Le rouge, ça va plus vite {Bartholomew H. Allen}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le rouge, ça va plus vite {Bartholomew H. Allen}

Message  Sif d'Asgard le Lun 18 Mai 2015 - 17:19


On dit que l’union fait la force ; c’est vrai quelque soit la forme de l’union mais cela implique aussi de réussir à s’unir. C’est la difficulté des Vengeurs. Une difficulté dont je suis consciente et contre laquelle j’essaie d’agir, de cette même manière que Steve Rogers me l’a conseillé. Je ne crois pas qu’il serait possible de tenir un groupe avec d’aussi fortes personnalités que le notre par une hiérarchie militaire mais je pense qu’il faut jouer d’un minimum de hiérarchie pour que chaque clans soit représenté et intégré, transformant la désunion en diversité et ce qui peut être une faille en atout. Mais cela se positionne bien au-dessus de moi ainsi donc me suis-je contentée de choisir un leader à suivre et m’en vais-je vers les autres pour essayer de les comprendre. Peut-être plus, même, puisque les affinités sont toujours positives lorsqu’il s’agit de coopérer.

La Justice League est également un sujet de discorde ; quoi qu’on en pense, ce fait est indiscutable. Hors pour moi, c’est un concept uniquement lié à ce que j’ai pu en lire, au résumé qui se trouvait dans les archives du SHIELD. Des dates qui ne me parlent pas réellement, des ennemis dont j’ai entendu parler pour d’autres dont j’ignorais l’existence, des victoires et des défaites mais surtout une filiation que j’avais déjà envisagée. Une filiation dont les Vengeurs doivent apprendre et le feront, je l’espère, puisqu’il est des anciens membres de ce groupe pour être parmi nous. C’est l’un d’eux que je rencontre aujourd’hui.

Bartholomew Allen, le Flash, ancien membre de la génération de 90 de la Justice League parti à la retraite après la dissolution de celle-ci, ayant écrites des chroniques sur le groupe une demi-décennie plus tard, avant d’intégrer l’Initiative après ce même laps de temps. Il n’est arrivé que quelques semaines avant moi et est donc aussi nouveau mais il a hérité d’une réputation de trublion plein de bonne volonté ; le genre de personne qu’il est toujours agréable de côtoyer et qui aide à maintenir la cohésion d’un groupe, en sommes. On m’a dit de me méfier car je devrais être patiente avec lui et son caractère de grand enfant. J’estime savoir me montrer patiente même si ce n’est pas ma plus grande qualité, tant que je ne perds pas mon temps cela ira. Et je ne pense pas le perdre, même si je n’ai pas encore résolue ma question concernant l’Humanité ; l’éphémère de la vie humaine vaut-elle qu’on s’attache à celle-ci pour souffrir de sa disparition moins d’un siècle plus tard ? Il n’est qu’un moyen de le savoir et c’est de la côtoyer. Je n’agis donc pas uniquement dans l’optique de m’intégrer aux Vengeurs mais c’est sans doute cela qui me permettra de réellement le faire, ne pas me limiter à du professionnel ; surtout avec des personnes comme Bartholomew Allen, je suppose.

Mes motifs de rencontre n’ont donc guères changé, pas plus que ma tenue d’ailleurs. Je suis une guerrière, je suis donc en armure même si je ne me permets pas encore les variations de couches de ladite armure. Sa partie principale est la cuirasse thoracique, corsetée et segmentée au niveau du buste, dotée d’un gorgerin ouvert sur l’avant et d’une ceinture stylisée. Ceinture à laquelle sont magnétisées deux dagues surplombées par mon écu, lequel est ornementé de dragons serpentins entrelacés et dont une partie des bords est affutée, et mon épée qui suivent cette même logique avec la plaque dorsale. Le gorgerin et la cuirasse laissent dépasser mailles et cuirs, trace de la couche d’armure inférieure pour le premier et jupe de mailles et de lamelles rouges pour le second. La jupe couvre partiellement des braies noires qui s’en vont disparaitre au niveau de mes genoux sous des bottes de cuir brun partiellement couverte de plaques d’acier elles-aussi segmentées et terminées par des talons compensés. Le cuir brun se retrouve à mes protèges mains et l’intérieur de mes brassards comme des mes épaulières tandis que le rouge se retrouve aux épaules et aux aisselles, de la même manière qu’au gorgerin. C’est une tenu de combat comme de quotidien, pour moi, et si elle n’attirait pas l’attention sur Asgard on m’a clairement fait comprendre qu’ici, si je comptais me rendre dans des endroits civils il me faudrait une tenue civile pour passer inaperçu. Je n’ai rien contre le principe mais je devrais donc porter ma lame à la main. N’étant pas encore sortie d’Héliporteur, je n’ai pas encore rencontré ce problème ; je suis trop occupée pour le tourisme pour l’heure, même si je l’envisagerai une fois que j’aurai trouvé un guide.

C’est donc à Héliporteur que nous devons nous rencontrer ; je commence à connaitre les lieux malgré leur côté labyrinthique et pense pouvoir me rendre seule à la salle où à lieue la rencontre. Je tâche d’être aussi ponctuelle que le veut la politesse mais appréhende deux choses : la première est que je sois en retard par difficulté à trouver la pièce du premier coup, la seconde que Bartholomew le soit également car il est doté de la super-vitesse. Et qui mieux qu’une personne hyperrapide pour être si sure qu’elle sera à l’heure qu’elle finisse par être en retard ? D’un autre côté cela compensera peut-être mes quelques minutes de non-avance et il ne me sera pas difficile d’attendre. Après tout, Nicholas Fury n’était pas ponctuel pour une affaire bien plus grave et je ne me suis pas ennuyé durant l’attente de son arrivée.

Je marche donc de mon pas régulier et sonore, droite comme un i. Mes cheveux lâchés encadrent mon visage et tombent sur mes épaules, s’agitant à chaque mouvement. Je regarde droit devant, le visage levé et impassible, même si mes yeux n’en restent pas moins à l’affut des mouvements qui m’entourent. Le couloir est comme les autres couloirs d’Héliporteur, petit et clairsemé de portes coulissantes, alors même que d’autres s’y déplacent dans des échos de pas et de paroles. Ils sont pour la plupart en uniforme du SHIELD, ce qui n’en distingue que plus les rares êtres à porter des tenues exotiques à mon instar ; sans doute Bartholomew Allen me reconnaitra-t-il ainsi avant que je ne le fasse, du fait.

_________________
Sif

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 95

avatar
Sif d'Asgard

Messages : 478
Date d'inscription : 04/04/2015
Age : 23
Localisation : Héliporteur

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rouge, ça va plus vite {Bartholomew H. Allen}

Message  Bartholomew H. Allen le Ven 29 Mai 2015 - 19:31

    « Mais Flash! Flash, comment tu fais tout ça? Comment es-tu devenu un si grand héros pour tous? » Ma main tendue sur son épaule, mes yeux dans ses yeux, ma voix est plutôt calme et intelligente. Je peux comprendre cette intensité de me voir aussi présent et fort, honorable et beau, devenant ainsi l’un des plus grands symboles des Vengeurs et de la Jutice League. Mais je ne peux pas me laisser charmer par cette magnifique actrice que j’ai sauvée! Je dois combattre directement Thanos, Darkseid et Brainiac qui ont fait une grande alliance intergalactique pour combattre la menace terrienne. Tous les héros sont emprisonnés sauf moi. Je dois faire le plus rapidement possible pour sauver le monde, la galaxie et toutes les dimensions connues. Les rues sont ravagées par les flammes et la destruction, je dois faire le plus rapidement possible comme à mon habitude. Je rebranche rapidement toutes les communications pour éviter que des gens manquent South Park ce soir, pour enfin me concentrer sur mon premier ennemi.

    Je le reconnais sa grosse face de béton, c’est le gros Darkseid! Vous savez à une époque, je lui ai crevé un œil… aujourd’hui, je vais lui crever deux yeux après il va avoir l’acte la plus cruelle du monde. Il essaie de me tirer ces yeux gros lasers, mais je reviens rapidement vers le gros monstre pour qu’il le reçoive directement sur la gueule. J’ai appris cette technique de Supergirl, pendant qu’elle se battait contre ce monstre et moi je mangeais doucement de la pizza en la regardant. Puis je lui crève rapidement les yeux avec des canettes de Pepsi, parce que je dois bien mettre mes commanditaires dans mes rêves les plus fous. Et après… et après…

    Il reçoit le coup le plus puissant et brutal du monde… ou même de l’univers. Un coup de pied à la vitesse de mach 10 dans son engin galactique. Je viens de lui faire la pire humiliation de son Histoire, je le vois déjà les larmes aux yeux. Je le vois déjà pleurer sa vie entière comme un gros nul… pendant que je reçois une grosse gifle de la tête. J’aperçois ma bave sur le bureau transparent de l’Héliporteur. Bon je me suis encore endormi sur le documentaire de la formation des Vengeurs en 2010. Un gentil membre du SHIELD venait de me réveiller assez brutalement avec la grosse tape sur ma tête.

    Je respire un coup et je me dis : Un jour, je vais comprendre l’esprit des Vengeurs, c’est juste dommage que je m’endors le plus souvent possible ou que j’amène ma Playstation Vista en réunion. J’enlève le peu de bave sur ma bouche pour enfin sortir de la fameuse salle des archives vidéo. Je rencontre quelques agents traditionnels dans les couloirs et je vois enfin la fille qui va aller dans une simulation de GN. Enfin, les Vengeurs sont tellement étranges, cela doit être Sif, la nouvelle recrue des Vengeurs.

    « Hey! Sympathique ton armure! Tu n’as pas pensé à aller une simulation médiévale? Tu pourrais faire un malheur! Tu dois être Lady Sif, la copine de Thor. Moi, je suis Barry Allen… enfin Flash, le gars trop rapide pour la ligue, sauf pour regarder les documentaires des Vengeurs. En tout cas, j’espère que tu te plais ici. Tu t’amuses bien? » Je commence à m’écraser sur un gros mur en attendant ses réflexions sur le groupe et sur comment je peux être le gars le plus classe de la planète. Je suis habillé en civil pour le moment de rester incognito à travers les agents du SHIELD car je suis vraiment un pro.

_________________
avatar
Bartholomew H. Allen

Messages : 110
Date d'inscription : 12/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rouge, ça va plus vite {Bartholomew H. Allen}

Message  Sif d'Asgard le Sam 30 Mai 2015 - 20:23


Je ne réagis pas instantanément à la première interpellation ; en revanche dès que le mot « armure » est évoqué, je m’arrête dans mon avance pour regarder l’interlocuteur qui m’apostrophe ainsi. Il est un peu plus grand que moi, semble avoir un poids supérieur à la moyenne, par carrure, possède un visage aux grands yeux, aux épais sourcils et à la bouche large aux lèvres épaisses qui trahit un mode de réflexion émotif et instinctif, et est vêtu des vêtements qui l’excluent comme un agent en service. Je penche la tête sur le côté à sa première question parce que n’en comprenant pas le sens avant d’hésiter dans la confirmation quand à mon identité ; la « copine » de Thor, cela dépend de la notion que l’on accroche à copine. Néanmoins, sa présentation en tant que Barry Allen enfin Flash me fait le saluer avec le geste habituel, fermant le point et le posant sur mon buste avant d’incliner légèrement ce dernier en avant ; je continue de fixer l’homme, cependant, traitant d’égale à égal. Je ne comprends pas toutes les références, celle de la Justice League oui mais non celle des documentaires des Vengeurs. Lit-il lentement ? En tout cas, il termine sa parole par souhait et question tout en s’installant contre le mur du couloir, visiblement à son aise pour discuter ici. Il est avenant et sociable, enfantin également même s’il est probable que ses éventuelles blagues m’aient échappées.

Je suis bien Dame Sif, déesse guerrière d’Asgard. Enjouée de faire votre connaissance, Barry Allen. Je vous remercie de votre intérêt et vous me voyez flattée de votre appréciation concernant mon armure.

Je m’exprime de façon aussi articulée au possible, comme les personnes pratiquant une langue récemment apprise, mais cela ne met que plus en avant mon accent que je considère comme ceux possédés par les descendants des peuples scandinaves que j’ai côtoyés autrefois.

Pour répondre à vos questions, non je n’ai jamais pensé à aller à pareille simulation car elles me sont étrangères et je préfère éviter de faire un malheur, mon but est de vous aider non de vous causer des problèmes. Mon quotidien n’a guère changé vis-à-vis de mes occupations d’Asgard, il n’est pas réellement question d’amusement même si elles sont intéressantes, tant dans les apprentissages que je fais sur votre monde que dans les personnes que je rencontre. Quand à me plaire ici, je ne suis pas habituée à des lieux ainsi étroits néanmoins je m’y ferais. Et vous, disposez-vous d’un loisir quelconque au sein d’Héliporteur ou autre raison qui vous rende cette forteresse volante plaisante ?

Je lui retourne son intérêt avec une pointe de curiosité ; de ce que j’en ai observé, Héliporteur est une forteresse et il n’est pas tellement de place pour le loisir en son sein. Il y a bien des salles de détentes pour l’équipage mais elles ne m’intéressent pas le moins du monde ainsi ne suis-je pas capable d’envisager quel amusement peut-on y trouver. Le seul amusement que je puis y trouver serait de relever des défis d’armes et il n’est pas dans mon intention de me montrer belliciste avec des inconnus. Pour l’heure, je m’adapte à leur environnement et si c’est déjà fait au niveau de l’environnement et des contraintes physiques, ce n’est qu’à peine commencé au niveau social et culturel. Après, il faut bien avouer que la culture m’intéresse moins que le social, pour l’heure, et qu’à pratiquer ce dernier je retirerai des enseignements pour la première.

Je l’écoute me répondre avec attention, lui laissant un nouveau tour de parole tout en attendant qu’il ait fini pour reprendre à sa suite, sans risquer de lui couper la parole.

Peut-être devrait-on trouver lieu plus adéquat pour entretenir notre conversation que celui-ci. Qu’en dites-vous ?

Discuter dans un couloir me semble assez peu naturel, si l’on est immobile tout du moins ; les Humains n’ont guère laissée la place à cette possibilité et nous risquerions de gêner les flux d’agents en migration au sein de la forteresse, sans parler du fait que leurs bruits et éventuelles discussions propres viendront parasiter la nôtre. Barry Allen semble être parfaitement à son aise, même si j’ai l’intuition qu’il pourrait l’être partout, mais ce n’est pas réellement mon cas quand bien même mon port pourrait laisser penser que je ne le suis nulle part.

Après, je ne pense pas particulièrement à la salle de réunion classique pour pouvoir discuter en pais, s’il dispose d’un lieu lui étant agréable au sein d’Héliporteur cela peut être préférable de s’y rendre : il sera encore plus à son aise qu’actuellement et je découvrirais sans doute une pièce plus plaisante que l’aseptisée moyenne de la base militaire.

_________________
Sif

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 95

avatar
Sif d'Asgard

Messages : 478
Date d'inscription : 04/04/2015
Age : 23
Localisation : Héliporteur

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rouge, ça va plus vite {Bartholomew H. Allen}

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum