La jeunesse du vieux continent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La jeunesse du vieux continent

Message  Lucy "Lucky" Prissy le Ven 8 Avr 2016 - 11:48


Je me souviens la première fois que je suis allée au Manoir Braddock. J’ai eue la chance d’obtenir une semaine de prépa dès les vacances scolaires d’Avril et je m’étais octroyée une dispense de cours afin de rater le vendredi après-midi histoire de préparer les deux heures trente de voyage Eurostar qui m’emmenaient à Londres. Bon, j’avais aussi ratée la matinée mais là mon excuse c’était que mon réveille-matin n’avait pas sonné, sans doute du fait que je ne l’avais pas mis. Ça m’avait permis d’être au mieux en forme lorsque le taxi commandé par l’Excalibur m’avait récupérée en gare de Sain-Pancras, à Londres, pour me conduire auprès de la demeure de l’organisation et de ma tutrice en son sein. Valerie Braddock avait poursuivie la chance offerte part sa cousine Aislinn et l’ACE en m’offrant des « cours particuliers »  plusieurs mois en amont du stage de 9 semaines d’entrainement intensif que je devais faire durant les vacances d’été, lesquelles faisaient également 9 semaines. Je n’avais pas et n’ai toujours pas de souci à passer mes vacances à m’entrainer surtout que, désormais que ma scolarité est définitivement foirée, il ne me restera pas grand-chose d’autre.

Le brevet est passé et je n’ai pas besoin d’attendre les résultats pour savoir que je l’ai foiré pour la seconde fois. L’année dernière, c’est Léo qui l’avait et poursuivait malgré son trouble autiste. Cette année, c’est Maya qui l’a eu et poursuit vers un brillant avenir de scientifique très probablement tourné vers le super-héroïsme. Moi je continue de faire du sur-place et je m’attends parfaitement à ce que les profs continuent d’exercer leur humour sur mes bulletins de notes : au mieux j’ai droit à « agrémente agréablement le décor », au pire « un vrai touriste aurait au moins pris des photos », avec au milieu des « sauve les meubles sans risquer une hernie » et autre « ne devrait pas calquer ses notes sur le thermostat du radiateur ». Y’a qu’en sport et en technologie que j’excelle et, en règle général, si on ajoute ma moyenne dans l’une de ces matières avec celle de n’importe quelle autre, ça fait 20. Il était temps d’en finir avec ça et c’est enfin arrivé. De même que le stage de 9 semaines d’entrainement intensif.

J’aurai pensé le passer chez les Curie et j’aurai aimé le faire aux côtés de Tom, histoire de continuer à combattre son syndrome de CCC (Chrétien Coincé du Cul), mais j’allais pas me plaindre de retourner chez les meilleurs de l’Europe. Outre que ça me prouvait que j’avais raison de craindre que l’Excalibur mène la danse et les autres suivent, et j’aimais avoir raison, ça redonnerait l’occasion de voir pas mal de monde de chez eux comme de chez nous. Parce que le stage allait être autre chose que la semaine de prépa, on allait être pleins et de partout. Zombie en était, ayant réussi à s’attirer l’attention de la Brigade Chimérique avant d’intégrer la Section Junior de l’Alliance, et Valerie en serait surement aussi même si elle était du côté du corps enseignant. J’ignore ce que Papa a voulu faire en attirant l’attention de l’ACE sur moi, même si je suppose que les membres du groupe avaient déjà un œil sur les activités de la Cour des Miracles, mais il faut que j’arrive à supporter le cadre de mon « entrainement super-héroïque » pour pouvoir suivre ma voie sans perdre ceux qui n’y appartiennent pas.  

La semaine de prépa m’a déjà donnée une idée de ce que serait le stage intensif mais j’appréhende pas mal les enseignements génériques, bien consciente que l’aspect scolaire ne me parlera pas plus en anglais qu’en français et dans l’ACE que dans l’Education Nationale. Je mise surtout dans ma capacité à compenser avec mes points forts même si je ferais plus d’effort qu’avec mes profs histoire de ne pas être aussi mal vue. Parce que je ne me fais pas d’illusion quand au fait que je serais mal vue, que ce soit par mon comportement ou par mes actes et mes dires. Me gourer est déjà problématique mais quand en plus j’assume mes choix et les revendique, ça a le don d’énerver les adultes. C’est comme quand je mets en évidence que la formation est mal faite car, à l’instar de l’Union Européenne, l’Alliance des Champions de l’Europe a le problème de se limiter à une somme de parti et non à un tout du coup être intégrée à la « section junior » ne me donne absolument pas accès au Champion Express ou à quelqu’autre institution de l’ACE mais m’offre l’opportunité de suivre des stages d’entrainement intensifs chez l’un des groupes membres pour plus tard rejoindre la Brigade Chimérique et pouvoir espérer être l’un des trois membres sélectionnés pour la représenter dans l’Alliance qui m’aura formée pour ça. On me dit souvent que je fais des plans à la con mais du coup j’ai parfaitement ma place. Après j’ai ouï-dire que les dirigeants de l’ACE escomptaient ignorer ces restrictions mais s’il s’agit de baiser le système je suis toute aussi légitime.

Enfin bref, je suis présente au lieu de convocation et à l’heure de la convocation. Je n’ai guère changé depuis la dernière fois, restant une adolescente athlétique d’un mètre cinquante-sept pour cinquante-deux kilos dont le chaos de cheveux châtain coure de part et d’autre de son visage aux yeux dragons, les pupilles vertes contenant une auréole de marron, et frotte régulièrement sur une veste de biker en vrai faux-cuir à l’instar des mitaines qu’elle a sur les mains. Des mains enfouies dans les poches d’un jeans élimé recouvert de guêtres souples enserrant aussi des chaussures à semelle plate. A mon côté se trouve un autre adolescent dont le trench-coat s’ouvre sur une chemise classique et un pantalon de toile, la première dissimulant des équipements technologiques, et qui a beaucoup trop grandi à mon goût ; la dernière fois que je l’ai vu, ses cheveux bruns arrivaient au niveau des miens. Aujourd’hui, Léo a une dizaine de centimètres de plus que moi. Mais ça fait plaisir de le revoir en personne, même s’il ne me regarde absolument pas. Il est ici avec un objectif précis et le reste ne l’intéresse pas, même s’il apprécie ma présence. De mon côté, parler toute seule ne me gêne pas et je suis suffisamment éveiller pour faire le commentaire, en français évidemment, des autres membres présents.

La Section Junior mérite mal son nom puisque la plupart sont majeurs et quelques uns doivent être plus vieux que Valerie. Mais sans doute doivent-ils passer les mêmes tests que nous et, vu le nombre restreint de candidats, ça promets de pas laisser grand monde ; une chose dont je me fous tant que j’en suis, ce dont je ne doute pas réellement. J’aimerai bien que Zombie en soit aussi et je lui fais confiance pour réussir. Niveau des autres, je les regarde en essayer de deviner spécificités et nationalités de chacun alors que l’on s’installe se dirige vers la salle mais c’est pas un grand succès. Je comprends le français, l’anglais et l’italien mais il est aussi de l’espagnol ou du portugais, je ne sais pas faire la différence, et deux autres langues que je n’identifie absolument pas dans les quelques discussions alentour et, si ça m’aide pour les origines, je suis complètement paumée niveau des spécificités. Y’a du tatouage et de la teinture particulière mais rien de trop marquant, même si l’adolescente aux cheveux bleus ne semble pas des plus à son aise et cela me laisse la potentialité d’une approche.

Mais pour le coup c’est Valerie que l’on approche. Avant de la rencontrer pour la première fois, j’avais faite une recherche Wikipédia sur elle. Je sais d’elle qu’elle est devenue une enfant vedette dans le domaine du combat avant ses dix ans et qu’elle c’est faite remarquer par une seconde place dans un tournois amateur junior. Je sais aussi qu’elle a été en cursus spécialisé à partir de ses douze ans, qu’elle a été formée au Manoir Braddock, en Allemagne et au Brésil puis qu’elle est devenue membre d’Excalibur à la majorité. Aujourd’hui, elle est l’une des plus grandes martiales de l’ACE, si ce n’est la plus grande, et a des pouvoirs à l’Elizabeth Braddock. Pour l’avoir rencontrée, je sais aussi qu’elle ne veut rien avoir à faire de la comparaison avec sa cousine et cherche à tracer sa propre voie. C’est assez impressionnant de l’avoir pour prof et ça me permet de dire que je suis une légende ; du verbe suivre, évidemment.

Fiche Léo Valentin:


Léo "Zombie" Valentin


SURNOM : The Makor
AVATAR :  David Mazouz
RACE : Humain
AGE : 16 ans (né en 2.000)
AFFILIATION : A.C.E. (France, anciennement Cour des Miracles)


Son histoire

+ A hérité de sa mère un Syndrome d’Asperger et des capacités de cognition et de kinésie largement supérieures à la moyenne humaine.

+ A appartenu à la Cour des Miracles, un groupe d’adolescents faisant du super-héroïsme clandestin dans le nord de Paris et à Saint-Denis comme Aubervilliers, de sa création début 2013 à sa fin en novembre 2015 suite à une condamnation en sursis. Cf. S’il Play à la Cour pour plus de détails.

+ Recruté par la Brigade Chimérique pour intégrer la Section Junior de l’A.C.E. début 2016.


Ses Pouvoirs

+ Les excellentes capacités héritées de sa mère sont dans les limites humaines et font de lui un génie intellectuel, capable de résoudre des problèmes mathématiques complexes et de concevoir des technologies avancées, et martial, apte à agir et réagir plus rapidement et avec plus de précision qu’une personne normale ; cela lui confère un génie technologique, une mémoire eidétique, une ambidextrie naturelle et un martial de 4 adaptatif sans disposer d’un entrainement martial ou d’un style particulier.

+ A inventé un harnais lui enserrant le torse jusqu’aux poignets et pouvant se porter sous d’autres vêtements. Celui-ci maintient et amplifie sa musculature, lui permettant de soulever des charges allant jusqu’à 500kg, et inclus dans le torse un grappin avec enrouleur automatique afin de pouvoir descendre en rappel ou monter rapidement. Les avant-bras sont eux équipés d’un taser, un mouvement de la main permettant de le dégainer ou de le rengainer automatiquement, ainsi que de brassards-tablettes modifiés pour encaisser les coups, des interfaces informatiques avec les capacités de tablettes connectées à un réseau satellitaire.

+ Etant un être très talentueux, il est probable que Léo possède d’autres capacités spéciales.


Ses Grands Traits de Personnalité

+ Autiste : le syndrome d’Asperger implique des difficultés significatives dans les interactions sociales, causées par ses difficultés à comprendre les relations interpersonnelles et le langage non-verbal ainsi qu’un déficit des expressions faciales et gestuelles (qui lui donne la lenteur et l’absence lui ayant valu le surnom de Zombie), associées à des intérêts restreints, principalement concentrés aux technologiques et au super-héroïsme, et des comportements répétitifs, généralement la recherche et la fabrication d’objets technologiques ainsi que l’entrainement martial.

+ Perfectionniste : Léo est quelqu’un de perfectionniste, il aime avoir le temps de préparer les choses et de les accomplir correctement, pouvant les reprendre plusieurs fois s’il en a l’occasion. Cela ce manifeste particulièrement dans ses comportements répétitifs.

+ Loyal : bien qu’il ne soit pas démonstratif ni même véritablement sociable, Léo est une personne extrêmement loyale envers ses proches et aide toujours ceux qui en ont besoin, même si ceux-ci ne se sont pas montré de cette même loyauté. Il ne se laisserait cependant pas trahir plusieurs fois mais chercherait à faire progresser plutôt que d’abandonner.


Ses liens

+ Lucy "Lucky" Prissy : sa meilleure amie rencontrée au collège et côtoyée dans la Cour des Miracles. Léo sait qu’elle est borderline et prompte à répéter les mêmes erreurs, cherchant ainsi à la conseiller et à lui ouvrir les yeux.

+ Section Junior de l’A.C.E. : en tant que récente recrue de la section junior, Léo possède des liens avec les autres recrues de l’ACE et les membres du groupe liés à leur formation.


Dernière édition par Lucy "Lucky" Prissy le Ven 27 Mai 2016 - 15:22, édité 1 fois

_________________
The Lucky One
Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 137

avatar
Lucy "Lucky" Prissy

Messages : 1167
Date d'inscription : 19/01/2016
Age : 23
Localisation : 9-3

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La jeunesse du vieux continent

Message  Valerie Braddock le Sam 14 Mai 2016 - 0:16

Les aventures de l’ACE sont relativement différentes à celle d’Excalibur, on réalise souvent que nos projets changent par cette union et surtout que nos intérêts s’agrandissent au-delà du territoire anglais. À une époque, Excalibur était un peu obligé d’intervenir dans des différents territoires européens et même nord-africains, car la Justice League avait laissé très peu de temps pour laisser les territoires de s’autogérer soi-même. À cette époque, je voyais cela comme une obligation et non une réalité concrète voulue par les dirigeants. Alors qu’aujourd’hui avec l’ACE, je pense que mon équipe se veut volontairement à cet aide. Il faut quand même regarder plus loin que les perspectives traditionnelles au niveau de la sécurité. Sur plusieurs territoires de l’hémisphère nord, les grandes menaces se sont écartées pour aller dans des pays plutôt affaiblies économiquement, socialement ou politiquement. La Confrérie est partie en Afrique, pendant que l’HYDRA et compagnie essaient de se trouver des territoires isolées pour éviter de se faire repérer.

L’Europe se retrouve avec des défis importants dans son Histoire, elle se relate par la domination de Victor dans la Latvérie ou encore les vampires de la Roumanie. Cependant, on est dans un territoire bien moins problématique que l’Afrique où Wonder Woman, Vixen ou le Roi du Wakanda doivent souvent intervenir dans une grande partie des pays du continent pour protéger plusieurs de l’intégrité physique aux citoyens de ce continent. Sur d’autres territoires, c’est un défi bien plus large que l’Europe avec le territoire à surveiller comme les Luchadores, les Last Sons ou encore Alpha Flight. Je sais très bien que l’Arme X aime placer des bases dans des coins isolés de leurs territoires.

Alors, je crois que l’ACE a beaucoup plus de facilités par sa mission ou encore sur son territoire donné. Notre service est beaucoup plus étoffé que les autres et avoir un système de recrutement élaboré nous aide énormément à travailler sur la sécurité dans chaque pays tout en évitant le débordement général. Certains héros solitaires ont toujours préféré mettre leurs balises ou encore leurs actions sans penser aux conséquences du après. Comme Elizabeth faisait dans le passé, je commence à prendre doucement son flambeau avec les entraînements, cependant ce n’est pas aussi massif qu’avec moi dans le passé. Alors je peux certainement regretter de ne pas avoir une vision plutôt personnelle que Betsy pouvait avoir avec ses entraînements. Je sais qu’aujourd’hui, elle profite beaucoup de cette vision avec ses entraînements à l’Institut Xavier. Avec moi, elle n’a pas passé beaucoup de temps, mais j’ai appris beaucoup de ses techniques et c’est à cette période, que je me suis dis que mon but était de la dépasser.  

J’ai encore mes preuves à faire dans le combat, mais je dois me montrer aussi respectueuse et patiente dans les enseignements. J’espère aussi en acceptant de faire des entraînements avec les jeunes recrues, prouvés que je peux devenir une professeure bien plus compétente que celle-ci. J’ai accepté d’accompagner certaines recrues dans cet entraînement, mais aussi je me sens motivée par cette requête parce que Brian me demande souvent mon avis et on dirait que cela compte réellement dans la possibilité ou non de rejoindre le groupe d’ACE pour les membres en questions.

On reçoit aujourd’hui une nouvelle bâche de jeunes recrues pour des tests physiques et mentaux. Je suis quand même heureuse que mon avis compte dans la sélection des candidats. Chacun va être obligé de suivre des cours théoriques, physiques et mentaux, et j’ai toujours l’impression que ce choix est plutôt important pour le futur de cette organisation. Aujourd’hui, je vais avoir une quinzaine de jeunes recrues qui viennent un peu partout de l’Europe : Portugal, France, Croatie, Italie et même de l’Ukraine.

J’espère qu’ils étaient prêts au massacre de nom en général. Bien que je puisse parler plusieurs noms d’une manière primaire, les noms étaient vraiment un autre défi. Je pense qu’ils ont tous un petit appartement voisin du grand manoir et une carte de sécurité pour suivre les cours. En fait, je ne m’en fais pas trop sur comment ils vivent, je pense qu’on est assez généreux pour les bourses et autre bordel. Alors qu’ils sont tous convoqués pour un premier cours le premier soir, un vendredi, je me ramène un peu plus tôt que prévue assisse dans une salle avec un grand tableau blanc avec le nom des nouvelles recrues sur une feuille. Attendant quelques minutes pour les gens s’installent devant moi, je prends leurs noms à leur entrée pour voir comment ils les prononcent. J’attends la classe se remplisse avec le nombre adéquat d’étudiant. Après ce temps laissé pour le dernier en retard, je commence mon exposé oral en digne professeure.


« Bonsoir! Je suis extrêmement heureuse de vous accueillir pour cette première journée d’accueil de formation. J’ai tous vos noms sur la liste, mais j’espère que vous n’êtes pas trompé de cours, car parfois on se perd entre nos le bâtiment universitaire et le manoir. Je vous fais une première exposée pour vous laisser la fin semaine libre et réfléchir un peu sur ce que je vais vous dire. »

Je laisse une petite pause pour prendre la bouteille d’eau et en regardant l’horloge, il était 20h18, mon heure d’avaler le jus dégueulasse habituellement. Je regarde un moment les étudiants, qui variaient entre quatorze ans à trente ans. C’est alors le moment que je commence mon grand monologue sur les fondements de l’ACE. Je sais que tous ont une approche différente, Julia Williams a toujours l’habitude de commencer par l’Histoire surhumaines en commençant par la présentation de la Ligue Extraordinaire des Gentlemans, inconnue au grand public. Robert Gruff, un vétéran proche de la retraite, aimait bien raconter sa vie pendant qu’Aislinn dévoilait un peu plus de sa réalité et de ses différents combats.

« Il a quelques années, en fait, je crois quand j’avais environ trois ou quatre ans, j’ai eu une idée assez unique pour les enfants de cet âge. Je sais que plusieurs jeunes arrivent et voient la Justice League devant la télévision, on peut espérer un moment rejoindre cette idée. J’ai peut-être plus eu de chances que les autres, surtout en portant le nom des Braddock, mais je pense que je n’ai pas pris le temps de tout concrétiser de ce rôle durant ma jeunesse. Il a toujours un espoir quand on est jeune, on pense être capable de faire tout et j’étais même heureuse de découvrir mes pouvoirs.

Aujourd’hui, je suis l’une des plus jeunes Braddock à avoir intégrer Excalibur et je pense que j’ai appris beaucoup quand l’administration m’a laissé la chance d’officialiser mon titre. Avant dans notre formation, je crois que c’est Elizabeth qui donnait une bonne présentation de ce qu’était Excalibur était pour elle, et aujourd’hui, j’aime penser que ce discours va être assez important pour que vous réfléchissez à votre poste. Pour cette session de formation, je crois que c’est important que je vous explique comment je peux concevoir ce qu’on va faire. Et bien qu’aujourd’hui, vous aviez avoir le droit à la morale, je pense que c’est primordial pour que vous compreniez comment je me place ici.

On ne rentre pas dans l’ACE en croyant connaître beaucoup de ce qu’on va affronter. Quand on devient un membre de cette équipe, il faut souvent se remettre en question d’une manière majeure pour éviter de se payer une dépression. Quand on rentre dans l’ACE, c’est un contrat de confidentialité, c’est un contrat des limites qu’on peut avoir ou encore comment concevoir ce qu’on va mesurer dans l’avenir. Alors, je vous préviens que je risque d’être extrêmement radicale sur comment on va gérer nos activités. Pour les neuf prochaines semaines, cela risque de vous prendre un petit temps pour vous mettre dans le bain, mais malheureusement il va falloir assez vite.

Je vous conseille que si vous ne sentez pas prêts à cette formation d’arrêter sur le coup parce que je pense que c’est important de savoir où mettre vos limites. Cependant, je pense que vous comprenez que le concept de cette formation est que vous dépassez physiquement et mentalement. Et je pense que vous le voyez venir, mais si vous êtes dans cette classe avec moi aujourd’hui, ce n’est pas par le hasard des choses. À chaque année, on offre cette formation, à chaque année, les recrues sont notées pour savoir s’ils sont capables de bien intégrer une équipe.

Aujourd’hui, vous êtes dans mon escouade. Je suis votre professeure et pendant les trois prochaines semaines, je crois que certains vont détester franchement ce qu’on vous demande comme exigences. De dimanche à vendredi, vous venez dans cette classe exactement à 8h30 et vous avez trois heures de cours avec moi, théorique, historique et autres. Je vous explique la base du combat, les réalités des ennemis qu’on affronte et comment concevoir nos propres limites. À 12h30, on se réunit cinq heures de formation physique pur et ensuite je peux vous laisser une pause, et prendre un autre entraînement. Durant les trois prochaines semaines, c’est carrément votre vie cette formation.

Je sais ce que vous allez dire : Oh putain que c’est militarisé! Ce que je réponds avec un gros non. Ces trois semaines de formations sont là pour vous offrir comment devenir meilleur avec ce que je sais, mais aussi avec ce que d’autres professeurs peuvent venir. Je crois que Brian, Elizabeth et quelques autres vont venir vous expliquer quelques informations supplémentaires pour mieux comprendre comment on fonctionne.

Dans cette escouade, je vous suggère de ne pas jouer solo. C’est très important, parce que regardez-vous, vous allez voir ces visages pendant neuf semaines et vous savez quoi? Vous risquez de travailler avec eux pendant neuf semaines et même il va falloir compter sur votre voisin sur certaines situations. Alors première information extrêmement importante à retenir : une bouche… cela sert à parler et à socialiser. C’est important que vous compreniez que vos rapports entrevous risquent d’être évaluer. Je ne vous demande pas de faire semblant, parce que ne croyez pas que cela va être différent dans l’ACE. Vous allez travailler avec des personnes que vous ne connaissez pas de base et cette personne va vous demander un vrai coéquipier et non un formé qui va se dégonfler dès que le combat commence.

Ensuite une petite chose après trois semaines, on va faire des missions ensemble. Alors je vous explique une règle de base : Je ne vous trouve pas prêts, je vous trouve hostile, je vous trouve en manque de coordination avec le reste de l’équipe ; vous allez rester dans cette classe à place de venir avec nous. Robert Gruff, l’un des vieux professeurs d’Excalibur, a déjà juste pris deux étudiants sur vingt pour faire une mission car il les trouvait trop incompatible et désordonné pour réagir contre des menaces réelles. Alors c’est important que vous preniez en compte de cette formation. Je ne suis pas ici pour vous punir, mais c’est vraiment un autre défi qu’on vous demande ici.

Alors pour la première heure avec moi, j’aimerais faire quelque chose de très simple. Vous allez vous présenter : votre nom, vos buts, votre expérience, votre motivation et hum… votre série préférée. C’est très simple comme début et une chose très importante pour bien s’entendre, on va se promener ensemble pendant plus 600 heures ensemble, alors je vous encourage à venir me parler et à vous parler entrevous. Je veux un esprit sincère, quelque chose de poussée pour qu’on se fasse confiance après les trois semaines de formation primaire. Alors, qui veut commencer? »

_________________

« Il n'est pas nécessaire de se battre pour un monde meilleur, il suffit de donner des coups assez puissants pour mettre les méchants KO. »
avatar
Valerie Braddock

Messages : 301
Date d'inscription : 16/02/2016
Localisation : Europe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La jeunesse du vieux continent

Message  Lucy "Lucky" Prissy le Sam 28 Mai 2016 - 10:59


La salle ressemble à une salle de classe même s’il lui en manque l’odeur et ce second point ne m’empêche pas de prendre une grande inspiration avant d’entrer. Je ne le fais pas parmi les premiers mais je ne m’éloigne pas autant qu’eux une fois registrée auprès de Valerie, que je salue avec un sourire un peu forcé. L’avantage de l’été étant que je ne vais pas avoir besoin d’un radiateur, je me calle au premier rang à côté d’un mur et m’installe comme il se doit : assise sur la chaise et le buste allongé sur la table avec les bras croisés en guise d’oreiller et la tête tournée vers la professeure. Il est fort probable que je ne me souvienne même pas de cette scène demain, mémoire sélective aidant, mais j’écoute quand même et je ne perturberai pas. Zombie me suit sobrement, se présente avec cette même sobriété et fixe Valerie directement une fois assis, sa veste ôtée et ses manches de chemise retroussées afin de lui laisser le soin de prendre des notes sur ses bracelets.

Se retrouver un vendredi soir avant de nous laisser le week-end pour réfléchir est une bonne idée ; je ne le passerai probablement pas à réfléchir mais ça me donnera le temps de rencontrer les autres. Autres auxquels je jette un coup d’œil encore, même si ma vision est limitée par l’angle, et dont il n’en est pas beaucoup pour vraiment m’inspirer pour l’heure. L’ado aux cheveux bleus, sans doute un délit de fasciés mais je me demande pourquoi le fantasque capillaire. Et puis elle est mal à l’aise, c’est toujours utile ça pour les approches : une personne déjà en confiance aura plus de mal à créer des liens approfondis puisqu’elle ne progressera pas forcément au contact de l’inconnue, une personne timide sera plus compliquée à approcher mais ne nouera que des liens forts du fait de cette difficulté. Je n’ai guère le temps de penser plus que Valerie reprend la parole, conduisant mes yeux à une nouvelle variation pour la regarder elle.

On commence pas de l’anecdote biographique. C’est généralement hors de propos mais ça permet d’approcher le professeur et son propos différemment et puis ça peut être utile aussi bien dans des situations extérieures au cours qu’à meubler celui-ci, même s’il ne fait que commencer actuellement. Il y a trois ou quatre ans, ça doit faire que Valerie avait la vingtaine, elle était toujours considérée comme une enfant ; la loose, ça pue l’infantilisation. Regarder la Justice League à la télévision, ça fait une douzaine d’années qu’ils font plus les actualités mais les documentaires et autres doivent avoir une certaine popularité ; Aislinn m’a conseillé de m’y mettre, j’ai visionné du Youtube de temps à autre. Par contre le nom Braddock ouvre en effet pas mal de portes, la biographie de Valerie témoigne, même si ça doit avoir un sérieux contrecoup niveau des possibilités de carrière. Un peu comme chez les Currie ou les Hargreeves, t’es dans la famille donc tu feras ce que fait la famille ; courant chez les militaires, logique chez les supers. Après les espoirs et bonheurs qu’elle évoque me font sourire même si c’est assez amer. Valerie a raison, il y aura à réfléchir.

Quand l’administration lui a laissée la chance d’officialiser son titre de membre d’Excalibur, comme quoi les Etats exercent plus d’influence sur les groupes que ceux-ci ne veulent bien l’admettre. La Justice League était seule à décider de qui étaient ses membres, que l’Excalibur ne le puisse est à la fois rassurant, de part son inféodation au gouvernement qu’elle sert, et décevant, de part la dépendance qui en résulte. Mais ça ne me concerne que pour cette reconnaissance de la professionnalisation à un niveau étatique. Je ne suis pas certaine que je réfléchirais tant que cela à ma place, personnellement, car il me semble qu’elle viendra naturellement. Et l’idée de se faire faire la morale d’entrée de jeu me pousse à soupirer même s’il vaut mieux éclaircir les choses d’entrée en effet.

Ne pas rentrer dans un groupe en croyant connaitre ce qu’on va affronter, ça me semble logique. De même que la remise en question, un point sur lequel je suis vraiment pas bonne, et la dépression, une chose qui ne m’arrivera jamais puisque je préfère rire que pleurer. Par contre j’ai du mal avec le contrat de confidentialité quand on se paye des documentaires sur nos formations à même d’offrir à ce qu’on va affronter de bonnes informations sur comment nous contrer. Je comprends la volonté de mettre des limites, je la respecte même, par contre je suis paumée avec la conception de ce qu’on va mesurer dans l’avenir. Je suis toujours contre le fait de me dicter ma perception du monde mais prête à la radicalisation des activités, ça fait aussi parti de l’idée même si je me méfie du double-tranchant à présent.

Je déglutis au fait de savoir où mettre nos limites et d’abandonner si on doit les dépasser. Surtout quand le but affiché est de les dépasser. Aislinn m’a dit qu’on devrait le faire, physiquement et moralement, même si ça nous foutrait dans la merde avec nos coéquipiers. Peut-être est-ce là ce qui différentie les membres de l’organisation de ceux qui voudraient en être… je ne sais pas. Je sais juste que ça foutra la merde et que ça fera souffrir. Il est une grande part de hasard si je me retrouve ici aujourd’hui mais il est une chose dont je suis sure : je n’abandonnerai pas.

J’aime bien le fait d’être dans l’escouade de Valerie. J’aime beaucoup moins l’idée des trois heures de cours au réveil mais au moins je sais quand je détesterai et ça sera peut-être l’occasion de finir mes nuits. Les informations seront importantes, j’en doute pas, mais je ne m’en souviendrais probablement pas plus que ce propre cours puisque çà rentre par une oreille pour ressortir par l’autre en mode appel d’air. L’avantage c’est que Zombie aura tout noté, lui. Les cinq heures de formation physique me plaisent déjà plus et l’entrainement supplémentaire me fait carrément sourire. C’est à nous de voir ce qu’on peut encaisser avec elle et ça promet. Faut juste faire gaffe à pas se griller les trois premiers jours.

J’aurai pas pensé au militarisé tant ça me semble normal mais visiblement ça ne l’est pas. Pourtant, l’entrainement théorique et physique dans un cadre d’opération paramilitaire et de discipline primordiale, ben c’est l’armée. Ça n’a rien de péjoratif, si ? Okay, on aurait pas le salut et la conformité mais on aura quand même les bons aspects de la chose. Ou pas. On verra bien. Tout comme on verra si d’autre Braddock viennent enseigner aussi ; Brian c’est tellement le must d’ACE actuellement, ça serait cool de le revoir. Elizabeth par contre ça ne me dit que par comparaison avec Valerie et comme j’ai clairement choisi mon camp j’ai pas vraiment envie d’aller voir ailleurs. Suivre de ses cours me permettrait de comparer mais comme je cherche pas à comparer… enfin bref.

Ne pas la jouer solo dans cette escouade, ça me fait sourire d’amusement. Bon, okay, j’ai déjà merdé ça aussi mais j’ai le principe et la pratique, faut juste pas que j’y aille comme avec la Cour. L’encadrement devrait m’éviter de le faire, si je m’entête pas dans la mauvaise direction. Mais, dans tous les cas, j’ai déjà des idées pour faire une équipe. Elle ne fera pas quinze personnes mais à trois ou quatre ça sera déjà bien, faut juste trouvé le bourrin et le soutien vu qu’on a le spécialiste et la numéro complémentaire de la Cour des Miracles. Regardant Zombie toujours aussi concentré, je soulève un peu ma tête pour libérer une de mes mains et, une fois réinstallée sur un seul bras, je m’en vais lui pousser discrètement le coude de la main suscitée. Et ouais, il n’en a pas fini de me supporter ! Au moins on sait qu’on peut compter sur l’autre, plus moi que lui d’ailleurs, reste juste à trouver les autres.

Quand à parler et se sociabiliser, je suis d’accord sur l’importance et Valerie vient juste de m’encourager à être moi. M’en tape qu’on soit évalué là-dessus, je fais pas ça pour et ça sera probablement pas à mon avantage, mais qu’on soit encouragé à le faire c’est cool : on ne pourra pas me reprocher d’essayer ou me trouver intrusive durant les trois à quatre premières minutes de discussion. Principe de base d’une équipe : l’esprit d’équipe ; et mes coéquipiers savent toujours j’ai de l’esprit !

Je perds mon contentement à « la petite chose » d’après les trois semaines, me redressant et fixant à mon tour Valerie avec un visage bien plus suspicieux. Qu’elle ne nous trouve pas prêt, hostile, en manque de coordination ou simplement trop con pour nous rendre sur le terrain et nous bloque pour ça est tout ce qu’il y a de plus normal, je suis déjà bien surprise que l’on aille sur le terrain après trois semaines. Je ne m’attendais pas à le faire avant une année au moins et je m’estimais très optimiste. Je suppose bien que c’est fait pour nous rendre plus sérieux et impliqué mais ça fait un coup de tension, mine de rien. Prendre deux étudiants sur vingt afin d’avoir à gérer une équipe raisonnable et parce qu’ils étaient les seuls prêts, c’est du bon sens. Un bon sens qui ne va certainement pas me plaire si je suis pas sélectionnée mais j’aurai tout loisir de faire de la mauvaise fois à ce moment-là.

Un coude sur la table, le menton sur la main afin d’avoir de nouveau une pose installée mais un peu plus réactive que la précédente, j’écoute la chose très simple que Valerie attend de nous. Nom, buts, expérience, motivation et série préféré. Nom, buts, expérience, motivation et série préférée. Je vais tellement pas les retenir dans l’ordre. Quand à commencer, je lève la main rapidement et attends que Valerie m’interroge pour la rabaisser et parler.

Lucy Prissy, Lucky pour ceux qui veulent. Sommairement, je souhaite intégrer l’ACE parce que… ben j’ai plus un sentiment d’appartenance européen que français et je veux pouvoir contribuer à la sécurité des gens sans avoir à passer par la case prison et si c’est plutôt dans la rue que j’aimerai être, en coopération avec les forces de police, ben je suis prête à aider là où je peux. Niveau expérience, je saurais pas tout citer mais globalement on a de l’usurpation du rôle des forces de l’ordre…

Et je dois vraiment réfléchir un moment, fronçant les sourcils et les fixant au passage, pour essayer de retrouver tous les chefs d’accusation donnés lors du procès. Encore une fois, la mémoire c’est pas mon truc et j’ai pas tellement retenu grand-chose de ce jour là à part la propreté des toilettes du tribunal. Heureusement, Zombie est avec moi et je ne me prive pas de le désigner du pouce ; on fait partager avec les amis, il n’a pas à me remercier car c’est parfaitement normal.

Nan, j’aurai définitivement pas tout mais c’est pas grave, on a le même casier avec celui-là. Du coup… usurpation du rôle des forces de l’ordre dans le cadre de petite et moyenne délinquance, principalement détention et trafic de stupéfiants, extorsion et violences urbaines, avec en plus de la violence urbaine et du refus d’obtempérer…

Je me tais car hésitant énormément à être honnête alors même qu’Aislinn me soulignait l’importance de cela et que Valerie doit déjà connaitre mon casier judiciaire. Je suis consciente que je ne me fais pas une bonne pub actuellement, ni à Zombie du coup même s’il n’y réagit pas plus que d’habitude et me regarde simplement, mais j’ai tellement moyen de l’aggraver en étant sincère ; et encore, je ne me cantonne qu’aux faits afin de ne pas avoir à donner mon sentiment sur ce qui c’est réellement passé à la Cour des Miracles. Je veux pas faire un monologue non plus.

J’ai aussi de l’entrée par effraction, de la complicité de chantage et un meurtre avec légitime défense à mon actif mais j’ai pas été condamnée pour ça et je suis parfaitement conscience qu’à le mettre sur le tapis je risque de me prendre les pieds dedans.

Je n’expliquerai pas mon jeu de mots, ceux qui l’auront compris tant mieux même si c’est très con de penser ainsi considérant que l’expression est française et qu’il n’y en a pas beaucoup ici. M’enfin bon, mon doute vient de sur mes éventuels oublis et, à part la motivation et la série préférée, j’en vois aucun. Ce qui est un peu le principe de l’oubli d’ailleurs.

Je suis fille de flic donc ça me semble normal d’essayer à ce que les gens puissent retourner chez eux sans… enfin avec le moins de danger possible. Et niveau série j’attends toujours Sherlock.

Nous faire parler d’un sujet semblant complètement hors de propos du reste est très intelligent de la part de Valerie. Outre qu’il est possible de nous mettre à l’aise en parlant de quelque chose qui nous plait, ce que je ne fais pas au passage, ça permettra également de voir notre approche de ce qu’on idéalise et de nous offrir un sujet de discussion simple avec les autres membres ; d’où que je ne grille pas toutes mes cartouches au sujet de ma série préférée dès maintenant, même si je ne m’en rends compte qu’après.

Ayant finie, je m’assieds à nouveau mais dans une position différente de la précédente : si j’ai toujours le coude sur la table afin de soutenir ma tête, je suis de travers afin d’avoir l’autre bras posé sur le dossier de la chaise et le mur en dossier. L’angle de vu sur le reste de la classe est ainsi parfait et j’attends juste que d’autres s’osent à lever la main tout en poussant du pied la chaise de Zombie pour qu’il le fasse à son tour. Je suis bien moins discrète que la dernière fois mais bon, le but c’est d’attirer l’attention sur lui. Il ne tarde pas trop à se lever et à parler d’ailleurs, même si je ne suis pas certaine que mon encouragement ait été considéré comme tel. Sa présentation est sobre mais bien plus adressée à Valerie qu’aux autres, même si en définitive mon ami ne regarde personne.

Je m’appelle Léo Valentin. Je cherche à intégrer la Brigade Chimérique et l’Alliance des Champions de l’Europe parce qu’elles sont les organismes de super-sécurité de la France et de l’Union Européenne. J’ai participé pendant pratiquement trois ans à la Cour des Miracles, groupe de rue adolescent luttant principalement contre la criminalité locale et ayant été dissout suite à un jugement par le tribunal pour enfant de Paris, et cherche à entrer dans la super-sécurité parce que les possibilités qu’elle offre m’intéressent au niveau professionnel et développement personnel. Je n’ai pas de série préférée parce que cela ne m’intéresse pas.

Clair, concis, un accent français encore plus lourd que le mien car il a quelques difficultés avec la langue anglaise mais pour moi Léo s’en sort très bien. Je lui accorde un sourire et un murmure que j’espère inaudible de tous sauf de lui, même s’il est parfaitement possible qu’il le soit de lui aussi et ce n’est pas sa réaction qui me dira s’il l’a entendu ou non, avant de poursuivre l’écoute des autres.

C’est globalement intéressant mais comme je n’accorde pas la même importance à tout le monde je suis super mal placée pour réellement juger d’autant que l’exercice n’est pas facile, entre la langue étrangère et la classe. J’aurai du me mettre à côté de la bleue, histoire de l’encourager. Pas certaine que s’eut été utile mais s’eut été ça de fait.

_________________
The Lucky One
Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 137

avatar
Lucy "Lucky" Prissy

Messages : 1167
Date d'inscription : 19/01/2016
Age : 23
Localisation : 9-3

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La jeunesse du vieux continent

Message  Valerie Braddock le Mer 18 Jan 2017 - 0:50

J’ai toujours supposé que nous sommes dans une évolution de l’Histoire, elle se change par nos actes et par ce qu’il se passe dans le Monde. Alors qu’autrefois, les modes politiques se faisaient surtout apprécier par les réactionnaires du moment, aujourd’hui elle se retrace par les actions des surhumains. L’une des modes les plus importantes, dans le monde occidental avant l’apparition des Vengeurs, se retrouvait dans la peur des surhumains. Alors qu’il avait une certaine union entre la politique et le groupe de super-sécurité, c’est surtout à l’indépendance de la grosse équipe internationale que tout a commencé à se débalancé. L’une des raisons pourquoi je crois que la plupart peut se perdre entre les politiques, les groupes et les sociaux, c’est dans le monde parallèle qu’on se développe à chaque fois qu’on rentre en scène. En demandant leurs motivations, je veux savoir comment ils se fixent par rapport aux sociétés qu’ils affrontent. Quand je commence à les écouter, je découvre quelque chose de plutôt important : C’est le facteur politique ou même nationaliste qui a une certaine importance.

Cela n’est pas juste visible par leurs accents, mais aussi par leurs approches. Je crois encore que certains pensent que la politique joue un rôle considérable sur notre travail. C’est normal, surtout vu le financement ou encore les grands débats sur les Vengeurs ou sur leurs influences. Cependant quand on joue sur le terrain de la défense, on se retrouve dans un autre débat qui s’accentue surtout dans le nouveau rapport qu’on peut avoir dans ce monde. Je pense que cette nuance est importante à apporter, mais qui risque d’être plus difficile à mettre en évidence. L’Armée est totalement déconnectée de la scène politique, les forces militaires suivent souvent ce que les élites veulent, mais ils jouent un rôle prépondérant pour leurs rôles décisionnels. Cela est imprégné depuis plusieurs siècles aujourd’hui, quand on a retrouvé des élites militaires qui peuvent penser le contraire des politiciens.

On joue dans les mêmes perspectives, si Brian ou Marie disent merde aux gouvernements ou à l’Union Européenne parce qu’ils trouvent leurs objectifs irrationnels, les responsables gouvernementaux risquent d’être emmerder. Et l’une des raisons pourquoi une telle logique se poursuit dans le même aspect, c’est qu’on veut éviter les modes et les actualités qui risquent de disparaître après six mois. Je crois que cela peut faire mal à beaucoup de gens sur la planète, mais je pense que même le rattachement patriotique ne doit pas intervenir dans un groupe de sécurité. Peut-être que certains Vengeurs préfèrent cette façon d’agir, mais aujourd’hui, je pense que c’est plutôt important de les passer en secondaires.

J’ai mon avis sur cette question, et cet avis se représente de nouveaux quand je laisse un temps de paroles aux jeunes pour savoir leurs intérêts ou leurs passions autour de la défense. La plupart a toujours une approche très attachée vers des rapprochements politiques. Les recrues françaises commencent doucement leurs présentations et je reste avec le sourire devant leurs participations. Au moins dans le tour des présentations, je ne suis pas obligée d’intervenir pour quelqu’un de plutôt timide. Ils réagissent plutôt bien, j’essaie parfois de les aider en cas de difficultés en anglais pour juste trouver les mots corrects.

Peut-être que dans certaines de mes paroles, je me suis mal fait comprendre auprès des jeunes, mais cela va m’apprendre de boucler des parties de ma vie trop rapidement. Je n’ai jamais eu besoin de la permission des États de l’ACE pour mon titre dans l’équipe d’Excalibur, Brian Braddock et les principales têtes pensantes de l’ACE sont assez grandes et matures pour choisir le talent au lieu de la politique. C’est pour cette raison que la politique ne m’attire pas, le contrôle remplace la confiance quand je pense à raison que l’être humain a simplement besoin d’un peu de confiance pour une meilleure gestion de la sécurité.  

Toute cette grande réflexion peut être complètement inutile, je vous l’avoue, mais l’une des raisons pourquoi cette pensée me traverse est dans la première partie de Lucy. Je suis tellement connectée avec le système d’Excalibur et d’ACE que je ne vois pas les réelles différences européennes et françaises, surtout pour rentrer dans un conflit interne et aussi théorique. Individuellement, je considère tout être comme unique, le rapport avec sa culture s’affaiblit quand on commence à réfléchir par nous-mêmes au lieu d’idéologies nationalistes.

Lucy est peut-être légèrement irrévérencieuse dans sa réponse ou dans son ton, mais au moins, elle partage une chimie avec son voisin. J’aurai un peu de mal à comprendre l’ensemble de son œuvre, mais le plus important va rester dans un élément souvent à exploiter pour une meilleure chimie dans l’œuvre d’un groupe. Finissant sur la note de la série Sherlock, je me fais toujours la pensée que la série Élémentaire est bien supérieure à Sherlock, mais cela frustrerait tout fan de Benedict Cumberlatch. Son ami, Valentin, poursuit les présentations. Son introduction est semblable à Lucy, pendant que le reste est aussi proche des discours de Lucky. Les autres discours de jeunes me semblent parfois motiver par des bonnes actions, alors que d’autres idéalisent surtout dans l’image des héros ou encore le sacrifice commun moderne. J’ai peut-être pris quelques notes, mais cela va surtout se compléter plus tard durant le stage.


« Alors merci beaucoup pour vos présentations, cela va nous aider à se retrouver un peu parce qu’on est assez nombreux dans cette classe et dans ce stage. Alors pour la fin semaine, la leçon est surtout d’apprendre de vous connaître avant tout. C’est élémentaire pour une participation dans le futur. L’important est dans cette coordination et dans la coopération, on ne peut pas juste travailler en se fiant uniquement à nos capacités. Alors, dites-vous que c’est une étape importante à traverser avant de travailler avec nous.

Je sais que cela va paraître un peu insignifiant pour la première partie de ce cours, mais je vous libère après pour réfléchir. Ce que je vais vous expliquer : C’est assez important pour bien comprendre dans ce que vous embarquez pour les prochaines années. Plusieurs s’imaginent que c’est un travail soit extrêmement facile ou considérablement difficile, mais c’est surtout de comment vous allez vivre chacun des évènements ici. Si vous cherchez à vous voir comme des super-héros idéalisés par plusieurs romans de science-fiction, vous risquez de souffrir beaucoup. Alors que si vous cherchez à vivre la sévérité des rues, et dire que cela fait parti de votre sacrifice, vous risquez autant de vous perdre dans un fatalisme. Ces règlements ne sont pas faits pour être beaux ou prescriptifs, cela fait partie de notre mentalité depuis plusieurs décennies et même siècles. Alors, je vous suggère d’écouter. Je vais essayer de le résumer en sept points.

Premier point le plus important : C’est éviter de tuer. On interdit totalement le meurtre dans notre institution, non parce que c’est méchant, mais bien parce qu’on le doit pour ce que nous sommes. Le meurtre a été une solution bien trop facile depuis des milliers d’années et souvent certains considèrent que c’est une voie plutôt rapide à passer pour éviter de revoir de nos anciens ennemis. Mais disons que c’est prouvé depuis un moment ; on élimine Al-Qaida par la mort et c’est un groupe plus radical qui apparaît. Les Vengeurs tuent Magnéto, et d’autres fous viennent prendre le monopole de la suprématie mutante. Je peux rester dans les exemples pour le pragmatisme, mais cela fait aussi parti de principes lointains qu’on doit respecter pour ceux qui nous forment et ceux qui vont suivre après.

Deuxième point : La neutralité. Oui, ce que je perçois dans plusieurs de vos discours, même si c’est quelque chose d’anodin, c’est votre approche de la politique. Je pense que c’est important que vous comprenez que la neutralité est dans le cœur de notre association. Notre groupe envoie déjà un message de tolérance et de seconde chance, mais ce n’est pas à nous de faire cette publicité pour les médias et pour les politiciens. Vu que nous sommes séparés légalement dans tout institution et politique, on ne prend pas position sur des enjeux, même sur des enjeux qui vous touchent après d’actes terroristes horribles. Je pense parler personnellement, quand l’un de vos proches meurent à cause d’un acte terroriste ou une mission qui échoue, n’allez pas vous plaindre devant des caméras. Allez voir vos coéquipiers que vous considérez comme votre famille, vous allez mieux vous sentir. Je pense que selon les études les plus récentes, les caméras rendent fous, allez voir les phénomènes de foire des Vengeurs… c’est assez terrible…

Troisième point : Si vous voulez faire parti d’une équipe olympique, vous allez certainement vous donner à fond pour être dans l’équipe. Alors je pense que c’est le même conseil pour faire un groupe comme le notre. L’entraînement est une base terriblement importante pour votre développement. Vous ne pouvez pas juste arrêter de vous entraîner pendant quelques semaines et pensez revenir à 100%, je sais que cela peut être chiant comme modes de vies, mais on fait ce choix de combattre contre des menaces qui s’entraînent aussi intensivement que nous. Alors soyez surtout en continuité avec vos coéquipiers pour la suite, je ne peux pas vous donner un autre conseil que cela.

Pour le quatrième, cinquième et sixième point, je pense qu’on peut le ressembler en un point qui se définit uniquement par le respect. Trois formes de respects sont importantes : Le premier est Le respect des vétérans et des anciens. Même moi, je vais critiquer parfois la Justice League dans certains cours théoriques, mais sérieusement sur le terrain, écoutez-les. Ils sont dans la sécurité depuis environ un demi-siècle et ils ont évolué contre les groupes criminels qui ont aussi évolué… alors je pense qu’ils savent ce qu’ils font contre des grosses menaces. Deuxième forme de respect : L’enseignement. On ne donne pas un enseignement dans le vide, on l’a travaillé depuis que c’est devenu courant de travailler dans ce milieu. Alors vous pouvez peut-être trouver cela primaire de voir des méthodes du passés, mais souvent les ennemis qu’on affronte, ne changent pas beaucoup leurs techniques. Au dernier point sur le respect, la différence. On porte tous une individualité importante, un passé qui nous imprègne depuis notre tendre enfance. C’est important de respecter cette différence, parce que plusieurs sont dans une zone de seconde chance, parce que plusieurs ont des croyances religieuses différentes et parce que tous cherchent à aller plus loin. Alors respectez vos différences, ne vous faites pas avoir par des préjugés, ni par des débats politiques complètement abjectes.

Pour le septième point, je crois qu’il est un peu compliqué à faire. C’est la continuité de nos actions et de nos objectifs personnels, et communs. Les points précédents sont beaucoup pour respecter le passé, mais on écrit aussi en continuité les changements de ce groupe. Alors réalisez que c’est aussi important pour vous que votre voisin ce développement. Ne l’oubliez jamais. Je vais vous libérer pour le reste de la soirée, on se revoit très bientôt et si vous voulez me parler après la classe, je suis disponible… »


Pour parler autant, je risque surtout de les endormir, mais ce sont les leçons les plus importantes dans le développement de l’ACE. Je vais peut-être le répéter une fois par semaine dans mes cours théoriques, mais je pense que c’est assez primordial pour avancer cette pensée. La cohésion dans l’Excalibur et dans les Familles ont perduré grâce à cette cohésion. Maintenant, je pense que c’est important de le transférer dans l’ACE pour les prochaines décennies.

_________________

« Il n'est pas nécessaire de se battre pour un monde meilleur, il suffit de donner des coups assez puissants pour mettre les méchants KO. »
avatar
Valerie Braddock

Messages : 301
Date d'inscription : 16/02/2016
Localisation : Europe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La jeunesse du vieux continent

Message  Lucy "Lucky" Prissy le Mer 25 Jan 2017 - 9:28


Valerie Braddock se montre bienveillante et bienfaisante aux présentations, souriant et aidant avec les problèmes linguistiques au besoin ; à y réfléchir, ce n’est pas vraiment étonnant mais c’est tout de même apprécié. Sans doute que la jeunesse de notre professeure l’avantage puisque, comme elle l’a dit elle-même, elle était encore à notre place récemment et son point de vue doit donc être assez proche du notre, ce qui est toujours un bonus pour la pédagogie.

J’écoute avec autant d’attention les autres présentations, qui se font, accordant particulièrement une attention à la bleue qui peine pas mal. La Chance me sourit et j’en fais de même à la découverte de sa nationalité, l’italien étant une langue que je pratique et pourrais donc aider aux problèmes d’expression, et Mlle Zaffira Fiordaliso me fout sur le cul aux explications la concernant ; heureusement, je suis déjà assise. Les cheveux bleus ne sont pas une teinture, juste une marque de sa nature draconienne. Okay… à la réflexion, que les dragons soient réels n’est pas plu improbable que les Panthéons mais ça reste assez surprenant. Et très intéressant, j’ai beaucoup plus de questions la concernant que son espérance de représenter l’Italie du sud au sein de l’Alliance, que ses différentes aides pour son village d’origine ou avec les problèmes de migrants rencontrés par la Sicile (ou plutôt aux problèmes rencontrés par les migrants parce qu’ils restent les principales personnes à aider dans l’histoire) ou que sa considération comme normal de mettre ses capacités au service de la communauté. Par contre, j’aurai beaucoup à discuter vis-à-vis de sa préférence pour Les Soprano.

Il est une bonne douzaine de personnes pour continuer de m’intéresser à divers degrés, ce qui en rajoutant les trois témoignages précédents fait effectivement que tout le monde est concerné, puis Valerie reprend la parole à nouveau. Je suis en accord avec l’utilité de la présa mais suis surprise du fait qu’on soit une classe assez nombreuse ; pour un enseignement adapté et personnalisé, surement, mais je m’attendais à des critères plutôt scolaire où la quinzaine de personnes est une petite classe. Après, c’est plutôt cool qu’on soit déjà « assez nombreux » du coup, puisque l’enseignement promet d’être moins générique que dans un cadre scolaire. Ou alors je sur-interprète encore. Dans tous les cas, la familiarité est mise en avant et ça c’est super-cool !

Les précisions qui s’en suivent sonnent d’abord comme des avertissements, avec les risques encourus dans des extrêmes comme l’idéalisation ou le fatalisme, mais deviennent par la suite des règles morales. Sept règles morales ; un bon chiffre. Je croise les doigts pour qu’elles me semblent naturelles et aient déjà mon adhésion, consciente qu’il y a de fortes chances que ce soit le cas car la culture d’Excalibur et de la Justice League fait parti de notre éducation ; et puis je suis chanceuse.

Eviter de tuer, je grimace. C’est pour moi un point fondamental et je l’ai déjà transgressé, chose qui me hante toujours. M’installant dos au mur, je perds un peu de mon enthousiasme jusqu’ici pour un sérieux un peu plus triste. Interdire le meurtre est normal à mes yeux, on n’est pas ici pour être au-dessus de la loi et gagner un permis pour ça, quand bien même Zombie et moi profitons un peu de l’autorité de l’Alliance pour contrer celle de la justice. Le meurtre comme voie rapide pour éviter de revoir nos anciens ennemis… cela me dégoute pas mal. Tuer est un acte très présent dans la nature mais c’est peut-être l’un des points positifs de l’homme que de pouvoir ce passer de ça. Cela ne doit être ni un moyen ni une fin, même si je sais que des fois on n’a pas le choix.

Etre neutre, j’acquiesce pour me concentrer. Notre génération a une conscience politique, enfin c’est mon avis, mais il ne nous revient pas de favoriser un parti ou un autre comme certains Vengeurs peuvent le faire pour l’élection présidentielle de leur pays. La tolérance et la seconde chance sont probablement ce qui conduit l’Alliance et la Brigade à tolérer les anciens membres de la Cour des Miracles et j’y adhère assez naturellement tout en refusant pas mal l’approche médiatique. Beaucoup de membres des différences groupes de l’Alliance ont une implication médiatique, plus rarement politique, mais je comprends notre besoin d’unité et surtout d’éviter la division interne à ces sujets. Rester dans une approche personnelle, non publique, afin de ne pas faire comme les stars et autres politiciens en montrant sa gueule à chaque fois que ça peut nous rapporter quelque chose ; ça me semble normal aussi mais mérite d’être précisé. Les phénomènes de foire des Vengeurs en témoignent, et la crainte de similaires cas dans l’Alliance est légitime. Aislinn confronte cela au recrutement, Valerie en rajoute une couche au stage, j’espère pour elle que ça sera suffisant.

Se donner à fond, je me permets un sourire. Ça c’est au programme et c’est un truc dans lequel j’excelle ; sans parler que la déscolarisation va donner plein de temps libre pour poursuivre même après le stage. Les olympiades m’intéressent pas mais je crois qu’elles sont un bon exemple de persévérance dans l’entrainement et, sachant que les stages ACE ne durent que deux mois, l’investissement personnel restera la majorité de notre entrainement. J’ignore s’il sera aussi la majorité de notre formation, j’en doute même si ça me plairait bien. T quand à être en continuité avec nos coéquipiers, je me permets un coup de coude amical à Léo.

Le moral est remonté avec l’idée du triple-point, brisant le militaire du point par point et introduisant différentes formes de respect. Le respect des ainés, moins dans l’absence de critique que dans la confiance en leur expérience ; ça me va. Je critique beaucoup de chose mais j’espère être tout de même capable de faire la part des choses. Si la critique n’est pas considérée comme manque de respect, comme c’est le cas pour la plupart des professeurs que j’ai rencontrés à l’école, je devrais pouvoir rester dans cette irrévérence qui m’est naturelle sans passer dans un irrespect que je préfère éviter. Ecouter l’expérience tout en étant capable de se forger son propre avis me semble du bon sens mais je vais pas dans le même que la plupart des gens, je sais. Le respect de l’enseignement me fait un peu plus flipper, justement pour la remise en question de ce qu’on peut nous apprendre évoquée à l’instant ; et parce que j’ai énormément de mal avec l’enseignement tel que pratiqué de façon standardisée. Mais ça, c’est moi qui suis trop conne pour réussir avec les cours magistraux et je limiterai la casse comme avant. Enfin, le respect de la différence qui est pour moi synonyme de tolérance et naturel même si j’ai conscience des tendances racistes du pays d’où je viens. La diversité m’a toujours semblé une qualité plus qu’un défaut et l’acceptation de la différence permet d’entrer en complémentarité avec d’autres pour pouvoir s’entraider au mieux. Je comprends que la différence puisse effrayer mais je ne comprends pas qu’on la perçoive comme un défaut et non une opportunité ; après, je suis une opportuniste aussi. Et j’ai également des préjugés, Aislinn me l’a parfaitement démontré avec le recul, même si j’espère les perdre au contact des autres et du milieu de la super-sécurité.

Créer une continuité entre notre personne et la communauté qu’on nous encourage à former au sein de l’Alliance, j’acquiesce une nouvelle fois avec un fin sourire. Je suis venue ici avant tout pour pouvoir faire du vigilantisme sans finir en maison de correction mais ça me semble normal de ne pas être une parasite et d’aider à ce qu’on veut tous accomplir ici. Je ne pense pas avoir encore trouvée l’adéquation avec l’Alliance, et encore moins avec la Brigade Chimérique, mais ça se fera à mesure des rencontres et de la progression ; je suis en Section Junior, pas dans l’Alliance, et ça me permet de m’intégrer plus facilement je pense. Après tout, on est tous là pour ça, ça fait parti de notre apprentissage. Tom aura surement plus de mal que moi à faire parti du groupe puisqu’il le rejoint directement sans passer par la case formation, même s’il aura aussi l’avantage de pouvoir apprendre à connaitre les autres en tant qu’égal et non en tant qu’apprenti.

L’invitation à discuter avec Valerie me fait sourire et j’attends donc la fin du cours pour la saisir, bien consciente que je saurais retrouver la bleue durant les deux prochains jours ; surtout qu’on doit tous être logés à la même enseigne, un petit tour des chambres s’imposera donc. Dès que j’en ai l’occasion, je m’en vais donc avec une célérité parfaitement camouflée jusqu’ici jusqu’au bureau professoral, tapotant un coup sur l’épaule de Zombie alors qu’il s’occupe à ranger ses affaires. Les « cours particuliers » dont j’ai bénéficié au Manoir Braddock avant le Stage Excalibur m’offrent une familiarité avec Valerie dont j’ai bien l’intention de profiter, lui souriant amicalement.

Cool ta présentation. Je ne vais pas te monopoliser trop longtemps au cas où d’autres aient des questions mais je voulais savoir si tu vas te mêler à nous ce week-end. Et au-dehors des cours, aussi.

Faire connaissance entre nous est déjà quelque chose à accomplir mais je suis curieuse de savoir si Valerie en fera de même ou non. J’espère bien pouvoir la côtoyer au-dehors des cours également, toujours désintéressée d’une distance professorale et motivée à approfondir des relations avec les membres des groupes de sécurité pour avoir au plus tôt l’esprit amical voir familial. Après, je comprendrais parfaitement que Valerie n’ait pas le temps de le faire et ne m’en offusquerai pas : outre qu’on est nombreux et qu’elle a d’autres obligations, j’ai ouïe dire qu’elle avait un documentaire en cours de réalisation et ça doit être bien prenant aussi. Si elle fait déjà double journée, on va pas l’exténuer ; enfin, en dehors de ses doubles journées, bien évidemment.

_________________
The Lucky One
Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 137

avatar
Lucy "Lucky" Prissy

Messages : 1167
Date d'inscription : 19/01/2016
Age : 23
Localisation : 9-3

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum