Quand le boulot s'invite en vacances (PV Diana De Themyscira) (Terminé)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Quand le boulot s'invite en vacances (PV Diana De Themyscira) (Terminé)

Message  Invité le Mer 4 Nov 2015 - 10:25

Ma vie ne tourne pas qu’autour des Last Sons. Nous avons tous notre propre agenda et c’est cet agenda personnel qui m’a mené en Afrique. Vous savez ce que c’est. De vieux dossiers, une boucle à boucler, ce genre de choses. Et dans mon cas, pour tourner la page il avait fallu comment dire… Interrompre de manière brutale l’agenda personnel de quelqu’un d’autre. Pour ceux qui ont du mal à comprendre, je suis venue en Afrique pour assassiner quelqu’un. Pas très glamour, d’accord mais bon. Chacun a son passé et je préfère m’assurer qu’il ne vienne pas me mordre les fesses. Je ne regrette rien, ça vous le savez si vous me connaissez un minimum et je ne cherche pas particulièrement la revanche. Être prudente, ceci dit, c’est un peu la base quand vous êtes formée comme je le suis. Il y a des gens qui préfèreraient me voir morte plutôt qu’en vie.

Il s’avère que je me fais cette même observation vis-à-vis de ces individus. Comme nous nous souhaitons une destruction mutuelle assurée, il suffit de frapper le premier pour s’éviter un sort funeste. Les fans de Star Wars ont longtemps débattu sur la question de « qui a tiré en premier » entre Han Solo et Greedo. Moi je dis, ce n’est pas qui tire en premier, c’est qui TOUCHE la cible en premier qui compte. Et puis bon. Si je voulais verser dans une ironie particulièrement grinçante, je dirais que je rends service à la société. Faire des expériences sur des sans-abris qu’on a brutalement enlevé et maltraité, ce n’est pas l’attitude d’un citoyen modèle. Le sort de ces gens ne me concerne pas, en revanche. La nature impose ses lois, à commencer celle du plus fort. Ils ont été libérés : à eux de quitter les lieux. Je ne leur dois rien. Ils ne me doivent rien. Tout simplement.

Je profiterai bien sûr de ce séjour pour visiter, me ressourcer, prendre du temps pour moi. Après tout, pour une période totale d’une semaine, allez et retour inclus, ils peuvent se passer de moi. Ils ont opéré pendant des années sans moi. Une semaine de plus ne va pas faire en sorte que l’apocalypse se sera déclenchée en Asie entre temps. Qui plus est je prévois ramener un cadeau à chacun de ceux vis-à-vis de qui je suis proche et j’ai déjà commencé mes achats. Chaque paquet a été minutieusement emballé et déposé avec grand soin dans le coffre-fort de l’hôtel où je réside. Maintenant que j’ai éliminé ma cible, devenu un chef de la police locale autant sinon plus corrompu que lorsqu’il opérait au Japon (c’est fou ce qu’on peut faire avec les traitements génétiques : changer un asiatique en africain demande des ressources énormes), j’ai davantage de temps pour moi.

Me voilà donc dans une section moins recommandable de la ville où je me trouve, à boire un savoureux thé à la menthe tout en disputant un tournoi de dards avec la faune locale. On rigolera en évoquant le stéréotype asiatique mais je préfère le thé à l’alcool. Moins dommageable pour le foie, c’est une affaire de pragmatisme. Autant vous dire que je suis en train de me faire une fortune sur le dos de ces messieurs qui je le crains ont un peu trop forcé sur la bouteille. Ah l’alcoolisme, ce fléau qui touche tant les plus hautes strates que les plus basses d’une société… Bref nous en sommes à notre dixième ou douzième ronde quand la porte de l’établissement s’ouvre. C’est à mon tour de lancer mais tout d’un coup, un silence de mort règne dans la pièce. Plus de rires gras, plus de musique, plus de brouhaha. Tous les regards sont tournés vers la personne qui vient d’entrer.

Bon. Je doute que ce soit la police parce qu’il n’y a pas eu d’annonce en ce sens. Ce n’est pas non plus l’armée ou une milice quelconque. Peut-être un chef de la pègre locale. Nul besoin de s’annoncer, tout le monde le connait. Ceci dit, moi je ne suis pas impressionnée facilement. Je lance mes trois dards. Tous vont au centre de la cible. J’annonce que mon tour est fini et me dirige vers le bar pour qu’on me serve un nouveau thé mais le barman semble figé. Notez que je ne me suis toujours pas retournée pour faire face au nouvel arrivant. J’ai une bonne vision périphérique et pratiquement des yeux derrière la tête. Si on tente quelque chose contre moi, j’ai même le don d’anticiper d’où les emmerdes vont venir. Précognition, tout ça. Alors pas de stress. Je claque des doigts devant son visage et il semble reprendre ses esprits, me servant en tremblant de tous ses membres.

Alors je m’assois et je sirote mon thé. Au-dessus du bar, comme dans ces vieux western qu’affectionne tant l’occident (ils appellent ça un western spaghetti je pense), il y a un grand miroir ce qui me permet de voir qui fait peur à tout ce beau monde. Intéressant. À moins de faire erreur, il s’agit de Wonder Woman en personne. Ou alors, quelqu’un costumé en Wonder Woman mais je connais très peu de « cosplayers » et d’imitateurs sont en mesure de susciter pareille… Émotion? Misons sur le fait que c’est la vraie personne et pas simplement quelqu’un qui veut se faire passer pour. Logiquement, si elle n’a interpellé aucun de ces messieurs et considérant que son regard semble braqué sur moi, je dirais que c’est moi qui suscite son intérêt. Et quelque chose me dit que ce n’est pas pour les bonnes raisons. Vous pensez que j’exagère? Oh je ne crois pas. Pourquoi?

Parce que la seconde où elle fait un pas dans la pièce, toutes les personnes présentes prennent la fuite en se bousculant, en la contournant ou en fuyant par la porte arrière. Je vois. Bon bien si le barman veut abandonner son comptoir, je vais aller me servir tiens. Parce que j’ai vidé mon verre de thé d’un trait en me disant que ce serait presque criminel de gâcher le thé si confrontation il y a. Notez que je n’ai toujours rien dit et elle non plus et je donne tous les signes de l’ignorer complètement. C’est la guerre des nerfs en quelque sorte. Je prépare deux verres, d’alcool cette fois. Un pour moi. Un pour elle. Je pense que c’est la moindre des politesses que d’avoir une explication sur le pourquoi elle semble s’intéresser à moi. Je doute que ce soit parce qu’elle a été désignée comme mon guide touristique officiel et si elle venait en ami, son expression serait moins hostile.

La spéculation c’est bien mais sans rien de concret, c’est… Du vent quoi. On verra bien. Je remarque du coin de l’œil que de mon côté du bar, il y a une boite de dards et que le barman ne se conforme pas aux lois en vigueur sur les armes à feu parce que ça, c’est un MAG-7 et pas la version civile. Ce n’est pas un  MAG-7M1. Évidemment je doute que cela fasse quoi que ce soit à Wonder Woman mais on peut toujours tabler sur la surprise en cas d’hostilités. C’est important ça, l’effet de surprise. Toujours prévoir le pire nous permet de mieux apprécier le meilleur. Bon allez. Ne serait-ce que pour l’humour de la chose, je vais briser le silence et engager la conversation sur quelque chose de totalement anodin et sans trop d’importance. Histoire de montrer que je ne me laisse pas intimider facilement. Car c’est le cas. Il en faut beaucoup pour m’impressionner.


« Quel dommage, vraiment. La qualité du service laisse à désirer. Quand le client doit faire tout le travail soi-même. Reconnaissons au moins que l’individu était un artiste. Il y a là une bien belle collection d’alcool. En l’absence du professionnel désigné, je suppose que cela veut dire que nos consommations sont gratuites. En revanche, si tu insistes pour payer, je peux ouvrir le tiroir-caisse. Glace ou sans glace, ton verre? »


Dernière édition par Ayla Kimi Isao le Mer 6 Jan 2016 - 9:46, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le boulot s'invite en vacances (PV Diana De Themyscira) (Terminé)

Message  Diana De Themyscira le Jeu 5 Nov 2015 - 19:31

    Le continent Africain avait une riche histoire, par ses traditions, par sa modernité, par ses valeurs ou encore son évolution. Diana avait rapidement remarqué la difficulté d’établir une stabilité dans cette région du Monde. Ayant vu les conflits s’émergés, voyant la dégradation de plusieurs territoires, mais aussi l’opportunité de plusieurs grands joueurs de s’implanter dans chaque région appauvri par les guerres. Les Gouvernements pouvaient se montrer ainsi plus immoraux que les mercenaires ou les dictateurs du propre continent. Les maux pouvaient venir des influences de plusieurs manipulateurs et de plusieurs créatures qui ne méritaient pas vraiment de respirer cette liberté.

    L’un des arguments pourquoi elle avait un tel mépris pour les forces du SHIELD étaient pour l’une de ses raisons. Dès le début de la Justice League, le SHIELD s’était toujours illustré comme l’ARGUS en une incarnation d’opportunisme et de profiteurs. À chaque action de la Justice League, les deux organismes faisaient tout pour en profiter que cela soit par les expériences sur la menace effacée ou encore par la recherche de domination après une grande crise. La confiance ne régnait pas pour la guerrière de Themyscira depuis des décennies, elle avait peut-être eu confiance en un agent dans le passé, mais aujourd’hui, c’était oublier par les actions secrètes de toute l’organisation, par l’utilisation des Vengeurs ou par leurs interventions sur le continent sans la permission des intéressés.

    Diana acceptait toujours les missions pour se débarrasser des organisations qui pensaient avoir le droit de gérer sur ce continent sans la permission des dirigeants ou encore du Wakanda. Son mépris était encore plus entier envers des organisations encore plus monstrueuses comme l’Arme X ou l’HYDRA. Ceux-ci utilisaient souvent l’Afrique comme sources d’expériences ou de financements et Diana avait toujours un grand plaisir d’intervenir pour mettre fin à leurs opérations. Au début du Règne de la Confrérie en Somalie, Diana voyait de mauvais augures cette chance laissée aux anciens ennemis de la Justice League dans la théorie qu’ils deviennent aussi monstrueux que les autres organisations, mais aujourd’hui, ils pouvaient se montrer coopératif. Dès le début, ceux-ci s’étaient impliqués dans une alliance totale avec le Wakanda et avec cette alliance, les deux organisations sont rapidement devenues les protecteurs naturels de l’Afrique.

    La Princesse des Amazones avait toujours autant de mal à donner sa confiance aveugle à la Confrérie, mais leurs informations servaient beaucoup pour affronter les organisations aussi malfaisantes. Depuis quelques mois, l’HYDRA cherchait vraiment à s’implanter dans l’Afrique, mais tous faisaient un effort considérable pour les chasser. La Confrérie avait accumulé des informations sur un certain assassin qui s’était installé proche du Maroc venant soit de la Main ou encore de l’HYDRA dans le but d’effacer des traces ou des actuels ennemis.

    Tous connaissaient cette alliance que l’HYDRA avait concrétisée pour s’unir avec des êtres aussi monstrueux que ceux-ci : La Main, mais Diana n’allait pas vraiment faire de différence. Elle connaissait la réputation de Tomi Shishido, elle connaissait sa dangerosité, alors le seul changement de comportement qu’elle pouvait avoir, c’était par sa prudence. Si la Main aidait l’HYDRA à effacer quelques menaces, il n’envoyait pas un amateur. Alors cet assassin avait le droit au plein spectacle. Les Assassins de cette organisation avaient toujours une forte tendance à se surestimer. Kaidan Ashimida, ancienne chef de la Main, était l’une des plus dangereuses martiales de la planète, elle pouvait posséder de nombreux réflexes, une précognition d’élite ou des sens améliorés, mais son plus grand défaut était de compter trop sur ses capacités. En évidence, elle était dangereuse, mais cela faisait des années que Diana avait compris comment combattre les assassins.

    La Ligue des Assassins, La Main, Deathstroke et ainsi que plusieurs autres s’étaient dotés de compétences incroyables, il était donc logique dans la Justice League trouve une réponse par un entrainement de combat bien plus élaboré. S’armant traditionnellement de son glaive et de son bouclier, elle s’était dirigée vers le Maroc. Elle avait eu une certaine facilité de trouver des informations sur une étrangère orientale surtout par la recherche des espions du Wakanda. L’assassin était en train de s’amuser dans un lieu de débauche traditionnel pour les humains de ce Monde.

    Elle n’allait certainement pas perdre son temps avec les futilités. Rentrant dans le lieu, les citoyens s’étaient calmés par l’apparition de la guerrière. Fouillant du regard les personnes dans le lieu, l’une d’elle n’avait pas vraiment changé de comportements. Diana commença à s’avancer vers la jeune femme pendant que le reste du bar fuyait un éventuel conflit physique. La laissant parler, Diana restait indifférente aux futilités et aux âneries pour décrire ce lieu ou son service.


    « Il suffit. Je n’ai pas le temps à perdre pour entendre vos bêtises. Comprenez moi bien, vous avez deux choix, soit vous coopérez à votre arrestation, soit vous résistez. Dans le premier cas, vous risquez de ne pas être briser en morceaux et surtout vous allez pouvoir profiter des temps de prison au Wakanda pour raconter vos formidables aventures à ceux qui vont avoir le temps de l’entendre.

    Dans le second cas, je ne pourrais pas vous dire le temps de guérison de vos blessures, cela risque d’être assez important parce que pour la santé d’un assassin de la Main ou de l’HYDRA, je ne me force pas vraiment pour le garder en sécurité. Il existe peut-être une troisième option qui se définit par verbaliser encore des idioties, mais les conséquences vont être similaires à la deuxième option. »


    Ce n’était peut-être pas la plus belle diplomatie, mais Ayla pouvait déjà se compter chanceuse que Diana n’avait pas foncé directement sur elle. En plus, l’Amazone laissait une option de non-agression évidente. Peut-être que Diana ne semblait pas prête à l’affronter physiquement, mais elle se préparait déjà à la combattre. Une assassin d’une organisation aussi fanatique refusait toujours de se rendre pacifiquement, Diana laissait uniquement le choix par le principe de respect qu’elle pouvait avoir, même pour les pires de ses adversaires.

_________________
avatar
Diana De Themyscira

Messages : 990
Date d'inscription : 20/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le boulot s'invite en vacances (PV Diana De Themyscira) (Terminé)

Message  Invité le Jeu 5 Nov 2015 - 23:48

Amusant. Elle me prend pour quelqu’un d’autre. Je suis effectivement une assassin mais je n’appartiens pas à l’HYDRA, encore moins à la Main. Nous sommes en guerre ouverte, les Last Sons et eux. Ceci dit, je ne suis pas du genre à me laisser intimider. Au fond, Wonder Woman n’a rien du personnage noble que l’on tente de faire croire. C’est une brute qui veut imposer sa loi par la force, sans autre forme de procès. La menace n’a aucun effet sur moi et elle peut y mettre tout le venin et le mépris qu’elle veut, sa suffisance et son assurance n’en sont que plus clownesques. Moi? Je ne bronche pas. Je me contente de reprendre le verre que je lui ai préparé et je le bois après avoir bu le mien. Pourquoi gaspiller un excellent mélange? Remarquez que je n’ai pas les manières d’une assassin classique. Rappelez-vous que je suis autodidacte.

Une partie de mes homologues sont trop sûrs d’une chose : de leur supériorité. Moi? J’ai toujours aimé ce proverbe. On apprend peu par la victoire, mais beaucoup par la défaite. Et c’est vrai. C’est un apprentissage oui des techniques de l’adversaire mais surtout de ses propres faiblesses. Et ça, ça c’est une leçon plus précieuse encore. Toujours se remettre en question. Toujours considérer qu’il existe plus fort que soi. Meilleur que soi. Je sais qui je suis. Elle l’ignore. Selon les préceptes de Sin Tzu, ses chances de victoires sont de 50%. En revanche, j’en connais plus sur elle qu’elle sur moi. J’ai donc entre 66% et 75% de l’emporter. Mais ça, c’est de la théorie. Je ne tiens pas à me battre contre elle. Si elle m’attaque, je ne riposterai pas de façon offensive. Je vais bloquer ses coups mais jamais la frapper elle. La vraie force, ce n’est pas la puissance du coup. Non.

La vraie force c’est de ne pas répondre à la violence par la violence. Elle essaie de me faire réagir. Elle veut me provoquer. Elle veut que ce soit moi qui me rende coupable du premier coup pour légitimer sa réaction. Mais je ne réagirai pas comme elle le désire. Non. Je la fais attendre. Mariner, comme dirait une de mes bonnes connaissances. Je veux qu’elle s’interroge. Qu’elle se prépare à un combat qu’elle est la seule à vouloir mener. Je le dis et je le répète. Je ne suis pas ici pour me battre. Si on m’attaque, je me défendrai. La loi permet la légitime défense. Oui je suis une assassin. Mais je tue des cibles précises. Pas des innocents pour le plaisir de le faire. J’ai toujours un but. Un objectif. Je déteste l’amateurisme, plus encore ceux qui gaspillent leur talent. J’ai passé une partie de ma vie incapable de faire quoi que ce soit par moi-même. Et je n’ai jamais oublié.

Je sais ce que c’est que de souhaiter de tout son cœur de pouvoir être. Agir. Je sais aussi ce que c’est d’être prisonnier de son propre corps, de sa propre tête, d’assister, impuissante, à ce que vos mains font sans que vous n’ayez de contrôle dessus. Je sais parfaitement bien aussi ce que c’est que de vivre avec des faux choix. Plus jamais. Si je tue, c’est parce que c’est ma volonté. Si je ne veux pas, personne ne m’y forcera et certainement pas Boldarev. Et là, je ne veux pas tuer Wonder Woman. Je ne prendrai aucun plaisir à la combattre. Et elle va se le rentrer bien profondément dans la tête. Je vais le lui dire. M’exprimer clairement dans un anglais sans un poil d’accent en des termes simples. Pas d’hésitation. Pas d’émotion. Un ton neutre. Et j’espère très sincèrement qu’elle va comprendre le message. Essayons la raison.


« Je ne sais pas que tu cherches mais je ne travaille ni pour HYDRA, ni pour la Main. Je ne suis pas la femme que tu recherches. Je ne me battrai pas contre toi. Tu as eu la politesse de ne pas m’attaquer sans sommation : je te retourne la faveur en te permettant de gagner un temps précieux et de trouver ta vraie cible. Ne fais pas l’erreur classique de t’acharner sur la mauvaise personne. Je te propose un marché.

Même si tu n’as aucune raison de le faire, tu me fais confiance et tu trouves ta cible. Si tu désires toujours m’arrêter pour le crime que j’ai commis, je vais t’attendre dans ce bar pendant les prochaines six heures. Si tu tiens toujours à te battre à ton retour, je verrai ce que je peux faire pour toi. Mais je te le redis. Tu perds ton temps. Je ne suis pas l’assassin que tu recherches. T’acharner ne fera que mettre des gens en danger. »


Je peux difficilement faire plus clair, plus précis et plus honnête. Je me doute qu’elle ne voudra rien entendre. Durant ma relativement courte vie, j’ai remarqué que les gens préfèrent se faire des idées, romancer, exagérer, déformer les choses plutôt que de regarder la vérité en face car la vérité est… Sans saveur. Elle n’a rien de grandiose, rien d’épique, elle est étonnamment banale. Moi je sais que nous risquons de dépenser des énergies pour rien. Mais je ne peux pas la forcer à aller contre sa nature. Je peux lui suggérer d’agir d’une certaine façon mais je ne la contrôle pas. Je la regarde, calmement, posément et même si de mon côté du comptoir il y a des armes, je ne suis pas tentée de m’en servir. Comme je l’ai dit, je ne suis pas ici pour me battre. Rien dans mon verbal ou mon non verbal ne suggère quelque hostilité de ma part, point.

Et quand bien même que nous nous affronterions, au final, qu’est-ce que ça va donner comme situation? Je doute qu’elle soit du genre à s’excuser, même pour une bourde aussi catastrophiquement colossale. Je ne la laisserai pas partir sans réparations. Ce qui risque de mener à un autre affrontement mais sur une question de principes. Et après, même si elle s’excusait, le mal est fait. Je lui ai dit que je n’étais pas qui elle cherchait et elle n’a pas voulu écouter. Quelle que soit l’excuse qu’elle invoquera, ce sera une défense impossible à défendre, justement. Ce qui en théorie ferait qu’elle aurait une dette envers moi que je serais sans doute dans l’impossibilité de collecter. Non définitivement tout affrontement sera plus de trouble qu’autre chose et si je peux l’éviter, je le ferai sans la moindre hésitation. C’est toujours plus facile de taper que de penser.

Les retombées elles sont beaucoup plus difficiles à ignorer. Correction. On ne peut les ignorer. Je vais faire mon rapport aux Last Sons. Wonder Woman est connue pour opérer avec le Wakanda. Je vais faire une plainte officielle par voie diplomatique. Cela va avoir un impact mineur sur nos relations. T’Challa va probablement devoir agir en médiateur. Pendant que cela se règle, ça fait trois spécialistes hors course, qui ne travaillent plus pour leur faction respective. Si elle m’attaque, je vais lui enseigner une leçon. Toute action engendre une réaction et être une super héroïne ne la soustrait pas à la justice. Être Wonder Woman ne lui permet pas de contrevenir aux lois. Elle se doit d’être un modèle, en quelque sorte. Une bonne leçon d’humilité, dans ces conditions, ne lui fera pas de tort. Mais j’ai espoir. J’ai fait appel à sa sagesse : on verra ce que cela donne.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le boulot s'invite en vacances (PV Diana De Themyscira) (Terminé)

Message  Diana De Themyscira le Ven 6 Nov 2015 - 1:02

    Il avait toujours une forte prétention dans de nombreux membres des groupes qui s’étaient multipliées sur la planète entière. Plusieurs règles étaient écrites d’une manière à ne pas considérer le réel mystère des êtres venant de d’autres Mondes. C’était parfois difficile de concéder qu’il existait toujours une autre perception des enseignements habituels. Diana pouvait connaitre les enseignements de Sin Tzu, mais les enseignements de ce militaire restaient aussi dépassés que les premiers pas de Diana dans ce Monde. Elle avait été dépassée, comme les enseignements de Sin Tzu étaient largement dépassés aujourd’hui. Ils pouvaient souvent servir d’idéologie militaire primaire et dans la politique, mais tout avait beaucoup trop changé aujourd’hui pour être efficace.

    Certes, on pouvait prétendre connaître Wonder Woman. Certes, on pouvait dire beaucoup sur elle ou encore sur ses capacités. Dans les livres d’Histoire, elle possédait une force surhumaine, mais dans les livres d’Histoire, on ne connaissait pas en précision les capacités exactes de Diana. Le SHIELD ne le savait pas, l’ARGUS ne le savait pas, la Ligue des Assassins ne le savait pas, Boldarev ne le savait ou encore même les membres de la Justice League ne le savaient pas tous. Oui, certains pouvaient savoir ; T’Challa, Dinah, Tornade, Cassie ou encore Bruce Wayne, mais ils n’allaient pas l’écrire sur tous les toits.

    Ainsi les préceptes de Sin Tzu affrontaient un défaut majeur. La modernité des armées, des enseignements ou encore les secrets de ceux-ci. Diana ne connaissait peut-être pas Ayla, mais Ayla ne pouvait pas connaître à la perfection de Diana. Les chances de victoires pouvaient balancer par l’idée de construire une fausse image à son adversaire. Ayla construisait déjà une mauvaise perception à Diana. Toutes les paroles de Diana n’étaient pas de provoquer, mais d’un avertissement sincère. Est-ce qu’Ayla pensait vraiment que Diana cherchait à prendre le premier coup? Si la jeune femme sort sans histoire du bar, Diana allait donner le premier coup de pied. L’Histoire n’est pas de légitimer les coups, c’était de lui laisser le choix.

    L’avertissement lancé était surtout pour laisser le choix et non pour provoquer une bagarre. Par l’interprétation d’Ayla, elle jugeait très mal le comportement de Diana. Il est aussi ironique que la jeune orientale prétendait; ne pas chercher la violence quand son travail d’assassin se définissait par la violence. Si Ayla considérait que Diana aimait la violence, encore une fois, elle faisait une mauvaise interprétation des agissements de la Princesse. L’une des raisons pourquoi elle se bat, était d’empêcher les abus de la violence. Alors qu’Ayla se spécialisait dans cette méthode, Diana cherchait en soit une voix pacifique. Est-ce que celle-ci croyait vraiment que T’Challa allait faire une petite demande aux criminels de se rendre comme Diana venait de faire?

    C’était pour l’une de ses raisons pourquoi Diana n’estimait pas vraiment l’analyse d’Ayla. Beaucoup prétendait pouvoir la tuer, mais peu avait eu la possibilité de la mettre au sol et par cette leçon, elle ne sous-estimait jamais personne. Dans la tête de Diana, elle pouvait faire face à une Assassin de la Main, alors elle n’allait franchement pas hésiter non à utiliser sa puissance, mais son esprit martial pour la combattre.

    La réponse d’Ayla était spécialement froide. Partant surtout du principe qu’elle ne travaillait pas pour l’HYDRA ou encore la Main, Ayla voulait calmer les ardeurs de Diana en revendiquant qu’elle n’était pas l’ennemie et de lui faire confiance. Le discours était assez facile, surtout quand la jeune femme ne cherchait pas à s’identifiait, ni à dire ses affiliations ou encore ce qu’elle faisait ici.


    « La confiance est simple à acquérir. Je peux faire preuve de laxisme pour plusieurs, mais il faut faire des efforts. Je n’ai aucune preuve de ce que tu me racontes et en plus, tu ne fournis encore rien sur toi. Je n’ai pas la patience d’attendre d’informations, alors c’est très simple de comment on va régler cela. Soit tu me donnes ton identité et pour qui tu travailles, soit je vais prendre cela comme une dissimulation de ce que tu es vraiment et je ne vais pas avoir de problèmes de me battre contre toi.

    Alors très simple : Ligue des Assassins? La Confrérie? Les X-Men? Le SHIELD? L’ARGUS? Les Vengeurs? Les Last Sons? Excalibur? Alpha Flight? Je peux faire beaucoup pour eux, même te laisser, mais sans information confirmant ton affiliation avec ceux-ci, je vais prendre cela comme une menace potable et la Fraternité, le Main, l’HYDRA, l’AIM ou Arme X vont être les seules alternatives sérieuses pour expliquer ta présence ici. »


    C’était très facile de prétendre beaucoup, mais la raison de l’anonymat agaçait beaucoup Diana. Elle n’avait pas de temps à perdre et Ayla lui faisait perdre du temps par le manque de transparence. Diana attendait comme toujours une réaction logique de sa part, mais encore là, si elle pensait pouvoir la naviguer en disant : L’ennemi est autre, elle pouvait être pratiquement du même sang qu’Arès ou que Loki.

    Pour la pensée d’Ayla autour de l’officiel et de la diplomatie, elle pourrait être rapidement étonnée d’une alternative rapide de réponse. Si elle pouvait connaître T’Challa depuis une année, elle ne le connaissait pas depuis une trentaine d’années et T’Challa pouvait facilement comprendre la démarche de Diana parce qu’il fallait comprendre quelque chose de majeur : Diana restait sincère. Ayla était là pour régler un problème personnel par l’assassinat, ce qui la mettait plus en fautes que Diana qui ne faisait que son travail.

    Malheureusement, les retombées risquaient de frôler le vide juridique car Diana n’en avait rien à faire des plaintes contre elle. Le SHIELD pouvait se plaindre d’elle, et ceux-ci ont même mis un petit mandat sur celle-ci, mais la réalité est que cela ne la touchait pas parce qu’elle possédait officiellement un titre Apatride et de Confiance. La seule loi que Diana respectait toujours : C’était le respect de la vie humaine, même pour les pires monstres. Alors qu’Ayla trahissait cette loi, elle ne pouvait pas vraiment croire gagner sa cause pour se sentir agresser. Elle était une assassin, cela pouvait convaincre quelques idiots de porter plainte pour agression, mais encore là, est-ce qu’elle croyait vraiment que T’Challa allait perdre son temps en tant médiateur?

    Encore une fois, Ayla jugeait mal Diana sur le « modèle ». Seuls quelques idiots pouvaient croire qu’elle se voyait comme une super-héroïne ou encore une modèle. Ce qu’elle faisait aujourd’hui, c’était de défendre des vies, réparer des injustices ou encore éliminer des menaces importantes. Cela pouvait être la définition de la super-héroïne, mais jamais elle pouvait se percevoir de cette façon. Ensuite, Ayla brisait elle-même les lois d’une manière bien plus importante que Diana, uniquement par la raison pourquoi elle était ici. Qu’est-ce qui était le plus grave? Tuer ou arrêter une personne qui tue? La réponse risquait de faire mal, surtout pour Ayla.

_________________
avatar
Diana De Themyscira

Messages : 990
Date d'inscription : 20/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le boulot s'invite en vacances (PV Diana De Themyscira) (Terminé)

Message  Invité le Ven 6 Nov 2015 - 10:46

Il y avait sans doute beaucoup à admirer chez cette femme. Beaucoup à respecter. Ceci étant dit, son attitude que moi je percevais comme étant suffisante ne me donnait nullement envie de coopérer. De lui être agréable. Je ne remets pas en cause ses expériences personnelles, son passé, ses actions héroïques. Fondamentalement, si on compare Wonder Woman à bien d’autres êtres humains et surhumains, c’est une bonne personne, avec un système de valeur difficilement attaquable, quasiment irréprochable. Si on la compare à moi, c’est une sainte. Je tue. Je ne prends aucun plaisir à tuer. Pas la plus petite once. Comme la plupart des prédateurs dans la nature ne prennent pas davantage de plaisir à tuer. Je fais ce que j’ai à faire soit par nécessité, soit parce que cela fait partie des objectifs commandés par les Last Sons.

Cela dit, elle aura beau avoir toutes les réputations du monde, je réagis très mal face à la menace. Plutôt que de collaborer, je me referme. Et plus on insiste, moins je montre d’ouverture. Elle me demande de m’identifier alors qu’au fond, elle compte sur sa réputation pour l’introduire. Elle me demande pratiquement de déballer mon CV alors que je sais que je ne suis pas fautive. Ce qui est amusant c’est qu’elle n’a aucun mandat d’arrestation. Il n’existe aucune loi écrite donnant véritablement le droit aux super héros de faire ce qu’ils font s’ils ne sont pas affiliés à un groupe reconnu. Et encore là, c’est discutable. J’ai eu l’occasion lorsque j’étais à Tokyo d’assister à une longue conférence sur le sujet. Toute la question de super héros et de super criminel demanderait une refonte complète du système judiciaire. Or, la bureaucratie a horreur du changement.

Mais laissons de côté l’aspect juridique et légal des choses, réduisons la chose à la plus simple expression. Pour les besoins de l’exercice, disons que Wonder Woman est la gentille et que je suis la méchante pas si méchante parce que dans ce cas précis, elle me confond avec quelqu’un d’autre. Elle ne sait rien du meurtre que j’ai commis. Elle ne sait même pas que je suis une assassin. Elle pense que je suis une assassin de la Main ou de HYDRA. Mais elle ignore qui je suis. En fait, plus exactement je pense bien qu’elle se moque complètement de savoir qui je suis. Elle a besoin de se rassurer, de garder bonne conscience. La preuve? Elle me pose ultimatum sur ultimatum. Qu’est-ce qu’elle espère? Que je vais craquer, comme ça, tomber à genoux et demander son pardon? Non. Définitivement pas. Si elle veut m’amener à parler, ce sera entre personnes civilisées.

Ce que j’entends par là? Un dialogue ouvert faisant appel aux bases mêmes de la politesse. Pas un dialogue de sourd où elle veut juste obtenir, a déjà son idée en tête et ne compte pas changer d’idée. Un vrai échange constructif. Et je le redis. Je ne fais pas « obstruction » parce que ça m’amuse. Encore une fois, Wonder Woman est un symbole, un exemple, un modèle pour plusieurs. Et pour cela elle a droit à une mesure de respect de ma part. Ceci dit elle est incroyablement peu douée pour la diplomatie. Oh je suis convaincue que si elle devait donner un discours pour galvaniser des troupes, elle serait excellente. Mais pour extirper des informations, je la trouve fort peu compétente. Alors non. Je ne collaborerai pas. Enfin si. Mais pas entièrement. J’ai envie de m’amuser. On peut répondre sans répondre. Et c’est ce que je compte faire. Ce que je veux dire?

Admettons que nous en venons aux coups. Elle prend le dessus, me mets hors course et me fouille. Quelles informations va-t-elle trouver? Mon passeport. Maintenant, votre réflexe c’est de dire : c’est un faux. Une vérification poussée par ses contacts le prouvera, la réconfortant dans son erreur initiale. Et c’est là que vous vous trompez. C’est mon passeport. Mon VRAI passeport. Un passeport japonais avec ma date de naissance et tout. Et pour ce qui est de mon métier, on peut lire « artiste ». Et c’est encore vrai. J’enregistre encore avec mon groupe. Être dans les Last Sons ne m’empêche pas d’avoir une vie à côté. Toute vérification qu’elle fera y compris les plus poussées concordera. Pourquoi? Parce que comme je l’ai dit c’est un vrai document officiel. Pas un faux.

Toute la partie Last Sons, elle est restée en Asie. Et encore, un commando dans les Last Sons, qui opère dans l’ombre et qui fait le sale boulot, ça ne traine pas des papiers officiels. Ceci veut dire qu’à moins de contacter directement Boldarev en Asie et en supposant qu’il veuille bien collaborer avec elle, ce qu’il y a sur mon passeport est la vérité. Pas la seule vérité mais une vérité sur moi. Et considérant que je doute qu'elle se trimballe de quoi confirmer mon identité avec elle, ma collaboration non sans un poil d’hypocrisie va la mettre devant un dilemme : croire et vérifier avec l’ambassade du Japon ou ne pas croire et continuer à chercher la confrontation? Et si elle veut utiliser ce fameux lasso de la vérité bien… Là on avisera. Omettre, ce n’est pas mentir. Ce sont deux choses différentes. Espionnage 101. Vérifiez si vous êtes sceptique.


« Tu parles de confiance et de dévoiler son identité alors que tu comptes sur ta réputation pour t’introduire. Je pourrais faire de même. Là d’où je viens, on me connait. Mais jouons le jeu, ne serait-ce que pour l’humour de la chose. Je vais mettre la main dans la poche intérieure droite de ma veste. Tu vois? Pas de geste brusque. Je récupère mon passeport. Maintenant je l’ouvre à la première page. Voilà. Satisfaite?

Ayla Kimi Isao. Native de Kyoto. Au Japon, si tu ignores où c’est. Profession : artiste. Chanteuse, si tu préfères. Ce sont des papiers officiels, tu peux vérifier leur authenticité par n’importe laquelle de nos ambassades. La plus proche est située au 9 Avenue Ahmed Balafrej, Souissi, Rabat, Royaume du Maroc. Je te demanderais bien de voir tes papiers mais à ce qu’on dit tu es apatride. Ce serait peu d’utile, n’est-ce pas?

Quant à mon affiliation théorique à un groupe, en supposant que ce soit le cas, je n’ai aucune raison de te faire confiance. Tu n’as pas de papiers pour prouver ton identité ou ton affiliation. En revanche il parait que tu as un lasso de la vérité. En partant du principe qu’il fonctionne sur toi, utilises le sur ta personne pour me confirmer qui tu es. Pour qui tu travailles. Tu parlais de confiance? Prouves que tu es digne de la mienne. »


Alors, Wonder Woman, tu as eu une réponse à ta question. Correction. À une partie de ta question. Tu sais qui je suis dans un cadre légal. Mon omission de pour qui je travaille est volontaire. Je ne te fais pas confiance. Je n’ai aucune raison de te faire confiance. La confiance se gagne facilement, tu dis? La confiance tue, au cas où tu l’ignorerais. Et il est absolument hors de question que je mette mon sort entre tes mains. Il est évident que je ne suis pas qu’une simple touriste. Mais deux peuvent jouer à son petit jeu. Si tu refuses de t’identifier formellement et de façon honnête, en l’absence de papiers qui prouvent qui tu es alors je ne vois pas pourquoi je te dirais toute la vérité. Tu penses que tu es en position de force. Je suis prête à mourir pour mes convictions. Et céder face à la menace n’en fait pas partie. N’en a jamais fait partie. N’en fera jamais partie. Et tu me menaces.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le boulot s'invite en vacances (PV Diana De Themyscira) (Terminé)

Message  Diana De Themyscira le Ven 6 Nov 2015 - 16:19


    Les terriens avaient toujours une forte tendance à vaguer dans l’incohérence de leur propre système. Ils partaient des principes qu’il existait un problème et c’était souvent par les autres. Les théories autour de reformer des concepts aussi pauvres et enfantins que les super-héros ou que les super-criminels pouvaient s’adressaient surtout aux individus avec des peurs. Les conférences, les discours ou encore les arguments qui parlaient de refonte de ces concepts, cherchaient surtout à contrôler les êtres avec des pouvoirs que cela soit juridique ou politique. William Stryker ou Lex Luthor suivaient souvent cette méthode de vouloir tout contrôler, mais certains savaient qui étaient les véritables monstres devant l’utilisation de mauvaise foi de la loi. La théorie autour de la dangerosité autour des individus avec des pouvoirs pour configurer des lois plus stricts avait déjà été entendue par Diana et c’était dans les années 60 où les humains se nourrissaient de craintes et de préjugés. Il était triste qu’une jeune femme donnait une telle crédibilité à ce type de discours, mais Diana avait quand même apprise que jeunes ou vieux de cette génération pouvait se montrer aussi dangereux dans leurs idéologies, il suffisait d’un être convaincant et non d’une logique.  

    Il était quand même ironique qu’Ayla croit réellement que Diana soit en tort vu ses méthodes et ses idées. Ce qu’Ayla ne comprenait pas, c’était que Diana n’avait rien à lui prouver comme quand la jeune terrienne avait une mission à faire en Asie sous le masque des Last Sons et se retrouvant dans une position similaire, est-ce qu’elle aurait réagit aussi pacifiquement? Diana avait une légitimité d’intervenir et Ayla devrait plus se compter chanceuse de ne pas être tombé dans les girons de la police secrète du Wakanda ou encore de la Confrérie. Ayla s’amusait comme une gamine, cet échange laissait Diana assez indifférente car elle avait l’impression de discuter avec une enfant non-coopérative.

    Même Cassie au début de sa formation était capable d’être plus rapide dans ses interactions que de se mêler des inutilités juridiques ou de volonté à n’être qu’une humaine qui avait toujours des réponses parfaites. Diana ne demandait pas de déballer toute sa vie personnelle, mais uniquement de savoir un supérieur que Diana pouvait connaître de son organisation. Encore une fois, Ayla connaissait très mal Diana, quand elle lui demandait une information de son groupe, elle aurait pu pratiquement dire « Last Sons. T’Challa. » ou « Last Sons. Korra » et la discussion serait terminée. Pourquoi? Parce que si Ayla avait la prétention de connaître Diana, elle doit savoir que l’Amazone avait des connaissances un peu partout – même dans les petits secrets de plusieurs organisations. En nommant Korra ou T’Challa, elle aurait confirmée son affiliation et Diana serait partie sans histoire.

    Diana aurait même suivie le même cheminement avec Ayla qui mentionnait soit la Famille Al Ghul de la Ligue des Assassins ou encore Andrill Elhonna de la Confrérie. Mais cette jeune femme manquait d’esprit et d’ouvertures. Est-ce que ces informations pourraient mettre Ayla en danger? Non pas vraiment. L’une des raisons pourquoi la jeune orientale ne cherchait pas la coopération, c’est parce qu’elle cherchait à avoir raison.

    Ayla semblait aussi adorer de légitimer tout ce qu’elle avait par le légal ou par la politesse. Sortant ses documents officiels, celle-ci commença à parler de son passionnant passeport. Alors à ce moment, Diana avait compris rapidement le problème. Elle avait fait une mission une fois pour protéger une chanteuse de ce Monde, et on pouvait définir cette chanteuse par les désirs de « diva ». Un comportement nécessairement arrogant, des demandes complètement futiles, et un refus d’obtempérer pour chercher à avoir toujours raison étaient la définition qu’elle se rappelait le plus de cette désagréable chanteuse. Ayla suivait peut-être ce même modèle, Diana avait quand même laissé un petit rire sur la demande de prouver son identité.

    Diana ne laissait pas beaucoup de choix pour la suite. Elle avait fait une erreur, elle perdait son temps, mais si Ayla voulait s’amuser sur le légal et sur les argumentations de l’ennui, elle allait en avoir pour son temps. Prenant le passeport d’Ayla d’une main, Diana parlait dans le but de conclure cette rencontre.


    « Tu as raison sur un point, Ayla. Je perds mon temps en te parlant et je perds encore plus mon temps à essayer de te convaincre de discuter. Pour que tu connaisses la Main, je ne crois pas que tu as quelque chose à revendiquer de moi. Alors à place que je perds mon temps de discuter avec toi, ton passeport va être à l’Ambassade du Wakanda, tu vas pouvoir discuter largement avec leurs polices secrètes de tes connaissances sur le groupe. Mais je ne crois pas que tu pourrais être dans la Main, tu parles beaucoup trop et ta volonté à chercher de devenir la raison ne serait pas acceptée longtemps par leur chef.

    Je ne pense pas que tu peux m’aider, parce qu’honnêtement, tu m’as apprise que dans les temps difficiles, tu aimes mieux faire parler ton arrogance que m’appuyer. Nous apprenons beaucoup des autres êtres faisant tous des métiers différents. J’ai apprise aujourd’hui que les chanteuses de ce Monde cherchent surtout de rentrer dans les futilités même quand des vies sont en danger. Alors comme tu connais l’adresse des ambassades, je n’ai pas besoin de vous dessiner le chemin. Profite bien de ce continent, Ayla. Peut-être que tu vas découvrir une personne qui pourrait vous gratifier de vos formidables talents sans te remettre en question. »


    Le temps de Diana était beaucoup trop précieux que perdre son temps dans les futilités d’une diva. D’autres avaient la mission de faire des enquêtes plus poussées autour des nouveaux arrivants sur le continent, alors Ayla pourrait s’amuser largement à s’expliquer avec le Wakanda et sa police. Diana avait la mission d’arrêter un réel assassin. C’était le temps de partir de ce lieu de débauche.

_________________
avatar
Diana De Themyscira

Messages : 990
Date d'inscription : 20/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le boulot s'invite en vacances (PV Diana De Themyscira) (Terminé)

Message  Invité le Ven 6 Nov 2015 - 23:13

Bon allez, amusons-nous un peu. Elle pense que je suis une sorte de diva, de gamine capricieuse dans un corps d'adulte. Jouons le jeu. Tournons-la au ridicule. J'ai toujours trouvé amusant ces gens qui font de la projection comme elle le fait. Ce qu'elle me reproche, ce qu'elle pense et décrit, c'est un portrait parfaitement fidèle de ce qu'elle est au fond. Mais bon. Mais bon. Elle va enfin me laisser tranquille. Elle a une mauvaise opinion de moi. Et alors? Ce n'est pas comme si j'allais revoir ce déplaisant personnage un jour et… Oh non ma grande. Ce passeport est à moi. Tu veux la guerre ma jolie? Tu vas l'avoir. Je vais te montrer que je ne suis peut-être pas l'assassin que tu recherches mais qu'il est peu sage de me chercher des ennuis. Une leçon d'humilité va te faire la plus grand bien. Et puis bon. Personne n'est contre la vertu. Un entraînement me fera le plus grand bien. Allez l'actrice, c'est à toi de jouer. Je vais me livrer à une petite performance pas piquée des vers.

Je prends un air apeuré qui cadre parfaitement avec celui de la diva qui se pense meilleure que tout le monde qui vient de réaliser qu'elle n'est pas aussi intouchable qu'elle ne le croit. Je porte une main à ma bouche, je laisse entendre une exclamation plaintive et je fais le mouvement faible et sans trop de conviction de saisir mon passeport. Je sais très bien jouer la Prima Dona. Je ne dis pas qu'elle va tomber dans le panneau. Ceci dit, sans insulte à son intelligence, les gens qui ont vu au travers d'un de mes bluffs se comptent sur les doigts d'une main. Elle est sans doute une meilleure combattante que moi mais à ce jeu, je gagne et elle perd. Comment je fais mon coup? Je puise dans mes propres expériences. Ma propre détresse. Ma propre impuissance. Ainsi le jeu n'a pas l'air forcé. Il a l'air pleinement naturel. Et je rajoute même les yeux larmoyants pour faire encore plus réaliste. Avec la petite voix qui tremble, c'est là une performance digne d'un oscar soit dit sans vantardise.


« Arrêtes! Ok, ok! Rends moi mon passeport, t'es pas drôle! Je ne veux pas d'ennuis avec les flics! J'ai une réputation à maintenir moi! Je te dirai ce que tu veux savoir, je te présenterai mes excuses mais redonne moi mon passeport! Allez quoi j'ai peut-être pas été super accommodante mais c'est pas une raison pour m'envoyer en prison! Merde c'est pas la Corée du Nord ici. Et qu'est-ce que je vais dire à mon manager si je finis en taule moi? S'il te plaît rends le moi, rends le moi! »

Elle s'attend à ce que toute tentative pour reprendre le passeport, s'il me venait l'envie d'essayer, soit physique. Il est impossible qu'elle sache que j'ai des pouvoirs psychiques. Si ceux qui l'ont informé de ma présence étaient un moindrement compétent, ils m'auraient d'ors et déjà identifié comme une membre des Last Sons. Elle a bien dit Wakanda, non? Je compose un texto rapide, appuyant mentalement sur les touches de mon téléphone intelligent. On va voir si je peux faire ma part des choses en voyant avec les collègues d'éviter un incident diplomatique avec son pays. Je me moque bien de créer un incident avec la brute en face de moi. Elle a vraiment des tactiques de truand de cour d'école. Décevant. Je m'attendais à mieux de quelqu'un avec sa réputation. Mais revenons-en au passeport et à ma mise en scène. Si elle veut me faciliter les choses, tant mieux. Ma petite prestation effectuée, j'utilise ma télékinésie pour lui arracher des mains mon passeport. Un jeu d'enfant.

C'est bien ce que je pensais. Une brute. Eut-elle été un minimum stratège, elle aurait considéré toutes les possibilités. Tous les angles d'approche. Je remets mon passeport dans ma poche et mon air apeuré se transforme en un sourire narquois. Voilà tu peux t'en aller maintenant. Si tu es aussi douée pour traquer les assassins que tu l'es pour gérer une situation aussi simple, tu vas courir longtemps. Je pourrais bien te proposer mon aide. Le contre-espionnage et le contre-assassinat, c'est ma spécialité. Mais pas sans avoir reçu des excuses de ta part. Ça ne se fait pas de venir d’une part interrompre une partie de dards alors que mon pécule allait croissant, refuser un verre d’alcool, proférer de telles accusations et d’ajouter à tout cela un tempérament franchement antipathique et une attitude de barbare écervelé. De la dignité, Wonder Woman. De la classe. Du panache. Pour une première impression, c’est ma foi désastreux je trouve. Mais vous savez ce qu’on dit. Ne jamais se fier aux apparences.


« Trop facile. Voyons si l’assassin de la Main se montrera un défi plus intéressant que toi. Sans faire d’efforts en plus. Ce petit tour de télékinésie est tellement facile à faire que je pourrais l’exécuter même si j’étais dans le coma. Si tu avais eu un minimum d’humilité et que tu avais reconnu ton erreur et que tu t’étais excusée, je t’aurais offert mon assistance. Visiblement tu n’es qu’une brute épaisse. Tu auras l’air maline quand j’aurai éliminé ta cible avant toi. Allez, sayonara! »

Je viens pour partir quand mon téléphone sonne. Je reconnaitrais ma propre sonnerie entre mille, c’est une partie de « senbonzakura ». Je décroche vite fait et ce que j’entends au bout du fil m’agace un brin. Qu’est-ce que j’en ai à faire que ce soit Wonder Woman? Bon j’ai le droit à « psychologie 101 sur Wonder Woman ». Mais quel espion digne de ce nom révèle ses allégeances à quelqu’un qu’il ne connait même pas? Dans agent secret, il y a le mot secret. Ce n’est plus un secret si je l’annonce haut et fort et… Oui c’est bon ça va. Madame a des relations. Madame est amie avec T’Challa. Alors il faut que je me montre prudente. La belle affaire. S’il fallait que je commence à avoir un agenda politique, je ne serais pas sortie de la rizière. Mais bon. Je ne regrette rien. Jamais même. C’est psychologique, je ne peux éprouver ce genre de chose. Possiblement pathologique. Qu’importe. Si j’ai la confirmation de mes collègues asiatiques que c’est simplement un énorme malentendu…

Tu parles d’un merdier à désamorcer. Mais j’ai promis de faire des efforts quand je me suis joint aux Last Sons. Ayla, tu n’es plus seule. Tu as une famille qui veille sur toi. Ne retombe pas dans tes anciens réflexes. Et puis si Wonder Woman est comme on vient de me l’expliquer, on en rigolera devant un verre ce soir après avoir mis la main sur cet assassin. Comme je l’ai dit, je ne peux pas m’excuser. Je ne suis pas capable de le faire. Chaque action posée a un sens, un but, sert à quelque chose. Apprendre en général. Alors je peux au mieux proposer mes services, de repartir de zéro mais je ne peux pas faire ce qu’une personne normale ferait : des excuses ou éprouver des regrets. Il va falloir faire avec. Je suis en vacances et même en vacances, le boulot refuse de me laisser tranquille. Soit. Je vais capturer cet assassin et retourner à mes petites affaires. Si Wonder Woman peut éprouver de la surprise, elle risque d’en avoir pour son argent parce que tout d’un coup vlan, changement total d’attitude.


« On vient de me mettre au courant de deux ou trois petites choses alors… Reprenons à zéro. Identification : Ayla Kimi Isao. Nom de code: Aki. Faction d’appartenance: Last Sons. Fonction : Commando. Rôle : Espionnage, Reconnaissance et Assassinat. Pour le reste, je suis vraiment née à Kyoto et je suis aussi véritablement une artiste. Une chanteuse. Je te ferai écouter quelques morceaux si tu veux. De par ma faction d’appartenance, tu sais que HYDRA et la Main sont mes ennemis.

Si j’en juge par l’actuelle mésentente, l’assassin en question n’est pas passé par une voie d’accès normale donc surveillée. Si j’étais du genre à parier, je miserais sur le coup du cheval de Troie. Petite leçon d’histoire : un immense cheval de bois creux offert au Troyens mais qui était rempli de soldats grecs. Mon conseil? Vérifie s’il y a eu récemment des entrées d’œuvres, des statues de femmes. Ce ne serait pas la première fois qu’un assassin utilise cette ruse pour s’infiltrer, je parle par expérience.

Je viens officiellement d’être remise en service actif le temps de régler cette urgence. Plus vite on capture cet assassin, plus vite je peux retourner à mes vacances. Pour info, tu me dois toujours des excuses mais ça ne m’empêchera pas de travailler avec toi. Les ordres sont les ordres et je compte accomplir ma mission. Et un assassin d’HYDRA ou de la main, c’est un entrainement ma foi assez intéressant. Prête à travailler, partenaire, ou tu veux qu’on règle deux ou trois choses avant? »

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le boulot s'invite en vacances (PV Diana De Themyscira) (Terminé)

Message  Diana De Themyscira le Sam 7 Nov 2015 - 1:16


    Hélas le problème était amplifié par Ayla et s’expliquait rapidement par le petit jeu qu’elle voulait se convaincre. Diana avait toujours appris que certains cherchaient surtout des principes pour les manœuvrer comme un jeu et non comme des réels principes de vies. C’était pour l’une de ses raisons pourquoi son ancienne équipe lui manquait énormément. Elle avait appris beaucoup avec eux, que cela soit par s’humaniser ou encore par ses compétences de combats, mais elle avait surtout appris à faire preuves de patiences et de laxismes. Ce que les jeunes comprenaient mal du monde, c’était que les individus n’étaient pas ceux aussi romancés que prévus. Ayla adorait romancée Diana surtout en cherchant à établir ses propres définitions du modèle. Cependant ce qu’il fallait comprendre, c’était que Diana avait horreur de cette représentation et il ne fallait pas être un génie pour le remarquer. Ayla jouait beaucoup plus avec la patience de la princesse des Amazones que vraiment chercher dans une collaboration.

    Soit les Last Sons engageaient les opportunistes enfantins qui étaient disponibles, soit T’Challa lui faisait une énorme blague, mais c’était réellement dommage quand elle pensait que des nobles guerriers comme Korra, T’Challa ou Gentle avaient rejoints le groupe. Diana se peinait à croire que le groupe n’allait pas devenir comme les Vengeurs avec une frasque d’arrogances et de futilités qui ne pouvaient qu’agacer le reste du Monde. Diana ne faisait pas vraiment attention sur le reste de l’agissement d’Ayla, son comportement exagéré laissait présager qu’elle jouait la comédie. Elle était peut-être une diva, mais une diva ne changeait pas aussi rapidement de comportements pour essayer d’énerver une personne. Elle venait quand même de changer entre froide et distante pour émotionnelle et alarmée, il ne fallait pas vraiment un entrainement chez Loki pour voir la mascarade.

    Diana ne réagissait pas vraiment au petit spectacle d’Ayla, puis elle avait décidé de lui enlever le passeport par des pouvoirs psychiques. Diana se tournait indifférente un moment à ce petit tour de passe-passe. Elle ne comprenait pas vraiment le concept de jouer la comédie et après d’utiliser sa télékinésie. Ayla voulait prouver quoi en ce moment? Alors c’était enfin le temps de revoir le visage de cette arrogance par une victoire qui n’était pas vraiment une victoire.

    Par Héra, Diana était vraiment en train de subir des idioties de ce type? Si Ayla était heureuse de lui enlever son passeport, elle n’imaginait pas le moment quand elle pouvait vaincre un véritable ennemi. Si cela pouvait satisfaire l’égo d’Ayla d’avoir pris son passeport, Diana avait fait sa bonne action de la Journée. En plus, elle était assez amusante sur sa théorie, comme si la petite Ayla pouvait prévoir toute éventualité. Comme si elle pouvait prévoir Juggernaut foncer dans le mur et lui faire écraser vingt tonnes de déchets sur sa pauvre personne ou encore si l’un des télépathes de l’Institut Xavier était dans le coin pour faire un nettoyage complet du cerveau à Ayla.

    C’était la jeunesse, qu’elle se disait. La jeunesse terrienne était parfois un peu trop sûre d’elle par des théories idiotes. Celle-ci restait trop dans ses petits concepts pour jouer dans la cour des grands. Au moins, Diana s’était trouvé un cas intéressant. Aux paroles d’Ayla, Diana s’était tournée vers celle-ci avec un maigre sourire la laissant continuer à faire son spectacle. Elle voulait maintenant régler le problème elle-seule, c’était quelque chose de satisfaisant à entendre, Diana avait quand même d’autres missions à faire.


    « Je suis déçue que les Last Sons recrutent chez des gens qui possèdent une arrogance aussi monstrueuse. Si tu veux un petit conseil d’amis entre toi et moi, je pense qu’il serait assez intéressant que tes pieds touchent le sol pour voir la réalité. Je viens perdre dix minutes de mon temps, uniquement à argumenter avec toi pour avoir ces informations et tu oses prétendre que je te dois des excuses?

    La seule erreur en ce moment, était de me faire perdre mon temps à place de m’aider. Je croyais que les Last Sons cherchaient vraiment à régler des problèmes et non à chercher d’être supérieur aux autres par des arguments idiots et fallacieux. Si quelqu’un vient te demander une information et que tu le connais par sa réputation, par son rang ou encore par tes collègues, ne lui fait pas perdre son temps pour ton arrogance.

    Alors tu veux te charger de l’assassin? Parfait. Qu’Héra t’accompagne. Je dois faire un tour au Libéria et Gabon pour quelques autres missions, avec le temps que tu m’as fais perdre ici, je vais pouvoir le rattraper pendant que tu t’amuses avec cet assassin. Alors profite bien du continent, peut-être que tu vas trouver une bonne âme pour te supporter vraiment, même si je crains que c’est fort impossible vu que ma patience reste au-delà des limites des panthéons connus. »


    Ayla restait profondément différente de ce qu’elle avait aimé percevoir la première fois quand elle avait su que Korra était dans les Last Sons, quand T’Challa allait les rejoindre avec son étudiant. Un certain enthousiasme l’animait d’entendre parler des Last Sons. Elle avait maintenant certaines craintes de retrouver une arrogance similaire que les Vengeurs. Ayla essayait peut-être d’arranger le conflit, mais elle ne se rendait pas compte que sa rancune la laissait plus désagréable que dans une véritable phase d’ouverture. Avec cette manie vouloir avoir raison et de chercher que les autres s’excusent, il fallait vraiment un Dieu ou une Déesse de la Patience pour travailler avec cette femme. Encore une fois aux derniers mots de Diana, elle se dirigeait vers la sortie. Ayla ne pouvait pas vraiment reculer su le travail qu’elle avait prise vu son contact avec le Wakanda pour ce contrat.

_________________
avatar
Diana De Themyscira

Messages : 990
Date d'inscription : 20/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le boulot s'invite en vacances (PV Diana De Themyscira) (Terminé)

Message  Invité le Sam 7 Nov 2015 - 9:12

Bon bah… Me voilà en chasse après un assassin de la Main. Les choses avaient prises une tournure moins catastrophique que cela aurait pu être. Pas de coups échangés et si la relation entre moi et Diana n’était pas au top, au moins nous n’étions pas des ennemies. Elle allait faire ses petites affaires et moi j’allais éliminer l’assassin. Quoi? Ce n’est pas comme si j’étais du genre à laisser ce genre d’adversaire vivre. De toute façon, un vrai agent de l’ombre se donne la mort plutôt que de parler. Il n’y aurait rien à tirer de ma proie. J’ai déjà une piste en tout cas. Si l’assassin a échappé à la vigilance des alliés de Wonder Woman, c’est qu’il a utilisé un moyen non conventionnel pour entrer au pays. Je vais aller faire un tour dans les entrepôts. C’est un endroit assez standard pour se faire une base d’opération temporaire.

C’est assez rare que les gens vont inspecter les dizaines de conteneurs de ce genre d’endroit au cas où un assassin s’y cacherait. Moi? Je suis une experte dans la traque de ce genre de personnes. Il y a des signes qui ne mentent pas. Je ne dis pas qu’il faut absolument un assassin pour en éliminer un autre. Ceci dit, cela accélère le processus de traque. Une chose est sûre cependant : ma précognition ne me sera pas forcément utile car plusieurs assassins de haut niveau en disposent, ce qui fait qu’on réussit à se déjouer malgré tout. Il existe un univers de possibilités alors vous imaginez le nombre d’options que cela peut offrir. De toute façon, j’ai appris depuis longtemps à ne pas faire confiance qu’à mes pouvoirs. Ce sont des outils. Et comme tous les outils, ils peuvent échouer à faire leur travail. Une leçon que peu de personnes sont vraiment prêtes à accepter.

Transportons-nous dans le futur, à peine deux heures plus tard. Mes chances de survie ne sont pas excellentes. J’ai trouvé mes cibles. Pas ma cible. Mes cibles. Plus précisément, Izumi, Kenji et Tatsu. Un trio de frère et sœur. Nous nous sommes déjà affrontés par le passé et je peux vous garantir d’une chose : ces trois-là ont la synergie de combat la plus impressionnante qui soit. Les affronter relève du suicide si l’on n’est pas préparé. Je pourrais blâmer Wonder Woman et ses renseignements foireux mais non. La vie n’est pas juste et chaque épreuve qu’elle nous fait subir et à laquelle on survit nous rend plus fort. Conséquemment, je ne regrette rien. Mes chances de survie ne sont pas excellentes. Cela ne veut pas dire que je vais mourir. Izumi ne peut pas en dire autant. Vos chances de survie sont nulles en général quand votre tête est séparée de votre corps.

Izumi n’est plus. Kenji est blessé au bras et a une cheville foulée mais Tatsu s’en est tiré avec des égratignures. L’ainé est particulièrement redoutable. J’ai survécu non pas grâce à la chance mais parce que mon style de combat s’axe autour de la philosophie suivante : ne jamais oublier qu’avant d’arriver au sommet, tu as commencé au sol. Plusieurs combattants de haut niveau dédaigne les mouvements de base. C’est un tort. On peut vouloir faire des coups très complexes mais si on peut le parer d’un mouvement simple, c’est une économie d’énergie. Une leçon qui aurait été utile à Izumi. Je ne sais pas ce qu’on a dit à Wonder Woman mais ces assassins sont là pour elle. On n’envoie pas un trio d’assassin éliminer un dignitaire ou deux. On envoie un trio d’assassin pour abattre une légende ou une cible incroyablement difficile. Point à la ligne. Surtout ce trio.

La chance n’a rien à voir. C’est une illusion. J’ai survécu grâce aux erreurs plus nombreuses de mes adversaires. Même grièvement blessée, je continue ma mission. Je dois prévenir Wonder Woman. Je suis une excellente pisteuse. Je la trouverai. Je la préviendrai. Ensuite, seulement ensuite, la mort sera autorisée à manifester ses droits sur moi. Je ne compte pas trépasser, c’est une évidence. Mais il va me falloir des soins. Ou au moins, stabiliser mon état. Et puis on ne sera pas trop de deux pour combattre Kenji et Tatsu. Même dans mon état, je suis encore capable de me battre. Pas à 100% de mes capacités mais quand vous êtes née paralysée, vous incluez dans votre style de combat des techniques poussées prenant en compte une mobilité plus que réduite. Le corps est endommagé. L’esprit est intact. Ma psychokinésie est parfaitement intacte, elle.

Je finis par arriver devant un bâtiment sans prétention. Wonder Woman est à l’intérieur. Elle n’est pas encore partie et c’est tant mieux. J’ai deux choix : la fenêtre ouverte à l’étage ou crocheter la serrure de la porte d’entrée et… Et qu’est-ce que je raconte-moi? Je n’ai qu’à cogner et elle va venir ouvrir. Foutues mauvaises habitudes. Personne ne m’a vu et je n’ai pas été suivie. Si c’est le cas c’est qu’ils sont forts. Très forts. Moi je continue de me concentrer sur l’essentiel : ne pas saigner de mes nombreuses blessures. Avec les bonnes techniques de méditation, on peut pratiquement contrôler son corps. Je ne pourrai pas faire ça éternellement mais ça fait enrager ceux qui vous pistent quand il n’y a pas de traces exploitables. C’est un vieux truc que j’ai appris quand j’étais encore la bête de laboratoire d’une certaine organisation. Bon, elle ouvre!


« J’en ai eu un, il en reste deux. L’un est blessé, l’autre a des égratignures. Tatsu, Izumi et Kenji. Un trio de frère et sœur. Des assassins de la Main. On ne les envoie pas pour éliminer un dignitaire ou deux. C’était un piège juste pour toi. Le temps que Tatsu soigne Kenji, ça nous laisse un peu de temps pour se préparer. Je vais emprunter le bain, ça va y concentrer le sang que je vais perdre. Il me faut aussi un kit de couture.

Pour le désinfectant, de l’alcool à friction, rien de moins et surtout pas d’antidouleur. Tu vas devoir me recoudre à froid. J’ai une de ces entailles sur le ventre, ça a frôlé l’éviscération. C’est le truc d’Izumi ça. C’était son truc. J’ai au moins quatre poisons différents dans les veines dont un qui devient létal si tu le combines à des antidouleurs. Si tu as un anticoagulant je prends. Un des poisons empêche le sang de bien coaguler.

Oh et tu vas de voir me porter parce qu’il y a au moins un paralysant là-dedans et c’est quelque chose de nouveau, je lutte de toutes mes forces pour le retenir. Le quatrième je gère. Si pendant ton inspection une des plaies vire au vert, tu découpes le morceau au plus vite. Si tu sens une odeur suspecte, vas-y généreusement avec l’alcool. Et si jamais je commence à délirer et que je deviens dangereuse, assommes moi. »


J’ai parlé rapidement parce que le paralysant va faire effet dans trois… Deux… Un… Je m’effondre comme une masse, incapable de remuer le petit doigt. Toute ma force mentale est concentrée pour empêcher ce poison de stopper mon cœur. Chose certaine, à l’examen, elle va s’en donner à cœur joie la Wonder Woman. Au vu des blessures que je me trimballe, ça tient presque du miracle d’avoir survécu du lieu de combat à ici. Vraiment pas beau à voir. Pas pour les petites natures. Bon, j’aurais pu dire bonjour et tout ça, la politesse mais… Si je veux avoir une chance de survivre sans trop de séquelles c’était : donnes lui des instructions claires ou regarde la essayer et te tuer par accident. C’est une combinaison vraiment vicieuse de poisons. Ma grande force, c’est ma force mentale. Et je peux vous dire que j’ai rarement été aussi fière de cela.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le boulot s'invite en vacances (PV Diana De Themyscira) (Terminé)

Message  Diana De Themyscira le Jeu 19 Nov 2015 - 2:50


    La prochaine étape restait plus simple. Contactant les membres du Wakanda, elle renseigna ceux-ci qu’une certaine Ayla allée s’occuper des Assassins et qu’elle allait revenir plus tard pour voir si le travail était fait. Elle doutait naturellement des capacités de la jeune femme et cela ne l’étonnerait pas vraiment de la voir se faire tuer par cette mission, mais elle ne pouvait pas se montrer aussi généreuse avec un esprit bien trop conjugué aux conflits. Elle s’envola pour se diriger vers le territoire appelé le Gabon. Cette mission se montrait uniquement plus problématique par les armes qu’elle ne connaissait pas. Le voyage n’avait pas duré longtemps et elle avait eu le temps de recevoir les rapports de cet évènement. L’Arme X avait construit une base sur le territoire, mais ceux-ci avaient reçu la visite des citoyens de ce territoire pour manifester contre eux.

    Déstabilisé par les mouvements citoyens, l’Arme X avait décidé de se construire une milice pour chasser les manifestations. Cependant avec les armes potentielles, le Wakanda avait découvert avec une certaine facilité que cela ne pouvait pas venir des marchands d’armes traditionnels. Diana avait un mauvais souvenir de sa dernière rencontre avec l’Arme X. Manquant de prudence, elle avait été vaincue par leur cyborg. Ainsi elle devrait faire bien plus attention. Son but était de détruire la milice pour empêcher une domination, même sans l’aide de l’Arme X, car elle pouvait bien éliminer la source de ce problème, mais cela n’allait certainement pas régler les problèmes des armes.

    Trois camps pour la milice étaient recensés, c’était suffisant pour les handicaper d’une manière conséquente. Ensuite Diana allait s’attaquer vers la base principale pour régler le problème de l’Arme X. À son arrivé sur place, les armes étaient peut-être puissantes, mais les artefacts de Diana et sa force naturelle pouvaient beaucoup l’aider à contrer de nombreux de leurs armes et de leurs compétences. Les camps avaient tombé avec une certaine facilité, c’était le temps de s’attaquer à la nouvelle base de l’Arme X.

    Les combats restaient dans une certaine simplicité des mouvements de Diana. Certains étaient expérimentés pour des soldats traditionnels, mais le reste était d’une simplicité ridicule. Diana avait détruit la base en quelques minutes, elle avait ainsi le temps de se reposer devant ce petit effort. Elle attendait surtout les transports des autorités du Wakanda pour arrêter les fameux criminels. Après la délégation de pouvoir aux services de son ami T’Challa, Diana retourna vers sa première mission.

    Est-ce qu’Ayla allait vraiment réaliser sa promesse ou elle allait encore perdre son temps dans les lieux de débauches? Retournant sur le territoire, elle avait décidé de prendre place dans un consulat Wakandien pour voir les avancées d’Ayla ou encore de l’assassin de la Main ou de l’HYDRA. Aucune nouvelle de la suite, les autorités lui avaient donné un appartement proche du consulat pour attendre la suite. La mission sur ce territoire restait bien plus important que les autres vu les menaces que représentaient la Main sur la planète.

    Vers une certaine heure, la porte était frappée. Croyant à une autorité Wakandienne, elle était surprise de voir le visage d’Ayla avec de nombreuses blessures. L’orientale lui fit le tour de ses nombreux maux dont du poison et ainsi que de nombreuses autres blessures. S’écrasant comme une masse, Diana avait quand même eu le temps de l’attraper, mais elle connaissait des méthodes bien plus rapides pour les guérisons. Peut-être qu’Ayla n’allait pas aimer cela, mais le médecin et la technologie de l’Ambassade du Wakanda sur le territoire, allait bien plus profiter des soins que les méthodes peu orthodoxes de Diana.

    Elle n’avait encore pas pris de temps pour se rendre à l’ambassade et prendre le médecin disponible décrivant chacune des blessures qu’Ayla subissait. Par le manque d’effectif, Diana était obligée de donner son coup de main au médecin. Les machines du Wakanda permettaient rapidement d’écarter le poison sans couper un membre. Diana n’avait pas vraiment calculé le temps pour le temps de guérison.

    Au moins, le tout était passé et Ayla ne pouvait que se réveiller une heure plus tard dans un lit d’infirmerie de l’ambassade dans une salle vide hormis la présence de Diana, où Diana attendait ce petit réveil. Voyant Ayla se réveiller, Diana s’approchait doucement de la Last Sons avant de déposer quelques mots.


    « Il est une mauvaise idée de venir me demander des soins, je ne suis pas une sage femme et la seule manière que j’aurai pu enlever le poison, était de trancher un membre. Avec bon cœur, j’ai décidé de t’amener dans l’ambassade du Wakanda où on n’avait pas vraiment besoin de soins rudimentaires et dangereux pour risquer votre vie. »

    Cela pouvait paraitre sympathique en discours. Diana avait quand même un ton assez aimable pour le réveil de la jeune orientale. Elle attendait ensuite les premières ouvertures d’Ayla, voulant éviter quand même de rentrer dans d’éventuelles guerres d’égos.

_________________
avatar
Diana De Themyscira

Messages : 990
Date d'inscription : 20/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le boulot s'invite en vacances (PV Diana De Themyscira) (Terminé)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum