Entre Bourse et Rendez-vous (Le Fauve)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Entre Bourse et Rendez-vous (Le Fauve)

Message  Elizabeth G. Braddock le Ven 2 Jan 2015 - 9:47

    Il était souvent difficile de sortir Elizabeth pour des missions de recrutement envers des jeunes mutants. Elle n’avait souvent pas la tête à faire ce genre de négociations pour les enfants mutants et habituellement, elle n’était pas une modèle parfaite pour faire la propagande pour un stage à l’Institut Xavier. Betsy entrainait surtout les nouveaux X-Men à l’Institut Xavier pour améliorer leurs techniques de combats ou pour mieux gérer des stratégies, elle était très loin d’être dans le modèle de Xavier pour faire approuver l’École Xavier aux parents. Cependant pour cet enfant, elle a eu plusieurs demandes différentes pour faire partie de la mission d’aide et de recrutement. Premièrement, c’était Xavier qui lui demandait directement ce service vu que Jean était indisponible pour participer à cette mission et que Frost… c’était Frost. Emma avait la tendresse d’un bulldozer fusionné avec un excavateur de voiture. Psylocke n’était certes pas la personne parfaite pour s’occuper des enfants, mais elle gagnait déjà des points devant Emma pour cette mission. Malgré que la demande vienne de Xavier, Betsy était hésitante dans la salle de réunion pour voyager à Boston pour discuter avec les parents de l’enfant.

    C’était à la deuxième intervention en sa faveur que Betsy avait accepté après quelques secondes. Hank avait intervenu pour une participation de Betsy, mais accompagnée par le magnifique poil du Fauve. Elle n’hésita pas sur le moment d’accepter ce petit rendez-vous galant. Ils n’avaient jamais eu le temps de sortir réellement, Betsy étant trop occupée entre les missions avec Dazzler et les entrainements avec les jeunes recrues des X-Men. Hank était aussi occupé autour des expériences de stabilisation de certains pouvoirs. Elle n’allait certainement pas oublier la mission du jeune mutant, mais après, elle pensait vraiment prendre un temps avec Hank de faire une petite sortie. Une promenade, un film ou un repas bostonien. C’était à voir après les discussions avec les parents du jeune mutant.

    Elle lisait plus en profondeur le dossier du jeune mutant. Thomas Hendricks, quatorze ans. Il avait découvert ses pouvoirs comme la majorité des mutants à sa puberté vers l’âge de treize ans, ses parents l’avaient bien accepté, mais il commençait à avoir des problèmes à l’école. Plusieurs de ses amis ont ressenti un changement de comportement vu sa télépathie non-contrôlée. Cet enfant lui rappelait quelqu’un de particulier, non de mutant, mais avec un pouvoir télépathique de la folie. Durant une période, Excalibur avait accueilli Megan Morse, la nièce de Martian Manhunter. Elle avait un potentiel télépathique immense, mais elle le contrôlait très mal. Betsy avait essayé de bloquer les influences indirectes que Megan pouvait faire, mais cela prenait toujours un grand effort pour Elizabeth. Cependant, contrairement à Megan, qui pouvait être facilement à comparer à un mutant oméga sur la télépathie, Thomas avait un potentiel Alpha pouvant laisser Betsy de faire une certaine manipulation pour bloquer les dérives télépathiques du jeune enfant.

    Jean Grey l’avait déjà fait à Elizabeth, Psylocke avait eu le temps de se pratiquer sur ce genre de manipulations non-hostiles pour aider ce jeune télépathe. Les parents de Thomas étaient déjà avertis de Xavier par téléphone que l’Institut était intéressé à offert une bourse pour le jeune Hendricks. Le Premier Contact était au moins déjà fait. Braddock ne se montrait pas très bavarde durant le voyage vers Boston, un peu comme à son habitude. Elle pouvait déjà échanger quelques sourires et quelques mots avec son compagnon de vie, mais c’était difficile de la percer quand ce n’était pas dans un milieu plus personnel. Betsy avait déjà proposé durant le voyage, après le travail de faire une petite sortie.

    Le voyage fut très rapide, il n’existait pas beaucoup de kilomètres qui séparaient Boston de New York, surtout avec le transport de l’Institut Xavier. Ils avaient atterri dans une ancienne base du Club des Damnés, rachetés par Charles vu le démembrement que l’Institut avait fait de cette organisation durant les dernières années. Ils étaient maintenant devenus des ennemis secondaires pour les X-Men. Toujours présents et dangereux comme les Maraudeurs, mais leurs niveaux de menaces avaient beaucoup reculés devant l’avènement de d’autres organisations. Entre l’élection de Stryker et la venue des Vengeurs, rien ne présageait des facteurs positifs pour les mutants, surtout avec le désir de certains Vengeurs de soutenir William Stryker.

    La petite famille était installée en Banlieue, le couple était arrivé par une voiture louée, ceux-ci avaient averti une heure d’avance les parents de Thomas avant leurs arrivées. La soirée venait de commencer à Boston, le paysage restait agréable. Les deux X-Men étaient en costumes civils, ce n’était pas une mission des X-Men, mais bien de l’Institut Xavier. Betsy possédait des vêtements assez sobres : Manteau noir et jean noir. Derrière son manteau, elle avait une chemise aussi sombre que son jean. Arrivant devant la maison, les deux X-Man avaient ouvert la marche. Betsy se stoppa quelques secondes en ressentant la télépathie du jeune Thomas avant de continuer la marche. Elle préférait qu’Hank fasse les présentations pour éviter de créer certains malaises avec les parents.
avatar
Elizabeth G. Braddock

Messages : 485
Date d'inscription : 21/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entre Bourse et Rendez-vous (Le Fauve)

Message  Henry P. McCoy le Lun 2 Fév 2015 - 7:55

A mes yeux, Betsy est surement une des plus aptes pour ce genre de mission et je parle honnêtement, tout en étant objectif. Bon, je sais qu’elle préfère surement aller en mission d’action, ou s’entrainer voir entrainer les autres, mais Betsy n’est pas qu’une combattante, c’est une mutante reconnue pour ses actes avec l’Excalibur, une femme qui peut apporter une honnêteté dans une entrevue qui sera surement différente de la mienne car elle possède sa propre vision. Jean aurait surement, comme souvent, une vision trop proche de la mienne, n’apportant pas grand chose de neuf, et Emma une vision bien trop – tranchante -… Non je n’ai rien contre Emma Frost, je trouve juste que sa délicatesse et son tact sont dignes de la Reine des Glaces, alors que Betsy, quand on la connaît réellement, il est évident qu’elle possède en elle une certaine douceur, une attention, et de la passion. Je crois qu’elle ne se rend pas compte qu’elle pourrait facilement devenir un symbole pour beaucoup de jeunes mutants, un symbole positif, et puis il faut être totalement aveugle pour ignorer le charisme qu’elle possède. De plus il faut dire que cela me fait plaisir de partager ce moment avec elle, c’est une façon de partager mes habitudes, mon travail… Enfin le travail autre que scientifique ou des débats politiques… Je dois avouer, à mon plus grand regret, que je n’ai pas offert beaucoup de temps à ma partenaire ces derniers jours, tellement concentré sur mes recherches, occupé aussi à préparer un discours mais aussi un exposé sur la mutation pour le présenter devant l’O.N.U., pour aider les droits des mutants. Je suis bien trop souvent enfermé dans mon bureau ou mon monde sans voir les heures passer, toujours penché sur le choix des mots pour tenter de toucher les hommes. En faite, je crois que depuis la mort d’Erik, je me sens beaucoup plus perfectionniste sur ce genre de discours, voulant peut-être me battre pour honorer la mémoire de cet ami en réussissant à enfin changer certaines choses, surtout avec le discours de Stryker qui ne cesse de porter préjudice.

C’est ainsi que je peux voir que chaque jour un nouveau combat se prépare, et je dois avouer d’ailleurs que mon entrevue avec mon ami et frère, Simon, m’a montré que le combat est encore rude. Depuis mon entrevue avec lui, j’ai souvent envie d’aller voir Xavier, dire qu’il serait temps de réunir les X-men pour discuter de la situation, de ce qu’il se passe réellement car le SHIELD me donne l’impression de préparer quelque chose qui n’annonce rien de bon. Pourquoi un groupe de héros comme les Avengers se voient avec des discours extrémistes contre les mutants ? Pourquoi ce soutien au recensement ? Pourquoi décrire Magneto comme un monstre au lieu d’un révolutionnaire ? Je suis d’accord qu’il est difficile dans des discours publiques d’être objectif, mais je ne comprends pas pourquoi dans des réunions internes ils montrent un tel fanatisme. Comment le SHIELD peut décrire Magneto d’une telle façon ? S’éloigner tellement de la réalité ne sait pas aider les Avengers dans leurs missions, le mensonge n’a jamais été la solution. Je ne soutiens pas les méthodes d’Erik, elles sont souvent trop extrêmes, mais il faut rester juste au sujet de celui qu’il était, et ce n’était pas un partisan d’HYDRA.

Et voilà, je suis la avec Betsy pendant ce voyage et mon esprit est encore perdu dans mes pensées, le regard partant sur la vue alors que je pilote jusqu’à une base « secondaire » de l’Institut qui appartenait avant à d’anciens ennemis bien affaiblis en ces temps. Aujourd’hui je dois faire abstraction de tout ce qui hante mon esprit pour me concentrer sur le jeune télépathe que nous allons rencontrer et profiter aussi de cette mission pour passer du temps avec celle qui partage ma vie mais que je tiens bien trop à l’écart, enfin à mon gout. L’enfant en question possède un don que je considère souvent comme un des plus difficiles à gérer et accepter, la télépathie. Même maitrisé ce don apporte souvent la méfiance autour de soi, les autres craignant que le mutant entre dans leur esprit. De plus la télépathie apporte aussi souvent la vérité, ce qui n’est pas toujours bon car entendre tout ce que les autres pensent peut créer bien des maux, surtout pour un jeune adolescent. Je crois en faite que ce qui est le plus dur pour un télépathe, c’est que même les autres mutants les craignent un peu, ce qui donne facilement une sensation de rejet, d’isolement alors qu’au contraire avec les télépathes il faut justement apporter un plus grand soutien pour qu’ils aient confiance en eux et aux autres.

Je suis un peu triste que le voyage soit d’ailleurs si calme, presque silencieux, mais je ne peux en vouloir à Betsy, je la connais assez pour savoir que ce n’est pas réellement un environnement où elle s’ouvre facilement, surtout avec la mission qui nous attend. Alors bien sur quand elle me propose de prendre un peu de temps pour nous après cette mission, je ne sais qu’accepter avec un grand plaisir et un grand sourire que je n’affiche que pour elle, ce genre de sourire trahissant la joie que je peux ressentir d’avoir un tête à tête totalement hors des conversations habituelles de l’Institut. Vous savez, ce que fait Betsy représente beaucoup pour moi, je suis quelqu’un qui a souvent souffert de mon apparence, du regard d’autrui. Il y a encore peu de temps, jamais je n’aurai cru qu’une personne oserait s’afficher en ma compagnie. Aujourd’hui la peur n’est plus la même, mais cela me touche toujours autant quand elle propose une sortie à deux sans qu’on ait besoin de se cacher.

Bien après ce trajet aérien, puis le petit trajet en voiture, il est temps de s’occuper de la mission, de cette famille et de cet adolescent. Quand devant cette demeure, Betsy se stoppe un instant, je m’arrête, la regardant, l’attendant, ne laissant jamais quelqu’un en retrait car même si je vais ouvrir la parole, sa place est à mes cotés. Je suis peut-être quelqu’un qui parle facilement aux autres, mais je suis aussi celui qui effraie facilement à cause de mon apparence, et la présence justement d’une femme apporte beaucoup, cela apporte aussi le coté rassurant, un coté qui rassure souvent la mère d’un enfant. D’une pression je sonne à cette porte une fois que ma compagne est à mes cotés, attendant simplement que la porte s’ouvre pour nous présenter, voyant la femme de la maison.

        Bonsoir, Madame Hendricks, Docteur McCoy et Elisabeth Braddock de l’Institut Xavier.

Je me présente toujours avec le titre du Docteur dans ce genre de cas, cela représente un quelque chose de rassurant pour ceux que je rencontre. Je trouve cela un peu dommage d’ailleurs car finalement ce titre n’est pas lié à nos « rendez-vous », mais cela démarque tout de suite du coté animal de mon physique. Quand la femme nous invite à rentrer, je rentre directement dans une conversation hors sujet qui n’a pour objectif que de détendre l’atmosphère.

        Vous avez une maison bien accueillante. Je ne connaissais pas ce quartier et je dois avouer que la vue que vous avez donne du charme à ce lieu.

Une fois arrivé au salon, voyant le père présent qui nous attend, je me dirige vers lui d’un pas calme pour lui tendre une main honnête. La lui serrant sincèrement malgré son hésitation au début. Je fais toujours en sorte d’agir sans tenir compte des regards possibles, des préjugés que certains peuvent avoir. Après tout nous sommes ici pour cet enfant, et la première chose qu’il faut savoir montrer, c’est que la « différence » ne nous empêche pas d’être épanoui.

        Bien, je vous propose que nous discutions tous les quatre pour commencer, et si vous acceptez, ma consoeur ici présente ira rencontrer votre fils après pour discuter un peu avec lui.

Oui, je me doute que Betsy ne va pas aimer cette idée, mais vu que Thomas est télépathe, pour ce premier contact elle sera surement la plus apte à le comprendre, à comprendre ce qu’il peut vivre ou ressentir.

_________________
avatar
Henry P. McCoy

Messages : 111
Date d'inscription : 22/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entre Bourse et Rendez-vous (Le Fauve)

Message  Elizabeth G. Braddock le Jeu 5 Fév 2015 - 0:12

    Elizabeth ne se doutait pas de toute l’image que McCoy avait autour d’elle, mais c’était réellement difficile pour elle de se voir de cette manière. Betsy ne se voyait pas réellement comme ce modèle pour les mutants, oui elle était une personne médiatisée, et même l’une des mutantes les plus respectées dans les médias avec Beaubier, avec McCoy, avec Dazzler et ainsi que plusieurs autres, mais elle ne se voyait pas comme un modèle pour les Mutants dans ce monde. Elle portait peut-être le nom des Braddock et c’était avec une réelle fierté qu’elle portait ce nom, mais elle ne se voyait pas comme une personne qui pouvait réellement inspirer. Hank était tout autre, il était sincère et il cherchait vraiment à améliorer le droit des mutants dans le monde. Betsy pouvait croire à cet idéal, mais en faire la promotion ou aider des gens en difficultés, c’était quelque chose de plus difficile à concevoir pour elle. Hank avait le courage de se montrer au Monde pour propager des idées si progressistes et changeantes pour les politiques ou le social. Il était un scientifique incroyable, un adorateur de la vie humaine et mutante, mais aussi un orateur incroyable, il était à la fois un modèle, mais aussi un professeur incroyable capable d’aider presque n’importe qui. Sa considération pour aider les autres était quelque chose à rare de voir pour le monde d’aujourd’hui. Betsy avait bien plus confiance en lui pour toute la patience qu’il avait osé mettre pour connaitre Elizabeth. Cela avait peut-être pris plusieurs années pour mieux la connaître, mais Hank avait fait cet effort si particulier pour elle.

    Ils n’avaient pas passés beaucoup de temps ensemble, Hank était occupé par de divers projets scientifiques ou politiques pendant que Betsy passait son temps dans les sous-sols à entrainer les jeunes recrues ou même s’entrainer avec d’autres X-Men pour passer le temps. C’était peut-être le moment de profiter vraiment de leur petite vie de couple au final. Loin des conflits politiques actuels, elle voulait vraiment se replonger dans ce petit amour étrange que les deux X-Men avaient acceptés de vivre. Elle savait très bien que son petit Hank avait d’énormes problèmes devant toutes les bêtises que le SHIELD et les Vengeurs pouvaient dire sur la Confrérie. Pour Braddock, c’était juste pour profiter encore de leurs victoires contre une organisation criminelle. Les Vengeurs avaient en réalité que peu de victoires pour changer réellement de sujets, mais peut-être qu’Hank avait de réelle raison pour s’inquiéter, surtout après une discussion avec un principal concerné parmi l’un des Vengeurs.

    En tout cas, le plus important en ce moment était surtout la mission de l’Institut Xavier pour aider un jeune télépathe en crise. Betsy était restée silencieuse durant une grande partie du voyage, parce qu’elle avait toujours été ainsi. Quand elle montrait réellement ses sentiments, c’était quelque chose de bien plus précieux et incroyable comme moment. La rareté de ses émotions était souvent réservée à Hank et aux X-Men. Elle affichait aussi un grand sourire à la réponse favorable d’Hank d’accepter une sortie après s’être occuper de l’enfant. Le sujet de l’enfant risquait d’être le plus difficile à régler, surtout avec les parents. Betsy pouvait placer un petit blocus des pouvoirs télépathiques au jeune enfant, mais un suivi du dossier était bien plus important surtout par des télépathes expérimentés. Tout était fait pour aider le jeune télépathe à l’Institut Xavier, mais c’était loin de ses parents à Boston. Cela pouvait être difficile pour n’importe quels milieux, mais l’Institut Xavier pouvait vraiment lui permettre de vivre une vie plus normale après quelques années de formations.

    Elle avait suivie Hank pour sonner à la porte de la fameuse maison, Hank avait commencé à présenter les deux personnes qui voulaient enlever sauvagement leur pauvre enfant pour les éduquer dans une école spéciale. Betsy avait juste eu le temps de laisser un petit mot à sa mère :


    « Enchantée… »


    De toute façon, Hank était bien mieux pour faire les présentations que les autres. Elle respira un petit avant de serrer délicatement la main de la mère pendant que son conjoint faisait des compliments sur la fameuse maison et sur ce petit quartier. Betsy ne pouvait pas vraiment placer ce genre de mots, mais c’était une bonne façon de marquer les choses et de continuer les dialogues avec les parents. Déjà qu’ils ne semblaient pas avoir de préjugés contre les deux mutants, c’était un excellent début. Elle salua ensuite le père de la tête avant que le gros bleu lance les discussions et suggérer que Betsy voit l’enfant après. Elle regarda celui-ci pendant quelques secondes à cette remarque.


    « Nous sommes très heureux de vous recevoir ici, mais comprenez moi bien, on a recherché un peu sur l’internet des informations sur l’Institut Xavier et c’est assez muet autour de cela, on ne sait pas vraiment c’est quoi et qui dirige cette organisation. On a beaucoup d’infos de vous deux, mais personne ne sait ce que vous faites vraiment à cette école. »

    Le père semblait plus inquiet dans ses paroles que la mère qui ne cherchait pas vraiment à intervenir, mais vu son physique, cela se sentait vraiment son inquiétude. Betsy tournait la tête vers le père pour laisser quelques mots.


    « Monsieur Hendricks, nous sommes réellement heureux de vous rencontrer et de nous accueillir dans votre demeure, mais ne vous inquiétez pas pour l’Institut Xavier et ses buts, on peut même vous inviter à visiter notre école et voir que ce que nous cherchons à faire. Ce n’est pas un pensionnat ou à lui faire une école idéologique, mais surtout l’aider à mieux se comprendre, à se définir et à s’affirmer. Il est normal que vous trouviez peu d’informations sur cette grande institution, l’Institut Xavier cherche absolument à être une institution privée devant le Gouvernement Américain ou n’importe quels autres lobbyings, mais on peut vous fournir toutes les informations nécessaires pour mieux comprendre ce qu’on fait. C’est grâce à l’Institut Xavier que moi-même en télépathe, je me suis beaucoup plus définie et que je me suis plus affirmée après, ils m’ont apprit ainsi contrôler mes capacités psychiques. Le Docteur McCoy travaille à l’Institut Xavier depuis une trentaine d’années et je peux vous dire sincèrement qu’il s’est épanouit d’une façon formidable grâce à cette École. »

    Betsy tournait son visage vers Hank pour que celui-ci continue, le père et la mère faisaient presque pareils pour savoir plus d’informations d’un vétéran de l’Institut Xavier.

_________________
avatar
Elizabeth G. Braddock

Messages : 485
Date d'inscription : 21/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entre Bourse et Rendez-vous (Le Fauve)

Message  Henry P. McCoy le Ven 6 Fév 2015 - 6:50

Si je dois admettre une chose, c’est que je regrette de ne pas passer plus de temps avec Betsy. Je sais que notre histoire est quelque chose qui a mit du temps à se construire, qui a commencé quand j’étais en Angleterre pour certaines recherches et j’ai la sensation de ne pas lui offrir assez de temps avec tout ce qui m’occupe, surtout depuis que j’ai prévu ce discours auprès de l’ONU pour le droit des mutants. Ce n’est pas évident de gérer un emploi du temps et une vie à deux, surtout que je n’ai plus spécialement l’habitude du coté justement vie privée. Pour certains je suis un professeur, pour d’autres un Docteur, certains encore je suis un psychologue, un ami ou un frère, mais le compagnon est un rôle qui n’est pas réellement fréquent, que je maitrise mal. Chaque moments avec elle offre un quelque chose de mémorable qui reste gravé en moi, une paix intérieur, une chaleur importante à mes yeux, mais je dois aussi un peu me bouger pour entretenir cette flamme entre nous, alors oui il m’est impossible de refuser l’offre de Betsy. Autant car j’ai envie de passer ce temps avec elle, que j’ai envie de la voir sourire en montrant que je suis toujours la pour elle.

Mais avant de penser à ce moment à deux, il faut que nous nous occupions de ce jeune mutant, mais pas que de lui, de ses parents aussi. Il faut savoir rassurer les deux, tendre une main qui répondra à leur demande, leurs besoins. Pour certains l’Institut ne s’occupe que des mutants, mais ce n’est pas vrai, l’Institut est aussi la pour la famille, pour apporter les réponses aux questions, pour rassurer et les pousser à garder confiance en leur enfant. Certains parents prennent peur quand ils voient la chair de leur chair devenir un mutant, certains car ils ne comprennent pas, d’autres car ils voient un monstre, ou encore simplement par peur de la réaction d’autrui et nous sommes aussi la pour venir leur montrer qu’ils ne doivent pas se fixer sur ces inquiétudes. D’ailleurs en parlant de cela, les parents du dit enfant montrent leur inquiétude en questionnant au sujet de l’Institut, précisant qu’ils ont cherché informations sans avoir de grandes réponses. Et c’est un réel plaisir de voir Betsy prendre la parole pour répondre en première… Moi qui aie osé penser qu’elle aurait difficile de se lancer, me voilà bien surpris. J’écoute tout aussi attentivement que les parents, regardant ma compagne parler de l’école tout en invitant ceux ci. C’est un très beau début qu’elle offre, trouvant des mots justes et surtout des mots neutres. Je l’avais dis, elle devrait faire cela plus souvent, sans avoir crainte de ne pas être des plus aptes pour ce contact avec les familles, je dirai même qu’elle se montre bien plus agréable que peut le faire Emma.

        Comme l’a dit ma consoeur, il est normal que vous ne trouviez que peu d’informations, nous estimons aussi qu’il est meilleur de privilégier le contact humain que ce soit en venant voir les familles, en invitant celles-ci à l’institut, ou les deux.

En plus cela évite que certains extrémistes ne prennent trop d’informations sur l’Institut, une forme de sécurité pour protéger autant les lieux que les jeunes s’y trouvant. Je pense que cette forme de sécurité est nécessaire tant que des hommes profiteront de la peur pour manipuler les foules et provoquer la haine de la différence. C’est dommage, c’est triste, mais au moins cela évite que des jeunes influencés par la propagande reconnaissent les étudiants de l’Institut et s’en prennent à eux à cause de cela. Bien entendu c’est un point de vue purement personnel de cette situation. Je continue ensuite la petite explication pour rassurer la famille et présenter un peu le programme qu’offre l’institut, autant le programme classique que spécialisé.

        L’Institut comprend plusieurs professeurs qui sont la autant pour offrir un enseignement moderne et au normes de toutes les infrastructures scolaires, mais aussi qui sont aussi la pour partager leurs connaissances, leurs expériences. Tout le monde a un vécu et ressentit unique, et chaque point de vue a une importance, offrant du coup chacun une pierre qui permet à l’étudiant de se construire, que ce soit pour mieux se connaître, se comprendre, s’accepter… Nous offrons aux étudiants un cadre et environnement adapter pour qu’ils puissent gagner confiance en eux, et cela en présence d’étudiants tous aussi uniques les uns que les autres.

J’insiste sur le coté unique, car que ce soit mutants ou humains, nous sommes tous uniques, un enfant n’est pas l’autre, une personne ne vit pas son expérience comme une autre. Deux policiers auront un parcours, une vie différente, deux politiciens aussi, comme deux étudiants. Il n’existe pas d’uniformisation ni de généralités, il existe juste des personnes qui ont souvent besoin juste de se sentir rassurer dans un cadre qui peut les apaiser ou leur offrir une sensation de sécurité. J’ai foi en un avenir où tout établissement ou infrastructure scolaire ainsi que universitaire sera autant adapté aux humains qu’aux mutants en offrant un suivit tout aussi poussé et personnel pour chacun. Il y a déjà eut beaucoup de progrès dans ce sens la avec les années, et je souhaite que cela continue, que des hommes comme Stryker ne viennent pas mettre un terme à une telle évolution sociale.

- Mais pour ce qui est des… Particularités de notre fils ? Cela va rester ? Y a t’il quelque chose à faire ?

Demande le père, peut-être justement inquiet de ce coté télépathique, des accidents que cela peut engendrer. Il doit être difficile pour un parent non préparé de se dire que son propre fils sait lire ses pensées, savoir quand il ment ou cache quelque chose. C’est souvent ce que les hommes craignent des télépathes, le faite de ne plus avoir de vie privée.

        Votre fils a un don rare. Il faut se rendre compte qu’il est jeune, surement surpris de ce don, mais le premier apprentissage face à cela, c’est justement qu’il puisse l’accepter, qu’il arrive à voir que cela fait parti de lui et ne pas en avoir peur. La chose à faire, c’est de lui faire confiance car quand il arrivera à s’accepter, il arrivera à contrôler cette partie de lui. Beaucoup des dons que possèdent les jeunes sont liés aux émotions que nous ressentons. Ce n’est pas une différence, c’est exactement comme un grand sportif, un artiste ou encore un génie scientifique, il a besoin de concentration, de préparation. Vous savez, un musicien qui naturellement a l’oreille musicale a fait aussi des fausses notes avant de maitriser son instrument.

Tout le monde possède un don, même si ce n’est pas une mutation. Il ne faut pas voir une catastrophe à cause d’un accident lié à une mutation, non il faut simplement se demander comment lui permettre de comprendre le fonctionnement. Je garde tout du long une voix sereine et calme, prenant des exemples humains pour justement éviter de cloitrer la vision des parents vers une différence génétique. J’espère simplement que ces mots viendront rassurer la famille de cet enfant, regardant Betsy voir si elle aurait quelque chose à ajouter avant de parler du concret, de l’inviter à rejoindre l’Institut et que Betsy aille à la rencontre de ce jeune homme.

_________________
avatar
Henry P. McCoy

Messages : 111
Date d'inscription : 22/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entre Bourse et Rendez-vous (Le Fauve)

Message  Elizabeth G. Braddock le Ven 13 Fév 2015 - 17:36

    Il avait toujours une grande difficulté à comprendre l’Institut Xavier, pourquoi ils cherchaient être discrets quand ils possédaient peut-être les visages les plus pacifistes et positifs des mutants connus dans la population? Bien sûr que plusieurs personnes pouvaient voir Pietro comme une image positive vu qu’il avait tué son monstrueux de père, mais en réalité, même les gens non-informés, avec une petite recherche, pouvaient voir l’hypocrisie dans ce geste. Hank avait toujours eu une bonne réputation mondialement, pour non juste pour son savoir scientifique, mais aussi pour les leçons de tolérance qu’il pouvait adresser à l’ONU. Sans compter des membres qui venaient d’Excalibur ou d’Alpha Flight, l’Institut Xavier pouvait presque concurrencer la célébrité des Vengeurs, mais ils avaient fait un choix crucial pour les étudiants. Leurs expériences n’étaient pas à but de chercher une gloire quelconque, ils avaient le but de faire part de leurs expériences aux jeunes pour qu’ils comprennent mieux leurs pouvoirs et qu’ils se responsabilisent malgré le racisme latent de quelque territoire.

    Le jeune Hendricks pouvait recevoir une grande aide à l’Institut Xavier, en suivant une éducation spécialisée pour sa télépathie, mais aussi en suivant des études qui le passionnaient vraiment avec peut-être les professeurs les plus qualifiés de toute l’Amérique tant que sur la science, que l’Histoire ou l’informatique. Les parents avaient peut-être de nombreuses inquiétudes, mais ils ne pouvaient qu’être soulagés par les paroles du grand poilu à coté d’elle. Betsy ne donnait pas des cours comme McCoy, mais tous les professeurs étaient extrêmement qualifiés pour apprendre bien plus. Alexandra Gruff était aussi douée pour l’Histoire que les Mathématiques, la Philosophie et l’Anthropologie. L’Institut Xavier pouvait ainsi servir de ce tremplin scolaire incroyable pour la plupart des jeunes mutants.

    Hank avait répondu en premier pour la particularité télépathique du jeune enfant, laissant surtout propager une idée d’acceptation de son Gêne X avant de commencer à le contrôler. Il avait raison sur ce point, l’accepter ne pouvait que l’aider à mieux se comprendre et le milieu scolaire pouvait être vraiment sévère avec des enfants qui pouvaient souvent se montrer cruel. À l’Institut Xavier, le jeune Hendricks pourrait être accepté pleinement sans rentrer dans le jeu de l’intimidation de plusieurs écoles.


    « L’accepter est vraiment une étape importante pour mieux qu’il se comprenne. Le milieu scolaire et souvent les enfants sont cruels et ignorants envers les différences, c’est pour cette raison qu’on vous propose cette aide. Je peux venir à chaque mois pour donner des cours particuliers à votre enfant, mais cela pourrait durer peut-être une vingtaine d’années. Avec notre programme suivi, il va être capable de s’adapter, de s’accepter et de se chercher sans avoir une obligation de rester à notre école pendant toute sa vie. Je ne peux pas vous donner une date de ce programme, je ne connais pas assez le potentiel et le comportement de votre enfant pour vous donner une date, mais je vous assure qu’il va pouvoir gagner une autonomie parfaite grâce à notre aide.

    Je vous assure que certains vont toujours se poser des questions sur la télépathie de votre enfant, ils vont se demander s’ils peuvent le faire confiance si celui-ci fait des examens ou joue au football américain, mais avec notre aide, avec ce qu’on lui apprend et ainsi que l’éducation qu’on offre, les gens vont respecter sa noblesse, son intelligence et son savoir. Notre Institut permet vraiment d’aller plus loin dans l’épanouissement individuel pour chacun de nos enfants à charge. »


    Elle semblait avoir certaines difficultés à trouver les bons mots après un moment, mais elle cherchait vraiment à poursuivre le message pacifique qu’Henry faisait à travers l’Institut Xavier. Ils ne cherchaient pas du tout à avoir un nouvel X-Man, ils cherchaient vraiment à permettre à cet enfant de vivre le mieux dans cette société. C’était le but de l’Institut Xavier que la plupart des mutants soient capables de vivre dans les sociétés sans être marginaliser.

    Ils existaient de nombreuses sociétés qui rejetaient massivement les mutants, mais l’ONU et les pays occidentaux avaient presque tous faits un grand travail d’acceptation des mutants. Ils les catégorisaient même comme des êtres humains à part entière. C’était différent dans des pays comme l’Arabie Saoudite ou l’Afghanistan, mais ils étaient possibles de voir cette modernisation dans la pensée humaine. La Confrérie y allait avec la force en Afrique, mais aussi avec de l’humanitaire. Les Last Sons pouvaient aussi modifier beaucoup de la pensée orientale, surtout avec des gouvernements qui s’étaient montrés hostiles envers les mutants à une autre époque. Le seul grand défaut dans cette histoire politique était les Vengeurs, ils avaient peut-être Kyana et Hopkins, mais celles-ci semblèrent piégés dans le jeu politique régressif du recensement volontaire. Les parents semblaient pensifs durant un petit moment avant de reprendre parole.


    « Avant d’accepter toute bourse et offre, c’est possible qu’on visite l’école avec notre enfant? On veut voir si cela lui plait aussi. Il est possible de dormir dans votre école une seule nuit? On n’a pas de familles à New York. Sinon pour l’été et les fêtes, c’est possible qu’il passe les vacances avec nous? »


    C’était en soi accepter de base, les parents voulaient juste s’assurer de la sécurité de leurs enfants à tout prix. C’était bien compréhensible et elle laissait plus Hank à répondre à ces questions si faciles à répondre. C’était le temps de préparer son plan pour aller voir l’enfant après. Elle laissait poliment les parents à Hank, pendant qu’elle montait à l’étage pour aller trouver l’enfant, qui était facile à trouver vu l’énergie psychique qu’il déplaçait. Il était en train de jouer à un petit jeu vidéo quand Betsy est arrivée dans sa chambre. Il avait un poster de Superman dans sa chambre et ainsi que plusieurs cahiers scolaires au sol. Elle expliquait doucement ce qu’elle venait faire dans son précieux antre, ne cherchant pas à le déranger longtemps. Elle avait parlé de l’intérêt de ses parents qu’il rejoigne l’Institut pour l’aider. Il avait demandé la possibilité d’amener sa Wii U, ce que Psylocke avait répondu favorablement.

    La prochaine étape était plus importante. Elle voulait bloquer durant un petit moment les diffusions psychiques par accident de l’enfant, elle avait demandé la permission en essayant d’expliquer le problème de la meilleure façon possible, malgré quelques défaillances dans l’explication, l’enfant avait enfin accepté. Psylocke commençait une manœuvre, qu’elle avait déjà fait à Megan quand elle était dans Excalibur, croyant que cela allait marcher aussi facilement vu qu’il n’était pas aussi puissant.

    Elle avait eu une surprise. Une petite surprise. Son corps n’avait pas réagit de manière hostile et elle semblait toujours rester aussi neutre dans cette agression. L’enfant ne s’était pas rendu compte de ce qu’il avait fait. Il avait juste continué à jouer au jeu vidéo après pour laisser Betsy confuse durant un petit moment. Cela avait duré juste quelques secondes pour l’opération, mais il venait de lui vivre quelques heures qu’il ne semblait en avoir rien à faire du tout. Elle prenait une grande respiration pour ensuite quitter vers le premier étage.


    « Et voila, on a terminé notre petite discussion, je serai heureuse de faire le programme de votre enfant si vous voulez l’inscrire à l’Institut. C’était un plaisir de vous rencontrer… »

    Elle avait quitté plus rapidement que Flash lui-même, cela pouvait laisser une mauvaise impression, mais elle avait besoin de réfléchir un moment dans son coin. Elle s’était juste abritée du coté passager de la voiture louée en attendant qu’Henry revienne. En le voyant sortir de la maison, elle affichait un maigre sourire, malgré la fin abrupte de la rencontre du coté de Psylocke.

    « Excuse moi pour la fin de rencontre. »


    C’était rapidement dit dès que son gros poilu bleu adoré avait rentré dans la voiture. Elle attendait un peu le désastre annoncé de la voix modérée pour Hank, vu comment Psylocke avait quitté les lieux de la manière la plus urgente possible.

_________________
avatar
Elizabeth G. Braddock

Messages : 485
Date d'inscription : 21/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entre Bourse et Rendez-vous (Le Fauve)

Message  Henry P. McCoy le Sam 30 Jan 2016 - 20:19

Laissant parler Betsy à son tour, j’écoute aussi attentivement que la famille, j’apprécie souvent sa vision des choses et puis son expérience personnelle apporte souvent beaucoup, surtout pour les sujets psychiques. Je me penche souvent sur les différentes mutations, je suis souvent capable de pouvoir comprendre le ressenti d’un jeune face à un pouvoir ou un autre, mais j’avoue que la télépathie est un sujet que je trouve difficile à manier et imaginer. Il y a tant de variété dans la nature de cette mutation, tant de choses complexes, dangereuses mais aussi de désagrément pour le mutant ne la contrôlant pas, il est difficile de pouvoir se mettre à la place d’un télépathe, de s’imaginer ce qu’il peut entendre dans l’esprit des autres, où jusqu’à quel point. Bien sur, certains fictions traitent de ce sujet, mais cela reste de la fiction, et étrangement c’est un sujet que je n’ai jamais abordé avec Besty, ou Charles ni avec Jean, ayant souvent la sensation totalement personnelle que c’est quelque chose de si intime comme ressenti qu’une question pourrait devenir vite gênante à ce sujet. Entendre Betsy se proposer de faire des cours particuliers, c’est quelque chose qui me fait plaisir, voir qu’elle est prête à réellement se donner ainsi pour un jeune mutant, même hors de l’institut. C’est une de mes craintes personnelles de voir les X-men oublier ceux qui ne sont pas de l’institut, ceux qui sont en dehors, alors oui, j’aime constater que certaines personnes n’oublient pas que nous sommes plus qu’un institut, que nous sommes la pour tous ceux dans le besoin. Tout le discours de Betsy est parfait, il n’y a rien à y redire, elle sait utiliser les bons mots, trouver ce qui touche, je suis heureux de pouvoir partager un moment comme celui ci avec elle car la voir libérer ainsi des convictions personnelles ne font que la rendre plus touchante.

Par la suite la famille se pose des questions assez légitimes, des questions rassurantes, voir que les parents s’inquiètent du bien être de l’enfant, parle de le revoir pendant les vacances, c’est un signe très positif, car j’ai déjà vu des parents qui étaient plus du genre à vouloir se débarrasser de leur enfant en le voyant comme un monstre. Au moins je sais que ceux-ci seront la pour leur fils, qu’ils seront intéressés, entretiendront le contact et cela sera déjà beaucoup pour le jeune mutant, cela sera un rejet qu’il ne connaitra pas et une force pour lui évoluer.

        - Bien entendu, c’est tout a fait naturel comme demande, je pense que ce serait une très bonne chose pour votre fils que vous l’accompagniez pour visiter l’Institut. Une chambre vous sera disponible pour la nuit et je serai honoré de vous inviter à être présent lors d’un cours pour que vous puissiez aussi voir comment nous fonctionnons. Quelque part, une visite au sein de l’Institut apportera surement plus de réponses à vos questions que des mots échangés, cela donnera une vision d’ensemble des différentes classes, de ce qui est à la disposition de nos élèves, des différents professeurs présents et de ses possibles futurs camarades.  

Bon, il faudra juste prévenir Logan de ne pas grogner au visage des parents si ceux-ci viennent l’interpeller pour lui demander une petite question, avec lui on ne sait jamais de quel pied il s’est levé et quand une personne ne le connaît pas personnellement, il est facile de se sentir intimidé par sa personne. Ayant laissé Besty aller voir après le jeune télépathe, je reste avec les parents, venant leur confier ma carte personnelle en expliquant simplement qu’ils pourraient m’appeler à tout moment si ils avaient des questions à me poser, des doutes ou d’autres choses qui pourraient leur passer par la tête après notre départ. Il ne doit pas être facile d’envoyer son enfant dans un internat, et encore moi quand celui ci est particulier. Je cherche encore un peu à les rassurer, leur proposant aussi de venir seuls, la mère ou le père, avant pour mieux percevoir les lieux si ils ont encore des questions. Mais la conversation prend fin quand je vois Betsy revenir et disparaître tout aussi vite après quelques mots, semblant soudainement pressée. Aïe, cela me surprend grandement comme comportement, non point pour le risque de donner une mauvaise impression aux parents, mais parce que ce n’est pas son genre, me laissant directement comprendre que quelque chose ne va pas et vu que la seule chose qu’elle a faite est d’aller voir le jeune télépathe, c’est qu’elle a du voir, percevoir ou apprendre quelque chose qui l’a affecté. Est ce une chose qu’elle a découverte sur les parents ? Une confrontation télépathique ? Un accident ? Une image qu’elle aurait perçue ? J’ai appris avec le temps qu’aucun changement soudain de comportement n’est anodin. Je me tourne alors vers les parents, cherchant rapidement une excuse pour justifier une telle réaction.

        - Veuillez pardonner, je pense que ma collègue a du recevoir un message, elle doit surement rappeler en urgence. Donc, je vous disais qu’en cas de besoin, je reste entièrement à votre disposition, jour et nuit. N’hésitez pas si besoin à m’appeler et quand vous souhaitez venir visiter l’Institut, prévenez moi au plus tard 24 heures à l’avance que je m’assure bien qu’une chambre soit bien mise à votre disposition. Je vous remercie pour cette entrevue et ce fut un réel plaisir de vous rencontrer.

Saluant poliment, remettant aussi les salutations pour Betsy, serrant la main, je laisse cette famille pour sortir tranquillement de la maison, ne montrant aucun empressement pour garder sous silence mon inquiétude pour ma compagne si précieuse à mon cœur. Oui une réelle inquiétude qui me dévore déjà car sa réaction était bien trop soudaine et étrange pour ne pas avoir une raison importante, quelque chose qui a pu la troubler, la blesser ou pire encore. Je marche jusqu’à la voiture, y entrant tranquillement pour m’installer en écoutant les excuses rapides. Il n’y a aucun reproche dans mon regard, il en faudrait bien plus que cela d’ailleurs pour me voir faire des reproches, me voir déçu ou en colère, non tout ce que je montre est un regard attendri et inquiet.

        - Ne t’excuse pas voyons, j’ai vite improvisé l’excuse d’un message reçu pour exprimer ton départ soudain.

Mais bien entendu, elle s’en doute, je ne compte pas moi me satisfaire d’une excuse que j’ai rapidement inventé, surtout que je n’aime pas mentir. J’espère bien savoir ce qu’il s’est passé, ce qu’il lui est arrivé, non pas pour jouer le moralisateur, mais car mon esprit s’imagine déjà quelques films. Imaginez que Betsy est vue dans l’esprit de l’enfant la réincarnation d’un esprit d’antan destructeur, ou qu’elle ait perçu des images indiquant le malheur de l’enfant. Ou encore que l’enfant démontre déjà un pouvoir télépathique inimaginable qui pourrait représenter un danger pour tout le monde et que même Charles ne pourrait contenir.

        - Alors… Que c’est il passé ? Ne me dis pas rien car je te connais, ce n’est pas un rien qui t’aurait fait quitter ainsi, j’ai cru que tu allais faire la course avec Beaubier. Donc, conte moi tout avant que je commence à perdre mes poils d’inquiétude…


_________________
avatar
Henry P. McCoy

Messages : 111
Date d'inscription : 22/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entre Bourse et Rendez-vous (Le Fauve)

Message  Elizabeth G. Braddock le Lun 1 Fév 2016 - 18:35


    Elle se sentait gênée par son propre comportement. Elle avait quand même vécu des évènements bien plus traumatisants dans sa vie qu’un enfant qui lui faisait revisiter son passé. Elle était habituée à revoir son passé et surtout de le prendre en compte dans son combat actuel, mais elle n’avait pas apprécié la surprise. L’enfant ne s’était pas vraiment rendu compte de ce qu’il avait fait. Betsy écopait un peu de ce manque de prudences et de sa prétention autour de sa télépathie. Elle n’était pas la télépathe la plus puissante de l’Institut, et toute télépathie est bien plus vaste comme domaine qu’agir dans une méthode plutôt traditionnelle. Elle avait essayé quelque chose d’un peu trop simple dans la télépathie du jeune mutant. Elle avait suivi méticuleusement ce que Jean ou Charles faisaient pour bloquer la télépathie des mutants bien trop puissants et souvent incontrôlables.

    Cependant elle avait peut-être des capacités autour du combat, d’une télékinésie poussée ou encore des talents tactiques enviés par des forces militaires traditionnelles, mais elle était très loin de comprendre tous les mystères de la télépathie. Même Charles Xavier ne connaissait pas toutes les variations de la télépathie. Ce pouvoir était simple à expliquer, mais il était bien plus problématique par les nombreuses différences de chaque télépathie. Ainsi la difficulté était concrétisée par comprendre toutes les variations autour de ce pouvoir. Chacune des télépathies était unique selon chaque utilisateur et elle n’avait pas vraiment prévu une variation aussi difficile à calculer que la télépathie de  cet enfant.

    Reprenant un peu de son souffle et de sa tranquillité habituelle, elle avait quelques craintes de la réaction d’Hank. Pour une mission aussi simple que réconforter des parents et offrir une maison temporaire à leur enfant, elle venait quand même de créer un petit mouvement de panique. Elle faisait confiance pour qu’Henry atténue ce départ rapide, mais elle avait honte d’avoir affiché un tel comportement devant son compagnon de vie.

    Au retour de celui-ci dans la voiture, il lui confia qu’il avait trouvé une excuse traditionnelle pour éviter de créer une zone de panique aux parents. Cependant, Hank ne voulait pas vraiment se limiter au petit sourire de Betsy ou à un simple « rien » comme explications, il voulait en savoir un peu plus. La curiosité était assez naturelle sur le coup, ils s’accompagnaient mutuellement depuis dix ans, alors il était difficile souvent de cacher les malaises. Naturellement, ce malaise était moindre et Betsy savait très bien qu’elle pouvait expliquer ce qu’il s’était passé sans jugements derrières. Elle n’appréciait guère montrer une faiblesse à Hank, mais elle savait que la confiance dépassait largement le cadre de la faiblesse.


    « J’ai juste très mal géré la vérification télépathique. J’ai suivi le modèle traditionnel pour voir les aspects de ses pouvoirs et finalement, cela s’est retourné contre moi. Je ne crois pas que l’enfant a perçu de ce qu’il a engendré, on dirait que sa télépathie a juste créé une défense quand un autre télépathe essaie de le percevoir psychiquement. Finalement, j’ai tout vu d’un coup dans ma vie et je n’étais pas vraiment préparée. J’ai vraiment mal réagis et je m’en excuse. »

    Betsy se gratta doucement son cou pour en ajouter sur son petit malaise. Elle n’aimait pas trop affiche ses problèmes devant les autres, mais elle savait qu’elle pouvait faire confiance à son gros poilu adoré pour les confidences. Il n’allait pas raconter cette histoire à n’importe qui. Elle soupira un instant pour adresser un sourire honnête à Hank. Elle espérait sincèrement avoir trouvé les mots pour éviter que le Fauve perde son poil par stress.

    « Désolée vraiment pour cette rencontre. Je vais essayée de faire plus attention les prochaines fois. Cela te dit un cinéma? Ou tu aimes mieux qu’on y retourne pour corriger ma sortie d’urgence? Je ne sais pas trop ce qui est sorti depuis les dernières semaines, mais cela pourrait être sympathique l’Hobbit 3, il parait que c’est assez nanardesque. Alors on pourrait peut-être rigoler. »

    Il était plutôt rare que Betsy rigole, mais elle espérait sincèrement remonter l’humeur d’Hank par cette proposition d’aller voir un nanard. Pour une mission de reconnaissance, elle se sentait assez ridicule de la terminer ainsi, mais elle avait rarement les habitudes de jouer sur le terrain social. Elle espérait sincèrement ne pas donner une mauvaise image de ce travail dans les X-Men.

_________________
avatar
Elizabeth G. Braddock

Messages : 485
Date d'inscription : 21/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entre Bourse et Rendez-vous (Le Fauve)

Message  Henry P. McCoy le Mar 13 Déc 2016 - 4:59

Quelque soit mon expérience avec les jeunes mutants, il m’est impossible de comprendre réellement ce que sait ressentir un télépathe. Cette capacité si particulière, si simple à expliquer ou exprimer avec des mots est pourtant un des dons les plus douloureux, celui qui a un des plus grands revers à la médaille et surement le plus complexe à apprendre ainsi que maitriser. Entendre les pensées, voir les souvenirs d’autrui, se retrouver par accident coincé dans un passé ou une histoire d’antan… Plusieurs pensent que la télépathie est le don le plus dangereux car il pourrait priver les autres de leur liberté, dominer leur esprit mais c’est surtout le don qui risque de faire souffrir le plus le mutant. Etre confronté à toutes ces voix, toujours savoir la vérité… Mentir est peut-être mal, mais il existe de bon mensonges pour rassurer, pour donner un peu d’espoir ou des forces, et un télépathe risque de toujours voir le sens profond des phrases d’une personne, de pouvoir sentir si quelqu’un tente de rassurer alors qu’il est condamné. Je crois que je n’aimerais pas posséder une telle capacité, entendre ce que tout le monde pense de moi ou ce qu’ils cachent. En faite, vu comment je complexais adolescent, je ne pense pas que j’aurais tenu le coup avec un don comme ce dernier. Bref tout cela exprime bien ma pensée et surtout le faite que je ne saurai jamais en vouloir à Betsy pour un accident avec un jeune télépathe. Je connais la théorie des méthodes pour bloquer les capacités télépathiques ou les limités, mais cela reste de la théorie que je ne pourrai jamais mettre en pratique.

Quand elle m’explique, j’arrive un peu à imaginer le choc, connaissant la vie de Betsy mais surtout je pense que tout le monde prendrait une sacré claque ou un mur de revivre l’ensemble de sa vie d’un coup soudain. Qui pourrait être préparé à cela ? Revoir les bons moments comme les pires, ceux que nous souhaitons oublier, ceux qui nous ont blessé. Cela pourrait être traumatisant, cela sait éveiller d’anciennes blessures cicatrisées difficilement. Elle n’a pas à s’excuser d’avoir réagi soudainement face à un tel accident, c’était totalement indépendant de sa volonté. Ma patte se pose doucement sur la nuque de Betsy avec une certaine douceur, lui offrant un petit sourire rassurant.

        - Voyons, je t’ai dit ne t’excuse pas. Il arrive qu’une tâche pouvant paraître simple se retrouve plus complexe. Chaque enfant que nous rencontrons est différent et réagit différemment à notre présence ou nos actes.  Pour la rassurer, j’ajoute d’ailleurs une petite anecdote sur un enfant que j’avais rencontré dans le passé. - Tu sais, lors d’une de mes visites, un enfant était terrifié par mon apparence. J’ai réagi comme avec les autres, posé, serin pour tenter de l’apaiser. Et puis, à cause d’une maladresse, il a failli me mettre le feu, mais aussi mettre le feu à sa maison. Il avait bondi sur sa chaise en s’enflammant littéralement quand d’un mouvement j’avais fait tomber un livre qui se trouvait à mes cotés.  Bon, ce n’est surement pas aussi douloureux ou choquant qu’une contre attaque télépathique, mais c’est pour exprimer que ce genre d’incident arrive et que cela ne remet en rien en doute ses compétences ou son expérience. - J’aurais du continuer à le rassurer, mais cette fois la… J’ai fait un pas en arrière face à ses flammes et j’ai perdu sa confiance, devant laisser un autre lui parler.  Reculer avait été montrer ma peur face à lui, face à ce feu, le renforçant dans sa propre crainte de ses dons. Une erreur qui aurait pu nous faire perdre l’enfant tout simplement mais heureusement que cette fois-là, mon partenaire de « mission » avait su récupérer ma faute.

        - Si tout était évident et se passait sans accros en suivant purement des protocoles habituels, nous n’aurions plus besoin de nous déplacer, il suffirait d’envoyer un email. Mais rien ne remplace le contact humain, et même un incident nous permet de mieux percevoir le jeune mutant ainsi que mieux se préparer à l’aider. Lui gratouillant un peu la nuque de mes doigts tout en restant toujours aussi doux dans la voix. Quelque part, je considère qu’il serait bien plus dangereux pour elle de garder un échec en son esprit, cela pourrait nuire à ses prochaines actions, la pousser à douter de ses capacités et cela il ne faut surtout pas. C’est quelque chose qu’il nous est interdit quand nous intervenons avec les jeunes, douter car sinon ils le sentiront, comme un sixième sens et ils se méfieront. La confiance en soi est une force qu’il faut toujours garder pour ce genre de rendez-vous.

Mais au fond de moi, je m’inquiète pour elle sur le moment, pas sur ses compétences mais sur ce qu’elle a vécu avec ce contrecoup télépathique, ce qu’elle a vu de sa propre vie. Certaines fois nous enfermons nos souvenirs car ils sont néfastes pour nous et j’espère que tout cela n’aura pas ouvert des portes qu’elle avait scellés sur son passé. Elle s’excuse encore et je me sens presque despotique, comme un vilain grand fauve noir qui allait la gronder. - Tu ne sais pas prévoir ce genre d’événement, alors ne t’inquiète pas et tu n’as rien à te faire pardonner. Si nous sommes deux c’est justement aussi pour se soutenir en cas de complications.  Je pense qu’elle a raison, un cinéma pourrait nous détendre et surtout faire oublier ce qu’il venait de se passer. Après tout, il faut mieux directement passer à autre chose et se changer les idées que de rester mijoter sur ce qu’il venait de se produire.

        - Je suis bien curieux… Ils ont réussi à faire autant de film pour un livre à 320 pages qu’un livre à 1344 pages. Ce serait surement très intéressant d’analyser les libertés scénaristiques à coté de la nouvelle d’origi…  Je me rends compte soudainement que j’arrive à mettre une affaire sérieuse d’étude d’un film quand elle me parle de voir un nanar. - Ou nous pouvons juste regarder et rire…  Me rattrapant rapidement. Dès fois je me demande comment Betsy fait pour ne pas s’ennuyer avec moi. - Allez, allons y. Et toi tu me gardes ce beau sourire des plus craquant. 



_________________
avatar
Henry P. McCoy

Messages : 111
Date d'inscription : 22/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entre Bourse et Rendez-vous (Le Fauve)

Message  Elizabeth G. Braddock le Jeu 5 Jan 2017 - 0:15


    Si on demandait à Brian Braddock ce qu’il pensait de la télépathie de Betsy, les commentaires seraient plutôt violents. Pour son grand frère, la télépathie avait bousculée largement la vie de Psylocke durant une immense partie de sa vie, la ficelant dans un comportement plutôt décadent au fil des années. Durant des années où sa télépathie commençait à se développer, elle avait rencontré des évènements qui l’avaient faits changer avec la Psi Division pour partir dans une vengeance particulièrement inutile et surtout contre des individus qui avaient disparu depuis longtemps. Elle refusait de tout mettre sur le dos des assassins sur ses vengeances, elle avait aussi mal géré ses pouvoirs et c’est jusqu’à temps que l’Institut Xavier arrive dans sa vie qu’une partie de ses problèmes s’était réglée. D’une part, elle avait reçu de l’aide de Jean Grey pour sa télépathie et d’une autre part, Hank la soutenait toujours même si elle était extrêmement hors-norme. Cependant pour être une grosse peluche bleue, rien ne pouvait être réellement dans la norme.

    Elle s’en voulait quand même pour cet échec, mais Jean l’avait souvent répété que tous les pouvoirs psychiques étaient différents et uniques, même les télépathies les plus primaires pourraient créer une surprise. Aux explications, Elizabeth s’attendait à la compréhension d’Hank sur ce petit incident, et comme prévu, l’attitude de sa grosse peluche adorée ne changeait pas. Il faisait encore preuve d’une grande tolérance, de compréhension et de patience envers une attitude que Betsy dépréciait largement de montrer d’elle. Son but était d’être pragmatique et rangée, alors elle ne voulait pas faire paraître cette instabilité chez les autres. En plus, avec la somme des responsabilités pris, il était bien normal de ne pas vouloir flancher devant des responsables comme Scott Summers ou Tornade.

    Au moins, elle savait qu’elle pouvait compter sur Hank pour un visage plus humain. Déposant sa patte sur la nuque du ninja britannique, elle adressa un sourire à son compagnon de vie. N’acceptant pas les excuses de Betsy, Hank expliqua une petite histoire autour d’un enfant terrifié qui a pratiquement brûlé sa fourrure. Peut-être que c’était dans un processus normal ces méthodes, Betsy ne connaissait pas vraiment ces imprévus, fuyant l’aide social que Paige ou Jean offraient avec une adversité.

    Grattouillant le cou de la X-Woman, Hank ajouta quelques commentaires autour de la théorie et des protocoles ne fonctionnant pas toujours, un peu comme n’importe quel domaine : Il n’avait pas une manière parfaite de travailler avec les êtres humains vu la complexité et l’unicité de tous.


    « Oui, tu as raison. Je pense que je ne suis juste pas habituée à ce type de situation, c’est très rare que je suis proche des enfants qui commencent avec leur mutation. Disons je suis plutôt habituée à travailler avec des recrues X-Men ou encore des X-Men officiels, mais il faut bien expérimenter de nouvelles expériences avant de rejeter tout en bloc. Je vais faire plus attention la prochaine fois, peut-être en demandant des conseils à Jean. »

    Jean Grey avait énormément aidé, comme Charles Xavier l’avait aidé durant une autre époque. En plus d’être une amie précieuse, elle était une être humain extraordinaire, avec des principes simples, mais toujours aussi altruistes pour Betsy. En plus, il fallait avoir un bon mental pour endurer l’arrivé de ses multiples enfants du futur. Elizabeth n’aurait peut-être pas été capable de tenir à une telle pression, mais cela prouvait son importance dans l’histoire des X-Men, pour l’Institut Xavier ou même pour l’histoire mutante.

    Pour le moment, Elizabeth avait au moins Hank pour éviter de lui faire perdre sa confiance acquise depuis quelques années. Elle avait donc répondu avec un sourire sincère aux dernières remarques, lui faisant un signe de tête pour la compréhension de la problématique. Il suffisait uniquement un peu de temps, et peut-être qu’Elizabeth allait pouvoir plus aider qu’en paniquant devant des sphères encore inconnues pour elle.

    Changement de sujet, le petit couple se tentait par une expérience cinématographique plutôt unique : L’Hobbit 3. Elizabeth n’avait jamais eu le courage de lire pleinement de lire l’œuvre entier de Tolkien, surtout par des descriptions de lieux ou de bâtiments sur de nombreux chapitres, mais elle avait au moins l’intelligence de lire le moins lourd avec l’Hobbit. C’était une surprise de voir se réaliser trois films sur le plus petit livre de l’univers de Tolkien. Hank se lançait dans les réflexions des grandes critiques en parlant du nombre de pages précises dans les premières éditions. Son grand fauve préféré avait toujours une culture et une mémoire immense. Au moins, il revenait à la base peu après : Rire devant un film débile, c’était la règle principale pour bien vivre.  


    « Ne t’en fait pas pour le sourire craquant, tant que tu restes en ma compagnie, je vais le garder. Cela ne me dérange pas d’entendre tes critiques sinistres et élaborées sur le sujet après le ciné. Sans chercher à te spoiler, selon Helena… Legolas pratique le pouvoir de la Télékinésie de Super Mario Bros pour marcher sur plusieurs débris tombants comme des escaliers. »

    Même le dire, cela sonnait complètement débile, alors il fallait finalement le voir pour le croire. Ce n’était pas une devise de X-Files ou autres pour décrire les grands mystères de la vie? Cette soirée historique allait donc faire rencontrer la déchéance de Peter Jackson avec le petit couple mutant.

_________________
avatar
Elizabeth G. Braddock

Messages : 485
Date d'inscription : 21/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum