La Sagesse du Colorado (PV : Poison Ivy)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

La Sagesse du Colorado (PV : Poison Ivy)

Message  Thor Odinson le Jeu 4 Jan 2018 - 0:56

    Les montagnes de froid de la région appelée le Colorado pouvaient donner raison aux participants des téléviseurs sur les températures extrêmes qui touchaient le Nord de Midgard depuis quelques semaines. Festivité, alcool et feux d’artifices faisaient partis des grandes fêtes de Midgard durant les derniers jours. Les dates ont importance chez eux, pour se rappeler qu’ils grandissent depuis les années, leur disant que du temps passe et que du temps reste à dépenser pour leurs futurs années. Ils se sont donnés des années et des périodes temporelles pour savoir où se placer dans la grande hiérarchie de la vie. C’est important pour eux, et c’est aussi important pour nous, car quand on se retrouve devant des évènements marquants, il est primordial de se souvenir pourquoi certaines dates deviennent des évolutions à comprendre pour avancer. Selon plusieurs nobles combattants de Midgard, les calendriers sont subjectifs à chacune des régions du Monde, où ils mélangent mythes et anciennes histoires pour mieux se retrouver. Les mythes sont souvent marginalisés par les idées de doutes retrouvés aujourd’hui chez plusieurs grands penseurs de ce Monde. Les doutes sont plus importants dans ce monde que n’importe quel autre monde visité, parce qu’ils vivent par ces dégouts et ainsi par les évolutions possibles. Longtemps l’Histoire restera importante dans la mémoire et longtemps, il faudrait rejeter ce qui est le plus vil et monstrueux afin d’éviter de se noyer dans les abysses de la mesquinerie.

    Au Colorado, les yeux s’illuminent bien plus facilement devant mon arrivé que mes régulières visites dans la ville appelée New York. Ils sont rapidement devenus habitués à ce qu’ils ont construits. Est-ce bien un mal ou un bien? Je ne pense pas qu’il est très important de juger ce monde par leur « urbanisation » ou de juger les individus qui fuient les chimères de certaines magazines afin de se réchauffer dans ce qu’ils apprécient, appelés les températures extrêmes. Longtemps, j’ai pensé que l’Univers appelé New York était répandu un peu sur la totalité des territoires américains. Cependant, j’admets mon erreur : J’admets ma faute de ne pas m’avoir renseigné plus sur les diversités de Midgard.

    Colorada est intéressant, leur population est moins portée sur les magazines ou sur ce qu’ils considèrent comme de la politique. À mon arrivé, il avait peut-être quelques journalistes, mais ils se sont évaporés lorsque le Maire et Chef Suprême de Denver a voulu passer un petit temps avec moi. Ayant fourni un horaire léger pour ma présence, il voulait que je me présente dans certains lieux pour redonner de l’espoir ou uniquement regarder leurs arts. Colorado est pertinent, il se distingue par ses couleurs et par sa vision. Durant cet Hiver, j’ai pu regarder un match entre deux équipes de deux villes différentes. Sans morts ou sans blessures graves, ils essayaient uniquement de rentrer un petit objet noir dans le but d’une autre équipe. Ces sportifs sont assez talentueux, surtout pour avoir une telle vitesse et robustesse.

    Ces activités sont intéressantes, non uniquement pour la Région appelée Colorado, mais aussi pour apprendre plus sur la diversité. De nombreuses régions américaines ou mondiales sont très différentes du portrait que je me faisais au premier regard. Les individus ne sont pas tous attirés par les mêmes intérêts : Ils se développent par l’art du sport que cela soit en équipe, ou que cela soit personnel. Je me suis peut-être trompé en me voyant trop puissant dans ce monde, alors que ce monde ne demande pas une puissance, pas des pouvoirs et non une révélation difficile à obtenir : Mais bien des recherches tous aussi nobles. Il me fait du bien de quitter les régions contaminés par les discussions stériles afin de découvrir des nouveaux visages.

    Colorado restera donc une découverte intéressante. Entre la visite de quelques montagnes et la vue des spectacles appelés « UFC », je profite de la connaissance des rares contacts qui veulent me parler pour en apprendre plus sur eux. Je me demande bien pourquoi ils ont la même affiliation d’appartenance que ceux de New York, mais cela prouve que la diversité est universelle chez l’Homme et chez la Femme de ce Monde. Ils préfèrent vivre qu’être contrôler. Aux nombres de fois que j’ai entendu parler de l’élection d’Alexander Luthor, ici à New York, ils préfèrent parler de sport, d’arts ou de leurs restaurants favoris, ici. Les discussions sont ainsi plus intéressantes que se retrouver devant les mêmes discussions éternellement sur un sujet ou sur un autre.

    Cette visite me donne aussi la chance de visiter en civil à place de vivre éternellement avec mon armure de combat. Me retrouvant avec le chandail de l’équipe appelé « Avalanche de Colorado », je me retrouve devant des enfants avec les sourires me montrant leur plus grand œuvre de l’équipe des Avengers ou de moi-même. Malades, isolés ou scolarisés, je suis toujours enthousiaste de retrouver des jeunes esprits me relever l’espérance qu’ils conservent de Midgard. Même avec les Asgardiens partis, ces jeunes seront toujours là pour monter le niveau de certains êtres. Ils seront là, comme Marilyn Treiman sera là pour aider réellement les avancées des êtres de Midgard. On me rappelle souvent que la jeune femme venait de là et plusieurs jeunes me demandent qu’est-ce que cela fait de travailler avec la plus puissante de tous les Vengeurs. Ils étaient fiers d’elle et, bien que les jeunes lui donnent une puissance qu’elle n’aurait jamais sans les artefacts Asgardiens, elle mérite de recevoir cette reconnaissance.

    Le Maire et Chef Suprême de Denver me demande souvent si je veux prendre une pause laquelle je refuse toujours. Si les jeunes veulent me rencontrer, c’est que le destin le désire. Lors de l’un de ces rencontres avec les jeunes, mon activité est interrompue par l’un des responsables des jeunes pour me dire qu’une jeune femme « mutante » veut me rencontrer. Cela me rappelle vaguement les rares histoires de certains jeunes discriminés par des mouvements qui se disaient religieux. Elle voulait peut-être me faire part de cette histoire pour que je puisse agir devant les injustices forcées par des intolérants : Colorado mérite cette attention de ma part, parce qu’ils sont déjà très accueillants envers ma personne et je dois leur offrir une reconnaissance similaire.


_________________

Couleur du Prince Thor - [color=#FFCC00]
avatar
Thor Odinson

Messages : 135
Date d'inscription : 15/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Sagesse du Colorado (PV : Poison Ivy)

Message  Ivy P. Isley le Lun 8 Jan 2018 - 6:35


Les questions apportent des problèmes, Papa a toujours été très clair là-dessus. Il avait raison. Je m’en suis toujours beaucoup posée mais j’en ai posé le moins possible, ce qui ne m’empêche pas d’avoir toujours des problèmes.

Ma seule liberté doit être un problème d’ailleurs, le Wakanda est peut-être l’unique pays au monde où je puisse me rendre légalement sans finir enfermée. Heureusement pour mes détracteurs, l’entrée illégale sur le territoire semble être aussi un motif d’emprisonnement. Pour les gens normaux, on tend juste à les renvoyer dans leur pays mais il n’est aucun Etat dans lequel me renvoyer. Chose qui me fait douter vis-à-vis de ma présence légale au Wakanda d’ailleurs, tandis que l’Oasis n’est pas un pays mais une propriété privée. Qu’importe, la question qui va m’apporter des problèmes n’est pas mon exclusion des Etats Humains ou l’éventuelle condamnation pour m’y rendre. Non, c’est de vouloir savoir si l’homme que j’observe a tué de mes enfants qui m’apportera des problèmes. Le chaos de la violence et des flammes comme les pertes qu’il a engendrées ne m’aide pas à me souvenir correctement, me laissant surtout un profond mal-être et une tristesse plus abyssale encore. J’y fais face en silence, tout comme je garderais ma question silencieuse. J’ai l’impression d’être une personne horrible aux sues de ce que je viens lui faire.

Avant de me tourner vers les Luchadores, j’ai menée mon étude concernant la situation de la Forêt Amazonienne et c’est l’un de ses faits-divers, un procès surprenant, qui me motive à venir ici. J’aurai pu attendre longtemps encore avant de chercher cette rencontre mais l’occasion, relayée par de nombreux médias, était trop belle pour ne pas être saisie. Ce n’est pas tous les jours qu’un Vengeur aussi important que le Dieu Asgardien Thor est accessible au commun des mortels loin de la métropole de super-sécurité qui se dessine le long de la Côte Est. Le lieu de sa visite de courtoisie est bien choisi, même s’il y fait froid.

Les températures alentours au 0°C ne me rendent peut-être pas léthargique mais sont tout de même trop basses à mon goût, heureusement que je peux leur faire face avec pantalon d’hiver, polaire et manteau à capuche. Mon souffle n’en fait pas plus de buée que celui des autres personnes et, comme celles intéressées par la visite du Vengeur, j’ai simplement attendue son arrivée derrière les rangs des médias. L’accueil par le maire de Denver, dont le nom m’échappe autant que la résistance au froid de son crâne chauve, a permis de rapidement satisfaire les journalistes et suivre le duo n’a guère été difficile après cela. Gotham m’a appris à savoir vérifier que je ne suis pas suivie tout comme à essayer de semer quelqu’un qui s’y essaierait, je fais donc de mon mieux pour inverser ce que je sais et suivre à mon tour, sans me faire repérer. Je n’ai pas besoin de me cacher, je ne pense pas que les citoyens d’ici se souviennent d’un trophée récolté par les Vengeurs en 2011 ; pas plus qu’il ne doit se souvenir du massacre que cela a impliqué à Nouvel Eden. Comme pour l’intervention en Irak de 2003, c’est du passé et la vie continue. Enfin, sauf pour les victimes de la guerre.

Après, je ne pense pas que les citoyens d’ici soient des américains moyens. Il y a trop de différence d’un état à l’autre pour pouvoir considérer l’existence d’un américain moyen, malgré l’exemple qu’en donne New York City. De plus, ceux du Colorado vivent à l’avant-garde des politiques environnementales des Etats-Unis. Tout comme les indigènes amérindiens, les végétaux sont relégués dans des réserves et des parcs mais au moins sont-ils traités avec respect et de grands espaces naturels, ayant évolués sans l’intervention de l’Homme, sont préservés comme ils le méritent. L’hiver les fait dormir et leur torpeur est apaisante, même si elle ne doit pas plus m’affecter que les températures basses. Je n’ai cependant aucun vêtement pour me protéger de mon empathie végétale et aucun insecticide naturel, comme le thé ou le café, ne saurait m’affecter pour m’aider à me stimuler. Seul le froid le peut mais je m’en suis prémunie.

Thor n’a qu’un pull, lequel montre son parti-pris pour les locaux d’ailleurs, mais je ne sais pas s’il peut souffrir du froid. Les enfants avec qui il discute le peuvent mais leur agitation complète leur habitude des températures comme leurs tenues adaptées. De part leur espérance de vie, il semble logique que les Asgardiens gagnent en maturité différemment des humains mais je dois avouer me demander s’ils ne sont pas au-delà de l’évolution qu’est la maturité. Alors même qu’il est probablement plus âgé que tous ses interlocuteurs réunis, le Dieu semble aussi à l’aise avec des adultes qu’avec des enfants et, malgré ses différences comportementales et orales, il s’adapte très bien à chacun. C’est plaisant à voir, compensant un peu le mal-être et la tristesse de mon interrogation silencieuse. C’est plaisant à voir et j’observe là quelque chose que j’ai vécu il y a trop longtemps, avant que la mort ne vienne prélever son dû comme elle le fait à chaque fois. L’énergie des enfants est la même partout, quelque soit l’état américain ou même le pays de notre monde ; peut-être même qu’elle se retrouve aussi sur d’autres mondes, comme Asgard. Les enfants végétaux sont plus calmes lorsqu’ils grandissent dans l’ombre de leur mère, les enfants humains n’ont de cesse d’essayer de la quitter et d’y revenir avec cette envie d’aventure et d’approbation. Je ne la comprendrais jamais, ne l’ayant pas eue, mais j’apprécie toujours autant de la voir.

C’est pour cela que je ne la gâche pas. C’est pour cela que je me contente de regarder, baissant régulièrement les yeux pour refouler des souvenirs plus vieux que les jeunes gens que j’observe. La tristesse et le mal-être se disputent mon cœur au contentement face à cette belle scène et au sentiment d’être une personne horrible pour ce que je viens faire, le tout engourdit par la dormance des végétaux qui se reposent aux alentours. Je n’ai jamais su comment gérer ce que j’ai en moi alors j’essaie de faire sans, de rester purement rationnelle mais je n’y arrive pas. Même les plantes ont de la douleur, de la tristesse et de la joie, je ne vois donc pas comment je pourrais m’en séparer. En séparer les autres, j’y arriverai, mais pas pour moi. Et, aujourd’hui, je n’ai pas envie d’interférer avec leurs amusements et leur innocence. Je n’ai rien à construire ici, les seules choses que je peux apporter sont négatives. Je suis venue chercher les problèmes mais pas les apporter. D’un autre côté, si je suis le problème il m’est impossible de faire autre chose.

Mains dans les poches, je regarde à bonne distance des humains se lier avec quelqu’un qui leur ressemble sans en être. Evidemment, je ne pense pas cela de façon péjorative : Thor est un Asgardien, non un humain, tout comme je ne suis pas humaine non-plus. Un état de fait qui n’impacte en rien nos capacités cognitives ou émotionnelles, nos valeurs ou nos actes. Dos droit, je fais face depuis la rue pavée à une interaction que je ne regarderais que depuis l’extérieure. Partagée entre la tristesse et la joie, je me dis que je ne franchirais pas le pas. Je suis venue ici pour remercier un être qui a peut-être contribué au massacre de mes enfants, d’où que je sois une personne horrible, mais je ne veux pas gâcher la joie qu’il rencontre et procure aux enfants d’autres personnes.

Excusez-moi, mademoiselle, qui êtes-vous et ce que faites-vous ici ?

Je ne suis qu’une mutante qui n’ose pas rencontrer votre invité.

Je ne réfléchis pas réellement à ce que je réponds, manipulant la vérité pour ne pas réellement mentir sans pour autant l’avouer. La sincérité n’est pas quelque chose qui me réussit ; à moins que ce ne soit pas quelque chose que je réussis. Je ne sais pas. J’étais sincère dans ma relation avec Jason, j’étais sincère lorsque j’aidais les orphelins de Robinson Park, cela c’est mal terminé. Je suis sincère lorsque je cherche à améliorer la situation des Forêts Primaires, le bilan est tout aussi mitigé.

Okay. Je reviens tout de suite.

Je fronce un instant les sourcils alors que l’homme, que je suppose désormais être animateur ou en tout cas lié à la maison de jeunesse qui me fait face, s’en va vers les siens. Réalisant ce qui vient de se passer, je retiens mon souffle et m’apprête à m’élancer en avant pour rattraper le responsable de la main. Tout est interrompu immédiatement alors que j’heurte un autre passant se faisant, ayant visiblement arrêté d’accorder mon attention aux humains extérieurs à la rencontre entre les jeunes et le dieu. Les quelques mots qui s’échangent sont des automatismes destinés à passer outre sans générer de conflit mais, le temps d’en finir, ma présence a déjà été signalée. Je me retourne précipitamment pour terminer mes excuses avant de poser mon bassin contre la barrière, dos aux ennuis. Fuir leur regard ne me permettra pas de les éviter mais, s’il ne voit pas tout de suite mon visage, Thor mettra peut-être plus de temps à m’identifier. Les rousses mutantes d’un mètre quatre-vingt, ça ne doit pas manquer pour qu’on ne pense pas à l’échappée d’un asile psychiatrique dès qu’on en voit une de dos. Et encore, j’ai de la chance que les Last Sons et les Vengeurs ne s’apprécient pas sans quoi il serait possible qu’il sache que je me suis aussi échappée de la Prison Oméga ; ce que je n’aurais jamais réussi à faire seule mais qui doit quand même être considéré comme témoignant d’une certaine dangerosité. C’est là-dessus que je peux jouer pour éviter le conflit, d’ailleurs, et j’essais de me détendre pour me préparer à mon bluff. L’hiver est peut-être la période où je suis la plus faible mais je reste capable d’éveiller les nombreux parcs de Denver afin que ses habitants viennent à mon aide ; un beau bordel que, j’espère, tout Super-Héros préfère éviter autant que moi.

Les questions apportent des problèmes et je viens de me faire avoir… mais c’est pas possible d’être aussi conne, je vais battre mon propre record.

_________________
Poison Ivy

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 52

avatar
Ivy P. Isley

Messages : 379
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 24
Localisation : De part le monde

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Sagesse du Colorado (PV : Poison Ivy)

Message  Thor Odinson le Mer 10 Jan 2018 - 0:42


    Midgard nous définit par des multiples noms et idées qui font soit la richesse, ou la pauvreté d’Asgard quel que soit leurs choix. Barbare, bourrin et fêteur pouvaient apparaître dans les noms négatifs, mais malgré ces critiques et cette rapidité de nous juger, je trouve parfois important de les mentionner nos constructions. D’autres ont trouvé des mots plus généreux pour nous décrire : Sage, sensé et juste. La participation du Royaume d’Asgard dans le projet des Avengers se veut bien plus grand que nos précédentes participations sur Midgard. Comme les Amazones et les Olympiens à l’époque de la Ligue de la Justice, notre participation est importante, car même l’Avenir de notre Royaume peut jouer sur cette possibilité future. Plusieurs Asgardiens m’ont demandé la pertinence de cette participation, ces questions pouvaient être amplement pertinentes, mais à chaque fois, ils s’étouffaient dans leurs connaissances pour parfois éviter ce que Midgard pourrait nous réserver en bien ou en malheur. Je ne porte donc pas le fardeau de la réponse, je porte l’idée de notre obligation à travailler avec Midgard pour travailler ensuite avec les autres. Il était évident si on se concentrait uniquement entre Asgardiens, que nous allons se retrouver devant des limites et des oublis, alors que si tous les Dieux, Extraterrestres, Empires et Héros se réunissaient pour améliorer une partie de Midgard, cela pouvait nous donner des indices importants à savoir comment établir des codes pour éviter les erreurs du passé.

    Hommes, Femmes, de Midgard ou d’Asgard pouvaient parfois s’égarer : Trompés par leurs visions, trompés par leurs limites et surtout trompés par des illusions, mais ils s’entendaient tous à accorder une partie de leurs folies afin d’oublier ce qui pouvait être complexe. Je n’avais peut-être pas la patience d’être un éternel sage, mais je connaissais assez Midgard pour savoir qu’il existait une diversité et une richesse infinie chez plusieurs êtres de Midgard. Se sentir unique était maintenant un défaut, se sentir même intelligent restait une perfidie, parce que nous perdons notre identité à une idée de l’intelligence au lieu de douter de nos principes. Steven, Valerie, Paige et même Anthony m’ont beaucoup appris sur ses différences, et malgré mon recul sur leurs discussions, je pense qu’ils avaient raisons. Quelle que soit la sagesse des Asgardiens, on devrait parfois la confronter à d’autres visions pour l’améliorer.

    Nul n’avait besoin de mentir à Denver, ni les enfants, ni le responsable du terrain. Pour avoir discuté légèrement avec lui, il semblait assez altruiste pour aller seul me déranger pour une ou deux personnes voulant me rencontrer. Sur le territoire de l’Ohio, j’avais aussi plaisir de rencontre des êtres venant des milieux les plus misérables et surtout les plus désavoués. Mutants vivants dans les égouts, réfugiés et itinérants cherchaient parfois à me rencontrer, ils étaient parfois intéressés de me rencontrer. Ils aimaient me raconter leurs histoires et leurs anecdotes. Ils parlaient de leurs familles, de leurs amis ou même de leurs divertissements, malgré toutes les limites que cette société pouvait leur infliger. Ils maitrisaient ainsi un art, un intérêt et surtout une humanité forte. Ils n’avaient pas besoin de télévision pour me connaître et parfois, j’étais même intéressé à connaître l’avis d’individus, n’ayant aucune idée à quoi ressembler Asgard. J’étais simplement un héros pour eux, alors pourquoi leur mentir? Pourquoi briser des illusions? Ils voulaient me voir en tant qu’humain, non pour représenter une idée ou pour me confronter. Il m’arrivait rencontrer des êtres désagréables, des êtres toujours aussi partisans de la saveur Carol Danvers ou des régimes néonazis, mais l’ignorance était la meilleure solution pour se débarrasser des êtres recherchant uniquement des réactions chez les autres.

    Ils voulaient mon opinion sur des sujets, alors qu’ils avaient déjà une opinion toute faite à ma place et ils ne restaient que l’interprétation pour trouver ce qui les plaisait à trouver. Je ne suis jamais un grand passionné de cette histoire, elle était souvent triste, parce que ces individus ne mentaient pas uniquement à toute la société, ils se mentaient à eux-mêmes. Ils voulaient se construire une réalité par les autres à place de faire confiance à cette diversité. Ils préféraient des blocs monolithiques que l’enrichissement. C’était ainsi que Midgard pouvait être triste. Avant l’arrivé de cette vermine de William Stryker, il était rare de trouver des êtres me poursuivant pour confirmer leurs préjugés. Aujourd’hui, ils sont encore d’actualité : Maintenant, je rencontre selon leurs dires, la plus grande des vérités parce qu’ils aiment avoir trouvé une raison de leurs existences.

    Peut-être que des Hommes et des Femmes de Denver pensaient de cette façon, mais aujourd’hui, je suis plutôt épargné par les tortures de l’oralité et des argumentations. Je vois de l’admiration, de l’amour et parfois de l’espérance, donc tout ce qui représentait le mieux des êtres venant de Midgard. En retour de cette appréciation, il m’est bien normal de leur retourner l’appareil. Cette rencontre était habituelle pour moi, elle se définissait dans ce que je devrais faire formellement, mais aussi dans tout ce que je devrais faire au nom d’un Asgardien noble. Regardant dans les rues voisines, j’ai pu finalement trouver cette mutante qui tentait sans réussite de rentrer dans la Maison des Jeunes du Midgard de Denver. M’approchant de celle-ci, il était le temps de se présenter, poing sur la poitrine…


    « Thor Odinson, prince d’Asgard et représentant de l’équipe Avengers. Comment puis-je vous aider? »

    Il existait oui des limites de mon aide. Malgré que je sois l’un des plus puissants Dieux de Midgard, je ne pouvais pas changer les individus sous les menaces. Rejetée par sa famille? C’était peut-être possible. Vivant dans les égouts? C’était une autre possibilité. Bien que le Chef Suprême de Denver m’avait dit qu’ils existaient beaucoup de centres pour accueillir des mutants des familles désavouant uniquement leurs enfants à cause d’une minime mutation. Ma présentation faite, avec sourire, je m’attendais à sa présentation. Quelle soit sobre ou déguisée par mes manières, j’avais toujours beaucoup aimé de comment Midgard pouvait improviser même une première rencontre.

_________________

Couleur du Prince Thor - [color=#FFCC00]
avatar
Thor Odinson

Messages : 135
Date d'inscription : 15/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Sagesse du Colorado (PV : Poison Ivy)

Message  Ivy P. Isley le Ven 19 Jan 2018 - 6:54


Il y a bien une douzaine de centimètres de différence entre Thor et moi, sans parler de nos différentes silhouettes ou même de la taille de son torse par rapport à la mienne. Heureusement que je n’essais pas de paraitre impressionnante, ce serait d’un ridicule que sa manière de saluer ne saurait compenser. Une manière qui me fait fixer ses yeux avec surprise et une certaine décontenance, laquelle croit de plus en plus.

Thor Odinson, prince d’Asgard et représentant de l’équipe Avengers. Comment puis-je vous aider ?

Voici qui m’interdit et l’une de mes mains s’en vient à ma nuque alors que je détourne un instant les yeux. Je sens la barrière presser contre mon bassin alors que mon dos se tasse un peu contre elle mais, plus que me soutenir, elle me retient surtout. Thor ne m’a pas reconnue, j’en serais bien vexée si je n’en étais pas surprise et plutôt satisfaite en réalité. Mais surtout, il m’a posé une question immensément piège : comment peut-il m’aider ? Je sais que les questions apportent des problèmes, c’est empirique, mais je dois avouer que celle-ci est peut-être mon interrogation favorite, celle que j’aurai aimé qu’on me pose plus souvent. Du fait, je n’ai pas la moindre idée de comment réagir face à elle et de comment faire que cette aide ne se transforme pas en problème. Il y a trop de choses que je pourrais répondre mais si je n’ai pas la bonne réponse je vais tout gâcher.

Histoire de reprendre un peu contenance, je glisse ma main de ma nuque à mon oreille pour replacer une mèche de cheveux derrière celle-ci ; une idée idiote considérant la température environnante mais ça restera cohérent avec mon idiotie, dira-t-on. Une considération qui me perturbe un instant de plus mais je commence enfin à chercher mes mots après elle, ce qui est un début. Un bon début pour une mauvaise fin. Encore que, connaissant mon talent pour la sincérité, le début sera sans doute aussi bon que la fin ; soit pas du tout ! Heureusement que je ne pourrais m’en prendre qu’à moi-même malgré que je n’aurais pas besoin de le fait tant tout le monde le fera déjà. C’est ça d’être populaire. Mais trêve d’ironie et un peu de discipline, on ne fait pas attendre un dieu et encore moins un Super-héros.

Ne le prenez pas mal mais… je ne suis pas venue ici chercher de l’aide. Ça… disons que ça ne ferait qu’empirer ma situation.

Par Dame Nature, j’espère que je ne sonne pas comme une femme battue, ça nuirait surement à leur cause ! Je souris face à mon malaise, bien consciente que ma déclaration peut sembler contrintuitive mais mes expériences parlent pour moi. Je sais que Thor n’a pas grandi sur Terre et sans doute est-il réellement prêt à m’aider sans contrepartie cependant ça ne durera pas : il changera d’avis en découvrant qui je suis et je devrais utiliser mon moyen de pression dans l’éventuelle négociation. Avec Diana et le Wakanda, j’avais battue la première et aurait donc pu continuer comme je l’entendais mais j’ai choisi de passer par le second ainsi donc y ai-je été acceptée. Avec les Last Sons, j’espérais ne pas avoir à en passer par la violence et n’avais donc aucun moyen de faire pression sur eux pour qu’ils m’acceptent, ce qu’ils n’ont pas fait ; sans doute aurais-je du risquer des vies végétales pour les neutraliser de façon analogue à Wonder Woman, c’était une illusion de croire que la bonne foi démontrée par une précédente collaboration suffirait. Je ne nierais pas continuer d’avoir certaines déviances dans mes interactions mais elles en tenaient à s’assurer qu’il n’y ait pas de blessés et il n’y en a pas eu. Avec les Luchadores, la pression de la Norvège sur le Brésil place un tout autre antagoniste que moi et mon intervention ne peut qu’aider à conserver les financements en atteignant les objectifs écologiques imposés, il s’agit donc juste de me surveiller pour que je n’en profite pas ; et je ne vois pas pourquoi j’en profiterai, je n’ai aucun intérêt autre que réduire le massacre du peuple végétal par l’humain, si possible en améliorant la vie humaine au passage quand on me l’autorise.

Après avoir inspiré profondément l’air neutre qui me semble froid à s’engouffrer en moi, je relève les yeux face à mon interlocuteur et ramène ma main dans ma poche malgré la démangeaison qui s'installe. Un haussement d’épaule s’en suit, témoignant de difficultés à trouver mes mots dont je tâche de jouer autant pour Thor que pour moi-même, afin de gérer la tension qui m’enserre l’esprit. Mes doutes et mes maux ont de la difficulté face à l’aspect impressionnant que dégage le dieu et, même si je saurais lui faire face par simple lucidité, je préfère être lisible. Sait-il lire le comportement humain ? Inutile de demander, observer suffira à connaitre la réponse. Même si ce n’est pas le cas, même si l’Asgardien ne comprend pas la signification de mes gestes, il doit être habitué à voir les gens ainsi agir et cela me fait gagner du temps. J’ai ainsi plus de chance de mettre mes idées au clair, à défaut d’être jamais capable de les exprimer comme tel.

Excusez-moi mais entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer !

Ça me fait rire, un bref et éphémère instant, avant que la gêne ne reprenne le pas en un soufflement clairement significatif : je patauge. On dit que marcher dans une déjection du pied gauche porte bonheur, à loisir. En tout cas, quelque soit le pied qu’on met dans l’intelligence ça ne porte pas chance. Sans doute cela conduit-il certains à penser que l’intelligence est une mauvaise chose mais je serais à jamais en désaccord avec cela : l’intelligence, c’est la faculté d’adaptation, c’est la capacité de résoudre des problèmes nouveaux. Sans intelligence, on stagne et on décrépit. Sans intelligence, on est incapable de prendre la bonne décision et on ne peut s’adapter comme évoluer qu’à travers l’aléatoire. Sans intelligence, on suit ce que d’autres nous disent sans le réfléchir, sans le considérer. Toute propagande ne s’adresse pas à l’intelligence des gens mais à leurs émotions car les émotions peuvent confirmer une chose que l’intelligence critiquerait. L’émotion ne sait pas pourquoi les choses sont, l’intelligence cherche à le découvrir. Einstein a déclaré que "deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue." ; j’aime à croire que l’intelligence humaine aussi ira toujours croissante, ce qui est le propre de l’infini. Malheureusement, il est aisé de jeter à bas l’intelligence par la force ou la bêtise ; quand la maladresse n’y suffit pas.

Redevenue plus calme avec une petite digression mentale malheureusement incapable à arrêter la démangeaison des doigts de ma main gauche, je fais face avec un petit sourire apaisé à cet être qui pourrait m’écraser d’un simple geste de la main. Se mettre à l’aise est tout un art et, comme on dit, feins-le jusqu’à ce que tu le sois. Je suis contente de ne pas avoir à appeler la violence pour me protéger de la violence et pouvoir côtoyer quelqu’un qui n’a ni intention ni apriori hostile pour moi est agréable. J’en viendrais presque à croire que je ne vais pas gâcher sa journée.

Si je voulais vous rencontrer, c’était pour vous remercier. Et savoir deux choses, aussi. Mais avant, merci.

Suis-je une personne horrible ? Je le saurais bien assez tôt. Je sais que beaucoup ont déjà la réponse à cette question mais plus ils chercheront à me faire me sentir horrible et plus je me réfugierais dans mon intelligence afin de déconstruire leur propagande. Sans doute que si l’on me prouvait de manière empirique que je suis horrible, avec des faits comme le fait de venir remercier l’éventuel assassin de ses enfants, cela fonctionnerait mieux pour me convaincre. Je ne crois pas que beaucoup auraient cette subtilité là mais je me demande surtout ce que l’intelligence aurait à gagner à détruire moralement quelqu’un. Je me demande si Thor essaiera lorsqu’il découvrira ma véritable identité ; cela aussi, je crains de le savoir bien assez tôt. Mes mains sortent de mes poches pour venir se joindre au niveau de mon ventre, les doigts de la gauche se refermant sur le pouce de la droite tandis que l’index de celle-ci vient les gratter.

_________________
Poison Ivy

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 52

avatar
Ivy P. Isley

Messages : 379
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 24
Localisation : De part le monde

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Sagesse du Colorado (PV : Poison Ivy)

Message  Thor Odinson le Lun 22 Jan 2018 - 0:59


    Asgard a fait naturellement les Dieux supérieurs à tous les niveaux que tous êtres vivants dans les autres mondes. Nos connaissances et nos idées ont clairement été suffisants pour savoir comment tous les mondes fonctionnaient. Devant cette jeune femme, mon assurance et mon physique la surpassent complètement. Je peux comprendre pourquoi elle se sent dépassée numériquement par le physique pratiquement parfait du Prince d’Asgard. Plusieurs êtres sont impressionnés par nous, parce que nous dépassons largement le quotidien de l’être humain de cette manière. Je ne peux pas en vouloir de cette idée, surtout parce que les Hommes et les Femmes de ce monde nous ont tellement écrits sur nous, que parfois, ils se perdaient eux-mêmes dans des principes parfois difficiles de compréhension. Elle est ainsi une grande source de conflits, lorsque nous avons le courage de regarder le monde par des regards de théologien. Les questions se posent dans ce monde, ils sont parfois extrêmement éloignés de la réalité. Parfois, certains considèrent que les mythes les plus anciens décrivent mieux notre monde que les produits cinématographiques d’aujourd’hui, mais ils sont tous dans l’erreur. Notre Monde est dans les nuances de leurs imaginations collectives, et nous sommes situés dans une mythologie remplie de mystère pour Midgard. Et malheureusement pour leurs imaginations collectives, ils se retrouvent eux-mêmes trompés par leurs écritures, pour ne pas rendre à Asgard ce que notre Royaume était vraiment.

    Gardant des comportements physiques proches de l’inquiétude, je comprenais ainsi encore ces signes, par un dépassement total de ce que l’imagination pouvait offrir. Noble, Grand et Fort, nous étions toujours au sommet d’une certaine forme théâtrale de ce monde. Les Asgardiens seront toujours des êtres considérablement plus élevés de cette façon. Riche pouvait être ce monde, mais il manquait parfois de la modestie pour entreprendre ce Monde d’un regard plus réaliste avec leurs propres moyens. Puis, j’ai compris ce que la jeune femme cherchait de moi, mes pouvoirs de résolution et d’enquêtes devenaient à chaque jour plus pertinent et inquiétant souvent. Cette jeune femme m’avait peut-être vue dans le programme mystérieux du nom d’ESPN Sport où je donnais ma prédiction sur plusieurs sports et sur plusieurs équipes. Ainsi, les commentateurs me demandaient souvent ce qui était le plus fort entre les Vikings et les Patriotes, et ma réponse était aussi logique que mon devoir Asgardien sur Midgard.  

    Je savais que cette jeune femme pouvait être soulagée d’un sentiment. Elle voulait peut-être s’assurer de ma grande prédiction sur l’équipe appelé l’Avalanche de Colorado, mais par mon passé et ma sagesse, je savais exactement quoi répondre à cette inquiétude. Je connaissais les mots pour adoucir les terribles sorts de notre monde. L’Avalanche de Colorado n’avait pas passé la plus merveilleuse saison de son Histoire, ils n’allaient même pas participer aux séries éliminatoires pour amener le Trophée de la Gloire et de la Fierté à une ville refroidit par des mauvais résultats sportifs. Pour avoir trainé sur Midgard depuis autant d’années, je pouvais comprendre parfaitement la nervosité d’une fan sur son équipe favorite. Parlant comme un Dieu de l’Absurde sur le sujet qu’elle préfère : La Neige Sportive du Colorado, il faut ainsi comprendre l’importance de tous ses gestes pour reconnaître avec perfection tout qui était réellement important pour elle. Me remerciant par la suite deux fois, elle m’offrait ainsi la compréhension de mes prédictions sur le nom de sa Ville, elle voulait peut-être savoir deux choses supplémentaires sur les grands athlètes profilant dans cette merveilleuse ville…


    « Nul besoin de me remercier pour ce que je dis ou ce que je fais. Mes dires étaient sincères, gente dame. Malgré l’horrible saison que passent vos Avalanches de Colorado, leur gloire du passé reviendra un jour. Peut-être pas demain, peut-être pas dans une de vos années, mais la sagesse gagnera le cœur de tous les êtres ayant joués dans cette équipe pour atteindre une nouvelle série de victoire. Ils vont ainsi émerger en comprenant leurs défaites, ils vont évoluer et ainsi ils gagneront encore et toujours. La défaite est un jour, alors que la victoire se profite toute une vie. N’oubliez jamais que cette glorieuse équipe a gagné tant de trophées dans le passé, et aujourd’hui, le grand Roi de cette équipe conseille les jeunes pour comprendre ce qu’ils doivent changer. Même chez les Asgardiens, lorsque le Père de Tous, nous donne des conseils précieux, les jeunes Asgardiens changent de comportement. Ne me remerciez plus de mes interventions et ne vous gênez pas pour demander conseils pour le cœur veillant de vos amis. Je serai toujours là pour vous aider. »    

    Je sais ainsi que mes mots vont adoucir son inquiétude et sa nervosité. Qui pourrait ainsi craindre pour une équipe en échec, lorsque je suis ici pour donner des encouragements positifs envers leurs gestes et leurs actions? Il faut porter un avis positif afin de garder espoir dans l’avenir, car si nous condamnons le temps présent, nous condamnons aussi notre futur.

_________________

Couleur du Prince Thor - [color=#FFCC00]
avatar
Thor Odinson

Messages : 135
Date d'inscription : 15/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Sagesse du Colorado (PV : Poison Ivy)

Message  Ivy P. Isley le Dim 28 Jan 2018 - 10:28


Je suis en train de me faire expliquer la situation des Avalanches du Colorado par un Dieu Asgardien que je viens de remercier de s’être pris un procès pour avoir détruites des exploitations forestières tout en me demandant si je ne suis pas une personne horrible puisqu’il a potentiellement détruit mes propres enfants également… par Dame Nature, je me demande si je ne suis pas en train de vivre une hallucination.

Thor cherche à me mettre à mon aise avec son flegmatisme paisible et sa sagesse sportive mais c’est par la perception de notre quiproquo que je me détends réellement. Je le regarde avec surprise et amusement tout en ayant arrêté de me gratter les mains. Derrière moi, la barrière ne m’accule plus et ne me soutient plus vraiment puisque je m’avance inconsciemment pour capter la moindre des paroles de mon interlocuteur, émerveillée.

Nul besoin de le remercier pour ce qu’il dit ou fait, j’en prends note même si je considère qu’un remerciement a réellement de la valeur lorsqu’il n’est pas moteur de l’action ; une personne agissant pour être remerciée ne mérite pas de l’être. Nul besoin de le remercier car ses dires étaient sincères, j’en prends note même si je considère que l’on peut remercier la sincérité d’une personne ; ce n’est pas quelque chose d’acquis à mes yeux, même si cela doit l’être pour d’autres voir les motiver à condamner son absence chez autrui. Nul besoin de le remercier pour le "gente dame", pourtant il fait plaisir ; les compliments que je reçois sont faits par des gens intéressés et les autres me traitent comme de la merdre, d’ordinaire. Nul besoin de le remercier, cela n’empêche pas d’avoir le droit de le faire. Mais on verra cela plus tard.

Pour l’instant, c’est l’incroyable explication qui s’en vient et cultive ma fascination tout autant que la divinité qui me fait face. Divinité qui me parle de sagesse et du fait que les défaites importes moins que les victoires car aucune d’elles n’est définitive et que l’on gagne plus de gloire aux secondes qu’aux premières. Sans le chandail de Thor, je ne me douterais même pas que les Avalanches du Colorado sont une équipe de hockey, n’étant nullement intéressée par le sport, et pourtant il m’en parle avec sérénité et optimisme. J’ignore comment il a pu en arriver là mais c’est excellent à écouter, malgré la partie paternaliste. C’est à la fois drôle et sage, puisque les Avalanches ne sont qu’un exemple et que le raisonnement peut s’appliquer à nombre d’autres choses. Dont moi.

Sans m’attarder sur les saisons de ma vie, celle passée chez les Last Sons a été désobligeante à défaut d’être aussi horrible que d’autres l’ayant précédé. Je n’ai pas eu de gloire dans le passé mais j’ai eu des périodes de bonheur, où je pouvais croitre et me développer au son de la joie et de l’espoir. D’une certaine manière, elles contenaient des victoires : l’aide des orphelins des rues, la floraison de Nouvel Eden, la Forêt du Bassin du Congo si le Wakanda tient parole et l’Oasis de Sebek s’il n’est pas détruit par des Supers intolérants à la différence culturelle. Aucune de ses actions ne m’a apporté ni gloire ni reconnaissance mais je ne les cherche pas, je veux juste que les plantes puissent s’épanouir et vivre comme elles le méritent, comme des êtres et non des objets. Certes, la plupart de mes "victoires" ont finie par être détruites, se ponctuant de défaites plus douloureuses que ce que les Last Sons ont pu faire en me trompant et m’isolant, mais j’apprends de chacun de ces évènements pour m’améliorer la fois suivante. La défaite est un jour, parfois plusieurs années, mais une victoire peut exister toute une vie si l’on parvient à ce qu’elle ne soit jamais détruite. Si le Wakanda ne m’a pas arnaquée et va réellement agir avec les possibilités que l’on a crées ensemble, la victoire à la forêt primaire africaine durera toute une vie et plantes comme humains verront leur existence améliorée. Le Green ne parle peut-être pas aussi distinctement que le Père de Tout ou qu’un entraineur de hockey mais il communique tout de même.

Je ne remercierais pas Thor pour son intervention, respectant son vœu, mais continue de sourire à son écoute quand bien même quelques mots sont plus problématiques. Ne pas se gêner pour demander conseils pour le cœur veillant de mes amis, encore faudrait-il que j’ai des amis. Qu’ils soient végétaux ou humains, les êtres que je croise ne sont jamais côtoyés suffisamment longtemps pour que je puisse établir une véritable relation ; même lorsque j’ai l’occasion de leur faire confiance. La nature sera toujours là pour m’aider mais c’est un ensemble de peuples vastes et différents, à l’instar de l’humanité, ainsi est-elle trop générale pour créer une véritable relation individuelle. J’ignore si c’est de ce genre de relation dont parle Thor, s’il est réellement prêt à s’engager à aider individuellement. Quoi qu’il pense cependant, il le dit avec sincérité et même ne pas comprendre cette conclusion ne m’empêche pas de l’apprécier.

Chose que je fais au point de me tenir les mains d’une façon relativement juvénile et il faut attendre le silence du dieu pour que je m’en aperçoive. Cela me donne l’impression d’avoir trente ans de moins, ce qui correspond assez avec l’âge qu’on peut me donner. Cela correspond aussi avec l’âge que j’avais avant que je ne sois trahie par l’amour et utilisée comme sujet d’expérience. Cette constatation me fait déglutir et rompre le geste de mes mains, lesquelles se séparent. Plutôt que de les laisser pendouiller alors que mes épaules se baissent, je les réfugie dans les poches de ma veste pour que l’ensemble du geste paraisse être un signe de détente. L’expression de fascination et d’émerveillement provoquée par le discourt de Thor revient rapidement sur mon visage, tel un masque de contenance.

Je crois que votre sagesse va beaucoup plus loin que les Avalanches du Colorado, votre Majesté. Et je ferais de mon mieux pour en tenir compte à l’avenir. Mer…

Je m’interromps seule et baisse la tête de gêne, faisant un pas de retrait qui me conduit à être bloquée à nouveau par la barrière. Mes yeux s’en reviennent vers ceux de mon interlocuteur afin d’accompagner un sourire embarrassé puis c’est l’une de mes mains qui s’en revient sur ma nuque.

Désolée… l’habitude.

Mes doigts glissent le long de ma gorge puis s’en viennent s’entortiller dans mes cheveux, dont la longueur descend jusqu’au dessous de ma poitrine. Mon regard se perd un instant dan le vide, mon attention privilégiant le touché à la vue, mais je m’en reviens vite au présent. Je me décolle de nouveau de la barrière pour avoir une marge de manœuvre et m’en viens cette fois à faire face à Thor, rassurée à défaut d’être parfaitement à mon aise. C’est grâce à lui que je me suis améliorée cependant ainsi, à défaut de le remercier, je peux lui reconnaitre sa réussite d’une autre façon.

C’était bête de ne pas oser entrer pour vous rencontrer. Vous êtes moins impressionnant… enfin, vous êtes impressionnant, très impressionnant même, mais pas dans un sens intimidant. Pas quand vous ne voulez pas l’être en tout cas. Vous m’avez comprise, j’espère…

L’une des choses que je trouve admirable avec les gens qui manque de confiance en eux est cette capacité à se mettre toujours dans des situations où ils vont galérer ; et ce même lorsqu’on vient de les sortir d’une desdites situations. Cela peut être épuisant comme charmant, selon la personne. Je n’ai pas de problème de confiance en moi mais j’espère bien être charmante, histoire de changer. Balayant mes cheveux, je dégage ma main d’eux et m’en vais la protéger du froid ambiant dans la poche de ma veste.

Me retournant, je regarde enfin la structure jeunesse d’où Thor m’a rejointe et où se trouvent encore les enfants et adolescents qu’il enjouait quelques instants plus tôt. Tout comme leur animateur, ils attendent le retour de leur star avec plus ou moins d’assiduité et mon attention suit rapidement la leur, fixant de nouveau le Dieu Asgardien avec un petit sourire.

Je me demande s’ils ont des distributeurs de boissons chaudes. Je ne suis pas de cette structure, je ne suis même jamais venue dans ce quartier avant.

C’est sincère. Ou tout du moins ce n’est pas un mensonge. Pas plus que ce n’est formulé comme une question, ce qui devrait m’éviter des problèmes. Il est cependant probable que cette part de vérité que je viens de fournir ne crée des questions dans l’esprit de mon interlocuteur et c’est pour cela que je reprends bien vite, espérant guider la discussion pour me faire inviter à entrer sans trop me trahir ; sans quoi il est évident que je ne serais pas invitée. Hors, je n’ai pas encore obtenues les informations que je suis venue chercher.

Comme vous, je découvre. Après, je n’ai pas votre sagesse concernant le radieux avenir des Avalanches. Ou votre bon contact avec les gens. Et encore moins votre résistance au froid.

Je me fends d’un sourire toujours plus grand à chacun de mes rajouts, ravies de revenir à des sujets plus aisés d’abord ou tout simplement de me dévaluer. Mais je ne dis que la vérité, rien que la vérité et seulement la vérité ; je pourrais même le faire devant un tribunal mais ce ne sont pas des lieux de vérité là d’où je viens. Pour peu qu’ils le soient quelque part dans le monde. Mais nous ne sommes pas au tribunal, nous sommes devant une maison de jeunes et je serais plus à l’aise à l’intérieur.

_________________
Poison Ivy

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 52

avatar
Ivy P. Isley

Messages : 379
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 24
Localisation : De part le monde

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Sagesse du Colorado (PV : Poison Ivy)

Message  Thor Odinson le Jeu 1 Fév 2018 - 0:15


    Malheureux pouvait être les Hommes, les Femmes et les Enfants qui prenaient certains thèmes trop au sérieux. Comme si cela devenait crucial à leurs vies de savoir si une équipe ou une idée allaient devenir plus grandes pour toucher leurs futures générations. Bien que cette situation puisse être triste, surtout pour des êtres conditionnés à vivre dans certains milieux défavorisés. Au moins dans cette situation, il avait une certaine tendresse devant cette férocité à se battre et à espérer pour que leur équipe puisse atteindre les combats finaux pour devenir les grands champions de ce monde dans leur sport respectif. Ces discussions étaient intéressantes et en apprenant plus sur les athlètes me laissait une idée de comment ils pouvaient se préparer physiquement à confronter les meilleurs de Midgard dans leur sport respectif. Cette tendresse et cet attachement pouvaient être symboliques d’une incapacité à contrôler leurs propres combats afin de se battre éternellement dans ce qu’ils pensaient juste.

    Je trouvais cependant plus charmant, plus intéressant et surtout plus captivant de découvrir ces ambitions, malgré le manque de combattivité de leurs propres conditions. Pour avoir passé quelques années à rencontrer des individus sur Midgard, il m’était plus familier de m’engager dans des discussions avec les êtres plus proches de cet esprit que des êtres empoisonnés dans des combats dits religieux ou dits politiques. Comme dirait la jeune Valerie Hopkins sur les Vengeurs passionnés d’abord par ces thèmes, « Une overdose peut souvent arriver quand on rencontre le summum de la bêtise. » Ceux qui ont toujours faits la politique avant les années 2016 de Midgard, pouvaient dépasser souvent les bornes, mais durant l’année du choix du Roi de la Région des États-Unis d’Amérique, cela devenait ainsi empoisonné et vicieux avec l’apparition de ce homme nauséabond, appelé William Stryker.

    Je faisais donc mon possible pour éviter ce type de personnalité, préférant ceux qui me parlent de leurs athlètes que ceux qui veulent créer des overdoses envers des êtres innocents des attachements affectifs qu’ils possèdent. Je ne connais pas ainsi comment le monde de cette jeune femme est construite, mais la surprise démontre soit deux sentiments : Le premier se calcule par une surprise de mon espoir pratiquement aveugle envers cette fameuse équipe, alors que le deuxième peut s’illustrer par une incompréhension d’une question. Par les réactions physiques puérils de la jeune femme, peut-être que je rencontre finalement une être ayant des déficiences légères. J’en ai rencontré dans mon passé, mais la difficulté de reconnaître leurs attitudes font que je suis plutôt une mauvaise figure pour trouver des mots afin de les réconforter vraiment.  

    La voyant me remercier pour les encourager sur sa fameuse équipe, peut-être que je donne enfin de l’espoir aux malheureuses aventures des Avalanches de Colorado. Elle répondit avec sourire et compréhension autour des multiples problèmes touchant l’équipe. Et après, je reconnais facilement ce que les individus recherchent avec la suite de ses mots. Cette jeune femme tente doucement de me charmer, mais malheureusement pour elle, mon cœur est déjà réservé à plusieurs autres femmes.


    « Je vous remercie de vos commentaires, je peux comprendre que j’impressionne, je suis quand même le Prince d’Asgard. Mais malheureusement, mon cœur est déjà réservé à de nombreuses autres femmes. Mais, ne soyez pas déçue, je suis sûr que dans le Royaume du Colorado, d’autres Hommes pourraient vous combler. »

    Même si je doute qu’un Homme de Midgard puisse atteindre la beauté et la force d’un Asgardien. Même les guerrières de mon Royaume surclassent entièrement tout ce que Midgard peut réellement offrir. Oui, certaines femmes sont extrêmement belles, mais elles restent encore des exceptions plutôt considérables dans Midgard. Suite à ce refus de charme, les attentes peuvent être devenues des déceptions, pour refroidir ainsi les limites de notre discussion. Elle demande peut-être cette boisson chauffante pour  le possible froid que je viens de laisser avec la conclusion de notre discussion.

    « Malheureusement, je l’ignore. Ce n’est pas un quartier que je connais, ni que j’ai visité en profondeur avant d’être venu ici. Peut-être qu’au loin, proche des restaurants de la Young Force, vous allez trouver des boissons chauffantes. »

    Le Starbuck’s est ainsi devenu la demeure officielle de la Young Force et je savais par habitude me promener avec Barry, qu’ils servaient du chocolat chaud ou du café, deux boissons très recherchés chez les êtres de Midgard. Pour la demeure des enfants, je ne crois pas qu’ils ont des machines pour les boissons chauffantes hormis pour les journées spéciaux. Selon de ce que les jeunes de Midgard me disaient, souvent ces boissons étaient assez mauvaises pour leurs santés. Ainsi, les organisateurs et les responsables des différents centres veulent conserver une bonne forme physique de la part des jeunes habitants dans ce manoir.

    À mon avis, notre discussion se termine très bientôt. C’est pour cette raison que je ne l’invite pas dans l’immeuble. Mon temps va surtout aux enfants, malgré les possibilités d’aider chaque homme et femme de Midgard. C’est curieux la suite avec son dire sur les découvertes, vu toute sa partisannerie envers les Avalanches de Colorado, mais peut-être qu’elle parlait plus de découvrir les Asgardiens et de notre culture.


    « Je vous encourage donc à vous réchauffer dans un bâtiment appartenant à la Young Force. Je passerais peut-être plus de temps avec vous, mais mon devoir et ma sagesse ne peuvent pas réellement dépasser le cadre de mes précédents mots pour votre équipe préférée. Est-ce que vous avez besoin de l’un de mes autres conseils? »

    Non que je refuse une discussion plus sérieuse avec elle, mais les éléments d’Avalanche de Colorado ont des limites dignes de Midgard. Je peux bien trouver des mots d’encouragements envers chacune des équipes possibles dans tous les sports américains, mais c’est très loin de mes connaissances approfondies de Midgard. Ces équipes existent tellement sur des différents niveaux de mon temps, que je ne peux pas être éternellement dans le vrai dans la temporalité des êtres de Midgard. Mais au moins, cela peut me donner une idée des sports qu’on pourrait pratiquer dans l’avenir chez les Asgardiens.

_________________

Couleur du Prince Thor - [color=#FFCC00]
avatar
Thor Odinson

Messages : 135
Date d'inscription : 15/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Sagesse du Colorado (PV : Poison Ivy)

Message  Ivy P. Isley le Sam 17 Fév 2018 - 16:21


Il n’est pas possible de remercier Thor mais il ne s’en prive pas… j’en ferais bien des commentaires mais sa compréhension de son aspect impressionnant me fait naitre un sourire qui croit jusqu’au pouffement lorsqu’il expose pourquoi. Oui, c’est le Prince d’Asgard et c’est compréhensible qu’il en soit fier ; mon pouffement n’est pas moqueur, il est plutôt charmé car cette réplique place mon interlocuteur au même niveau de maturité que moi. Après, malgré cette chimie est vouée à l’échec : "malheureusement, son cœur est déjà réservé à de nombreuses autres femmes" ; qu’est-ce qu’une de plus ou de moins en ce cas ? Je ne critiquerais ni la polygamie ni la polyandrie et donc nullement les couples libres ni même les polyamoureux. Oui, je suis peut-être un peu déçue mais je suis surtout amusée et gênée. Il y a plus mauvaise manière de se faire rembarrer durant un flirt mais il faut bien rester cohérente avec ma propre attitude. Quand à l’assurance que "dans le Royaume du Colorado, d’autres Hommes puissent me combler", je passe mon tour. Plusieurs seraient utiles, je ne le nie pas, mais je ne suis pas ici pour l’utilité de quelques uns ; pas même celle du Dieu Asgardien. Cela étant, se servir des autres fait parti de moi et je le démontre tout de suite après.

Je ne mens pas, j’aurai vraiment appréciée une boisson chaude comme aller en intérieur pour me réchauffer ; ce n’est cependant pas l’unique raison. Après la sagesse vient l’ignorance, même si le fait que la seconde soit reconnue et avouée comme telle est une nouvelle preuve de la première. Non, je savais que ce n’est pas un quartier que Thor connait et j’acquiesce donc à son dire avec sobriété comme une nouvelle pointe de déception. Heureusement, il me fait sourire à nouveau juste après, se faisant partisan des "restaurants de la Young Force" pour que je trouve ce que je cherche. Je ne pense pas que Starbucks appartiennent à la Young Force, je pense même que la Young Force n’est qu’un produit de plus de Starbucks afin d’accroitre son marketing de valeurs en s’appropriant celles du jeune groupe ; l’image d’une marque portée par des Super-Héros, en sommes. Mais cela ne m’intéresse pas, je n’irais pas me préoccuper de leur cas tant qu’ils n’interfèrent pas avec le mien.

Thor m’encourage à aller me réchauffer chez la Young Force. Je le regarde me dire qu’il est prêt à passer plus de temps avec moi mais qu’il est limité, du devoir comme de la sagesse, aux précédents conseils sur les Avalanches du Colorado. Le pauvre, c’est si réducteur de sa véritable qualité. Je lui souris alors qu’il me demande si j’ai besoin d’un autre conseil de sa part et il y a de la tristesse dans mon sourire : les questions apportent des problèmes. C’est la seconde qu’il me pose depuis notre rencontre et il n’est donc plus temps de tenter ma chance. Dommage, j’aurais bien aimé que le quiproquo continue, il était drôle et d’une certaine manière relaxant. Il n’y a que lorsque les gens ignorent qui je suis qu’ils peuvent être agréables voire sympathiques avec moi. Cela me ferait presque regretter de n’avoir que des interactions sociales utilitaires.

Oui, votre Majesté. Comme je l’ai dit plus tôt, je souhaiterai savoir deux choses. Elles sont importantes pour moi et, si je ne puis vous remercier du temps que vous m’accordez, je m’excuserais de celui que je vous prends.

Le devoir et l’honneur ne sont que d’autres formes de contrôle, passant par un conditionnement psychologique et culturel plus proche du contrôle mental que de mes phéromones, mais elles font parti de celles étant encouragée. Toute personne est libre d’accepter ses devoirs ou son honneur, moyennant qu’elle accepte les conséquences si elle les rejette. Toute personne est libre d’accepter d’être manipulée ou non, fonction de la confiance qu’elle place en autrui. Personnellement, je ne crains pas d’être manipulée ; je crains d’être trahie. C’est bien pour cela que je n’accorde ma confiance qu’aux personnes qui ne peuvent me trahir, malgré quelques exceptions. Diana et le Wakanda me permettront de savoir si ces exceptions sont valables ou si j’ai eu tord. Mais cela n’est pas le sujet, pour l’heure.

En… 2015, si je ne m’abuse, vous avez fait l’objet d’une controverse. Brésil contre Thor 544. Vous aviez détruites des machines servant à détruire la faune locale ; par "faune", je suppose qu’il s’agit de faune et de flore, d’animaux et de végétaux. Je voudrais connaitre vos raisons d’avoir agit ainsi.

Je continue de regarde Thor en attendant sa sagesse, nullement agressive mais ouvertement curieuse. Ainsi que d’une douce inquiétude, il faut bien le dire. Pas de question, cela ne devrait pas m’apporter de problème. Semer des indices sur qui je suis, peut-être, mais je ne pense pas que la curiosité quand à une action d’éco-terrorisme soit suffisant à découvrir le pot aux roses. Tant mieux, cela évitera de découvrir que les roses ont des épines, quand bien même ce n’est pas le meilleur moyen de se défendre que les végétaux aient développé. L’image reste correcte cependant, puisque je n’ai pas mes meilleurs moyens de défense non plus. Le rapport de flirt aurait permis d’obtenir des informations sur un ton bien différent de celui-ci, dommage qu’il n’ait pas pris. D’un autre côté, est-ce qu’une "humaine" pourrait rivaliser de beauté avec une déesse ? Je ne me considère pas comme humaine et mes pouvoirs me rapprocheraient plus de la déesse mais je reste sous cette perception pour les autres, quand bien même j’aimerai qu’on reconnaisse ma différence à défaut de l’accepter.

Je ne souhaite pas vous condamner ou vous critiquer pour vos actions. J’espère les comprendre.


_________________
Poison Ivy

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 52

avatar
Ivy P. Isley

Messages : 379
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 24
Localisation : De part le monde

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Sagesse du Colorado (PV : Poison Ivy)

Message  Thor Odinson le Mar 20 Fév 2018 - 0:33


    Le destin pouvait être ainsi extrêmement tragique, creusant parfois les différences entre les êtres de Midgard et les Grands Dieux de mon Royaume qui les surveillent prudemment pour éviter qu’ils fassent des bêtises. Je sais reconnaître mon rôle sur Midgard et sur Asgard, ils portent deux aspects différents, mais ils sont similaires dans ces cas de protection. Souverain dans un monde, j’étais le principal protecteur dans l’autre, portant ainsi mon devoir de Dieu à un aspect bien plus élevé que plusieurs autres Dieux ou même héros de Midgard. Non, je ne suis pas un être arrogant, ni complètement irréaliste sur mon image, mais je crains ma sagesse et que mon incarnation de bien ultime m’amènent à être l’un des êtres les plus puissants de tout cet univers. Peut-être que Darkseid ou que Thanos pourraient rivaliser avec cette puissance, mais je crains, malgré tout le prestige de la Ligue des Justiciers, qu’ils n’auraient pu jamais concurrencer un vrai Asgardien. Freya était peut-être une guerrière puissante, mais elle était bien éloignée du talent de combat du Souverain Asgardien. En plus, celle-ci était une femme, expliquant ses talents dans d’autres domaines que pour le combat contre le mal absolu.

    Comme tous êtres protecteurs et puissants des différents mondes, je mérite de conserver plusieurs facettes de ma culture, bien que plusieurs Vengeurs puissent critiquer largement ce que je suis. Idéalisé par des politiciens malhonnêtes, les Asgardiens peuvent devenir rapidement le produit de plusieurs fantasmes forts étranges. Assurant notre force à travers nos combats, je peux ainsi comprendre pourquoi tant de groupes  « multimédiatiques » dont « Face Books » affiche autant d’idolâtrie envers mon égard.

    Outre cette mesure et cette admiration de la part de Midgard entier pour ma beauté et ma force, je suis ainsi placé dans les éléments périlleux de notre époque. Conseillant à la jeune femme devant moi d’aller se réchauffer dans un immeuble de la Young Force, elle me retient encore un peu pour éviter de retrouver les enfants. Ces questions devraient être vraiment importantes pour prendre mon temps donné aux jeunes de Midgard, peut-être que des questions pouvaient prendre une importance particulière pour les Mutants. Peut-être que certaines Églises devraient considérer la vraie parole d’un Dieu à place de réinterpréter un livre de poésie comme ils le désiraient. Je suspecte encore cette affaire, touchée la mutante, mais je suis peut-être dans l’erreur encore une fois. Je ne peux pas réellement deviner les intérêts si particuliers d’une femme, ayant cette apparence, surtout avec les avantages physiques de ma beauté.  

    Malgré mes doux mots envers la Franchise des Avalanches de Colorado, la jeune femme me demande encore de savoir deux choses importantes pour moi. Durant des moments désagréables de ma vie, on m’a souvent demandé si j’avais voté pour William Stryker ou pour Alexander Luthor, mais encore une fois, je pense que ces moments terribles ont passé. Faisant un signe de la main pour qu’elle continue après ses excuses justifiées de prendre autant de temps avec moi. J’ai ainsi l’espoir de régler les grands dilemmes de cette personne en face de moi, plus facilement de cette façon.

    Elle arrive enfin au sujet de ses grandes questions, ne savant pas réellement où me poser, elle se pose une question plutôt précise envers ma personne. Mon visage changea un peu à cette question, parce que pour être aussi pointue dans cette question, je ne vois pas en quoi elle devrait s’en faire avec les Avalanches de Colorado. Il a deux années de l’Occident de Midgard, cette équipe était au sommet de son art. Je commence à mettre mes mains sur mon menton, réfléchissant au pourquoi de cette question et aussi de ce qu’elle parlait. Levant les yeux au ciel, je ne me souvenais pas de cette controverse. J’ai tellement eu de problèmes dans le passé avec les différents groupes étranges des Vengeurs, que je pensais durant un moment que le « Brésil » était l’un des nombreux États faisant parti du Royaume des États-Unis.

    J’ai réfléchi pendant quelques secondes, laissant cette idée en suspense, ne voyant pas pourquoi un tel intérêt de la jeune femme en verte. Puis, je me suis souvenue que le Brésil était une entité, qui finançait les Luchadores. Ce dossier m’est loin de ma mémoire, parce que je n’ai pas gardé une idée de ce problème, je me souviens plus de la magnifique Alida Leandro que ce dossier de justice, bien plus ennuyant que la beauté divine de la jeune mexicaine. Pendant ce moment de silence de ma part, la jeune femme en verte ajoute qu’elle ne veut pas me condamner ou me critiquer, mais bien comprendre mon action.


    « Jeune Dame, désolée pour mon moment de silence, mais disons que j’ai très peu de souvenirs dans cette action. Je tiens quand même à vous dire que je n’apprécie pas que des journalistes viennent me voir pendant que je donne mon temps aux jeunes d’une école ou d’un établissement. Cependant, je veux bien tenter de répondre à cette chose qui vous tient tellement à cœur. D’un premier temps, je ne l’ai pas fait contre le Brésil pour quelque chose en particulier, je l’ai fait pour un équilibre. Cet équilibre est élémentaire pour tous vivants sur Midgard et parfois, il faut le faire comprendre par la force. Si des juges ont voulu me condamner pour cette action, ils se sont malheureusement tromper.

    Je suis le protecteur de Midgard, quelle que soit la forme de vie, je la défends. Si des abus viennent des hommes, je vais réagir, comme si des animaux mythiques abusent de leurs pouvoirs, je vais intervenir. Mes raisons sont donc ma motivation de ce combat et du respect de toute Vie sur Midgard. Puis-je savoir pourquoi vous portez une telle attention envers ce dossier? Est-ce que c’est pour publier sur Face Books? Est-ce que cela a rapport avec les Avalanches de Colorado? »


    Mes derniers commentaires ont peut-être sonné plus dans l’ordre du sérieux que mes précédents. Il avait beaucoup de vérités sur ce sujet, au moins, elle n’a pas subi mes commentaires déplacés sur la chef des Luchadores. Mais cela restait de loin, mon souvenir le plus plaisant de mon passage dans les Luchadores. J’ai parfois de me battre contre des cartels de drogue, des mercenaires ou des milices, mais je me suis aussi battu contre des agences de certains gouvernements. Cela m’est aussi arrivé contre le SHIELD et d’autres organisations en parallèles des agences américaines. Mon commentaire se veut peut-être plus sévère, ne sachant pas en quoi cette réouverture va se construire, mais je ne suis pas un Dieu qui ferme les portes aux questions plus problématiques de chacune des vies de Midgard.

_________________

Couleur du Prince Thor - [color=#FFCC00]
avatar
Thor Odinson

Messages : 135
Date d'inscription : 15/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Sagesse du Colorado (PV : Poison Ivy)

Message  Ivy P. Isley le Ven 6 Avr 2018 - 5:59


Le signe de la main de Thor m’autorise à parler et je le fais en conséquence, demandant en évitant de questionner. Son visage change, me tolérant puis s’interrogeant, et sa posture suit, s’en allant dans une réflexion des plus marquées. Une réflexion qui fait appel aux souvenirs, l’orientation des yeux de mon interlocuteur s’en allant vers la gauche lorsqu’il les lèves. Il les garde levés quelques secondes mais à aucun moment ils ne passent à droite, m’assurant qu’il n’y ait nulle invention dans les paroles qui finiront par suivre ; des paroles que je déclenche d’un ajout et que je suis avec attention comme appréhension.

Les excuses me font légèrement sourire mais l’expression se perd très vite lorsqu’il est question de ne pas se souvenir de ce dont je parle. Je comprends la dépréciation des journalistes, inutile qu’ils interfèrent avec une autre activité, et je ne m’inquiète pas du changement de quiproquo. Ce dont je m’inquiète, cependant, c’est que la vie de la faune et de la flore ait la même importance que la justice humaine pour le dieu qui me fait face : quelque chose dont il ne se souvient pas vraiment, à laquelle il n’accorde pas tellement d’attention. Etait-ce vraiment pour protéger des êtres vivants du massacre qu’il a détruit les machines ou pour nuire aux personnes qui les utilisaient, condamnant les coupables plutôt qu’aidant les victimes comme la plupart le feraient ? Peut-être vais-je avoir la réponse sans devoir poser la question, puisqu’il veut bien tenter de répondre. C’est important pour moi, j’acquiesce doucement, et c’est inquiétant, je sens les problèmes venir.

Thor n’a pas agit contre le Brésil pour quelque chose en particulier, voici qui m’attriste. Il l’a fait pour un équilibre, compensant immédiatement ma tristesse avec de la perplexité. L’équilibre élémentaire pour tous vivants sur Midgard et parfois il faut le faire comprendre par la force… j’en suis venue à la même conclusion, conclusion que j’ai tentée d’accomplir dans la Forêt du Bassin mais je n’ai pas réussi à aller jusqu’au bout. J’ai travaillé avec eux plutôt que contre eux, cela m’a évité les juges qui, par le passé, se sont autant trompé sur mon cas que sur celui de Thor ; simplement qu’ils m’ont enfermée dans un asile là où ils n’ont rien pu faire contre lui.

Je prends une inspiration glacée en écoutant le dieu se déclarer protecteur de Midgard et de ses formes de vie, quelque qu’elles soient. Que les abus viennent des hommes ou des dieux, il déclare réagir et je regarde sa conviction avec une admiration teintée de fatigue. Sa motivation est le combat pour l’équilibre et le respect de toute vie sur ce monde, nous sommes en accord. J’ai à apprendre de lui, donc, beaucoup à apprendre. Tout comme il veut apprendre de moi, à présent.

Mes yeux se détournent et ma bouche lâche un soupire triste mais résolu en réponse à la première question. Mes lèvres se plissent d’amusement et mes paupières se closent un instant à la seconde. Un rire discret s’échappe et mon regard revient sur Thor à la troisième. Il est mignon. Il est même adorable. Son cœur est déjà réservé à de nombreuses autres femmes mais je dois avouer que l’envie d’éliminer la concurrence est présente. Il a un cœur, il a un cerveau… comme pour Diana de Themyscira, je ne connais peut-être pas les dosages de ses hormones mais je sais qu’il en a tout autant qu’il a la résistance pour outrepasser mes approximations. J’ai juste besoin de le toucher, de toucher sa peau, d’y étaler la sueur qui perle de sous mes ongles.

Mes mains bougent dans mes poches. Je m’essuie le bout des doigts. Si j’agis ainsi, si j’use de mes pouvoirs pour manipuler ses émotions et peut-être obtenir un baiser, je deviens son ennemie. Son engagement à défendre la vie que les humains détruisent n’est pas aussi fort que le mien mais ce n’est pas une raison pour nous placer en ennemi. Hors, si je tente de croire en lui, si je tente de l’avoir à mon côté, si je tente de lui faire confiance… si j’échoue, il deviendra mon ennemi. Je ne veux pas cela. Cependant, il est possible qu’il se déclare mon ennemi malgré tout, lorsqu’il saura. Les questions apportent des problèmes, toujours.

« Cela n’a aucun rapport avec les Avalanches de Colorado, dis-je avec douceur sans relâcher Thor du regard. Ou FaceBook. Ou même le journalisme, d’ailleurs. Je suis une protectrice de Midgard également, même si mon intérêt va plus à la vie végétale qu’à celle animale ou humaine. Si les plantes se portent bien, les animaux se porteront bien également. Et j’essais de créer des équilibres là où les industries humaines les détruisent avec avidité. »

C’est vrai. Indifféremment de mes réussites et de mes échecs, je défends la vie végétale et je tente d’aider la vie humaine qui y est liée, l’une comme l’autre exploitée et esclavagée. Je ne suis ni une tortionnaire ni une meurtrière mais je suis pire, je suis une idéaliste. Je déprécie la violence mais force est de constater qu’elle est le principal moyen d’action. Je préfère la manipulation car moins de personnes en souffre mais, force est de constater également, cela me place au niveau des monstres et des politiciens. Sauf que je n’ai pas le succès des uns ou l’influence des autres.

« Le Wakanda m’a donné ma chance et réciproquement. J’ai donnée leur chance aux Last Sons et ils l’ont utilisée contre moi. Actuellement, je cherche à pérenniser l’équilibre que vous avez voulu protéger au Brésil. »

C’est vrai également. Travailler avec le Wakanda signifie que l’un comme l’autre avons pris le risque de croire en l’autre ; j’ai fourni les résultats de mes recherches avant de partir, même si celles-ci n’ont pas été sans dérapages, et je laisse à présent le temps au royaume d’influencer ses voisins, chose qu’il a intérêt de faire s’il souhaite ne pas me revoir sur leurs terres. J’ignore ce que sait le SHIELD, et conséquemment les Vengeurs et Thor lui-même, de cette situation mais je suis sincère. Le dieu l’a été envers moi et ce n’est plus qu’une question de temps avant qu’il ne comprenne qui lui fait face. Ma seconde interrogation finira le travail, de toute façon. La sueur commence à perler de mon visage.

« Vous avez fait preuve de sagesse contre la justice humaine. Vous avez fait preuve de sagesse au sujet des Avalanches du Colorado, de l’apprentissage des défaites afin d’obtenir de nouvelles victoires. »

Je ne peux pas le remercier mais le cœur y est. Le ton aussi. Le regard également. Je ne suis pas sereine, non, car j’avance à chaque instant vers des problèmes. Mais je suis reconnaissante pour ce qui les a précédés. Je suis reconnaissante envers Thor et il est temps de savoir si cela fait de moi quelqu’un d’horrible.

« La seconde chose que j’aimerai savoir est si votre sagesse comme votre motivation vous ont poussé à vous abstenir de détruire l’équilibre de l’île de Nouvel Eden, en 2011, ou si vous avez participé au massacre de mes enfants. »

Nous y sommes.

_________________
Poison Ivy

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 52

avatar
Ivy P. Isley

Messages : 379
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 24
Localisation : De part le monde

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Sagesse du Colorado (PV : Poison Ivy)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum