot et nous à l’école a du aider. Au grand désespoir de papa qui n’aimait pas du tout l’impression que sa maison était dirigée par des femmes. Non parce que le machisme sud-américain ce n’est pas qu’une légende et, si j’adore mon père, parfois je lui en collerais bien une au vu des remarques des plus déplacées qu’il peut faire.

Quoiqu’il en soit, la vague de mélancolie qui s’empare de moi à l’évocation de la grand-mère de Francis est dure à contrer. J’aurais tellement voulu pouvoir me confier à Abuelita depuis mon arrivée ici. J’aurais eu un million de choses à lui raconter, New-York et l’institut n’ayant rien à voir avec ma vie à Quito. Et elle qui n’a jamais quitté le village qu’en voyageant à travers les livres dont elle ne se séparait jamais aurait probablement adoré entendre toutes mes anecdotes. Sans compter que j’imagine parfaitement la lueur d’intérêt qui se serait allumée dans son regard à l’idée de rencontrer Nina. Là où tout le monde n’y voit qu’un monstre dangereux et à contrôler, je suis prête à parier l’intégralité de ma collection de plantes carnivores qu’elle aurait trouvé ça passionnant. Après tout, c’est d’elle que j’ai hérité mon goût pour la nature et si elle avait pu continuer ses études dans le supérieur, elle a toujours dit qu’elle aurait voulu devenir biologiste alors vous pensez bien que rencontrer un jaguar en vrai, elle aurait sauté sur l’occasion !

Heureusement pour mon moral, Francis détourne de nouveau la conversation sur l’aide que l’institut peut me procurer et sur les potentielles rencontres que j’ai fait depuis mon arrivée. Aha, autre sujet qui fâche, peut-être que continuer à causer de lui et sa grand-mère n’aurait pas été si mal après tout. Enfin, dans le fond, ce qu’il peut bien penser de mes talents en matière de socialisation m’est à peu près égal. Je n’ai aucune intention de faire semblant d’être amie avec des gens à qui je n’ai rien à dire juste parce que « c’est ce qui se fait ». Si je rencontre des gens intéressants, tant mieux, j’ai toute l’intention d’en profiter mais si ce n’est pas le cas, j’y survivrais parfaitement. Je l’ai bien fait jusqu’ici après tout.


-Amis est peut-être un terme un peu trop fort pour les connaissances que j’ai pu me faire. J’ai croisé plusieurs personnes de mon âge pendant les cours mais de là à faire ami-ami pas vraiment. A vrai dire, je n’ai rien en commun avec la plupart d’entre eux. On vient littéralement de mondes différents. Pour te donner un exemple, ils se baladent quasi tous avec des téléphones qui coûtent probablement plus cher que l’intégralité de toutes mes possessions réunies, sans compter qu’ils causent pas comme dans mes cours d’anglais alors c’est parfois difficile de les suivre quand ils passent à l’argot « djeuns ». Heureusement certains parlent bien espagnol donc je me fais comprendre sans problème mais c’est fatigant à force. Bref, autant dire que je traîne pas vraiment avec eux.

Bon, pour être plus précise je ne traîne avec personne - sauf si on compte mes cours particuliers avec Alexandra ou mes leçons avec Logan comme du "traînage" - mais je crois que c’était sous-entendu pas la peine d’enfoncer le couteau dans la plaie non plus.

-J’imagine que ça doit être bizarre pour toi, t’as l’air d’être le genre de mec qui a besoin d’être constamment entouré de gens pour être heureux mais je le vis bien. Je me sens mal à l’aise quand je suis avec des gens avec qui, visiblement, je n’ai rien en commun. Ça ne veut pas dire que je fuis la compagnie humaine mais franchement y’a des fois où je me dis que Nina est plus facile à comprendre que beaucoup d’humains de ma connaissance. Elle au moins quand elle veut un truc, elle te le fait comprendre cash. Et si elle peut pas te piffer bah c’est clair aussi, t’as pas besoin de l’apprendre trois plombes plus tard après des heures à jouer les hypocrites.

Ouais je suis une grande cynique de la vie mais paraîtrait que ça vient avec la crise d’adolescence alors vous avez votre réponse.

_________________
avatar
Leandra Albarez Muñoz

Messages : 108
Date d'inscription : 23/06/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit plongeon matinal

Message  Francis A. Michaels le Lun 19 Oct 2015 - 17:04

Quoi qu’on puisse dire des vieux, il existe toujours une certaine exception à la règle des vieux qui disputent les jeunes qui font du skate dans la rue. Certains représentent vraiment leurs âges, donc une certaine sagesse et une compréhension. Ma grand-mère m’a beaucoup aidé, mais mon grand-père faisait quand même parti de la vieille école. Vous savez le genre de vieille école qui croit que le changement politique et social se concrétise surtout dans les effets néfastes de la modernisation. Je l’aime bien mon grand-papa, mais je crois sincèrement que pour lui, c’est impossible de discuter de mutants, d’homosexuels ou de musulmans, sans qu’il commence à s’énerver ou de prendre un coup de malaise. Il peut m’accepter, mais il doit juste éviter d’entendre parler des sujets tabous pour un vieux conservateur. J’ai juste un peu la rancune pour son comportement, on dirait qu’il est toujours resté dans les années 70 quand le sujet des mutants était problématique et non dans l’étape de l’acceptation social. Je peux comprendre l’idée qu’on garde quelques principes de notre passé, mais en gardant cette idée, tu ne peux pas vraiment comprendre l’évolution de la société ou des idées.

Avec ma grand-mère, j’ai toujours eu l’impression qu’elle pouvait me comprendre et qu’elle était capable aussi de faire preuve d’empathies devant des problèmes que les anciennes générations n’avaient pas vraiment. Je ne connais pas tous les principes de ma grand-mère, peut-être qu’elle n’aime pas beaucoup l’idée des groupes de super-sécurité ou encore elle trouve que cela fait beaucoup trop politique, mais elle m’a toujours amplement aidé psychologiquement ou socialement, bien plus que mes parents ou encore que les travailleurs sociaux. Elle ne m’a peut-être pas aidé à maitriser mes pouvoirs, mais elle m’a aidée à accepter mes pouvoirs.

Durant un moment, Leandra semble nostalgique, peut-être à cause de ses pensées autour de sa famille. Je peux très bien comprendre ce sentiment, mais je ne sais pas trop comment fonctionne les systèmes de générations et les liens avec la famille dans son village. J’ai toujours vu l’Amérique latine avec un peu plus de difficultés que les pays occidentaux. Je ne suis pas un expert à ce sujet, les mœurs sont bien trop complexes un peu partout sur la planète. Au moins, elle semble soulager quand je commence à changer de sujets autour de ses potentiels amis.

Je sais que c’est peut-être difficile à croire, mais je suis un mec vraiment trop sympathique qui peut être l’ami de tout le monde comme Jane Gallagher. Alors, je peux être naturellement l’ami de la bizarre qui se baigne beaucoup trop tôt le matin. Mais quand je commence à comprendre son message, je comprenais tout. Je ne peux pas être son ami, parce que je suis vraiment trop beau gosse. Leandra me parle d’un moment surtout des rencontres qu’elle a fait en classes. Ce n’était pas vraiment des amis, mais juste des connaissances avec des téléphones trop typés et surtout dans une mentalité plus adolescent occidental.


« Ouais je peux comprendre, mais tu sais, il ne faut pas vraiment généraliser. Ceux qui se font le plus remarqué avec leurs téléphones ou leurs tablettes ne représentent pas tout le monde. Je suis sûr dans ta classe que tu as beaucoup de personnes qui sont un peu à l’écart qui pourraient un peu plus t’attirer et qui n’ont pas de téléphones ou autres bidules inutiles. »

Leandra présuppose ensuite une petite idée à mon sujet. Je ne sais pas vraiment si je dois prendre cela comme une insulte ou encore un compliment. Je n’ai pas vraiment réfléchi à ça réellement; Je suis bien entouré surtout parce que j’ai les X-Men autour de moi et surtout les X-Gardiens. On vit pratiquement ensemble, mais à ce que je comprends de Leandra, c’est qu’elle n’aime pas beaucoup la compagnie. Je ne sais pas vraiment si c’est réel comme attitude ou qu’elle doit uniquement se trouver des repères. J’ai quand même connu plein de jeunes qui ne voulaient pas vraiment d’amis parce qu’ils n’étaient pas habitués par le milieu qu’ils sont actuellement.

« Je ne sais pas trop pour moi. J’aime bien la compagnie autour de moi, surtout parce que je me suis habitué avec les X-Men, mais je pense que tu dois juste te trouver des amis que tu peux compter. Tu n’as pas besoin de 200 amis comme sur Facebook, une ou deux personnes devrait suffire, je crois. C’est normal que tu ne sois pas attirée par toutes les personnes que tu trouves ici, la plupart vient des quatre coins régions du monde, mais il faut juste te trouver deux ou trois amis et tu vas voir que c’est plus simple à avancer après. Ils vont peut-être avoir des vies compliqués, mais on vit tous quelque chose de compliqué que cela soit notre mutation, que les relations avec notre famille ou l’adaptation dans ce nouveau milieu.

Et c’est souvent par les difficultés qu’on traverse qu’il est possible de se reconnaitre chez les autres. Je crois sincèrement que tu dois juste laisser une chance pour certains et que tu vas être capable de trouver des précieux amis après. »

_________________
avatar
Francis A. Michaels

Messages : 215
Date d'inscription : 26/04/2015
Localisation : Institut Xavier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit plongeon matinal

Message  Leandra Albarez Muñoz le Sam 24 Oct 2015 - 10:55

Peut-être bien qu’il a raison concernant les gens de ma classe. A vrai dire, je n’ai jamais vraiment prêté attention aux personnes avec qui j’ai cours donc ce n’est pas impossible que, derrière la barrière impossible à rater que représentent les « gens cool », se cachent une ou deux personnes sympas, avec qui je pourrais réellement sympathiser. Sauf que je n’ai jamais vraiment cherché à trouver ce genre de pépites. Trop habituée à me débrouiller seule, j’ai plus ou moins considéré que c’était normal et que ça continuerait toujours comme ça, même à des milliers de kilomètres de chez moi, peut-être même encore plus. Est-ce que ça signifie que je vais changer pour autant désormais que j’en ai conscience ? Rien n’est moins sûr.

Pourquoi ? Parce qu’aller vers les gens c’est prendre des risques. Et en premier lieu celui de se faire rembarrer. Alors qu’il est tellement plus simple de vivre tranquillement dans son coin, avec la totale certitude que, comme ça, personne ne pourra te reprocher quoique ce soit. Pas des plus courageux, je vous l’accorde mais je n’ai jamais prétendu l’être. Enfin, on peut toujours se surprendre soi-même alors peut-être qu’au prochain cours les paroles de Francis me reviendront en mémoire et je me mettrais plus ou moins inconsciemment à chercher dans la classe qui pourrait être un ami potable. De là à faire le pas d’aller vers lui ou elle, je ne me mouillerai pas tant mais qui sait ?


-C’est souvent par les difficultés qu’on traverse qu’il est possible de se reconnaitre chez les autres. Je crois sincèrement que tu dois juste laisser une chance pour certains et que tu vas être capable de trouver des précieux amis après.

En entendant ce discours franchement mielleux, pour ne pas dire niais, une partie de moi a envie de rire méchamment mais une autre ne peut s’empêcher de vouloir y croire, ne serait-ce qu’un peu. Après tout, l’Institut est constitué de gens qui n’avaient nulle part d’autre où aller non ? Alors il devrait bien y avoir au moins une ou deux âmes suffisamment déprimées par la solitude pour accepter ma présence. Non parce que je suis parfaitement consciente que je ne suis pas facile à vivre. En mettant de côté, les problèmes de compréhension que pourrait supposer une relation avec un type ou une meuf ne parlant pas un mot d’espagnol, je ne suis pas franchement prône à partager mes émotions avec le premier venu autour d’une tasse de thé ou d’un Coca. Tout le contraire même, il faut en général me tirer les vers du nez pour que j’accepte de parler de moi. Non pas tant que j’ai quoique ce soit à cacher – ma vie n’est pas si intéressante que ça – mais justement parce que je ne vois pas l’intérêt de causer de moi alors qu’il y a des sujets tellement plus intéressants. Enfin, si c’est le prix à payer pour ne pas passer mon temps libre à me disputer avec le félin dans ma tête et finir de passer pour une dingo, je suis prête à faire des compromis.

-Je ne sais pas si ce sera aussi facile que tu le dis, j’ai tendance à ne pas croire aux miracles mais, dans le fond, tu as raison. Qu’est-ce que je risque à tenter ?

Non mais c’est vrai., réfléchissez. J’ai peur de me faire rembarrer certes, mais peur de quoi ? Ce n’est pas comme si j’allais me retrouver plus seule parce qu’un crétin ou une crétine n’auront pas voulu de moi. Au contraire, la situation n’aura pas changé si ce n’est que j’aurais découvert l’étendue de la stupidité d’un type ou une meuf. Et puis, le dicton le dit très bien : mieux vaut seule que mal accompagnée. Sans compter que depuis l’invasion de Nina, je ne suis jamais complètement seule.

-Bref, merci du conseil. Faut croire que, quand tu veux, tu peux être sérieux
, terminais-je avec un sourire volontairement provocateur.

Après tout, il m’a déjà montré plus d’une fois au cours de notre conversation qu’il pouvait parfaitement être sérieux, et ce malgré sa réputation de boulet fini de l’Institut. Enfin, assez blablaté, j’étais originellement venu nager et je commence à ressentir un véritable besoin de détendre mes muscles dans l’eau à force d’être assise. C’est que je ne suis pas spécialement habituée à passer autant de temps immobile à causer. Parce que là, mine de rien, si j’en crois l’horloge au fond de la salle, ça fait plus d’une heure qu’on discute.


-Sur ce, je vais faire quelques longueurs avant l’heure du petit-déj’.

Et aussitôt dit, aussitôt fait
.

_________________
avatar
Leandra Albarez Muñoz

Messages : 108
Date d'inscription : 23/06/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit plongeon matinal

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum