Petit plongeon matinal

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Petit plongeon matinal

Message  Leandra Albarez Muñoz le Mer 8 Juil 2015 - 5:59

Papa m’a écrit une lettre. Elle est courte, informative, presque clinique. Il m’y informe qu’Ana se remet peu à peu du choc physique et mental de mon attaque et qu’elle pourra bientôt reprendre un rythme de vie normal… si ce n’est les trois griffures monumentales qui adornent désormais son visage. Bon ça c’est moi qui le rajoute mais le sous-entendu est tellement gros qu’il faudrait être aveugle pour ne pas le lire entre les lignes. Pourtant je reconnais à Papa un véritable effort : il n’y rien dans sa missive qui devrait m’inquiéter. Il se contente de me relayer des informations sans réel intérêt : Mateo et son colocataire ont dû changer leur serrure après une tentative de cambriolage, Papa attend toujours la promotion qui ne viendra jamais et Maman m’envoie une boîte de llapingachos parce qu’elle s’inquiète que je ne me nourrisse que de hamburgers – bonjour les clichés ! Bref, leurs essais de normalité sont louables mais ils sont incapables de cacher l’éléphant dans la lettre : mes propres parents ne savent plus comment communiquer avec moi.

Le pire c’est que ça ne me dérange pas tant que ça. Je suis bien plus affectée par le silence radio de mon frère. J’ai peur qu’il me déteste pour ce que j’ai fait à Ana. Parce que, j’aurais beau dire que c’était involontaire, c’est bien ma jalousie qui a laissé à Nina la possibilité de faire sa grande première. Pour sûr je ne savais pas que Nina existait – en même temps un jaguar qui squatte votre esprit c’est plutôt rare comme condition – mais ça ne change rien aux faits : j’ai failli tuer ma petite sœur et l’ait défigurée à vie. Or, ma sœur était une poupée pour qui l’apparence physique était l’alpha et l’omega l’entrée au lycée en mode monstre de Frankenstein à la rentrée prochaine devrait donc être relativement compliquée. Façon de dire que le malaise familial a des raisons d’être.

Ce qui ne veut pas dire pour autant que je sois heureuse d’être à des milliers de kilomètres d’eux. L’Institut est trop différent de mon environnement naturel pour que je m’y sente à l’aise. Sans compter que c’est bourré d’adultes et que les rares jeunes parlent un langage dont je ne capte pas la moitié des références. Alors bien sûr, y’a aussi des points positifs. Les entraînements que j’ai commencés avec Logan par exemple sont les meilleurs moments de ma semaine. Pas tellement en termes de résultats mais parce que j’aime vraiment la compagnie de Wolverine. A ses côtés, je n’ai pas l’impression d’être une extraterrestre arrivée droit d’une autre planète. Et mon côté bestial ne l’effraie pas. En même temps, ce serait l’hôpital qui se fout de la charité… Bref, tout ça pour dire que je ne suis pas malheureuse en soi mais je suis encore loin de considérer l’Institut comme mon chez moi.

Je reconnais néanmoins que les installations sont à mon entière convenance. Moi qui aie besoin en permanence de me défouler, si la jungle me manque comme rien d’autre au monde, les installations sportives de l’Institut sont super pour ça. Elles sont juste parfois  un peu académiques à mon goût : un mur d’escalade comparé à un arbre centenaire, c’est un peu planplan. Et ne comparons même pas les barres asymétriques avec des lianes ! Enfin, peu importe, parce qu’aujourd’hui j’ai décidé de tenter la piscine. Je ne suis en effet pas exactement ce qu’on appelle un poisson dans l’eau, mon domaine ce sont plutôt la terre et l’air – si j’avais eu le choix d’en quoi me transformer, j’aurais choisi oiseau, mais jaguar c’est déjà pas mal – mais faire quelques longueurs de temps en temps c’est toujours agréable. Par précaution cependant, j’ai décidé d’aller à la piscine alors que l’aube vient à peine de se lever. J’ai horreur d’être dérangée pendant que je nage. Et puis si je ne suis pas de celles qui passent trois heures devant un miroir le matin pour se maquiller – ça c’est Ana ou plutôt c’est ce qu’aurait fait Ana si elle avait les moyens de s’acheter suffisamment de maquillage – comme toute fille de mon âge, j’ai mes complexes. Et après avoir vu le corps de plusieurs des résidentes de l’Institut – même Alexandra, ma prof d’anglais a une silhouette de rêve ! - il est hors de question que je parade en maillot de bain. Encore moins quand je n’ai absolument pas les moyens d’avoir un bikini et que mon maillot est un affreux truc vert kaki acheté d’occasion dans une boutique de sport à Quito. Je suis encore très loin de maîtriser mes émotions et conséquemment l’entrée en scène de Nina donc autant éviter les confrontations.

C’est donc après m’être assurée que l’endroit est bien vide et que l’eau est à une température supportable que je m’apprête à faire mon premier plongeon.


Dernière édition par Leandra Albarez Muñoz le Lun 24 Aoû 2015 - 12:17, édité 1 fois
avatar
Leandra Albarez Muñoz

Messages : 108
Date d'inscription : 23/06/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit plongeon matinal

Message  Francis A. Michaels le Sam 11 Juil 2015 - 14:19

Même avant ma mutation, ma grand-mère me disait toujours que j’étais un gamin extraordinaire, que j’allais vivre des folles aventures et que personne ne devrait me bloquer ce processus de plaisir. Durant mon enfance, mes parents restent toujours dans un modèle très classique. Mon père travaillait trop et il ne semblait avoir aucun plaisir hormis quand il peut regarder l’hockey ou encore quand il pouvait se plaindre comment la municipalité est débile. Ma mère était souvent trop occupée à se plaindre des autres filles avec ses tantes. Moi, j’avais juste une petite activité qui me plaisait, une activité qui me donnait toujours une envie de respirer de nouveau, me donner des illusions de tranquillité et de plaisir. Ma grand-mère, qui me poussait sur la balançoire, était un plaisir bien plus important qu’aller voir les films au cinéma avec mon père ou encore de participer aux interactions avec ma mère. Je me suis réveillé le petit matin pour recevoir mes emails.

Je m’inquiète un peu de ne pas avoir trop de nouvelles de ma grand-mère, mais elle est toujours moins réactive en été. Elle profite du soleil comme les autres. Elle se dirige souvent vers les piscines publiques avec sa sœur ou encore profite de quelques émissions de télévisions. Elle répond toujours très rapidement à mes messages, mais je voulais toujours que mon message soit plus important que de donner quelques nouvelles. Et après, c’est surtout elle qui m’envoie souvent des messages pour prendre de mes nouvelles et non le contraire. Je peux bien recevoir des messages du reste de ma famille ou encore de mes amis, mais les messages de ma grand-mère restent toujours les plus importants à mon cœur.

Je ne vais pas vous cacher ma petite déception depuis les derniers mois d’être mis sur la touche pour éviter de bouleverser encore plus la scène internationale. Je comprends beaucoup ce principe, mais parfois les missions me manquent. Passer du temps avec les X-Gardiens, c’est toujours un milieu très riche et complémentaire à ma vie. Je peux m’affirmer comme les autres peuvent s’affirmer bien plus facilement, on se connait quand même depuis une dizaine d’années, je n’ai jamais eu autant de complicités avec les autres X-Men, malgré ma forte appréciation envers ceux-ci.

J’ai essayé quelques opérations secrètes pour faire sortir les X-Gardiens de leurs grottes, mais chacun semble s’être trouvé une activité à faire aujourd’hui. Je ne pense pas aussi proposer un entrainement avec un X-Men ; durant les dernières réunions, j’ai manqué beaucoup de subtilités en regardant les avantages de certaines X-Woman. Je dois quand même faire attention pour les prochaines fois. Alors j’avais quand même le choix de continuer ma campagne sur Witcher 3 ou encore partir à la piscine.

Pourquoi la piscine? Parce que sincèrement, l’entrainement au gymnase, je veux le faire avec mes amis et non seul dans un coin. Alors après une réflexion de plusieurs minutes, je décide de prendre l’option de la piscine pour avoir un petit temps de libre à moi et réfléchir sur ma vie trop importante. Je m’habille rapidement avec le maillot-short qui arrive jusqu’aux genoux avec des différents personnages des Tortues Ninjas dessus. Après avoir pris une petite serviette, je me dirige vers la fameuse piscine.

Dès que j’ouvre la principale porte pour la piscine, je découvre une personne familière. C’est la petite Leandra avec l’un des maillots les plus tristes de l’humanité. Comment tu peux porter ce genre de maillot et croire que tu es encore à la mode? En tout cas, je ne vais pas lui faire la morale toute suite sur la mode, je vais lui apprendre surtout à comment faire une bombe dans une piscine.


«  KAWABUNGA! »

Je saute sans attendre en lançant ma serviette plus loin pour me placer en mode fœtus dans le ciel et faire exploser l’eau autour dès mon atterrissage. Je suis sûr que la pauvre petite sud-américaine a eu beaucoup de difficultés en recevant quelques goutes au visage. Je remonte rapidement vers la surface pour voir sa réaction, mais je n’attends pas vraiment qu’elle puisse éclater de rire ou de colère pour commencer un début de dialogue.

« Hey Leandra! Ça fait plaisir de te voir ici! Je croyais que j’allais m’amuser tout seul dans la piscine aujourd’hui! Mais tu sais, tu n’es pas obligée de te réveiller aussi tôt pour venir ici, hein? »


J’ai juste eu l’habitude de me réveiller très tôt avec mes entrainements dans les X-Men. On nous réveillait quand même vers 4 heures ou 5 heures du matin pour des entrainements qui pouvaient durer jusqu’à la soirée. Je lui lance un petit sourire quand même en nageant par reculons pour éviter d’être proche du plongeon et la laisser sauter si elle le désire.

_________________
avatar
Francis A. Michaels

Messages : 215
Date d'inscription : 26/04/2015
Localisation : Institut Xavier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit plongeon matinal

Message  Leandra Albarez Muñoz le Sam 18 Juil 2015 - 12:35

-KAWABUNGA !

Jodeeer ! Surprise au-delà des mots par le cri incompréhensible et suraigu de Francis, j’évite de très peu d’me retrouver dans l’eau à mon tour. Mais qu’il est con ! Je l’savais qu’il était pas net ce type. Qui saute dans une piscine en criant alors qu’il est à peine sept heures du matin ? Un crétin fini, voilà qui. Rectification : un imbécile heureux. Parce que, vu le sourire idiot qui adorne son visage quand il émerge, y’a aucun doute à avoir qu’il est hyper fier de son coup. Il a vraiment la vingtaine ? Non parce que parfois on pourrait en douter fortement. Mateo est vachement plus mature que lui et ils sont censés avoir à peu près le même âge. En même temps comparer mon frère avec les p’tits privilégiés d’Américains, c’est un peu stupide.

Enfin, maintenant je vis parmi lesdits privilégiés alors autant tenter de s’adapter. Pourtant, ce n’est pas sans une dernière pensée nostalgique pour la matinée tranquille qui vient de s’envoler en fumée ou plutôt en écume avec le plongeon de Francis, que je lui réponds avec circonspection. Je me méfie toujours un peu de lui, il lui manque forcément une case, alors on ne sait jamais.

-C’est le seul moment où on peut avoir la paix.

Bon OK, en termes de capital sympathie, j’aurais pu faire mieux. Ça fait un peu trop p’tite vieille aigrie à mon goût alors, je fais un effort pour me reprendre et ne pas laisser à Francis une mauvaise impression de moi. Non pas vraiment que je me préoccupe de ce que les autres habitants de l’Institut pensent de moi à l’exception de Logan mais, quitte à être forcée de vivre ici, je peux au moins tenter d’avoir des rapports cordiaux avec le reste de la population. Sinon j’vais me faire encore plus chier que je ne le fais déjà. Et quand je m’ennuie, je fais des conneries, c’est scientifiquement prouvé. Or avec la présence additionnelle de Nina, mes conneries sont potentiellement deux fois plus dangereuses donc autant éviter de provoquer un environnement trop favorable à leur apparition.

-Et puis tu comprendras que parader cette horreur, je tire d’un air dégoûté sur le bout de tissu qui me sert de maillot de bain, c’est pas dans mes priorités.

C’est un peu léger comme début de conversation et un peu trop mode pour mon goût mais au moins avec ça, je suis sûr d’avoir son approbation. Même Francis et ses goûts étranges sera obligé de reconnaître que mon maillot est à vomir. Les filles de ma classe à Quito ne se gênaient d’ailleurs pas pour le murmurer juste assez fort sur mon passage pour que je l’entende. En même temps, je n’ai jamais porté la moindre attention à leurs discussions de pimbêches de la ville qui se croient tellement mieux que les villageoises des alentours. C’était des poufiasses et les poufiasses, la meilleure chose à faire quand on ne peut pas leur briser le nez d’une droite c’est de les ignorer. Je suis donc passée maître en la matière. La seule fois où j’ai crocheté poufiasse en chef et qu’elle s’est pété la gueule sur le bitume à mon grand plaisir et à l’outrage de la prof – ce qui me valut une semaine d’exclusion – c’est quand cette pétasse s’était permis de critiquer la tenue d’Ana. Qu’elle dise ce qu’elle veut sur mes tenues, ça m’est égal mais personne n’a le droit de critiquer ma p’tite sœur à part moi. Parce qu’Ana ça la touche vraiment ces conneries. Le rappel de ma sœur étant des plus désagréables, je m’empresse de plonger avant de reprendre la parole pour détourner mon esprit du sujet tabou.

-Mais et toi qu’est-ce que tu fais levé si tôt ? C’est habituel ?
avatar
Leandra Albarez Muñoz

Messages : 108
Date d'inscription : 23/06/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit plongeon matinal

Message  Francis A. Michaels le Dim 19 Juil 2015 - 0:40

Leandra commence enfin mieux sa compréhension du grand univers des X-Men, retrouvant peut-être de grands esprits humanistes, capable de tout faire pour aider son prochain, pouvant créer des ONG ou encore faire de nombreux doctorats dans le Monde pour essayer d’améliorer le droit mutant. Peut-être que la petite Leandra avait découvert cette facette de l’Institut Xavier. Elle avait peut-être admiré les travaux de multiples scientifiques comme ceux de McCoy ou encore en découvrant une grande humanité qui s’était retrouvée dans cette école par le visage de Psylocke ou de Wolverine. Cependant, malgré ses nombreux mirages, il lui restait un défi énorme à traverser. Ce défi pouvait blaser n’importe quels êtres humains censés. Ce défi avait traumatisé des personnes complètement normales et même des génies pour rentrer dans des centres de réhabilitation importante pendant plusieurs années.

Oui vous l’avez tous deviné, ce grand défi à traverser se définit par ma personne. Peu de personnes veulent maintenant s’approcher de mon corps parfait, vu comment mes pouvoirs secrets pour buguer le cerveau des gens. Et je remarque assez facilement la surprise dans la réaction de la sud-américaine à mon arrivé spectaculaire pour aller dans la piscine.

Mon sourire est toujours aussi grand, malgré une réaction physique hostile et une remarque assez hargneuse. Je me suis habitué par cette attitude, cette attitude si craintive et frustrée de voir ma magnifique personne dans les ombres et apparaitre quand on s’y attend le moins. Je laisse un rire pratiquement diabolique quand sa première phrase se termine.


« Ouais, t’as raison, mais la piscine, cela fait tellement 1978, les jeunes trouvent cela beaucoup trop démodé. Alors, ne t’inquiète pas pour venir dans la journée, tu vas toujours avoir la paix la plupart du temps. »


Je suis quand même une encyclopédie vivante en lui fournissant un dossier aussi complet pour savoir ce qui est démodé et ce qui est à la mode. Bon, son costume de bain n’est pas vraiment à la mode, mais je ne suis pas vraiment la personne pour faire des leçons sur son magnifique costume, surtout en trainant avec une punk de Montréal et une kikolol de St. Louis. Elles sortent quand même des trucs incroyables quand on fait nos soirées, tant dans les vêtements que leurs allures habituelles. Leandra fait juste beaucoup trop 1965 en pleine guerre froide avec des films d’archives où tu vois des dictateurs sud-américains faire leurs propagandes en faisant semblant de se baigner avec des citoyens pour être proche de ceux-ci.

Je rigole quand elle remarque au moins que son costume de bain est totalement horrible. On ne va pas trop continuer sur le sujet, mais je pense lui offrir quand même dans le futur un costume de bain bien plus classe. Je peux bien lui réserver la surprise, je suis quand même connu pour être le plus gros con de l’Institut, mais celui-ci aussi qui porte un grand cœur pour nourrir les orphelins et ceux qui portent des costumes de bain qui peuvent rendre aveugle toute personne sensée.

Elle me pose quand même une question pertinente : Qu’est-ce qu’un beau gosse comme moi fait dans une piscine au beau milieu du réveil de la plupart des membres de l’Institut Xavier?


« Je me suis beaucoup habitué à ma réveiller très tôt le matin durant ma formation dans l’équipe de l’Institut Xavier. Quand tu es réveillé vers les 4h00 du matin pendant trois ans, c’est difficile de se sortir de cette habitude. Au moins, je me réveille vers les 6h00 ou 7h00 maintenant à place de me réveiller quand le soleil n’est même pas levé. Mais bon, au moins, je profite des couloirs tranquilles, des centres de loisirs vacants et de la nature sans me faire déranger par des gamins d’onze ans, qui veulent jouer à cache-cache dans la forêt. »


Je suis quand même haineux contre ce genre de gamins qui veut juste briser la totalité de ta vie et effrayer tous les animaux de la faune de l’Institut Xavier quand tu te promènes dans la nature. Je commence à nager doucement sur le dos en essayant de réfléchir sur quoi je pourrais bien discuter avec la jeune équatorienne. Je ne dois pas juste faire le clown de service avec les jeunes. J’aime bien mener la vie dure aux jeunes, mais il faut quand même s’intéresser à leurs vies.

« En tout cas, j’espère que tu te plais ici. Peut-être que tu peux te perdre un peu, mais si tu as besoin d’infos ou de savoir quand on se fait livrer de la pizza, tu peux me demander de l’aide. Mais bon, c’est cool d’espérer que tu te plaises ici, mais est-ce le cas ou ma bombe nucléaire de l’eau te donne le droit de me refuser cette question et pratiquer la méthode du boudisme? »

_________________
avatar
Francis A. Michaels

Messages : 215
Date d'inscription : 26/04/2015
Localisation : Institut Xavier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit plongeon matinal

Message  Leandra Albarez Muñoz le Jeu 23 Juil 2015 - 5:01

Quatre heures du matin ? Mais qu’est-ce qu’ils foutaient debout à cette heure-là ? Vu les bribes d’informations que j’ai glanés ici et là sur les fameux X-Men s’entraîner j’imagine. La question étant bien entendu est-ce qu’ils avaient besoin de se lever aussi tôt pour ça ? Je veux dire on peut parfaitement s’entraîner sans se lever avant le soleil, non ? Enfin, les Yankees sont étranges comme ça alors je ne chercherais pas à comprendre la logique derrière leurs actes sous peine de risquer un mal de tête carabiné. Surtout qu’un groupe de soi-disant défenseurs de la mutanité qui engagent des cas sociaux à la Francis, je me méfie un peu…. Non mais, vraiment ! Son pouvoir a intérêt à être surpuissant pour qu’un chef digne de ce nom puisse considérer que l’avantage de l’avoir avec lui est supérieur à l’inconvénient majeur que sa personnalité représente.

Oui je sais je juge à nouveau sur la couverture c’est mal. Mais vous avouerez que celle de Francis n’est pas des plus attirantes. Et je ne parle pas physiquement – objectivement il est bien foutu – mais il ouvre la bouche et l’illusion de perfection se brise immédiatement. Enfin, quitte à ce qu’il soit là, je peux bien lui donner une chance, peut-être que si je fais un effort je vais découvrir une facette cachée derrière l’extérieur d’abruti joyeux. Je me permets donc un signe de tête d’acquiescement lorsqu’il se plaint d’être dérangé par les gosses de l’Institut quand tu te balade en forêt. Des mioches plus jeunes que moi j’en ai croisé peu mais c’est vrai qu’ils sont lourds à courir partout en criant. Et voilà que je recommence à penser en mamie de cent-dix ans !

Heureusement, il reprend la parole et si je ne comprends pas la moitié de ce qu’il raconte – bombe nucléaire de l’eau ? méthode du bouddhisme ? – ça ne m’empêche pas de lui répondre sincèrement. Même si j’aurais préféré être seule, maintenant qu’il fait l’effort de s’intéresser un minimum à moi, je peux bien lui rendre la pareille.

-Franchement, j’ai connu bien pire comme endroit. Les locaux sont d’un standing bien plus élevé que ce à quoi je suis habituée donc rien à redire de ce côté-là, si ce n’est que la jungle me manque vraiment. La nature est tellement…

Je cherche un instant le mot correct en anglais.

-domestiquée ici. Même vos forêts ont des sentiers droits et bien éclairés, rien qui ne sorte de l’ordinaire. Enfin, on finit par s’y faire. Ce à quoi je ne me fais pas, c’est les foutues références des gens. Non mais sérieux c’est quoi ANTM* ? Et Alison DiLaurentis**, c’est qui cette meuf ? Une chanteuse ? Une actrice ? Et pourquoi elle change de copain comme de chemise ? Et puis elle morte ou non, merde à la fin ?!

Réalisant que je suis en train de m’exciter un peu trop pour mon bien et celui de Francis par la même occasion si Nina décide de passer à l’action en profitant de ma perte de contrôle – en même temps j’en ai vraiment ma claque de ne jamais rien suivre aux conversations au réfectoire – je me reprends et change le sujet de la discussion vers un domaine qui risque moins de me faire péter un câble. Et qui pardessus le marché à l’avantage de m’intéresser au moins un petit peu.

-Mais sinon tu pourrais m’en dire un peu plus sur la fameuse équipe que tu viens d’évoquer. Je n’arrête pas d’entendre des allusions sur le sujet mais je n’ai pas encore réussi à me faire une idée précise de la question. Les X-Men sont recrutés à l’Institut c’est ça ? Et puis vous faîtes quoi exactement ? Vous avez un scanner pour les problèmes en cours et quand y’en a vous vous rendez sur place ?

Quoi ? L’histoire des groupes surhumains ne faisait pas partie de mes cours jusqu’ici, encore moins les groupes américains. Alors oui je suis assez ignorante sur la question. Les Vengeurs, ça va je situe. Les Last Sons, très vaguement – c’est loin l’Asie – mais c’est parce qu’on les voyait à la télé de temps en temps, le reste nada de nada. Donc si je peux m’informer avec quelqu’un de motivé pour m’expliquer la situation, bah je vais en profiter. Le contraire serait stupide.

*America’s Next Top Model
**Protagoniste de Pretty Little Liars (soi-dit en passant je ne regarde pas la série donc je me base sur Wikipedia, je m’excuse par conséquent en cas d’erreurs qu’on mettra sur le compte de l’inculture de Leandra en la matière :p)
avatar
Leandra Albarez Muñoz

Messages : 108
Date d'inscription : 23/06/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit plongeon matinal

Message  Francis A. Michaels le Sam 25 Juil 2015 - 1:03

Ainsi Leandra était en train de découvrir les pires cruautés de ce Monde, ainsi son histoire s’achève dans des nuits de tristesse et d’incompréhension. Pourquoi les professeurs de l’Institut Xavier avaient la folle idée de maltraiter autant les étudiants en les réveillant aussi tôt? On peut répondre facilement à cette question par les gros débiles qui ont l’idée de faire une formation d’élite de quelques années à place de plusieurs décennies. Est-ce que je regrette un entrainement aussi intensif? Je ne crois pas vraiment, j’ai beaucoup appris par des formations qui ont duré quelques mois et qui ont bouffé une grande partie de mes journées. Quand tu te réveilles vers les 4h00 du matin pour en bouffer jusqu’à 20h00, le reste du temps est surtout pour dormir et essayer de faire des trucs dans ton coin.

Au moins, dans cette formation intensive, j’ai eu le plaisir de rencontrer des magnifiques personnes. Certains ont des vécus particuliers pouvant beaucoup aider à une nouvelle compréhension de ce Monde, pendant que les autres… hum… comment l’expliquer… quand tu as des cours de combats avec Psylocke au lieu de Wolverine, c’est disons un grand avantage, même si tu te fais totalement botter le cul. En plus, tu as un gros avantage dans le Monde des X-Men à découvrir une vérité bien plus importante, les femmes peuvent devenir bien plus compétentes que tous les hommes réunis. Quand tu vois Psylocke ou X-23 mettre une cinquantaine de soldats surentrainés au sol, tu te poses vraiment des questions sur les capacités de ton genre et les préjugés autour.

Et plus sérieusement, je pense que jamais dans toute ma vie, je me suis trouvé des amis aussi fidèles que les X-Gardiens. Je les connaissais bien avant notre formation dans les X-Men, mais on s’est développé beaucoup plus d’affinités quand on a trainé durant des années ensemble. Je suis pratiquement toujours avec le même groupe depuis environ dix ans que je les vois pratiquement comme des frères et des sœurs.

Leandra répond à ma remarque donnant quelques compliments sur l’endroit, mais elle n’aime pas trop le manque de la faune naturelle et puis elle commence à me parler de trucs qui sonnent extraterrestre pour moi. Honnêtement, je ne sais vraiment pas de quoi elle parle. Cela doit être des trucs de références de filles vers l’adolescence.


« Euh… content que la place te plaise, mais quand tu me parles de l’ANTM, cela me rappelle juste une office du gouvernement canadien qui parle de sexualité beaucoup trop souvent. Et la seule Alison que je connais, c’est la chanteuse de l’Institut. Alors ne me pose pas des questions sur les références obscurs des autres, parce sérieusement, je ne connais pas du tout de mon coté non plus. »

Je n’imagine pas le désastre si elle commence à regarder MTV beaucoup trop souvent. Leandra qui risque de terminer dans les traumatisés de guerre pour le reste de son séjour à l’Institut Xavier. Je ne connais pas du tout les références plus dédiés aux adolescents, j’aime déjà mieux les aventures formidables pour enfants d’Adventure Times ou de Bob l’Éponge que suivre des stupides téléréalités avec des vedettes ratées. Au moins, Leandra n’a pas encore mentionné les grosses vedettes des Vengeurs comme Anthony Stark ou encore comme Carol Danvers.

Je n’aime pas trop faire la leçon aux jeunes de ne pas vraiment croire ce qu’ils entendent à la télévision. Être moralisateur, c’est tellement pour les mecs de quarante ans qui essaient de faire de l’opinion à la télévision ou encore à la radio. Je suis trop cool pour faire ce genre de travail et en plus, les X-Gardiens, c’est le boulot le plus classe de tous les temps.

En parlant de boulot, Leandra me pose la question sur les X-Men. C’est assez étonnant le nombre de jeunes étudiants qui en savaient trop sur les X-Men. Moi-même j’étais assez surpris de connaître la vérité sur ce groupe pendant les pré-tests. C’était assez bizarre de voir Kitty disparaitre pendant un moment pour faire sa formation, c’était étrange de voir une super-héroïne britannique habitée à l’Institut Xavier connue surtout pour ses capacités de combats, mais qui se doutait vraiment que l’Institut Xavier formait une force d’élite pour défendre les mutants?


« Habituellement, notre groupe est assez secret, même dans l’école et à ses étudiants. Mais bon, parce que tu es une fille sympa, je vais t’en parler. Les X-Men sont recrutés parmis les meilleurs étudiants de l’Institut Xavier, que cela soit dans la forme physique, dans les études ou encore dans le comportement. Il existe aussi beaucoup de travail sur la déduction et le contrôle de tes capacités. Tout est très difficile quand tu commences cette formation et il faut vraiment être prêt mentalement et physiquement.

La mission des X-Men se résume de deux manières différentes : L’intégration des mutants et parfois sa défense. Il est rare qu’on passe directement à la défense, la plupart de nos missions se résume surtout à aider les mutants à mieux s’intégrer dans la société civile. Par exemple, tu peux souvent voir Beaubier faire du droit pour les mutants, Kitty faire de l’anthropologie postmoderne pour justifier la présence des mutants dans la plupart des sociétés, McCoy qui essaie de normaliser le gène X dans le domaine scientifique ou encore la magnifique Alison Blaire qui nous fait des belles petites musiques. Les X-Men sont souvent une extrapolation du message de l’Institut Xavier. Je ne te parle même pas du travail de Paige, de Monet, du Directeur Xavier ou encore de Betsy. On essaie surtout de prouver aux détracteurs des mutants, que nous sommes capables de vivre avec eux, tant dans leurs modes de vies que dans la défense de leurs intérêts.

La défense des mutants est plutôt rare, mais obligatoire aujourd’hui. Parfois, on se retrouve contre des menaces ayant des idées complètement folles de vouloir effacer ou modifier le gène X. Plusieurs mutants souffrent encore de ce type d’organisations qui ont encore les moyens de nuire à la vie de plusieurs personnes innocentes. Sinon si les Vengeurs ou les Last Sons sont beaucoup trop incompétents pour contrer des menaces extraterrestres, on peut toujours aller défendre la planète, mais on n’aime pas beaucoup cette posture de défense mondial, on aime beaucoup mieux rester avec l’idée de l’intégration et de la défense des droits mutants. »


Le grand résumé de Francis en quelques mots sur l’Institut Xavier. Je lui épargne les plus morbides détails autour des Maraudeurs ou de l’Arme et ainsi que leurs manœuvres pour transformer le gène X en créature de l’enfer. Au moins, elle connait la totalité du message des plus pacifiques de l’Institut Xavier et des X-Men. J’espère qu’elle ne va pas trop me poser des questions théoriques sur les nombreuses théories scientifiques, politiques ou anthropologiques autour de la situation mutante, car oui je connais l’essentiel, mais le reste est plus difficile à expliquer.

« Et toi? Tu penses quoi de cette initiative? Tu trouves cela intéressant ou tu es complètement blasée du type ; « Pff… ils se prennent pour des super-héros, quels nazes! Ils se croient tellement supérieurs à l’être humain, parce qu’ils veulent être pris pour des super et non des humains. Quel manque de classe total! Ils pourraient essayer d’être plus sympas et regarder les émissions de vieille sur l’amour et sur la famille! » Et tu pensais faire quoi ici? Compléter ton cursus scolaire ou plus contrôler tes capacités? Ou découvrir les hamburgers du Mcdo? »

_________________
avatar
Francis A. Michaels

Messages : 215
Date d'inscription : 26/04/2015
Localisation : Institut Xavier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit plongeon matinal

Message  Leandra Albarez Muñoz le Lun 27 Juil 2015 - 6:52

Rien qu’en déclarant ne rien capter aux phrases que je viens de prononcer, il vient de grimper en flèche dans mon estime. En même temps, si l’autoproclamé boulet de l’Institut suivaient les conversations d’adolescentes surexcitées, je comprendrais encore moins ce pays que je ne le fais maintenant. Donc, finalement ça me rassure. Et puis, j’aurais eu l’air maline s’il avait commencé à blablater sur des sujets qui ne m’intéressent dans le fond pas vraiment. Au moins là on est fixés, on n’en a rien à faire tous les deux et c’est tant mieux. Par contre, le sujet des X-Men m’intéresse vraiment et je suis contente de voir que Francis accepte de m’en parler.

Parce qu’il ne faut pas être un génie pour comprendre que le sujet est plus ou moins tabou. Les rumeurs vont bon train dans les couloirs de l’Institut mais rien de tangible. Faire le lien entre le groupe assez secret comparé aux autres groupes de surhumains des X-Men et l’Institut quand on y vit n’est pas très difficile mais dépasser ce stade demande de réelles connexions. Par précaution, j’ai donc préféré ne pas m’y intéresser de plus près sachant pertinemment qu’il y avait peu de chances que la petite nouvelle soit mise dans la confidence. Or, étant donné que si je laisse libre court à ma curiosité, elle peut être dévorante, j’ai préféré laisser le sujet de côté de peur d’y prendre goût et tout faire pour en savoir plus au risque de m’attirer de gros ennuis. Néanmoins, ça ne veut pas dire que je ne peux pas tenter ma chance lorsqu’une occasion se présente. Et apparemment je suis dans un bon jour car Francis se lance dans une longue explication.

Je l’écoute donc attentivement même si certains détails m’échappent et notamment les noms de bien des personnes dont il parle. Sans compter les activités de certains membres qu’il vient de citer, non parce que l’anthropologie post-moderne je vois trèèèès vaguement à quoi ça peut correspondre mais de là à en comprendre l’utilité pour la cause mutante ça dépasse mon niveau d’études. Surtout que si je ne suis pas une mauvaise élève je ne suis pas non plus une tête, je m’en sors à peu près partout et c’est tout ce qui compte. Je n’avais de toute façon aucune idée de ce que je ferais étant adulte quand j’habitais encore chez mes parents et depuis l’apparition de Nina encore moins. Néanmoins, l’idée générale qui ressort du discours de Francis me plaît. Les X-Men n’ont pas l’air d’être le typique groupe avec des objectifs plus grands qu’eux. Ils ont une cause claire et œuvrent pour elle de toutes les formes possibles. Certaines sont trop avancées pour moi mais d’autres non. Et rien que l’idée de l’Institut est une super initiative. C’est que j’ai beau être encore un peu mal-à-l’aise entre ses murs, je suis tout de même capable de reconnaître que, sans l’Institut, je serais actuellement bien mal lotie.

Rien que de m’imaginer de retour dans la clinique à Quito me donne de l’urticaire. Non pas que la doc ait été atroce avec moi, elle était même plutôt sympa mais ses questions incessantes me gênaient. Elle m’obligeait à parler de ma relation avec Ana, avec Mateo, avec mes parents, même avec Nina alors que je n’en avais aucune envie. Et puis, l’idée de vivre dans un quasi hôpital où je n’étais qu’un patient de plus à soigner était particulièrement désagréable. Au moins ici, je ne suis pas un projet intéressant à décortiquer, ni la réincarnation d’une divinité longtemps oubliée, je suis juste moi : une ado bougonne et partageant son corps avec une jaguar un peu trop curieuse pour notre bien commun. Les gens ne me regardent pas de travers, mon accent peut leur tirer un sourire de temps à autres et certains des jeunes de mon âge sont franchement cons mais c’était aussi le cas chez moi. La seule chose qui me manque vraiment ce sont mes escapades dans la jungle.

-Je trouve que l’idée est bonne. Pour être tout à fait honnête je viens d’un bled bien paumé près de Quito et si j’ai eu les cours basiques sur le gène X en cours de bio l’année dernière, je n’y connaissais à peu près rien aux mutants avant de découvrir que j’en étais une. Alors, je ne suis pas mécontente de me retrouver dans un endroit où les gens savent de quoi ils parlent. Non parce que, chez moi, quand je me suis transformée pour la première fois ils ont rien trouvé de mieux à dire que de penser que j’étais une descendante des mythiques hommes-jaguar réincarnée à notre époque pour aider le village. J’ai l’air d’une divinité franchement ?

Crétins superstitieux ! Je me demande ce qu’Abuelita en aurait pensé, elle qui adorait me raconter les légendes de notre région. Bref quoiqu’il en soit, je ne suis pas une divinité mais une ado paumée qui ne comprenait pas ce qui lui arrivait et craignait que ça recommence. Alors, les cours avec Logan sont arrivés comme un cadeau de la Providence. Pas que les progrès soient visibles à l’œil nu mais j’arrive plus à sentir la transformation arriver et à me contrôler pour l’éviter. Le prochain pas sera d’imposer mon esprit une fois dans le corps de Nina mais on n’en est pas là pour le moment.

-Résultat, œuvrer pour que les gens comprennent mieux la situation vécue par les mutants, je trouve ça utile. Parce que y’a vraiment des coins du monde où y’en a besoin.

Et encore que j’ai eu la chance que chez moi ils m’ont pris pour une divinité et pas un monstre. J’imagine que ce n’est pas partout pareil. Bon, les relations avec ma famille sont tendues depuis « l’incident » mais j’aurais pu être totalement reniée. Alors bien sûr je souffre de l’absence de contact avec mon frère et ma sœur mais j’espère que le temps finira par panser toutes les blessures. Et sinon je devrais apprendre à vivre sans eux. Parce que je suis sûr qu’ils arrivent très bien à vivre sans moi, suffit de voir avec quelle facilité ils m’ont laissé partir à des milliers de kilomètres sans même un au revoir à l’exception de papa.

-D’ailleurs, vous travaillez uniquement en Amérique de Nord ou vous avez des relais ailleurs dans le monde ?

Parce que les groupes types Vengeurs ont l’air d’être assez liés à une région précise. Suffit de voir les Luchadores, perso ça me laisse assez froide mais mon frère et ses copains les ont toujours plus ou moins idolâtrés. Ce qui est un peu bête parce que ce genre d’initiatives y’en a besoin partout. Les superpouvoirs et autres mutations sont répartis sur la totalité du globe et, si je ne dis pas que ce soit facile d’avoir une seule organisation qui gère le tout, j’ai vraiment l’impression que côté communication entre les divers groupes locaux c’est la pagaille totale, pour ne pas dire la guerre ouverte.

-Ah et pour te répondre, au début je pensais rien faire ici, j’ai pas eu le choix, mes parents ne savaient pas quoi faire de moi alors hop envoyée loin de la maison, non je ne suis pas amère, pas du tout, c’est juste une impression. Mais, depuis que je suis arrivée, j’ai commencé à tenter de contrôler mes pouvoirs avec Logan et je ne suis pas mécontente d’être ici. Par contre, côté cursus scolaire, c’est moins ça. Mon anglais est suffisant pour tenir une conversation mais étudier tout le temps en anglais c’est galère, même avec les cours d’anglais en plus que j’ai avec Alexandra.
avatar
Leandra Albarez Muñoz

Messages : 108
Date d'inscription : 23/06/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit plongeon matinal

Message  Francis A. Michaels le Sam 1 Aoû 2015 - 15:52

Au moins, elle est intéressée par connaitre l’Histoire de l’Institut Xavier et de notre force secrète. Il est peut-être difficile de cacher ce groupe aux étudiants, mais je crois vraiment que Leandra peut se montrer beaucoup plus compréhensive envers les combats de l’Institut Xavier. Beaucoup d’individus viennent surtout dans notre école pour essayer de se mettre à l’écart de la société, quand notre but principal est qu’on s’affirme dans cette société. Je connais très mal toute l’Histoire de Leandra, mais elle est bien différente des rencontres que je pouvais faire avec d’autres étudiants. Elle s’intéressait beaucoup plus au sujet que les émissions débiles qu’on pouvait avoir à la télévision. Je m’intéresse peut-être à Trône de Fer ou à d’autres séries, mais je passe le plus de temps à discuter avec mes tarés d’amis que m’intéresser à tous ce que les jeunes pourraient aimer.

L’Institut Xavier est quelque chose de très important à discuter, parce que je suis conscient que cela ne peut pas faire l’unanimité. Entrainer des jeunes doués dans le domaine sportif pour qu’ils deviennent des combattants était quelque chose de problématique dans plusieurs cultures. Pour quelques alarmistes, on construisait comme des enfants soldats alors que pour d’autres ont été en train de devenir des combattants, non uniquement lié à la violence physique, mais par le changement qu’on voulait apporter à la société. C’était facile de construire la culture des X-Men, mais je crois toujours que c’est notre volonté de faire un bien dans la société qui nous fait suivre ce chemin. On développe nous-mêmes ce qu’on veut faire des X-Men, car chacun apporte leurs opinions. Et contrairement aux Vengeurs, nous sommes toujours capables de nous entendre avec des opinions toujours aussi différentes.

Peut-être que j’idéalise beaucoup les X-Men, mais je crois vraiment qu’on représente la diversité et l’ouverture la plus honnête dans cette équipe. Leandra m’intéresse dans ses premières réponses quand elle trouve l’initiative bonne. Souvent on représente très mal cette idée qu’est les X-Men, surtout par l’idée de la force dans quelques de nos missions. Je ne connais pas vraiment Quito, la géographie nord-américaine passe toujours, mais quand on me parle de géographie sud-américaine, je suis complètement perdu. J’ai déjà fais de nombreuses missions en Amérique du Sud, mais avec la technologie des X-Men, il était facile de se retrouver sans posséder nécessairement la mémoire.

Je commence à rire délicatement quand elle me parle de la découverte de sa mutation. Ouais, elle avait raison, elle vivait vraiment dans un coin perdu de la planète. Ils ont peut-être parlé de gène X, mais dès qu’un pouvoir est apparu, ils laissent tomber le pouvoir de la logique pour tomber dans de vieilles croyances. Au moins, elle a eu beaucoup plus de chances que d’autres familles, malgré que leurs croyances pouvaient être assez étranges, ils l’ont quand même accepté partiellement.


« Avec de la fourrure de jaguar et un bâton avec dimant vert au sommet, on pourrait jurer que tu pourrais être la protectrice mystique de Quito, comme Amara Aquilla avec sa Nouvelle Rome.  »

Peut-être qu’elle ne connait pas Amara, mais bon j’aime toujours mes vieilles blagues caricaturaux sur des anciennes traditions cultures sud-américaines. Il existe un certain charme dans la croyance, mais j’aime toujours embêter les jeunes avec des traits plus humoristiques de leurs passés. De toute façon, si elle m’en parle dans l’immédiat, cela ne doit pas être encore un sujet choquant pour elle.

Leandra me pose une autre question autour des X-Men. Au moins, elle s’intéresse au sujet à place de l’éviter. La question sur l’international reste intéressante, parce que pendant plusieurs années, les X-Men et l’organisation de l’Institut Xavier avaient travaillés longtemps pour développer de nouvelles écoles à travers le monde. L’idée de cette construction mondiale n’était pas de faciliter le recrutement des X-Men, mais bien de faciliter la vie de plusieurs mutants avec des professeurs locaux pouvant mieux gérer les explications autour de la mutation et de la politique du pays. Bien que ce projet est toujours en construction, on peut toujours parler de l’implication de Paige Guthrie ou encore des multiples organisations que le Directeur Xavier finance pour amener une intégration bien plus rapide des mutants dans chaque société.


« L’Institut Xavier est très bien installé à l’Amérique du Nord. Nous avons beaucoup travaillé sur le continent occidental pour se placer comme une référence intellectuelle et politique pour les mutants. On a plusieurs projets d’acheter des bâtiments à l’étranger, non uniquement pour aider les X-Men à se rendre plus facilement sur le territoire, mais aussi à ouvrir des refuges et des écoles où que dans certains pays, les mutants vivent toujours une difficulté d’acceptation. Ce genre de projets est encore en négociation, cependant notre école travaille beaucoup dans de divers ONG et avec des groupes de sécurité pour amener les mutants vers ici. Cependant, il serait quand même intéressant d’ouvrir des institutions secondaires pour aider les jeunes mutants en difficulté à travers le Monde, tout en restant proche de leurs familles ou de leurs amis. C’est parfois difficile pour quelques uns de mes amis de venir ici, loin de leurs parents. Des personnes ont parfois plus de sensibilité de quitter leurs proches que les autres. »

Pour moi, je n’ai pas trop de difficultés à dire au revoir à mon père, à ma mère, à ma sœur ou encore à mes amis d’écoles, le seul grand pincement, de cœur que j’ai eu, a toujours été envers ma grand-mère. Au début, c’était plus difficile de m’assumer en tant que mutant, et bien que l’Institut Xavier a fait beaucoup pour ça, je donne beaucoup de crédit envers ma grand-mère pour m’aider à accepter ma mutation bien plus facilement avant mon recrutement à l’Institut.

Leandra réponds ensuite à mes questions de bases. Comme plusieurs mutants dans des pays en développement, elle n’avait pas vraiment eu le choix de quitter la maison par l’incompréhension de la famille autour de la mutation. Malgré qu’elle ne cherche pas vraiment à rien prouver ici, elle a quand même reçu une certaine aide de Logan pour contrôler ses capacités. Leandra avait aussi un petit problème linguistique avec la langue anglaise dans le milieu scolaire, pratiquée en tout temps.


« C’est sympa que tu as survécu à une conversation avec Logan, mais tu dois faire attention, si tu deviens trop son amie, tu vas être obliger de regarder de l’hockey sur glace avec lui. Mais ouais dommage pour ton anglais, mais je crois que tu peux beaucoup le travailler ici et peut-être viser un domaine spécifique de ton choix grâce aux cours qu’on peut donner ici. Est-ce que tu avais une idée de carrière ou c’est encore en réflexion?»

_________________
avatar
Francis A. Michaels

Messages : 215
Date d'inscription : 26/04/2015
Localisation : Institut Xavier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit plongeon matinal

Message  Leandra Albarez Muñoz le Lun 24 Aoû 2015 - 12:53

Je ne sais pas qui est Amara Machinchose mais je choisis de prendre sa remarque comme un compliment. Et ce pour autant que Nina n’apprécie que très moyennement l’idée que nous portions la peau d’un de ses congénères. Mais je la rassure, je suis désormais à moitié jaguar alors arborer une quelconque fourrure, encore plus de jaguar, me dégoûte à peu près autant que d’arborer un manteau en cuir humain. Quoiqu’il en soit, je comprends qu’à son étrange manière, Francis essaye de me faire sourire et je dois reconnaître que ça marche. L’image est certes perturbante mais aussi tellement stupide que je ne peux m’empêcher de sentir mes lèvres se retrousser dans un geste clair d’amusement.

Je reprends néanmoins mon sérieux pour l’interroger sur l’implantation de l’Institut et des X-Men à l’étranger. Parce que si se taper Quito-New-York c’est long mais faisable, j’ai du mal à imaginer qui que ce soit venir depuis le fin fond de la Chine ou l’Afrique. Or Tornade est un parfait exemple que le continent africain possède autant de mutants que les autres, voire des mutants encore plus puissants que leurs congénères occidentaux. Sa réponse va d’ailleurs dans le sens de ce que j’imaginais. Jusqu’à maintenant l’idée consiste surtout à rameuter les jeunes mutants en besoin d’aide vers New-York à travers des liens avec des associations et personnalités impliquées aux quatre coins du monde – la clinique du doc dans mon cas – mais, dans un futur proche ou lointain, il s’agirait d’ouvrir des sortes de « succursales » à l’étranger pour fournir un environnement le plus adapté possible aux mutants en difficulté.

Et, en effet, je me sens tout de suite concernée lorsqu’il parle de laisser derrière soi sa famille. J’ai beau avoir toujours été très indépendante, ça ne signifie pas pour autant que j’ai quitté les miens le sourire aux lèvres et qu’ils ne me manquent pas. Les soirées à chuchoter avec Ana dans notre chambre pour ne pas réveiller les parents, le repas familial du dimanche, les embrassades de maman, les fous rires avec papa, les histoires de Mateo, tous ces détails que je croyais acquis pour toujours jusqu’à ce qu’ils me soient retirés brutalement sans mon accord. Même mes rares connaissances du collège viennent parfois à me manquer et Dieu sait que j’étais loin d’être réellement proche de qui que ce soit vu que je passais mes soirées à fureter dans la jungle plutôt qu’à discuter avec les gens de mon âge.

Heureusement pour mon moral, la question suivante de Francis me reconcentre sur le présent et je laisse de côté la nostalgie des beaux jours en famille pour lui expliquer ma situation actuelle. Qui n’est ni idyllique, ni atroce, juste encore un peu étrange. Je prends peu à peu mes marques mais la barrière de la langue se fait malheureusement bien souvent encore sentir aux moments les plus cruciaux. Heureusement avec Logan ce sont plus nos corps que nos lèvres qui bougent, ce qui me convient parfaitement. Je dirais même que son côté gros bourru taciturne me met à l’aise, avec lui pas besoin d’explications interminables. Il n’y a rien de plus que ce que tu vois à gérer et ça me va très bien comme ça. La pique de Francis me tire néanmoins un pouffement peu habituel chez moi. Je n’appartiens pas à l’espèce ado poule glousseuse.

-Il est fan à ce point ? Je crois que je suis bien capable de me taper un match avec lui si c’est pour le voir s’exciter, il est tellement calme pendant nos séances.

Et puis en tant qu’équatorienne, j’ai une sacrée fascination pour la neige, la glace et tout ce qui se rapporte au froid – j’ai d’ailleurs hâte que l’hiver s’installe pour goûter à ma première neigée ! – alors le hockey m’intrigue réellement. Sans compter que le côté grosses brutes qui se tapent sur la gueule pour mettre le palet dans les buts, dans le fond, ça ne change pas tellement des autres sports auxquels je suis habituée. Non parce que les rares fois où les mecs du village ont accepté que je les rejoigne dans leurs matchs de foot – sous prétexte que je suis une fille, ils aiment prétendre que je ne suis pas assez douée alors qu’en fait ils ont juste la trouille que je leur mette une raclée en bonne et due forme – les coups de pute ça y allait généreusement. Autant dire que s’il y avait eu un arbitre dans le coin, il n’aurait jamais eu assez de cartons rouges pour tous nous exclure ou alors le match aurait pris fin bien vite pour faute de joueurs. Bref, tout ça pour dire que les sports violents je n’ai rien contre. Les sports non violents non plus soi-dit en passant : la finesse et la force qu’il faut combiner pour escalader une falaise ou effectuer un enchaînement de gymnastique m’ont toujours fascinée. Paraît d’ailleurs que y’a un mec de mon âge qui peut faire des enchaînements anormaux grâce à son pouvoir à l’Institut, faudra que je me mette à sa recherche un de ces quatre pour lui demander une démonstration. Mais, j’y pense, Francis le connaît peut-être. Avant de lui demander cependant, je suis assez polie pour répondre à sa question. De manière assez brève néanmoins vu que, pour être honnête, je n’ai pas la moindre idée de ce que je veux faire plus tard.

-Honnêtement, je sais pas. Je ne m’étais jamais posée la question avant d’arriver ici et pour l’instant je suis un peu trop occupée à gérer Nina et augmenter mon niveau d’anglais pour penser à l’avenir. Mais bon j’ai le temps et puis vous avez des matières que j’avais pas chez moi donc je me découvrirais peut-être une passion qui sait.

Pas la peine de préciser que j’en doute fortement, mon image de blasée de la vie n’est plus à faire, alors pas besoin d’en rajouter.

-Et toi tu étudies quelque chose en particulier ou tu te consacres aux X-Men à temps plein ? Sinon, rien à voir mais j’ai cru comprendre qu’il y avait un garçon d’à peu près mon âge qui avait un véritable talent pour la gym qui vivait à l’Institut et ça m’intéresserait de le voir s’entraîner s’il est ok, tu saurais qui c’est et si j’ai la moindre chance qu’il me dise oui ? Parce que si tu peux m’éviter de me faire envoyer bouler, j’apprécierais.

Etre asociale c’est une chose, aimer se faire envoyer dans les choux une autre.
avatar
Leandra Albarez Muñoz

Messages : 108
Date d'inscription : 23/06/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit plongeon matinal

Message  Francis A. Michaels le Sam 29 Aoû 2015 - 0:33

J’ai appris quelque chose avec les mutants animaux, j’ai toujours beaucoup de mal de percevoir cette impression de dualité avec la nature. Je connais beaucoup des Luchadores avec des légendes tels que le mystérieux Mystico troisième ou encore la grande famille Alida, mais connaître toute la mythologie et la magie autour des idées des animaux ou encore des entités, c’est vraiment une autre histoire. Je ne connais pas trop son histoire autour de Nina. L’Amérique latine a toujours eu une histoire fortement différente des autres continents sur la mutation ou  sur la sécurité. Déjà que j’avais beaucoup de difficultés avec Kyana avant ou même Wolverine, je ne risque pas de me montrer très enthousiaste à en découvrir plus. Au moins, dans mon humour, je ne fais pas une remarque très raciste. Elle prend même mes remarques avec un sourire malgré le refus de cette idée beaucoup trop géniale pour un personnage mystique de son Village. Je ne sais pas où on pourrait placer Quito sur une carte en Amérique latine, mais en plaçant la prophétie de la femme-jaguar, je suis sûr qu’on pourrait retrouver cette place plus facilement par le buzz internet. Alors vous savez toute la vérité maintenant… si on ne sait pas où est Quito. C’est parce que Leandra refuse mes idées incroyablement sympathiques et intelligentes.

En plus, vous remarquez les magnifiques exploits que je suis en train de faire? Je suis capable de faire des magnifiques blagues pour être sérieux peu après. Je ne sais pas comment vous pouvez ignorer cette vision incroyable de ma personne. Je ne vais pas commencer à me vanter comme Carol, mais je suis quand même supérieur à Garfield Logan ou à Ethan Scott. Alors pour le sujet de l’Institut Xavier au niveau international, je crois que beaucoup d’autres pourraient en discuter bien mieux que moi, mais je me sens parfois impliquer dans ce genre de projets, vu les vocations internationales des X-Gardiens.

Beaucoup de facteurs jouent sur la perception de trois continents en particuliers, trois continents qui ont un peu plus difficultés que l’Occident de sortir des nombreux problèmes autour de la discrimination contre les mutants. L’Europe, l’Océanie et l’Amérique du Nord ont eu beaucoup plus de facilités que les autres continents de conduire vers la modernité politique. Il peut toujours avoir des mutants avec plusieurs difficultés comme Casey ou comme Jennifer, mais on est très loin d’une autre époque où les minorités avaient beaucoup moins de chances. Aujourd’hui, les grands combats contre la discrimination ne sont pratiquement plus à faire, parce que la politique fait déjà le travail pour rentrer dans une certaine normalisation des minorités.

L’Amérique latine, le Moyen-Orient, l’Asie et l’Afrique sont vraiment dans une perspective très différente des mentalités occidentales. Ils ne sont pas tous automatiquement racistes, certains États, on peut les connaître pour des politiques restrictives comme en Corée du Nord ou encore en Iran. Mais chacun des pays ont une diplomatie bien différente. L’Afrique a une petite chance avec le Wakanda qui peut aider dans de nombreux pays, mais aussi de multiples minorités. Pour Leandra, je la compte bien plus chanceuse que plusieurs autres, uniquement parce que l’Amérique latine n’est plus aussi autoritaire et discriminatoire que durant la guerre froide. Ils n’ont pas beaucoup de problèmes avec certaines mœurs, mais ils ont surtout de problème dans l’instabilité politique ou dans la pauvreté de plusieurs régimes.

Je suis content de voir une telle diffusion dans le monde entier, cela permet de connaître bien plus que les cultures. Je suis sûr que Leandra peut beaucoup nous apprendre sur nous-mêmes, juste par sa culture et sa différence. Je ne sais pas vraiment comment son voyage s’est passé, ni son départ, mais j’espère vraiment qu’elle va trouver quand même un plaisir. Elle peut parfois revenir chez elle pour des petites vacances, mais je crois qu’elle doit vraiment profiter de ses moments à l’Institut pour créer des formidables relations ou aventures.

Mais, je suis vraiment contre-productif, vu mes répliques semblent la troubler autour de Wolverine. Le plus gros fan d’hockey à l’Institut Xavier reste quand même le griffu des X-Men. Leandra est juste chanceuse de ne pas avoir connue encore l’un des évènements sportifs. Cependant, je dois vraiment la consoler de mes dernières remarques sur le X-Men.


« Ah non, ce n’est pas lui qui va t’amener voir les Rangers de New York, mais il faut éviter de le déranger quand il écoute. Je ne crois pas qu’il va t’obliger de regarder du hockey, si tu trouves cela beaucoup trop naze. C’était juste une blague. »


Le gros Wolverine aime mieux vivre dans son coin pour ses différentes passions. Déjà qu’il s’est trouvé d’autres passions à place de botter les fesses des étudiants, c’est un grand avantage pour plusieurs d’entre-nous. Après notre petite révision sur le comportement de Wolverine, Leandra commence à me faire un petit tour de ce qu’elle doit faire avant de penser à une carrière. C’est plutôt une bonne idée, elle est assez jeune et elle n’a pas vraiment besoin de se presser pour choisir sa carrière. À quatorze ans, tu dois vraiment faire des trucs bien plus amusants de sa vie que penser à se responsabiliser.

Après elle décide de me retourner doucement la question sur ma carrière. Est-ce que je pensais vraiment faire une autre carrière? Elle vise plutôt bien quand l’option des X-Men temps complets, parce que je ne pensais faire un autre cheminement de mon rôle actuel. Ensuite, elle me pose une question qui pourrait lui être fatal dans le futur. Elle ne connait pas tous les risques qu’il risque de toucher juste en me posant une question aussi innocente que le gymnase complètement attardé qu’est Casey Nordin.


« Je ne crois pas que je vais suivre une autre formation que celle des X-Men. Cela me plait beaucoup de travailler pour une cause que je crois énormément. Quand, j’étais plus jeune et que je ne connaissais pas les X-Men, ma grand-mère m’a toujours guidé pour une carrière dans le social et aujourd’hui, je crois que les X-Men me donnent une possibilité infinité dans ce domaine. En plus, je fais ce que j’aimais beaucoup  avec des gens qui sont pratiquement une famille pour moi.

Alors pour répondre à ta deuxième question autour du gymnaste incroyablement doué, je le connais personnellement. C’est un être appelé Casey Nordin, mais il ne faut pas se faire tromper par un nom aussi simple. Derrière son regard innocent se trouve l’une des pires menaces de l’humanité, capable de faire exploser une cuisine entière juste en essayant d’allumer la télévision au salon. C’est à tes risques et périls pour des essais avec lui au gymnase. Il risque peut-être de te causer des dommages importants à ton cerveau juste en parlant… »


J’espère uniquement qu’elle comprend le second degré, sinon on n’est pas sorti des explications trolls que je viens de lui offrir. Casey est un gamin sympathique, mais j’ai beaucoup moins de patience que Jane pour lui faire face. Au moins, je peux me dire que j’ai beaucoup plus de patience que Mason.

_________________
avatar
Francis A. Michaels

Messages : 215
Date d'inscription : 26/04/2015
Localisation : Institut Xavier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit plongeon matinal

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum