Au-delà de l'A.C.E.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Au-delà de l'A.C.E.

Message  Lucy "Lucky" Prissy le Sam 1 Avr 2017 - 10:00


Les néons s’éteignent rapidement suite à la coupure de courant, laissant les personnes présentes dans le garage sombrer dans une semi-obscurité uniquement contredite par les lumières de l’éclairage public extérieur. J’entends le gars à l’attaché-case commander à l’un des cinq autres, "Michou", d’aller vérifier le disjoncteur et ne peux retenir un sourire en coin. Pendant qu’il s’approche, les autres ont le réflexe d’allumer les phares des voitures présentes, créant des faisceaux de lumière dirigés et bien incomplets pour recouvrir l’entièreté de leur zone de travail. Enfin, "leur" zone de travail, c’est une façon de parler : y’en a qu’un qui doit bosser ici avec les mécanos de l’équipe de jour et c’est celui chargé de faire passer ce que les autres protèges des armes à feu qu’ils portent sous leurs vestes de costume. Elle est de cuir chez moi et j’ai pas non plus de flingue,  pas contre j’ai un gilet pare-balle léger pour la couvrir. Après, je ne pense pas que "Michou" a le temps de s’en rendre compte lorsqu’il s’approche du panneau électrique et que je lui tombe dessus. L’impact de mes cuisses sur ses épaules le renverse en arrière tandis que celui de mes mains sur sa bouche étouffe le son de sa voix et pousse de manière à ce que son crâne heurte le sol plus fort que mes bottes ne le font. Accroupie un instant, je vérifie qu’il est bien inconscient avant de le relâcher et de me remettre en mouvement discrètement.

Je suis à la bourre et ce n’est pas parti pour s’arranger, je le sais. Okay, en retard à son propre anniversaire c’est bête mais si mes parents n’avaient pas voulu me faire une surprise peut-être que j’aurais été au courant des horaires. Après, la surprise est pas tant de savoir qu’ils m’organisaient un truc que de savoir qui y sera présent, considérant que tous mes potes ont refusé de m’en dire plus, mais du coup je fais une surprise de mon côté aussi. Le hic, c’est que je ne sais moi-même pas quand c’est. Et j’espère qu’ils ne vont pas me chercher, sinon on risque de tourner en rond toute la soirée. Considérant ce que je fais, Papa est le plus à même de deviner où je suis mais, s’il le fait, ça signifie que je perdrais l’effet de surprise. Je gâche sa surprise en ne m’y pointant pas et il gâche la mienne en pointant, un partout la balle au centre. Et en parlant de balle…

Les gars se mettent en mouvement vers la position de Michou, certains l’appelant et d’autres sortants déjà les flingues ; on se croirait aux USA, à la moindre merde on sort les armes. Je les observe à travers les lumières des voitures alors que je me repositionne sur l’un des élévateurs qui supporte un véhicule Uber puis attire leur attention d’un habile lancé qui voit ma balle rebondissante heurter une caisse à outil dans la direction opposée à celle d’où je me trouve. Les yeux et les armes y sont pointés et j’en profite pour sauter dans le dos du plus proche en un ciseau qui le déséquilibre. Une torsion au bon moment et l’apposition des mains au sol me permettent une souplesse arrière qui expédie mon prisonnier contre le sol, me reconduisant accroupie à lui frapper directement les yeux. Ses potes se retournent par réflexe mais n’ont pas le temps de m’aligner que déjà je bondis en arrière, atterrissant en une roulade dorsale qui me permet de retourner dans les ombres. Le premier tir dans ma direction me manque et je trouve couvert sur la voiture, y grimpant d’un saut et d’une traction.

J’ai dix-sept ans aujourd’hui et j’escompte bien  en faire quelque chose. Le permis moto est quelque chose qui me tente bien et je verrais avec les Curie s’il y a moyen de le passer au sein de la Section Junior, histoire de pas avoir à le payer, sinon j’irai gratter auprès de la police. Je dois aussi trouver de nouveaux stages, en un tiers d’année j’ai fait que trois semaines de squattage chez les Braddock et j’ai encore trois mois avant d’aller faire le Stage d’Excalibur donc si je peux gratter l’Académie ou l’Institut pendant la moitié de ce temps ça serait cool. L’autre moitié sera partagée avec Paige et l’entrainement habituel plus les missions bonus aléatoires s’il y en a. Papa et Maman risquent de faire la tronche de pas me voir pendant trois plombes mais faut qu’ils s’y fassent, ça n’ira pas en s’arrangeant, et je fais de mon mieux pour pas trop saigner leurs économies. De mon côté, je vis ça comme une étude en internat mais à ma sauce : au lieu d’être absente en semaine et de rentrer en week-end, je suis présente durant des mois et absente durant d’autres. Dès l’année prochaine, on ira sur du absente durant des mois et présente durant les vacances ! Ou pas, j’en sais rien. Je verrais bien quand j’y serais, pour l’instant j’y suis pas.

Deux des gars contournent la voiture, après une brève perte d’attention envers leur pote dont les cris dissimulent mes propres bruits de déplacement sur le toit de celle-ci, tandis que les deux derniers, le proprio du garage et le porteur de l’attaché-case, restent à distance. Avec la coupure de courant, ils n’ont aucun moyen de faire descendre mon perchoir et ils devront grimper s’ils veulent me faire descendre. Pour ma part, je glisse, accroupie, jusqu’au capot avant de sauter pour m’accrocher à l’un des néons éteints. Les attaches cèdent  sous mon poids et je balance vers les deux derniers le temps que l’entièreté de la lampe se décroche, repliant les jambes. Heurtant le proprio des deux pieds, j’accomplis une extension me permettant de le repousser au sol comme de retrouver un équilibre à l’atterrissage puis enchaine directement d’un coup de pied écrasant sur le genou du gars à l’attaché-case, lui faisant sauter l’articulation. Les gros bras sont trop occupés à s’interrompre dans leur escalade prudente de l’élévateur pour pouvoir réagir suffisamment rapidement et un sprint terminé par une glissade me permet à la fois de retourner me planquer que de récupérer ma balle rebondissante.

Le vigilantisme est ce pourquoi j’ai été condamnée et ce que l’Alliance m’a permis de reprendre puis la police m’a accepté en collaboratrice officieuse, revenir à cette source me permet d’être bien plus sereine quand à mon avenir. Je fais déjà ce qui m’est naturel et ce dans quoi je veux me professionnaliser, cela confère une certaine stabilité même quand on est une fouille-merde de mon niveau, tout comme je me prépare à faire plus grâce à l’aide de personnes que j’admire et que j’apprécie. A l’exception de Kimy, tout n’est pas rose mais au moins je m’y retrouve  et j’apprends de mes erreurs comme de celles d’autres.  Je ne suis pas certaine d’avoir trouvé la patience par contre je pense réussir à me canaliser maintenant ; ce qui est une belle progression. Et positif aussi, puisque je me canalise de manière constructive contrairement à Val. Enfin, constructive pour moi puisque je suis redevenue une nuisance aux affaires criminelles sur mon territoire.

Comme dans tout bon film d’horreur, les deux gars encore intacts du groupe de six originellement présent décident instinctivement de faire deux groupes de un pour gagner en efficacité ; juste que c’est la mienne qu’ils avantagent ainsi. Alors que l’un soutien le mec  l’attaché-case pour essayer de se barrer, l’autre cherche à m’occuper et son ambition se voit mise à terre encore plus vite que lui. Un lancé de balle me permet de dévier son arme un instant avant que je ne fonce sur lui, une main rattrapant mon projectile tandis que l’autre s’en va directement atteindre ses yeux. Un nouveau coup au niveau du genou me permet de le faire s’effondrer et je roule sur le côté pour éviter des tirs au jugé du dernier gus, tirs qui se font entendre. Ma balle rebondissante poursuit sa tache de déviation et je repique un sprint jusqu’à mes cibles, leur bondissant dans le dos et les faisant s’effondrer en avant. Un bon coup derrière la tête permet de terminer à les calmer tous deux, me laissant à genou à prendre une grande inspiration par la bouche. Une bonne chose de faite.

Quand j’étais petite, même si c’est pas tellement loin et que la tradition continue toujours aujourd’hui, les dealer de quartier marquaient leur position en accrochant des chaussures à des objets en hauteur comme des lampadaires ou des clôtures. Les flics le voyaient aussi bien que les gens du coin mais c’était admis par tous comme normal et ça nous avait été utile à la Cour des Miracles pour repérer les plus bas-échelon de criminels qu’on pouvait chasser. Maintenant que je vise un peu plus haut, sans doute parce que j’ai grandi, c’est désorganiser le trafique qui est devenu intéressant ; hors, il a évolué le trafic, comme nous. Un black en Laguna il est sur de se faire emmerder une demi-heure à chaque contrôle de police mais un chauffeur Uber en costard dans une Mercédès à vitres teintées il sera jamais arrêté.

Sortant mon téléphone de ma veste, je l’allume tout en m’accroupissant de nouveau face à l’attaché-case. La barre de chargement de l’écran de démarrage se remplie alors que j’ouvre la mallette pour voir les petits paquets bien emballés. La coke, compact et rentable pour un chauffeur ramassant des clients réguliers. Une fois mon code pin tapé, j’appelle le commissariat pour leur signaler un individu suspect rodant prêt de l’adresse où je me trouve.

Si j’en suis certaine ? Oui, c’est moi… l’individu suspect… Non, c’est pas un poisson d’avril, c’est moi. Téléphonez au Capitaine Prissy, il confirmera… je sais qu’il a pris sa soirée mais rassurez-vous, vous allez pas le déranger : il doit déjà être en train de me chercher là.

Et voilà, plus qu’à attendre qu’on vienne me récupérer. J’ai faite ma surprise d’anniversaire, à savoir encore foutre en l’air l’un des circuits de distribution de Dom Anno, et je vais pouvoir découvrir celle que mes parents ont prévu pour moi. Je sais qu’il y aura Abeille et Macky, probablement Zombie et Tom aussi, et avec un peu de chance Amy ou Aislinn sera sur Paris et viendra faire un coucou. Ou est déjà passé faire un coucou. Tain, ça serait con de les avoir raté. D’un autre côté, à regarder autour de moi, y’en a d’autres que j’ai pas raté.

_________________
The Lucky One

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 144

avatar
Lucy "Lucky" Prissy

Messages : 1289
Date d'inscription : 19/01/2016
Age : 23
Localisation : 9-3

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au-delà de l'A.C.E.

Message  Lucy "Lucky" Prissy le Jeu 21 Sep 2017 - 9:10


A part lorsqu’ils sont dans la réserve, je vois chacun de leurs faits et gestes. Je vois les caisses enregistreuses et le centre d’informations à leur côté, complètement vides, ainsi que les portes automatiques qui assurent la sortie sont fermées. Je vois les deux agents de sécurité qui les surveillaient marcher en suite du directeur, remontant les rayons où des techniciens de surface passent la nettoyeuse. Je vois l’agent qui se trouve à l’entrée réenclencher le système d’ouverture de celle-ci alors que les horaires d’ouverture sont passés. Je vois les trois autres hommes en costume, trentenaire voire moins, entrer comme chez eux. Ils descendent les trois marches du seuil alors que le dirlo et ses gardes du corps improvisés arrivent dans les étales de fruits et légumes qui se trouvent juste après, toujours nettoyées en premières puisque l’endroit le plus salit du supermarché. Je vois tout mais je n’entends rien, les voyant bien se saluer mais ne percevant rien de ce qu’ils se disent. Heureusement, eux ne vont pas tarder à entendre ma voix. Ça fait trop longtemps que je me suis pas attaquée au crime organisé local mais on dira qu’il a droit à des vacances, quand je suis en stage chez les Super-Héros. Et après les vacances vient toujours la rentrée.

C’est ouf ça, z’avez comme un air d’mifa. J’ai toujours cru que Dom Anno voulait ses mecs en starco pour faire gangster mais au final c’est vrai qu’vous r’ssemblez plus à des vigils de superette.

Je tâche de ne pas pouffer mais c’est très drôle de les voir réagir à ma provocation retransmise dans tout le magasin. C’est un peu comme un film muet, sans musique mais moins chiant quand même. Le chef du trio de trop pousse une gueulante qui conduit celui des vigils de carrière à traverser en courant le magasin à destination du centre d’informations, où se trouve le micro, tandis que les techniciens de surface détournent le regard ou baissent la tête. Moi je lève les yeux au ciel et remarque l’absence d’arroseur anti-incendie dans cette pièce, chose qui me laisse demander si je devrais ou non déclencher le système lié histoire de filer un coup de pouce aux mecs pour se péter la gueule. C’est très tentant mais j’ai juste besoin de coups de poing pour leur péter la gueule donc on va être éco-responsable et économiser l’eau. A force de formation, je vais vraiment devenir une super-héroïne en fait.

Mais vos jobs sont similaires nan ? Juste que là où les vigils votre taff c’est d’empêcher les carottes, les autres vous les récoltez. On reste dans d’la supervision du biz en fait.

Les trois agents de sécurité arrivent aux caisses et au centre d’information, découvrant derrière son bureau que le téléphone du supermarché est placé à côté du micro d’annonce et foutu sur haut-parleur, tandis que le trio de cibles suit le patron en direction de la réserve, armes en main.

J’me d’mande un truc d’ailleurs. Les armes, c’est des fruits ou des légumes ? Parce qu’autant je vois bien les lames pousser sur des armes, autant les flingues c’est pas possible, trop lourd, et les foutre en terre c’est risquer qu’ils s’enrayent à la sortie.

Je décolle mon portable de ma joue alors que les mauvais joueurs coupent le téléphone de leur accueil et que les autres disparaissent en réserve histoire de récupérer ce que je viens de citer au plus vite. User de la grande distribution afin de faire de la grande distribution, c’est tellement con qu’il fallait y penser. Le truc c’est que c’est vachement bien contrôlé, mine de rien, donc beaucoup plus dur à faire passer. D’où qu’ils aient pas réussi d’ailleurs, payer et menacer les bonnes personnes n’étant pas suffisant  dans un coin où le vigilantisme condamné par la justice a été approuvé par l’Etat. Rangeant mon appareil, je me tourne vers le vigil qui git inconscient sous le bureau où se trouvent ses écrans de surveillance.

Tes potes arrivent, ils doivent me chercher.

Je tiens à remercier ma Chance de la disposition du magasin parce que cette pièce se trouve au centre, je n’aurais donc aucun mal à barrer la route entre l’entrée et la réserve tandis que la sortie est fermée d’elle-même. Me relevant, je m’étire puis m’en vais déverrouiller la porte de la petite salle, attendant derrière elle en découvrant la présence d’un extincteur. Lorsque deux des trois vigils ont le courage d’ouvrir avec violence l’entrée que je leur ai offerte, ils ne trouvent que leur collègue au sol avant que la porte ne se referme en claquant, me laissant le champ libre. Celui de vision du vigil le plus proche voit rouge alors que je me la joue Extinctor Warrior et l’allonge d’un coup plutôt pesant. Lançant l’objet au second vigil, je le déséquilibre et ai tout loisir de l’expédier dans les machines d’un coup de pied écrasant dans le bas-ventre. Le pauvre lâche l’extincteur sur son propre pied et n’a pas le temps de retrouver ses douloureux appuis que je l’envoie retrouver l’item du soir d’un crochet au menton. Je retire mes gants piézoélectriques en regardant les trois adultes neutralisés puis enclenche l’alarme incendie avant de quitter la pièce.

Les arroseurs font leur travail alors que mes bottes fendent la couche d’eau qui commence à s’accumuler au sol, le rendant glissant, et j’espère bien que tous vont suivre cet exemple maintenant que j’ai improvisé un signal. Les coups de feu qui raisonnent depuis la réserve me donnent une relative confiance en cela alors que je m’approche de celle-ci, sortant de la poche de ma veste de cuir ma balle piézoélectrique. Le bordel de ma chevelure me colle au visage sous l’effet de la douche et je me dis qu’autant ça va être drôle et classe, autant je vais probablement me ramasser une bonne crève vu la température extérieure. M’enfin il n’y aura pas mort d’hommes. On n’est pas dans un western, sinon il n’y aurait pas de flotte ni de balle rebondissante.

Balle qui s’en vient électriser la gueule du dirlo, premier à s’enfuir et donc à venir couler avec son navire. Il glisse suite à l’impact et finit dans le rayonnage des sodas, lesquels réserveront une belle surprise aux clients qui finiront par les ouvrir. Ne rattrapant pas mon gadget, je m’affirme simplement sur mes appuis alors que de nouveaux coups de feu se font entendre, occultant tout autre bruit. Le premier costar sort et je m’élance à son encontre, me laissant glisser sur le sol alors qu’il me pointe par réflexe. La balle se perd largement au-dessus de moi et mon élan m’entraine entre les pattes de l’homme, pattes que j’attrape au passage et qui suivent mon aquaplaning. L’arme encore chaude se casse le nez par terre et je pense que le mec fait l’exacte même démarche, vu comment son visage heurte le sol.

Pour ma part, je n’ai aucun mal à me relever une fois ma glissade stoppée contre l’un des rayonnages et je le fais de manière à être accroupie, ma taille impliquant que je sois dans le champ de vision périphérique et non principal de toute personne sortant de la réserve. Ce qui ne tarde pas à arriver d’ailleurs même si les uniformes et les gilets pare-balles me font m’abstenir de tout enchainement. Je me redresse donc en soufflant alors que les officiers quadrillent la zone. J’ai les mains levées au niveau du visage avant que le premier qui me remarque ne braque son arme vers moi, par réflexe, et renchaine dès qu’il m’a reconnue.

Wesh, bien ou bien ?

Après un acquiescement, il s’en retourne à son opération et je suis libre d’aller ramasser ma balle. Tête nue, la brigadière-chef Bourdon arrive à son tour et s’arrête à mon niveau, me regardant avec bienveillance. J’ai passé deux mois au Manoir Excalibur pour le Stage ACE Section Junior de cette année, ça a donné le temps à Dom Anno et ses mafieux de remettre sur pied leur système de distribution dans lequel j’ai déjà bien mis les pieds en avril dernier. Avec l’aide de la BAC et des stups, on a pu monter une nouvelle opération histoire d’y remettre un bon coup de pied. Je ne sais pas combien il va perdre à cause de ce soir mais ça va vraiment finir par le pousser à la réaction. Autrefois, il tenait les gens à la peur et aux "bonnes actions" qu’il faisait. Aujourd’hui, on lui tient tête. On appréhende peut-être l’escalade que ça peut causer mais, s’il attire trop l’attention, c’est l’Alliance elle-même qui se chargera de lui.

Vous avez tout ?

Comme un matin de Noël. Par contre Lucy, t’aurais pu trouver un autre signal que l’alarme incendie.

Ouais mais c’est mon r'tour, j'me suis dit qu'ça s’arrosait.


_________________
The Lucky One

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 144

avatar
Lucy "Lucky" Prissy

Messages : 1289
Date d'inscription : 19/01/2016
Age : 23
Localisation : 9-3

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au-delà de l'A.C.E.

Message  Lucy "Lucky" Prissy le Mar 21 Nov 2017 - 6:25


Je termine d’enfiler mes bottes montantes puis passe ma veste et en remonte la fermeture éclair jusqu’en haut. Il fait 9°C et un temps nuageux d’après la météo en temps réel, heureusement que j’ai un sweat-shirt sous le cuir car celui de la veste comme des mitaines va commencer à être un peu limite, sans parler du legging. A mon côté, Papa s’en passe veste et chapeau par-dessus son costume-cravate comme sa broussaille capillaire ; une broussaille qu’il essaie de dompter un minimum, lui. Il passe sa main sur la poignée et soupire lourdement, las avant même que ça journée ne commence. Avec le sourire, je m’approche de lui pour lui taper l’épaule.

T’inquiète pas, c’est moi qui m’charge de la négoc’. Après tout, j’connais la plupart d’entre eux.

La journée d’hier a été encore plus chiante que d’habitude, pour lui, et pas mal de flics comme de mes potes encore à Henri Wallon ont été bien déroutés par les événements. De ce que j’ai entendu de la part de mes connaissances impliquées, y’avait bien que la CPE, dont je terrais le nom par politesse, pour être contente des événements : sans doute que ça prouvait qu’elle avait raison. La cité scolaire était peut-être au palmarès 2016 comme meilleure structure du 9-3 mais ça reste de la banlieue "chaude" et je serais pas surprise que les infos relaient le truc de manière à prouver qu’on est encore des fouteurs de merde. On l’est, sans doute, mais on n’est pas limité à cela. Le truc c’est que faire la négociation avec les élèves du blocus c’est difficile que ce soit le personnel du collège-lycée ou des forces de l’ordre, hier l’a prouvé. Et, entre ceux qui se lavent les mains des évènements parce que ça renforce leurs convictions et ceux qui se font jeter en essayant de parlementer, ça emmerde beaucoup de monde sur place. Manque plus qu’à s’y rendre.

Une fois sorti de la maison, je me surprends à être contente d’une action autrefois banale mais qui ne s’est plus produite depuis pas mal de temps, mine de rien. On avait pour habitude de ce rendre à mon école et à son taff à pattes, avec Papa, lorsque j’étais encore scolarisée. Enfin, plus exactement, on récupérait Macky sur le pallier et je refilais mon sac à mon paternel pour m’en aller faire du jogging avec mon ami. Partant de l’Hôpital de Maison Blanche, on dépassait le périf’ par la Porte d’Aubervilliers puis on se remontait l’Avenue Victor Hugo jusqu’à la Rue de la Commune de Paris, direction le Square Stalingrad. La caserne dans laquelle Macky taff est juste au-dessous et, attendant que Papa rattrape le mouvement, je profitais du square pour continuer des échauffements entre le tribunal d’instance d’Aubervilliers et le gymnase Guy Moquet. Cela fait, on poursuivait droit sur la Rue Guyard Delalain et enfin Rue des Cités, où ce trouve la cité scolaire Henry Wallon. Papa n’avait plus qu’à remonter encore jusqu’à la Rue Léopold Rechossière et op il était au commissariat. Ce matin cependant, il s’arrête avec moi devant sur le trottoir face aux grilles de mon ancienne école, où le blocus s’installe encore à coup de poubelles déjà bien abimées des feus allumés en leur sein le jour précédent. Ça ne grille pas encore trop mais ça s’agite déjà bien, avec la bonne humeur de la contestation qui sait que, quoi qu’il arrive, elle a déjà gagné. En suite de Papa, je m’en vais saluer les officiers en uniforme et gilets pare-balle déjà présents, s’assurant de bloquer la route au plus tôt pour éviter similaires déboire à ceux d’hier. J’espère qu’ils suivront la même logique vis-à-vis des fumigènes parce que celui d’hier n’était pas nécessaire. Surtout qu’une fois la fumée dissipé, les ados se sont bien marrés avec les résidus sur le sol ; ça faisait comme de la neige.

Que ce soit dans les élèves comme dans les policiers, je n’ai pas que des gens pour m’apprécier mais ça s’occupe encore à faire passer le mot de mon arrivée donc j’ai quelques instants de quasi-calme pour serrer des mains et faire des bises. Papa a fait la négociation hier et m’a déjà expliqué les revendications parfois déroutantes tout comme Abeille et quelques autres m’ont déjà fait des résumés de différents points de vue. Je recroise des têtes que je n’ai pas vue depuis des années, ce qui fait une portion significative de ma vie, et tape le check avec Mr Sana qui se prépare pour une belle journée de glandouille. En tant que prof de math le plus populaire du collège, il sait qu’on le laissera rentrer sans souci. Et c’est sans souci aussi qu’il me rentre dedans, me demandant tout sourire si je compte passer mon bac en candidate libre ; tellement pas. J’ai d’autres examens bien plus importants à passer avec ma majorité approchante. C’est d’ailleurs en corrélation avec eux que je suis ici et il va être temps de prendre mes responsabilités. La première difficulté va être de trouver quelqu’un avec qui parler puisque l’organisation n’est vraiment pas quelque chose de clairement définis et que, c’est l’un des problèmes du jour précédent, les motifs de blocus sont sérieux pour les uns et des excuses bidons pour les autres. Je cherche donc à éviter ceux dont les caractères impliquent une participation pour foutre le bordel et sécher les cours ainsi que ceux avec qui sa partirait en live trop vite. Malheureusement, ma simple présence n’aide pas.

C’est Aya qu’est la première à m’interpeler et elle le fait avec sa grande gueule habituelle ; je ne me foutrais pas de ses difficultés de prononciation cependant, n’ayant outrepassées les miennes qu’à l’aide d’un orthophoniste hors c’est une chance qu’elle n’a probablement pas eue. Son "Ey r’gardez les gens, la choune est d’retour !" est suivi de nombreux "Elle date la babtou !", "Toujours côté condé à c’que j’vois !" et autres "Dom Anno t’as pas encore dézinguée ?" ; au moins, je gagne facilement l’attention de la majorité là où les faire décrocher des portages et des jeux de cartes pour autre chose que des insultes envers les flics avait déjà été un beau défi hier. Enfin, certains y arrivaient très bien pour se jeter sur les capots des bagnoles qui passaient dans la rue, chose ayant forcé le blocage de celle-ci assez rapidement et donc mis encore plus de bazar vu que le coin fonctionne à coup de sens unique. Et, comme à chaque chose malheur et bon, je sais que je vais me retrouver sur plus de snaps aujourd’hui que je n’en ai fait dans toute ma vie.

Wesh, trop d’pénave les gens, j’entrave pas la moitié. Si y’en a qui veulent taper la discute, qu’ils viennent. Ils ouvriront leur gueule pour tout l’monde.

J’ai pas eu l’occasion d’être autant au naturel durant mes stages et mes collaborations hors d’ici vu que le parlé banlieusard est discriminatoire et que j’ai l’habitude de m’adapter tant que la motivation y est ; du coup va falloir que je me dérouille rapidos si je veux pas dérouiller parce que c’est bien parti pour. Enfin, pour le coup c’est entre eux qu’ils s’échangent des coups de semonce vu qu’un bon nombre n’a pas l’intention de laisser un certain autre bon nombre parler à sa place, par inimité. Aya s’en prend un peu à tout le monde, ou tout le monde s’en prend un peu à elle selon le point de vue, tandis qu’Amal et Idriss sont plutôt dans du un contre un. Je salue de la main Fériel et Zeynab, histoire d’attirer leur attention vu qu’ils ont l’air perdu dans le bordel qui s’installe, puis m’en vais les voir.

Bien ou bien et la mifa ? Vous le faites avec suite ou sans suite ?

Les deux adolescents d’à peu près mon âge interrompent leur Uno pour moi, une utilisation de la poubelle que je trouve bien plus appréciable que d’en faire cramer le contenu ; surtout que, d’après la large fissure qui marque son flanc, elle a aussi servi de trampoline hier ; à moins que quelque chose n’ait explosé dans son intérieur quand ils y ont mis le feu. Dans les deux cas, l’étiquette renvoie à une cité plusieurs rues plus loin, comme quoi il y a eu un minimum d’orga pour rameuter le matos. Pourtant c’est pas faute qu’il en traine partout à Auber, des poubelles. C’est comme l’urine, ça contribue à l’odeur de la ville mais c’est mieux quand on y fout pas le feu.

Sinon c’est quoi vos revendications à vous ? Les rats et les cafards dans les cuisines ? Que certaines classes aient pas encore leur manuel scolaire ? Pitiez, me dites pas la Libye parce que c’est l’excuse des branleurs qu’ont juste pas envie de taffer.

Que certaines classes aient pas encore leur manuel scolaire mi-novembre est une bonne raison pour gueuler, c’est celle qu’évoque les têtes de classe participant au blocus. Les rats et les cafards dans les cuisines sont déjà plus improbables, vu que les cuisines sont récentes et surtout qu’elles servent uniquement à réchauffer les aliments donc la cantine ne voit pas stagner assez de bouffe pour attirer les nuisibles. Et la Libye… c’est l’excuse de ceux qui regardent trop la télé parce qu’un blocage scolaire jusqu’à ce que la guerre soit terminée se passe de commentaire. Après, je suis aussi contre ceux qui ont déclaré qu’il fallait les envoyer là-bas s’ils se sentent vraiment concernés, considérant que c’était juste un appel masqué à l’expulsion d’une minorité. M’avançant sur la poubelle pour en tapoter le couvercle de la main droite alors que les deux potes s’en retournent à leur jeu en ricanant entre eux, je me surprends seule à éviter qu’on me saisisse l’épaule et me retourne donc face au nouvel intervenant.

Amal me fait face du haut de ses quinze piges, me laissant comprendre pourquoi je n’étais pas très impressionnante il y en a trois, et commence à m’exprimer comment j’ai rien à foutre là vu que j’ai chéla la zone pour partir jouer les apprenties sidekicks avec les bobos de l’ACE. Lui, il devait être l’un des rares à me soutenir lors de l’exemple public de la Cour des Miracles, je ne me rappelle plus vraiment. Hésitation mise à part, c’est donc vers lui que je temps la main droite alors que la gauche s’en va lever l’index entre les deux compères du Uno.

On s’démerde comme on peut. J’ai pas l’habileté d’Anno pour éviter l’tarmi trois fois par berge. Pis j’l’attends toujours au tournant histoire qu’il y retourne, au tarmi.

Je fais face sans faiblir même si, ça, s’est effectivement un reproche valable. J’ai beau continuer de lui foutre des pieds dans la gueule à sauter régulièrement à pieds joints dans son réseau, c’est beaucoup plus occasionnel qu’avant. C’est dur de faire tomber Dominique Anno en utilisant le système, c’est un vrai politique le mec, mais je l’ai déjà poussé à m’envoyer un mercenaire me casser les pattes donc il finira bien par faire une erreur permettant de le condamner. Reste à être là pour l’exploiter, c’est pas faux ; et c’est pas certain que je serais là. Ce qui, d’un certain point de vue, limite l’escalade comme pensé à l’instant. Après, je ne crois pas que je pourrais dire quoi que ce soit qui convainque l’autre adolescent. Un trait que je n’ai jamais pu cacher, c’est cette tendance à aller au conflit dans la discussion car c’est ainsi que ça ce passe ici, en majorité ; le ton finit toujours par monter et t’as pas intérêt d’être "faible", tout aussi stupide que ça puisse être. Laissant tomber les deux joueurs et leur poubelle, je m’en concentre donc sur le déçu de mes actions.

Ecoute keumé, j’fais pas ça pour la fanbase. S’tu t’retrouves dans c’que fais et qu’ça t’inspire, tant mieux. Sinon tant pis. Mais si j’te troue l’cul à l’avoir entre deux chaises c’est qu’ça t’fais cogiter un minimum donc s’tu veux me filer la main sur ce coup-là, ça s’rait cool. L’but d’une manif’ c’est d’en r’tirer autre chose que des cours en moins et ça aide d’être organisé pour les revendications.

Faut pas que j’me fasse des films mais c’est quoi mon idée ? Je souris à Amal un instant. Pour la première partie, on est d’accord. Pour la seconde, c’est encore en improvisation. Me grattant un instant derrière l’oreille, je regarde aux alentours alors que le bordel continue dans ses rires et ces ordures incandescentes. L’odeur du plastique brûlé est peut-être la pire à mes narines et heureusement que la benne la plus proche sert aux cartes ; un enchainement d’éléments qui me donne l’idée, d’ailleurs. Je me retourne donc vers Fériel et Zeynab puis leur emprunte leur support, les faisant bien plus réagir cette fois alors que je le traine du trottoir à la route. Amal me regarde faire pendant qu’Aya finit par m’atteindre, me rentrant dans le lard verbalement juste par brutalité de parlé ; elle, elle est là pour les rats et les cafards alors qu’à tous les coups elle ne mange même pas à la cantine. Il y a des choses qui ne changent pas et je suis sure qu’elle aurait pu être mon amie si elle acceptait d’être amie avec des mutos. La benne placée entre élèves et policiers, je lui indique de m’attendre là et elle m’envoie chier puis j’en vais voir Papa histoire de piquer le mégaphone.

Ey l’people, un peu d’attention siouplais. On va s’la jouer démocratie si ça vous tente donc si vous pouviez tous inscrire un blase sur un papelard et l’foutre dans la poubelle ça s’rait cool. Les trois personnes qui s’ront les plus nommées vous r’présenteront. Genre délégués d’blocus. Et votez pas que pour ceux que vous avez envie d’emmerder, ça leur fera pas des heures sup’ mais le droit d’causer pour vous.

Les faire s’exprimer séparément c’est la merde mais peut-être qu’un vote parviendra à faire ressortir quelque chose, même si on en a pour une bonne demi-heure à ce que ça débatte ; d’abord sur qui et ensuite sur le fait que le référendum c’est de la merde. J’ai sans doute un avis plus négatif qu’eux sur la République mais c’est justement parce qu’on fait pas de référendum assez souvent, ce qui fait qu’au final c’est pas une démocratie mais une aristocratie malgré que les dernières élections aient viré pas mal de monde. Cela étant, les représentants ça marche à peu prêt donc on va essayer de continuer sur cette voie pour l’instant, en espérant qu’on tombera sur ceux qui sont un minimum sérieux. Trois revendications, trois représentants et ma Chance, j’y crois à mort. Puis je regarde Amal, sur qui je compte un poil pour donner l’exemple, comme Aya, dont l’esprit de contradiction pourrait être un contre-exemple tout aussi motivant. Ça s’annonce bien, mine de rien.

_________________
The Lucky One

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 144

avatar
Lucy "Lucky" Prissy

Messages : 1289
Date d'inscription : 19/01/2016
Age : 23
Localisation : 9-3

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au-delà de l'A.C.E.

Message  Lucy "Lucky" Prissy le Ven 29 Déc 2017 - 12:34


L’hôtel de ville d’Aubervilliers est classe, un bâtiment en équerre avec sa fontaine au centre de sa petite place, son église juste en face et ses arbres en pots un peu partout au milieu. Elle est même pas trop dégueu pour une rue d’Auber, ici les camions-poubelles doivent passer plus que deux fois par mois. Après, comme les ordures sont pas dehors, on les retrouve à l’intérieur. On est chez les communistes, genre de façon quasi-continue depuis la Seconde Guerre mondiale, mais s’en serait des vrais que ça passerait bien mieux, à mon avis. Là, ça donne juste l’impression que l’étiquette ne correspond pas au produit et qu’en plus tous les produits sont les mêmes. Je blâme pas les gens d’avoir pourri le système mais par contre je le fais quand ils veulent pas se sortir les doigts du fondement pour cleaner le reste de l’édifice alors qu’ils en ont l’occasion. La maire actuelle va sur ses deux ans de mandat, difficile de dire que c’est elle qui a fait mais perso je reproche plutôt de ne pas faire. Je fonctionne à l’inverse comme d’habitude. Et je fais face, comme d’habitude aussi, assise de l’autre côté du bureau de mon interlocutrice.

Je n’ai jamais vue de personne aussi irresponsable dans aucun groupe de sécurité !

Moi j’en verrais défiler des maires donc je verrais pire.

Papa l’aime bien, la nouvelle maire d’Aubervilliers, surtout parce qu’elle lui a valu 23 nouveaux collègues. Il a pas voté pour elle mais y’a que le conseil municipal qui l’a fait, suite à la démission du précédent maire, donc c’est pas choquant. Perso, j’ai rien de personnel pour ou contre elle, même si c’est l’impact médiatique d’une agression qui l’a poussée à renforcer les effectifs de police. Juste qu’une seconde Vice-présidente du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis chargée de la culture originellement élue comme première adjointe au maire et déléguée à l’enseignement et à la jeunesse ça devrait se sentir un peu plus impliquée par un blocus scolaire même s’il n’est pas aussi médiatisé que celui de début d’année ; faut dire aussi qu’il n’y a pas eu d’agression du personnel scolaire, cette fois, et que ça s’opposait pas à une loi. Mais, pas de bol pour madame la maire, cette fois y’a eu moi. D’où qu’on se fasse face à présent, plus d’un mois après les faits.

Je te prierais de me respecter comme je le mérite.

Ouep, c’est déjà un peu c’que j’fais. Le respect c’est l’genre de truc qu’est réciproque, c’est pas dû d’un côté et à gagner d’l’autre.

Si. Je suis une élue municipale ainsi qu’un officier d’état civil et de police judiciaire alors que toi tu n’es qu’une délinquante qui a réussi à exploiter une faille du système pour éviter la maison de correction.

J’espère pas qu’elle espère me corriger avec ça parce que les seuls points qu’elle marque ce sont les miens et ils se serrent suffisamment à faire blanchir les jointures qui dépassent des mitaines. Je sais ce que je suis et me réserve tout le droit de le vivre bien ou mal tout en comprenant qu’on me juge là-dessus surtout quand ça enlève tout ce que j’ai pu faire à côté de cela. C’est courant de dire que policiers et criminels sont très proches, voir que seule la légitimité les distingue, mais c’est aussi arrivé d’analyser l’Etat comme une mafia avec légitimé sur un territoire donné. Mon procès était une farce destinée à bien faire comprendre aux gens comme moi que la Super-Sécurité c’est réservé à des Supers et à des gens approuvés par le gouvernement sauf que, voilà, depuis j’ai été approuvée par l’Union Européenne et je tâche de m’en montrer digne sans oublier d’où je viens. Faut pas pousser Lucky dans les orties surtout que qui s’y frotte s’y pique. La soixantenaire en face de moi veut tenter sa chance, ça marche mais elle va devoir tenir le rythme.

Niveau exploiter le système, c’est vrai que votre mairie en tient une bonne couche. J’ai peine à croire que ce soit la même entreprise qui fournissent votre cantine et celles des établissements scolaires d’Auber. Vous trouvez pas ça dégueulasse que les parents d’élèves cotisent pour qu’on offre à leurs enfants des plats précuisinés à réchauffer, comme ceux des supermarchés, alors que vous avez votre plat sur commande et cuisiné devant vous le tout sans avoir à débourser quoi que ce soit ?

Qu’est-ce tu en sais ?

On balance pas ses indic’, principe de flic. Maintenant, j’me demande c’qui vous passe par la caboche quand on vous apprend que des djeuns crament des poubelles. Ça s’rait pas genre "ça en fera moins à ramasser" ? Des poubelles, pas des jeunes, évidemment. Eux, les flics les ramassent plus vraiment pour foutre le feu à des ordures. Enfin, des ordures inertes. Les ordures vivantes, ce sont les flics qu’essaient de les ramasser, quand elles sont pas protégées par la loi, tandis qu’les autres s’tournent vers elles quad ils sont dans l’besoin. L’un des motifs du blocus de novembre c’était des rats et des cafards dans les cuisines ; vous avez envoyé quelqu’un vérifier si c’était vrai ? Comment on peut s’étonner que des gens aillent voir Dom Anno si c’est lui qui fait vot’ taff ?

Elle me chauffe donc je m’échauffe mais je reste maitrisée, retombant sur mes pattes à défaut de ne pas dévier du sujet de base. J’ai l’habitude qu’on me reproche de ne pas savoir ce que je dis mais je fais l’effort de chercher à le savoir et, dès fois, ben il se trouve que je sais. Je parle, j’observe, je vais voir ; forcément ça me donne une perception bien différente de la simple analyse rapportée voir même chiffrée. Les gens sont pas des statistiques, les gens sont pas des moutons et les gens sont encore moins des clichés. Même cette "élue municipale ainsi qu’officier d’état civil et de police judiciaire" qui m’écoute avec le professionnalisme de circonstance sans répondre à des questions qui sont, en effet, un peu rhétoriques.

Vous avez du bol que les profs se soient mêlés aux élèves pour aider à organiser le blocus parce que la technique du "il reste un mois à attendre avant les vacances et c’est leur scolarité qu’ils bousillent" c’est pas franchement l’genre de technique qui fonctionne. Vous ça doit pas vous étonner qu’y’ait eu 62% de réussite au brevet l’année dernière, hein ? Perso j’l’ai pas eu et j’me suis débrouillée autrement pour m’construire. Cet autrement, vous l’qualifiez de criminel alors même que je suis du côté de la loi. Tout ceux qui s’en détournent pour essayer de s’en sortir, c’est quoi pour vous ?

Penchée en avant, je pose réellement la question même si j’ai déjà une réponse. La pire fois où je me suis faite démonter à l’oral c’était contre Dom Anno qui, plus que me souligner les points communs entre nous, m’a montrée une différence cruciale : j’étais uniquement destructrice là où lui, et le crime organisé en général, apporte quelque chose. A présent, je tâche d’apporter quelque chose aussi, juste que c’est difficile lorsqu’on rame seule. Et j’ai vraiment l’impression de me préparer aux olympiades d’aviron avec une spectatrice assez indifférente en face.

Tu as terminé ?

Nan. Y’a pas longtemps, j’ai demandé à la directrice de l’Académie du Massachussetts si elle accepterait de former et de financer des intervenants en mutation. L’idée c’était de faire des partenariats avec des structures de l’OMJA voir avec des écoles publiques et privées pour que les adolescents qui découvrent leurs capacités surhumaines aient un suivi comme une aide dans leur maitrise. Mais si vous êtes pas intéressée par un sujet duquel vous profitez pleinement, la cantine, je sais pas comment vous pourriez l’être d’un sujet dont vous ne profiterez pas.

En disant cela, je fais légèrement sourire mon interlocutrice et je me dis que je suis à côté de la plaque. C’est super-facile pour elle d’en profiter, si elle est la première commune de France à le faire ça fera un beau buzz médiatique. Evidemment, avant cela il faut qu’Emma en discute avec Brian puisque cette intervention peut être vue comme un envahissement des Hellions sur le territoire de l’Alliance mais personnellement je ne m’occupe pas de politique, qu’elle soit dans le secteur législatif ou celui de la Super-Sécurité. Je suis allée voir Emma car je le peux et que je pense qu’elle peut aider, le reste ne dépend plus de moi. Il dépend de personnes en qui j’ai confiance, comme Emma et Brian, ainsi que d’autres en qui je n’ai pas confiance, comme madame la maire ci-présente.

Tu crains que la criminalité ne récupère tous les jeunes mutants incapables de réussir dans le système scolaire, comme c’est ton cas, n’est-ce pas ?

J’suis pas mutante mais j’veux qu’les choses s’améliorent.

S’ils veulent s’en sortir, ils en feront les efforts.

Je croise les bras face à un discourt que j’ai déjà entendu beaucoup trop de fois, rejetant la faute sur un autrui qui foutrait sensément rien pour ne pas avoir à faire quoi que ce soit soi-même. Quand j’étais petite, celui-ci nous avait placés en ZEP, en Zone d’Education Prioritaire. Aujourd’hui, on est dans un REP, un Réseau d’Education Prioritaire. Nouvelle étiquette, même contenu en somme. Comme pour les politiques. J’aimerai que, comme pour les politiques, tous les contenus soient les mêmes hors liberté-égalité-fraternité-mon cul. Même si autrui ne fout rien, on le motivera mieux en foutant quelque chose soi-même afin de l’encourager à suivre notre exemple qu’en le condamnant du haut de notre réussite et de nos acquis. Mais bon, je crois pas que ce point de vue soit super-répandu. Madame la maire s’avance à son tour sur son siège pour m’offrir un sourire franc et honnête qui ferait sans aucun doute la jalousie d’un banquier.

Ecoute, je suis entièrement d’accord avec toi. Je verrais ce que je peux faire et, pendant que je fais le mien, je t’encourage à faire le travail pour lequel tu es formée.


_________________
The Lucky One

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 144

avatar
Lucy "Lucky" Prissy

Messages : 1289
Date d'inscription : 19/01/2016
Age : 23
Localisation : 9-3

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au-delà de l'A.C.E.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum