Alliance bienvenue [Istanbul / Turquie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Alliance bienvenue [Istanbul / Turquie]

Message  Kavita Rao le Mar 1 Mar 2016 - 9:11


°

L’alerte avait retenti dans le monde entier dès l’élévation des premiers nuages de poussière. Attaque à la bombe ? Acte de guerre ? Accident ? Les choses venaient de se dérouler et on en savait assez peu. Ce qu’on savait, c’était que le quartier arménien d’Istanbul venait de subir une catastrophe. Trois bâtiments s’étaient effondrés mystérieusement, on parlait déjà de blessées, de morts, alors que les débris pulvérisés de béton emplissait l’air de nuages blanchâtre que les caméras ne pouvaient percer.

Kavita était chez elle quand cela arriva. C’était un mercredi, elle passait cette journée avec sa fille adoptive, Sonam. Sonam souffrait d’une maladie génétique chronique, et Kavita tentait d’y trouver un remède tant que ses pouvoirs lui permettait d’allonger sa durée de vie, mais elle avait conscience des effets pervers de cette relation. Le temps qu’elle passait à sauver des vies et à tenter de résoudre des maladies, elle ne le passait paradoxalement pas avec sa fille. Et elle se demandait parfois, sans pour autant douter de l’amour qu’elle éprouvait pour ce petit bout de fillette costaude, si elle n’avait pas adoptée la maladie autant que l’enfant. Dans ces instants, elle se sentait monstrueuse. Les mercredi étaient pour elle un moyen d’apaiser ces angoisses, car elle ne passait pas du temps avec une malade, mais avec sa fille, simplement.

Alors qu’elles partageait ce temps pour apprendre ensemble à cuisiner (Kavita était aussi nulle en cuisine qu’elle était un médecin talentueux) riant dans la grande cuisine blanche de la maison qu’avait Kavita aux alentours de Calcutta, elles furent interrompues par Âheli, la femme de chambre, le téléphone à la main. Kavita compris bien vite que c’était les Last Sons qui la contactait, elle prie l’appelle, alluma la télévision et confirma sa disponibilité avec détermination, jetant néanmoins un regard de regret vers la porte de la cuisine où Âheli et Sonam continuaient la recette à deux. Elle ne pouvait néanmoins pas tourner le dos à autant de victime, et les informations faisait état d’une difficulté des secours à atteindre les blessés pour des raisons encore inconnue.

Elle embrassa donc sa fille sur le front, lui promettant de revenir le soir-même pour manger son plat, et proposa à Âheli d’appeler sa sœur en renfort si elle le désirait, afin de s’occuper de Sonam, que son handicap rendait parfois difficile à gérer seule. Elle prie ensuite la fine valise contenant l’armure Sitala V et pris la direction du siège de son entreprise avec son chauffeur.

C’est là-bas qu’elle rejoignit son laboratoire, sa «Kavita-Cave» pourrait dire son ami Barbara, où son assistante Abie avait déjà fait apprêter le Caladrian. Le Caladrian était un véhicule léger, basé sur les Quinjets il était de taille réduite, manœuvrable, intégralement d’un blanc nacré. Il pouvait être piloté soit par Kavita, soit par son Intelligence Artificielle Sitala. Il ne comportait aucun armement, mais il était comme une mini-salle d’opération où Kavita pouvait plus aisément faire ce qu’elle faisait discutablement le mieux : tenter de sauver des vies.

Elle monta rapidement à bord, lança le pilotage automatique vers Istanbul et l’avion décolla à grande vitesse en quelques instants. Il lui faudrait plus d’une heure même à cette vitesse, et elle en mit les premières minutes à enfiler son armure, demandant par la même occasion à Sitala de lancer les informations sur l’un des écrans de l’avion. Cinq minute plus tard, elle revenait dans le cockpit dans sa tenue de Serum.

Spoiler:

Les informations internationales sur le sujet furent alors couper par une transmission des Last Sons, qu’elle décrocha. Takamasa Seba, qui était son agent de relation à l’équipe orientale, apparu sur l’écran. Il avait toujours l’air angoissé, mais elle savait qu’il était professionnel et efficace.

- Kavita, vous me recevez ?
- Parfaitement Taka, du nouveau ?
- Oui, vous ne l’apprendrez pas par les informations avant une dizaine de minutes mais le conseil des Last Sons m’a demandé de vous briefer. Il ne s’agit pas d’un accident mais d’une attaque terroriste. Il n’y a pas eu de demande claire mais les autorités Turques qui ont tenté de pénétrer le périmètre on subi de lourds dommages. Deux des agresseurs ont été identifiés.

Deux images apparurent sur l’écran, celle d’une femme à forte carrure portant une espèce d’armure et un étrange fusil, et un homme en armure complète, de grande taille, avec un casque renforcé.

- Ils se font appeler Rosie et Hardhat. Ils font partie d’une ancienne équipe d’ennemis de la Justice League, la Demolition Team. Ils ont été écarté de leurs activités il y a longtemps par des ennemis de Thor, les Démolisseurs, et nous les pensions disparu, mais apparemment pas totalement. L’équipe au complet consistait à l’époque de cinq membres, mais seulement deux ont été aperçus. Ils se spécialisent dans la destruction de bâtiments, ce qui ne les empêchent pas de détruire des êtres humains…
- Ont-ils fait des réclamations ?
- Aucune. Ils ne font que défendre un périmètre. Ils sont considérés comme des mercenaires, mais nous n’avons aucune idée des raisons de leur offensive, de leur employeur ou de pourquoi ils sont operationnels en Turquie alors qu’ils étaient jusque là cantonnés à l’Amérique du Nord.
- Très bien, le serais prudente, je vais avant tout là-bas pour sauver des civils. Du côté des Last Sons, aurais-je du renfort ?
- C’est encore en discussion, je ne peux pas donner de réponse.
- Comment ça ?
- La Turquie, comme une grande partie du Moyen-Orient, n’est pas un territoire clairement définie. L’autorité des Last Sons ou des autres équipes internationales y ait floue. Vous avez été dépêché sur place pour votre statut de héros médecins qui vous octroie une image de diplomate, mais le conseil discute encore de l’impact qu’aurait l’envois de héros plus interventionnistes.

Kavita émit un son d’agacement avec sa langue.

- Très bien Taka, tenez-moi au courant.

Puis elle coupa la discussion.

- Sitala, garde le mode de pilote automatique, je vais me mettre en sommeil réparateur grâce au module du Caladrian, il me faudra toutes mes forces une fois sur place. Réveille-moi quand nous approchons, que je puisse prendre les commandes manuelles.
- Bien Madame. Répondit l’intelligence artificielle avec une voix suave alors qu’elle se dirigeait vers l’arrière du vaisseau.

*
*    *

Le Caladrian arriva au dessus d’Istanbul aux mains de Kavita qui, après un sommeil artificiel lui ayant rendu toute sa vigueur, en contrôlait désormais le vol pour être sûr d’éviter de potentiels attaques. Quand elle arriva au dessus du quartier, elle constata qu’il y avait encore de nombreux bâtiments en place, mais cinq d’entres eux c’étaient déjà écroulés, donc un de plus qu’avant sa «sieste». Cela ressemblait à un compte-à-rebours.

Elle posa le vaisseau sur la place après avoir vérifié les signes de vie hostiles aux alentours, et sortie de ce dernier par la porte arrière.

- Sitala, effectue un scanner complet de la zone pour les signes de vie les plus faibles, nous allons commencer à sortir les blessés les plus importants en utilisant le Caladrian, la priorité sera d’éviter l’afforntement.
- Bien Madame, scanner en cours. Des personnes semblent être coincés dans le bâtiment sur votre gauche sous des débris, trois d’entres eux en état critique.

Elle couru vers les débris du bâtiment, observant par là-même que ce dernier portait les stigmates d’impacts imposants. Suivant les indications de Sitala qui apparaissait sur sa visière, elle appliqua quatre de ses six mains sur une plaque de béton et enferma cette dernière dans un champ de stase. Le champ de stase, bien que conçu pour permettre à une personne de survivre plus longtemps à ses blessures, abolissait le poids des objets qu’il entourait. En revanche, plus l’objet était large, plus il demandait d’énergie, qu’il consommait rapidement, ce qui faisait qu’elle pouvait simuler une super-force mais avec des limites drastiques. Désormais dénué de poids, elle souleva le mur effondré et le déposa sur le côté, révélant un groupe de six personnes encore en vie, sa visière lui indiquant que certains étaient gravement blessés. L’un d’eux, extrêmement faible, entra en arrêt cardiaque quand elle s’approcha des gens affolés.

- Activation des paumes électriques, on tente une réanimation cardiaque.
- Paumes électriques en chargement dans les bras 1 et 2. Je vous conseille d’écarter les civils, activation du tonalisateur apathique.

Kavita sauta dans les gravats au milieu des personnes affolés. Elle réalisa alors que la personne en arrêt cardiaque était un jeune garçon qui ne devait pas avoir plus de 12 ans. Une femme qui devait être sa mère se jeta devant elle malgré sa peur et son bras cassés, semblant l’implorer dans une langue que Kavita ne parlait pas.

- Tout va bien. Tout va bien. Écartez-vous madame, je veux l’aider.

La femme sembla se calmer. Bien que Kavita ne parlait pas sa langue, elle utilisait le tonalisateur apathique, un module de l’armure situé dans la partie qui recouvrait son cou, et qui faisait vibrer sa voix sur une fréquence pouvant rassurer les personnes paniqués ou agressives plus facilement. Surtout si il était accompagné d’un langage corporel adéquat. La femme se laissa écarter prestement par Kavita, qui se pencha sur le corps du petit garçon en frottant les paumes de deux de ses mains, les quatre autres bras faisant signes aux personnes alentours de s’écarter. Puis elle appliqua ses mains et divulgua un choc électrique dans sa poitrine. Sur sa visière, la lecture du rythme cardiaque de l’enfant resta plate. Sitala augmenta la charge, Kavita frotta de nouveau ses paumes, les gens autour d’elle pleurait en silence comme si pleurer trop fort pouvait briser les chances d’un miracle. Un second choc parcouru le garçon dans un tremblement. Il ne reprenait pas. La tension montait au cerveau de Kavita. C’était inhabituel, elle savait se contrôler, mais cette journée aurait du être une journée avec sa fille, sans maladie, sans mort. Pas la mort d’un enfant. Pas cette ligne plate qui défilait devant ses yeux à l’intérieur de la visière. Un troisième choc électrique. Une petite pointe. Minuscule, mais elle était-là. Le cœur avait repris, péniblement.

- Ok, Sitala, l’enfant est sauf pour le moment mais il a besoin d’une greffe de cœur, lance l’analyse de ses organes et commence l’impression 3D d’un cœur, on ne peut pas compter sur les hôpitaux, je vais l’opérer dans le Caladrian et le transporter en stase avec les deux autres blessés.
- Dérivation de la puissance vers le médipack. Madame, je détecte deux signes de vie qui s’approche de notre position.

Kavita releva la tête en émettant un son d’agacement similaire à celui qu’elle avait émis dans l’avion. Elle s’approcha de la sortie, indiquant le silence d’un doigt sur sa bouche aux personnes présentes en bas. Passant sa tête hors du trou dans les débris, elle observa alors l’un des membres de la Demolition Team, celui qu’elle avait vu avec son armure renforcée, et un autre avec une armure plus légère sur le corps mais des bras mécanisés énormes qui ressemblait à des poings marteau-piqueur. Ils semblaient inspecter la zone et avait repéré le Caladrian. Elle redescendit auprès des civils dans un mouvement fluide, aidé de ses six bras.

- Bon, détachement du bras n°6 pour maintenir une stase sur le jeune homme et lancement des protocoles de combat, on pourra pas atteindre le Caladrian avec ces deux-là.
- Dois-je cesser l’analyse et production du greffon artificiel ?
- Non. Tant pis, on va pomper dans ton énergie un peu plus.
- Bien. Je vous rappelle que l’autonomie d’un champ de stase par un bras séparé n’est que de 5 minutes.
- Très bien, les bras 5 et 6 alors, et je vais devoir les éliminer en 10 minutes avec seulement quatre bras. Grandiose. Souffla-t'elle dans un sarcasme agacé.

Son sixième et cinquième avant-bras se détachèrent alors de son armure se placer sur le garçon et créer autour de lui un champ de stase transparent, empêchant son état de s’aggraver. Elle murmura aux civils quelque chose pour les calmer grâce aux vibrations se sa voix, et d’un saut s’expulsa du trou. Les deux hommes étaient proches et ne purent que la remarquer, l’un d’eux hurlant dans un micro qu’ils avaient une brèche dans le périmètre. Kavita se mit à courir vers eux, alors que celui aux énormes bras faisait de même vers elle. Arrivé à sa hauteur, il tenta de lui donner un coup de poing qu’elle évita de justesse en glissant entre ses jambes, mais l’homme n’était pas aussi lent qu’il y paraissait et donna un second coup de poing vers le sol. Elle se releva en utilisant l’énergie de sa glissade avec l’aide de ses quatre bras et le bras marteau-piqueur s’abattit sur le bitume en créant un énorme trou et une vibration néfaste. Un seul coup de ce type et elle serait hors-jeu. Elle n’eut pas le temps de s’en soucier, l’homme à l’armure fonçait sur elle tête baissée par derrière. Pivotant sur elle-même, elle n’eût que le temps de placer ses quatre bras devant elle en prenant une position défensive avant qu’il ne la heurte de plein fouet, l’envoyant voler un mètre plus loin, où elle frappa le sol violemment.

L’homme aux bras destructeurs se rapprocha d’elle avec l’intention de l’achever au sol, mais elle prit appuis sur ses quatre bras pour soulever son corps et lui envoyer ses deux pieds dans la figure avant de se remettre sur debout, un peu sonnée. L’homme en armure fonçait à nouveau sur elle en voulant lui faire une corde à linge, mais elle le contourna de justesse en passant sous ses bras puis lui asséna un coup de paume électrique dans le dos. À part le son du métal, cela n’eût apparemment aucun effet. Elle ne pourrait pas venir à bout de celui-là par ses moyens seuls. Gros-Bras revenait à la charge, alors elle attrapa un bras de Monsieur-Armure à l’aide de ses quatre mains et le fit pivoter dans la trajectoire du poing de son acolyte par une prise martiale improvisée. Le poing marteau-piqueur s’écrasa dans le casque de son ami en résonnant fortement, Kavita lâcha prise et s’écarta, Monsieur-Armure tituba légèrement… puis s’écroula sur le sol. Un de moins.

Gros-Bras leva alors ses deux bras et les frappa au sol, diffusant dans sa direction une onde de choc qui lui fit perdre l’équilibre. Pas assez pour tomber, mais suffisamment pour perdre sa posture de combat. Il fonçait vers elle, il n’était qu’à un mètre, quand une volée de pierre s’abattit sur lui, le stoppant dans sa course pour se protéger derrière ses bras mécanisés. Reprenant son équilibre, Kavita tourna la tête pour observer que deux des civils étaient sorties du trou et lui jeter frénétiquement les débris qu’ils pouvaient trouver. Elle avait rarement ressentis autant de reconnaissance. Sautant vers lui, elle passa les défense de ses marteau-piqueurs avec aisance, posant les quatre paume de ses mains sur différentes partie de son corps. Un son sourd se fit entendre alors qu’il s’envola sur une petite distance, électrocuté mais encore en vie, ses cheveux dressés sur la tête. Deux de moins. Pour le moment. Elle soupçonnait ces types d’être des cyborgs, et sûrement capable de se remettre sur pieds assez vite.

Elle ne prit pas la peine de remercier ses camarades de fortunes et se rua vers les débris, dans lesquels elles reconnecta les bras 5 et 6 à son armure avant de mettre en stase grâce à deux autres de ses bras les deux autres blessés grave du groupe. Puis, aidé seulement de deux bras, elle remonta précautionneusement les trois corps à la surface, faisant signe aux civils légèrement blessés de la suivre, et se mit à courir vers le Caladrian.

- Sitala, ouvre la porte arrière du Caladrian, lance les protocoles d’opération et de maintenance de stase et prépare le décollage.
- Bien Madame.

La porte arrière du véhicule immaculée s’ouvrit lentement alors qu’elle s’en approchait, portant à bout de bras les victimes en stase, le son des turbines se faisant plus puissants à chaque pas…

Jusqu’à ce que s’abattent sur lui une énorme boule de métal d’au moins deux mètres de diamètre, arrachant la porte arrière, endommageant une aile et déplaçant le vaisseau de quelques mètres dans un sinistre hurlement de métal. S’arrêtant dans un glissement et les hurlements paniqués des civils qui l’accompagnait, Kavita observa l’arrivée d’un véritable mastodonte de derrière un building, une armure complète plus grande encore que la boule qu’il tenait au bout d’une chaîne, presque une grue humaine. D’un mouvement vif, il balaya la rue de son arme, venant frapper un autre immeuble qui s’écroula à moitié sous le choc, et déclenchant un vent qui souleva la tunique de Kavita et fit hurler de plus belle les civils derrière elle. Ils n’avaient qu’une solution, la fuite.

- Sitala, couvre nos arrière avec le Caladrian !

Hurla-t’elle à son intelligence artificielle alors qu’elle se mit à courir en sens inverse. Derrière eux, à moins d’une centaine de mètre, il y avait encore un bâtiment intacte. Une école selon toute apparence. Se retournant en panique, elle se mit à courir aussi vite que possible, entraînant dans sa course ceux qui l’accompagnait, alors que son vaisseau décollait péniblement pour se mettre entre eux et le mastodonte de la Demolition Team, volant en rase-motte. Elle ne vit pas ce qu’il se passait, mais selon les bruits elle savait que c’était le dernier combat de son vaisseau. Les Last Sons aurait intérêt de participer aux frais, parce qu’ils auraient du lui envoyer du renfort. Arrivant à l’école, elle ouvrit la grande porte d’un coup de pied et pénétra dans le bâtiment sombre en hâte. les volets du hall avait été fermées, et dans ce hall se tenait les uns serrés contre les autres, absolument effrayés, une trentaine d’enfants et leurs maîtres d’école, ainsi que des corps gémissants et blessés au sol, qu’ils devaient avoir récupérés dans la rue. Murmurant un juron pour elle-même, elle laissa entrer les trois civils qui la suivait, posa en toute hâte les deux blessés et le petit garçon, et courut vers la porte pour la fermée, voyant dans la rue le mastodonte qui s’approchait du bâtiment en faisant tourner sa boule de métal. Il allait les pulvériser.

- Putain de merde, Tony Stark a donné une armure à Miley Cyrus et maintenant elle nous fait le remake de Wrecking Ball. Sitala ! état de l’armure et des civils !
- Énergie à 75%, dégâts minimes, création du cœur artificielle à 50%. Le patient ne tiendra pas longtemps, et vous aller devoir opérer en urgence deux des personnes présentent dans la pièce pour cause d’hémorragie et de perforation des poumons.

Elle ne pouvait déjà pas les protéger du mastodonte, les opérer étaient inutile si ils se faisaient écraser dans le bâtiment. Elle avait intérêt à recevoir des renforts très vite, sinon ils allaient tous y passer.

 


_________________
avatar
Kavita Rao

Messages : 35
Date d'inscription : 24/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alliance bienvenue [Istanbul / Turquie]

Message  Aislinn D. Braddock le Mer 27 Avr 2016 - 0:38


Collaboration Internationale

« Je ne faisais pas grand-chose dans ma vie actuellement, entre végéter devant des différentes émissions comme Trône de Fer ou Walking Dead, je prenais toujours un temps pour réfléchir sur mon passé et sur ma situation actuelle. J’avais toujours un grand amour de ce que je faisais dans le passé, que cela soit par mon regard sur la défense ou par le principe de combattre pour des vies. J’avais férocement une envie de combattre et il n’avait peut-être pas beaucoup de motivations réelles ou concrètes pour le justifier. C’était une fibre de mon âme de combattre toujours autant qu’avant, parce que pour moi, c’était une définition de l’être humain. Certains allaient se perdre souvent dans des idées de grandeurs en considérant que l’humanité était mauvaise ou bonne, mais je m’étais toujours assignée à combattre pour me voir grandir. J’avais combattu une grande partie de ma vie pour l’Europe et pour que le vieux continent résiste au néofascisme d’un futur aujourd’hui effacé. Peut-être que cela pouvait être difficile de voir un futur devenir uniquement une autre ligne de conduite, mais cela me motivait bien plus. J’avais la motivation de comprendre aujourd’hui que plusieurs horreurs n’allaient pas se répéter par ce lien temporel. Jouant beaucoup sur l’élément de mon petit repos, j’avais souvent utilisé l’ordinateur pour écrire des mémoires quelconque. Devant les médias britanniques, les politiciens ou même ennemis, j’étais une Braddock. Ils en avaient tellement dans cette dynastie qu’ils ne se posaient pas trop de questions sur mes origines.

Mais je pouvais reconvertir parfois mes écrits dans ce que je pensais réellement de mes parents biologiques ou encore de l’univers alternatif où que j’avais vécu vingt ans de ma vie. Les retours sur ma vie m’amenaient des questions bien plus vastes. Il était inutile de vous parler de mon expérience venant surtout d’une guerre qui avait bouleversé la plupart des principes onusiens dans mon ancien monde. À quatorze ans, je m’étais intéressée à la guerre et aujourd’hui, dix années s’étaient passés, voguant entre l’Excalibur de mon futur, de la Nouvelle Justice League ou encore de cet Excalibur. C’était drôle à écrire, mais le sentiment de nostalgie était présent malgré mon jeune âge. J’avais ce sentiment étrange de me voir toujours dans Excalibur de mon adolescence et de le regarder aujourd’hui jeune adulte. Je ne savais pas décrire ce sentiment vu l’étrangeté de la situation, mais au moins, je pouvais avoir quelques congés des grands combats.

Le Champion Express était un bijou de la technologie et c’était difficile de remarquer tous les détails de cette avancée exceptionnelle. Alors que j’occupais mon temps-libre à ma fameuse réflexion sur moi-même ou encore sur mes séries préférées, l’un des officiels de l’ACE m’avait rapidement rappelé pour une mission des plus urgentes. Selon quelques correspondants, la Turquie se trouvait dans une situation problématique importante à réagir.

Au début, les informations parlaient surtout d’un groupe terroriste qui attaquait la Turquie avant que l’information se transforme pour changer groupe terroriste à Demolition Team. Une équipe de mercenaire, qui avait disparu depuis un moment, avait décidé de réapparaître dans les complications géopolitiques qu’étaient la Turquie. Le pays était dans une situation plutôt délicate pour la sécurité entre l’ACE, les petits groupes qui s’improvisaient héros et ainsi que les Last Sons. Je n’avais pas la motivation de me lancer dans les grandes pensées philosophiques et politique sur le sujet : Cette mission était suffisante pour motiver ma préparation. On était actuellement en Europe de l’Est, mais avec mes pouvoirs, je pouvais me déplacer plutôt rapidement.

Seules quelques minutes avaient suffis pour m’habiller de mon lourd armure noir et de m’envoler en direction de l’action. Protégée par une bulle magnétique, je m’étais lancée vers la Turquie et surtout vers les coordonnées exactes de la zone en danger. Le voyage n’était pas si simple vu que j’augmentais ma vitesse d’un trait pour ne pas avoir les yeux pour vérifier la coordination, mais ma vitesse me permettait de m’arrêter quelques secondes pour bien trouver la place en question. Je n’avais pas calculé le temps de mon voyage et je n’avais plus besoin de regarder le GPS fourni sur mon armure après un temps, le bruit me suffisait pour identifier bien la localisation à problème.  

Je me préconisais une défense par ma bulle et dès que le territoire semblait ravager, je lançais un aspect plus technique de mes pouvoirs. Je regardais un moment les présences électromagnétiques et bien que certaines formes semblaient étranges, d’autres semblaient réunies dans un bâtiment. Tournant finalement mon regard vers cette position, il me fallait quelques secondes pour voir la situation en danger avec une technologie élaborée. Une énorme boule en métal commençait à se former pour sembler charger vers le bâtiment où les autres signaux de vie étaient en places.

J’avais au moins un avantage tactique devant la Demolition Team  qui s’expliquait avec mon pouvoir. Je savais que la plupart se basait sur une technologie évoluée avec du métal. Alors j’avais eu une certaine facilité de lancer la boule de Miley Cyrus quand elle voulait détruire un semblant d’école toujours en place. Il fallait d’abord protéger les civils avant de se lancer aux arrestations de criminels. Je cherchais d’abord à me focaliser sur la place. J’avais ouvert les portes avec une certaine brutalité avant de tourner mon regard vers les alentours pour lancer un petit appel aux réfugiés de l’hôpital.

« Ici Aislinn Braddock de l’ACE, je viens vous aider à vous sortir de là. Venez me rejoindre au plus vite! »

L’approche n’était pas la meilleure, surtout que les civils ne me voyaient pas, mais j’avais de l’espoir qu’ils avaient vu la boule de démolition s’envoler à cause de mes pouvoirs. J’espérais réellement éviter d’aller les chercher, car cela risquait d’être problématique pour contrer mes ennemis sans avoir un regard extérieur pour vérifier si ceux-ci lançaient un assaut.   »

_________________
avatar
Aislinn D. Braddock

Messages : 191
Date d'inscription : 29/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum