Arkham Tessa & Rogue

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Arkham Tessa & Rogue

Message  Anna R. Marie le Mer 2 Déc 2015 - 0:40

J’avais de nombreux principes importants dans ma vie, ils pouvaient souvent être plus personnels et parfois darks, mais d’autres pouvaient paraitre bien plus comiques dans son ambiance. Cependant, mes services dans les X-Men m’obligeaient à faire de grands sacrifices, même pour sacrifier l’un de mes principes des plus importants. Je ne parlais pas de sacrifier ma vie à rentrer aux contacts de nombreux enfants diaboliques de l’Institut, ça je pouvais l’éviter à m’isoler dans ma chambre ou dans le sous-sol secret. Les enfants étaient problématiques, mais pas ce n’était pas le débat des plus importants. Je voulais vraiment éviter le nouveau gamin de l’Institut qui parlait beaucoup trop… Casey je crois. Il donnait des migraines trop fortes à Mason pour rentrer en contact avec moi, mais je pouvais le supporter devant des problèmes plus importants de la vie.  

L’un des principes des plus importants tué à mon arrivé dans l’Institut Xavier et dans cette course poursuite de mes aventures dans les X-Men, c’était quelque chose de bien plus important. J’avais déjà beaucoup d’horreurs qu’on me spoile mes séries les plus nanardesques comme Walking Dead, Nation Z et autres séries bizarres, mais le plus grand défaut de cette histoire était la vie. Oui la vie était vraiment un contexte important dans les X-Men aujourd’hui. Quand on faisait parti de cette équipe, on était obligé de se faire spoiler par presque toute la vie en général. J’avais vraiment détesté d’être spoiler sur plusieurs membres des Luchadores, j’aurai vraiment appréciée découvrir chaque membre avant qu’Amara me définit le Prince Puma ou autres. Il avait vraiment quelque chose de très magique chez les Luchadores, mais Amara avait décidé de détruire ma vie en me spoilant tous les magnifiques secrets du groupe dans les diaboliques rapports.

Je ne pouvais pas la pardonner et je ne pouvais certainement pas pardonner Ororo, Betsy ou Jean-Paul. J’étais capable de les aimer beaucoup, Ororo m’avait sauvée plusieurs fois ma vie, mais il avait quand même des limites à ne pas dépasser. La Justice League était en soit l’un des groupes ayant les secrets les plus intéressants des siècles et les monstres avaient décidé de nous spoiler sur plein de trucs superbement intéressants. J’étais déçue de découvrir l’existence d’Atlantis dans la salle de réunion et non en découvrant le peuple directement. J’aurai aussi appréciée de savoir la vérité sur le couple Diana-Superman par une discussion avec eux à place de le subir en blagues par Northstar.

J’avais connu tant de déceptions dans ma vie, mais ce qui m’avait fait le plus mal, était de connaître l’existence de Batman par les paroles d’Ororo et de Betsy. Il avait tellement de théories intéressantes sur l’internet et ce personnage mystique avait une immense influence culturelle dans la fiction ou dans l’influence de certains héros, je leur en voulais pour cela. Ma rage était si immense en apprenant la vérité, mais au moins, ils n’avaient jamais relevé son nom, cela me laissait encore des mystères à penser.

Dans Watchmen d’Alan Moore, l’un des comics rendant hommages à une Justice League plus sombre et le plus marquant pour plusieurs, son Batman s’incarnait par un simple ingénieur vivant dans un appartement paumé de New York. Dans plusieurs séries animées, c’était un ancien soldat américain traumatisé par la guerre. Dans d’autres, c’était un milliardaire ayant vécu une violence domestique pouvant changer totalement notre perception de cette planète et nous faire évoluer. C’était surtout pour cette raison que cette personne me laissait autant de mystères. Son mystère pouvait être grand, mais ses interprétations étaient encore plus nombreuses que les questions qu’on pouvait se faire sur le sujet de la religion.

Pourquoi je pensais à ce sujet si abstrait? La raison restait simple et efficace : Black Knight Arkham était une série des plus connues, et sa principale influence était le mystérieux Batman. Je ne pouvais qu’avoir de la rancune envers les spoilers des X-Men pour tout briser de la magie, parce qu’à place de penser au grand mystère de l’existence de Batman, je réfléchissais sur les différentes interprétations qu’on pouvait avoir de lui. Black Knight Arkham était un jeu sombre avec plein de personnages fantastiques, et ma superbe idée d’attirer les X-Gardiens avec des simulations jeu et de les mettre dans Arkham à Tessa avait été acceptée naturellement (Parce que je suis vraiment trop une génie des idées). En passant, je m’étais rendue quelque chose sur Tessa, échangez deux lettres de son nom et cela fait « Tasse. » Je voulais quand même le mentionner pour l’intérêt général.

Revêtue de mon magnifique costume vert, je m’étais rendue à l’heure dans la fameuse salle à danger. Devant la porte ronde, mon amie était déjà là, bien prête pour notre mission des plus importantes : « Alors, prête à connaître le jeu le plus important pour les geeks de cette planète… si on oublie Witcher 3? Je pense que tu peux trouver les bases d’Arkajm dans le système de Danger, Frank a essayé de rentrer le disque une fois dans la salle d’opération. » J’étais en train d’étirer mes deux bras de droite à gauche pour attendre la suite. Tessa avait quand une grande liberté, vu que je ne connaissais pas grand-chose en informatique ou en cyberpathie.

_________________
avatar
Anna R. Marie

Messages : 371
Date d'inscription : 21/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arkham Tessa & Rogue

Message  Tessa le Dim 13 Déc 2015 - 12:25


Je pense qu’il est un certain nombre de choses compliquées à comprendre sur moi. Je tiens donc à préciser que, si rien n’est plus simple que de compliquer en règle générale, je ne cherche pas à compliquer mais que je suis compliquée de nature. Ce simple raisonnement peut être considéré comme illustration de cela, probablement. Mais pour en venir à un point que l’on traitera de façon simpliste, il est probable que très peu de personnes comprennent réellement ce dont je suis capable. La Télépathie et la Cyberpathie sont des choses bien impressionnantes que le commun aborde sans difficulté car il en maitrise les concepts ; comment en faire de même avec ma capacité principale ?

Un Cerveau Numérique, au sens d’un cerveau proche d’un superordinateur, est un concept trop simpliste pour réellement rendre compte de ce qu’il advient dans mon crâne. Penser mon cerveau comme une machine est une erreur, surtout considérant que nombre de scientifiques font déjà l’analogie entre un ordinateur et le cerveau humain. Mais l’analogie se tient lorsqu’on se limite aux capacités de traitements de données et que l’on considère que mon cerveau est au cerveau humain ce qu’un superordinateur est à un ordinateur : je ne suis pas une machine mais je suis capable d’analyser plus que nombre des plus puissantes machines au monde. En une seconde, mon cerveau peut traiter des milliards de milliards d’informations, plus qu’un cerveau humain en une vie ; même cet énoncé est potentiellement trop abstrait pour réellement avoir une signification. Le plus simple est de considérer que tout ce que je fais en termes d’analyse, de calcul et de réflexion relève de l’instantané. Tout n’est que calcul mental ou connaissance pure et simple, entièrement inné. Je ne pense pas à un milliard de choses par seconde, j’ignore même comment cela serait possible sans sombrer dans une folie complète. Je n’ai pas forcément plus d’idées ou d’inventivités que les autres mais lorsque je suis confrontée à un problème mathématique, tout m’est naturel.

Je n’aurais jamais eue l’excellente idée d’Anna consistant à numériser les jeux-vidéo préférés des plus jeunes X-Men afin de les faire s’entrainer dessus. Cependant, il m’a suffit de me connecter par Cyberpathie à une console décryptant le CD et l’analyse des lignes de code composant l’environnement et l’histoire du jeu tout comme sa conversion dans un format exploitable par la Salle des Dangers c’est fait instantanément et sur une simple action de volonté. La Cyberpathie m’a à nouveau permis de transférer les données de mon cerveau au simulateur de la Salle des Dangers mais c’est uniquement le premier qui m’a donnée la possibilité d’accomplir conversions et calculs sans la moindre peine. Maintenant que c’est fait, j’ai néanmoins eue l’idée d’inviter Anna à la partie de test ; après tout, c’est elle qui est à la genèse du projet.

C’est une bonne occasion d’inaugurer ma nouvelle combinaison d’X-Woman. Elle fait déjà jaser mais tant qu’on ce concentre sur elle, on se distrait du reste : comme pour mes pouvoirs, ce ne sont pas forcément les plus voyants qu’il faut réellement considérer. J’appréhende le tout comme un tour de magie ainsi fixer la distraction me permettra d’arriver à ma fin. En l’occurrence, si la combinaison intégrale noire est faite de molécules instables classiques, l’aspect vinyle reflétant tant la lumière que les sous-entendus permet de distraire tout autant que de protéger à l’instar de n’importe quel autre costume X-Men. Ceci-étant, l’ajout du corset et des new-rock offre une nouvelle dimension à la distraction qu’est la tenue, étant purement décoratif même si apportés par mes goûts personnels. C’est également le cas du cache-poussière qui me descend jusqu’aux chevilles, même s’il a pour utilité de dissimuler et de porter un certain nombre d’équipements. Ses manches dissimulent des brassards qui diminuent la force des impacts que peuvent subir mes avant-bras et ses poches internes contiennent un étui pour les Cyberlunettes ainsi que des emplacements pour chargeurs adaptés aux deux paires de pistolets dont la première se trouve à mes cuisses et la seconde à mes flancs, toutes deux dans des holsters appropriés. D’ordinaire, j’use de balles chimiques de ma création mais, pour un entrainement en Salle des Dangers, des munitions standards suffiront.

Malgré toute la préparation que peut inclure mon départ en mission, je suis présente en lieu et en heure avec une ponctualité mécanique. Anna aussi est à l’heure et me salut avec humour, une chose à laquelle je réponds d’un simple acquiescement.

Francis cherchant à introduire quelque chose dans Danger, intéressant de savoir qu’il ne se limite plus aux formes organiques. Tant que c’est féminin, ça doit lui aller.

Laissant Anna s’étirer, je me contente de la regarder alors que sur les écrans rouges de mes Cyberlunettes s’affiche la configuration de la Salle des Dangers, gentiment relayée par Cyberpathie.

Tout est prêt.

J’avance simplement à travers l’entrée de la salle de simulation, ouvrant mes perceptions à l’entièreté vide qui se trouve derrière ; entièreté vers le centre de laquelle on avance. J’ignore les dimensions exactes de la Salle des Dangers mais elle se doit d’être suffisamment grande pour nous éviter de sortir de l’arène quelques soient nos actions, chose potentiellement impossible face à des mutants qui volent ou se téléportent. Mais on ne cherche pas la réalité, juste une simulation nous permettant de nous entrainer. Et en l’occurrence, ce n’est même pas la réalité qu’on simulera mais un jeux-vidéo.

Je m’arrête au centre de la salle, me tournant aux deux-tiers vers Anna.

On commence quand tu veux.


_________________
Tessa

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 124

avatar
Tessa

Messages : 401
Date d'inscription : 14/07/2015
Localisation : Institution Charles Xavier

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arkham Tessa & Rogue

Message  Anna R. Marie le Jeu 17 Déc 2015 - 0:26

Aujourd’hui, Tessa allait apprendre quelque chose de très important. Il était toujours mal avisé d’avoir des préjugés envers une personne ou un groupe de personnes. Aujourd’hui, elle allait apprendre que la grande Rogue est autant capable d’être autant martiale que bourrine. Je savais très bien les préjugés autour de ma personne, je suis incapable de grande subtilité et tous se référaient à la fameuse opération Étoile Orange pour expliquer ce manque de subtilité. Pendant qu’Agnès avec Kitty, avaient réussi à pirater des informations la communication des agents de l’Arme X qui voulaient faire une alliance avec l’HYDRA, je regardais avec des longues-vues la délicieuse pizza quatre fromages que ceux-ci étaient en train de manger.

Tornade m’avait demandé : Qu’est-ce que tu regardes, Anna? Et c’était plutôt normal cette question, j’avais une grande obsession du regard envers la fameuse pizza mangée. Cyclope voulait des informations, mais moi je voulais la pizza. Alors à place de perdre notre temps, j’avais décidé de foncer dans le mur, de donner quelques coups de pieds et poings pour finalement profiter de leur pizza que des nazis ne méritaient certainement pas. J’avais été avertie pour cette mission, mais sérieusement, qui pouvait vraiment se retenir devant une pizza aussi parfaite? J’avais peut-être l’image de bourrine, mais je savais parfois que je pouvais devenir plus perspicace sur certaines situations plus sérieuses.

Je ne parlais pas uniquement de toucher Psylocke ou Wolverine pour obtenir leurs capacités de combats pendant quelques minutes, mais bien de faire preuves de la patience de padawaan pour affronter les grands dangers qui peuvent changer beaucoup des méthodes vengeresses habituelles de foncer dans le tas et d’attendre un résultat concluant (ou pas). Aujourd’hui, j’allais briser le préjugé sur les mèches blanches pour que cette minorité ne soit plus toucher par le racisme discret à cause de mon attitude général de grande bourrine.

« Sympa le nouveau costume. J’ai toujours eu beaucoup de mal de quitter le costume jaune et noir, mais il faut bien le dire, le vert me va toujours à la perfection. La classe incarnée, on dit. Je suis contente de ne pas être la seule originale dans les X-Men » Je laissais un petit rire derrière pour commencer à finaliser mes étirements. J’avais bien remarqué les armes de Tessa, mais je savais très bien qu’elle n’allait pas tirer avec des vraies balles. Cela serait assez bizarre de le faire en entrainement quand dans nos missions, on était obligé de préserver la vie. Tessa était assez sympa pour me laisser finir mes étirements avant de s’aventurer devant la grosse porte métallique.

Avec ses lunettes trop high-techn, elle avait déjà terminé d’installer le système pour la simulation. Il ne manquait que le tester et de changer quelques configurations autour pour éviter des bugs ennuyants. Je la suivais d’un petit pas, accompagné d’un sourire pour que la porte s’ouvre. Tessa était en train de s’aventurer dans le milieu de la salle pendant que je l’accompagnais pour attendre son OK. « Quand tu veux, ma belle, on doit bien commencer un jour. » Après mon signal, c’était le temps de changer de l’environnement. Les nuages avaient changé et l’ambiance général aussi. On pouvait entendre les sirènes des polices en tout temps comme dans le fameux jeu vidéo.

Placé dans une ruelle vide, on pouvait voir un peu plus loin la modélisation de plusieurs souffre-douleurs qui faisaient du vandalisme dans les quartiers vides de Gotham. Dans le jeu, la ville était totalement vide de tous citoyens par une évacuation majeure, alors je pouvais facilement démolir plusieurs bâtiments sans causer des pertes civiles importantes. Les contribuables du jeu vidéo étaient juste obligés de rembourser par leurs taxes et leurs impôts, tous les grands problèmes engendrés par mes magnifiques pouvoirs sur leurs bâtiments.

« Il va peut-être falloir modéliser quelques bâtiments non-prévus pour les démolitions à grandes échelles. Pour les X-Gardiens, il faut leur ajouter quelques surprises. Tu dois avoir les ennemis originaux dans les donnés du jeu, mais cela va être beaucoup trop facile pour eux à cinq. Francis est le seul très opposant au niveau de la force brute, je ne sais pas exactement où sont ses limites, mais je ne crois pas que sa force dépasse la classe 30 habituellement. Alors peut-être qu’il faut trouver un ennemi intéressant à mettre pour lui, hors des donnés du jeu. Tami, Daniels et Mason sont beaucoup plus martiaux, alors il faut ajouter les ninjas, et finalement pour Jane, elle va avoir un peu de mal vu sa télépathie inactive dût aux systèmes informatioques, alors peut-être des ennemis un peu plus haut de son niveau, mais dans le but de s’améliorer surtout. Si tu as d’autres idées, fais-moi signe, il faut que j’aille casser la gueule des criminels qui vont spammer en vingtaine là-bas. »

Pourquoi? Parce que je ne pouvais pas laisser la pizzeria de Gotham se faire cambrioler ainsi. Vous connaissez bien ma réputation autour de la protection de ce droit des plus fondamentaux. J’espérais uniquement que Tessa n’organisait pas un gros troll avec des copies de Betsy, de Wonder Woman ou encore de Tornade un peu partout. J’allais avoir beaucoup plus de problèmes contre ce type d’ennemis. Je commençais à m’envoler un peu plus loin pour atteindre la position du rôle des figurants du jeu vidéo.

Dans le jeu, c’était les ennemis les plus faciles à battre. Alors avec ma force brute et mes quelques compétences de combats, on allait dans une certaine facilité. Il avait quelques bugs à fixer, mais je faisais confiance à Tessa pour les régler. Ils m’appelaient Black Knight à place de Rogue, la magnifique. Ils n’étaient pas très doués au combats et vu leurs forces d’origines, je n’avais pas beaucoup d’efforts à faire pour les faire buguer dans un mur. La preuve était ainsi faite : J’étais tellement grande que seul un coup de pied pouvait apparaitre des glitchs dans des murs.

Par deux manques de prudences, un mec avait brisé sa batte de baseball sur mon dos et l’autre avait réussit à déchirer son couteau de beurre sur moi. La prochaine fois, je devrais faire plus attention. Des couteaux bien affinés restaient dangereux pour mon corps, même avec ma régénération, surtout si les assassins commençaient à jouer avec. Cependant j’étais beaucoup trop excitée sur le moment pour augmenter ma prudence. Peut-être plus tard, j’allais faire des efforts supplémentaires pour impressionner Tessa de mes magnifiques talents.

_________________
avatar
Anna R. Marie

Messages : 371
Date d'inscription : 21/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arkham Tessa & Rogue

Message  Tessa le Jeu 31 Déc 2015 - 12:32


Anna est une X-Woman bourrine. C’est là ça réputation. Pour ma part, je tâche de considérer les deux parties de cela : « X-Woman » et « Bourrine ». Séparément, cela limiterait grandement la compréhension. En effet, une X-Woman bourrine reste une X-Woman, donc toute bourrine qu’elle sera c’est dans le référentiel X-Men. Très différent, et supérieur, de bourrins Vengeurs par exemple ; oui, je pars du principe qu’il existe des Vengeurs non-bourrins, même si une fois encore le référentiel Vengeur inclus plus de bourrinage que celui des X-Men. Mais avant de trop digresser, revenons-en à Rogue. C’est une X-Woman bourrine, chose signifiant qu’elle est bourrine, oui, mais X-Woman aussi. Donc c’est une bourrine plus martiale qu’une bourrine lambda et moins bourrine que certain autres bourrins.

On ne peut encourager le développement personnel et s’attendre à ce que tout le monde porte un uniforme identique. Mais le vert te va bien, oui.

Logique : le vert est une couleur naturelle, comme le brun de ses cheveux, et primaire, s’accordant avec le bleu de ses yeux. Même le blanc s’ajoute à cela sans trop de problème, malgré que blanc et vert ne soient pas toujours des plus faciles à faire cohabiter. Mais la cohabitation avec Anna est aisée, elle sait la rendre ainsi et avec le bonus humour.

Je me demande si le « ma belle » fait parti de celui-ci mais suis instantanément consciente que non. J’ai eu droit à beaucoup de surnoms de la part de mes proches, un peu trop d’ailleurs, et rares sont ceux à connaitre l’origine du « Lady ». Officiellement, il s’agit de se faire passer pour une Lady britannique, officieusement c’est un dérivé de « belle » justement. Un nom de chien dans un dessin animé avec lequel Agnees ne m’a pas loupé et qui est resté. Seules mes amies peuvent ainsi m’appeler et Anna en fait partie.

Je perçois le changement de décor comme la rupture qu’il est. Une inspiration et tout est là, analysé. L’évacuation de la population civile est une immense facilité scénaristique afin d’éviter les dommages collatéraux, rendant les risques des combats entre surhumains bien moindre ; mais n’ayant pour l’heure retouchées aux conditions de jeu, il ne m’a pas été possible de changer ce fait. Après, il est également possible de l’utiliser différemment : pour qu’une évacuation de cette ampleur ait été effectuée, il faut réellement une menace imposante. Le genre que seuls des individus comme le Black Knight, ou ici des X-Men, peuvent stopper. L’idée de l’arme pathologique est sympathique mais, en ce cas, l’évacuation de la cité n’aura conduite qu’à disperser la toxine pathogène et le conflit s’étendra bien au-delà de Gotham. A exclure donc, dommage.

J’écoute les suggestions d’Anna sans lui faire face, n’ayant pas besoin de concentrer mon attention sur elle pour assimiler les informations qu’elle donne. Modifier la carte est envisageable, ne serait-ce que pour éviter de favoriser des individus ayant trop joués au jeu ou bien connue Gotham avant cela. Modifier les ennemis est obligatoire pour la simple raison qu’ils ne feront plus face à un être entrainé mais à une équipe entrainée et dotée de capacités surhumaines.

Avec une force classe 30, Francis ne court aucun risque et tuera tout adversaire humain d’un simple coup ; une force de classe 1 est déjà suffisante à le faire. Avec un martial classe 5 ou 6, quelqu’en soit le type, les trois suivants n’auront aucun mal à surclasser tous les adversaires du jeu également. Quand à Jane, elle n’est pas un problème ; c’est plutôt la simulation qui en sera un pour elle. D’un autre côté, puisqu’elle est spécialisée dans l’aide sociale, le fait qu’il y ait une évacuation élimine sa principale contribution à son équipe. Néanmoins, générer des ennemis pour entrainer les X-Gardiens sera moins compliqué qu’en faire de même avec Rogue.

Qu’on se rassure, les copies des élites X-Men et Justice League ne sont pas au programme. Néanmoins, les vrais criminels némésis de la BatFamily sont plus probables déjà. Une Carol égorgée par Bane en début de niveau devrait être assez signifiant même si nous n’y sommes pas encore. D’autres adversaires comme la Confrérie ou le FLM sont également logique, peut-être accompagnés de quelques Vengeurs selon les goûts de chacun. Mais considérant les capacités des X-Gardiens, je pense surtout que la Ligue des Assassins et les Confréristes seront les meilleurs choix : martial et pouvoir, comme eux. A l’opposée, les figurants resteraient des figurants. Les véritables ennemis n’en auraient que plus d’impact même si, tel que Rogue s’en allait le démontrer, les humains normaux en perdaient tout intérêt. Qu’ils soient une vingtaine ou une centaine n’y changerait rien.

En revanche, une chose à changer serait les interactions ; j’aurai pensé que Danger le ferait d’elle-même mais ce n’était pas le cas, visiblement. De même, la Salle sembla ne pas réussir à gérer la première attaque de Rogue, laquelle confirmait sa réputation avec la nuance précédemment conceptualisée. Il suffisait de régler la prédominance du codage du jeu d’origine sur celui de la simulation actuelle : l’environnement était une base, le reste revenait au fonctionnement habituel.

Les bras croisés et avançant calmement, c’est ce que je fais par la pensée alors que je laisse Rogue faire joujou. Elle n’est pas prudente face aux petits adversaires, sans doute consciente de son invulnérabilité face à eux. C’est, pour moi, une erreur car il suffirait d’un adversaire dangereux dissimulé pour ainsi la conduire à un coûteux échec. Je me tais néanmoins, continuant d’analyser sa technique de combat, toute « dissimulée » qu’elle soit.

Je t’aurais volontiers aidée si tu en avais éprouvé le besoin.

Mon commentaire est naturellement lâché lorsque je m’immobilise à son niveau. Décroisant les bras, je lui fais face en mettant mes mains sur mes hanches.

Niveau idée, je n’en ai qu’une : en me basant sur l’histoire et la topographie du jeu, je vais me permettre une adaptation.

Restant silencieuse une seconde, je profite de cette pause pour modifier nombre de choses afin de l’adapter à une chose qui, je le pense, surprendra au plus les X-Gardiens. L’évacuation n’est plus à l’ordre du jour, trop simple ; un couvre-feu sera plus adéquat. Si la progression restera à peu près la même, la plupart des boss deviendront des personnalités réelles ayant sévies ou sévissant à Gotham ou en lien avec la faction adversaire principale. En gardant la mise en forme du jeu, je vais partir dans quelque chose de bien plus « tangible ». Une chose qui ne me prend que le temps de mon silence à créer en coopération avec Danger.

Bienvenu à la Gotham de l’an 2.000.

Bienvenu sous le joug de Bane, dans une ville prise en otage et menacée d’être nucléarisée. Personne n’ose réagir même si les USA ne supportent pas cela et les entrainés devront donc réussir ce que la Batfamily fit à cette époque. Mais du fait, il n’était pas déraisonnable de craindre la confrontation avec une élite X-Men : Besty était alliée à Bane à l’époque.

Voici qui devrait occuper les X-Gardiens un moment. Quand à Anna… je la fixe simplement, impassible et dissimulée derrière mes verres rouges.

_________________
Tessa

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 124

avatar
Tessa

Messages : 401
Date d'inscription : 14/07/2015
Localisation : Institution Charles Xavier

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arkham Tessa & Rogue

Message  Anna R. Marie le Ven 8 Jan 2016 - 2:00

Bon, il fallait quand même établir quelques notes dans les grandes études de Tessa sur la science du bourrinage. Cette science est étudiée depuis plusieurs années, surtout avec l’apparition de Superman et de Wonder Woman dans les années 60. Les bourrins faisaient rêver le monde, on pouvait les voir partout et certains s’amusaient à devenir des bourrins aussi puissants que même les grandes armées de cette planète ne pouvaient pas rivaliser avec ceux-ci. Ils avaient trouvé des moyens de comment défaire les différentes menaces des bourrins, que cela soit par la technologie ou par la création de leurs équipes de bourrins. Honnêtement, je m’accordais sur un point de vue en particulier, vu tous les bourrins qui se trouvent sur cette planète, c’est normal que les forces militaires traditionnelles soient un peu dépassés par les nouvelles équipes de défenses.

Sérieusement, je ne voyais pas vraiment comment les forces militaires pouvoir combattre les X-Men. Je ne voyais même pas une chance de l’Armée américaine contre les X-Men. Et pourquoi ça? Parce que j’étais bien sûr dedans. Comment on pouvait résister à mon bourrinage qui était vraiment l’élite de l’élite? Même Ororo m’avait dit un jour avec un peu de patience, j’aurai la possibilité de vaincre Wonder Woman ou Superman. C’était quand même des commentaires qui m’avaient monté la tête depuis. Je m’avais même fais une affiche de lutte pour le montrer au peuple quand la WWE allait passer à Brooklyn, mais que Kitty avait cruellement déchiré depuis. En tout cas, j’espérais que Tessa était consciente qu’elle était accompagnée par la meilleure bourrine de tous les temps.

Je devrais peut-être faire attention à mon vantage de haut degré, mais c’était une attitude que j’aimais bien. Cela devait venir de Carol et peut-être que c’était l’un des seuls avantages de cette pétasse : Je pouvais trouver une réponse pour n’importe quelle connerie et paraitre toujours crédible pour ma personne. Je répondais avec un sourire pour les informations sur le costume avant de la laisser continuer à réfléchir sur ce que je venais de lui dire. Je ne savais pas trop comment elle allait gérer cela, dans le jeu, l’épouvantail était le méchant principal dans le jeu habituellement, mais peut-être que mon ami pouvait me réserver quelques surprises.

En tout cas, c’était mon temps pour m’amuser avec quelques ennemis pas très importants dans le jeu. Après de m’être débarrasser de mes ennemis basiques, c’était le temps que Tessa revenait avec les bras croisés pout me faire des magnifiques commentaires sur mes capacités. « Ne soit pas trop jalouse, c’est normal que je me sers de ma classe en fracassant des ennemis basiques. Et il faut bien que je me défoule, je pense que les X-Gardiens ont volé ma pizza que j’avais ramené hier… » Je lui laissais un petit sourire à ma réponse qui se définissait par un non-sens. J’espérais un jour pouvoir faire buguer Tessa en disant n’importe quoi, cela serait l’une de mes plus grandes victoires intellectuelles, juste après avoir compris l’une des leçons d’Hank quand il utilisait des mots bien trop compliqués.

Tessa venait de sortir une première idée. Comme prévu, elle allait plutôt changer le modèle du jeu pour éviter que certains trichent en y ayant jouer trop longtemps. J’attendais un petit instant pour voir les modifications possibles et là elle venait quand même de me troller. Elle venait de prendre typiquement le scénario de Bane en 2000 qui tient en otage la ville de Gotham. J’avais un peu de mal avec cette simulation car Psylocke restait une combattante extrêmement dangereuse même en 2000 et tous les maux qu’elle pouvait avoir. Et Bane restait dans mon esprit l’un des meilleurs combattants de la planète, malgré qu’il commence à prendre de l’âge aujourd’hui. Je laissais un petit rire venant d’une petite insécurité avant de commencer à voler un peu. « Ouais, je vais essayée de gérer un peu le truc. Betsy doit être un peu moins douée qu’aujourd’hui, mais le grand danger est Bane. Comme je suis une femme extrêmement ouverte et généreuse, je vais prendre Bane et tu t’occupes de Betsy? Cela te convient? » Je savais où trouver Bane exactement, il était protégé dans la mairie. Cependant Betsy était selon mes souvenirs en train de tuer des gens dans les rues. C’était un peu normal de se séparer à cette étape.

Je commençais à voler en direction de la mairie, mais avant tout, c’était le temps d’écraser quelques tanks qui protégeaient la mairie. Les larbins de Bane étaient considérablement puissants pour des combattants normaux, mais avec ma puissance et quelques techniques, je pouvais m’en débarrasser assez facilement. C’était ensuite le temps de m’occuper de Bane et aussi de me servir l’une de mes rares capacités, les rayons de Carol pour défigurer la mairie.

Ce n’était pas vraiment très discret, mais au moins, Bane était en train de commencer à se pointer le bout du nez. Il avait vu mes exploits, alors il savait très bien qu’il était obligé de se servir de son venom pour m’affronter. Il parlait tel un professeur en poésie, mais je voyais bien que cela l’énervait beaucoup quand je n’arrêtais pas de l’interrompre pour faire une blague en digne de Jar Jar Binks. Ses muscles étaient en train de gonfler et son regard avait totalement changé durant une petite seconde. Il avait quelque chose que je me souvenais dans ce qu’on m’avait dit dans la salle des dangers : Il était impossible de mourir et surtout il était impossible de faire briser le dos en morceaux. On pouvait ressentir une douleur, mais vers la fin de la simulation, cette douleur s’attenuait.

Honnêtement, je n’aurai pas fais autant ma chiante envers Bane en ne sachant pas cela. Je voulais me tester. Je n’avais aucune chance de l’affronter martialement avec son contrôle habituel, mais son venom lui faisait souvent perdre son contrôle. J’allais vraiment me mettre à fond avec mon martial et ma puissance. C’était le temps d’être bien plus prudente. Ses premiers pas étaient bruyants, il fonçait directement vers moi avec ses immenses muscles. J’essayais un moment de faire ma ninja et de passer au dessus de lui, mais il avait encore des excellents réflexes pour m’attraper le pied au vol et m’envoyer valser dans un mur d’un bâtiment au loin.

Premier fail. La grosse brute fonçait de nouveau sur moi avec toute une puissance et c’était le temps de commencer le combat réellement, à place de l’esquiver, je résistais à son coup pour donner mon premier coup en offensive. Je voyais bien que les effets de mes coups n’étaient pas aussi considérables que je pouvais penser. Cela ne m’avait pris que quelques minutes pour voir comment j’étais dépassée martialement, même contre Bane en colère avec son venom. Les coups étaient puissants et il m’avait presque mise KO en plongeant une fois sur moi quand j’étais au sol.

J’espérais que Tessa ne voyait pas vraiment la scène, parce que c’était franchement une raclée que je recevais. L’une des seules choses impressionnantes avec ce combat, c’était combien de coups de classe 50 que je pouvais recevoir sur le coup avant de paraitre vraiment affaiblie. C’était après un solide coup de poing sur le menton que je perdais mon équilibre pour tomber au sol. Bizarrement, j’avais vu le coup venir et à place de me protéger comme dans mes habitudes, je m’étais laissée frappée. Cependant, je n’avais pas prévu qu’il me relève avec la tendresse d’un cheval par ma mèche blance pour me donner un solide coup de pied dans mon ventre et me faire virevolter à travers deux murs.

J’étais au sol, un peu de sang coulant de la gueule et un minime œil au beurre à noir. J’espérais que mon plan fonctionne minimalement. Bane appréciait beaucoup une prise et je voulais qu’il me le fasse. Je voulais voir comment Xavier pouvait se sentir en se promenant avec une chaise roulante. Comme prévu, Bane m’avait pris une main dans le dos et l’autre main sur l’une de mes jambes. Je faisais semblant d’être peu consciente, mais en réalité, j’avais eu le temps dès cette levée de prendre la machine qui alimentait son venom et de l’arracher le plus cruellement au monde.

Me laissant tomber au sol de cette contre-attaque, je sentais quand même la douleur au dos. Je pouvais quand même me relever pour frapper Bane qui semblait crier de douleurs dût aux débranchements de son appareil. Je lui donnais un puissant coup de poing. Il lui restait quand même une bonne résistance, mais ce coup avait vraiment le but de l’assommer. Il avait été propulsé sur plusieurs murs et quand je suis revenue vers lui, je voyais bien qu’il était inconscient. Je vérifiais son état en lui faisant une petite blague de Jar Jar Binks, mais aucune réaction. J’avais gagné… gagné était un grand mot, j’étais vraiment en mauvais état physiquement.

Je sentais déjà quelques de mes muscles être douloureux durant le vol pour retrouver Tessa. J’avais entendu quelques bruits au loin durant mon combat, et il avait déjà quelques miliciens de Bane au sol dans un coin. Me déposant au sol proche de cette localisation, j’essayais quelque chose de différent en essayant de transférer mes pensées à mon amie. '' Tessa? Tu vas bien? Bane est hors-combat, et toi ça va avec Betsy? Je pense que je vais devoir me reposer un moment avant de recommencer, le combat était assez difficile contre Bane. '' Je déposais l’un de mes genoux au sol sentant encore de la douleur au dos et au visage. J’espérais vraiment ne pas m’occuper de Betsy, je ne pensais pas être en état la rivaliser, même en deux contre une.

_________________
avatar
Anna R. Marie

Messages : 371
Date d'inscription : 21/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arkham Tessa & Rogue

Message  Tessa le Ven 15 Jan 2016 - 18:08


Etre jalouse ? Nullement. Nous avons chacune nos domaines de prédilection et nos avantages, même s’il est vrai qu’Anna ne bat sur les plans physiques. Je pense sincèrement équilibrer la balance sur les plans mentaux, relevant l’incohérence de la pensée rétroactive mais n’y réagissant guère plus ; il est possible de me faire bugger, j’en suis persuadée, néanmoins trouver une incohérence suffisante à ce que mes capacités d’analyses bloquent dessus ne doit pas être une mince affaire. Sans doute faut-il chercher du coté des improbabilités les plus complètes n’ayant absolument rien à voir avec la situation présente pour me laisser le loisir de chercher un lien n’ayant tout simplement aucune existence.

Le rire nerveux précédant sa réponse à mon altération dramaturgique est plus important encore que les mots qui le suivent. Dans le jeu, l’ennemi principal était une sorte d’équivalent de l’épouvantail ? L’épouvantail a cela d’intéressant qu’il nécessite une préparation afin de le confronter. Se rueur sur lui en beuglant n’est bon qu’à faire de nous la victime de ses toxines ; néanmoins, je n’étais pas loin de la vérité avec la menace pathologique. Il fera une excellente pièce maitresse dans la partie en cours, une sorte de plan de secours pour Bane : plutôt que de tout réduire à néant à coup de bombe nucléaire, ce qui impliquerait d’y passer également, une bombe bactériologique contenant un virus liquéfacteur aéroporté assurerait que personne ne se permette d’intervenir tant qu’elle n’est pas désamorcée, sachant que Bane est ses suivants seraient déjà vaccinés. Sans cela, toute la population de Gotham City se retrouverait transformée en biomasse sanguinolente, ses réserves naturelles d’eau seraient empoisonnées pour des années et le vent arroserait une partie de l’état. Un magnifique tapis plus ou moins rouge sur plusieurs dizaines de kilomètres, tout aussi terrifiant que les travaux d’Haber durant WWI. Travaux qui devraient pouvoir me permettre de synthétiser une forme virale d’ypérite plus volatile et rapide mais là n’est pas l’intérêt : on reste en Salle des Dangers, dans de la théorie pure.

Et, même en Salle des Dangers, il y a toujours une extrême différence entre la théorie et la pratique. La tentative de gérer le truc d’Anna en est une, laissant présager une fin pour le moins salissante. Qu’importe, nous sommes ici pour tester les choses et compliquer au mieux la tâche des X-Gardiens lorsqu’ils feront le véritable entrainement.

J’en suis encore à altérer les plans de notre adversaire pour compliquer les choses mais si tu veux commencer par la fin, je t’en pris.

Je regarde mon amie s’envoler en me disant que dans le magnifique jeu de rôle que nous menons, être maitresse du jeu et joueuse en même temps vient de me coller dix millions de morts fictives sur la conscience. Heureusement que je ne suis pas apte à culpabiliser. Mais là n’est pas le plus important : comme Rogue, je suppose que les X-Gardiens sauront où trouver Bane et seront capables, bon gré mal gré, de le vaincre. Hors donc, compliquer la tâche en insérant la jeune Besty à ses côtés est une évidence ; en plus du plan de liquéfaction global en cas de défaite de Bane. Ceci nous fait donc 3 adversaires véritables répartis en deux rencontres.

Affichant sur mes Cyberlunettes toutes les images récupérées par la Salle des Dangers en lien avec des caméras fictives, je continue de suivre Rogue tout en localisant une Besty toujours esseulée et en poursuivant ma complication de notre activité. L’hôpital central est converti en centre d’opération de l’Épouvantail, la mairie est la forteresse de Bane… transformer le commissariat central en caserne pour une milice armée menée par Deathstroke me semble également représenter un défi intéressant pour les jeunes prodiges.

Les choses se font et s’enregistrent alors que je me baisse pour faire les poches de l’un des figurants vaincus au pied de la pizzéria, y trouvant comme je l’escompte un paquet de cigarette et un briquet. Psylocke n’est pas loin, les limitations de la Salle des Dangers obligent, mais je n’ai pas l’intention de prendre part à un combat loyal. Besty m’a entrainée, j’ai pu analyser ses techniques et sait comment en contrer un certain nombre, ainsi un combat contre une version plus jeune et moins expérimentée d’elle serait indiscutablement en ma faveur. Simplement l’effort ne m’intéresse pas.

Récapitulons la situation : trois points névralgiques, quatre antagonistes. Bane tient la ville depuis la mairie, sensément avec Psylocke à ses côtés, et est gardés par une escorte d’élite. Deathstroke commande la force militaire principale permettant d’assoir cette domination depuis le commissariat et enverra des renforts quelques soit l’autre point sensible attaqué. L’Epouvantail réside dans l’hôpital avec le plan de secours pour le moins explosif. Qu’y rajouter ?

Alors que j’entre dans la pizzéria défendue précédemment par Rogue, les verres de mes lunettes deviennent inertes et ma forme astrale se sépare de ma forme physique sans causer le moindre trouble à celle-ci ; mon cerveau est apte à tant d’opération que contrôler mon corps d’un côté et mon esprit de l’autre ne lui pose aucun problème. Je vais pouvoir ainsi, en simultané à mes réflexions concernant les modifications à apporter à cette simulation, pouvoir préparer mon piège et attirer ma proie dedans.

Anna m’en voudra peut-être de réduire à néant ce bâtiment qu'elle a sauvé de casseurs mais, considérant les lourds dégâts qu’elle inflige à la mairie, elle n’aura pas de leçon à me donner. Une à une, mon corps ouvre les valves de gaz alors même qu’en un autre lieu mon esprit distrait une Psylocke criminelle de la bataille qui a alertée toute la ville et que les bandes de casseurs fuient la zone à l’inverse des équipes de Deathstroke qui s’y rendent. Les bandes de casseurs sont des figurants adéquats, petits voyous opportunistes rangés sous la bannière de Bane par arrivisme, néanmoins ils ne sauraient représenter un objectif secondaire comme les miliciens ou les toxines. Il me faut un troisième point névralgique et les choses se font avec leur instantanéité naturelle : les policiers de Gotham City sont dans l’incapacité d’aider qui que ce soit, ayant été enfermés dans les cellules de l’asile d’Arkham sous la surveillance du gang du Joker. Un objectif principal, trois objectifs secondaires, la mission me semble finalisée ; dès que je serais de nouveau en mode cyberpathe, je concrétiserai cela.

Sortant de la cuisine, je ressors des poches internes de mon cache-poussière le briquet et les cigarettes. En allumant une, je la dépose sur le sol à un mètre de la porte d’entrée de la cuisine et la laisse se consumer. Alors que mon esprit se concentre à échapper à une Psylocke meurtrière en revenant vers ma position, mon corps sort de la pizzéria en passant par la vitre fracassée, s’en allant se positionner dans les ombres de la ruelle d’en face. Mes mains s’en vont à mes flans, dégainant la paire de Beretta modifiés, et mon piège est finalisé à son tour.

J’ignore comme Rogue s’en sort face à Bane, n’ayant plus loisir de l’observer grâce à mes lunettes, mais je sais que ma propre confrontation touche à son terme ; même si le terme « confrontation » n’est pas adéquat. Il n’y aura pas de blessures ici, pas de sang ou de référence à des événements mythiques. Il y aura cependant l’exploitation des capacités de l’ennemi contre lui, cependant.

La dague mentale de Besty, même synthétisée par la Salle des Dangers, pourrait me faire grandement souffrir si elle me touchait ; ce qui n’est pas le cas. Détourner une attaque mentale est aisée pour un cerveau fonctionnant aussi vite que le mien et si mon adversaire veut gagner, elle est obliger de poursuivre mon esprit jusqu’au corps-à-corps. Mon esprit fuyant à destination de cette cuisine savamment préparée, continuant de s’attirer l’attention de sa cible par des tentatives totalement veines d’intrusion dans des buts de contrôles mentaux ; je n’en perds pas de vue que nous sommes dans une simulation et que Danger ne fait que donner le change.

Mais le change est bien donné et lorsque Psylocke franchi à son tour les portes de la cuisine, l’appel d’air entraine la rencontre de la combustion de la cigarette et des gaz inflammables. Il y a quelque chose de fascinant dans le front de flammes qui suit, les variations de couleurs et de mouvements surpassant à mes yeux tout ce que l’art ne pourra jamais produire ; chose n’étant pas suffisante à me distraire de ma véritable cible.

Je suis certaine que les réflexes de Psylocke auront été suffisants à dresser un bouclier psionique par pur réflexe, lui évitant une immolation fort peu agréable, et c’est en cela que j’exploiterai sa capacité contre elle. Pour dissiper les flammes autour d’elle, la télékinésiste aura à les repousser à l’aide de son pouvoir et, ceci fait, la protection offerte par celui-ci ce dissipera durant une seconde ; le temps qu’elle génère un nouveau champ autour d’elle. Hors, il faut moins d’une seconde aux balles de mes armes pour venir l’heurter. Et considérant que les temps de transmissions neuronaux des humains varient entre 200 et 250 millisecondes, ma cible ne saura même pas qu’elle l’a été.

Le bang sonique atteint mes oreilles et est analysé par mon cerveau après que les munitions aient atteint les deux hémisphères de celui de ma cible. Alors que les douilles heurtent le sol, le corps inerte en fait de même.

Réabsorbant mon esprit et repliant les bras pour ranger mes armes dans leurs holsters de flanc, je remercie Danger d’avoir considérées les véritables munitions que j’ai employées pour cette simulation comme les munitions chimiques que j’ai choisi d’employer en véritable mission. Je sais que j’aurai été incapable de regretter mon geste mais ainsi exploser la tête de Besty, même une version plus jeune et totalement factice, m’aurait dérangé je crois. Je n’ai pas envie de le savoir.

Je m’apprête à repasser en mode cyberpathe mais des échos astraux raisonnent autour de moi, mon sens psychique m’avertissant de leur présence et mon pare-feu les laissant raisonner dans mon crâne. La seconde suivante, mon esprit est connecté à celui de Rogue, ses pensées me parvenant avec une intime clarté. J’ai beau savoir ce que l’éthique de la télépathie préconise quand à ses utilisations ainsi que les dangers qui peuvent y être liés, je ne peux m’empêche de ressentir une pointe de satisfaction lorsque mon esprit analyse les pensées d’autrui. Ce n’est pas seulement un nouvel univers et une nouvelle perception de l’univers qui s’offre à moi, c’est aussi une marque d’intimité et de confiance lorsque la personne que je décrypte ainsi est volontaire ; ce qui me semble être le cas puisqu’Anna a cherché à me contacter ainsi.

Je perçois mentalement sa douleur et mon visage se crispe, rapidement suivit par mon corps. Instantanément, j’ai les souvenirs de la confrontation avec le faux Bane et me dirige vers Anna. Mes yeux analysent ses blessures que mon esprit partage, des désagréments se fracassant comme des vagues sur les falaises de ma volonté. Desserrant les lèvres, je parle d’une voix calme et posée.

Tu as principalement des hématomes, même s’il est possible que des fêlures soient présentes. Epargnes-toi la douleur des paroles, j’entends tes pensées.

La résistance d’Anna et la force médiane de Bane étaient équivalentes et, si elles permettaient de tuer 87,7 fois un humain d’un seul coup, cela signifiait que les dégâts osseux étaient peu probables. Une possibilité encore réduite par le fait que l’on soit en Salle des Dangers.

M’accroupissant auprès d’Anna, je reprends la parole tout en lui touchant la gorge de manière analogue à une prise de pouls. Bien que toujours énoncé à voix haute, mon discourt est bien plus calme et trahis mon absence.

Besty s’en sortira, même si ses centres sensoriels et moteurs ont chacun reçue une forte dose d’anesthésiant. Inutile de s’inquiéter d’elle ou pour elle.

En plus des pensées d’Anna et des nombreuses autres données m’effleurant la conscience, c’est son génotype que je vois défiler dans ma tête et la vingtaine de milliers de gènes de chacune de ses cent mille milliards de cellules sont quelques choses nécessitant une grande concentration ; même pour moi.

Quel est le dernier mutant régénérateur que tu as touché ? Si je réactive la séquence ADN correspondante, tu devrais pouvoir bénéficier de ses capacités comme lors de ta dernière absorption. De quoi gagner un temps précieux sur ta récupération présente et à venir.

Peu de gens connaissent cette capacité. Encore moins comprennent réellement son potentiel. L’utiliser est difficile mais cela vaut le coup. Et pendant que je m’y emplois, sachant que chercher une séquence ADN précise me sera bien plus simple que d’analyser une à une chaque séquence précédemment dupliquée par Rogue pour en déduire l’utilité dans son organisme et les modifications apportées par son activation ou son inhibition, je continue de parler.

Voici un bref briefe sur la situation : on a accompli l’objectif principal puisque Bane et son alliée Psylocke sont vaincus, ils ne contrôlent plus la ville. Cependant les milices de Bane, commandées par Deathstroke, continuent d’agir depuis le Commissariat central. Il va falloir les neutraliser également si l’on veut que cette ville retrouve sa liberté. Parallèlement, les forces de l’ordre sont confinées dans l’asile d’Arkham, « gardées » par le Joker et son gang. Il va falloir les libérer également. Plus urgent, la bombe avec laquelle Bane tenait à l’écart les forces d’intervention devrait exploser sous peu, maintenant qu’il a été défait. Il s’agit d’une arme bactériologique libérant un virus aérotransporté qui suit le même principe que du gaz moutarde, mais plus rapide et volatile. L’Epouvantail ayant investi l’hôpital central, c’est là-bas que sa bombe doit se trouver. C’est là-bas qu’on doit se rendre au plus vite pour la désamorcer.

En sommes, nous manquons cruellement de temps depuis que j’ai joué à la criminelle consultante. Voici qui va rendre la partie d’échec plus intéressante.

_________________
Tessa

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 124

avatar
Tessa

Messages : 401
Date d'inscription : 14/07/2015
Localisation : Institution Charles Xavier

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arkham Tessa & Rogue

Message  Anna R. Marie le Lun 18 Jan 2016 - 0:30

Vous savez comment décrire tous les passages actions qu’il venait de se passer? De la classe X-Woman à l’état pur. Je savais que beaucoup pouvait se douter en voyant me faire démolir la gueule par Bane, mais il fallait quand même avouer que je m’étais bien débrouillée pour avoir confronté l’un des meilleurs combattants de la planète. Je ne faisais pas trop de rapport de niveaux comme Betsy pouvait faire, mais au moins je pouvais être capable de me mettre quelques limites avec ce combat. Je ne pouvais même pas affronter aujourd’hui cette grosse brute sans toucher à Betsy ou encore à Logan. Je savais très bien que certains pourraient très bien me répondre que je n’avais que pousser un entrainement martial pour devenir meilleure… mais j’avais plein de contre-argument pour éviter de tomber dans des entrainements trop poussés.

Premièrement, il fallait que je termine mes séries favorites. Je venais de commencer True Detective et la nouvelle saison de Walking Dead, alors je ne pouvais certainement pas tout faire. Deuxièmement, il fallait encore que je capture le dragon de Kitty pour faire le remake de trône de fer dans les X-Men et finalement, il fallait que je pense à embêter les nouvelles recrues des jeunes X-Man : Jessica, Jennifer et peut-être Casey. Le gamin blond me terrifiait beaucoup trop, alors j’aimais mieux ajouter un peut-être pour éviter que ses paroles touchent mon cerveau et bugue complètement mon cerveau. Juste pour vous dire que mon temps était vraiment trop précieux pour un entrainement majeur.  

En tout cas, j’aimais bien perdre Tessa sur certaines périodes. Moi je ne suivais pas la logique des jeux vidéos, j’allais me battre direct contre le boss final sans m’ajouter des attributs physiques. Dans le jeu, Black Knight, on avait la possibilité d’augmenter les armes et l’endurance de l’armure du chevalier noir, mais quand on s’appelle Rogue, on n’a pas besoin de se faire améliorer nos attributs en affrontant des boss secondaires: On est déjà l’élite des plus grandes brutes, alors je pouvais passer des étapes traditionnelles.

Il faudrait peut-être que je demande quelques conseils à Psylocke comment la Batfamily avait vaincu Bane sans superpouvoirs. Malgré que je sache très bien que les assassins pouvaient tuer des êtres surpuissants, ma plus grande question était surtout : Comment? Je n’avais pas trop eu le temps de fouiller dans les tonnes des dossiers de chaque X-Men pour savoir comment, mais cette question me venait surtout en tête après avoir été complètement tabassé par un Bane avec du Venom. Alors pendant que je revenais innocemment sur place, Tessa était en train de se battre contre une jeune Betsy et de planifier encore des plans plus diaboliques. Je comprenais le grand malaise de Tessa sur le moment ; je venais de déjouer complètement son plan de génie pour un long scénario, alors elle essayait de trouver des alternatives pour continuer et essayer de combattre mon génie.

En revenant délicatement sur place, Tessa avait répondu à mon message télépathique pour revenir vers ma position. Mon amie faisait en premier lieu un petit tour de mes blessures. Comme on était dans la salle en danger, je ne me sentais pas vraiment en train de mourir. Peut-être que dans un vrai combat, j’aurai terminé dans un pire état que celui-ci. Tessa s’agenouilla vers ma position pour prendre mon pouls. Durant un moment, je vivais une petite crainte. J’écoutais parfois la lutte avec Kitty et je savais très bien ce que voulait dire de prendre la gorge à une personne. Cela se définissait par un classique Chokeslam, lever son adversaire du sol et bam dans la table en adamantium que Danger aurait ajoutée pour offrir une victoire de me ramasser devant les étudiants X-Man.


Je me créais vraiment des scénarios catastrophiques de ce type depuis plusieurs années. Logan m’avait déjà trollé sévèrement avec sa simulation dans le pays des Barneys, les mignons dinosaures mauves de l’émission pour enfant transformés en tueurs intelligents qui chantaient, alors peut-être que je pouvais avoir une surprise similaire avec Tessa. La femme-ordinateur me résumait ensuite sa situation de son combat contre Betsy, elle avait bien géré et elle avait évité de la tuer. J’aurai quand même un lourd malaise de tuer l’avatar d’un X-Man, même si cela pouvait être juste de la simulation. On développait quand même un attachement affectif pour chacun de nos coéquipiers dans les X-Men, malgré qu’on ne puisse pas toujours avoir de grands temps entre chacun.

'' C’était Wolverine, je pense. '' Il n’avait quand même pas beaucoup de mutants régénérateurs dans les X-Men, en tout cas, pas aussi performant que le système de régénération de Wolverine. J’avais aussi un système de régénération amélioré, mais il était très loin d’atteindre celui de Wolverine. En plus, c’était un peu lui qui me le passait pour améliorer mon martial ou pour me régénérer de quelques blessures en mission. Il avait peut-être mon entrainement avec le jeune Julien Garneau, un mutant ours, mais cela faisait quand même très longtemps, alors le nom de Logan m’apparaissait évident pour aider Tessa à se retrouver dans mon ADN de la folie.

Et Tessa venait de m’annoncer l’ajout de plusieurs personnages dans ce scénario. Je la regardais bizarrement à l’annonce des principaux antagonistes de notre petite mission. L’Épouvantail ne me dérangeait pas vraiment dans l’idée que c’était peut-être un psychopathe dangereux, mais il était loin d’être le plus dangereux ennemi de Gotham. Alors elle venait quand même de m’annoncer l’arrivés de Joker et de Deathstroke. Joker restait quand même l’un des ennemis les plus impitoyables et un terroriste bien plus craint, que même l’organisation de l’État Islamique ou l’État Mutant.

Et pour Slade? Sérieusement? Le mec, il était décrit comme l’un des meilleurs combattants de la planète, même pour égaliser Batman ou Gorgone. Prochaine étape, Tessa ajoutait Beya Al Ghul et Lady Shiva pour aider la Ligue des Assassins de reprendre la ville, uniquement pour ajouter du challenge. Commençons par le plus simple et surtout le plus urgent à la fois :

'' Je propose qu’on commence par l’Épouvantail. La bombe est la plus importante à désactiver sur le moment. Il ne faudrait pas que je te donne l’idée de transformer l’arme bactériologique en créateurs de zombies ou encore à ajouter quelques assassins de haut niveau pour la protéger. Il faudrait qu’on infiltre le bâtiment nous deux ou est-ce que tu as un autre plan d’action? ''

Je pouvais peut-être faire source de distraction pendant que Tessa s’occupait de l’épouvantail et de la bombe. J’avais peut-être quelques capacités de tactiques et de stratégies, mais je préférais surtout laisser le futur plan à une tacticienne bien plus douée que moi.

_________________
avatar
Anna R. Marie

Messages : 371
Date d'inscription : 21/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arkham Tessa & Rogue

Message  Tessa le Dim 31 Jan 2016 - 9:00


Je parle trop et mon cœur bat trop ; j’ai connu pire mais j’ai connu mieux. Ma voix et ma respiration restent lentes. Je fais toutes les choses simultanément, comme toujours, mais la distanciation que cela donne est aujourd’hui compensée par les commentaires qu’Anna fait dans sa tête ; commentaires qui raisonnent dans la mienne.

La crainte est étrange mais je l’en comprends mieux vis-à-vis de l’imaginaire de mon amie. Je doute néanmoins être ainsi capable de la soulever et de la faire plier une table d’Adamantium ; de plastique sans doute, de bois c’est déjà moins sur, d’Adamantium non. Je ne suis par Warpath. Et je ne cherche pas à battre Anna non plus, tendant à éviter de me retrouver dans toutes ses histoires de duel inter-X-Men autrement que sous la forme de commentatrice et porte-Kitty. Ceci étant, la paranoïa de Rogue lui ayant été inculquée par Logan, je peux comprendre. Sans avoir jamais trouvé sain un dessin animé pour les enfants, je comprends le malaise créé par la transfiguration de l’innocence. Je sais aussi que j’aurai été plus à mon aise dans la simulation de Wolverine que dans le dessin animé originel. Mais Gotham me satisfait dans sa lutte pour la survie et, n’ayant rien fumé avant de venir, je ne partirais pas dans un trip de ce genre ; même si, une fois encore, Anna me donne des idées très intéressantes. Surtout considérant les toxines de l’Epouvantail.

Je ne fais cependant aucun commentaire à ces pensées comme à celles sur le malaise d’abattre l’avatar d’un X-Men, surtout aussi aimé que Besty. Elle est un symbole de rédemption comme un mentor pour nombre d’entre nous, moi incluse, donc voir son image défigurée par la mort serait sans doute traumatisant pour nombre de personnes. Il n’y a bien que des gens comme Wolverine pour qui on ne s’inquiète pas, régénération faisant.

Et c’est d’ailleurs les traces ADN de Logan que j’entreprends de chercher, une vois qu’Anna me les a indiquées. Non, les régénérateurs sont choses rares et pourtant incroyablement pratique mais niveau puissance, Logan et Laura sont à un niveau incroyable. D’après mes calculs, ils guérissent 604.800 fois plus rapidement qu’un être humain normal. Et, bien que je n’y ai pas pensé, il est vrai que les capacités de Rogue s’amélioreront également des autres qu’elle a volées à Wolverine, une chose toujours utile dans un contre la montre.

Mes paroles se terminent et je regarde mon amie, lisant sur son visage des émotions dont les déclencheurs raisonnent dans ma tête tout en lui permettant de réobtenir les capacités de Logan comme si elle venait de le toucher. Sans surprise, c’est le plus fin qu’elle craint le moins mais je suis en accord pour dire que le plus problématique sera le Joker. Je ne me suis jamais retrouvé dans l’esprit d’un tel être mais cela serait assurément des plus intéressants. Quand à Deathstroke, j’en suis parfaitement conscience et c’est bien pour cela qu’il est là. C’est bien parce qu’ils sont dangereux qu’ils sont tous là. Beya Al Ghul et Lady Shiva comme retournement de situation une fois la poursuite du scénario très avancée… pourquoi pas. Une fois encore, Anna me donne d’excellentes idées. Reste à savoir ce que j’en ferais.

Je me permets un sourire alors que mon amie me parle, sensiblement amusée de la situation. La relâchant et me relevant, je lui tends la main pour qu’elle en fasse autant.

Je suis dans ta tête Rogue, j’entends tout ce qui s’y passe.

Je ne précise pas quelles idées elle m’a données ou encore lesquelles seront réellement intégrées au scénario, cela en tien du suspens, mais laisse clairement entendre des modifications que je n’ai pas encore faire.

Maintenant que tu parles sans souffrir, j’en sors.

Ma conclusion me fait perdre le sourire alors que, dès l’instant où je suis de nouveau seule dans mon esprit, je modifie mes interactions mentales afin de recommencer à échanger avec les ordinateurs. Les modifications au scénario ce font en même temps que le plan et mes paroles.

Il y aura probablement un décompte avant que la bombe n’explose, pour pouvoir la désamorcer en cas de besoin. Cela nous laisse quelques minutes pour nous rendre sur place et l’atteindre.

Sur une bombe de cette ampleur, il doit y avoir un système de désamorçage préprogrammé ; trop de risques que de ne pas en avoir en cas d’activation accidentelle. Néanmoins, reste à savoir à quoi ou à qui il est lié. Bane, sans aucun doute, puisqu’il est à la tête de l’opération. L’Epouvantail également puisqu’il est la pièce chargée d’activer ce plan de secours. Bien.

Le Facteur Régénérateur de Wolverine te permettra de résister aux pathogènes avec lesquelles l’Epouvantail à piégé l’hôpital, même si la concentration risque de te donner tout de même des symptômes.

Selon les souches, cela pourrait aller des hallucinations habituelles à se noyer dans son sang ; je n’en ai pas encore décidé. Néanmoins, les deux ce valent : l’Epouvantail est fasciné par la peur, il pourrait donc avoir ainsi utilisé son schéma habituel pour se protéger, mais il garde une bombe bactériologique et aurait tout aussi bien pu user du germe d’entrée de jeu, sachant que ses alliés et lui sont vaccinés. Dans le doute, faisons ce qu’il y a de plus intelligents à faire : mettre les deux. Après tout, le but d’un plan est qu’il fonctionne, pas qu’il soit déjoué.

Symptômes qui me seront fatal si je n’ai pas le temps de les analyser et de me vacciner. Ce qui est un pari à prendre.

Je dois pouvoir modifier mon ADN suffisamment rapidement pour me vacciner seule au virus ; impossible de faire des probabilités sans le connaitre. Néanmoins, la Salle des Dangers me permet de m’assurer d’une chose : je ne suis pas réellement en danger de mort.

Ils utiliseront le réseau anti-incendie pour arroser l’entièreté du bâtiment avec leur gaz, lequel fonctionne probablement de façon cutanée. On n’a pas le temps de trouver des combinaisons protectrices donc le jeu est simple : s’ils atteignent l’alarme, on a perdu.

Le problème est énoncé et la solution est trouvée, comme s’il s’agissait là de choses causales. J’ai conscience des plans de l’hôpital et sait où saboter où empêcher les valves anti-incendie de s’ouvrir à l’action de l’alarme.

Deux étapes : Tu me conduis sur le toit de l’hôpital le plus discrètement possible, je neutralise l’alarme puis tu neutralises les gardes. On a moins de cinq minutes pour être à la bombe.

Je me doute bien que les gardes de l’Epouvantail ont leurs propres injecteurs mais là, il faudra miser sur le talent pour limiter les dégâts. A dire vrai, je m’inquiète plus d’une intervention des troupes de choc de Deathstroke, mise en alerte par l’attaque contre la Mairie.

Il nous faut l’Epouvantail pour désactiver la bombe donc il essaiera surement de s’enfuir.

Je ne me fais pas d’illusion sur une chose : on manque de temps. J’ai probablement moins de deux minutes pour neutraliser le système et Anna tout autant pour dégager le chemin. Tendant la main vers Anna, je conclus.

On ira plus vite en volant. Si tu n’as rien à redire, on y va.


_________________
Tessa

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 124

avatar
Tessa

Messages : 401
Date d'inscription : 14/07/2015
Localisation : Institution Charles Xavier

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arkham Tessa & Rogue

Message  Anna R. Marie le Lun 15 Fév 2016 - 1:33

Vous savez quelque chose de fondamental dans la culture américaine? Parce que j’étais quand même l’une des plus grandes références du terrorisme avec Magnéto, l’État Islamique et Al-Qaeda. Ce n’était pas très positif les deux derniers, bien que mon avis pour le premier, était fondamentalement différent. Mais est-ce que vous savez vraiment mon influence dans cette culture? Si vous prenez le temps de lire ma page Wikipédia, vous allez voir trois choses différentes : Carol me déteste et elle avait écrit au moins trois livres sur le sujet, que je suis une puissante criminelle et que finalement, j’étais vue comme la terroriste la plus sexy de la galaxie. J’étais heureuse quand même de battre Wanda et Betsy sur le sujet, mais alors imaginez quelques secondes qu’il fallait préserver cette image pour l’éternité, c’était difficile de créer le lien de confiance avec tous. Il fallait quand même que je reste la plus sexy et puissante en tout temps (Et aussi la plus détestée de Carol). C’était pour cette raison que je pouvais me créer plein de scénarios catastrophiques, il fallait que je garde ce titre pour mes fans et aussi pour mes amis. Bon, il fallait avouer que j’écoutais peut-être beaucoup trop de luttes et c’était mon défaut de croire qu’on pouvait me donner un chokeslam à chaque fois qu’on essaie de retrouver une partie de l’ADN de Logan dans mon corps.

En tout cas, c’était le temps de me payer une petite honte personnelle. Moi qui pensais réfléchir sur le sens de la vie et des Chokeslam en toute tranquillité pendant que Tessa réfléchissait sur la régénération de Wolverine, de ma paranoïa générale sur les prises de lutte ou encore des scénarios encore plus catastrophiques digne de sadomaso de la salle des dangers (Cela devrait parler à Kitty, vu comment elle pouvait se faire tabasser par Francis). Alors qu’elle lâchait mon magnifique cou pour me présenter sa main, elle me faisait la révélation de l’année, la trahison de toutes mes pensées complexes pour son plaisir sadique. Elle avait osé lire en moi, lire dans mon grand intellect et surtout mes pensées du moment. Avant, qu’elle quitte ma mémoire, il fallait comprendre pourquoi ma résistance psychique contre les pires monstres, alors : '' Prends ça! '' Je lui envoyais ainsi l’une des pires images possibles dans sa tête, cette image qui terrifiait encore les enfants et les adolescents de cette génération.



C’était la punition pour avoir oser lire dans ma tête. Bob l’Éponge était toujours prêt à me défendre contre les différentes menaces que cela soit psychique ou physique. Il fallait peut-être l’ajouter comme éventuel allié contre les nombreux ennemis que mon amie venait d’ajouter. En tout cas, elle sortait finalement de ma tête pour aller directement dans le plan central. Tessa prenait mon idée principale, on allait s’attaquer surtout à l’Épouvantail avec sa bombe thermo-chimique. On avait encore quelques minutes, alors Tessa m’expliquait en large les possibilités pour ce scénario. Le facteur régénérateur allait assurément m’aider contre le gaz ou contre d’éventuelles blessures importantes. Si Slade était dans cette simulation, il en connaissait assez pour me mettre hors-circuit avec des armes sophistiquées et rares. Alors il était vraiment le temps que je fasse attention et que je mette plus mon esprit d’analyse en action contre mes ennemis.

J’avais essayé de faire attention contre Bane et j’avais été amplement dépassé par les capacités de celui-ci. Même avec la colère du Venom, il me dépassait martialement et sa puissance permettait de me mettre hors-combat assez rapidement. J’avais agis selon une tactique simpliste : Le bluff et cela avait fonctionné passablement. C’était peut-être un coup de chance et la colère de Bane avait peut-être changé sa manière de penser, mais j’avais moyennement gagné sur ce coup vu les blessures infligées.

Pour la suite, je ne comprenais pas beaucoup ce que Tessa me parlait avec le vaccin ou encore le combat. Son langage était plutôt technique et elle me perdait assez rapidement avec le réseau anti-incendie. Malgré toutes les phrases sortant de James Bond, j’avais compris qu’il fallait éviter que les criminels touchent à l’alarme. Elle me présentait un plan assez simple, il fallait que je la dépose sur le toit de l’hôpital : Elle allait se charger de désactiver les alarmes pour ensuite me laisser une place de choix pour botter des gardes. J’ajoutais une petite idée sur cette suggestion : « Ils ont des caméras dans les hôpitaux traditionnellement, non? Tu pourrais aussi vérifier où l’épouvantail et où la bombe sont cachés. » Il fallait de la préparation pour affronter un danger aussi intense, mais son plan original m’allait parfaitement. Je la prenais d’une main autour de ses hanches avant de commencer à m’envoler doucement vers le ciel.

« Pendant que tu t’occupes du système de sécurité de l’hôpital, je vais essayée de prendre une très grande vitesse pour aller faire une distraction à l’autre bout de la ville. Les forces restantes de Bane et les forces de Slade vont moins viser l’hôpital dans ce cas. L’épouvantail pourrait aussi manquer de prudences en croyant qu’aucune menace ne le vise actuellement. » J’avais pris quand même une attitude très haute pour éviter qu’on se fasse voir par des snipers ou autres. Je faisais un signe à Tessa de faire attention avec ma tête, je n’allais pas prendre la vitesse de la tortue pour rejoindre l’hôpital. Je voulais travailler sur la discrétion, alors c’était bien mieux de passer avec une vitesse de la folie que de se faire repérer trop facilement avec la vitesse d’une tortue.

La déposant délicatement sur le toit, je n’avais pas attendu une seconde pour me diriger le plus loin possible de cet endroit. Je me souvenais dans mes années dans la Confrérie où était placée la base de la Ligue des Assassins à Gotham, et comme Slade était dans la Confrérie et dans la Ligue à l’époque, je voulais le faire concentrer sur ce lieu. J’avais pris quelques secondes pour aller sur place et pour une rare fois, je me servais des rayons d’énergie de Carol. Je visais surtout l’entrepôt voisin de la base souterraine pour créer assez de dégâts afin qu’il se concentre sur la protection de la base de la Ligue. Après avoir démembré une partie du toit et des installations, je repartais en direction de l’hôpital pour voir comment Tessa gérait cette mission.

_________________
avatar
Anna R. Marie

Messages : 371
Date d'inscription : 21/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arkham Tessa & Rogue

Message  Tessa le Sam 27 Fév 2016 - 9:29


Oui, j’ai osé lire en Anna. Elle est la première à avoir tenté de me contacter par télépathie, sans quoi je ne me serais pas prise à me déconnecter de cet univers informatique où l’on est bien plus laxiste quand à la manipulation d’autrui, même s’il est vrai que je ne me suis pas contentée de percevoir ses pensées mais bien de me servir dans sa mémoire pour avoir le combat contre Bane. Si la seconde partie est ouvertement contre l’éthique, la première ne me semble pas l’être et je ne suis responsable de la demande de connexion. La réplique du cunnilingus de Bob l’Eponge, plus que me remémorer inutilement pourquoi je déprécie l’innocence des enfants, est donc parfaitement injuste et d’une bassesse digne de Francis !

Ce n’est pas par vengeance que je perds Anna en retour, j’énonce simplement des faits qui me semblent aussi clairs et limpides que ce que je vois et entends. Mais tant que Rogue a saisi l’idée globale, je continue de me faire spécialiste dans notre duo. Et sa suggestion me fait la fixer un instant : elle met droit dans le mille et un hochement de tête me permet de lui répondre que son idée est incorporée alors même que je m’emplois à hacker le système informatique de l’hôpital. Mon cerveau me permet peut-être d’accomplir une quasi-infinité de choses simultanément mais ma pensée reste humaine et je ne puis donc avoir des millions d’idées en un instant ; c’est là qu’intervient le travail d’équipe et cela remue beaucoup de choses en moi. Je n’ai simplement pas loisir de m’y concentrer pour l’instant, simplement consciente de la valeur d’Anna que ce soit en coéquipière ou en amie.

Elle me saisit par les flancs et le corset, me faisant relever les sourcils considérant l’inédit de la chose, mais je ne fais aucun commentaire alors que j’analyse tout l’hôpital et compare aux informations déjà en ma possession, tant sur le bâtiment que sur le mode de fonctionnement de la bombe et les moyens de maximiser son impact.

D’accord. Méfies-toi des contretemps, si Deathstroke arrive à te coincer on risque de perdre la partie.

Les probabilités vont contre nous et je dois avouer trouver très intéressant d’échouer à ce premier test du scénario. Mais je conviens devoir faire l’effort de combattre à mon tour au sein de l’hôpital : une diversion dans une diversion dans une diversion, en somme, de quoi s’amuser sur une partie d’échec. Le seul problème étant que nous n’avions plus qu’un ou deux tours de jeu avant de finir en biomasse sanguinolente.

Le vol est une sensation intéressante, pour ne pas dire impressionnante, surtout en aussi bonne compagnie. D’une main, je tiens mes lunettes contre mon visage. Et malgré l’impressionnante vitesse me faisant envisager la classe possible permise par une cape lorsque l’on accompli de telles actions, sans pour autant me faire quitter le coté des manteaux longs, Rogue me dépose délicatement sur le toit avant de s’en retourner avec célérité.

Je ne la regarde pas partir avant de m’en aller à marche forcée vers le conteneur d’eau alimentant le système anti-incendie. Celui-ci fonctionne uniquement à un niveau mécanique, éliminant la nécessité d’alimentation électrique pour l’employer, et c’est donc le mécanisme d’ouverture des valves que je dois saboter. Esprit analysant la machinerie externe, j’en conclus en une seconde qu’il me faut pénétrer le bâtiment ; Rogue aurait eue la force d’obstruer les tuyaux par torsion, moi je dois faire autrement.

Je connais les positions des agents de l’Epouvantail comme de la bombe, les caméras aidant, et remercie Danger de n’avoir placée de sentinelle sur le toit alors que l’emprunte la porte d’accès afin d’atteindre les combles et la machinerie du système anti-incendie. Sortant un couteau d’une de mes news rock, je coupe les câbles d’alarme reliant les valves aux déclencheurs. Usant des Cyberlunettes comme communicateur, je parle à Anna en prévoyant qu’elle ait le sien d’activé.

Sabotage accompli. La Bombe se trouve dans le bureau de la direction, dans les étages supérieurs. L’Epouvantail est dans les blocks opératoires et cela ne doit pas être joli à voir.

Je reprends ma marche afin de faire ma part de l’action alors que je continue de parler, trop à mon gout. L’une comme l’autre sont néanmoins nécessaires, tout comme le dégainage de mes armes à feu de flanc. Quatorze munitions dans chacun, je ne perds pas le compte.

Les gardes sont par paire un peu partout et ont des injecteurs gazeux de toxine. Je m’occupe de la bombe, amène-moi l’Epouvantail si tu en as l’occasion.

Seuls les deux premiers coups de feu ont l’effet de surprise et ils sont dirigés vers chacun vers un soldat, protégé d’un gilet pare-balle et aux bras armés de câbles et d’injecteur par spray ; les deux balles tirées par la rafale libre de mon arme me permettent de compenser l’éventuelle habituation aux toxines des adversaires par une double concentration qui devrait avoir similaire effet qu’à la norme. Une seconde et le duo s’écroule alors que je ne ralenti même pas, évitant les zones de soin et d’observation pour n’avoir à m’encombrer de dommages collatéraux que peuvent devenir les otages, et la deuxième seconde voit l’alarme incendie retentir sans avoir l’effet escompté. Mon visage reste impassible et ma marche forcée ne ralentit pas le moins du monde.

Beretta en amont de ma marche, je contemple les possibilités situationnelles qui se déroulent les unes après les autres et agis toujours avec un temps d’avance, me rapprochant toujours plus du dénouement tant dans le temps que dans l’espace ; et les tirs s’en intensifient. Dix. Huit. Six…

_________________
Tessa

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 124

avatar
Tessa

Messages : 401
Date d'inscription : 14/07/2015
Localisation : Institution Charles Xavier

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arkham Tessa & Rogue

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum