Arnaque Américaine (PV - Lilian)

Aller en bas

Arnaque Américaine (PV - Lilian)

Message  Katherine A. Pryde le Mer 20 Mai 2015 - 0:33

C’était le méga over temps pour Kitty, le temps de délaisser la Main, l’Arme X et plusieurs autres organisations pour viser un autre ennemi. En fait, elle s’était portée volontaire pour une mission d’infiltration dans un casino qui offrait de multiples opportunités, mais qui était étrange selon l’enquête préliminaire des X-Men. Il existait une certaine confusion entre le dirigeant de ce fameux casino et ces activités. Dans les années 70, c’était très simple : Beaucoup de mafias avaient un contact direct ou indirect avec plusieurs casinos, maintenant c’était bien plus différent. Il existait beaucoup de lois américaines pour empêcher de blanchir une somme conséquente d’argent par le casino. Cette mission pouvait bien se finir dans un bide presque total, mais cela amusait assez Kitty pour aller faire directement cette mission.

Pendant qu’elle s’occupait à faire sa fausse identité par d’innombrables mérites et contacts tous aussi faux l’un que l’autre, elle écoutait Casino de Martin Scorsese sur une petite fenêtre web. Volée à la bibliothèque pendant la nuit, elle écoutait ce petit classique en regardant comme Sharon Stone jouait parfaitement la droguée de service et où Robert Deniro avait le summum des mauvais goûts pour les vêtements. Au moins, elle allait être beaucoup plus classe que Joe Pesci ou Robert Deniro de ce film.

Elle avait modifié un peu son apparence pour cette infiltration, son visage restait connue dans plusieurs universités pour défendre la cause mutante, alors les lunettes et une teinture noire aidaient beaucoup à rester la plus incognito possible. Elle pouvait bien utiliser une montre hologramme de l’Institut Xavier, mais cela pouvait poser de lourds problèmes sur une enquête au long terme. Après avoir envoyé son curriculum vitae modeste mais assez bien remplie pour être une aide-comptable, elle avait reçu une réponse positive pour une entrevue.

Elle s’était présentée au casino habillée en femme d’affaire totalement désagréable, toute en grise et lourdement habillée pour éviter de faire paraitre une parcelle de peau. C’était vraiment trop sérieux pour juste une entrevue, mais elle paraissait plus professionnelle de cette manière. Amenée par une employée dans un petit local pour l’entrevue, elle se préparait déjà mentalement pour cette entrevue. Tout dépendant qui fait cette entrevue, elle avait prévu plusieurs comportements possibles.

Soit elle allait être plus fonceuse et faire de grands discours comme dans Trône de Fer ou Breaking Bad, soit elle allait être extrêmement protocolaire et être extrêmement chiante sur des détails techniques. Elle avait eu le temps de regarder les personnalités les plus importantes du casino pendant ses heures perdus, alors elle avait un peu calculé comment réagir selon la personne devant elle.

Cependant elle était vraiment surprise de voir la gueule de la personne qui était rentrée dans le bureau pour cette entrevue. C’était le jeune mongol qui faisait souvent les premières pages de certains magazines. Peut-être qu’il s’était trompé de local, mais c’était le temps de réagir pour se faire apercevoir.

-Oh là là! Lilian d’Enycourt! Je suis vraiment honorée de vous rencontrer, je ne croyais pas que j’allais rencontrer une vedette à ma première visite! Vous êtes trompé de local? En tout cas, je suis vraiment heureuse de vous avoir rencontré, vous êtes vraiment beau que dans les revues! »


Charme débile, comportement débile, idée débile, tout était fait pour plaire à l’un des visages de ce fameux casino. La supposée Erica Moustafa Gordon - Moustafa en l’honneur de son père d’origine turc - illustrait dans le même temps le plus grand sourire au monde devant cette arrivée surprise.

_________________
« On se place toujours dans un jeu dangereux, il faut juste le savoir et le ressentir à chaque fois qu'on va en mission. »
avatar
Katherine A. Pryde

Messages : 155
Date d'inscription : 25/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arnaque Américaine (PV - Lilian)

Message  Lilian D'Eyncourt le Mer 27 Mai 2015 - 18:59

Renoncer à une histoire d’amour idyllique mais ennuyeuse pour une existence passionnelle avec Nikolaï ne serait ni facile, ni forcément durable. Il le savait. Ils avaient accepté de prendre le risque et, avec ce qu’ils vivaient depuis janvier, Lilian n’avait pas eu le temps de regretter leur décision avant qu’une réalité pénible ne le rattrape. Son amant s’absentait souvent pour risquer sa vie dans les milieux criminels. Ses ennemis étaient nombreux, ses pouvoirs trop faibles pour le protéger d’un homme armé. Apprendre qu’on avait tenté de l’assassiner lui portait un coup plus dur qu’il ne l’aurait pensé. Sans l’intervention d’un mystérieux sauveur, Nikolaï serait mort, et les sentiments de Lilian perdaient leurs repères. Il se sentait à la fois inquiet et contrarié. Il lui semblait qu’il devait prendre une décision, choisir une réaction, mais rien ne lui venait avec évidence. Son compagnon attendait quelque chose de plus précis de sa part, probablement un soutien, et son incapacité à le lui donner avait jeté un froid dans leur couple depuis quelques semaines. Comme le britannique laissait souvent traîner les situations de malaise, faute de vouloir s’embêter à les résoudre, il ne s’était pas préparé à ce que Nikolaï s’embarque dans un avion pour la Corée du Sud en ne lui laissant rien d’autre qu’un message assez impersonnel où il l’informait de son absence. Son départ avait provoqué le déclic qu’il attendait paresseusement, la contrariété, la colère même, l’avaient emporté et, pour la première fois depuis l’officialisation de leur relation, il se réveillait dans un appartement inconnu, à côté de… oh non… la stagiaire. Il fallait dire qu’elle lui tournait bien autour depuis un mois. A chaque fois qu’il passait dans ses bureaux, elle trouvait le moyen de le saluer, au minimum. C’était une jolie fille pleine d’ambition qui rêvait de gravir les échelons rapidement et, bien sûr, une cible parfaite pour se venger. Maintenant que la nuit était passée, il ne se sentait pas particulièrement fier. Cette expérience ne l’avait pas aidé à se aller mieux, au contraire, il ne se trouvait pas beaucoup moins attaché à Nikolaï maintenant. Oui, il pouvait le tromper. Se tromper soi-même, en revanche, était plus compliqué.

Il avait mal dormi, il était encore trop tôt pour aller travailler mais il remarqua qu’un message était déjà en attente sur son téléphone. Le comptable du casino. Il fronça doucement les sourcils et regarda ce qu’il lui voulait de si bonne heure. Monsieur était malade, une nuit blanche, il ne pouvait pas venir et demandait à reporter un entretien qu’il était censé assurer aujourd'hui. Lilian hésita un instant. Il n’avait aucune réunion importante, absolument pas la tête à s’occuper de problèmes administratifs. Alors, un entretien avec une modeste jeune femme, quoi de mieux pour se changer les idées, se sentir utile sans dépenser beaucoup d’énergie ? Il se leva le plus silencieusement possible, n’ayant aucune envie d’être confronté à « la stagiaire », s’habilla et quitta l’appartement pour prendre une douche et passer des vêtements neufs chez lui. Avant de partir, il consulta rapidement le CV de la candidate. Elle semblait posséder les critères requis pour donner un coup de main à une personne plus expérimentée. Si son profil se confirmait en vrai, la sonder ne devrait pas lui prendre plus de trente minutes. De toute façon, sa place était sans importance. Son nom le laissa cependant assez perplexe. Il ne saisissait pas très bien ce que venait faire ce Moustafa dans le deuxième prénom d’une femme. Mais après tout, les parents avaient parfois des exigences très curieuses, et certains américains étaient assez incultes pour valider un registre de naissance en considérant que tout ce qui se terminait par un a était féminin.

Quand il arriva au casino, Lilian avait retrouvé son rôle de professionnel bien dans sa peau, décontracté, presque aussi souriant que sur ces magazines où on continuait de dire qu’il était un cœur à prendre pour faire rêver toutes ces dames qui imaginaient pouvoir séduire un milliardaire. Même si son goût pour les hommes était un secret de polichinelle chez les mondains, Lilian ne s’affichait jamais publiquement avec Nikolaï, comme il ne l’avait pas fait avec d’autres amants. Il refusait d’être étiqueté à cause de sa sexualité, récupérer toutes les associations gay à la recherche de financement, et se faire interroger sur toutes les lois et scandales politiques qui pouvaient requérir son avis « en tant qu’homosexuel ». Les combats des autres n’étaient pas les siens. Il n’avait pas de combat, juste sa vie qu’il entendait mener avec la plus grande indépendance possible. A l’entrée, une hôtesse lui précisa que la candidate était déjà arrivée. Il la rejoignit dans le petit bureau mis à disposition pour la rencontre et l’évalua rapidement. Une fille que l’on pourrait qualifier de mignonne mais plutôt ordinaire cependant, avec une allure assez coincée. Ça semblait correspondre au genre de personne qui désirait faire carrière dans un métier aussi ennuyeux que la comptabilité. Cependant, sa réaction était un peu trop enthousiaste pour une entrevue qui était censée déterminer ou non sa place dans l’entreprise. Il allait finir par croire que 50 Nuances de Grey avait grillé le cerveau d’un nombre dramatique de jeunes américaines qui rêvaient secrètement d’une relation malsaine avec un homme de pouvoir. Un instant, Erica lui rappela désagréablement la stagiaire. Elle aussi avait tenu à lui dire qu’il dégageait beaucoup plus de charme en vrai que sur les photos. Mais il ne devait rien laisser paraître et jouer le jeu en retour, se montrer poliment flatté, et calmer ses ardeurs. Ils n’étaient pas assis en face à face pour s’amuser.

— Eh non, Monsieur Bradshaw s’est fait porter pâle et il se trouve que j’avais du temps à accorder à une charmante postulante. Vous le rencontrerez peut-être si vous me mettez d’humeur à faire un bon rapport sur vous. Cependant, je dois vous préciser que ni la flatterie, ni les excès d’émoi ne vous y aideront… Vous pouvez en revanche me parler de vos motivations. Je vous préviens tout de suite que travailler avec Bradshaw n’en sera pas une, il est terriblement creux et maniéré.

Il garda un sourire paisible tout le long de son discours qui, tout en se tenant sur un timbre léger, contenait déjà ce qu’il fallait de cassant et décourageant pour mettre la jeune fille à l’épreuve et lui imposer un cadre plus sérieux.


Dernière édition par Lilian D'Eyncourt le Lun 29 Juin 2015 - 16:06, édité 1 fois

_________________
avatar
Lilian D'Eyncourt

Messages : 73
Date d'inscription : 31/03/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arnaque Américaine (PV - Lilian)

Message  Katherine A. Pryde le Ven 19 Juin 2015 - 20:23

Kitty ne pouvait qu’être la plus professionnelle possible devant Lilian, elle était quand même de la grande classe américaine, capable de se faire passer pour une super-espionne britannique avec une relation très étrange avec un vieux de 45 ans et aussi devenir la professeur la plus étrange qui pleure devant la finale de la saison 5 de Trône de Fer, criant à la nullité générale et du manque de pertinence de celle-ci. Kitty pouvait tout faire de débile, elle pouvait bien s’adapter à plusieurs comportements. À place d’être le grand mongol des magazines de services, qui aimait beaucoup mettre Lilian dans les premières pages à coté de Justin Bieber et de Carol Danvers, Lilian essayait d’être sérieux pendant quelques secondes. Comment il pouvait être vraiment sérieux devant une groupie? Il n’habitait quand même pas dans un casino où c’était rendu un centre de décadence vivant?

Est-ce que les génies des trolls avaient disparu pour avoir une mentalité conservatrice et bloquée sur des vieilles valeurs? Cela ne pouvait qu’être une grande déception pour Kitty qui avait quand même préparé une tonne de blagues autour des casinos. Comment il avait osé remplacer les danseurs de Viva Las Vegas pour des gens qui sont beaucoup plus coincés des fesses? Malgré cette déception, Kitty ne devrait pas oublier sa mission première. Tromper le casino, infiltrer, avoir plein d’amis comme Lilian, être inviter à son éventuel mariage et après tous les trahir un par un. Cela pouvait paraitre cruel, mais ils étaient quand même obligés de garder l’image des années folles des années 20, maintenant cela ne pouvait qu’être extrêmement chiant! Ils ne pouvaient qu’être accuser pour ce genre de crimes!  

Elle devrait quand même endurer ces tortures pour les X-Men! C’était peut-être le plus grand sacrifice de sa vie, peut-être qu’elle signait un contrat pour s’ennuyer pour plusieurs mois, mais au moins après, elle pourrait faire des opérations un peu plus sérieuses comme aller embêter la Main ou encore le Caïd. Lilian parlait aussi que Monsieur Bradshaw ne pouvait pas se présenter actuellement. Oh… Bradshaw, ce nom lui disait quelque chose! Ce Monsieur Bradshaw était un lutteur de la WWE! Vous connaissez JBL? En fait le « B » était pour Bradshaw! Ce lieu devenait plus intéressant du coup! Mais bon, Lilian voulait parler de sujets ennuyants à place de discussion pour rencontrer JBL!

Kitty pouvait redevenir sérieuse un moment vu la situation actuelle. Reprenant un peu de son calme et son sérieux habituel, elle se résolvait à devenir plus dans les demandes de Lilian lui expliquant pourquoi son personnage était attiré à travailler dans un casino.

-Quand je suis arrivée mes premières années à l’Université, j’avais toujours plein de motivations pour n’importe quels boulots. Je me disais que les entreprises pouvaient être intéressantes à calculer. De regarder les exportations et les changements par rapport au changement économique mondial. Cependant avec le temps, après avoir passé mes premiers stages dans ses grandes entreprises, j’ai eu beaucoup de mal à trouver ma place. Quand j’ai eu ma chance de me proposer une entreprise telle qu’un casino, je me suis rapidement intéressée pour ce travail.

Je ne sais pas encore si c’est mon chemin ou encore si je vais encore essayer de me retrouver, mais travailler dans un milieu aussi riche et divers pourrait m’aider à trouver une certaine spécialisation. Je peux vous aider dans la comptabilité, mais j’apprends très rapidement dans plusieurs autres domaines et je pourrais rapidement adopter ce lieu de travail comme une grande famille dans l’idée de tout faire pour l’améliorer.


C’était tout mignon le grand discours de la famille pour une entreprise, mais c’était souvent un argument des grandes entreprises pour construire une cohésion sociale entre les employeurs et les employés. En plus, elle ne voulait pas faire paraitre trop la tendance familiale pour minimiser la place de l’économie, elle cherchait aussi à donner de la place à ce domaine dans les principales motivations qu’elle pouvait donner à Lilian.

_________________
« On se place toujours dans un jeu dangereux, il faut juste le savoir et le ressentir à chaque fois qu'on va en mission. »
avatar
Katherine A. Pryde

Messages : 155
Date d'inscription : 25/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arnaque Américaine (PV - Lilian)

Message  Lilian D'Eyncourt le Lun 29 Juin 2015 - 19:28

Visiblement, la jeune femme s'attendait à un autre accueil de sa part. Il était vrai que Lilian D'Eyncourt n'était jamais défini par son grand sérieux. Au milieu des milliardaires américains, il faisait plutôt figure de joyeux trublion, et les médias people se faisaient un plaisir de relayer ses dernière frasques, en extrapolant bien souvent les faits. Il s'amusait à incarner un personnage auquel le petit peuple rêvait de ressembler, un homme riche, séduisant, assez haut placé pour oser n'importe quelle folie. On se le représentait sans difficulté plongé dans une fête interminable, plus occupé à savourer les meilleurs cocktails du moment qu'à remplir de la paperasse dans un bureau. Les personnes de son niveau social enviaient parfois sa tendance à se moquer de tout, mais n'ignoraient pas la capacité de travail requise pour maintenir son poste tout en jouant avec les excès. Lilian connaissait les limites à ne pas dépasser avant la perte réelle de contrôle. Ceux qui pensaient encore qu'il existait des être si charismatiques qu'il leur suffisait de claquer des doigts entre deux cuites pour gérer une entreprise déchantaient en se retrouvant face à un homme d'affaires cassant, avec lequel il n'y aurait finalement pas de soirées débauchées, juste un rapport de force classique entre un employé et son patron. Erica comprit très vite qu'il ne se comporterait pas à la manière d'une star ravie de recevoir une groupe pour un moment privilégié dans sa loge. Il possédait plusieurs visages qu'il alternait selon son humeur, rendant très difficile la possibilité de cerner ses attentes ou sa perception de la hiérarchie. Le changement soudain de sa candidate lui donnait envie de tester un peu plus son adaptabilité. Il ne la recalerait pas si elle échouait, mais cela lui rendrait l'entretien plus distrayant.

De toute évidence, et malgré ses airs de greluche, Erica avait bien préparé sa présentation. Ce revirement soudain l'interrogeait beaucoup. Quel visage, entre celui du début et l'actuel, lui convenait le mieux ? Avait-elle envisagé plusieurs attitudes pour l'aborder ? Cela ferait presque d'elle une personne intelligente. Presque. Le choix de le flatter aussi grossièrement pour ouvrir la discussion avait quelque chose d'insultant et maladroit. Elle lui déballa donc toutes ces phrases qui devaient faire bonne impression, se décrivant comme une étudiante curieuse, une postulante sincère, qui avoue ses difficultés avec les grandes entreprises et son envie de travailler dans une boîte à taille humaine. Elle évitait de lui montrer trop de zèle, en tempérant sa passion pour les casinos tout en vantant les belles possibilités du lieu. Elle acheva finalement en invoquant l'idée d'une grande famille, si chère aux américains. Le contenu du discours ne le surprenait pas vraiment. La plupart des jeunes diplômés avaient appris à tourner leur présentation de cette manière. Tout allait bien, jusqu'à ce que l'employeur, habitué à entendre ce genre de tournure, ne pose trop de questions piège auxquelles le jeune candidat ne s'était pas préparé. Souvent, le masque d'employé parfait s'effritait pour laisser place à un petit jeune perdu, avec des épaules trop étroites pour supporter une personnalité trop affirmée. Qui était vraiment Erica ? Il lui sourit tranquillement, sans donner le moindre indice sur la manière dont il venait de recevoir l'exposition de ses motivations.

– Je comprends très bien le besoin de trouver un travail à la sortie des études. Je ne dirais pas que je doute de votre sincérité, mais beaucoup de diplômés seraient prêts à intégrer les entreprises les plus éloignées de leurs convictions pour quelques mois de salaire. L'univers d'un casino est particulier. Nous incitons des personnes à se ruiner, et, même si nous proposons des concerts tout à fait respectables, certains spectacles et soirées privées ne sont pas du goût des gens qui se veulent bien élevés. Que pensez-vous vraiment de tout cela ? Trouvez-vous que nous pourrions former une famille idéale, facile à assumer en dehors de notre petit monde ? J'imagine que, malgré votre volonté de vous diversifier et de nous aider, vous n'iriez pas jusqu'à improviser une prestation d'effeuillage pour une artiste qui s'est brisée la cheville, mais je n'aimerais pas tout votre soutien soit relayé au placard une fois vos horaires terminés.

Il avait parlé longuement, en observant fixement la jeune femme pour saisir au mieux les variations de son expression, même s'il se fierait plus volontiers à son rythme cardiaque. Il dévalorisait sans gêne l'activité de son casino pour voir de quelle manière elle tenterait de s'en sortir. En vérité, il n'y avait pas de bonne réponse, cela ne ferait que donner un indice sur sa personnalité. Il lui donnait l'occasion de s'exprimer, même si tout semblait fait pour la mettre mal à l'aise et la piéger. Lilian n'était pas l'expert-comptable, et il n'avait pas du tout envie de poser des questions précises sur la profession même s'il avait les moyens de la sonder sur ses compétences. Non, il trouvait plus instructif de mettre directement Erica dans l'univers sulfureux qu'elle prétendait vouloir intégrer. Bradshaw aurait jugé cela secondaire, et à raison. On ne lui demandait qu'une assistance, et des tâches qui ne devraient pas la perturber de ce qu'elle avait appris. Elle n'aurait même pas besoin de quitter son bureau, d'être au courant avec précision de ce qui s'organisait dans le casino même. Mais, aujourd'hui, parce qu'il luttait depuis plusieurs jours pour se changer les idées, Lilian avait décidé de baser l'entretien sur des critères absolument subjectifs.

_________________
avatar
Lilian D'Eyncourt

Messages : 73
Date d'inscription : 31/03/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arnaque Américaine (PV - Lilian)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum