Le Foot [PV - Tessa]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Foot [PV - Tessa]

Message  Jessica Scott le Mar 11 Aoû 2015 - 0:21

J’aime beaucoup faire ce petit travail à l’Institut Xavier l’été, c’est quelque chose que j’affectionne énormément. C’est vraiment différent d’un camp d’été traditionnel avec un financement limité et avec des activités calculés selon les groupes. L’Institut Xavier offrait beaucoup plus dans ce travail de responsable pour les jeunes qui étaient obligés de rester à l’Institut. Certains n’aimaient pas beaucoup faire des activités sportives, on avait quand même plusieurs ordinateurs et consoles pour satisfaire le besoin des plus grands geeks de l’école. Cependant je crois que les jeunes mutants peuvent quand même retrouver un plaisir dans le petit camp de jour fourni de l’Institut Xavier. Je m’occupais surtout du groupe Football avec quelques sportifs sur le terrain et les autres dans les estrades avec leurs ipods. Je n’ai peut-être pas le charisme de Kitty ou de Scott pour rassembler les troupes, mais au moins, je m’amusais avec ses jeunes.

Quelques uns n’avaient plus vraiment de familles, mais ils s’étaient trouvé des frères et des sœurs à l’Institut Xavier. D’autres avaient peut-être de la famille, eux avaient plus besoin de temps pour accepter leurs conditions, mais aussi que leurs familles acceptent ce qu’ils étaient. Ensuite on avait plus la catégorie des paresseux qui trouvaient que le voyage était beaucoup trop long pour rentrer chez eux. J’aime quand même beaucoup cette école, il avait quelque chose de rare qu’on ne pouvait pas retrouver ailleurs. On peut beaucoup critiquer le milieu qu’on vient et qu’on profite quand même d’un bonheur par la richesse de d’autres personnes, mais cela a quand même permis beaucoup plus que la création d’une famille.

Cela a permis la création d’un progrès, d’une imagination et même d’une ouverture que peu de gens peuvent rêver dans les délires les plus fous. Je crois que chaque être humain cherche le bonheur, finalement l’Institut Xavier est ce travail qui résulte au bonheur recherché. Je suis consciente que plusieurs personnes ne se rendent pas compte de la chance des possibilités de cet endroit. En fait, je ne vais pas vraiment les critiquer, parce que j’ai surtout découvert mon bonheur dans cet endroit par les X-Men. Au début, je pensais beaucoup quand j’allais mourir, aujourd’hui je pense comment vivre.

Francis m’a beaucoup apporté pour me donner un nouveau soutien dans ma vie, un soutien que peu de gens peut apporter. Il a peut-être une tête bizarre et il est totalement idiot dans 75% de sa vie, mais au moins il est capable de nourrir un espoir dans son discours, dans ses agissements et surtout dans sa mentalité. Katherine m’a aussi apporté beaucoup, je n’ai pas juste volé ses techniques de combats, elle m’a aussi inspiré une mentalité bien plus forte de mes bases de mon adolescence. Les jeunes de l’Institut restent toujours aussi sympathiques avec une force, un esprit et une combattivité. Je ne rentre pas vraiment sur le terrain de foot, parce sans être une grosse prétentieuse, j’avais quand même un excellent niveau avant de partir dans ma carrière dans les X-Men.

Habillée avec un chandail de mon équipe de San Diego dans le passé et des pantalons sport, je profitais quand même pour donner des conseils aux étudiants qui jouaient le petit match amical. C’est durant ce petit moment, qu’un étudiant vient me voir pour me dire que ma magnifique présence est convoquée loin de mes conseils sportifs. L’étudiante me pointe une dame un peu plus loin.

Je ne l’ai jamais vu vraiment avant, mais on a tellement d’étudiants dans cette grosse école que des visages méconnus ne m’étonnent pas. Je m’avance vers elle avec le sourire :
« Salut, c’est pour t’inscrire dans le groupe? » Elle me semble quand même assez jeune pour ça et on ne me convoque pas pour savoir mon avis sur des éléments trop importants de l’Institut Xavier.

_________________

« Je ne suis pas attardée, je suis une Scott. »
avatar
Jessica Scott

Messages : 194
Date d'inscription : 20/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Foot [PV - Tessa]

Message  Tessa le Mar 11 Aoû 2015 - 17:22


La hiérarchie c’est comme l’amitié, à quelques détails prêts. Dans la hiérarchie, une personne doit gérer les problèmes des autres en échange de la possibilité d’influencer leurs actions. Dans l’amitié, tout le monde se mêle des problèmes et des actions de tout le monde car tous sont sur un pied d’égalité. C’est ce qui me fait préférer la seconde notion à la première même si j’ai conscience que l’équilibre est toujours plus branlant sur un pied et qu’une amitié est plus difficile à conserver qu’une hiérarchie. Et c’est bien ce point qui, quand bien même je peux trouver ma valeur supérieure à celles d’autres, me fait éviter de me placer dans une position hiérarchique ; pas que je ne veuille pas donner des ordres ou m’intéresser aux problèmes d’autres,  simplement que je préfère que cela soit réciproque. Je laisse le soin à ceux qui veulent jouer les hiérarques de se disputer cette place, parfaitement consciente qu’ils ne feront pas attention aux ordres qu’ils recevront durant le temps de leur compétition et les suivront bon gré mal gré, et préfère me placer à égalité avec les autres, quand bien même notre relation ne peut prétendre à l’amitié. Disons que c’est ma manière de me montrer amicale : je demande, je n’ordonne pas. Et pour moi, convoquer est un ordre.

C’est un point de détail complet dans l’action qui se déroule sous mes yeux mais les points de détail son ma spécialité. Prenons Jessica Scott par exemple. Sa position vis-à-vis du terrain de sport la place comme non participante à la partie qui se déroule actuellement mais elle y est plus impliquée qu’une simple spectatrice, quand bien même il y en est pour être plus impliquées que de raison. Son haut suggère qu’elle ait déjà appartenue à une équipe, celle de San Diego, et son bas qu’elle reste apte à jouer même si elle se limite à un autre rôle. Son âge fait d’elle une étudiante du supérieur mais la saison présuppose qu’elle soit resté ici pour autre chose que ses études ce qui, croisé avec sa position, fait d’elle une bénévole ou une salariée saisonnière et la surveillante de l’activité ci-présente. Jusque là on reste dans le simple, même si tout le monde n’y aurait pas fait attention. Plus amusant maintenant : son visage. Large front, grands yeux, nez coulant, petite bouche et menton discret ; les étages faciaux principaux sont donc le cérébral et le latéro-nasal, ce qui indique un mode de cognition intellectuel et émotif. Diagnostique de l’intelligence par la morphopsychologie, partant du principe que l’intelligence signifie la manière de réfléchir et que celle-ci influence la morphologie. Ça marche plutôt bien et cela occupe encore mieux. Lorsqu’on y ajoute les études sur les significations gestuelles de Messinger et expressives d’Ekman, on commence à toucher du doigt des choses intéressantes.

Après, pour l’heure, le doigt me désigne moi ; le doigt de cet élève resté à l’Institut pendant les vacances scolaires et qui a eue l’aimable obligeance de porter mon message jusqu’à Jessica. Je suis assise en terrasse, non loin du terrain omnisport où ma vis-à-vis pratique son activité, et vêtue d’une tenue relativement standard malgré le mois d’aout. Des chaussures à talon afin de grappiller quelques quatre centimètres, mais ne faisant aucune différence dans ma position actuelle, un slim afin de faire ressortir l’avantage apporté par les talons suscités, quand bien même ma position contrecarre une nouvelle fois l’effet voulut, un débardeur on ne peut plus sobre afin de laisser une petite distance avec le clou du spectacle, un tour de cou en tissu qui m’enserre la gorge ; le tout de cette même couleur que ma chevelure portée en carré mi-long, à savoir du noir. Noir qui n’est pas exactement une couleur à l’inverse du rouge des verres qui dissimulent le bleu de mes yeux, additionnant à ma vision un certain nombre de fenêtres informatiques qui m’occupent tout autant que ce qu’il y a derrière. Verres pratiquement opaques sur lequel on doit tout aussi bien percevoir l’avance de Jessica que je le fais moi-même à travers eux. Je vois son sourire, preuve que la joie demeure malgré que je la détourne de ce qui lui procure ladite émotion tout autant du fait qu’elle est d’un naturel joyeux, et j’entends ses salutations et sa question, comprenant un peu mieux la nature du détail précédent.

Je réagis dans l’instant afin d’être dans les temps même si la question recevra une réponse négative ; un moyen simple d’interrompre Jessica dans sa belle journée mais, même si c’est là l’action que j’accomplie de toute façon, cela ne m’empêche pas d’essayer d’entretenir sa bonne humeur. Ou de ne pas la gâcher, fonction du point de vue. Hors donc c’est avec un instant d’hésitation, un relèvement des sourcils et une entrouverture de la bouche que je réponds par la gestuel, gardant les mains à plat sur le banc, avant d’en faire de même par la parole.

Euh… non.

Ma voix est claire et mon parlé parfaitement intelligible ; je n’ai pas le moindre accent et il est encore trop tôt pour se rendre compte que je parle un anglais britannique. J’ai appris à parler l’américain avant le britannique mais quitte à marquer une légère différence avec la moyenne, autant que cela soit avec un pays qui m’est également utile pour tourner un surnom à mon avantage. Tachons de rester cohérent.

Je te prie de m’excuser : ce n’est pas le meilleur moment pour te déranger néanmoins je souhaitais te parler.

Je ne me formalise pas et énonce des évidences qui ont au moins le mérite de mettre la situation au clair, me permettant d’évaluer les réactions de Jessica. Ce faisant, je lui tends également une main.

Tessa. Curieuse de te rencontrer.

La formule de politesse parle de ravissement et d’enchantement néanmoins cela ne vient pour moi qu’après une attente de rencontre ou bien une rencontre s’étant particulièrement bien déroulée ; la curiosité étant ma motivation, je l’énonce comme telle. Mais point positif, c’est dit avec un fin sourire car je suppose être joyeuse de cette rencontre. Cela explique peut-être la formule citée précédemment mais c’est pour l’heure hors sujet.

Si tu n’as pas de temps à m’accorder, je peux attendre la fin du match sans le moindre problème.

Ce qui est parfaitement vrai ; j’en suis encore à reprendre mes marques à l’Institut, même si une seconde aurait largement été suffisante, et être simplement posée à observer les choses autour de moi est un moyen simple de le faire. Le vert des arbres, le bleu du lac et le rouge des briques du manoir, voici qui constitue une bonne base à l’équilibre du lieu. La piscine, le terrain de sport et les terrasses, voici qui laisse cet équilibre s’exprimer : les formes mouvantes et bruyantes du match de foot s’intercalent entre les mouvantes et silencieuses de la piscine ainsi que les immobiles et bruyantes des terrasses. Le meilleur étant qu’il n’est pas suffisamment de monde pour que c’en devienne pénible. Les vacances d’été à l’Institut Charles Xavier sont plus agitées que dans une école normale mais elles n’en restent pas moins des vacances ; enfin, pour la plupart. Dans tous les cas, je n’ai l’intention de m’imposer ou d’hiérarchiser les choses, sans être entre amis pour l’heure nous pouvons faire les choses amicalement.

_________________
Tessa
Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Messages rp : 119

avatar
Tessa

Messages : 388
Date d'inscription : 14/07/2015
Localisation : Institution Charles Xavier

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Foot [PV - Tessa]

Message  Jessica Scott le Dim 16 Aoû 2015 - 12:19

En voila une réponse crève-cœur pour la pauvre personne que je suis, une réponse qui pouvait faire pleurer les plus grands cœurs, mais aussi faire pleurer l’humanité entière. Elle ne vient pas me voir pour jouer au foot? Comment je peux lui d’être une importance quand elle ne veut même pas jouer au foot? Son invocation doit être vraiment très importante et je risque ainsi de la décevoir, mais aussi de décevoir la planète entière. Je crois que ans les trente prochaines minutes, Charles va me vouloir dans son bureau pour dire comment je suis une mauvaise animatrice et X-Woman pour être ensuite me virer. Ainsi la grande Jessica Scott va tombée dans les oubliés pour devenir une simple étudiante dans cette grande école. Bizarrement malgré sa réponse négative, je ne la reconnais pas du tout. Elle est totalement inconnue dans les nombreuses rencontres de l’école. Non que je ne connais pas tous les étudiants de l’école, mais parfois je peux me souvenir d’un visage par une rencontre dans un couloir de l’Institut.

Habituellement, c’est souvent des X-Men qui viennent me voir durant mes passe-temps pour me suggérer un entrainement, une discussion ou encore me parler des activités prévus pour les prochains mois, mais actuellement elle me disait rien. Les X-Men étaient peut-être bien plus nombreux qu’une moyenne d’un groupe étatique, mais même les visages les plus timides, on pouvait les connaître après quelques mois dans cette équipe. Tessa m’était encore inconnue et je commençais vraiment à bien connaître les X-Men. Ce que je trouve intéressant dans les X-Men, c’est surtout la démarcation qu’on pouvait avoir dans cette équipe.

Même les jeunes avaient une parole dans cette équipe, on n’avait pas autant de pouvoirs que Psylocke, que Cyclope, que Kitty, qu’Ororo ou encore qu’Emma, mais on pouvait rêver de se trouver une belle place dans le groupe. Actuellement, je suis juste confuse de rencontrer cette femme, qui semblait être quand même plus âgée que les jeunes et que je n’avais pas encore identifié grâce à mon superbe cerveau. Au moins, elle s’excuse pour me déranger dans un sport aussi important que le foot. Après elle commence une présentation pour enfin connaître son fameux surnom.

Bien sûr que je connaissais le surnom de Tessa, elle était en fait l’ancienne étudiante de Kitty, mais que je n’avais jamais vraiment rencontrée durant sa formation. Je crois qu’elle a été formée entre Valerie et Rachel, mais je ne peux pas vraiment le confirmer. Valerie, je la connaissais surtout de nom, quand elle avait quinze ans, j’avais environ dix ans. Il existait quand même un fossé entre nos deux mondes, mais je l’avais connue sur une longue période car elle était devenue le mouton noir des X-Men durant une période. Jamais on n’ose dire qu’elle était mauvaise, mais son passage, dans notre équipe, avait vraiment été chaotique. Et aujourd’hui, beaucoup de gens se posent des questions pourquoi elle a décidé de se diriger dans les Vengeurs à place de décider de rester avec nous.

Pour Rachel Summers, c’est assez différent. Dès qu’elle est arrivée dans ce monde, elle dépassait largement les capacités de combats et de stratégies des recrues vu son passé. C’est juste après quelques semaines, qu’elle a reçu son poste de X-Men après sa passation avec Kitty. Tessa restait l’inconnue l’équation, elle avait eu une formation plutôt discrète comme sa personne et bien que Kitty en parlait parfois, je n’ai jamais vraiment eu la chance de la voir. Je sais aussi que c’est une copine d’Agnès, mais je connais mal cette étudiante.

Je lui tends avec un sourire sincère ma main pour les salutations physiques de bases :
« Non, non, tu ne me déranges pas du tout. Je suis ravie de te rencontrer et j’avais aussi une petite curiosité de te rencontrer vu ce que Kitty me disait de toi. En fait, je suis Jessica Scott… » Je bouge doucement la main pour accompagner mon petit enthousiasme de la rencontrer. Elle s’assure encore d’une nouvelle politesse après la poignée de la main. Je fais un petit signe de la tête pour lui montrer qu’elle ne me dérange pas.

« Ah non! Aucun soucis, tu ne me dérange pas vraiment. Mes jeunes sont assez autonomes pour jouer au foot ou avec leurs téléphones sans mon aide. Je serai vraiment ravie qu’on puisse enfin discuter ensemble. Tu es de retour à l’Institut ou c’est juste pour nous faire un petit coucou? Peut-être qu’elle veut juste voir à quoi ressemble la nouvelle étudiante de son ancienne professeur avant de repartir sur de nouvelles aventures.

_________________

« Je ne suis pas attardée, je suis une Scott. »
avatar
Jessica Scott

Messages : 194
Date d'inscription : 20/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Foot [PV - Tessa]

Message  Tessa le Dim 23 Aoû 2015 - 19:52


Ma réponse l’amuse plus qu’autre chose, sa réaction exagérée rendant la probabilité qu’elle prenne aussi bien mon refus qu’elle semble le prendre mal extrêmement importante. Tant mieux, il vaut mieux rire d’une chose qu’en pleurer ; théoriquement. Après, la réflexion vient et avec elle, le doute. Le doute, comme ses dérivés, n’est pas une émotion car pouvant être affecté par de nombreuses émotions ; il s’agit plutôt d’une forme de manifestation de celles-ci. Il est particulièrement reconnaissable à l’intermittence des mouvements liés aux réflexions de la personne et dans le cas présent il est chassé par ma présentation. Ne pas connaitre mon visage est une chose courante et plutôt logique lorsque l’on ne m’a pas rencontrée personnellement, il ne doit pas exister de véritables photos de moi-même dans cette Institution, néanmoins ne pas connaitre mon nom aurait été assez vexant. Pour moi, pas pour Jessica : je n’en suis pas à me prétendre l’espionne la plus célèbre de l’organisation secrète que sont les X-Men, s’en serait légèrement contreproductif d’ailleurs, mais j’aime à penser que notre mentor commune parle de moi de temps à autre. Ce qui est manifestement le cas.

Je ne saurais dire si mon sourire vient par cette constatation ou parce que celui de Jessica est communicatif mais je lui sourire néanmoins lors de notre poigner de main, notant sa réponse quand à l’absence de dérangement et à la curiosité réciproque. Vu ce que Kitty disait de moi ? Intéressant. Quand à être Jessica Scott, indiscutablement.

Il y a plus de soixante dix manières de serrer une main et aucune n’est innocente, ni la mienne ni la sienne ne le sont. Jessica se modère mais reste d’une nervosité joviale, secouant légèrement la tête pour démentir l’absence de temps à m’accorder du fait de son occupation. Démenti qu’elle reprend à l’oral un instant plus tard, avec une anecdote plutôt véridique. Pour avoir conscience de la présence de tous les appareils recevant des ondes dans les environs, il en est un certain nombre pour être plus occupés à cela qu’à autre chose ; la jeunesse, comme disent les vieux.

De retour à l’Institut pour reprise d’études à la rentrée prochaine : étude des capacités mutantes, c’est un secteur d’avenir. En attendant, je revois de vieilles connaissances et m’en fais de nouvelles.

Tapotant d’une main sur le banc, j’invite Jessica à s’y assoir sans pour autant quitter ma place relativement centrée. Après cela, je ramène mes mains sur mes cuisses et m’adosse complètement, continuant de regarder la scène qui se déroule autour de nous.

J’ai appris que tu étais la dernière étudiante de Kate, du coup je viens faire connaissance.

Katherine a généralement un bon flair pour choisir ses étudiants et elle sait les faire se sentir plus que cela, se mettant à leur niveau et devenant somme tout plus proche qu’une mentor. De plus, c’est la première fois que je croise une personne avec le génotype de Jessica Scott ; non pas qu’il y en ait deux pareils, de génotypes, mais son espèce est « différente » de la mienne. Une chose ne me posant pas le moindre problème, confirmant juste que mademoiselle Scott est pleine de surprise. Entre la filiation professorale et les capacités, elle a tout pour me plaire avant même que je ne la connaisse en détail.

Comme cela, tu animes les activités de football. Volonté d’investissement dans l’Institut, job d’été ou les deux ? Et tu étais plutôt douée lorsque tu jouais à San Diego ?

J’ignore ce que Kitty a dit sur moi mais ma question ne devrait guère étonner aux considérations du chandail de Jessica. Et puis, considérant qu’elle « apprend trop vite », je ne devrais pas l’étonner bien longtemps. Difficile de savoir si je devrais m’en vexer ou l’en féliciter, d’ailleurs, mais qu’importe. Peut-être jouerons-nous rapidement à jeu égal au niveau de cerner l’autre. Pas sur que cela soit à mon honneur puisque simultanément à la question je consulte le net ; inutile d’aller dans les bases de données X-Men, ce n’est pas exclusivement dans l’optique de l’organisation que je viens la rencontrer, en revanche FaceBook et Tweeter peuvent m’apporter des compléments utiles. La raison même pour laquelle je n’en possède pas et n’en possèderai jamais.

Tu as l’air de te plaire ici, malgré les jeunes indépendants et les accros aux smarphones.

Je ne pousse pas le bouchon trop loin niveau intrusivité de la conversation, bien consciente que le retour de question ne sera probablement pas aussi simple. J’ai la fâcheuse tendance à tout compliquer et, considérant que rien n’est plus simple que de compliquer (la formule elle-même pouvant rapidement devenir compliquée malgré sa simplicité pour peu qu’il faille l’argumenter un peu), ce qui est simple chez les autres peut devenir complexe chez moi.

Cela fait quoi, une demi-douzaine d’années que tu es ici ? Tout ton secondaire y est passé non ? Et maintenant, tu suis un cursus supérieur ou tu veux te tourner vers le personnel de l’Institut ?

Des questions simples auxquelles elle doit partiellement connaitre la réponse me concernant, c’est un moyen simple de diriger la conversation je pense. Je tourne mon visage vers Jessica à chaque fois qu’elle me répond, pour la regarder le faire malgré que mes verres rouges continuent de cacher mes yeux, sans pour autant perdre de vu ce qui reste dans mon champ de vision.

_________________
Tessa
Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Messages rp : 119

avatar
Tessa

Messages : 388
Date d'inscription : 14/07/2015
Localisation : Institution Charles Xavier

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Foot [PV - Tessa]

Message  Jessica Scott le Dim 30 Aoû 2015 - 13:44

Je ne crois pas que Tessa devrait s’inquiéter, Kitty donne toujours une certaine importance à la construction des étudiants qu’elle prend en charge. J’ai entendu parler de Tessa, mais ce n’est pas vraiment comme la plus grande espionne de l’Institut Xavier, mais bien une X-Woman qui a progressé de la même manière que plusieurs autres : Betsy, Rogue, Logan et de nombreux X-Men ayant un passé plutôt difficile. Je peux me compter assez chanceuse à cette période, je connais le passé de plusieurs et je pense m’être vraiment bien sorti contrairement aux autres. J’ai peut-être le nom des Scott, cette fameuse malédiction qui détruit toute chose sérieuse dans la vie, mais au moins, je n’ai pas été une ancienne terroriste, arme ou assassin. Je sais juste d’après les infos que Kitty m’avait laissées, c’est que Tessa n’avait pas vécu sur un territoire très instable pour connaître peut-être une guerre ou une cruauté importante comme Mirko. Avec le temps, j’ai appris un élément important sur des victimes de conflits : Il faut éviter de les victimiser. Si ceux-ci sont devenus X-Men, ils ont vraiment passé à une autre étape dans leurs vies pour éviter d’ouvrir d’anciennes cicatrices.

Quand aux paroles de Kitty sur Tessa, je trouvais que l’image donné par Kitty, était surtout une certaine fierté contrairement à Valerie. Je ne veux pas dire que Valerie ne donne aucune fierté, mais l’experte en informatique semble avoir beaucoup de mal avec le changement de comportement de la canadienne. Son départ était vraiment précipité et plusieurs professeurs en avaient quand même sur le cœur. Je crois surtout que la controverse autour de Valerie se résume surtout par un manque de communication. Peut-être que Valerie a mal réagit, mais les X-Men n’ont pas été parfaits dans cette situation. En tout cas, je ne veux pas partir ce débat, les deux parties ont manqué beaucoup.

Tessa me parle ensuite de son retour à l’Institut Xavier pour vraiment une rentrée officielle dans le domaine des capacités mutants. Pour le reste du temps, elle fait comme Francis : Faire le tour de l’endroit et essayer de rencontrer de nouvelles personnes. Je vais quand même m’asseoir à l’invitation sur le banc à coté d’elle. Cela ne me surprend pas qu’elle a apprit avec une certaine facilité mon lien avec Katherine. Les X-Men ont toujours eu une grande confiance pour l’information entre nous, hormis une seule X-Woman toute nouvelle qui refuse ce modèle pour rester avec son passé.

Elle commence ensuite à me poser des questions sur ma participation dans les activités plus sportives de l’Institut Xavier. Je n’ai pas vraiment réfléchi sur la question, mais je pense vraiment que c’est pour aider l’Institut dans mes capacités. Je ne suis pas la plus douée dans les sciences, l’aide social ou encore dans les arts martiaux, alors les aider à amuser les jeunes étudiants dans une activité sportive, je crois que cela intéresse beaucoup.
« Je crois que c’est un peu les deux. Nos entrainements sont un peu au ralenti vu les vacances et je pense vraiment aider les jeunes de cette façon. En plus, je ne vais pas prétendre d’être douer, mais je pense que mon expérience dans ce sport, peut vraiment être bénéfique. » Je pense vraiment que j’aide de cette manière en été pour l’Institut Xavier et pour les nombreux étudiants qui cherchent quelque chose à faire.

Je rigole quand elle me fait une petite remarque sur les étudiants qui étaient beaucoup trop sur leurs téléphones et qui ne cherchaient pas vraiment à participer au sport. Cela ne me dérange pas vraiment, je peux comprendre que certains étudiants veulent surtout profiter de temps libres en été. Au moins, quelques jeunes s’amusent vraiment au foot à place de prendre ce temps à faire d’autres activités. L’ancienne étudiante de Kitty me pose ensuite des questions sur ma vie personnelle. Combien de temps que je suis à l’Institut Xavier? Ou dans quelle direction je vais prendre pour ma future carrière. Elle me demande quand même des questions que je n’ai pas vraiment pensé hormis pour le cursus à l’Institut Xavier.
« Oui, je crois que cela fait environ six ans que je suis à l’Institut Xavier. Je pense vraiment finir toutes mes passations autour des X-Men avant de penser à trouver un travail dans l’Institut Xavier. Vu que je ne suis pas la personne la plus douée dans les sciences ou dans le travail social, je pense peut-être devenir professeur en éducation physique. Ce n’est pas encore fixé, j’ai encore du temps à y penser. Et toi tu pensais vraiment travailler sur le sujet de capacités mutantes? Est-ce que tu pensais faire une spécialisation autour d’un sujet comme Hank ou aller plus dans le général? » Je ne pense pas que je vais voler le travail au personnel de l’Institut Xavier vu où que je veux me diriger, surtout avec le nombre d’étudiants qu’il avait par ici.

C’est assez intéressant le domaine des mutants dans la société que cela soit par l’étude du gène ou encore dans l’étude du social pour les mutants dans son progrès ou dans sa régression, mais je ne voyais pas vraiment mon grand intérêt à ce sujet.
« Sinon, est-ce que tu as découvert quelque chose d’intéressant avec tes missions extérieurs? Je pense que tu as quand même beaucoup manqué à Kitty. »

_________________

« Je ne suis pas attardée, je suis une Scott. »
avatar
Jessica Scott

Messages : 194
Date d'inscription : 20/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Foot [PV - Tessa]

Message  Tessa le Jeu 3 Sep 2015 - 15:12


Job d’été et volonté d’investissement dans l’Institut ; une future membre du personnel. Je n’ai aucun mal à envisager qu’on puisse construire sa vie et la passer à l’Institution Charles Xavier, c’est un endroit unique sur Terre et une véritable maison. J’ai un peu plus de mal à comprendre qu’on ne puisse pas se sentir enfermé dans l’une des chambres du manoir ; oui, elles sont grandes et confortables mais elles ne sont pas aussi personnelles que pourrait l’être une maison. Après, il suffit de demande son indépendance pour l’avoir, Graymalkin Lane doit comporter pas mal d’aménagements pour chaque X-Men en ayant fait la demande. Mon loft en est une preuve, tout comme un certain nombre d’autres choses avec de plus ou moins grandes prétentions.

Niveau prétention, d’ailleurs, Jessica ce montre humble et altruiste. Cela me fait légèrement sourire, j’ignore pourquoi. En tout cas, j’en prends bonne note ; toute expérience peut être bénéfique mais il en est de plus bénéfique que d’autre et visiblement, la jeune femme ne partage pas que durant les vacances. Mon sourire ce dissipe alors que je me rends compte de ce qui pourrait être une erreur de ma part. Je ne m’y attarde pas encore mais elle reviendra, je le sais ; ne rien oublier a ses avantages et ses défauts. Le changement de sujet fonctionne cependant à merveille, déclenchant même un petit rire. Je l’écoute plus que je le regarde, poursuivant de questionner et de faire douter.

La demi-douzaine d’années est une information juste, bien, quand à achever les épreuves avant de prendre un travail officiel dans l’Institut, c’est une décision sage également ; une chose à la fois mais bien faite vaut mieux que pleins de choses simultanées mais mal faites, le mieux restant de faire plusieurs choses bien faites, évidemment. Professeure de sport à l’Institut, c’est une bonne idée : pas parce que Jessica n’est pas apte à suivre d’autres voix, juste parce que c’est celle qui lui semble la plus agréable. J’hoche la tête quand aux délais de décision, tant pour signaler que j’ai assimilées les informations que pour manifester mon accord avec cette attitude responsable. Jessica n’est pas la personne la plus confiante que j’ai croisée et, même si mon avis est celui d’une extérieure guère connue, manifester que je vais dans son sens ne peut que lui être agréable.

Mon tour vient, avec des questions auxquelles les réponses me viennent immédiatement.

Général. C’est théoriser comment marchent les capacités surhumaines qui m’intéresse.

Je suis consciente que ce domaine peut conduire à de graves dérives dans le cadre de tentatives de créations de pouvoirs de synthèse mais ce n’est pas mon objectif : j’analyse juste le monde. Mes travaux pourront peut-être servir également à des médecins dans le cas de mutations problématiques pour l’organisme ou de nécessités d’opération sur un organisme profondément modifié voir tout simplement pour aider de jeunes mutants à comprendre ce qu’ils sont capables de faire et comment ça marche. Mes résultats seront entre les mains de ceux qui sauront en user, je leur fais confiance là-dessus : si moi ne suis capable d’aider personne avec ces informations, il se trouve quelqu’un à l’Institut qui le pourra.

Hank pourrait même être un excellent directeur de thèse, lorsque j’arriverai à ce niveau. Il doit bien y avoir un moyen de commencer directement la recherche sans passer par les années de cours la précédant, années dont j’assimilerai les informations en quelques secondes, mais ça sera surement à voir avec lui.

Pour en revenir à moi et au présent, Jessica s’enquiert de mes découvertes à l’extérieure, tout en laissant échapper une évaluation de Kitty ; ma réponse priorise donc.

C’est probable, oui. Cela prouve que j’ai de l’importance.

Il est égoïste de souhaiter ce genre de tristesse à quelqu’un d’autre mais elle est positive, justement par ce dont elle témoigne. Des milliers de raisons qu’a le cerveau pour produire cette émotion, très peu sont une preuve de quelque chose de positif ; ce sont généralement celles qui terminent sur la joie d’ailleurs, puisqu’après tout à la tristesse de l’éloignement succède la joie du retour. Je suis contente que Jessica m’ait dit cela, tout comme je suis contente d’être rentrée. Tout comme je ne le manifeste pas assez, je crois. Mes lèves se plissent en un petit sourire alors que je regarde mon interlocutrice.

Tu es douée pour évaluer les gens, n’est-ce pas ?

J’attends la réponse pour reprendre à propos de son autre question, recommençant à regarder le décor de carte postal qui sert d’arrière à l’Institut.

Ma mission était de surveiller l’Initiative, elle n’a plus lieu d’être considérant nos partisans en son sein. Néanmoins, j’ai découvert un certain nombre de choses, oui.

Je marque une pause, laissant quelques secondes s’écouler ; je vais le suspens sur mes découvertes, même si je pense qu’il y aurait plus de choses intéressantes à découvrir en écoutant les gossips de Young Force qu’en observant l’Initiative. Après tout, un certain nombre de membres balancent déjà leurs gossips dans les médias et le net se charge de supputer sur le reste ; après, les informations qui leur passent entre les pates peuvent être intéressantes.

570 post-it d’astuces de survie pour recrues du SHIELD, la certitude que les Vengeurs sont leur propre pire ennemi et la ressource la plus consommée au SHIELD est le café.

J’ignore si en asséchant l’Héliporteur en café on est capable de provoquer une mutinerie mais je suis certaine de pouvoir foutre beaucoup de bordel rien qu’avec du déca. Il faudra que je teste ma propre réaction là-dessus d’ailleurs, pour voir.

Leurs bases de données devraient nous êtres accessibles sous peu et les protocoles connus de leurs agents sont dans ma mémoire, j’en ferais une copie numérique si nécessaire.

Je pense avoir fait le tour de mon expérience au SHIELD, tout du moins de ce qu’il y avait d’intéressant. Je n’ai plus toutes les choses que j’y ai faites en tête et n’ai pas vraiment l’intention de tout me repasser en avance rapide, terminant mon énoncée en renvoyant la balle à Jessica.

Et toi, tu as déjà quelques missions à ton actif ?

_________________
Tessa
Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Messages rp : 119

avatar
Tessa

Messages : 388
Date d'inscription : 14/07/2015
Localisation : Institution Charles Xavier

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Foot [PV - Tessa]

Message  Jessica Scott le Jeu 24 Sep 2015 - 1:05

Personnellement je peux comprendre l’envie de certaines personnes de rejoindre des domaines extérieurs, mais de rester toujours liés à l’Institut Xavier. Je ne vais pas commencer à me plaindre, j’ai quand même ma chambre personnelle avec Francis et j’ai tout ce que j’ai besoin dans ces lieux, que cela soit la nourriture, les divertissements ou encore les sorties. Il manque peut-être quelques bâtiments pour des sports précis ou des divertissements comme le théâtre, mais l’Institut Xavier offre quand même quelque chose d’extraordinaire au niveau des activités que les autres écoles traditionnelles. Cependant je peux comprendre l’envie de certains d’avoir d’autres domaines pour être plus proche d’une certaine nature ou encore de d’autres activités.

En tout cas, je ne suis pas vraiment prête à partir de l’Institut, mais peut-être qu’un jour, je pourrais trouver une petite maison pour avoir un abri plus intime et aussi plus gros. Le sujet n’est pas trop concentré sur cette question, on parle finalement de nos carrières respectives. Je lui mentionne ainsi mes envies actuels et peut-être quelques de mes projets futurs. Cela peut changer avec le temps, je veux vraiment finir ma formation dans les X-Men avant de viser plus loin. Je sais très bien que je vais faire carrière à l’Institut Xavier, mais plusieurs portes peuvent s’ouvrir entre temps.

Tessa est surtout intéressée par le domaine de comment les capacités surhumaines fonctionnent. Il est vrai que c’était un sujet assez intéressant dans les cours de biologie de l’Institut Xavier. On a plutôt étudié le phénomène mutant, mais le Monde est parfois bien plus complexe au niveau scientifique. Cela doit être drôlement intéressant de voir comment les pouvoirs fonctionnent en dehors des mutants. Peut-être que je devrais en lire plus, mais je vais surtout voir quand les activités X-Men vont s’activer de nouveaux. J’aide quelques opérations des X-Men habituellement, mais en automne, on retrouve souvent une certaine tranquillité. Je participe parfois aux réunions où tous les X-Men sont, mais les réunions les plus importantes pour la nouvelle génération des X-Men, sont surtout celles prévues par Elizabeth Mason et Helena Boldarev. C’est à ce moment qu’on a nos missions respectives.
« C’est très intéressant comme sujet, j’aurai aimée être plus passionner par ce domaine. » Je lui montre quand même un certain intérêt dans cette passion, c’est juste que je n’ai pas la tête pour faire des études au long terme à ce sujet.

Elle semble heureuse quand je lui ai dis que Kitty va être contente de la revoir. Je ne lui réponds qu’avec un petit sourire quand elle me parle de son importance. Je n’aurai peut-être pas usé de ce type de mots pour parler de son lien avec Kitty, mais je ne vais pas la corriger, sinon je vais paraitre comme le chiant professeur de langue. À sa question sur l’évaluation des gens, je crois que c’est plutôt difficile à dire. Je suis quand même une Scottt, où l’intelligence moyenne doit être revue à la baisse pour comprendre des perceptions les plus simples. Après un petit silence, je réponds quand même :
« Je le pense. » Je ne vais pas devenir une détective privée, mais je peux bien faire l’effort de réfléchir sur comment évaluer une personne. Je n’ai jamais pris le temps d’évaluer des amis, mais Tessa m’amène à un sujet bien plus précis.

Sa mission était simplement d’infiltrer le SHIELD et les Vengeurs. Je ne les considère pas comme des ennemis, mais je ne les considère pas plus comme des alliés. Ils vont trop chercher la faveur des anti-mutants pour certains, qu’on ne peut pas montrer des sympathies envers eux. Au moins, les Luchadores, l’Excalibur et l’Alpha Flight sont beaucoup plus neutres politiquement que les Vengeurs. Je ne sais pas pourquoi certains de nos anciens éléments restent avec une discrimination aussi négative envers eux.

Elle me fait quand même rire avec ses 570 post-its pour comment survivre dans les Vengeurs. La suite ne m’étonne pas beaucoup, les Vengeurs sonnent comme une cacophonie incroyable, ne pouvant jamais se mettre sur le même rythme. C’est vraiment dommage pour eux, parce qu’ils pourraient avoir un potentiel gigantesque avec le temps. Ils ont eu de nombreux fans à leur création, mais la gloire est trop montée dans leurs chevilles et dans leurs têtes de certains pour comprendre de la haine de certains milieux avec eux.

Je suis un peu surprise par ce qu’elle a récolté. Je ne croyais pas que la base de données du SHIELD était aussi facile à déjouer. Au moins, la propagande de l’équipe américaine peut être assez trompeuse à ce sujet.
« C’est assez impressionnant cette récolte d’informations, les X-Men ne font pas beaucoup confiances aux Vengeurs juste parce qu’on pense qu’ils gardent des secrets contre les mutants. Peut-être qu’on va en découvrir des preuves ou dans le meilleur des éventualités, cela va les blanchir. » On a beaucoup de mal de faire confiance aux personnes qui serrent la main de Stryker, mais peut-être que c’était par fanatisme ou naïveté politique.

Tessa redirige ensuite la question vers moi. Est-ce que j’ai fais quelques missions avec les X-Men?
« J’ai été rapidement formé par Kitty et plusieurs autres professeurs, mais on m’a surtout jumelé avec Kitty pour des petites missions. On a chassé un gang de rue anti-mutant au Montana, qui commençait à faire quelques ravages dans les rues. Ensuite, on a enquêté sur la disparition d’un enfant mutant proche de Dallas, mais on l’a retrouvé dans une salle arcade avec ses amis. C’était mes deux principales missions avec Kitty. Pour la suite, j’ai surtout suivi un entrainement avec elle et les X-Gardiens. Depuis que Rogue s’est fait identifier par le SHIELD dans son aide pour les Morlocks, les jeunes X-Men ont la mission de faire la petite aide humanitaire. Cela nous aide en même temps de nous habituer à un milieu plus rude. » Je ne vais pas me vanter qu’on fait des merveilles, les X-Men font les missions qu’on a besoin de faire. Souvent quand on arrive vers l’âge de la formation, on rêve toujours de prendre une place similaire de la Justice League, mais parfois on doit prendre le recul des rêves d’enfants pour voir ce que les mutants ont besoin.

_________________

« Je ne suis pas attardée, je suis une Scott. »
avatar
Jessica Scott

Messages : 194
Date d'inscription : 20/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Foot [PV - Tessa]

Message  Tessa le Lun 28 Sep 2015 - 13:52


Jessica me fait sourire d’amusement : elle aurait aimée être plus passionnée par le domaine qui m’intéresse. Est-ce une manière polie de me dire que le sujet reste intéressant malgré qu’elle-même n’y soit pas sensible ? Elle n’est pas la personne la plus douée dans les sciences, elle l’a dit, mais il n’y a aucun mal à n’y avoir de talent ou d’intéressement. Je n’éprouve pas le moindre intérêt pour le football et le sport en général, bien que je tâche de m’entretenir et de pratiquer régulièrement l’exception qui confirme la règle, néanmoins cela ne change rien à son appréciation et au respect mutuel de nos gouts et nos couleurs.

La discussion se poursuit et sourires et silences en apprennent tout autant que les paroles ; je comprends la pensée de Jessica dans ce qu’elle a de polysémique. Une preuve de plus de manque de confiance en soit à moins que ce ne soit de la modestie. Difficile à dire pour l’heure, d’autant que je n’ai ni l’une ni l’autre. Mais bon, là où je peux tendre à être insupportable si je le veux, je crois que mon interlocutrice tend à être attachante qu’elle le veuille ou non. Sympathique dans sa personne avec des pointes dans les sourires et les rires.

Je suis contente de ma trouvaille vis-à-vis des post-it, indiscutablement, mais je la ressors simplement parce que je la juge en adéquation avec la question concernant mes découvertes. C’est le seul point qui prête à rire même si le café peut également amuser. Quand à la surprise concernant le hackage de la base de données du SHIELD, je n’ai qu’une seule chose à répondre : l’astuce de survie pour recrue du SHIELD numéro 218. Qu’on se rassure, je ne cherche pas à toutes les placer. Je n’en ai appréciée qu’une petite moitié.

Mais oui, comme toute force de l’ordre le SHIELD et leurs mascottes ont tendance à se méfier des mutants et il en est pour, au sein de l’un comme de l’autre, être favorables ou engagés envers leur contrôle. Après, je ne crois pas à un blanchiment ou une aggravation des considérations de l’Initiative une fois leur base de données accessible, je pencherais plutôt pour une facepalm collectif. Mais ce n’est que mon avis.

Formation rapide, chasse de gang anti-mutant en zone semi-urbaine, récupération de mutant instable en zone urbaine… j’hoche la tête doucement. J’ignore si je suis déçue mais il est vrai qu’à côté des X-Gardiens cela fait léger, surtout si Jessica a été partiellement entrainée à leurs côtés. Bien, au moins je ne suis pas la seule à avoir à faire mes preuves même si je préfère largement le gang de rue au gamin perdu, surtout considérant qu’il est fort probable que je n’ai le droit d’user de ma télépathie pour le rechercher. C’est pourtant plus rapide encore que s’introduire dans le réseau de caméra de surveillance pour reconstituer son trajet. Ethique… et toc. L’aide humanitaire me pose un problème plus important encore à dire vrai car, je crois, qu’elle fait bouger quelque chose en moi. Je n’en suis pas certain mais ça plus l’évocation du repérage d’Anna, dont j’étais déjà au courant auparavant, implique du personnel. Peut-être pourrais-je aider vis-à-vis de la gestion, c’est dans mes capacités, mais les probabilités vont à ce que je fasse ce qu’on me demandera.

Je laisse un silence une fois que Jessica a fini de parler. Non, je ne considère pas ses mots puisque c’est déjà fait mais je n’ai guère à ajouter à sa conclusion ; le milieu « plus rude » en rapport avec l’aide humanitaire me parle et c’est pour cela que je n’en parlerais pas. Néanmoins je souhaiterai plus constructif que simplement parler pour ne rien dire, ce dont je m’abstiens aisément également. Jessica n’a pas mérité de magnifique blanc et ce n’est pas une possibilité que cela arrive car si je tais un sujet j’en ai d’autres à exploiter.

Et cela évite aux vieux X-Men de faire ce travail aussi long et pénible qu’utile et gratifiant. Mais bon, il faut être réaliste.

Ma pause peut paraitre saugrenue mais elle est tout de même faire. Non, je n’ai pas besoin de penser ma perception de la réalité et peut l’énoncer pour ce qu’elle est, une analyse froide et plutôt déprimante pour une personne de mon âge qui pourtant m’indiffère par insensibilité plus que par cynisme. Mais je préfère avoir le temps de développer en une unique fois.

Sauver le monde contre une menace, c’est l’affaire d’heures. Sauver le monde de lui-même, c’est l’affaire de vies entières. Et on ne sauve pas réellement le monde, on aide des gens à vivre.

Nous sommes tous de passage, pour plus ou moins longtemps et avec plus ou moins de difficultés. Aider les autres dans leur passage au cours du notre peut ce faire de bien des façons ; surement autant qu’il y a de formes d’altruisme. Je ne suis pas altruiste mais comprend cette volonté tellement je l’ai observée et ai baignée dedans. Jessica est peut-être une digne héritière de Kitty, tout comme Rachel, là où je me rapproche plus d’un échec à l’instar de Valerie Hopkins ; et encore, l’échec de celle-ci est à relativiser considérant qu’elle continue croire en un rêve. Un rêve bien mieux vendu et plus vendeur que celui des X-Men mais pour lequel elle se bat. Moi je comprends cela mais n’ai guère participé pour l’instant, ni même n’ai réellement la vocation ou l’aspiration à faire cela.

Mon silence est bien plus long cette fois. Mon regard est perdu dans le vague, dissimulé derrière les verres-écrans de mes lunettes où les informations continuent de circuler comme elles le font toujours à partir du moment où mes yeux sont ouverts. Rien de ce que je perçois ne m’échappe alors que ce que je ressens le fait. Car je ressens quelque chose, du fait de cette discussion et des raisonnements qui l’accompagnent ; c’est juste encore trop faible pour que je sache quoi, tout en étant suffisamment fort pour que je sache qu’il y a quelque chose. Secondaire, donc.

Si jamais tu as besoin d’un coup de main, je suis adaptable à la plupart des missions. Et même au-dehors, peut d’informations sont hors de ma portée. N’hésite jamais à demander.

Voici qui est fait, un peu trop monotonement cependant. Relevant le visage vers Jessica, je lui fais le sourire qui aurait du accompagner cette proposition avec un temps de retard. Elle est sincère : je n’ai peut-être pas leur vocation ou leurs aspirations mais je peux leur être utile et je tâcherai de l’être. Juste que je reste ce que je suis, reste à savoir si l’autre jeune femme l’évalue correctement. Ce n’est pas un test, cela pourrait mais non : je suis comme tout le monde, lorsque je ne mens pas je me dévoile. Simplement, ce qu’il y a à conclure sur moi est bien différent de la norme.

Me passant une main dans les cheveux, je dégage un peu mon visage avant de m’appuyer sur le banc. Regardant au loin, vers les élèves qui continuent leur partie, je souris un instant avant de reprendre la parole.

Tu n’es pas la personne la plus douée en science ou en social. Je ne suis pas la plus douée en sport ou en social. Conclusion : il nous faut un sociable.

_________________
Tessa
Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Messages rp : 119

avatar
Tessa

Messages : 388
Date d'inscription : 14/07/2015
Localisation : Institution Charles Xavier

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Foot [PV - Tessa]

Message  Jessica Scott le Ven 25 Mar 2016 - 0:35

Quand je suis arrivée à l’Institut Xavier une première fois dans ma vie, c’est qu’il m’a plus marqué pour construire mon identité, était surtout ma timidité. On est toujours dans une différence de taille entre ma petite école de San Diego et le centre multiculturel qui réunit tant de marginalités, de nationalités ou encore de diversité. L’Institut Xavier réunit un groupe de diverses personnalités hétérogènes à ses débuts pour devenir homogène dans les X-Men ou encore dans la direction de l’école. À mon arrivé, je n’ai pas fais de différence avec les autres écoles, ils sont dans l’établissement d’un milieu scolaire traditionnel avant d’offrir des alternatives intéressantes aux étudiants motivés. Bien que je n’étais pas très passionnée par la défense des droits mutants ou encore sur le dossier de la super-sécurité, l’esprit des X-Men m’a beaucoup motivé à me diriger vers eux pour une carrière. Je pense que je suis un peu comme tous les jeunes dans la vingtaine, qui ne trouvent pas une réelle place dans ce monde.

Alors quand on m’offre la possibilité de se trouver un milieu aisé, confortable et surtout avec des esprits aussi positifs, je dis oui toute suite. Il existe peut-être des risques à participer aux activités X-Men, mais il faut reconnaître quelque chose derrière cette image des X-Men, c’est malgré les défis, on s’humanise souvent par les missions qu’on fait. On découvre beaucoup de nous par des simples missions. J’ai découvert beaucoup des groupes anti-mutants ou encore de la pensée des enfants, uniquement par deux missions simplets que par tous les cours qu’on peut recevoir en classe. En somme, j’ai aussi découvert mes familiarités envers ces gens ou ce qui pouvaient me toucher.

C’est un défi pour moi. Ce défi est bien plus large et complexe de tout ce que je pouvais rencontrer dans le passé. Accepter la maladie est une importante, accepter une mortalité aussi ou encore en parler est un défi, mais en découvrir plus sur notre propre personne est souvent plus importante qu’une acceptation individuelle. C’est pour cette raison que je ne déprécie pas mes missions d’aujourd’hui. Elles sont différentes de se retrouver en face des pires ennemis de l’humanité, mais elle nous laisse connecter avec ce que l’homme est.

Les X-Gardiens m’offrent bien sûr d’autres possibilités qui dépassent le cadre traditionnel. Ils sont accentués entre plusieurs domaines différents que cela soit le cadre action, humanitaire, social ou même intellectuel. Les Morlocks sont un groupe social très complexe avec des habitudes multipolaires selon les différents membres. On doit souvent viser une approche différente en les contactant. Tessa me répond par un commentaire logique : C’est long, parfois chiant, mais toujours gratifiant quand on regarde les bénéfices de tous ce qu’on peut faire avec nos actions. Elle lance ensuite un commentaire digne de Rorschach dans Watchmen (Merci à Ethan pour les références geeks) sur la société en général.
« Oui, il faut toujours faire ce travail malgré le temps pris. C’est gratifiant et long peut-être, mais c’est de cette manière que les gens peuvent changer et devenir meilleur. » Je sais que les leaders Morlocks de Gotham et de New York ont des affiliations avec la Confrérie, mais je sais aussi que certains ont rejoints les X-Men ou d’autres équipes pour aider. L’intervention des X-Men et des Confréristes pour préserver des vies contre les Maraudeurs ont laissé la possibilité à certains d’entre eux de rejoindre chacun des groupes mutants respectifs.

Par cette pensée, je crois sincèrement que tous les X-Men ont ce respect, malgré les récents départs. J’ai quand même pris un petit temps pour me documenter sur chacun des anciens étudiants de Kitty. Prenant surtout des filles comme étudiantes (Peut-être en trouvant son aise par le genre), chacun possède des traits différents et très intéressants. Shane et Erika Elhonna sont deux étudiants particuliers et ayant profités d’une certaine gloire pour être les enfants de Tornade. Au final, ils sont perçus comme un échec critique à cause de leurs arrogances. Ils ont quand même apporté une série de réponse intéressante, le talent n’est pas tout. Il faut parfois l’esprit qui vient avec. Pour Kitty, je sais que les deux Elhonna sont plus difficiles à accepter pour Kitty que les autres, mais ils ont apporté quelque chose dans l’éducation de Kitty. La formation est peut-être un défi qui peut parfois affronter les égos de certains.

Valerie est un phénomène plutôt problématique dans la perception des X-Men. Elle a beaucoup souffert et elle a essayé quelque chose de neuf après avoir essayer sans réussite à rentrer dans l’esprit X-Men. Sa fermeture est intéressante et visuellement douloureuse pour Kitty, mais je crois vraiment en la théorie des contraintes et des réinterprétations. On risque d’en découvrir bien plus après quelques mois ou même quelques années. Alors, je crois que son importance va être considérable après les analyses. Tessa est dans un phénomène plutôt isolé, les trois premiers ont été des adolescents plutôt normaux dans la vision occidentale alors que Tessa est dans une autre perspective, plutôt isolée et souvent dans une rééducation primordiale. Rachel est pour moi dans un message similaire. Elle est une élite considérable, son entraînement n’était pas nécessaire vu ses qualifications dans son univers, mais elle était obligée de s’habituer à notre monde sans toujours penser aux conflits.

Je ne sais pas où me placer dans ce groupe d’étudiants de Kitty, mais j’espère trouver une place et une évolution aussi importantes que chacun d’entre eux. Ils ont prouvé leurs valeurs à tous et je peux percevoir que c’est assez complexe aujourd’hui. Finalement, Tessa me relance un peu sur les missions et sur sa proposition d’aide pour mes missions :
« C’est sympa, c’est sûr que cela peut être très sympa de faire des missions ensemble. » Après Tessa ajoute un petit commentaire pour trouver un sociable pour des discussions plus faciles. « Pour le sociable, on peut discuter facilement des défauts de Kitty. J’ai toujours la devise : Quand deux meilleurs amis d’une personne se rencontrent, ils parlent souvent pour rigoler de la personne en question pour parler de ses défauts, de son orgueil ou encore de ses manies bizarres. » Comme quand, elle essaie quelque chose contre Frank.

_________________

« Je ne suis pas attardée, je suis une Scott. »
avatar
Jessica Scott

Messages : 194
Date d'inscription : 20/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Foot [PV - Tessa]

Message  Tessa le Jeu 7 Avr 2016 - 13:03


J’ai tout à prouver sur ma capacité à travailler en équipe, une chose pour laquelle les probabilités m’indiquent que cela dépend surtout de ma relation avec l’autre même si je pars avec un certain désavantage. Je ne suis cependant pas fermée à l’idée, n’ayant pas l’intention de rester isolée au sein des X-Men. Riley ne tardera pas à me voir pour son histoire de Cyber-team et sans doute pourrais-je aider bien plus que cela même sans être affiliée à une équipe précise, considérant que je reste utile principalement hors du terrain. Néanmoins, réussir à appliquer les préceptes enseignés par Kitty avec d’autres de ses étudiants serait une bonne base ; après tout, je n’ai jamais approfondie de relation avec ceux-ci.

Cela évitera les mécompréhensions comme celle ayant présentement lieu. Je ne me considère pas comme une meilleure amie de Kitty, je ne me considère même pas comme une de ses amies ; la relation est particulière, indiscutablement, mais n’a pas cette égalité implicite de l’amitié. Je suis une ancienne de ses étudiantes et elle est l’une de mes modèles, cela implique une proximité et un attachement certain mais n’est pas similaire à ce que je peux ressentir et entretenir pour comme avec Anna ou Agnees. Ceci étant dit, je suis parfaitement apte à parler de son caractère, de ses défauts et de ses manies puisque je suis très performante à évaluer les gens.

Quand je parlais d’un sociable, il s’agissait d’une tiers personne n’étant douée ni en science ni en sport mais l’étant en social, domaine qui nous manque à toutes les deux.

Je me doute que le petit copain de Jessica appartient à cette catégorie néanmoins j’anticipe également les raisons de son comportement, particulièrement dans les défis menés à l’encontre des X-Women. Cela ne me concerne pas, je ne suis pas une proie de choix et saurais échapper à un tel traitement si jamais il venait à y avoir une tentative à mon encore, mais je sais que c’est là source d’orgueil pour Kitty. D’une de ses manies bizarres également.

Kitty est sociable, incontestablement, mais elle est douée en sport comme en science également.

Ferait-on une bonne équipe toutes les trois ? Sur un plan psychologique, sans doute. Sur un plan de compétences, nous risquons de faire doublons sauf si nous sommes aptes à user des croisements de nos compétences à notre avantage. Ce que je ne suis pas certaine de faire pour ma part même si mes chances de réussites sont largement supérieure avec ma mentor que quiconque d’autre ; Kitty a après tout réussi à me faire travailler de concert avec elle sur les défenses informatiques de l’Institut et je ne pense pas que même Cyborg arriverait à les percer.

Néanmoins, aucun souci à la satyre des défauts de notre mentor commune.

Je ne parle pas de moquerie car je n’en ai pas l’intention ; ma rigolade risque d’être bien plus monocorde que ce à quoi on peut s’attendre mais ce n’est pas un procès que je fais. Katherine a ses qualités et ses défauts, comme tout autre, mais je n’ai pas l’intention d’occulter les premières à évoquer les secondes. J’ai trop de respect et d’attachement pour elle pour faire cela.

Son orgueil est probablement le premier de ceux-ci : elle est surdouée mais mise malheureusement trop sur son talent non-entretenu.

Hypocrisie de ma part ? Non, considérons que je maitrise mon sujet. Kitty est devenue une intellectuelle et une mentor, elle ne progresse plus en elle-même et pour elle-même ce qui fait qu’elle est bien moins au top que ce qu’elle pense ou pourrait être. Sa rivalité avec Batgirl est saine mais puérile et ses confrontations avec les autres X-Men, surtout Francis, lui enlèvent plus que ne lui apportent puisque n’étant pas l’occasion de tirer des enseignements. Faire preuve d’une grande force de volonté est une bonne chose mais l’obstination ne doit pas aveugler quand à la nécessité de progression. Besty a similaire évaluation sur le comportement de Kitty, de ce que je sais de ses rapports, même si je dois également être visée ; une fois encore, je maitrise mon sujet.

Je ne sais pas pour toi, mais c’est également mon cas niveau du martial : mes pouvoirs en sont principalement la source et il m’est impossible de les exclure du processus.

Mon cerveau est différent, tout comme le corps de Jessica l’est différent ; cependant, je ne pense pas que la privation de nos pouvoirs entrainerait le même effet chez elle que chez moi. Son adaptabilité l’aide à disposer d’un martial d’élite à l’instar de mes capacités de calcul mais sans sa mutation, elle redevient surement normale. Sans la mienne, je ne suis plus qu’un légume. Désobligeant.

Aparté mis à part, est-ce qu’il t’arrive d’exploiter sa naïveté ?

Kitty est une personne gentille mais, malheureusement pour elle, parfois dans les deux sens du terme. Au début, je trouvais cela bien utile afin de pouvoir la manipuler mais par la suite j’ai compris que, même si c’était tant une qualité qu’un défaut, il ne tenait qu’à moi de bénéficier de la véritable gentillesse qu’elle souhaitait offrir aux autres. Je suis curieuse de savoir comment Jessica aborde cela de son côté ; elle n’est pas une personne particulièrement manipulatrice ou intéressée dans ses interactions, contrairement à ce que j’ai pu être, néanmoins l’exploitation d’un défaut n’est pas forcément liée à de telles manœuvres. Cela peut juste être pour plaisanter et Kitty a un côté gamine qu’il est intéressant d’exhumer de temps à autre, histoire de lui rappeler qu’elle n’est pas beaucoup plus vieille que nous au final. J’ignore s’il faut compter cet aspect comme un défaut ou une qualité, pour moi cela irait principalement dans le second tant que cela ne l’entrave pas dans des actions importants et dangereuses ; ce qui n’est pas le cas à ma connaissance.

Et son émotivité ?

Jessica est également quelqu’un d’assez naturel, sans doute se retrouve-t-elle bien plus dans les manifestations émotives de Kitty que je n’ai jamais pu. C’est pour moi un défaut, même s’il a ses aspects positifs également, puisqu’il parasite simplement ce qu’elle peut tenter d’entreprendre. Néanmoins, c’est un prix valable pour l’assurance de sincérité qu’elle manifeste dans ces moments-là.

Je n’ai pas véritablement rigolé dans mon approche, j’en suis bien consciente. Je perçois les points positifs et négatifs aux traits de caractère que j’évoque comme des faits et non comme des sources de parodies de celui-ci, obtenant plus d’informations comparatives entre Jessica et moi dans notre relation similaire.

Un mentorat, c’est un peu comme une filiation en fait : il faut tester les limites pour savoir en jouer et on hérite toujours de traits et de mauvaises habitudes.

L’impression de superficialité de ma relation avec Kitty me fait changer de sujet en toute discrétion alors que je perçois combien les faits m’apparaissent plus que les ressentis quand j’en parle ainsi. J’ignore si cela parait, je ne le souhaite pas. Peut-être que répondre à mes propres questions m’aiderait à changer mon sentiment mais je n’en éprouve pas le souhait. Je ne ferme pas cette porte mais le personnel ne m’a jamais réussi ; pas dans son explicitation et sa manifestation tout du moins.

_________________
Tessa
Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Messages rp : 119

avatar
Tessa

Messages : 388
Date d'inscription : 14/07/2015
Localisation : Institution Charles Xavier

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum