Days of Future Past

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Days of Future Past

Message  Rachel A. Summers le Lun 13 Mar 2017 - 20:24



« Chapitre 20 »
Anthony Stark II : 12 Septembre 2019
1

Le soleil commence à se lever sur la route qui amène à cette forteresse maintenant détruite par le combat. Non, je n’étais pas sur le terrain hier soir, préférant contrôler mes armures pour faire le travail que Norman Osborn est incapable de faire. Peut-être que l’Armée Fédérale avait des armes et des armures améliorées, même que certains étaient devenus des mutés bien plus complets que Riley Damson, mais en général, ils ont échoué deux opérations. Hier soir, il a eu six grandes opérations dans les grandes villes américaines pour mettre fin aux mouvements citoyens voulant en terminer avec la démocratie dans notre pays. Boston, Los Angeles, San Francisco et Seattle vont être les opérations qu’on va plus parler : Il a eu un total de 146 arrestations et aucun décès confirmé. Dans ces 146 opérations, il avait des membres de multiples groupes comme la Doom Patrol et quelques autres dérives de la Young Force. Certains faisaient partis des Morlocks, pendant que d’autres encourageaient de nombreuses manifestations illégales. Dès le matin, Sean Spicer, porte-parole de l’Administration de William Stryker, a annoncé des victoires décisives dans quatre grandes villes, mais deux échecs réticents dans les deux cas les plus importants.

On a tenté de contrôler les insurrections civiles à Gotham et à New York, mais il faut être honnête avec nous-mêmes : Gotham est un véritable échec. Après notre opération, on a compté 46 morts chez les civils et 12 dans la police fédérale. Dès le lendemain, plus de deux millions de gothamiens ont ravagé nos bases fédérales pour nous faire évacuer les forces. Même l’épave de Daken a été obligée d’être déplacé pour éviter que les manifestants trouvent un moyen de l’achever. Gotham est condamné jusqu’en 2020 ; on ne peut pas envoyer des sentinels contre des manifestants et la majorité de mes armures a été détruite hier soir durant notre combat contre cette fameuse Institut Xavier. Il est surprenant de découvrir qu’une simple école pour les mutants possédait une telle résistance. Même préparés aux maximums, on est encore en train de compter nos pertes. Selon Larry Gorthinger, lieutenant de la police fédérale, les morceaux de ses hommes sont encore répandus un peu partout autour du terrain. Actuellement, il me parle environ de 200 morts dans ses rangs. Dans le camp adverse, les chiffres sont plutôt difficiles encore à calculer, mais on va donner notre rapport à Sean Spicer plus tard sur les décès.

De toute façon, il sait déjà quoi dire de nos opérations : Plusieurs révolutionnaires cherchaient à provoquer le renversement de notre démocratie et de nos lois, alors on les a arrêtés. Je comprends encore très mal pourquoi certains groupes ne comprennent pas les dangers de l’extérieur. Durant quatre ans, on a vécu des crises politiques jamais-vu, où il a eu une tentative de putsch contre notre démocratie. Pourquoi des individus sont encore étonnés de notre sévérité? Leurs modes de vies sont menacés par des ennemis externes et ils manifestent pour se faire envahir? Pendant le transport, je regarde les dernières actualités autour de nos actions sur ma tablette, et encore une fois, les médias gauchistes tentent de nous faire passer pour les méchants. « Massacre », « Racisme violent », « Fasciste » et autres chroniqueurs nous décrivent comme les pires monstres de l’humanité. Ils se perdent dans leurs tolérances et dans leurs pacifismes, voulant éviter le débat de qui sont les véritables menaces dans notre société.

À dix kilomètres de notre objectif, le camion militaire passe sur les routes improvisées de nos services. Les combats ont été extrêmement violents et on a été obligé de transporter plusieurs machines pour mettre fin au chaos de cette école. Ils ont éteints le feu, il y a quelques heures pour creuser un trou dans l’ancienne école, tentant de chercher le fameux « sous-sol secret » que notre source secrète parlait. Sans réussites réelles à cette tentative vu la destruction massive de leur sous-sol, j’ai donné l’ordre d’enterrer le reste de leurs bâtiments et de leurs terroristes dans ce trou. Larry Gothinger me confirme la mort de plusieurs mutants : Jean Grey, docteure en psychologie, connue surtout dans le milieu universitaire, a été tuée par le Nouveau Vengeur Wanted. Elizabeth Braddock, alias Psylocke, a été tuée par John Ridmay, un simple militaire au service, qui a mis fin à la menace sur Robert Reynolds. Charles Xavier, fondateur de l’Institut Xavier, s’est fait sauter avec son propre bâtiment vers la fin. Selon le policier sur le terrain, on compte environ une vingtaine de morts, dont plusieurs X-Men et certains étudiants. Je n’ai aucun regret en particulier sur les jeunes tués, ils allaient devenir des enfants-soldats au service de leur grand manitou.

Le conducteur m’annonce que nous sommes enfin arrivés. Habillé en civil, il avait simplement deux parties métalliques pour tapoter sur ma fameuse tablette. Larry vient m’accueillir avec le sourire, me donnant une petite tape dans le dos, ses yeux me disent qu’il n’a pas beaucoup dormi. Les bruits ne me laissent pas le temps de lui adresser les politesses, je vois bien que nos employés sont à fonds dans leur travail. Plusieurs cadavres sont empilés proche du trou, une grande couverture blanche les couvre pour éviter l’odeur. Par un travail plutôt maladroit, je peux reconnaître un bras d’Elizabeth Braddock trainé entre les cadavres et la grille.

« Heureusement pour nous, nos cibles ne sont pas tous mortes. Après le violent combat d’hier soir, treize personnes ont fui dans la forêt, et on a pu en rattraper dix. Sept ont été tués, refusant de se rendre, pendant que les trois là-bas ont été pris vivants. Quelques cibles attrapées durant le combat ont été enfermés directement comme James Howlett, qui est encore dans un état de régénération inconscient, Piotr Raspoutine, placé dans un coma artificiel, sa sœur Illyana Raspoutine qui a été obligée d’être hospitaliser dans l’un nos bâtiments militaires. Je ne suis pas sûr que Sara Stronghold se réveille un jour, mais j’ai placé plusieurs de nos hommes autour d’elle en cas de danger. John Stewart de la Ligue des Justiciers a été au moins capturé durant le processus. Je ne veux pas te cacher la vérité, Stark, mais cette opération est un véritable échec. Ils étaient peut-être 800 dans cette école, et là on ne peut juste en parler avec trois. Et la plupart des étudiants dangereux sont maintenant cachés quelque part dans notre pays pour préparer une nouvelle opération contre nous… »

Avec un ton serein, je mets ma main sur son épaule pour lui indiquer que c’est déjà une victoire de mettre fin à cette base paramilitaire. De plus, je promets de faire parler le petit trio de rebelle pour savoir où sont les autres X-Men. La plupart doit être partie en Europe ou en Asie, mais certains sont peut-être encore sur notre fameux territoire. En marchant vers ceux-ci, Larry me donne les informations sur le trio, tous les trois extrêmement jeunes : Leandra Munoz, une jeune femme de l’Équateur, Jennifer Eversfield, un parasite social du Royaume-Uni et Casey Nordin, un gamin que sa mère ne veut même plus parler. Et après, les médias parlent que nous ne sommes pas propres, regardez uniquement la gueule de ces trois étudiants… et après vérification dans les données, Jennifer Eversfield est rentrée illégalement dans le pays. Encore une fois, cela prouve comment nos frontières ne sont pas encore renforcées convenablement. Arrivant devant eux, les trois à genoux devant des militaires qui le tiennent encore en joue, je regarde leurs visages tuméfiés par des coups légitimes. Leurs regards sont baissés vers le sol, voulant éviter peut-être d’avoir encore plus de problèmes avec l’autorité.

« Ne faites pas les mauvais perdants… comme William Stryker l’a dit, c’était le temps que les américains regagnent des guerres et vous êtes plutôt chanceux vu que vous êtes en vie. Alors, je ne vais pas aller par quatre chemins. Je ne suis pas ici pour être le méchant, mais bien pour vous questionner sur quelques questions. Les X-Men, ce groupe de terroriste, doivent encore avoir des bases aux États-Unis et on doit savoir où sont ces bases. Je sais que c’est difficile à avaler pour vous, mais les X-Men ne sont pas des bonnes personnes, ils ont travaillé pour former des soldats contre les humains, désavouant votre jeunesse et en vous prenant par vos faiblesses. Regardez en ce moment, les X-Men ne sont pas ici pour vous sauver, parce qu’ils ont décidé de vous abandonner… »

J’ai le désir de continuer, mais Jennifer Eversfield lance quelques rires à ce moment. Larry lui donne un coup de manche sur l’épaule, la faisant s’écraser violemment au sol, mais elle continue à rire. Mon regard est plutôt sévère vers la jeune anglaise : « Pourquoi tu rigoles, la Junkie? » Bizarrement, elle me demande la permission de parler franchement, ce que je réponds oui. Je ne vois pas les raisons pourquoi elle demande cette permission…

« Abandonnée? Non, je ne pense pas. Mais avant de parler d’abandon, je voudrais que tu te tournes de bord. Regarde derrière toi la pile de cadavre, regarde les insectes qui vont sur les cadavres là-bas. Regarde-les bien… parce que je pense que tu n’es plus un être vivant. Tu es venu me voir, tenir l’épaule de ton fasciste d’ami, pour dire que tout va bien, vous avez tué des mutants et vous les avez empilé devant un trou. Vous avez marché vers nous, sans retenir votre souffle, avec un sourire et tu as commencé ton discours de petit connard. Le discours du « il est nécessaire de gagner des guerres pour se sentir mieux dans notre vie d’insatisfaction générale », regarde derrière toi. Gagner? Perdre? Tu crois que j’ai quelque chose à faire de tes désirs d’enfoirés? Derrière toi, il avait mon amie Jessica Scott, elle était celle que je jouais au foot, on regardait des vidéos Youtube ensemble, on a regardé Making a Murderer ensemble, on a bu ensemble.

Derrière toi, il a Jane Gallagher. C’est la gamine qui est venue nous aider à se relever, elle est venue croire en nous quand la majorité de nos parents ne croyaient pas en nous parce qu’ils décidaient de croire aux idées débiles des réactionnaires qu’à leurs propres enfants. Derrière toi, il a Evan Daniels, je faisais du Skate avec lui et on a déjà volé la voiture de Betsy, celle à qui elle manque un bras parce que vous ne les voyez plus comme des êtres humains. Vous voulez les jeter tous dans un trou pour enterrer un problème. Alors, non… ne vient pas me parler de mauvais perdants. J’ai perdu une famille à cause de toi et de tes petites envies de conquérant. Mais toi, tu as perdu beaucoup plus. Tu t’es totalement déshumanisé, tu es devenu un monstre qui ne voit plus les êtres humains, parce que tu es noyé dans ton idéologie.

On ne m’a pas abandonné. On a tué ma famille. Et on sait aussi que vous allez nous jeter dans ce même trou quand vous allez en avoir terminé. Mais, je me demande une question avant que cela arrive : Qu’est-ce qui t’est arrivé? Elle est où Pepper Potts? Je ne te voyais plus avec elle dans les magazines. Et je pense que les évènements d’Aurore arrivent, on m’enseignait comment les Vengeurs ont changé ce monde. Toi en premier rang… un vengeur original. Puis, il avait Captain America, Hulk, Hal Jordan, Janet Van Dyne, Thor, Henry Pym et plus secrètement : Black Widow et Hawkeye. Ils sont où aujourd’hui? Tu ne les vois plus? Ils ne sont plus dans les Nouveaux Vengeurs, hein? Tu sais pourquoi?

Tu les as abandonnés. Plus aucune de ces personnes sont autour de toi. Parce que tu as abandonné l’idée d’être un héros. »


Larry attends juste un mot pour en finir, mais la frustration monte à chaque fois. Ces vérités, ces idées et ces répugnances me dégoutent. Elle n’a aucune idée à ce que j’ai subie. Larry est un peu épuisé par le discours de la petite, je sens qu’il va appuyer sur la détente. Un rayon traverse entièrement sa tête pour que son cadavre tombe quelques mètres plus loin. Frustré, je me dirige vers cette Jennifer : « Je n’ai pas changé! C’est le monde qui a changé! Je me suis adapté, parce que les héros s’adaptent! Et l’une des raisons pourquoi vous ne terminez pas dans ce trou avec ces terroristes, c’est parce que je suis un putain d’héros. Vous allez terminer votre vie à Ryker’s Island et c’est tout! Amenez-les! Je ne veux plus les voir… » Les militaires, vaguement inquiets, prennent les trois jeunes X-Men pour les amener dans les camions de prisonniers. Cette gamine est hallucinante, on dirait pratiquement qu’elle nous comparait au nazi, quand on essayait simplement de rétablir la justice dans un pays vivant le chaos. Je regarde la pelte mécanique pousser les cadavres dans un trou et une larme coule... elle a raison…    

FICHE © SINENOMINEVULGUS

_________________
avatar
Rachel A. Summers

Messages : 556
Date d'inscription : 01/02/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Days of Future Past

Message  Brian Braddock le Ven 17 Mar 2017 - 0:00



« Chapitre 21 »
Brian Braddock : Du 12 Septembre 2019 au 14 Décembre 2019
1

12 Septembre 2019 – Au Royaume-Uni...

J’ai vu beaucoup dans ce monde, tout membre de la Justice League a vécu beaucoup par nos aventures dans les autres univers ou encore des ennemis que peu d’individus peuvent encore imaginer. Si on peut parfois se déclarer indépendant à l’actualité politique de tous les pays depuis la création de l’ACE, mais encore plus éloigné par l’Excalibur, les dernières années ont été extrêmement mouvementées, surtout dans un pays que tout le monde s’accordait pour son calme légendaire. Trois pays peuvent dérégler le système international : La Chine, la Russie et les États-Unis. Je ne pensais pas que cela allait être ce dernier qui a pu déclarer un tel problème. C’est ironique, car au départ, la violence contre les mutants et les minorités venaient surtout de la Chine et de la Russie. Les deux Gouvernements avaient accompagné largement les modes de l’intolérance systématique, alors que les États-Unis étaient plus prompts au changement par une société qui désire l’être par sa démocratie. L’ignorance a été une arme et cette arme venait de tirer la première balle durant la nuit du 11 Septembre 2019. Dix-huit années plus tôt, les États-Unis avaient été attaqués par Al-Qaïda, maintenant c’est le gouvernement qui attaque son propre peuple. Les vaisseaux de Batman ont amené environ 300 Morlocks Gothamiens craintifs et apeurés. Certains étaient en pleurs, pendant que d’autres voulaient se mettre en avant par peur d’être viser par une rafle anti-mutant ou anti-immigration.

Robert Gruff a eu mal fou de les faire sortir du vaisseau pour les placer dans les bâtiments réaménagés pour ceux-ci. Le message de Barbara laissé, durant la petite matinée, nous avait laissé quelques heures à planifier des bâtiments pour les récupérer. Au moins, quelques fonctionnaires s’étaient portés volontaires pour faire le transfert des cargaisons de nourritures ou des lits pour ceux-ci. Même que certains citoyens, durant l’appel à l’aide aux médias, ont donné des télévisions ou des meubles pour que les Morlocks ne se sentent pas plus dépouillés qu’à Gotham. Il va bien sûr avoir quelques manifestants devant les bâtiments pour essayer de faire leurs pleurnichards identitaires, mais comme à mon habitude, j’en ai rien à foutre de leurs messages. S’ils sont juste capables de se bouger le cul pour manifester pour ce genre de conneries, ils sont le pire modèle de la société possible.

Julia Williams est celle qui a commencé à soigner les petites et grandes blessures des Morlocks, trouvant le pauvre Tim Drake dans un vaisseau, elle me signale un message important : L’ensemble des étudiants et du personnel de l’Institut Xavier risquent d’arriver dans une heure ou deux. Encore une fois, on doit préparer les immeubles pour s’occuper des étudiants et du personnel. Un autre appel au média se fait, mais dès cet appel à l’aide aux citoyens, BBC annonce cette nouvelle : « Le Début du Néofascisme Américain. » Twitté et popularisé sur les médias sociaux, c’est cependant en parlant avec Julia que je commence à être stresser. Il est rare dans ma vie que je sois stressé, mais en ce moment, c’est par ces nouvelles que je me sens plus éloigné de mon pragmatisme habituel. Le Gouvernement Américain a lancé six raids rapides contre toute source d’opposition politique majeure. Les X-Men ont plusieurs manières de se téléporter en Europe, mais je suis inquiet des nouvelles. Stephen Strange m’a annoncé que la Justice League et même la Confrérie se dirigent vers l’Institut Xavier pour apporter une aide. Quant je demande à John Stewart la possibilité de venir avec plusieurs membres de l’ACE, il me répond que c’est mieux de rester en Europe pour s’occuper des réfugiés. Souvent forte tête, je donne beaucoup de respect à toute personne, qui a déjà été à la tête de la Justice League, même si ma sœur est en danger.

De toute façon, je leur fais confiance pour récupérer tout le monde, sain et sauf. Les anciens bâtiments sécuritaires appartenant aux Gruff, aux Gallagher et même aux Williams vont être réaménagé pour les étudiants de l’école. Chacun des doyens des grandes Dynasties ont donné leurs permissions pour cette aide. Durant ce temps, l’actualité se déchaîne, les partis politiques britanniques promettent de se réunir durant une journée exceptionnelle pour parler des conséquences contre cet États-Unis dystopique. La vente du livre 1984 de Georges Orwell doit avoir augmenté dans les librairies. Même les médias en parlent, Le Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley se vend aussi comme du pain chaud. Le monde a changé selon les experts des grands médias, mais en réalité, je doutais de ce moment depuis Février dernier.

Pendant que des dons arrivent de la France et de l’Allemagne, je travaille surtout à remettre en ordre certains bâtiments abandonnés. Avec ma vitesse, je me débarrasse rapidement des déchets pour que l’aide humanitaire replace plus facilement les besoins primaires comme l’eau et l’électricité. C’est durant le deuxième nettoyage d’un bâtiment qu’on m’annonce que les X-Men commencent à arriver par de nombreuses téléportations. Je ne me rends pas exactement au Manoir Braddock pour les accueillir, travaillant surtout pour accueillir les jeunes étudiants. Déjà que c’est difficile de sortir des infirmiers ou des gens des services sociaux pour cette aide, je ne peux pas faire des allers-retours pour les négociations d’un hôpital ou d’un bâtiment d’aides communautaires. Au moins, ils ont appelé des autobus pour le futur transport de plusieurs spécialistes vers les jeunes.

Une grande partie de mon travail est fait. C’est le moment où je dois retourner au Manoir Braddock pour voir les blessures et les traumatismes des X-Men. Arrivant sur place, Emma Frost est déjà sur le terrain pour venir en aide à certains X-Men blessés physiquement et psychologiquement. Atterrissant proche de la femme-plastique (Oui, c’est un gentil surnom que je lui ai donné), son visage présente moins d’arrogance qu’avant, me laissant présager le pire. Dépitée et un peu dépassée par les évènements, elle commence par : « Je suis désolée, Brian. » Les mots résonnent dans ma tête, me faisant baisser la tête et celle-ci approchent son bras sur mon épaule pour montrer un peu de compassion pour une fois. Sans renier, sans pleurer, sans être en colère, je demande si Helena est saine et sauve. Saine physiquement, elle répond, mais mentalement brisée en continuant ses dires…

Deux personnes étaient importantes dans la vie de Betsy : Hank, qui regarde l’état de la jambe de Frank sur la pelouse, et Helena, qui s’était embarrée dans une chambre après avoir découvert la vérité. Je remercie Emma du coup, baissant la tête en politesse, pour me diriger vers la petite Helena enfermée dans l’une des chambres de X-Gardiens habituellement. Ouvrant la porte de force, je la vois pleurer en boule proche du lit, parlant toute seule en russe. Je m’approche d’elle, pour se relever en me voyant arriver. Je l’enserre dans mes bras pour seulement dire quelques mots,  sentant les larmes sur mon costume.

« On va se battre, Helena. On va se battre pour elle, on va se battre pour les mutants et on va se battre pour toi. »

2 Octobre 2019 – Château de Victor Von Doom en Latvérie


Quoi qu’il arrive en Europe, que le soleil frappe ou qu’un tremblement de terre touche l’Italie, la Latvérie est connue pour avoir toujours des températures merdiques. J’ai été dans le passé, souvent pour être l’ennemi de ce dictateur en puissance, quand il a essayé de toucher Atalante ou encore de conquérir la Yougoslavie, il pleut tout le temps dans ce putain de pays. On dirait que depuis l’arrivé de Victor au pouvoir, son peuple est obligé de vivre dans des températures merdiques. Invité quelques jours après l’arrivé des réfugié mutants, Victor n’a pas laissé un seul mot à l’international ou même dans les messages privés sur les évènements du mois dernier. Il savait très bien que j’allais faire quelque chose et qu’il est mieux de connaître les moyens utilisés au lieu de rester sur l’ignorance. Allié et souvent ennemi, nous sommes faces à faces devant quelques membres de son gouvernement devant un large dîner. Ils sont tous silencieux, mangeant le repas tranquillement pour éviter d’interrompre Victor pensif et surtout en questionnement sur son développement de son pays.

« Monsieur Braddock. Je pense que nos silences deviennent gênants pour nos invités. Je suis quelqu’un d’extrêmement inquiet pour l’avenir. Je sais que beaucoup de vos médias vont me rappeler mes paroles du passé, sympathisants d’un William Stryker pour affaiblir économiquement et internationalement les États-Unis d’Amérique. Aujourd’hui, ma politique change. J’ai bien reçu des contacts de diplomates américains pour fournir mon soutien envers les politiques de cet homme, mais je suis un homme qui réfléchit avant de prendre des décisions hâtives. La Ligue des Justiciers est un groupe qui m’a toujours été hostile dans son temps, mais contrairement à William Stryker, vous êtes des individus stables et moralement corrects. Non non, je ne me considère pas automatiquement comme moralement corrects, mais c’est avec des individus comme vous, que la planète vit une certaine stabilité. Et cette stabilité est désirée pour la Latvérie et son peuple. En cas de changements de gouvernements dans les pays les plus forts de l’Europe, la méthode Stryker pourrait fonctionner, réduisant des héros intelligents aux esclaves d’un homme ayant trop de puissances. Vous êtes prévisibles et ils sont imprévisibles, dangereux, et impérialistes.

Je vous donne mon soutien total, Monsieur Braddock. Un soutien pouvant même m’amener à me battre avec vous au lieu de me battre contre vous. J’aime mieux agir avec des êtres ayant une minime intelligence et de sens critiques, que des misérables pantins de William Stryker. La société doit avancer, et c’est avec nous qu’elle va avancer, non avec des êtres aussi pathétiques que William Stryker. »


Encore avec un regard sévère contre cet être, je remarque bien le temps entre chaque phrase pour faire attention. Il ne désire pas être perçu comme un manipulateur ; il considère proprement cette logique que les États-Unis sont devenus la nouvelle incarnation du nazisme. Sans un mot encore, je baisse ma tête en signe de respect avant d’aller en direction de la porte. Quand un homme comme Victor Von Doom ne cherche plus à manigancer ou à faire avaler son impérialisme aux autres, la situation devient grave. J’entends ses bottes métalliques se diriger vers moi avant ma sortie. Je me retourne quelques secondes vers lui et il présente sa main. Regardant cette main pendant quelques secondes, je prends mon souffle et je décide à contrecœur de faire cet effort pour notre alliance. « Mes sympathies pour votre sœur, Brian. » Délaissant sa main, je le regarde dans ses yeux. Sincère ou pas, ce n’est pas réellement important pour la suite. Son soutien total va me permettre de me battre pour elle. Aujourd’hui, il est le temps que la société change et elle va être un coup dur pour certains dans les prochaines semaines.

18 Octobre 2019 – Le Début d’une Division?  


Clark m’a invité pour manger avant son départ en Asie. Blessé durant le 11 Septembre dernier, il a été obligé de rester dans un bâtiment de la Brigade Chimérique pour être soigner par les Curies. Boitant légèrement encore à cause de la blessure, la plupart des membres de mon ancienne équipe va partir en direction de l’Asie pour continuer le combat avec les Last Sons et les Forces de Steve Rogers. Clark semble un peu inquiet de mes dernières négociations avec Victor et des futures préparations de l’ACE pour se préparer au conflit. Rien n’est encore confirmé de la part des principaux gouvernements ou encore de l’ACE, mais il sait que notre organisation est en train de changer avec ce temps chaotique. Il a été mon professeur durant une autre époque et il sait que je ne vais pas suivre le mouvement, il sait que ma détermination ne va pas se rendre uniquement dans un combat entre deux groupes d’héros. La dimension sociale et politique ont beaucoup trop changés et il est le moment où que l’Europe doit se rappeler de son Histoire pour éviter les erreurs du passé, qui se répètent aujourd’hui sur un autre continent.

Nerveux au début, il se montre souciant de mon état mental actuellement. Il s’inquiète pour moi au niveau psychologique à cause de la mort de Betsy et de mes différentes implications dans la politique, oubliant un peu le coté personnel. Il me dit peut-être de prendre du temps pour moi à place de me lancer dans une telle intensité du combat. Mes réponses sont très froides du coup, laissant présager à un manque de compromis dans les solutions que j’envisage. « On a combattu pendant cinquante ans pour que les civils, les politiciens et les militaires ne soient pas touchés par les monstruosités que Stryker effectue présentement sur son territoire et tu veux vraiment les impliquer dans ce conflit aujourd’hui? » Il me pose enfin cette question qui lui fait automatiquement du mal, uniquement par le sentiment que je suis en train de trahir les fondements les plus importants de notre ancien groupe. Prenant une petite gorgée de l’eau fournie dans le petit restaurant parisien, je réplique :

« Oui. Je veux les impliquer, Clark. Ce conflit ne se limite pas uniquement au niveau des pouvoirs, des héros ou de la Super-Sécurité, elle est devenue le fondement global touchant pratiquement tous les domaines de la société. Le monde est en train de changer et cette virulence chronique est présente : les partisans du Régime de Stryker se réveillent pour manifester un appui aveugle à ses politiques. Les Héros n’existent plus aux États-Unis, parce que William Stryker et Norman Osborn ont écrasé les Héros pour avoir des soumis à leur système. Ils ont répété cent fois le même mensonge, ils ont répété qu’il faut être réaliste ou normal pour avoir le bonheur et maintenant ils n’ont plus rien pour les bloquer… » Clark m’arrête d’une main pour commencer des nouvelles paroles, retentissant un malaise par un discours plus radical qu’à mon habitude. « Je comprends ta peine, mais tu crois vraiment en impliquant les acteurs militaires et politiques que tu vas régler problème? Ils vont souffrir de cette guerre et tu ne peux pas te permettre de te rabaisser au niveau de William Stryker. » Le rabaissement… c’est peut-être l’argument le plus répété depuis plusieurs années, ralentissant souvent les points de vues radicaux. Je respire un moment avant de recommencer :

« Si on ne commence pas là, d’autres vont souffrir. La Young Force a souffert, les X-Men ont souffert, et la population en général souffre de ces transformations. Le pire est en train d’arriver dans tout le système et tu penses pouvoir le changer uniquement avec trois factions. Il faut que les gens soient conscients de ce problème dans la société. Dès que William Stryker a été élu président, il est devenu un problème et nous sommes la solution. Il a augmenté ses pouvoirs exécutifs et militaires pour oublier les fondements de son propre pays. Tu crois que les Cinq Néofascistes de l’Europe ne vont pas faire la même chose dès qu’ils vont prendre le contrôle? Les citoyens doivent comprendre que les enjeux vont devenir similaires que dans les années 40. William Stryker suit ce modèle et même si on n’est pas d’accord sur la méthode de nos combats, on est d’accord avec le fond : William Stryker doit mourir. »

M’écoutant, il pose un regard plutôt perplexe à mon discours. Je ne suis pas sûr qu’il veuille arriver à cette finalité pour le quarante-cinquième président des États-Unis, mais en m’accordant le crédit que William Stryker doit être arrêté à tout prix. Le silence se gagne par malaises, respectant peut-être mon avis, mais pas mes méthodes. Malheureusement pour lui, une partie de la Ligue des Justiciers va me suivre. La plupart venant du BPRD et de l’ACE me font assez confiances pour le développement de notre future attaque contre le gouvernement Américain. Avant de partir, il me regarde sincèrement dans mes yeux pour sortir une dernière phrase, me rappelant qu’on n’est pas simplement des soldats en guerre : « Toutes mes sympathies pour Betsy. » Au moins lui, il est sincère. Je le sais uniquement par le fait qu’il a toujours été sincère envers nous.  

9 Novembre 2019 – Camp Bondsteel, Kosovo…


À exactement trois années précisément après l’élection de William Stryker, l’ACE vient de lui donner le plus gros coup dans son assurance d’avoir des alliés. Oui, il a envoyé une tonne de correspondants, de diplomates et de journalistes pour appuyer ses actions. Même ces petits pantins partisans à sa personne ont reçu un financement supplémentaire, croyant peut-être bientôt gagner les élections dans les pays européens les plus importants, déclenchant ainsi une « Strykisation » de l’Europe. Comme durant son idéologie totalitaire, ils veulent gagner les élections avant d’installer un régime intolérant et violent. Tous ses plans viennent de s’écraser trois années exactement après son élection. L’Europe vient de dire non ; Ayant un soutien inconditionnel de la plupart des pays Européens, j’ai eu la permission de donner le plus grand coup à William Stryker, en le donnant à la domination Américaine, placée depuis 1945. Ambassades, bases militaires américaines, services policières et même les banques ont été touchées. La Young Force, le BPRD, la Brigade Chimérique, la Maison Hargreeves, l’Excalibur et les Quatre Fantastiques ont tous participés à cette opération à grande échelle pour déporter toutes personnes ayant une fonction militaire, gouvernementale ou autres en rapport avec l’Administration Stryker. En fermant toutes les ambassades américaines, le gouvernement ennemi s’agite rapidement en voulant une condamnation directe de l’Union Européenne contre nos actions. Malheureusement pour son égo, l’Union Européenne a décidé de garder le silence radio.

Quant à moi, j’ai attaqué la base militaire du Camp Bondsteel au Kosovo avec l’aide d’Amy de Lauro, d’Ahsoka Tano, d’Ethan Scott, de Scott Summers, de Benjamin Grimm, de Lucy Prissy, de Valerie Braddock, d’Heather Williams, de Darryl Maywin et Michelle Drew. Avec ce soutien, les soldats américains ont été complètement désamorcés par notre attaque. Non-préparés, craintifs et se croyant immunisés par de telles attaques, ils viennent de découvrir une vérité affreuse pour eux ; Ils ne pouvaient pas être en dehors des politiques de leur Régime totalitaire. La majorité des militaires s’est rendue sans se poser de questions. Certains ont demandé asile et par respect aux principes du passé, je leur accorde une enquête sur leurs dossiers pendant qu’ils séjournent dans une base militaire, surveillée par les nouvelles autorités militaires. Le plus grand des problèmes est surtout les 5% des militaires américains qui ont décidé de se barricader dans plusieurs bâtiments. Cette défense est futile et complètement inutile. L’instigateur de ce projet de défense est le Lieutenant militaire Donald Pierce. En envoyant Michelle, Valerie et Amy, la plupart des soldats s’est écrasée en une quinzaine de minutes. Donald Pierce a été arrêté et il va être le premier renvoyé aux États-Unis. Durant la marche de la honte devant tous les militaires présents, il hurle son plaisir de liquider tous les mutants et les libéraux dans quelques semaines, dans son pays natal. Il dit même que les Braddocks vont être éventuellement exterminé par les partisans de Stryker en Europe.

Je ne me rabaisse pas à le répondre. Donald Pierce va être condamné comme tous les autres à subir les foudres de l’après-guerre. La patience est une vertu importante, bien plus importante que la rage contre les petits fascistes qui essaient de conserver une image d’orgueil. Quelques heures après notre opération, des milliers d’américains ont été déportés aux États-Unis. Les ambassades ont été fermées et il va être le temps de répondre aux questions des politiciens. J’ai demandé aux leaders de conserver le silence radio jusqu’à ma déclaration à l’Union Européenne. Benjamin Grimm et Scott Summers sont déjà en train de préparer les réformes à l’OTAN et dans les bases militaires vacantes américaines. Les exportés peuvent se compter chanceux, parce que Clark a raison sur une partie, je ne vais pas m’abaisser à les envoyer aux camps de rééducation de Victonr Von Doom, je suis bien plus qu’un monstre vengeur.

Durant la soirée, les « Cinq Néofascistes » Européens ont demandé des réponses, ils ont été virulents rappelant la cruauté de nos actes. Ils ont donné le nom de Chasse aux Sorcières ou la Journée de Cristal pour cette opération, craignant pour les valeurs démocratiques de l’Occident. Ils ont même défendu Stryker avec plusieurs intonations démagogues : « Les Héros acceptent d’accueillir des immigrants mutants qui ne respectent même pas nos principes européens, mais ils chassent des Américains qui défendent complètement nos intérêts contre les Mutants Terroristes et les Last Sons. C’est complètement débile!! » Ils préparent même des manifestations pour les prochaines semaines, mais ils vont connaître quelques surprises importantes dans leurs libertés. Le réveil va être brutal pour plusieurs d’entre-eux…

25 Novembre 2019 – Bruxelles [Belgique], Siège Social de l’Union Européenne…


Les applaudissements sont forts, sauf pour quelques sièges au loin. L’Europe retient son souffle pendant environ une semaine. Une guerre commerciale est déjà commencée et les manifestions Pro-Stryker ont été tant virulentes que l’ACE a été obligée d’intervenir. Le Mouvement Néofasciste réclame des élections dans les trois prochains mois dans plusieurs pays et que les Gouvernements interviennent immédiatement pour faire baisser le pouvoir de l’ACE dans le système politique. Cependant, pour les années que je me suis battu, la plupart des leaders européens ont accepté de garder un silence-radio pendant quatorze longs jours. Après les applaudissements, quelques hués se font entendre de la part des sièges Pro-Stryker. J’attends un moment avant de parler, regardant avec neutralité ce mouvement qui s’est propagé. Ils sont cinq et depuis 2016, ils sont rentrés dans un délire de mégalomanie, tel que William Stryker. Ils ont été encouragés par ce mouvement et avant s’ils se faisaient appeler nationalistes, ils ne se gênent plus pour se faire appeler Néofasciste. Les cinq principaux dirigeants de ce mouvement sont à la table principale. À l’extrême, deux hommes animent les hués de plusieurs députés. Un portant le drapeau italien, un peu âgé et faisant parti du Mouvement Multicolore – quel nom stupide – et l’autre, ayant perdu ses élections au Pays-Bas, avec l’une des coupes de cheveux les plus pathétiques de tous les temps. Avant d’aller vers le centre, deux femmes sont tous sourires : Blonde et marine, elle porte le drapeau français, pendant que l’autre avec les cheveux courts bruns, porte le drapeau allemand. Finalement au milieu de ces bouffons, le porte-étendard de ce mouvement est là. Dans la soixantaine, il a créé le mouvement Norsefire au Royaume-Uni, Adam Sutler est là pour revendiquer cette idéologie.


Il est le principal instigateur des marches contre les mutants et contre les réfugiés. Lui, ne hue pas. Il me sourit bêtement pensant pouvoir gagner aujourd’hui, pensant déjà marcher sur les héros tel que William Stryker a fait depuis les deux dernières années dans les États-Unis. J’attends donc au silence complet avant de parler, ne voulant pas rentrer immédiatement dans leur petit jeu. C’est après quelques minutes que je peux enfin commencer de parler, quand ils n’ont plus assez d’énergies pour huer ou pleurer leurs petites vies d’hommes et de femmes pathétiques. Reprenant mon souffle, je me prépare pour la première partie de mon discours.

« Bientôt, nous sommes en 2020. Après ce changement d’année, on se rappelle comment les années précédentes ont été difficiles. Elle a été difficile pour tout le monde et elle a déterminé comment notre société doit se construire. Des valeurs sont restées pendant que d’autres valeurs ont été négligées, et parfois oubliées. Je suis ici pour vous parler des prochaines années qui risquent d’être difficiles et même complètement honteuses. Je suis ici pour vous avertir d’un problème général de notre société qui pourrait nous amener à un tel chaos comme celui des États-Unis. Avant d’être huer ou applaudi, il est peut-être le temps de ré-ouvrir les livres d’Histoire. Un homme est arrivé au pouvoir par la démocratie pour la transformer en dictature. Un homme marginalise et fait souffrir des millions d’individus uniquement pour ce qu’ils pensent ou encore ce qu’ils sont. Terroriste est rendu le mot facile pour dénoncer ces opposants et je tiens à vous rappeler que cent années plus tôt, l’Europe a connu une telle période, la période de la remontée de la démagogie et du populisme pour régler miraculeusement tout problème de la société. Mais, les miracles n’existent pas, Adolf Hitler a déclaré une guerre causant des centaines de millions de morts et aujourd’hui, la planète est en face d’un être pouvant faire plus que des centaines de millions de morts… »

Les huées commencent dans les rangées des néofascistes, je me tais à ce moment, laissant s’abreuver dans leur haine et dans leur profond détachement de la société. Le Président de l’Union Européenne demande du calme pour que je continue, mais je réponds que je veux la réponse des Cinq sur le pourquoi des huées. Comme prévu, Adam Sutler se lève sous les applaudissements de ces petits amis. Ils sont bien trop enthousiastes, nous faisant perdre plusieurs minutes pour de l’autoglorification aveugle : « Merci à Brian Braddock pour se rappeler que nous sommes dans une démocratie et qu’on a aussi le droit de paroles… » J’entends déjà les « Ohh! Tu es trop cassé! » derrière les rires de ces soldats ou encore des partisans français qui font la « quenelle », croyant que ce symbole représente encore une source de cassage, mais qui se régule par des enfantillages en manque d’attentions. « Je me demande quelque chose, chers Européens, que s’est-il passé depuis les derniers mois? Comment notre société a pu autant dérivée? Je tiens à rappeler à tous que ce n’est pas William Stryker qui a chassé les ambassadeurs et les défenseurs de la liberté, mais l’ACE qui a décidé de prendre bien plus des pouvoirs politiques qui ne les touchent même pas! Alors dites-moi, qui sont les véritables fascistes? Stryker ou ces pseudos héros chassant des militaires américains qui ont des familles ici? De la même façon que les Anciens Vengeurs ont détruits des milliers de vies en Février dernier, l’ACE a fait exactement la même chose sans que nos élites fassent quelque chose!! Alors, le problème ne vient pas de nous ; on n’est même pas des dirigeants. Le problème vient des héros et des élites! Chers concitoyens, je vous rappelle ce que nous disons depuis des années : Le fascisme est dégueulasse, mais le néofascisme est né du peuple et de la volonté démocratique de celle-ci. C’est plutôt ironique, Monsieur Braddock… parce que je vous rappelle une chose précise. Les Héros ont accepté des milliers de réfugiés, ne respectant rien des valeurs européennes, mais ils déportent des américains qui se sont battus pour ces valeurs! C’est dégueulasse, répugnant et totalement monstrueux! Vous avez déclaré la guerre au Peuple, Monsieur Braddock! » Les applaudissements tonnent des sièges des fascistes, criant encore pour refaire le cirque habituel. Adam Sutler s’assit, avec le sourire, confiant qu’avec ce seul discours de sa victoire aux prochaines élections. J’attends encore une petite minute pour recommencer à parler.

« J’ai compris quelque chose, parce que la plupart du temps, ces gens vivent dans un délire communautaire dangereux et refusent souvent le dialogue, mais j’accepte pour une fois de dialoguer avec eux. Vous voulez des preuves, si j’ai bien compris? Mais avant tout, comme je suis un méchant dictateur qui a déclaré la guerre au peuple, je tiens à dire pourquoi vous êtes les êtres humains les plus ignobles que j’ai rencontré dans ma vie. Depuis vingt ans, changeant votre idéologie à chaque fois pour gagner des votes, vous avez toujours frappé sur les mêmes personnes ; Ceux qui n’ont jamais la possibilité de parler devant les médias. Parce qu’ils sont trop occupés à trouver un moyen de vivre, de manger et de se laver que de se lancer dans les grandes paroles populistes. Musulmans, mutants, pauvres, homosexuel ; vous vous modulez toujours votre pensée politique pour gagner des votes, mais maintenant, on sait ce que vous êtes, parce qu’on sait ce qu’il s’est passé aux États-Unis.

Vous voulez des preuves? En voilà… regardez derrière moi, vous voyez ces vidéos d’archives? Ce sont ceux trouvés par des Héros sur la torture et le meurtre de deux membres de la Justice League. Et vous savez où ils ont été trouvés? Dans une base gouvernementale et militaire américaine. Ce n’est pas assez meurtrier pour vous? Alors attendez… »
L’écran commence à passer des images, photographiées par la Source N. S (Nightshot) et transférée mystérieusement dans nos bases informatiques. Les images passent et le choc est total. Des cadavres empilés proche des égouts de grandes villes telles que Los Angeles, New York, Boston, Miami et encore plusieurs autres. Parfois sur les images, on voit clairement des militaires américains condamnés les Morlocks. Sur d’autres images, on voit des images de camp de « rééducation ». Automatiquement, cela dégoute autant la population que les élites. Les néofascistes sont mystérieusement plus silencieux en ce moment.

« William Stryker est un monstre et ce monstre a des partisans de son modèle ici-même en Europe. Je vous annonce qu’après enquête, que des millions de dollars ont été donnés aux cinq personnes en cette direction. Voyez maintenant leurs véritables visages, voulant gagner le vote pour ensuite confirmer un pouvoir complet! Voyez comment ils s’attaquent aux plus faibles pour des volontés intolérantes violentes! Cela suffit! Je demande aujourd’hui l’exclusion totale de tous partis, ayant reçus le financement de William Stryker! Après 1945, l’Europe a connu un choc, et il ne faut pas retomber dans cette cruauté. Revenons à l’humanisme, combattons pour l’humanisme et surtout vivons pour cet humanisme! Les prochaines années vont être cruciales pour notre ère, mais si nous ne combattons pas, nous ne vivons pas! »  

14 Décembre 2019 – Manoir Braddock, Angleterre…


On a gagné une guerre idéologie et politique ; il reste la guerre contre Stryker à gagner. Adam Sutler, et ainsi que les quatre autres sont maintenant en prison. Les manifestations Pro-Stryker et extrême-droite sont même repoussées par des manifestants qui ont accepté notre message. Ces partis sont aussi effacés du processus électoral. Malgré cette victoire, c’est Alida Leandro qui se montre plus brutale contre mes tendances à interagir avec la vie politique. Mon ancienne coéquipière m’a envoyée plusieurs messages disant qu’elle craint pour l’Amérique du Sud entier par les tendances paranoïaques du Gouvernement de William Stryker. Je lui suggère de quitter le continent avec les Luchadores pour l’Europe, ce qu’elle refuse totalement.

Au moins, pour cette journée, on ne parle plus de politiques. Le 14 Décembre est dédié aux funérailles pour les X-Men qu’on sait morts : Jessica Scott, Jane Gallagher, Jean Grey, Evan Daniels, Jean-Paul Beaubier et ma sœur, Elizabeth Braddock. Quatre tombes ont été construites rapidement, mais le recueillement a prit beaucoup plus de temps par toutes les actions qu’on a engendré. Ce recueillement se veut calme et amical, nous laissant respirer quelques jours avant de rentrer dans une année qui pourrait être aussi mouvementé que 2019. Ce moment me permet de reprendre mon souffle assez longtemps pour souffler toute la violence que je culmine depuis la mort de Betsy. Aucun discours est donné, juste des minutes de silences pour des gens qui comptaient vraiment. Je sais que Franklin a promit qu’il respira son dernier souffle quand William Stryker et son régime vont trouver la mort, promettant de venger son ex, mais aussi sa petite-fille. Je sais aussi que malgré le clivage avec Superman que notre combat est juste et qu’à un moment, nos deux factions vont s’unir contre le mal de William Stryker.

Quand la foule se disperse, je reste. Et pour une première fois, je pleure pour ma sœur. Celle que j’ai toujours défendu depuis longtemps et celle qui va être l’une des raisons pourquoi je vais décapiter Williams Stryker. Fermant les yeux, je ne remarque pas encore Atalante qui fonce vers moi pour me donner son câlin d’amazone.

« On va se battre, Brian. On va se battre pour elle. » Dit-elle pendant que je l’enserre.
« On va se battre pour les Mutants. » Continue Ahsoka en déposant une main sur mon épaule.
« Et on va se battre pour toi. » Conclu Franklin en déposant sa main sur la dernière épaule restante.    

FICHE © SINENOMINEVULGUS

_________________
avatar
Brian Braddock

Messages : 184
Date d'inscription : 08/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Days of Future Past

Message  Rachel A. Summers le Dim 19 Mar 2017 - 15:29



« Chapitre 22 »
Alida Leandro : 17 Février 2020
1

Les échos des journalistes traversent la petite loge qui m’est réservée depuis quelques heures. Prenant du temps pour respirer, je passe les mains sur ma jupe brune pour éviter les plis de mon costume pour les conférences de presse. Ma chemine de la même couleur de ma longue jupe qui dépasse mes genoux, doit rappeler des habits des anciens dictateurs de l’Amérique latine qui ont logé aux pouvoirs bien trop longtemps. J’entends les journalistes posés des questions à Norman Osborn, les questions viennent de trois langues : L’anglais, l’espagnol et le portugais. C’est bruyant et Norman tente de faire de l’humour pour que les questions deviennent moins professionnelles. Il veut moins de politique, pour aller au plus simple : Une idée propagée par William Stryker pour écarter les pouvoirs traditionnels du pouvoir. C’est une annonce globale importante au développement des groupes sur le continent, je passe ensuite mon regard dans le couloir amenant au stage pour répandre bientôt la bonne parole aux acteurs médiatiques.

Comme à l’habitude, je regarde sur la petite table à café, plusieurs revues sont présentes, politiques, médiatiques ou encore show-business. C’est mon habitude de les lire, mais l’énergie me manque pour trouver un moment d’en lire. Passant ma main dans les revues, certaines d’entre-elles me rappellent des mauvais souvenirs, surtout celle avec le Titre de « 2019 ». Les conclusions des différents chercheurs doivent être relativement différentes, certaines sont en direction vers l’optimisme, d’autres vers le pessimisme et finalement quelques auteurs se réservent le droit à être idéologue par les nouvelles possibilités ouvertes. Malheureusement pour moi, je connais aujourd’hui les trois mots qui ont défini l’année 2019. Anti-Héros existait bien avant l’élection de William Stryker, mais ce mot est devenu fréquemment utilisée par les médias, les citoyens ou la classe politique par les sujets forcés de la Maison-Blanche. Avant ce mot était utilisé pour décrire des individus pouvant être des héros avec des méthodes bien plus violentes qu’à nos habitudes. Par exemple, Le Punisher, le Boucher, Deadpool, Deathstroke et ainsi que de nombreux autres pouvaient être ces noms sur les visages des Anti-Héros. Aujourd’hui, elle est dans une idéologie justifiant tous les maux de la planète. Elle vise surtout la Justice League, critiquant nos positions et nos moralités de se positionner directement contre des gens se sentant victimes d’injustices. Peut-être que c’est ma manière de juger mes actions du passé, mais je ne vois pas comment rationnellement les gens sont devenus des victimes de notre idéologie. Se sentant parfois dépassés par les évènements, ils doivent peut-être trouver des coupables de leurs situations. Malheureusement, cela ne va pas les aider ; ce sont d’autres qui vont instrumentaliser leurs injustices pour augmenter leurs pouvoirs politiques.

Les deux autres mots sont liés ensemble : La Strykisation et le Néofascisme, longtemps marginalisés, sont devenus des modèles à suivre pour laisser sa trace dans le monde. William Stryker a inventé ces deux concepts dans le système international pour les normaliser et nous fait croire que la société avance correctement avec ces idées. Les gens croient en ces idées, cherchant les nouveautés et les raisons simples à certains évènements. C’est difficile d’expliquer comment il est important de donner pour donner aux gens qui ont souffert. Cela devient plus simples quand on présente un tableau que ne pas donner, va t’offrir la possibilité de profiter plus de ton argent. Ces trois mots ont aujourd’hui défini mon sort et le reste de ma vie, profitant peut-être les derniers moments de ma clarté, je ne peux plus reculer. Nous sommes en Février 2020… à exactement l’année dernière, cette attaque contre Stryker ne permettait plus de respirer convenablement. Inquiète, stressée et dévastée, j’ai renié une partie de mes origines devant les évènements qui ont accentué le discours que je vais faire dans quelques minutes.

Norman élève la voix quelques secondes, c’est bientôt mon tour de me présenter. Par cette élévation dans sa voix, il voulait me préparer, mais je me perdais dans les revues disponibles sur la table à café. Dans une revue de langue anglaise, le gros titre était « Canada First », il faisait peut-être le tour de l’actualité au Canada. Avec la mort de Jean-Paul Beaubier, le principal dirigeant de l’Alpha Flight, j’ai perdu l’un de mes plus grands alliés dès Septembre. Et avec la mort de celui-ci, les suiveurs de William Stryker se sont démarqués pour gagner quelques points. Le Parti Politique Canada First s’était composé comme une force politique considérable dès leur dernière élection, voulant suivre les mêmes préceptes de Stryker. Avec la mort de Beaubier, c’était plus facile de le demander… ils n’ont pas gagné les élections, mais ils étaient tellement présents que le Gouvernement Canadien va être obligé de refaire des élections dans deux ou trois ans.

« Je ne suis pas ici pour voler la vedette, alors je vous annonce la venue d’Alida Leandro pour prendre la parole. »
Je me lève et je me dirige vers la petite ouverture pour arriver devant les différents journalistes. La conférence de presse me laisse un gout amer, Norman Osborn m’a même donné un câlin amical, mais mes réactions étaient bloquées par les sentiments qui me traversent. Je ne sais pas exactement ce qu’il s’est passé au Canada, mais je sais ce qu’il s’est passé en Amérique latine et dans mon histoire. Arrivant devant les micros, je regarde un moment les journalistes présents avant de prononcer mes premiers mots. J’espère que Brian Braddock regarde cette conférence de presse, il est l’une des raisons pourquoi je me donne au spectacle aujourd’hui.

« 2019 a été le début d’une nouvelle ère. Remarquablement différent des six dernières années, j’ai rencontré avec les Luchadores des épreuves qui m’ont souvent cassé et engendré une perte de confiance envers le système ou même envers ma propre personne. Je me suis même posée des questions importantes sur notre développement à travers le Monde. Après les terribles évènements qui ont frappé les États-Unis l’année dernière, l’Amérique latine et les Luchadores ont connu aussi des périodes de violences dans le but de décider notre avenir. » Nul besoin d’en parler; Ceux qui ont suivi l’actualité, connaissent les raisons des complications sur notre territoire. Alors que des pays comme le Brésil ou le Venezuela nous ont donné une confiance par la chasse des ambassades américaines, d’autres pays se sont vus plonger dans le Néofascisme. L’Argentine et l’Uruguay ont voté pour ce type de gouvernement, alors que le Chili a subi un coup d’État par des militaires supporteurs du Régime de William Stryker. Et comme prévus à cet effet, ils ont coupé tout fond économique pour les Luchadores, se servant de la même rhétorique de l’anti-héroïsme désiré par les penseurs de l’idéologie de William Stryker. « La pression internationale m’oblige à faire des choix pour l’Avenir des Luchadores. Le Février Sanglant et la Chasse aux Sorcières en Europe m’ont obligé de faire des choix populaires ou impopulaires dans plusieurs pays. Cependant, je vous avoue ma défaite sur la recherche de compromis. Plusieurs pays ont connu des débats politiques intenses et il faut maintenant vivre ensemble pour le futur développement de paix de l’Amérique latine. » Jamais je vais pardonner Brian Braddock pour avoir mis le feu en Novembre, ne me permettant pas de renouer des liens convenables avec le voisin du Nord. C’était simple pour lui de déclarer une guerre ouverte contre Stryker, mais moi, je ne pouvais pas. On est des voisins et ils sont en supériorité numérique que cela soit par leurs forces militaires traditionnelles, les forces Super-Sécuritaires, l’économie ou encore même parr les pensées politiques.

« Aujourd’hui, je demande aux Luchadores qui ont encouragé ou qui se sont révoltés contre des systèmes d’arrêter immédiatement. Ce conflit pourrait amener des pertes civiles considérables et nos vies ont toujours été dédiées aux autres, et non contre des forces politiques. Il faut être capable d’accepter le changement que cela soit positif ou négatif ; C’est avec les changements que nos sociétés se posent des questions et modifient les valeurs pour le bien-être social. » Au Chili, plusieurs Luchadores, dont mes plus proches amis comme Lory Clevezia, Luz Cazador, Aztek, White Tiger et Ivelisse Guerrerro ont commencé à se battre contre le Nouveau Gouvernement Militaire du Chili. Ce combat a continué et même que ces renégats des Luchadores ont tenté d’assassiner le Secrétaire d’État Coral Trent durant sa visite en Argentine. Je ne crois pas que mon discours va modifier leurs combats, mais ce désaveu m’a touché directement, comme le discours de Brian Braddock à l’Union Européenne. « Malgré les excès de violences, j’ai tenté de faire un plan de cohabitation entre les Nouveaux Vengeurs, recevant des contrats de Sécurité dans plusieurs pays, et les Luchadores. Mais, la crise perdura… En janvier dernier, je pensais vraiment à la possibilité de nouvelles négociations en vue d’une cohabitation complète avec les Forces de Norman Osborn, mais… » Je lance un grand soupire de tristesse, baissant les yeux durant que les journalistes sont plus généreux pour les photographies à ce moment. En réalité, à chaque fois que je faisais une demande de négociation avec les Nouveaux Vengeurs, je me retrouvais devant un non total. Ils ne prenaient même pas le temps d’étudier la demande, ils me renvoyaient directement ma requête en refusant une rencontre de personne à personne.

« J’ai perdu le contrôle des Luchadores. J’ai perdu le contrôle d’une institution, née en 1982, combattant héroïquement le Cartel de la Reine du Sud, de Pablo Escobar ou encore des élites économiques qui ont tenté de renverser plusieurs pays. Après réflexions et dialogues avec Norman Osborn, je vous annonce malheureusement la dissolution immédiate des Luchadores. Tout bâtiment, document, véhicule de transports ou membres de notre organisation vont être pris en charges par les Nouveaux Vengeurs. Je vous demande de ne pas résister à la transition, parce que malgré le changement, cela va être positif pour tout le monde. Je vais faire partie des Nouveaux Vengeurs et c’est un plaisir réciproque de faire partie de ce grand projet de société. L’union est la seule solution pour une paix durable, alors je vous demande de suivre l’Histoire et non de tenter de la déjouer. Merci à vous tous d’être présents pour cette annonce et je vous redonne rendez-vous pour les prochains mois pour parler des transitions… »

Norman touche à mon dos pour terminer mon discours au plus vite, me laissant terminer avec une conclusion hâtive. Les journalistes sont devenus forts bruyants à ce moment, mais j’avais déjà quitté la conférence de presse, suivi par derrière de Norman Osborn avec le sourire après avoir remercié les journalistes d’être présents. En s’éloignant de plus en plus de la salle de presse, je me retourne à un moment vers Iron Patriot : « Voilà! Là, je veux que tu libères immédiatement mon père. J’ai suivi exactement le discours que tu désirais de ma part. Alors, laisse mon père partir en Europe comme il le voulait… et je vais te suivre dans vos projets… » M’arrêtant d’une main, il m’indique d’attendre un petit moment avant de recommencer à parler. Un grand sourire s’affiche à son visage. « Non. Ce qui était promis n’était pas le départ de ton père en Europe, mais bien que tu le retrouves. De plus, j’en ai parlé avec Anthony Stark… et tu sais qu’avec un casque couvrant le visage d’Axaya, personne ne va faire vraiment la différence qui est réellement derrière cette armure… »           
FICHE © SINENOMINEVULGUS

_________________
avatar
Rachel A. Summers

Messages : 556
Date d'inscription : 01/02/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Days of Future Past

Message  Rachel A. Summers le Jeu 23 Mar 2017 - 0:13



« Chapitre 23 »
William Stryker IV : 9 Juin 2020
1

La vie d’un président est intense et souvent injuste, faisant face aux sacrifices de sa vie personnelle pour mener un projet géant pour le bien de tous les américains possibles. À chaque jour, hormis les jours où je joue au Golf sur le terrain de mon défunt ancien vice-président Donald Trump, je travaille pour rendre les États-Unis encore plus grandes et immensément glorieux comme à l’époque de Georges Washington, d’Abraham Lincoln, de Franklin Roosevelt ou encore de Ronald Reagan. Malgré que la grande majorité des autres dirigeants politiques ne veuille pas me rencontrer à cause de la partisanerie et des mensonges de la Justice League, je rencontre à chaque jour des membres de mon cabinet, des membres de la sécurité ou de la grande communauté américaine. On m’a déconseillé depuis quelques semaines de ne pas m’afficher publiquement, même si les nouvelles élections s’approchent à chaque jour. Mais en soirée, je suis un homme dépassant tout ce que les Américains ne veulent pas faire comme sacrifices. Je suis un dirigeant d’acier et les grands médias, reconvertis au gros bon sens et au Monsieur tout le monde depuis plusieurs mois, me donnent raison : Je suis le plus grand président des États-Unis depuis Franklin Roosevelt, dépassant même mon idole Ronald Reagan. Et comme tout grand héros, connecté à la population et à ces valeurs, le travail pour le bien commun n’attend pas.
 
Avant d’aller dormir, une réunion extraordinaire se fait avec les principaux membres de mon cercle sécuritaire. J’ai peut-être donné toute mon énergie à parler avec mon ministre de l’agriculture sur le retour d’une économie isolée par des nouvelles technologies, mais les enjeux sécuritaires sont bien plus importants que l’agriculture et même l’économie. Je dois savoir comment les Américains sont toujours plus en sécurité grâce à mes politiques et à mes actions courageuses. Assis à la salle de réunion, les plus importants membres de mon gouvernement sont à ma gauche : Stephen Lang, Coral Trent, Bolivar Trask et quelques autres. Alors qu’à droite, ce sont mes conseillers à la sécurité qui sont là : Le Général Ross, le Chef des Nouveaux Avengers Norman Osborn et la nouvelle responsable de la sécurité intérieure : Madame Gao. Cette dernière a toujours été très mystérieuse, mais elle m’a permit de réunir la Main et la Fraternité pour virer tous les incompétents de la NSA et du FBI. Gorgone et Wanted sont maintenant des forces importantes pour stabiliser mon pays, je leur donne juste des bâtiments et des hommes pour leurs expériences en échange de leur aide.

Notre réunion a commencé depuis une heure et Coral Trent était celui qui avait un peu monopolisé le temps sur le problème des manifestations encore très actives à Gotham, se plaignant que ces fascistes de gauchistes bloquaient encore notre économie à l’Est. Madame Goa nous promets que ces meilleurs hommes s’occupent de trouver les principaux responsables de cette résistance, mais il est vrai que cela commence à devenir long. Stephen Lang nous a ensuite présenté des bonnes nouvelles au niveau économique : « Depuis que le problème des Morlocks est réglé, on a bon économique d’environ 15% dans les grandes villes américaines, nous faisant des économies de millions de dollars pour nos futurs projets. Je pense aussi qu’il faut se concentrer à construire des camps de soins pour les mutants au lieu des prisons, c’est bien moins couteux. Je continue à dire qu’appuyer le Projet Humains d’abord nous ferait beaucoup avancer au niveau des valeurs, mais aussi de notre économie… » Encore une fois, Stephen Lang a raison : Son génie politique peut encore nous impressionner, mais notre Administration doit jouer avec la prudence avant de foncer pour le bien de l’humanité.

Norman Osborn interromps cette brillance de Lang pour faire un petit rappel à l’ordre, peut-être de nature bien trop pragmatique, mais allant au compromis choisi par les américains à chaque jour : « On s’est mis d’accord sur les mutants. On arrête et on emprisonne simplement les mutants qui n’ont pas signé le recensement ou qui provoquent un trouble à l’ordre public. C’était le marché pour que les Nouveaux Vengeurs interviennent en Amérique Latine pour pousser les gouvernements Pro-Europe. Sans nous, cette Angela Guerrero, serait encore au pouvoir. Maintenant, cette ancienne membre de la Justice League va être jugée par son ancien gouvernement pour trahison. » Stephen Lang s’énerve sur les derniers mots de Norman Osborn. « Pourquoi ne pas se servir du gaz inhumain, qui a tué les mutants au Brésil, dans les grandes villes américaines? » Je suis plutôt fier de cette création par Hugo Strange ; On a trouvé des membres d’une race extraterrestre inconnue et Strange a pu découvert comment expirer un gaz mortel pour les mutants par leur drôle de biologie, mais le problème est tout autre et Norman réponds avec la même tendance que toutes nos discussions sur le sujet : Cela tue les mutants oui, mais cela crée aussi d’autres monstres. Au début, je ne voyais pas vraiment pourquoi les Nouveaux Vengeurs devraient exister : On a quand même les Sentinels, mais en virant Angela du Brésil et en faisant un travail similaire au Venezuela et en Colombie. Au Venezuela, Norman a réussi de convaincre les militaires de nous soutenir dans nos politiques, alors un coup d’État était au rendez-vous, alors qu’en Colombie, on a financé largement la Cartel Helena Cain. La Colombie est peut-être devenue un Narco-État, mais il est d’abord notre allié dans la région.

« Je vous le répète, je fais mon travail et vous faites le votre. Lang m’a promit qu’en 2020 que les Flights n’existeraient plus et que le Canada First serait le parti au pouvoir au Canada, mais c’est encore le premier ministre hippie qui est au pouvoir et Alpha Flight existe! » Norman est souvent rancunier envers l’Histoire, cherchant des coupables, alors que les seuls coupables de ces maux sont surtout les canadiens d’être corrompus par des anciens membres de la Justice League et des élites indésirables. Je fais un rappel à l’ordre sévère à cette crise actuelle, voulant plus parler de notre allié Loki. « J’aimerais plutôt parler de notre promesse envers Loki. Bien que j’ai confiance de gagner en Novembre prochain, gagner une guerre contre Asgard me fera monter au top. De plus, je suis épuisé de l’entendre cet Asgardien. Alors, quand les trois autres S4 sont prêts? Et les lanternes vertes? Cela a avancé depuis la capture de John Stewart? » Le désavantage d’un scientifique comme Hugo Strange est sa lenteur sans nom, me dégoutant parfois de ce rythme au ralenti. Les réponses de Ross me paraissent désagréables et d’un ennui, me faisant encore miroiter pour encore quelques mois. Il ne croit pas qu’ouvrir un portail dimensionnel va convaincre les américains d’une tentative d’invasion Asgardienne, mais il sous-estime l’intelligence de notre Administration. Et avant de se lancer dans ce débat fort courageux, la grande télévision en arrière commence à buguer…    

« Êtres de la Planète Terra. » Ma tablette et mon téléphone portable font résonner cette même voix grave de la télévision. Norman Osborn se lève le plus rapidement possible, écoutant encore les menaces sur nos vies… « Je vous parle au nom d’une Coalition Galactique et surtout d’un choix : Une condamnation irrévocable envers toute personne ayant travailler avec William Stryker et Anthony Stark. Une seule solution est possible pour vous et c’est que votre planète nous donne ces êtres qui ont manqué de respect envers la Création, l’Empire Inhumain-Kree et les Lanternes Vertes. Leurs créations seront aussi punies qu’eux. Si vous n’êtes pas aptes à nous rendre ces monstres, le Jugement sera simple : Elle ira par la destruction de votre système solaire entier. Vous avez 48 de vos heures pour nous donner ces responsables, sinon les conséquences seront terribles pour tout atome vivant dans ce système solaire. » Les États-Unis connaissent encore le danger des menaces, si on avait pu nettoyer cette crasse que sont les mutants, maintenant c’est une coalition galactique qui menace l’Empire du Bien. Il est le temps de se défendre, la plus belle démocratie de notre planète ne doit pas tomber entre les mains d’étrangers ne connaissant rien de la beauté de l’humanité.    
FICHE © SINENOMINEVULGUS

_________________
avatar
Rachel A. Summers

Messages : 556
Date d'inscription : 01/02/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Days of Future Past

Message  Rachel A. Summers le Sam 29 Avr 2017 - 0:54



« Chapitre 24 »
Norman Osborn : 11 Juin 2020
1

Depuis des années, Stryker préfère jouer avec des enjeux plutôt mystérieux et régissant dans d’autres règles que les nôtres. Dès que sa présidence a commencé, il a signé un contrat moral avec Loki pour tomber dans le piège des nouvelles armes dans le but de combattre les mutants. Beaucoup de gens ont de la difficulté à comprendre la mentalité de William Stryker, un homme complètement malade, obsédé par les mutants et basant ses principales politiques à comment les contrer. Avec le Général Ross, on a beaucoup discuté de ce coté maladif de Stryker pour le conclure d’une façon : Pour lui, les mutants ont toujours été le pire de l’être humain, il les sépare même de l’humanité vu comment cela ne lui inspire pas confiance. Pour une personne dotée d’un peu de rationalisme et de rappel historique, les mutants pour Stryker, c’est comme les nazis : On va combattre autant un clone d’Hitler pour s’allier ou sacrifier avec tout ce qu’on a pour le combattre totalement. William a joué avec des armes outrageusement dangereuses, que cela soit des Sentinels, le Satellite Totalitaire, son armée de lanternes vertes ou encore les Clones de Superman. Depuis la réunion, William Stryker nous a martelés cinquante fois le même message : Combattre contre lui, c’est dire oui à la Tyrannie, alors par un parallèle démagogique facile, les extraterrestres sont devenus une nouvelle tyrannie à combattre comme les membres de la Justice League.

Ces opposants politiques ont été la cible de cette logique avant, et aujourd’hui, c’est une menace de coalition d’extraterrestre qui représente une nouvelle menace. Mais comme tous les dictateurs, ne se voyant plus de défauts parce qu’il préfère écouter les compliments en son égard à place d’affronter la réalité, il se jugule par ses délires racistes. Au lieu de se conformer au monde qu’il affronte, William Stryker a décidé de briser des règles, de jouer avec la science et de prendre les États-Unis en otage. Lorsque je le regardais déblatéré ses âneries habituels, l’idée de le donner à Ronan l’Accusateur est venu en tête. Contrairement à ses opposants politiques, on ne connaît pas les forces et les moyens d’une force pouvant déplacer des centaines de vaisseaux de combats dans l’espace. D’un coté, cela confirme notre idée de discussion avec Ross : Le cabinet de Stryker est rempli d’êtres complètement déments et totalement déconnectés de la réalité. Un jour, on va être obligé de s’en débarrasser, mais la situation n’est pas parfaite pour aujourd’hui…

Il existe deux scénarios probables à la fin du Régime de Stryker devant la menace extraterrestre : L’invasion de leurs forces en Amérique du Nord ou la victoire totale des anciens membres de la Justice League. Dans le pire des scénarios, Steve Rogers devient président des États-Unis et on revient à la situation initiale que nous sommes encore à genoux devant les membres de la Justice League. Malgré toute la démence de Stryker, au moins, la société est en train de changer et de se poser des questions à place de vivre dans les nuages des anciennes sociétés. C’est le temps que l’humanité se prenne en main à place de vivre sous le joug des surhumains, et même si c’est William Stryker qui est la tête de ces idées, il faut juste être capable de l’écarter du pouvoir et de cette idéologie quand on va être dans une situation plus stable : Alors sans être menacer par des extraterrestres ou par les Forces de la Justice League qui commandent les autres pays de la planète. Pendant les cris de ralliement de William Stryker à la suite de cette annonce, je me dirige surtout vers les scientifiques de l’HAMMER pour vérifier quand des vaisseaux ennemis pour être assez proche de nous pour que je lance les tentatives de premières négociations par un signal simple en direction d’eux. J’ai proposé l’idée de livrer Stark durant les premières négociations avec cette coalition, pendant que l’appel d’union de Stryker dans le monde est passé dans le vide le plus complet, comme si la Justice League était en accord avec la destruction de notre planète parce qu’ils étaient en désaccords avec cette idée de nous laisser décider notre destin. C’est un peu de l’égoïsme pur que je redécouvre de la Justice League : Au lieu de nous aider contre une menace de destruction totale, ils s’aveuglent dans leurs idéologies et leurs arrogances habituelles. Ils vont nettement le regretter dans l’avenir…

Après 24 heures, je suis au moins capable de prendre l’une de mes armures spécialisées pour me rendre à l’un de leurs vaisseaux. Ils donnent même un signal personnel pour qu’une personne leur parle de leurs exigences. Je ne pense pas les convaincre d’une nouvelle négociation, mais nous prouvons le point que les États-Unis ne déclarent pas une guerre pour rien, contrairement à Brian Braddock qui fait exprès pour démarrer un conflit avec le reste de la planète. L’armure noire permet surtout de vivre un petit moment dans l’espace, le but est surtout de me rendre dans cette fameuse base extraterrestre pour négocier un nouveau traité.

C’est une première fois que je vais directement dans l’espace pour une mission, la situation est peut-être périlleuse, mais je suis un grand adepte des négociations en tant qu’ancien chef d’entreprise. Il doit avoir une large différence entre des milliardaires et des extraterrestres conquérants, mais c’est dans le même genre : Opportunisme et prévisible. Ils se servent uniquement de traits pouvant leur servir avant de lancer les plans de conquête. Ayant donnés des indications plutôt basiques de discussion proche de l’ancienne position du Satellite de la Justice League, la frustration de ce Ronan est assez résonnant dans la contre-réponse. Carol m’a dit qu’elle peut être envoyée là-bas pour négocier car à leur première rencontre, elle l’a domptée selon ses dires. Mais ma confiance envers la parole de cette blonde est disons très dans le négatif pour lui donner un tel pouvoir. Arrivant dans l’hall du petit vaisseau, je me rends compte de sa petite taille au début. Est-ce que c’est un piège? Je n’ai pas détecté de forte énergie dans ce bâtiment spatial. En rentrant dans cette aire assez étrange qui ressemble à l’ouverture des gigantesques vaisseaux de Star Wars, je me retrouve après quelques secondes téléporter dans un vaisseau loin de notre position actuellement, peut-être la localisation où que les vaisseaux s’abritent avant l’attaque finale.

La salle est plutôt grande où devant moi, plusieurs humanoïdes sont en face et derrière moi, plusieurs êtres d’espèces différentes semblent toucher à un ordinateur central : « Votre armure est complètement inutile ici, vos armes ont été désactivé et nous sommes assez délicats aujourd’hui de vous laisser une seule chance enfin de déposer votre soumission totale à notre demande. » Cela doit être lui, Ronan… un grand bleu avec un marteau prenant paroles pour définir le fanatisme actuel des menaces contre les changements de la société sur la Terre. Enlevant mon casque directement pour la diplomatie, je regarde un peu autour de lui. Une fille rouge avec le costume des lanternes vertes, Guy Gardner costumé d’une façon similaire, mais en rouge, une femme avec des longs cheveux en rouges, un grand homme habillé en noir et finalement Kyle Rayner avec des habits de civil, un peu surpris de voir ma tête croyant peut-être à Anthony Stark au lieu de moi.

« Je souhaite de vous faire les salutations les plus sincères et respectueuses pour prendre le temps de discuter avec vous d’une éventuelle enten.. » Ronan frappe solidement au sol avec le bout de son marteau pour me faire taire. « Silence! Nous ne sommes pas là pour une « entente », nous sommes ici pour que vous nous donnez tous les hommes et les femmes qui ont commis des crimes contre les Inhumains, contre les Kree et contre les Lanternes Vertes. Où sont William Stryker, Anthony Stark et leurs collaborateurs? » Je le regarde quelques secondes avant d’essayer de trouver une réponse convenable avec une telle demande.

« Je comprends votre rage et vos sentiments actuellement, mais nous ne pouvons pas s’accorder sur ce sujet, parce qu’actuellement, la situation est bien trop périlleuse… » Je commence à regarder doucement Kyle Rayner avec le sourire, pour ensuite continuer… « Je suis sûr que vous avez entendu beaucoup de paroles déplacées envers ce que nous sommes en train de faire, mais je suis aussi dans la certitude que vous êtes pour une évolution positive de la Terre. Depuis des années, vous voyez une certaine importance dans la Justice League, mais est-ce que vous êtes déjà posé la question : Et si la Justice League s’était trompée? Si toute leur idéologie était uniquement pour garder une énergie et la faire déréglementer par des fausses illusions? Si tout ce que nous sommes ici n’est que le résultat nocif de la Justice League en ne réglant absolument rien sur la Terre ou dans l’espace. Qui vous a lancé dans une nouvelle guerre? Nous ou cet homme au loin…? » Je pointe du doigt le petit Kyle Rayner pour expliquer mon point alors que celui-ci commence à s’avancer vers moi pour que sa lanterne s’active enfin. Kyle devient donc complètement bleu, c’est l’une des premières fois que je vois cela.


« Nous n’allons pas faire la Guerre, Norman Osborn : Nous allons rétablir l’espoir sur une planète qui ne devrait pas être ainsi. Comme William Stryker, ton idéologie se tient par l’autodestruction, par l’idée du tout ou du rien. Tu n’as aucune conscience de tes actes ou de tes paroles aujourd’hui. Avant que tout commence, j’étais heureux. Je vivais avec une femme formidable et je pouvais enfin respirer la liberté. J’avais peut-être perdu ma famille, mais j’avais l’espoir de continuer dans ma vie ainsi. Après tout ça, une espèce de monstre est arrivé au pouvoir et mes coéquipiers dans les Vengeurs m’ont trahi. Ils ont torturé, violé et tué l’une des seules personnes que j’ai aimé. Vous avez défiguré tout ce que nous sommes pour une idéologie sale et monstrueuse. La rage, la colère et la folie m’ont amené aux lumières rouges dans la Galaxie Triangle, alors que la lumière de l’espoir m’a ramené la vision que les parties de l’humanité qui restaient en moi. Il n’avait pas uniquement Kara, il avait les mutants, les inhumains, les Kree, les lanternes et même toute l’humanité entière. Tant que William Stryker vit, la Terre va être bloquée dans un chaos sans fin. On est ici pour la fin de votre ambition. Et une chose avant que tu rejoignes ton maître : Cette idéologie de vengeance ne vient pas de la Justice League… elle vient uniquement de moi. Je suis allé dans l’espace pour prouver que vous êtes une aberration malsaine de l’humanité et tous sont maintenant convaincus de cette idée… »

Ronan se lève ensuite de son siège pour me déposer les derniers mots de cette négociation… « Allez prévenir votre pathétique chef de cet avertissement… vu le refus de survivre, votre nom et votre corps périront ensemble dans les dernières respirations de votre Empereur. Son nom ne sera jamais aussi proche de celui de la corruption de l’Intelligence Suprême. Vos symboles mourront comme tout ce que vous avez créé sur cette misérable planète… » Aucune réponse est possible pour le moment, je suis revenu dès la fin de sa phrase dans la base proche de la planète Terre. Je n’ai même pas eu le temps de leur échanger Stark afin d’établir la paix. J’avais une idée plus ambitieuse de déclarer la guerre avec eux contre le reste de la planète Anti-Stryker, mais Kyle a bien traité sa propagande.

Rentrant sur la Terre, je me rends immédiatement dans notre base d’opération souterraine au Texas où Stryker se cache avant la guerre. Sur l’horloge avant la fin du monde, on est à seize heures avant les premières hostilités. Les Forces Militaires se préparent et le Projet des Lanternes est enfin réveillé. Stryker est au moins heureux d’avoir reçu un soutien de l’espace. Durant un moment, je crois à la démence de la défaite, mais cette nouvelle se confirme par le Général Ross. Ils ne me disent pas combien, comment ou pourquoi, mais on devrait recevoir un soutien en rapport avec l’espace.

Pour les dernières heures de préparations, j’active avec Stark les nombreuses armures pour mettre des soldats dedans. Je crains un peu les préparations, surtout avec une propagande militaire aussi forte dans tout le pays, mais au moins, les trois autres S4 viennent de sortir enfin. Ils sont déjà dans les tests préliminaires pour nous préparer à cette guerre. Malheureusement Hugo Strange nous annonce que certains pouvoirs prendraient plus de temps à activer vu qu’ils sont sortis trop vite. Le temps passe et notre première défense se place sur la Lune, Stryker est toujours en train de répéter les mêmes discours de propagande contre les forces extraterrestres et la lâcheté des alliés de la Justice League à la radio.

La première ligne de défense va se baser sur plusieurs lanternes vertes fabriquées avec des soldats autant de difficultés qu’avec nos armures. Les premiers vaisseaux, les vrais Green Lantern et quelques lanternes rouges s’étaient arrêtés à une distance de notre position de défense. Ils semblaient attendre un signal de quelqu’un d’autres. J’ai compris un peu trop tard de l’idée en général… la Floride vient de se faire attaquer par une gigantesque machine. Après deux minutes de l’horaire prévu, la guerre galactique a commencé sous mes ordres, mais aussi à l’attaque d’une surprenante Sentinelle Kree sur le continent américain.

     
FICHE © SINENOMINEVULGUS

_________________
avatar
Rachel A. Summers

Messages : 556
Date d'inscription : 01/02/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Days of Future Past

Message  Rachel A. Summers le Mer 17 Mai 2017 - 0:38



« Chapitre 25 »
Peter Quill : 11 Juin 2020
1

J’ai vu les vidéos après. J’ai pensé à ce que l’être humain allait devenir après une telle guerre entre deux factions qui ont décidé durant un moment comment les flammes étaient devenues le thème principal d’un oxymore entre deux mentalités diamétralement opposés. J’ai vu comment des êtres, ayant des pouvoirs cosmiques, se sont écrasés sur des immeubles de Chicago, de New York, de Détroit ou même dans le Seattle. J’ai vu comment des tours géantes ont été traversées par des vaisseaux Kree détruisant des vies et un travail d’archéologue élaboré. On est à l’aube d’un changement drastique dans l’espace, mais aussi sur la Terre. C’est à ce moment bien précis qu’un Empire entier et que deux Corps (Verts et Rouges) ont décidé d’intervenir sur ma planète d’origine à cause des actions de ce fameux William Stryker. Vous savez… quand on m’a convaincu de aire participer les Gardiens de la Galaxie dans ce conflit à grande échelle, je fouillais dans les rares archives de Terra pour savoir que William Stryker était un créationniste et un télé-évangéliste durant les matinées aux États-Unis. Je me demande vraiment comment un taré de ce type peut nous amener à un conflit aussi majeur.

Des minutes terrestres ont passé, pendant que nos regards sont dans les points stratégiques pour retrouver William Stryker. On se dirait presque dans une émission américaine où des méchants terroristes tentent de kidnapper l’homme le plus important de la situation pour arrêter la liberté et la sécurité. Je regrette un peu les techniques proposées de l’Empire Kree, ils ont peut-être créé une diversion majeure en s’attaquant à la Floride avec leur robot géant, mais un autre robot géant est apparu, traversant rapidement le trajet entre Jupiter et la Terre pour attaquer les premières forces de William Stryker. Le but des Gardiens, en ce moment, est surtout de trouver l’Administration Américaine. Le plan est plutôt simple : en arrêtant William Stryker, ses soldats vont se rendre plus facilement. Pendant que plusieurs territoires de la planète entière étaient en train de tomber par des rayons de la mort ou encore par les dégâts collatéraux. Le Freedom’s Lady commence donc passer en discrétion dans le champ de bataille pour se diriger vers les deux localisations où ce Président des États-Unis pouvait être.

On s’attend peut-être à quelques défensives minimes, mais je pense que la plupart de leurs armées est en direction vers le conflit galactique. Ils ne pensent pas encore qu’un petit groupe de troll peut traverser leurs radars et se diriger vers eux sans aucun problème de détection. Drax fait toujours plusieurs remarques sur la laideur de ma planète d’origine pendant que nous étions en train d’abaisser notre attitude vers la première base. Comme prévu, notre système de dissimulation fait que leur machine diabolique appelée Brother Eye ou encore des radars américains traditionnels ne nous voient pas. La première base, où William Stryker peut être caché, est au Fort Ord en Californie. En arrivant proche de la base, on évite de regarder les flammes sur l’immense territoire qui appartient aux États-Unis.


« La totalité du territoire du Fort Ord semble détruit. Il a peut-être un sous-sol, on doit vérifier, mais selon les scanners… plusieurs cadavres sont déjà sur le terrain visible pour nos radars. » Sam-Ara la Justicière regarde visiblement une sorte de tablette, qui a copié le donné de plusieurs radars terrestres et en fusionnant avec les données de l’Empire Kree. Avant que notre vaisseau atterrisse sur le territoire, Jessica Cruz et Garrus le Rigolo, deux représentants du Nova Corps, quittent le vaisseau pour fouiller les environs. On ne risque pas de les revoir, parce qu’ils sont partis pour fournir des informations à la Nova Corps. Avant le départ du magnifique Garrus, je lui fais un High-Five Alien pour le message d’Adieu.

Le Freedom’s Lady atterrit proche de la plus grande base de la région du Fort Ord. Débarquant du vaisseau, Gamorra témoigne d’une irrégularité : « Les cadavres n’ont pas été tués par les débris spatiaux, on dirait des armes blanches ou des armes de conformité terrestre. » C’est étrange, mais nous savons très bien qu’il existe des résistances internes, surtout aux États-Unis. Fouillant dans la base et dans son sous-sol, les remarques de Drax sur la beauté de la violence contre les militaires nous laissent un gout amer. William Stryker ne doit pas être ici, mort ou vivant, il ne reste que des cadavres et encore des mauvaises nouvelles. Deux Corps sont apparus dans le camp adverse. Selon nos informations récentes, des Green Lantern complètement fabriqués par la mystérieuse science de William Stryket et la Sinestro Corps viennent appuyer les Forces Américaines. On n’a pas beaucoup de temps à perdre, alors on revient rapidement au vaisseau pendant que Rocket Raccoon annonce qu’une grande lumière verte vient d’apparaître dans le ciel, signalant le premier tir de Mogo, la planète vivante, sur les Forces de William Stryker.


En plus, les appels viennent de partout : Le champ de bataille spatial s’aggrave et selon les rares informations qu’on possède, trois êtres surpuissants se battent actuellement contre le Sentinel Kree qui détruit entièrement la Floride. Mais ce n’était pas le temps de nous laisser horrifier par ce qu’il se passe dans l’espace ou sur Terra, il est le temps de se diriger vers l’une des bases qui peut protéger grandement William Stryker : Le Cheyenne Moutain. Cette base au milieu des États-Unis est connue surtout pour être souterraine et pour une « mystérieuse » de la porte des étoiles selon Sam-Ara qui semble tenter de créer une blague. J’ai vraiment manqué beaucoup de choses par mes grands voyages dans l’espace : Après que ce bordel se termine, je vais essayer de rattraper le retard sur la science-fiction. Cependant, j’attends beaucoup de la parade de la victoire, comme Ronan qui fait un stand-up comique ou encore un rendez-vous avec Wonder Woman. Le Freedom’s Lady décolle de nouveau et la fameuse porte de l’étoile est notre prochaine destination.

Le voyage n’a pas duré très longtemps, mais assez pour recevoir le signal du Ronan qui rage de notre « incompétence crasse et cosmique » pour retrouver William Stryker. Il indique même qu’il prépare sa méga-bombe de la mort, voyant que les Forces Américaines sont capables de s’opposer à son Empire… nous laissant environ trois minutes pour réagir le plus rapidement possible. Mais, tout ne tourne pas correctement, Rocket Racoon nous envoie des messages d’urgences d’un signal de la technologie Sh’iar qui est utilisé depuis quelques minutes. Je donne des indications précises à Rocket Racoon de retourner vers le front pour voir si l’Empire Sh’iar est rentré dans la folie des alliances avec William Stryker dès qu’on arrive au sol pour déposer notre équipe.


Et là, on est servi… les soldats arrivent et nous tirent avec plusieurs armes et même chars d’assaut, Sam-Ara ne se laisse pas impressionner par ces détails en envoyant un puissant champ de force contre nos ennemis. Je sors mes magnifiques fusils avec la musique et c’est le temps de s’amuser. Drax s’élance comme une énorme brute vers les soldats qui ressortent de la base militaire. Avant de partir, Rocket Raccoon tire quelques fois avec les canons du vaisseau pour créer un déboulement assez majeur sur les pauvres chars d’assaut... Je ne sais pas ce qu’ils cachent ici, mais cela doit être du lourd pour avoir fourni une telle protection. Certaines armures d’Iron Man viennent nous affronter, mais Groot et Sam-Ara les écrasent plutôt rapidement. Après avoir envoyé un super-soldat avec un Jet-Pack, ils se barricadent à l’intérieur du bâtiment. C’est le temps de rentrer dans le bâtiment… ouais et vous êtes en train de me demander : Il s’est passé quoi avec le mec du Jet Pack? On n’a pas trop compris, il a fait un discours ultra-patriotique : « Georges Washington regarda les armées anglaises venir nous envahir, et il n’a jamais reculé. Abraham Lincoln a affronté la scission de notre beau pays, et il n’a jamais reculé… et moi Donald Pence-Flynn, je vous regarde envahir la plus belle nation des États-Unis, préparant mes missiles de tête chercheuse pour finir enfin l’invasion de notre pays. Préparez-vous à votre défaite. » Puis en touchant à quelques boutons de son Jet-Pack, il est parti brusquement dans le ciel en hurlant. C’était quand même assez beau comme discours, je lui donne un 8 sur 10 (J’ai rajouté un point pour le feu d’artifice plus loin dans le ciel).

Après quelques minutes, Groot, Drax et Sam-Ara ont réussi à débloquer la porte militaire pour voir de nouveaux soldats tentés de nous arrêter. Gamorra me signale qu’une énergie est présente dans le sous-terrain de la base pendant que plusieurs soldats foncent vers notre direction. En trouvant un moyen de descendre dans les tréfonds de la base en donnant un bon coup sur l’ascenseur, notre petite équipe descend tranquillement. On perd le contact durant un moment avec les combats galactiques. Groot nous lance un grand discours de victoire avant qu’on s’enfonce dans l’obscurité : « I am Groot » Wow… juste wow…

Les soldats manquent dans les couloirs vides et assombris du dernier étage. Une voix nous interpelle par les haut-parleurs. « Vous êtes globalement tous dépassés par les enjeux qu’il faut affronter dans l’avenir. Bornés, féroces et insoumis, votre volonté est forgée par une culture défaillante, dépassé par l’entendement de la puissance cosmique. Vous êtes aujourd’hui témoin d’un nouveau cycle où William Stryker est un outil et que vous allez aussi devenir mes outils. Il est le temps de changer le tournant de cette Guerre. » La légende apparaît défonçant brutalement le sol, une légende malfaisante dans toute notre histoire, mais qui se concrétise sous nos yeux. Brainiac… je ne l’ai jamais vu, mais le pacte avec le diable est réel.


Il est en train de pirater les Sentinels Kree. C’est évident cette idée et je n’ai pas de temps à perdre. Pendant que Gamorra, que Drax, que Groot et que Sam-Ara affrontent ce monstre, j’essaie de trouver la place où il s’est connecté pour éteindre la Wifi menace galactique. Je retiens mon souffle dans cette idée et je regrette du coup de ne pas pouvoir faire plus. Gamorra a été un amour particulier pour moi, et dès que sa vie s’éteint : Je l’ai ressenti. La rage de Sam-Ara est plus intense, qu’une partie de la base s’écroule sur elle-même. Je regarde autour de moi, et les technologies semblent trop primaires pour trouver un moyen de Brainiac... à ce moment, une pensée rentre dans ma tête... une dernière pensée de cette recherche.

*Monsieur Quill, je vous conseille de quitter cette base immédiatement. Je sais comment vous voyez cet échec, mais dès que vous avez attaqué ; on savait exactement comment cela allait tourner. Il existe des solutions, mais sachez qu’aujourd’hui, vous ne pouvez pas vaincre. Il faut absolument que vous quittez avant que Brainiac prenne le contrôle des armes de votre Faction. Vous allez pouvoir me remercier plus tard… *

     
FICHE © SINENOMINEVULGUS

_________________
avatar
Rachel A. Summers

Messages : 556
Date d'inscription : 01/02/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Days of Future Past

Message  Rachel A. Summers le Dim 21 Mai 2017 - 8:47



« Chapitre 26 »
Anthony Hartigan : 11 Juin 2020
1

Vers Janvier 2013

Capitaine Anthony-Edward Hartigan est mon nom entier. Il correspond aussi au rôle que j’ai joué pendant tout mon service militaire. Au retour de ma longue mission en Irak, j’ai rétabli doucement une remise en question de moi-même. Souvent les interventions américaines sont mal perçues et malgré tous les commentaires des haut-fonctionnaires américains de la réussite de notre mission au Moyen-Orient, j’ai une forte impression d’avoir demeuré dans un vide absolu et surtout dans une incertitude par les périodes troubles des pays envahis : L’Afghanistan et l’Irak. Entre réussite de la démocratisation et échec pour rétablir la paix, la ligne est plutôt mince pour tenter de trouver des nuances à ce conflit. La plupart des médias mainstream et des citoyens ne comprennent rien de cette guerre, portant souvent des insultes injustes à ce que nous sommes. Établir la paix est difficile, surtout avec un peuple ayant connu la dictature pendant une grande majorité de leur histoire. Cependant, je leur concède quelque chose de particulier et souvent de malicieux :

Nous n’avons pas gagné cette guerre. Elle est peut-être pertinente pour les irakiens, elle est peut-être une victoire pour les prochaines années, mais elle reste profondément construite par une société décadente ne voulant pas admettre que les États-Unis ont toujours été sous l’influences d’êtres qui tentent de nous commander arbitrairement. Les médias, les politiciens et les fonctionnaires sont tellement dans leur monde qu’ils oublient essentiellement comment penser concrètement pour faire fonctionner la guerre et pour être proche de la population. Ils ne savent pas c’est quoi la vie ou la souffrance, ils ne savent même pas comment profiter de leurs propres libertés. Ils sont souvent le plus achetés et influencés par des gauchistes et des mutos, pensant simplement à l’égalité à tout prix pour même dire oui à la fin de la liberté afin d’accéder à une égalité totalitaire.

Lorsque William Stryker a été élu comme Gouverneur de New York, j’étais le premier partisan de son franc-parler et de son humanité pour conduire au Peuple Américain vers son plus beau rêve. Je l’ai ressenti, mon poil des bras a levé dès qu’il a commencé à faire des conférences-vidéos sur la vérité de notre nation sur Facebook. J’ai ressenti, comme tous ses partisans, la raison pourquoi il fallait croire à un meilleur États-Unis que le pathétisme social de tous les assistés débiles qui nous communiquent toujours la même démagogie. Chacun de ses mots est une vérité crue, et peut-être difficile pour la société américaine, mais qui est une réalité complètement catastrophique de la continuité de notre société. Et vous savez le pire dans cette histoire? C’est que les autruches, ceux qui votent pour une société plus tolérante, sont dédiées complètement à la destruction de notre richesse politique. Ce n’est pas de leur faute, Stryker le dit si bien. Ce n’est pas de notre faute : On a tous reçu un lavage de cerveau par les gauchistes pour nous faire croire qu’avoir des valeurs forts et se dire patriote américain, était le mal.

En 2016, cela va être un nouveau début. Il l’a annoncé, alors que la caméra se concentrait sur les yeux de l’un des plus grands héros des États-Unis. Il va avoir des changements et ce changement va être douloureux pour les individus manipulés, parce que cela va être le début d’une nouvelle ère. Cette ère va portée les Américains à sa plus grande gloire, progressant uniquement avec l’être humain et non avec les mutos. La majorité va parlée, la vérité va triomphée contre le mal de l’intellectualisme. Les Américains retrouvent leur gloire d’antan, car…

« Il est le temps que les États-Unis gagnent des guerres. »

11 Juin 2020

J’ai reçu une lettre, dès la victoire électorale de William Stryker, une lettre faisant l’apologie de mon courage et de mon adversité pour combattre les maux qui touchent notre société. Il me parlait de mon courage durant une guerre en Irak, tournée complètement en ridicule par les médias et les pigeons qui servaient le totalitarisme de l’égalité. Alors que plusieurs parlaient de la pire décision électorale de l’histoire, à New Jersey, les partisans de William Stryker ont fêté une victoire décisive pour une société basée sur la liberté. William Stryker avait vaincu, cet homme si honorable avait déclaré la guerre aux élites bien-pensantes et sa victoire était maintenant décisive pour nous amener vers un peuple anticipé comme nos ancêtres l’étaient. J’avais des larmes de joie à sa victoire, surtout avec un discours aussi éloquent que parfait. C’est le début du rêve américain, il disait fièrement avec le sourire. On doit se concentrer sur comment notre peuple va fondée un ordre sans complot, sans étranger et surtout sans mutant. Depuis qu’ils sont tous là, ils ont toujours posé des soucis majeurs et c’est avec le courage que tout Américain doit prendre que j’étais l’un des quatre choisis pour devenir un nouvel Super-Soldat, pas dépassé comme Steve Rogers, mais bien moderne, lucide et intelligent.

Passant les quatre dernières années à vivre en Stase pour ces expériences extrêmement périlleuses et risquées, mon corps était peut-être endormi, mais mon esprit restera le plus souvent réveillé pour être conscient des combats de William Stryker contre les êtres malfaisants. Après deux tentatives de renversement par les Vengeurs, après avoir chassé la plupart des menaces intérieures et après avoir prouver clairement son point que les Américains peuvent redevenir grands, encore une fois, une menace extérieure tente d’évincer la seule vérité possible. Mon réveil est peut-être brutal, mes sens déconnent aussi, mais je sais que le devoir m’attends, je sais très bien que les quatre années dans un module de Stase étaient uniquement dédiées au seul sauveur américain : William Stryker. Je le sais, parce c’est la vérité. Elle est la seule raison pourquoi le Peuple Américain peut vivre encore : Sans William Stryker, les États-Unis n’existeraient plus. C’est une évidence même de la logique.

Le 10 Juin 2020, j’ai rencontré le plus grand héros des États-Unis de notre univers. Il est venu me serrer la main, me regardant droit dans les yeux et en disant avec le sourire : « Vous êtes réveillé, soldat? Votre patrie a besoin de vous. » Je le regarde fièrement, le courage est complet et il m’explique en quelques minutes, avec un franc-parler extraordinaire ce qu’il se passe actuellement. Les États-Unis ont besoin de moi, mais les États-Unis ont surtout besoin d’un individu qui veut protéger son peuple, même s’il doit faire des massacres. Nul besoin des journalistes démagogues, des vengeurs ou encore des mutos pour combattre la menace, il suffit de croire, d’avoir la foi à ce pays avant de donner un crédit à n’importe quels fascistes de l’espace ou encore de l’Europe.


Le Plutonien va devenir aujourd’hui même la raison pourquoi l’être humain doit craindre son gouvernement, mais aussi l’admirer. Le Plutonien est maintenant mon nom et il va devenir le symbole de notre victoire contre des individus dangereux. Subissant les tests de mes nouveaux pouvoirs, une corruption en soit de la nature, mais obligé de sacrifier pour le bien de l’humanité, je me prépare mentalement à affronter un mal aussi important que mes pouvoirs. Robert Reynolds est sorti plus tôt que les autres, je l’ai rencontré en train de se préparer malgré une blessure d’une mutos. Mais mon frère de combat va résister, parce que nous savons éperdument que nous allons nous battre pour la démocratie américaine contre les envahisseurs extraterrestres.

Pendant que les scientifiques étaient en train de nous préparer. On percevait assez facilement les raisons de qui était le plus faible entre nous trois, un être complètement apeuré appelé Andrew Pulaski, qui a reçu le nom d’Appolo. Blue Marvel était aussi doué et intelligent par sa capacité d’adaptation incroyable, nous étions sciés construis pour le combat, attendant le fameux signal pour se diriger dans l’espace afin de combattre le mal. L’horloge était en train de tourner et l’heure décisive allait bientôt se faire entendre. Sous les ordres du Général Ross, je m’inquiète de la tension actuelle, vivant par la peur que certains en prennent à l’un des meilleurs dirigeants de toute l’Histoire de la planète. Les étoiles n’ont même pas commencé à tomber que la surprise était totale, une énorme machine était en train de faire des destructions majeures dans l’État de la Floride.

On n’avait plus le temps d’attendre Andrew, Sentry, Blue Marvel et moi sommes partis en direction de la Floride pour affronter ce terrible monstre. La peur n’a pas sa place dans le combat pour le plus beau pays de la planète, Andrew n’a jamais eu sa place dans les S4. Trois étoiles filantes traversent les États-Unis pour nous rendre en direction de la Floride, trois étoiles qui prouvent à chaque seconde que les États-Unis d’Amérique seront toujours les plus forts, trois étoiles qui regardent des bâtiments en feu dans les grandes villes, trois étoiles vivants dans le plus grande des sacrifices pour combattre au nom de William Stryker et pour le bien commun. Agenouillez-vous devant une telle adversité, car voilà la véritable représentation des héros.

Dès que nous arrivons sur place, nous sommes dépassés, nous sommes dépassés tel quand l’armada britannique arrive contre les forces de Georges Washington. Nous sommes dépassés telle la division de notre pays entre le Nord et le Sud pour tomber dans le chaos entier. Ce combat nous dépasse, mais William Stryker trouvera le moment pour nous faire comprendre. Un monstre gigantesque attaque les citoyens, les désintégrant et pendant que ceux-ci hurlent de douleurs. Les sauveurs sont arrivés et il est le temps de rétablir la justice. Nos poings, notre vitesse et notre volonté affaiblissent peut-être cette gigantesque machine, mais elle se fournit de défensive convaincante pour parfois nous reculer. Même les rayons lasers de nos yeux ou le souffle glacial n’arrêtent pas sa folie meurtrière.

Projeté quelques centaines de mètres plus loin, je me relève en regardant les ossements d’une petite fille tuée par ce robot. Et après Superman se voyait comme un héros? Et après, les extraterrestres osent prétendre nous libérer de la pression de notre grand président. Qui a tué cette petite fille? William Stryker ou leurs cruautés sans nom. J’hurle pour tous les américains qui pleurent et je fonce directement vers le gigantesque robot, mais comme une balle de tennis, il me fait revenir brutalement à la même place avec un seul coup.

Blessé, je ne peux pas abandonner ; les États-Unis comptent sur moi. Regardant Blue Marvel qui arrive proche de ma destination après un violent coup, je lui fais un signe avec la tête. Notre courage est prêt à redonner un assaut, prouvant notre supériorité à la menace extraterrestre. D’un coup, les mouvements du monstre deviennent saccadés et une lenteur s’accumule sur les secondes, l’affaiblissant après avoir donné quelques coups, nous laissant aussi un temps de répit. Les minutes s’écoulent, la violence continue, mais à chaque coup, la machine semblait ralentir. Puis, il a eu le temps d’immobilisation et de silence, suivi par une voix grave venant de la machine : « Je viens de pirater les Sentinels Kree, allez rejoindre vos forces dans l’espace immédiatement. » Je ne sais pas qui parle, mais son agressivité s’est arrêtée d’un coup pour confirmer cette idée. Quelle ironie! Les menaces extraterrestres tentent de nous détruire avec des armes impitoyables, mais ils se retournent contre eux. Tout change donc rapidement dans nos combats, les forces extraterrestres connaissent la déchéance de leur propre arme.


Arrivant dans l’espace, il est difficile de différencier les ennemis des alliés, mais nous découvrons l’ampleur du combat où des vaisseaux spatiaux, des cadavres et des combats ne peuvent pas être compté dans l’espace. Appolo est déjà au rendez-vous, combattant courageusement pour éviter la destruction de notre combat. Un drôle d’énergie jaune l’entoure et je vois très bien que la Sinestro Corps nous appuie dans ce combat. La défaite est attendue pour la force adverse que même un vaisseau ennemi gigantesque explose littéralement devant nous. Pendant que mon combat s’acharne contre les lanternes vertes, démembrant leur dernier espoir, une énorme brute se positionne en face de plusieurs soldats des Green Lantern pour lancer une seule parole créant une énorme zone de destruction. Blackbolt venait en même temps de condamner une partie de ses alliés et de sa flotte, pensant peut-être que cela allait me tuer. Sans perdre un temps, je m’élance sur cet ennemi pour que ma main prenne sa bouche et d’un coup le craquement est terrible. Sa mâchoire débarque et ses dents flottent de l’espace. La mort du Roi des Inhumains n’est pas immédiat, c’est surtout quand mon autre bras passe sur son visage, où des morceaux de son crâne s’égare dans l’espace, que sa respiration coupe nette. Alors, c’est ça la monarchie? C’est ça l’Empire craint par tant d’individus? Un homme incapable de réfléchir avant de se lancer dans une attaque.

Respirant fièrement, il est le temps de finir avec la menace de Kyle Rayner, qui résiste encore au centre de l’espace. Il défend quoi aujourd’hui? La tyrannie de la Justice League. Il dit parler au nom de l’amour, mais les derniers sentiments qu’il vivra, seront dans la peur. Norman Osborn nous dit quand partir et dans l’immédiat, nous cinq, on s’élance contre cet ennemi, droit vers leur planète lanterne. On arrive à déchirer sa jambe durant la collision. Kyle Rayner hurle de douleurs, l’ironie est aussi douce que les Sentinels Kree  qui se battant avec nous. C’est avec les pouvoirs de sa super-copine que lui et la planète verte se dirigent vers le soleil. Il nous lance quelques insultes, il nous promet que notre défaite serait encore plus brutale que toutes autres défaites. On arrive enfin à arracher son bras avec sa bague bleue, mais il n’a malheureusement pas eu le temps de souffrir. Sa désintégration est immédiate. Mogo, la planète verte, meurt aussi quelques secondes après Kyle, connaissant la souffrance de notre soleil.  

Il ne reste qu’une force disponible chez les ennemis, mais extrêmement affaiblie pour nous combattre. War Machine est déjà sur place pour voir ce Ronan se relever des débris avec des yeux de rage. Le reste des nouveaux Vengeurs arrivent avant que Ronan entame son dernier discours. « Vous pensez aujourd’hui gagné. Vous pensez aujourd’hui que votre ère est arrivée, mais la destruction de votre Empire est pour bientôt. Dans la galaxie entière, ils sont au courant de votre barbarie et de votre corruption. Ils sont au courant de votre alliance avec Brainiac et Sinestro, jamais Terra ne se relèvera de cela. L’Empire Kree ne tombera jamais devant de telles corruptions! Votre Histoire est déjà écrite, vos derniers moments arriveront très bientôt. » Sa folie meurtrière s’arrêta après ce discours, un discours aussi impitoyable que de mauvaise fois. Norman Osborn a terminé cette guerre et une réalisation se fait après ce conflit inhumain.

Le 11 Juin était l’une des journées les plus intenses de l’histoire américaine. Selon les médias, plus de 100 000 personnes sont mortes durant cette attaque, la majorité des victimes vienne des États-Unis. Certaines victimes viennent du Canada et de l’Amérique Latine, mais encore une fois, les États-Unis essuient les plus grandes pertes. Combien de fois notre pays va subir ces injustices? Combien de fois les États-Unis vont devoir s’écraser à cause des autres? Au moins, une affirmation va restée dans la mémoire de tous les américains…

« Il était enfin le temps que les États-Unis gagnent une guerre. »

Les mots de William Stryker étaient directs durant son discours à la Maison Blanche : c’était consciencieux, intelligent et pertinent. Malgré le nombre élevé de victimes, les Américains avaient enfin regagné une guerre contre des individus voulant directement notre mal. Mais, malgré sa détermination, son courage et sa force d’esprit, les menaces n’étaient pas écartées : À place de se défendre, on va attaquer la prochaine fois.  

 
FICHE © SINENOMINEVULGUS

_________________
avatar
Rachel A. Summers

Messages : 556
Date d'inscription : 01/02/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Days of Future Past

Message  Sif d'Asgard le Lun 29 Mai 2017 - 6:06



« Chapitre 27 »
Sif d’Asgard : Du 11 au 14 Juin 2020
1
11 Juin 2020

Nos pas raisonnent dans la salle dorée alors que l’on avance, encadrés par les colonnes comme par des Einherjar en rangs serrés. Le silence reprend un instant ses droits lorsque nous atteignons le pied de l’estrade puis il se brise alors que notre genou s’appose contre le sol et il revient quand notre poing en fait de même contre notre buste. C’est aussi répétitif que cette scène et, tête baissée en guise de soumission, je sens les muscles de ma nuque se tendre par volonté de relever le regard et de faire face. Nous aurions du faire face, depuis longtemps déjà, mais, même si la crise actuelle est sans précédent, elle sera réglée d’ici quelques années voir décennies ; rien qui ne puisse perturber Odin le Père de Tout, notre Roi. Il se tient sur son trône d’or et reste aussi taiseux que sa cour, debout sur l’estrade, alors que les murmures de ses corbeaux Hugin et Munin, perchés à son côté, troublent à peine le silence. Lorsqu’il se lève, nous surplombant complètement et marquant son intérêt pour la nouvelle qui nous conduit à lui, je relève mon visage également et, devant moi, Thor en fait de même.

« Les pactes d’Administration Stryker ont eu raison des envoyés de Coalition Galactique. »

Le Roi d’Asgard le sait tout comme il sait ce que nous venons lui demander. Nous l’avons régulièrement fait depuis notre retour de Midgard. Je suis revenue la première, dès le soir où les Vengeurs ont échoué à faire déchoir leur ennemi, accompagnée de Paige et j’ai plaidé pour l’intervention des Einherjar dans le conflit. La seule action du Royaume d’Or a été de ramener Thor, ainsi que Caitlin qui l’accompagnait, en son sein. Et si Thor aussi a réclamé l’action de notre peuple, la réponse n’a pas changé : Asgard protège l’Yggdrasil et, tant que William Stryker et les siens n’en menacent pas l’équilibre, nous n’avons pas à perturber la liberté de Midgard à faire les mauvais choix pour par la suite apprendre de ses erreurs. Le Royaume du Milieu conteste déjà les actions d’Etats-Unis d’Amérique et parviendra à les défaire comme il l’a fait de menaces plus graves encore ainsi ne faut-il pas s’inquiéter d’eux. Ce n’est pas la première fois que Midgard réuni une force d’une puissance intergalactique et, si elle n’a pas la noblesse de la Justice League, elle n’est pas notre ennemie. Telle est la considération d’Odin.

Je me crispe à un tel discourt. Administration Stryker est notre ennemie car Thor et moi avons lutté contre elle. Même si le Royaume d’Or ne nous a pas approuvé, nous étions alors ses représentants et avons agit comme tels ainsi est-il impossible que notre action soit perçue comme un acte isolé. La guerre est déclarée mais l’avoir énoncé haut et fort n’a rien changé. Nous avons la force d’intervenir et ne l’avons pas fait, pas même lorsque nous avons eu l’occasion de joindre la Coalition Galactique sur invitation de l’Empire Kree. Sans avoir jamais approuvé la manière de juger de Ronan, Premier Accusateur Public Suprême de l’Empire Kree, j’étais en accord avec la nécessité d’agir cependant, pour notre Roi, j’aspire à la guerre afin de me prouver ma force ou de rencontrer une mort glorieuse, non par nécessité de celle-ci. C’est vrai mais ce n’est pas cela qui me motive à prendre part à ce conflit qui, quelques années terrestres plus tôt, m’aurait indifférée. Paige et Caitlin ont été faites représentantes de l’Humanité et de Midgard pour témoigner de la nocivité du gouvernement de leur pays en un jugement qu’Asgard se refuse à faire et ont appelé à l’aide du Royaume d’Or. Thor lui-même a soutenu cette démarche, usant même de son rang d’héritier et de sa volonté de relations diplomatiques entre les Royaumes. Mais, comme je n’aspire qu’au conflit, notre Roi a jugé son fils trop impliqué par Midgard au détriment des autres mondes et escompte lui faire voir à plus grande échelle que sa chère Midgard, afin qu’il apprenne que c’est sur l’Yggdrasil entier qu’il devra veiller lorsqu’il sera Père de Tout à son tour.

Notre Roi a raison lorsqu’il dit que ce conflit ne durera pas à notre échelle, tout autant que lorsqu’il considère que les choses trouveront un nouvel équilibre sans notre intervention. Mais je ne pense pas que ce soit une raison pour rester en retrait et l’équilibre d’Yggdrasil ne souffrirait pas de notre intervention alors même qu’il risque de le faire de ce conflit. Nous n’avons pas à condamner des gens avant qu’ils ne commentent leur crime mais il s’agit simplement de prendre parti. Une chose qu’Odin n’a pas plus l’intention de faire aujourd’hui que par le passé.

La plus grande différence entre les Humains et les Asgardiens est le temps, une année étant aussi significative pour leur existence qu’un demi-siècle pour la notre. Cela fait une année que nous échouons à convaincre notre Roi et en attendant la guerre embrase Midgard jusque dans son espace ; combien de temps avant que d’autres branches d’Yggdrasil ne soient calcinées à leur tour ? A genou en suite de Thor, au pied de l’estrade et du trône d’or du Père de Tout, je cherche des arguments pour pousser à l’action comme le fait mon Prince et aucun de nous n’arrêtera tant que nous n’aurons pas réussi.


12 Juin 2020

Que font-ils ?

Debout dans le dôme doré du Bifröst, il regarde à travers l’univers et les dimensions. Et on le regarde faire. Si Heimdall est incapable de surveiller le centre décisionnel d’Administration Stryker car Loki l’a dissimulé à ses sens, me faisant regretter qu’il n’ait pas été lié à un rocher avec un serpent accrocher au-dessus de lui pour lui faire gouter son venin dans les yeux, la majeure partie des forces étatsuniennes comme de leurs alliés sont aisément perceptible. Et, sans surprise, toutes se préparent au combat. Avec Brainiac et le Sinestro Corp, même un Royaume aussi peu familier du contexte galactique que Midgard peut espérer localiser puis porter le combat à ceux qui sont venus les assaillir ; ceux-là même qui sont désorganisés et sur le point de connaitre l’anarchie. J’espère que la contre-attaque terrestre convaincra Odin de la nécessité d’intervenir car, à partir du moment où l’Humanité pourra se rendre sur d’autres mondes afin d’y porter la guerre, elle deviendra une menace pour les autres Royaumes de l’Yggdrasil. Et, comme lorsqu’il s’agit de combattre l’Humanité, notre plus grand allié sera l’Humanité. Il ne se passe pas un siècle sans qu’une grande guerre n’éclate et je conçois parfaitement son utilité dans la régulation de la population humaine. Je ne les juge pas pour cela, pas plus que je ne juge les crimes qu’ils s’accusent que commettre mutuellement.

Détournant le regard de mon frère, je fixe mon Prince et n’ai pas souvenir de l’avoir vu aussi atteint par le destin d’un peuple auparavant. Thor c’est beaucoup plus humanisé que moi, j’en suis consciente. Lorsque je suis venue sur Midgard, mon intention de participer à quelque chose de plus grand, les Vengeurs se présentant alors comme la nouvelle Justice League, était accompagnée d’une curiosité pour son Royaume favori. Je comprends à présent pourquoi il est tant attaché à ce monde comme à ces gens, en ayant moi-même trouvé qui m’ont fait comprendre pourquoi mon Prince tenait tant à eux. Je tiens à eux également, peut-être avec moins de ferveur et de loyauté que Thor, et n’en comprends que plus l’impuissance de mon Prince. Ce sentiment m’est familier et a motivé des siècles de lutte et d’amélioration martiale là où Thor doit le découvrir pleinement et n’a pas l’occasion d’agir pour s’en débarrasser. Même individuellement, nous n’avons pas le droit d’intervenir et aucun de nous ne défit les commandements de notre Roi. C’est un échec pour Thor et moi, un échec en tant que compagnon d’armes, un échec en tant qu’amis. Un échec en tant que Vengeur, quand bien même ce terme n’a plus vraiment de sens. Je n’ai jamais réfléchi les Vengeurs en tant qu’organisation car l’exceptionnalité d’êtres en leur sein m’a attachée l’âme tout comme cela l’a fait pour Thor. Désormais que j’ai l’occasion de prendre du recul, je me rends compte à quels points les Vengeurs ont été décevant, même si symptomatique d’un fonctionnement humain dont je ne leur tiendrais pas rigueur, tout comme je me rends compte d’à quel point j’ai été décevante pour les Vengeurs. Aujourd’hui que les Vengeurs n’existent plus vraiment, les amitiés nées grâce à eux sont tout ce qui reste et je leur fais toujours défaut.

Heimdall nous a dit ce qui arrive à nos anciens coéquipiers, depuis que nous avons quitté Midgard. Certains Vengeurs ont eu l’honneur d’une mort au combat mais ce n’est pas le cas de tous. Par affection, je me suis faite championne de Valerie Hopkins et elle ne m’a jamais tenu rancune lorsque je faillais à ma tâche. Pire, je crains qu’elle ne m’en voudrait pas plus aujourd’hui que je l’ai abandonnée. Je connais son sort mais ne m’en viens pas essayer de la sauver car s’en serait défier mon devoir. Brunhilde a toujours été la meilleure de nous deux et Samantha a fait plus honneur à Valerie que je n’aurais jamais été capable de le faire. J’ai trahi notre amitié, tout comme j’ai trahi l’amour de Thor il y a des siècles et comme je trahirais un jour Caitlin et Paige. Je porte la marque de la trahison, imprimée à jamais dans ma chevelure par Loki. J’ai toujours su que je survivrais aux Vengeurs, les vies de la plupart destinées à se faner avant même que je n’ai changé, mais je n’aurais voulu ni imaginé les choses ainsi. Je ne m’en excuserais pas de cela, de toute façon je n’aurais pas l’occasion, mais en suis profondément désolée et le resterai pour les siècles à venir.

13 Juin 2020

Le claquement du métal contre le métal raisonne violemment alors que le bâton d’entrainement est intercepté par ma lame. Sur Midgard, Caitlin et moi étions des partenaires d’entrainement car notre force et notre dextérité sont similaires, nous permettant une rivalité amicale des plus constructives pour notre progression mutuelle. Ici, nous continuons de chercher à nous améliorer ensemble mais avons aussi prise Paige sous notre aile. Sur Midgard, je n’acceptais pas de combat, même amical, avec une personne que j’aurai pu tuer par maladresse. A présent, je tâche de me concentrer sur la précision et la vitesse de mes frappes, deux choses sur lesquelles Paige me donne de la difficulté, tout en ne risquant rien de plus qu’une amputation. J’ignore laquelle des deux souffre le plus, embarquées qu’elles ont été dans ce Royaume si différent du leur alors que leurs proches tombaient tout autour d’eux pour constater par la suite son indifférence à leur sort.

Les douleurs de Paige sont visibles, sa confiance envers l’être humain comme son aspect enfantin étant irrémédiablement balafrés, tandis que la faiblesse de son corps humain est d’autant plus visible désormais qu’elle est entourée d’Asgardiens, la conduisant à un complexe que je ne comprends que trop bien. Elle pourrait forcer de toute son énergie que jamais ma lame ne bougerait sous la pression tandis que les prises de soumissions qu’elle affectionne d’ordinaire n’ont aucun effet sur moi, étant brisées d’un simple mouvement par différence de force. Paige le sait et fait appel à d’autres de ses qualités. D’elle-même, Paige a trouvé comment compenser ses faiblesses en développant des techniques qui me sont plutôt étrangères mais cela ne m’empêche pas de l’entrainer. Sa vitesse et son agilité ne cesseront jamais de m’étonner, dépassant celles que l’on possède avec Caitlin, et l’emploi d’une arme peut compenser l’absence de force classée de sa constitution humaine. Tout comme je me bats contre ma propre faiblesse, j’essais de l’aider à compenser celle-ci et le sentiment qui l’accompagne.

De son côté, Caitlin se montre brave et obstinée mais je soupçonne que derrière cela se cache un trauma plus grand encore. La perte des Vengeurs doit faire écho à celle de Gen 13 et j’ignore ce qui est le pire entre perdre son équipe ou perdre de nouveau son équipe. Je suis à l’écoute pour en parler et essayer d’aider mon amie contre la tempête de son âme comme je le fais avec Paige mais Caitlin aussi ce concentre sur sa cadette plus que sur elle-même. Elle a toujours été protectrice envers ses proches mais c’est encore plus ardent à présent et la participation à l’entrainement est d’autant plus catalyseur du fait. J’espère qu’elle arrivera à trouver l’équilibre intérieur malgré les émotions contenues, une quête difficile mais faisable où je sais pouvoir l’aider car y ayant été confronté de nombreuses fois avec le Berserk.

Les passes d’armes avec Paige s’enchainent à nouveau rapidement sous le regard réprobateur de Caitlin. Malgré la situation et l’entraine, nous sommes en désaccord sur le choix de l’arme à laquelle j’entraine notre cadette et sur les raisons de ce choix. Jusqu’ici la motivation de Paige n’était pas liée à un malheur ou à un drame mais à une croyance culturelle comme à un altruisme pur. Les choses ont changé suite à la tentative de coup d’état mais je tâche de l’aider à exploiter ce mal qui croit en elle. Je comprends que la colère ait mauvaise réputation chez les Humains comme la peur a mauvaise réputation chez les Asgardiens mais, comme la joie ou la tristesse, c’est une émotion primaire et elle participe à un équilibre ; équilibre d’autant plus important chez les Berserkers et j’essais d’user de mes apprentissages dans le domaine pour préparer au mieux Paige. Si elle parvient à se maitriser malgré sa disparition voir à le conserver, j’ai espoir qu’elle fasse meilleur usage du Bâton de Berserker que je n’ai jamais pu. Même si le prix est grand, elle pourra ainsi se tenir à nos côtés avec une force égale à une Asgardienne et des talents martiaux bien supérieurs.

Caitlin est contre cette vision des choses et c’est l’un des points de discorde entre nous au cours de cette dernière année. J’admets que mon amie comprenne la jeune femme mieux que moi, plus que le fait qu’elles soient toutes deux humaines leur expérience est devenue similaire à partir du moment où Paige a perdu les Vengeurs comme Caitlin avec le Gen 13. Mais, en un cinquième de siècle, Paige est parvenue à se battre mieux que certains Asgardiens après plusieurs millénaires et, vu que c’est la force Humaine qui lui fait défaut, l’emploi de l’arme Asgardienne lui permettra de se dépasser. Et, désormais qu’elle approche du quart de siècle, je crois qu’elle peut nous égaler voir nous dépasser, avec Caitlin. Paige peut devenir meilleure que nous, elle l’est déjà sur certains points et pourrait le devenir sur tous.

14 Juin 2020

Gjallarhorn a retenti. Le lur d’Heimdall a averti tout Asgard qu’un danger nous menace et c’est sans surprise que la guerre c’est portée jusqu’à nous, considérant que l’on a fait le choix de ne pas la porter à l’ennemi. Le Royaume d’Or brûle sous le combat alors que ses cieux et ses rues sont illuminés des lanternes vertes et jaunes de l’armée de Stryker affrontant nefs et soldats Asgardiens. Chaque membre de mon peuple est capable de se défendre mais ce sont nos caractéristiques physiques qui ont toujours été privilégiées, non notre technicité avec des armes. Du fait, le champ de bataille est simple à comprendre : les Lanterns ont l’avantage dans les airs, plus maniables que nos vaisseaux et capables de renverser ceux-ci comme nos soldats embarqués, comme nous l’avons au sol, plus nombreux et mieux coordonnés. Face aux lumières de la volonté et de la peur, notre volonté ne faiblit pas et la peur n’est pas une chose à laquelle nous céderons. Le dôme d’énergie protège Valaskjálf, le Palais d’Odin, d’où celui-ci commande à ses troupes et tisse ses sortilèges pour les avantager. Thor et les Valkyries fendent les cieux tandis que Tyr mène la principale force d’Einherjar pour contenir l’avance ennemie. Nous n’avons que faire des destructions infligées à une architecture multimillénaire, nous reconstruirons, et allons démontrer qu’il n’est qu’au Crépuscule des Dieux qu’Asgard peut tomber.

J’avance sur le sol dévasté en ralentissant à peine lorsqu’il me faut enjamber des cadavres en guère meilleur état. J’ai Járnsaxa en main et une troupe en suite, relativement restreinte afin de ne pas grouper les cibles. La difficulté est de compenser la mobilité de l’ennemi et sa capacité d’adaptation mais l’usage du terrain se fait à notre avantage, nous parcourront notre Royaume depuis des siècles et parvenons à user des bâtiments en ruines et flammes afin d’intercepter nos adversaires en vol, lorsqu’ils ne nous sont pas descendu par des nefs ou des Valkyries. Parfois, nous n’avons pas le besoin de sauter jusqu’à eux car ils descendent d’eux même vers nous pour le corps-à-corps après un bombardement d’énergie expliquant les destructions massives de notre cité. L’une de ses charges vient percuter mon rang, mes soldats et moi contre-chargeant également avec brutalité, et les passent d’armes laissent clairement apercevoir que les Lanterns n’ont guère plus de dextérité au combat que les hommes d’armes d’Asgard. Cela n’en rend l’affrontement que plus difficile et aggrave encore le fait que les constructions d’énergie équivalent à nos propres armes et résistances, chaque mêlée tout aussi éprouvante que l’encaissement de leurs tirs.

Le sang me macule, couvrant arme, armure et peau, collant ma chevelure. Il y a du mien, il y a de celui de mes alliés, il y a de celui de mes ennemis. Járnsaxa heurte une hache d’énergie jaune et mon poignet se tord, déviant les deux armes tandis que ma seconde lame s’échappe de la poignée et vient heurter la gorge de mon adversaire avec d’autant plus de force qu’il en a mis dans sa frappe. Un grand coup de mon écu sur ma lame secondaire permet à la résistance énergétique de céder, entrainant avec elle la chair et les os, et je ramène dans un même mouvement ma double-lame en position de garde tout en m’écartant d’une attaque à l’aide d’une arme dentée et vrombissante qui s’en va déchiqueter le sol. Un nouveau coup d’écu bloque la création d’énergie et la main qui la tient puis j’applique toute ma force accrue à amputer celle-ci pour priver mon adversaire de son anneau tout en le divertissant d’un coup d’estoc au visage. Sa volonté finie par céder, tout comme sa main et sa tempe gauche. Une nouvelle torsion du poignet accompagnée de l’allongement de la hampe de mon arme me permet que la seconde lame s’en vienne au contact d’un autre Lantern, déjà occupé avec un Asgardien. Si l’attaque ne traverse pas son énergie, la diversion qu’elle offre permet au guerrier de le saisir et ce n’est qu’une question de temps avant qu’il ne le tue. Je ne prends aucun plaisir particulier à mettre une créature à mort, pas plus que les gens de mon peuple, et les seules personnes qui risquent d’hésiter à le faire, ce sont Cailtin et Paige.

Elles sont aisées à reconnaitre dans la bataille, portant toujours leurs uniformes personnels, et leur héroïsme peut faire pâlir celui des Asgardiens. Cela fait un an qu’elles attendent ce combat et une année est bien plus longue pour elles que pour nous. Elles donnent tout ce qu’elles ont mais il est difficile de savoir si elles le font par vengeance ou pour protéger ce Royaume qui, pourtant, n’a pas plus aidé le leur que chercher à les intégrer en son sein. Elles ont cette fougue de l’Humanité, cette énergie d’autant plus grande que leur vie est courte. Jamais elles n’abandonnent, jamais elles ne se résolvent, toujours elles essaient. Même lorsqu’elles échouent. Surtout lorsqu’elles échouent. Hélas, chaque échec risque de mettre fin à leur vie. Paige se plie en deux sous le coup d’un Lanterns, sa spécialisation de l’esquive n’ayant pas suffit cette fois. Le Royaume d’Or tout entier tremble alors que les boucliers du Palais cèdent et Paige tombe à genou, son adversaire levant son arme pour en finir.

C’est le sang de Caitlin qui éclabousse alors qu’elle s’interpose, encaissant l’attaque qui lui ouvre l’épaule, et elle réussi à entrainer son adversaire au sol où Paige s’affale elle aussi. Mon état transforme chaque ressenti en rage et c’est avec une ardeur décuplée que je me fraie un chemin jusqu’à elles, laissant mon écu dans le torse d’un homme afin de séparer Járnsaxa en deux épées distinctes et d’avancer aux plus vite. Je plonge mes armes dans le dos d’un assaillant, le traversant puis écartant les bras pour le dégager de mon chemin, alors que celui de Caitlin voit sa lumière disparaitre avant de rouler sur le côté. A un pas d’elle, je lui tourne le dos et recule tout en interceptant deux nouveaux Lanterns. Une partie de mon armure finie par céder à son tour, arrachée par la violence du combat, et le mouvement de recul qui s’en suit se fait sur les corps défigurés des morts en regardant les blessés. Accroupie, Caitlin cherche à stopper l’hémorragie ventrale de Paige au mépris de la sienne, aucune des deux ne pouvant s’attendre à guérir naturellement de cela. Reculant d’un pas pour les protéger encore mieux de ma stature, j’en reprends le combat avec toujours plus de férocité.

J’empale l’un de mes adversaires tandis qu’une arme de l’autre me perce le dos pour ressortir dans mon flanc et tombe à mon tour un genou à terre. L’arme ennemie se retire et je me relève pour me jeter sur lui avec la force de la rage, Járnsaxa mordant toujours plus dans son énergie verte jusqu’à ce qu’elle cède. Les passes d’armes s’enchainent et ce n’est que la force brute qui permet, avec suffisamment d’application, de passer les boucliers d’énergie des Lanterns. De leur côté, leurs armes peuvent réussir à nous blesser une fois nos armures évitées et le bourbier sanglant s’amoncèle au pied des ruines alors que nous nous battons pour conserver le terrain à présent. Impossible de compter les morts mais il est clair que les réserves de nos ennemis sont supérieures aux nôtres et que l’usure aura raison de nous.

La lance Gungnir se plante elle aussi non loin de nous et, elle qui ne rate jamais sa cible, ne revient pas dans la main de son lanceur. Un instant d’arrêt se fait alors que nous levons tous les yeux vers le ciel où se tient une lanterne jaune différente des autres, sa cape laissant à penser à l’un des S4 qui sert de champion à Administration Stryker. Le Kyptonien artificiel tient au-dessus de sa tête le corps sans vie de notre Roi et c’est alors que, tous, nous comprenons une chose. Le Crépuscule des Dieux est venu, apporté une nouvelle fois par Loki. Cette bataille sera-t-elle dans les mémoires où vingt-cinq mille ans de civilisation disparaitront à jamais ? Cette pensée est interrompue alors que Thor atterrit avec une grande violence non loin de nous. Les foudres du Dieu du Tonnerre jaillissent de la poussière et affaiblissent l’énergie des Lanterns, nous permettant une contre-attaque qui éradique ce groupe.

« Sauve-les. »

Je me retourne vers mon Prince sans comprendre, celui-ci s’avançant jusqu’à moi. Ses mots sont brefs, ses mots sont des ordres. Je dois user de Járnsaxa pour ouvrir un portail vers Midgard et emmener ceux que je peux où je le peux.

Si le Royaume d’Or tombe aujourd’hui, si mon peuple meurt, je veux tomber avec eux, l’arme à la main.

« Il n’est point de peuple, seulement des gens. Sauve ceux que tu peux ! »

Sa main libre désigne les Asgardiens qui m’accompagnent, certains des suivants travaillant pour moi mais la plupart des civils rassemblés en milice, puis son geste se précise pour désigner Paige et Caitlin, la seconde toujours affairée à maintenir la première en vie. Cette vision ne m’enrage que plus et je fais face à Thor comme je n’ai jamais pu faire face à son père, l’énergie du Berserker vibrant toujours à rougir mes yeux. Je ne peux pas empêcher les choses auxquelles je tiens d’être détruites, par moi ou par d’autres, mais je peux les venger ; n’est-ce pas là le principe des Vengeurs ?

Je peux me battre. Me crois-tu si faible que je ne puisse avoir de mort héroïque ?

Son pas vers moi me fait me tendre, prête au combat, puis sa main se pause sur ma joue. Un instant, je me perds dans ses yeux alors qu’il me fixe et j’ai l’impression que seule sa voix me parvient alors qu’il prononce de simples mots.

« Non. Je te crois assez forte pour avoir mieux. »

La rage s’évapore et mon visage se décompose, mes lèvres s’entrouvrant sous une révélation qu’un millénaire ne m’a pas accordée. La douleur de ma blessure n’est que la seconde à m’assaillir l’âme et je me tourne vers Caitlin et Paige, comprenant enfin. Tout ce temps, nous n’avons pas fait que lutter contre notre faiblesse. Nous avons luttées ensembles. C’est pour cela que Thor et que Valerie ne m’ont jamais tenu rigueur pour mes échecs : mes amis savaient que, quelque soit la faiblesse dont mes ratés témoignaient, nous serions de toute façon toujours amis. Nous pourrions faire mieux ensembles. Je ne peux pas remporter cette bataille mais, dans cet échec, je peux aider à ce que Caitlin et Paige, qui ont échoué comme moi, n’en paient pas le prix. J’ignore si c’est une victoire, je m’en moque. C’est simplement ce que font les amis.

Les larmes me coulent aux yeux alors que je regarde mon Prince sans trouver les mots, hochant simplement la tête pour lui dire que j’ai compris. Il acquiesce à son tour, fait tourner Mjöllnir et s’envole au combat après un dernier regard à nos amies communes. Mes ordres sont brefs et je concentre l’enchantement de Járnsaxa pour ouvrir le portail dimensionnel vers le premier lieu qui me vient à l’esprit afin d’aider Paige. Caitlin la porte et s’en va sans un regard à mon Royaume, chose que les Asgardiens ne peuvent s’empêcher de faire. A travers les larmes, je dis adieu à ma demeure à mon tour et comprends ce qu’on ressentie Caitlin et Paige. Les alentours tremblent alors que Thor traverse un bâtiment de part en part avant de laisser une profonde marque dans le sol et les corps le temps que tout cela l’arrête. Le meurtrier de son père ne tarde pas à être sur lui et je me détourne avant de franchir le portail, lequel disparait à ma suite.

La cour de l’hôpital pour enfants de Morgan Stanley, à New York City, nous entoure et les Humains qui s’y trouvent hésitent encore entre l’incrédulité et la panique. Je m’avance vers eux, franchissant des Asgardiens guère plus à leur aise, et cherche un visage qui me soit resté de ma visite de Noël, quelques années auparavant. Catilin est à mon côté, faiblissant mais n’abandonnant pas tant que Paige respire encore.

On ignore si notre arrivée a été détectée et s’il va valoir continuer de nous battre pour fuir à nouveau mais, comme dans tout combat contre l’Humanité, l’Humanité est notre principale alliée. Durant toute l’opération de Paige, Caitlin la veille en refusant qu’on s’occupe de sa propre blessure. De mon côté, je laisse tomber les deux lames de Járnsaxa sur le sol du couloir avant d’y glisser moi-même, dos au mur et larmes roulant sur les joues. L’une de mes mains vient s’y poser, touchant la poussière qui reste de ce que je crains être mon dernier contact avec la personne que j’aime et ai toujours aimé.

Asgard protège l’Yggdrasil et nous n’avons pas à perturber la liberté de Midgard à faire les mauvais choix pour par la suite apprendre de ses erreurs. Comme les Humains, les Asgardiens ont fait leur choix. Et, comme les Humains, il c’est avéré mauvais. La branche d’Yggdrasil sur laquelle nous vivions brûle à présent.


FICHE © SINENOMINEVULGUS

_________________
Sif

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 95

avatar
Sif d'Asgard

Messages : 471
Date d'inscription : 04/04/2015
Age : 23
Localisation : Héliporteur

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Days of Future Past

Message  Rachel A. Summers le Mer 31 Mai 2017 - 0:38



« Chapitre 28 »
Arès : Le 12 et Le 14 Juin
1

12 Juin 2020

La Guerre restera toujours l’une des plus grandes forces atypiques de toutes grandes civilisations. Elles renforcent le pouvoir des Dieux, elles renforcent le pouvoir de la Force contre nos rivaux, mais elle possède aussi des traits divins pouvant renforcer tout ce que je possédais comme capacités. Hier, les flammes et les cadavres s’empilaient au sol, aujourd’hui William Stryker, un être aussi misérable que pathétique, se renforce en croyant avoir gagné cette guerre. Ce conflit de haut niveau m’a amené une puissance nécessaire pour écraser tous rivaux, je suis nourris spirituellement et divinement par la puissance de la guerre. Chaque conflit me donne plus de puissances et aujourd’hui, la dimension terrienne revient à leurs époques glorieuses où les conflits devenaient le symbole de la gloire. Les combattants se battaient le plus loyalement possible pour se battre jusqu’à la mort. Je me suis renforcé durant la Grande Guerre Européenne, où j’ai réuni un grand ensemble de mes capacités pour devenir l’une des menaces les plus considérables pour les Faiseurs de Paix comme la Ligue de la Justice.

Affaibli, Diana de Themyscira est apparue dans ce monde pour devenir une ennemie pendant des décennies, mais tant dans sa mentalité que dans ses idées, elle pouvait me combattre. Son équipe avait raison sur le tout, l’amour et la paix pouvaient être des principes acceptables pour tous les êtres. Les guerres pouvaient être présentes, mais ils tentaient de redéfinir la nature des Hommes pour les rendre aussi dociles qu’eux envers des idéologies terrestres, et dépassant largement les logiques divines sur l’espèce humaine. Résultat d’une époque défaillante, l’Homme revenait au moins à ce qu’ils avaient réellement besoin pour être préserver.

Outre les idéologies de William Stryker, la Guerre devenait essentielle pour la sécurité de sa « Nation ». Elle devenait le fondement de ces ruines et de ces gloires, elle devenait ainsi ce que les Hommes avaient besoin pour redécouvrir leurs natures. Ils se battaient pour leurs vies, pour leurs familles ou leurs idéologies aux prix de toute considération et de toute paresse abonnant vers la paix. La Guerre Galactique m’a renforcée à un tel niveau que je peux rivaliser aisément avec la Force et la Résistance de Superman. Nul besoin d’avertir Rhodes ou Osborn de mes envies d’aller plus fort, William Stryker prenait une avance considérable pour les négociations et pour enfin recevoir un jugement sur sa parole.

« Je suis heureux que vous vous montrez enfin raisonné d’intervenir sur Asgard. J’avais quelques craintes que votre mémoire compromette notre future alliance, Stryker. » Le Dieu de l’Infamie Asgardienne avait maintenant un sourire digne de son rang. Tromperie et illusion, renégat et menace pour les dimensions, il est devenu l’ombre de lui-même. Les deux hommes sont face à face pour la négociation de ce Conflit. Bien avant la création des Thunderbolts que je faisais parti, Loki avait facilité le conflit entre la faction d’Anthony Stark et de Steve Rogers. Il avait uniquement alimenté la rage de Bruce Banner pour le transformer en gigantesque monstre appelé Hulk. Sa brutalité avait déclenché le processus de non-retour pour Captain America, laissant ainsi le destin de Norman Osborn se dessiner. William Stryker parle de comment il va rationaliser ce conflit, Loki me laisse quelques regards parfois, sans sourire et sans tristesse. Neutre, peut-être piégé par la perte de ses pouvoirs.

Ce Dieu n’est plus. Loki, depuis sa soumission à Thanos, il est devenu un être perdu et sans chances de conquête. Stryker veut tenir parole, alors que Loki tente de retrouver son prestige du passé. Asgard est une motivation personnelle pour William Stryker, il est le temps pour lui de gagner une guerre offensive au lieu de toujours de se défendre. Le langage technique de William Stryker n’est pas important, seule l’idée principale importante est que Brainiac a trouvé comment ouvrir de nombreux portails vers Asgard dans le but d’ouvrir plusieurs fronts contre notre nouvel ennemi.

À la fin de cette réunion, je suis capable de savoir les intentions de William Stryker dans cette guerre offensive. Il veut d’abord se débarrasser de Loki, celui-ci a toujours été un handicap majeur dans le complot dans les Vengeurs et malgré qu’il ne puisse pas nous concurrencer, Loki restera un allié potentiel pour William Stryker sur Asgard. Ensuite, il veut tester ses nouvelles armes dans un conflit offensif, peut-être pour ensuite viser les forces de la Justice League et de l’Europe après. Finalement, William Stryker tente encore de pratiquer une forme d’intimidation contre les forces le rivalisant. Faire tomber Odin et les Inhumains va rester longtemps dans les mémoires des femmes et des hommes ce monde. Quant à moi, les justifications ne sont pas importantes, tant qu’une guerre est présente, ma hache sera au rendez-vous.

14 Juin 2020


Les Forces de William Stryker s’étaient positionné sur des différents fronts pour se préparer à cette guerre. Bien que les scientifiques aient trouvé un moyen d’ouvrir plusieurs portails différents, on sera logiquement tous séparés sur de nombreuses positions différentes. Selon Sinestro, les probabilités de se retrouver au centre sont plutôt importantes. Brainiac va plutôt risquer la vie des militaires avec l’ouverture de portail, les amenant certainement à un décès quelconque en tombant d’une falaise ou en étant dévoré par des animaux d’Asgard. Préparant mes meilleures armes pour la guerre, mon regard de méfiance envers la Sinestro Corps est total. Le chef est peut-être un stratège élaboré, mais il restera un être profondément totalitaire. Non attiré par la Guerre, mais uniquement lié au contrôle ; Sa planète reste une erreur et malgré la défiance de sa fille, j’ai fait pression pour son emprisonnement au lieu de sa mort, jurée et répétée par un fanatisme aveugle du Père. Au moins, Norman Osborn a comprit comment les guerres pouvaient se résoudre et il ne s’est pas laissé charmé par la barbarie.

Ainsi, je me méfie de leurs capacités de combattre contre des êtres divins. Ils ont peut-être été d’une aide contre les forces galactiques de Ronan, mais contre les êtres supérieurs, ils seront nécessairement inférieurs. Le don divin sera toujours supérieur à toutes technologies évoluées. C’est une évidence même, il ne faut pas être le Dieu des connaissances pour connaître notre supériorité totale. L’heure terrestre tourne et il est bientôt le temps de marcher vers le lieu pour nous transporter vers Asgard. Olympe a toujours eu des tensions très importantes avec Asgard et il est enfin le temps de terminer cette rivalité complètement inutile. Et cela doit, bien sûr, se terminer par un représentant divin, commandant férocement des forces inconnues.

Après des salutations simples et rapides avec la Sinestro Corps, j’avance doucement dans le couloir métallique pour qu’un portail s’ouvre enfin devant nos yeux. La première vague des lanternes jaunes décide de se diriger brutalement vers le portail, il est le temps de commencer notre guerre. Cette Guerre détermina qui domine et qui est supérieur dans le nouvel ordre divin. Mes lourds pas prennent beaucoup de temps pour avancer vers le portail, l’énergie jaune avance plus rapidement que moi. Dès que je traverse le portail, la violence est déjà au rendez-vous où les forces de Valkyrie affrontent brutalement les forces de Sinestro. Lorsque je commence à sauter pour affirmer ma présence, un large cri s’émancipe pour tenter de me déstabiliser. Propulsé au sol après un violent coup, je me relève, grognant pour voir un autre spectacle.



« Arès? Dieu de la Guerre d’Olympe. Devenu la honte de la divinité, décidant de s’allier au pire pour continuer ses massacres. » Je relève mon regard vers cette réincarnation, une ancienne combattante de l’équipe des X-Men : Danielle Moonstar, décédée selon les dires de certains, devenue une forme de Déesse à la Vengeance sur Asgard. Dès notre rentrée chez Asgard, cet esprit s’incarna dans une Valkyrie. La regardant, des doutes commencent à se faire, mais la guerre doit continuer. La mentalité Asgardienne a toujours eu beaucoup de difficultés à comprendre pourquoi la Guerre est l’un des éléments les plus importants chez des Dieux comme nous. L’esprit de la vengeance est fort chez cette réincarnation de Danielle Moonstar, pouvant même me blesser sur quelques coups.

Comme prévu, déviant mon regard vers les Forces de Sinestro, ils se font purement massacrés par la Volonté de Valkyries. Malheureusement, pour ses sous-déesses, ils ne vont jamais arriver aux forces d’un Dieu de la Guerre, par une esquive incroyable, je réussis enfin de dévier l’attaque de Danielle Moonstar pour donner le coup fatal à la guerrière d’Asgard. Ma hache a toujours été une arme mortelle pour les êtres divins et cette mort prouve ma supériorité contre Diana de Themyscira. La réincarnation de Danielle Moonstar doit être au même niveau que mon ancienne Némésis. Pendant que le conflit continue sur Asgard, où les flammes deviennent plus importants que les bâtiments et où que le schéma de la Guerre Galactique recommence pour le territoire d’Asgard.

Je reçois finalement le marteau de l’un des Dieux des plus importants sur ma hache, la faisant tomber quelques mètres plus loin. Thor arrive enfin devant moi, se posant avec un regard plutôt colérique de la situation. « Ose-me dire que tu appelles ça une guerre, oses dire que tu es digne de ton titre, Arès. Ose-le! » Sans broncher une seconde devant ses mots, je fonce en direction de sa personne, mais le marteau me revient dans le dos, me faisant cracher un peu de sang. Je me relève aussi rapidement pour aller affronter le Dieu Asgardien. Chacun de nos coups est assez puissant pour tout faire reculer en arrière. Le sang de Dieu coulera sur Asgard, rappelant le fait que seul la Guerre est une justification réelle. Prenant un ton plutôt violent, je lui réponds après lui avoir donner une droite : « Alors, qu’est-ce que c’est pour toi? Asgard est en train de se souvenir pourquoi ils doivent se battre! » Reculant de quelques centimètres après ma réponse, il me regarde encore plus sévèrement par mes agissements. Ancien compagnon d’armes, il s’était obstiné à vouloir nous affronter, alors que la seule réponse logique doit être la Guerre.

Baissant ses bras, il décide de me répondre : « Les Forces de William Stryker et de Norman Osborn ne sont pas destinés à se battre pour une cause jusqu’à la mort. Arès, est-ce que tu es devenu un Dieu de l’Extermination à place d’un Dieu de la Guerre? Les Guerres seront bientôt terminer, Arès… et après avoir éliminer les Dieux, pour se prendre pour ceux-ci, ils seront plus dangereux qu’avant. Après avoir donner de la technologie de Brainiac à un clone de Supergirl, après avoir détruit toutes les cultures divines, quel va être la suite? Tu n’es pas en train de faire une Guerre, Arès… Tu es en train de signer la fin par un système qui va tout contrôler : Guerre, paix et armes. Est-ce que c’est pour cette raison que tu te bats? » Des secondes terrestres passent, alors que je vais ramasser ma hache. Après m’avoir baissé pour prendre mon arme divine, je regarde Thor quelques secondes. Les doutes deviennent des réalités quand la manipulation devient aussi réelle. Il est temps que les responsables comprennent quelle est la vraie définition de la Guerre.  

 
FICHE © SINENOMINEVULGUS

_________________
avatar
Rachel A. Summers

Messages : 556
Date d'inscription : 01/02/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Days of Future Past

Message  Rachel A. Summers le Mar 6 Juin 2017 - 1:18



« Chapitre 29 »
Robert Reynolds : 14 Juin 2020
1

Est-ce que les Hommes ont tant besoin de Dieu pour savoir comment définir leurs combats? C’est une question élémentaire lors de nos premiers cours de philosophie. On découvre comment les Hommes avaient souvent besoin d’aller vers le spiritualisme pour s’accommoder par des modes de vies. On découvre ainsi comment les religions se sont imprégnées dans nos valeurs ou dans notre époque pour tenter de transformer totalement ce que nous sommes. Plusieurs écrits resteront parfois le plus importants pour plusieurs êtres vivants sur la planète, ils sont aussi devenus une raison fondamentale des messagers de Dieu pour justifier leur fanatisme. Ces questions, si importantes pour de nombreux êtres cherchant la raison de leur existence, sont maintenant obsolètes par le sang sur mes mains. D’un rire incontrôlé, je ressentais enfin la puissance d’un Dieu tombé au sol, tentant de se défendre comme un être humain, se débattant comme un lâche, j’avais triomphé. Nul n’est Dieu, il se construit ainsi pour le faire croire et comme William Stryker l’avait prédit, les Asgardiens deviennent aussi faibles que nos ennemis idéologiques quand ils sont en face de la vérité.

La vérité est difficile à accepter pour les mortels ou même pour ceux qui possèdent une force, dépassant leurs philosophies. La vérité est qu’aujourd’hui, mes mains sont imprégnées par le sang d’Odin, complètement dépassé par ma force et par la délivrance idéologique de William Stryker. Refusant de se mettre à genoux devant un vrai Dieu, il a accepté de mourir. La mythologie reste encore à faire, mais les Humains n’ont jamais eu besoin de faux-Dieux pour connaître leurs destins, ils avaient besoin de moi pour comprendre toute les dimensions et les ouvertures faites par ma force. Erreur de la nature, oui, mais cette erreur de la nature est en train de devenir l’une des premières règles écrites d’un Nouveau Royaume de clarté.

Avant que son crâne s’écrase par la pression de mes doigts, il balbutiait des mots en ouvrant une partie de mon bras avec une arme. Il avait prédit ma mort par le feu et par la pitié, mais il voulait simplement refuser la réalité : Nous avons gagné et il a perdu lamentablement. Il croyait peut-être que ma puissance allait m’affaiblir, mais par sa mort, je me sens encore plus puissant qu’avant. Sa virulence est au niveau de l’arrogance de tous les Asgardiens, mes rares souvenirs avec Thor et avec Sif me laissaient présager ce sentiment, aujourd’hui, il se confirme peut-être avec de la brutalité, mais elle se termine avant tout avec la vérité.

Je ressens un léger malaise en sortant des débris de l’ancien Royaume d’Odin, peut-être ne m’apercevant pas que je me promène aujourd’hui d’une main tenant sa colonne vertébrale. Sourire aux lèvres, je lâche la colonne en voyant Norman Osborn arrivé devant moi en atterrissant avec son armure : « Bob, qu’est-ce qui t’arrive? Tu as les yeux complètement noirs… » Je le regarde avec le sourire, je ne peux pas imaginer ses réels émotions, mais il doit déjà sentir la victoire nous envahir. En phase avec moi-même, je vois Arès arrivé brutalement devant moi, peut-être que cet ami précieux va m’apprendre la mort de Thor. Avant de rentrer dans la demeure, je le voyais affronter au loin. Le coup contre Norman Osborn est complètement imprévisible, je n’ai même pas eu le temps de réagir. Arès ne finit pas avec cette hostilité, rentrant son hache dans mon bras pour ensuite me donner un coup de pied afin de me faire tomber quelques mètres plus loin.

« Thor avait raison. Robert Reynolds, ton âme est si corrompu qu’Odru Jahad a trouvé une ouverture avec toi, délivrant l’une de ses armes : Void. Durant toute ma vie de Dieu, seuls deux individus se sont montré indignes pour accepter les créatures pures de ce Dieu de la Destruction : Grigori Raspoutine et toi! » Je ne comprends rien de son charabia, mais je sais reconnaître une trahison quand j’en subis une. Malgré la blessure, je ne le laisse pas terminer son long monologue inutile, lui offrant un premier coup. Sa rage s’est alimentée durant ce coup, mais je voyais déjà le sang au bord de sa bouche. Je suis devenu si puissant que même le Dieu de la Guerre ne peut rien faire contre moi. Je suis devenu si puissant que même les Dieux vont être obligés de se mettre à genoux devant ma puissance. Ces Faux-Dieux connaissent maintenant la descente en enfer, les Asgardiens connaissent enfin leur Ragnarok.

Passant à l’attaque brutalement, il suffit d’un seul coup pour que son casque se casse par une pression de mon coup de poing. Sans être capable de me contrôler, je commence à laisser un rire glauque devant les essais de ce Dieu de la Guerre. « Combien de Dieux vont devoir mourir pour comprendre que leur ère se termine? » La colère d’Arès monte à chacune de mes actions, à chacun de mes rires et à chacun de mes gestes. Il est pathétique comme tous les êtres voulant défier l’Autorité de William Stryker. Les rats sont en train de quitter le navire comme dirait une devise, mais la réalité est plutôt que les traitres ne veulent pas entendre la vérité. Ma gloire personnelle ne m’intéresse pas dans ce combat, seule la vérité va comptée et elle ne peut pas être multiple.

Il est le temps qu’on gagne des guerres. Prenant Arès par la gorge, un lourd marteau s’écrase sur ma main pour protéger cet être indigne. L’orage gronde au loin pour voir l’un des derniers représentants d’Asgard. Je l’entends hurler dans le ciel : « Tu as abattu Asgard, démon! Maintenant, ressent la puissance de mon père et de son père. Asgard te fera tomber! » Un large éclair tombe du ciel directement sur moi et sa force est si puissante que je ressens une désintégration partielle de mon corps. Un cri aigu sort de mon corps, laissant encore plus de rage et voyant maintenant des tentacules rouges et noirs attaquées le Dieu Asgardien et le Dieu Olympien. Une voix résonne dans ma tête, me demandant de me concentrer pour me régénérer totalement.

Un ange gardien me supporte durant cette guerre. M’asseyant au sol, je vois deux dieux incapables de comprendre l’entendement de ma puissance. La destruction s’élargit autour de moi et mon sourire est de plus en plus large. Il est le temps de libérer toute la force de ma puissance, il est le temps que les Dieux tombent. Mes bras sont revenus comme tout mon corps, hormis la cicatrice laissée par Odin. Thor n’avait pas eu le temps de réagir pour aider Arès. Je ressentais déjà ma vitesse améliorée et les derniers souffles d’Arès se terminent d’une brutalité pour conserver enfin la gloire. Son corps se déchira sous la friction de ma puissance, il n’était plus rien que des organes comme tous les êtres humains après cette destruction. Les amas d’organes arrivent au sol, près de Thor qui peut maintenant admirer les restes d’un Dieu de la Guerre.

Un rire sort de mon corps, le sourire reste à ma volonté, mais nous sommes en coordination totale. Le combat est brutal contre le Dernier Asgardien, ma volonté augmente à chaque fois que je tourne le regard pour voir ce qui reste dans ce pathétique Royaume. La destruction est une règle principale pour la reconstruction. Comme le régime nazi, la capitulation est impossible pour des êtres ne voulant pas améliorer le monde comme on le désire. La rage de Thor augmente à chacun de ses coups, mais je suis incassable. Je recule parfois de quelques pas, mais mon énergie demeure. Mon ange gardien m’apprends à me battre contre des Dieux, il le sait parce qu’il s’est déjà battu contre d’autres Dieux venant de la Ligue de la Justice. Il comprend parfaitement mon point de vue et je comprends son point de vue. Il me contrôle et je le contrôle.

Après quelques minutes, le casque de Thor tombe au sol. Son sang coule sur les dernières ruines d’Asgard et encore une fois, un rire sanglant sort de mon corps. C’est la fin d’un Dieu et la création d’un nouvel Dieu. Il s’affaiblit rapidement à chacun de mes coups, il résiste peut-être, il lance parfois des hurlements de guerrier, mais comme tous les autres qui refusent la vérité, il est en train de tomber. La victoire de William Stryker est sans équivoque dans ce conflit. Asgard a tenté de nous renverser, mais ils ne se sont jamais attendus à un tel résultat.

Thor venait d’être téléporter, alors qu’il semblait ne pas vouloir se relever. Ma rage s’alimente en le voyant disparaitre et en voyant apparaître Loki quelques pas derrière moi. La colère semble l’envahir, mais il ne fallait pas être Hercule Poirot pour savoir le coupable de cette disparition. Je m’avance vers lui, pendant que mes coéquipiers arrivent autour de ce Dernier Dieu sur Asgard. Je me mets en face de lui, je veux qu’il comprenne aujourd’hui dans quelle situation il s’est mis.

« Vous… Vous… Vous existez grâce moi. Votre équipe, votre régime et vos idées existent parce que je l’ai décidé. Je ne voulais qu’une seule chose, je ne voulais qu’une seule chose en échange de mon appui pour vous aider à tout construire et c’était conquérir Asgard. Pas le détruire, pas l’exterminer, pas le tuer, juste l’avoir entre mes mains. Vous avez détruit Asgard parce que vous êtes incapable de conquérir sans détruire. Demain, cela serait pareil, vous n’êtes pas capable de contrôler sans le détruire. Vous avez tué mes frères, mes sœurs, mon Royaume et tout ce qui comptait pour moi. » Je vois des larmes coulés de ce Faux-Dieu, mon sourire est encore plus grand et carnassier. « Tu es prêt à mourir? »

Je le regarde mettre son arme au sol, je le regarde mettre son casque à coté de son arme et je le regarde mettre ses deux mains devant moi. « Oui. » Je fonce instinctivement vers lui, le prenant par la gorge, mais son dernier souffle se concentre à mettre l’une de ses mains devant ma blessure ouverte au bras. Je vois une petite lumière de sa main en direction de ma blessure. Est-ce qu’il pense être capable de me tuer? Un rire sort de mon corps et sa tête fut écrasée. Plus aucune lumière ne sort de ses mains et je laisse tomber le dernier Asgardien sur les ruines de son ancien Royaume.

Est-ce que les Hommes ont tant besoin de Dieu pour savoir comment définir leurs combats? Non, l’États-Unis ne sera plus contrôlé par ces créatures indignes. Son destin est bien trop grand pour être bloqué par ces ennemis si faibles pour les vrais Héros de ce siècle.
FICHE © SINENOMINEVULGUS

_________________
avatar
Rachel A. Summers

Messages : 556
Date d'inscription : 01/02/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Days of Future Past

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum