All is fair in love and war [Lilian]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: All is fair in love and war [Lilian]

Message  Nikolaï M. Kolyakov le Lun 26 Oct 2015 - 13:20

Lilian est le premier de mes amants à qui j’ai abandonné le contrôle pendant l’amour. Cela ne veut pas dire que je me contente d’être d’une passivité complète mais laisser son pouvoir jouer avec mes sensations est une situation bien trop agréable pour tenter de contrer ses désirs. Là où j’ai toujours besoin de me sentir dominant, nos étreintes sont un moyen de lâcher du lest dans un environnement privé, une bulle d’intimité où personne n’est là pour juger de mes capacités de dirigeant. Pourtant, lorsque l’occasion de reprendre les rênes apparaît, je me jette dessus pour ne plus la lâcher. Il est rare que j’ai le Britannique à ma merci et je m’empresse donc de faire un sort à nos tenues respectives pour admirer ce corps apparemment si fragile et pourtant si puissant, si dangereux.

Pendant ce temps, Lilian n’est pas en reste et je ne retiens pas le frisson de plaisir qui s’empare de mon être lorsque son pouvoir entre en action. Le toucher précautionneux et pourtant violent des filaments contre ma peau sonne comme un retour bienvenu à la normale, une normale totalement en dehors des sentiers tracés par la société mais qui se soucie de ce que peuvent penser les gens alors que j’ai trouvé ce que certains passent toute une existence à chercher : une âme jumelle. Pourquoi jumelle et pas sœur ? Parce que les frères et sœurs peuvent être fondamentalement différents mais que ce qui rend le lien entre des jumeaux si fort est tout autant leur profonde similarité que leurs différences multiples. Liés indéfectiblement, ils ont aussi besoin d’espace et vivre attachés l’un à l’autre est ce qui peut leur arriver de pire, juste après une séparation définitive. Un peu comme dans notre cas : nous côtoyer trop souvent est voué à l’échec car nous faisons ressortir les pires côtés de nos personnalités respectives mais, parallèlement, nous avons besoin de l’autre pour maintenir nos tendances autodestructrices à distance.


– Je ne t'avais plus vu avec la peau si lisse depuis longtemps… Je sais que ce n'est pas très en accord avec mon rôle de protecteur, mais je t'aime moins comme ça.

La voix pas encore assez rauque de désir du Britannique à mon goût me tire de mes pensées et je ne peux retenir un léger rire à l’écoute de sa remarque.

-Désolé, je ne veux pas te vexer mais j’ai beau savoir que tu en es parfaitement capable t’imaginer dans le rôle du gentleman protecteur est une image tellement incongrue que je n’ai pas pu me retenir. Tu t’imagines en super-héros défendant la veuve et l’orphelin ?

Mon fou rire augmente encore plus mais, lorsque je me calme, mon ton se fait plus mutin.

-Enfin, si tu tiens à remplir le poste de garde du corps personnel, je n’ai rien contre tu sais. Je ne suis juste pas certain que tu gagnes au change en termes de salaire. A moins bien sûr que tu n’acceptes les paiements en nature, auquel cas je suis sûr de pouvoir combler tes attentes, finis-je d’une voix faussement hautaine.

Et, comme pour confirmer mes dires, je m’applique à lui apposer un magnifique suçon sur l’épaule. Je choisis volontairement un endroit peu visible car je n’ai pas besoin d’afficher ma possession aux yeux de tous. Lilian sait qu’il m’appartient autant que je lui appartiens et c’est tout ce qui compte. Par ailleurs, il sait que j’ai horreur des marques visibles – j’ai une réputation à tenir en société et arriver en réunion d’affaires comme si je sortais tout juste du bordel n’inspire que moyennement confiance aux investisseurs – et nous avons par conséquent un accord tacite pour éviter les marques publiques. Dans le fond, ça ne fait que rendre le tout plus excitant. Ce n’est que dans la nudité qu’apparaissent vraiment les canevas de nos corps amoureux. Et étant l’heureux propriétaire d’un tatouage sur l’omoplate depuis mes quatorze ans je peux vous assurer que montrer des côtés cachés dans l’intimité d’une chambre ne laisse jamais personne indifférent.

D’ailleurs, en parlant de ne pas être indifférent aux attentions de l’autre, j’en reviens à la remarque précédente du Britannique une fois mon suçon correctement appliqué.


-Je suis néanmoins d’accord avec toi. Cette peau de bébé pourrait certes plaire au sexe féminin mais ce soir ce n’est pas une dame qui partage ma couche que je sache, il est donc temps de changer tout cela. Tu ne voudrais tout de même pas que je doute de tes affections pour moi ?

Qui a dit que jouer avec le feu pouvait se révéler dangereux déjà ? Dommage que j’ai toujours trouvé les couleurs de l’âtre fascinantes.

_________________
avatar
Nikolaï M. Kolyakov

Messages : 267
Date d'inscription : 18/04/2015
Localisation : New-York (la plupart du temps)

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: All is fair in love and war [Lilian]

Message  Lilian D'Eyncourt le Mer 4 Nov 2015 - 19:33