Un lieu rêvé pour chanter [Alison]

Aller en bas

Un lieu rêvé pour chanter [Alison]

Message  Lilian D'Eyncourt le Mar 12 Mai 2015 - 15:18

Une année est un temps suffisant pour programmer à peu près toutes les célébrités sulfureuses et musiciens en vue du moment chaque week-end. Grâce à toutes ses relations, Lilian avait réussi son coup de placer son casino parmi les hauts lieux des nuits New-Yorkaises. Plusieurs salles de spectacle avaient perdu des dates à cause de lui, certaines commençaient à connaître de sérieuses difficultés. Il récupérait leur clientèle, leurs artistes, rien ne pouvait aller mieux, mais il n’était pas question de se reposer sur ses acquis. Le petit peuple n’aimait rien de plus que la nouveauté. Un concept comme le Fatal Games échouait rarement la première année. Mais combien avait-il vu de petits patrons et galeristes s’étonner de la soudaine désertion de leur adresse au profit d’une enseigne plus lumineuse installée à deux rues de là ? Les gens étaient trop avides de sensations pour retourner trop souvent au même endroit, ils vous voyaient prospère et ne se souciaient de vous que le jour où, avec une sincère surprise, ils s’étonnaient de voir fermer cette petite salle si fantastique dans laquelle ils n’avaient plus mis les pieds une seule fois en trois ans. Les visiteurs tournaient, il fallait toujours s’attirer les faveurs d’autres têtes et, pour cela, ne pas systématiquement fonctionner avec les mêmes collaborateurs. Le casino recevait de nombreuses sollicitations mais il s’agissait pour la plupart de petites troupes, groupes amateur ou sur le retour, qui survalorisaient leur travail en espérant être soutenu par un nom prestigieux. Lilian laissait le mécénat aux idéalistes, à ces pauvres âmes qui vouaient leur existence à la découverte de talents sans jamais rien ramasser de la gloire d’une star qui avait débuté dans leur petite gargote, vaguement applaudie par un auditoire trop ivre pour apprécier leur prestation, ou occupés à signer des livres sur une table collante de bière. Il préférait miser sur des célébrités bien en place, pouvoir compter sur un public large, une rentrée d’argent sûre, plutôt que sur les dix pèlerins amis avec les artistes qui auraient assez de gentillesse pour se donner la peine d’un déplacement.

Lilian s’investissait dans la programmation du casino avec plus de zèle qu’il ne l’avait prévu, au point de laisser son entreprise en fonctionnement automatique. Il avait des associés assez compétents, heureusement, pour traiter les quelques cent courriers et appels qu’il pouvait recevoir en une seule heure, même si les gens insistaient toujours pour lui parler en personne, sans se douter qu’avec toute la bonne volonté du monde, il lui serait humainement impossible d’accorder son attention à tous ceux qui la désiraient. Il ne faisait par conséquent plus de privilège depuis longtemps. Ses associés faisaient le tri à sa place. Il donnait son aval sur une affaire de temps en temps, se plongeait sur les dossiers qui requéraient son intervention et, pour le reste, il était dans l’intérêt de ses inférieurs les plus directs de s’arranger pour que la boîte continue de tourner sans quoi, sa ruine entraînerait leur propre chute. Malgré des journées incroyablement chargées, Lilian ne se laissait pas gagner par le stress. Il était passé maître dans la délégation des tâches ennuyeuses, et dans l’insupportable manie de disparaître des journées entières en s’arrangeant pour rester injoignable. Personne ne l’ignorait au bout de quelques semaines à travailler avec lui, il était un patron imprévisible et capricieux, mais pas si inconscient qu’il s’en donnait l’air. La gestion du casino semblait cependant sa nouvelle passion, et il s’occupait personnellement de presque tous les entretiens. Ce projet lui tenait beaucoup à cœur, d’une part, parce qu’il refusait de perdre la face en constatant la mise en échec d’un lieu qui contenait une large part de ses investissements, et d’autre part, même s’il le reconnaissait moins volontiers, parce qu’il serait insupportable de décevoir les attentes que Nikolaï plaçait en lui.

De fait, il se présenta au Fatal Games avec un peu d’avance pour préparer son entretien avec une sommité de la musique et du monde mutant qui avait accepté de visiter la salle. Dazzler était une invitée de marque, il était important de couper l’herbe sous le pied de toutes les salles New-yorkaise qui espéraient l’accueillir pour sa prochaine tournée. Il devait obtenir l’exclusivité. C’était un pari risqué, bien entendu, tous ses collaborateurs ne s’étaient pas forcément montrés enthousiaste à l’idée de faire venir une artiste mutante et attirer, de ce fait, de nombreuses personnes dotées d’un pouvoir potentiellement instable. Les risques que cela pourrait entraîner en cas de mouvement de foule demandait la mise en place d’un système de sécurité exemplaire. Mais toutes ces craintes n’étaient rien à côté de la publicité et du bénéfice qu’ils pourraient en tirer. Ils feraient le nécessaire pour s’associer à la belle chanteuse.
Arrivé sur place, Lilian fit le tour des lieux pour s’assurer que tout était impeccable, mais les agents de nettoyage ne lui avaient heureusement pas fait faux bond. C’était un lieu agréable de jour, parfaitement calme, avec sa décoration art deco mêlé de formes plus contemporaines. Il fit le tour du bar pour se servir un verre de chartreuse parmi les alcools de luxe dissimulés dans un petit meuble, et réservé à la clientèle la plus prestigieuse et s’installa tranquillement sur un divan en attendant Alison Blaire. Il profita de son avance et de sa disponibilité relative pour consulter les derniers mails arrivés, les supprimer ou les transférer à la personne la plus compétente pour les traiter.


Dernière édition par Lilian D'Eyncourt le Lun 18 Mai 2015 - 15:33, édité 1 fois

_________________
avatar
Lilian D'Eyncourt

Messages : 78
Date d'inscription : 31/03/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un lieu rêvé pour chanter [Alison]

Message  Alison ''Ali'' Blaire le Mar 12 Mai 2015 - 17:38



« Un lieu rêvé pour chanter»
Avec Lilian
1

C’est toujours aussi sympathique d’avoir autant de reconnaissances dans les médias et dans le monde artistique. Il est sûr que j’appréciais beaucoup de ce prestige avant la création des Vengeurs, car je croyais vraiment que c’était un moyen de se faire connaître dans le monde entier, mais en ce moment, j’ai eu le temps de réfléchir à cette popularité. Beaucoup de médias étaient vraiment déçus que je ne fasse pas plus de tournées médiatiques comme avant ou de participer à des interviews pour mes futurs projets. En 2015, j’ai accepté une seule interview avec Suck My Geek, qui est surtout un produit alternatif et qui ne recherche pas vraiment à être professionnel, mais je me suis surtout fais connaître grâce à ce genre de médias et non par des publicités des grandes chaines de télévision. En plus, ils sont trognons à toujours vouloir paraitre le plus accueillant possible comme les enfants à l’Institut Xavier. Habituellement, je ne m’en fais pas vraiment sur ce qu’on dit sur moi à travers les médias, mais je vois très bien qu’il y a quelques problèmes de communication avec ma disparition de plusieurs chaines de télévisions.

En été, j’ai eu l’habitude de m’écraser comme une baleine proche de la piscine de l’Institut et attendre que les feuilles jaunissent. Mais je perçois vraiment une certaine frustration de mes fans pour m’avoir coupé des médias un petit moment. Mon ralentissement autour de mon nouveau disque affecte aussi cette motivation de me suivre aujourd’hui pour plusieurs de mes fans. Je ne crois pas vraiment que ma carrière est en descente vers les enfers les plus profonds possibles, mais je dois faire attention. On m’a toujours appris de ne pas juste jouer avec des acquis.

Je vais peut-être briser l’une de mes habitudes les plus importantes, mais c’est peut-être le temps d’offrir des dates de spectacles pour l’été. Dans mon idée, je ne veux pas faire de tournée à ce moment, car il y a beaucoup trop d’obligations dans les tournées estivales proche de New York, alors je dois trouver une institution qui peut m’aider de cette manière. Je veux juste deux ou trois shows, pas une vingtaine. Quand je demande à mon agent d’ouvrir une porte pour quelques dates, il me revient avec quelques propositions.

Il a bien suivi mes instructions, il a juste fait quelques tournées vers des spectacles uniquement dans l’État de New York et avec un retour  conséquent au niveau monétaire. L’un des mes plus grands conseils, qu’il m’a offert à cette demander, est de me tourner vers les casinos. Les casinos offrent beaucoup d’opportunités, mais ils adorent aussi mettre beaucoup de publicités autour de leurs spectacles. Alors je décide naturellement de contacter le casino qui s’appelle Fatal Games. Alors tous peuvent se demander pourquoi je me suis tournée vers ce casino et non vers un autre casino?

Cette raison est aussi simple qu’idiote, le nom du casino me rappelle Hunger Games. Après quelques courriels et appels téléphoniques, j’ai enfin ma chance de rencontrer une personne pouvant s’occuper des invités spéciaux du casino. Soulignant à mon agent et aux officiels de ce casino que je veux quand même rester discrète durant cette négociation, je ne veux pas que mon nom apparaisse avant une confirmation officielle. Je me suis quand même habillée avec l’une de mes plus belles longues robes rouges tout en portant du maquillage et tout le bralala des vedettes traditionnels.

Au moins, ils n’ont pas trop de journalistes, alors j’ai eu ma chance de rentrer dans l’une des fameuses portes principales avant de me diriger vers la salle pour négocier un éventuel contrat entre nos deux parties. J’arrive ainsi doucement à la fameuse salle où va se tenir la négociation la plus importante de l’été -Il faut bien combattre l’égo de Carol -. Je suis surprise de voir surtout la jeunesse du représentant du casino. Mais bon, il doit mieux comprendre le business que des vieux qui sont de la vieille école.

Je salue poliment une première fois Lilian de la tête avant de m’avancer vers le jeune homme qui semblait occupé sur son ordinateur avant sa présence. « Bonsoir! C’est un plaisir de vous rencontrer. À ce que j’ai vu, c’est une très belle place, je n’ai pas trop l’habitude des casinos, mais c’est une place idéale pour l’un de mes spectacles. » Je dois quand même en rajouter pour qu’il trouve toujours autant d’intérêts avec es dires enthousiastes autour de son casino.

FICHE © SINENOMINEVULGUS

_________________
avatar
Alison ''Ali'' Blaire

Messages : 298
Date d'inscription : 14/12/2014
Localisation : Dazzler Anti Tour

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un lieu rêvé pour chanter [Alison]

Message  Lilian D'Eyncourt le Lun 18 Mai 2015 - 17:11

Le premier courrier de l’agent de Dazzler l’avait d’abord surpris. Le casino avait signé de nombreux artistes de renommée internationale, mais tous avaient un rayonnement sur un public d’initiés assez faciles à identifier. La chanteuse avait un son beaucoup plus pop, du genre à passer facilement à n’importe quelle soirée, ce qui lui attirait des admirateurs de tout bord, et retenait peu l’attention de Lilian. Le Fatal Games avait ses ambitions, néanmoins, il ne possédait pas la structure d’un zenith et exiger un concert à moitié confidentiel à une célébrité de ce type était encore prématuré. Mais la jeune femme semblait lassée de son succès. Cela arrivait parfois. Après avoir connu une montée en popularité fulgurante, des artistes perdaient pied, fuyaient les lumières, la foule et revenaient vers des circuits indépendants pour se « ressourcer ». Depuis un an, Dazzler faisait peu de vagues. Malgré de bonnes critiques, son dernier album n’avait bénéficié d’aucune tournée, et elle avait boudé les médias pour accorder une seule interview à un média de niche. Si sa démarche était louable, il était peu probable que la bonne moitié de ses fans, récupérée grâce à ses apparitions télé et à l’exotisme de ses spectacle réponde présent pour son prochain opus. Il serait naïf de croire encore que la qualité d’une production faisait tout. La majeure partie des « fans » était profondément incapable d’évaluer le talent d’une personne, ils suivaient le mouvement. De nouvelles stars faisaient entendre leur belle voix tous les jours, Dazzler serait vite rangée du côté des célébrités oubliées si elle ne créait pas au minimum des événements ponctuels pour réveiller le zèle des journalistes. Quand, après quelques échanges avec son agent, la mutante avait confirmé sa volonté de faire un petit retour dans leur casino, il avait cependant été décidé de faire le moins de bruit possible. Lilian avait personnellement veillé à ce que rien ne fuite au sujet d’un éventuel concert de la chanteuse dans les prochains mois.

Tout avait été fait pour mettre la « grande dame » à l’aise. Personne ne la guettait à l’entrée avec un appareil photo, il avait simplement demandé à une hôtesse de prendre son service plus tôt pour la guider vers le petit salon privé où ils pourraient discuter des conditions du contrat. Alison Blair fut ponctuelle. Il rabattit l’écran de son ordinateur dès qu’il l’aperçut et se redressa pour la saluer avec un sourire que l’on devinait plus professionnel que réellement sympathique. Même s’il ne s’agissait que d’un entretien de convenance, la chanteuse avait sorti sa tenue de gala. Le soin de sa toilette l’amusa. De son côté, Lilian était, comme très souvent, habillé d’une manière plus décontractée. Il estimait que le costume était l’instrument des vieux monsieur et des jeunes encore incertains de leur autorité. Face au costume, les gens savaient instinctivement à quoi s’en tenir. Devant un directeur en jean et t-shirt noir, il devenait plus compliqué d’anticiper les règles du jeu social. Il aurait pu être un guitariste qui attendait l’ingénieur son pour des balances que cela n’aurait étonné personne. On décelait au moins un certain sens et goût du détail dans sa tenue qui en rendait la désinvolture calculée pour être appréciée et non ignorée. Son rôle du jour n’était pas d’affirmer sa place de directeur d’entreprise, ou d’actionnaire, il n’était qu’un programmeur de spectacle, un patron décontracté, mais fortuné.

— Bonsoir, le plaisir est partagé et je constate que les photos des magazines n’ont rien retiré à votre élégance.
Il ne résistait jamais longtemps aux flagorneries de circonstance, ou l’art de souligner des choses véritable avec une exagération toute ironique. La plupart des gens les recevaient avec gêne, et en tiraient néanmoins une impression positive.
— Je suis heureux que les lieux vous plaisent. Nous avons eu la chance de pouvoir réaménager l’espace pièce par pièce pour en faire un lieu agréable, aussi susceptible d’attirer la jeunesse en quête de sensations que les anciennes générations qui voudraient remonter le temps… Les casinos misent souvent sur des shows pour attirer leur clientèle. Les tables de jeux sont rarement au programme de la première partie d’une soirée, mais elles peuvent en devenir la suite logique lorsque les rideaux se tirent, que l’on se sent toujours le cœur à la fête. Comme nous cherchons à séduire une clientèle exigeante, il nous importe de mettre en avant l’activité de notre salle de spectacle avant tout. Souhaitez-vous prendre quelque chose à boire ? Je vous laisse vous installer, sauf si vous préférez faire le tour des locaux de suite ?

L’hôtesse n’avait pas bougé, conformément à ce qu’il lui avait été demandé. Elle devait pouvoir prendre une commande si Alison avait besoin de quelque chose. Lilian observait la chanteuse d’un regard droit et tranquille. Ils avaient le même âge et, à vingt-huit ans, signifier à son interlocuteur que l’on possédait toutes les compétences requises pour un poste à responsabilités n’était pas toujours évident. Il lui arrivait encore de croiser des stagiaires à peine moins âgés qui le détestaient probablement secrètement et se faisaient un plaisir de le traiter de parvenu. Sous des airs légers, et une certaine forme d’insolence, Lilian avait quelque chose de ferme dans sa présence, un visage aussi amène que fermé aux sentiments qui décourageait vite d'en faire un « bon copain », de se le représenter en patron jeune donc compréhensif. Il se laissait aller un peu plus tard, quand les règles étaient implicitement posées et qu’il avait eu le temps d’analyser les attentes de son interlocuteur.


Dernière édition par Lilian D'Eyncourt le Ven 5 Juin 2015 - 14:11, édité 1 fois

_________________
avatar
Lilian D'Eyncourt

Messages : 78
Date d'inscription : 31/03/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un lieu rêvé pour chanter [Alison]

Message  Alison ''Ali'' Blaire le Mar 26 Mai 2015 - 16:43



« Un lieu rêvé pour chanter»
Avec Lilian
1

Je ne suis pas très habituée aux jeux de casinos ou encore à faire des spectacles dans ces lieux. Je sais que beaucoup de casinos ont beaucoup exploité le coté spectacle comme des cirques ou des chanteuses de renommées pour remplir leurs places, mais je n’ai jamais eu vraiment le courage d’aller directement dans ces lieux. Peut-être parce que je suis beaucoup trop traditionnelle, mais je n’ai jamais apprise vraiment à changer ces méthodes. Quelques fois dans ma vie, j’ai pensé à faire un spectacle dans un grand casino de Las Vegas, mais c’est après avoir visité la ville pour la Tournée Pop de 2011 que je me suis ravisée.

Las Vegas est une ville artificielle qui survit par ces casinos et qui délaissent tout autre divertissement autour ou même la population locale. Cette ville n’est pas aussi animée que peut l’être New York. La Grosse Pomme offre une possibilité bien plus vague qu’un simple noyau qui vit par la dépendance chronique de certains joueurs. Je suis sûr que ce problème peut exister même dans le Casino de Lilian, mais cela ne doit pas aussi maladif que dans le schéma habituel que j’ai trouvé à Las Vegas. Beaucoup de gens se sont plaints de ma fermeture pour le marché de Las Vegas, mais mes raisons sont légitimes, quand je n’aime pas une ville de cette façon, ce n’est pas parce que je déteste l’architecture ou les gens, mais bien pour la raison d’existence de cette ville.

Quand je vois les habits de Lilian, je me sens un peu gênée d’avoir pris le temps de prendre une grande robe chic pour cette fameuse entrevue. C’est peut-être la première impression, mais cela me donne des signaux pour des futures discussions entre nos deux parties de prendre plus décontractés la prochaine fois. Je lui laisse quand même un large sourire pour les politesses de base sur la magnificence de sa personne. « Je vous retourne le compliment, Monsieur Enycourt. Sinon juste une bouteille d’eau cela me va parfaitement… » Je l’ai déjà vu dans de nombreuses revues, mais comme lui, j’exagère le compliment pour rendre justice à sa première remarque.

Il m’explique ensuite la situation du casino pour attirer un jeune public, car les machines et les jeux de cartes ne sont jamais quelque chose qui attirent personnellement la jeunesse ou un public plus attiré par les vedettes que par les jeux d’hasards. Je n’ai pas trop d’études à ce sujet, mais c’est vrai qu’il existait une certaine notoriété dans les casinos dans les années 90, pour avoir perdu une image de gloire au profit d’une image autour es milieux criminels et des arrestations massives par le FBI.

Je fais maintenant bien plus confiance au patron de casino moderne, car ils savent logiquement qu’il ne faut pas répéter les erreurs du passé. En tout cas, je fais confiance à leurs raisons et à leurs logiques pour comprendre ce message des plus importants : La transparence et la volonté de faire meilleur. Lilian me parle aussi des petites rénovations qu’ils ont faites pour des spectacles comme je peux offrir, me donnant aussi la possibilité de vérifier les salles en question.

Je ne refuse pas vraiment, c’est juste que je fais confiance aux organisateurs de spectacles pour amener les instruments nécessaires et comprendre comment on fait un magnifique show de musique sans avoir besoin d’une personne qui est chanteuse. « Ce n’est pas nécessaire, je vous fais confiance pour les salles et de plus en cas de signatures de contrat, je prends quelques jours pour les vérifications et pour tester le son. Est-ce que vous vous attendez quelque chose de particulier pour une éventuelle entente? J’avais quelques idées pour des dates, mais je tiens à préciser que pour préparer les dates, je me réserve un délai de deux semaines pour les vérifications et pour les salles. J’ai quelques membres de mon équipe qui risquent de faire aussi quelques vérifications entre temps. En tout cas, ne vous en faites pas pour les vérifications de salle, si j’ai besoin de quelques choses d’uniques pour mes spectacles, je peux même payer à mes frais les changements demandés. » Je crois que c’est le temps de négocier comme une vraie capitaliste sur le contrat, sur les dates ou encore sur la nourriture fournie dans ma future loge.

FICHE © SINENOMINEVULGUS

_________________
avatar
Alison ''Ali'' Blaire

Messages : 298
Date d'inscription : 14/12/2014
Localisation : Dazzler Anti Tour

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un lieu rêvé pour chanter [Alison]

Message  Lilian D'Eyncourt le Ven 5 Juin 2015 - 19:02

Aujourd’hui, les casinos avaient quelque chose de démodé, un peu comme les cirques ou les spectacles d’effeuillage. Ils gardaient leur gloire passée dans la mémoire populaire, et on assistait souvent à une sorte de paradoxe. La jeunesse trouverait facilement ringarde une personne habituée des machines à sous et jeux de carte, et un client régulier des boîtes de strip-tease passe pour un pervers. Dans la réalité, tous ces lieux ne survivent pas grâce aux maniaques du jeu et du voyeurisme, très loin de là. Les gens continuent à aimer ce qu’ils associent à une activité déviante. Une virée dans un casino devient par conséquent le summum de la soirée dévergondée pour nombre de personnes sans imagination à la recherche de sensations. C’est à chaque fois un petit événement, ce moment merveilleux où l’on s’autorise une folie. Les grands patrons le savent, rien de tel pour époustoufler un cadre moyen méritant que le couper de son quotidien morose en l’emmenant, une fois l’an, dans ces lieux magiques qui lui donneront l’occasion de briller sur les réseaux sociaux autrement qu’en postant des photos de ses bambins. Mais, en dehors des sorties d’entreprises, il faut sans cesse amener une manne nouvelle, et les après concerts sont décisifs pour cela. Il va également sans dire que tous les dilettantes qui arrivent par vague dans ces moments sont une aubaine pour les affaires. Les habitués ont tendance à maîtriser les jeux, au point de devenir de véritables fléaux parfois. Un casino ne serait rien sans toutes ces jeunes pousses qui lâchent avec zèle leurs billets pour passer du bon temps et sautillent sur place pour 20$ gagnés quand ils viennent d’en dépenser 100.  

Alison s’intègrait dans le jeu social sans trop en faire, ni compliment excessifs, ni fausse modestie outrancière. Elle demanda de l’eau et l’hôtesse s’en alla ouvrir le petit frigo du bureau pour lui sortir une bouteille d’eau minérale accompagnée d’un verre à pied. Après un sourire et une vague révérence, elle se retira et ferma la porte derrière eux. La véritable discussion pouvait commencer. Comme la jeune femme déclina sa proposition d’aller visiter les locaux, Lilian retrouva son siège. Il lui fit signe d’en faire de même. L’attitude vis-à-vis de la scène variait d’un artiste à l’autre. Dazzler semblait être de ceux qui ne s’embarrassaient pas des détails techniques et laissaient le soin à leur équipe de tout gérer avant d’entrer en scène. Il en avait connu de bien plus obsessionnels, qui pouvaient passer plus d’une heure à évaluer le son dans tous les angles possibles de la salle avant de décider si, oui ou non, le casino était digne de recevoir leur prestation. S’il avait un certain respect pour l’extrême méticulosité de ces derniers, Lilian préférait la confrontation avec les moins tatillons. Rien n’était plus ennuyeux qu’observer quelqu’un faire des essais sonores les bras croisés, en se tenant prêt à répondre à des questions assez pointues pour prendre l’ingénieur au dépourvu. Il était soulagé d’apprendre que cette partie pénible viendrait plus tard, avec l’équipe de la chanteuse, et certainement quelqu’un d’autre que lui. Plutôt accommodante, elle lui proposa même de financer ses demandes les plus originales. Il lui tourna un visage faussement scandalisé.

— Croyez bien que j’apprécie votre prévenance, mais vous savez, je n’aurais jamais osé vous inviter à vous produire ici si je ne pensais pas notre structure capable de satisfaire tous vos caprices de diva, déclara-t-il sur un ton un peu plus léger. Sauf, bien entendu si cela implique de modifier toute la plomberie de votre loge parce qu’il vous faut un sauna ou une baignoire à bulles…

Certaines stars avaient en effet tendance à développer des tocs dont l’intérêt était d’exiger les choses les plus invraisemblables et inutiles possibles. Lilian était prêt à se soumettre aux exigences des artistes dans certaines limites, mais quand les excès s’avéraient trop absurdes pour ne pas le transformer en larbin obéissant, il laissait tomber. Personne ne lui avait encore  heureusement commandé une salle de bains complète avant son concert. Sa mention était une plaisanterie, mais il était à peu près certain de refuser si on lui imposait quelque chose dont la qualité du concert ne dépendait absolument pas, ni le confort de l’artiste. Ils avaient déjà tout ce qu’il fallait dans les loges.

— Pour les dates, nous voulons miser sur un effet surprise mais nous ne pouvons pas vous programmer trop rapidement non plus. Tout le prochain mois est déjà booké, il nous faut le temps de mettre en place une bonne stratégie de communication pour remplir la salle comme prévu le grand soir. Cela peut se faire fin juin, si vous souhaitez démarrer très vite, ou fin août. Les gens ont déjà prévu leurs vacances, il serait terriblement frustrant pour eux de vous manquer parce que vous donnez une date unique en plein juillet pendant qu’ils se prélassent sur les plages des Caraïbes… n’est-ce pas ? Et je n’attends rien de particulier sinon que les choses soient clairement établies entre nous pour nous éviter de mauvaises surprises ou des incompréhensions. Sur le règlement notamment, notre casino ne peut vous proposer un tarif aussi fort que celui d’une grande salle de spectacle, étant donné que ce sera proportionnel au nombre d’entrées, mais je peux partir sur une estimation maximale avec un pourcentage raisonnable. Que faites-vous d’habitude ?

Car oui, le nœud de la conversation se résumait à une seule chose, l’argent. Lilian avait voulu se montrer détendu, prêt à plaisanter, à faire dériver leur échange vers des choses plus futiles, à même de rompre le côté trop « professionnel » de leur face à face, mais il n’avait pas envie de faire mille détours non plus, au risque d’ennuyer la jeune femme. Ils pouvaient régler la question d’abord, et reprendre les plaisanteries plus tard s’ils le souhaitaient.


Dernière édition par Lilian D'Eyncourt le Jeu 18 Juin 2015 - 14:13, édité 1 fois

_________________
avatar
Lilian D'Eyncourt

Messages : 78
Date d'inscription : 31/03/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un lieu rêvé pour chanter [Alison]

Message  Alison ''Ali'' Blaire le Jeu 11 Juin 2015 - 0:18



« Un lieu rêvé pour chanter»
Avec Lilian
1

Il faut quand même que je fasse attention avec Lilian. Je sais que je dois changer mon approche à chaque fois que je rencontre un nouveau employeur ou client, mais c’est la première fois que je rencontre une personne qui gère un casino. Je suis capable de changer mon approche pour chaque personne venant des différents États de ce grand pays, tous avaient des attitudes sociales différentes dépendantes de leurs passions ou de leurs entreprises. Pour Lilian, c’est vraiment différent. Je ne suis pas contre les préjugés les plus vulgaires autour de certains milieux, mais les casinos sonnent une fin bien éclairée. Les entreprises de jeux vivent une difficulté depuis de nombreuses années pour se retrouver dans un certain chaos social. Les Gouvernements se montraient souvent plus agressifs dans la réglementation des profits du casino et les publicités pouvaient même nuire à ces jeux. Je dois bien faire attention avec un homme d’affaire comme Lilian, bien choisir mes mots et aussi comprendre aller droit devant. Je pourrais bien essayer de me retrouver quelques numéros dans un festival d’été, mais j’ai quelques craintes d’un manque de préparation des organisateurs.

Après affirmer mon désir d’avoir une bouteille d’eau, l’hôtesse vient m’en porter avec un verre et un sourire. Après le départ de l’employée de Lilian, le jeune homme me fait un signe de m’asseoir pour rentrer dans les négociations les plus importantes. C’est peut-être étonnant que je ne rentre pas dans les détails techniques, mais je sais que la plupart des lieux de divertissements ont la capacité de prendre mes shows. Avec la technologie, même si le son ne me plait pas, il est toujours possible de changer sa capacité par quelques experts techniques. Je ne m’en fais pas beaucoup avec ces détails, de toute façon, le casino doit toujours être à jour pour accueillir les vedettes des plus modernes.

Je rigole à sa remarque sur le changement de la plomberie pour me faire un sauna ou encore quelques autres caprices que peuvent avoir certaines vedettes. Je sais que je peux paraitre bien moins sévère que plusieurs divas comme Lady Gaga, Nicki Minaj ou autres vedettes toujours aussi étranges, mais je me suis habituée de rester la plus simple possible. Plusieurs de mes fans ne sont pas des gens qui connaissent beaucoup la musique, mais qui aiment beaucoup mon attitude ou mes interventions médiatiques qui paraissent plus naturels que calculés par de nombreuses vedettes. « Oh non, ne vous en faites pas. J’ai déjà tout mon sauna, mon spa et ma piscine privée chez moi. Je n’ai pas besoin de beaucoup, mais il est sûr qu’il faut fournir de la nourriture et des boissons à mon équipe, c’est primordial. Ces spectacles sont surtout pour garder une certaine continuité avec mon public. Habituellement, je ne fais pas beaucoup de spectacles pour l’été pour des raisons multiples : Remise en forme, repos et un peu travaillé sur mes textes. » Je ressemble vraiment à une grande paresseuse de le dire de cette façon, mais j’ai toujours eu cette attitude de prendre mon temps avant de lancer mes plus grands projets.

Lilian rentre ensuite dans des clarifications importantes pour mes shows. Le mois de Juin est complètement booké et celui-ci essaie surtout de préserver la surprise avec une communication bien travaillée. Je ne suis pas contre, mais je suis déçue de ne pas avoir une possibilité de date vers Juillet, c’était un peu mon attente d’avoir mes deux dates en Juillet, mais je peux comprendre sa motivation. Les grands spectacles n’attirent pas toujours en Été sauf dans les grands spectacles prévus depuis plusieurs mois. Je ne peux pas lui en vouloir, mais j’ai toujours quelques stratégies qui pourraient m’aider à m’avoir un petit compromis.

Je ne veux quand même pas faire huit spectacles, mon but est surtout de me concentrer sur deux dates. Je peux lui permettre une date en Août, mais je veux vraiment une date en Juillet pour alléger mon horaire. En plus, la justification d’une vedette en Juillet pourrait quand même attirer des gens en vacance pour son casino. New York était une ville naturellement de touristes de tout genre. « Oui je comprends très bien, ne vous en faites pas. Dans mon idée, je pourrais vous proposer deux dates. Bien qu’en Juillet, c’est plus problématique pour votre casino, j’aimerais quand même avoir une date durant ce mois. Il existe d’innombrables festivals de musique qu’on pourrait profiter pour sortir une date surprise de show à ce moment. Ensuite, je veux bien une date en Août quand vous le désirez, mais si vous avez besoin de plus de soirées, je suis ouverte aux discussions. En plus, je peux vous offrir un contrat d’exclusivité pour deux mois, où vous allez être les seuls à m’avoir pendant de ce délai. Pour les tarifs, comme j’habite à New York et que c’est un peu imprévu dans vos horaires, j’aimerais avoir 50% des profits engendrés par la vente des billets. Ensuite, j’exige aussi habituellement un plafond qui varie entre 40 000$ à 60 000$ par show. Si les profits de vente dépassent ce plafond, vous n’êtes pas obligés de me concéder cette somme. C’est de cette façon que je fonctionne habituellement, mais les négociations peuvent changer les sommes, le pourcentage ou l’exclusivité. C’est surtout à vous de voir. » Après, il peut avoir des détails techniques assez ennuyants et qui touchent plus le plan juridique, mais c’est toujours dans les petites lignes et je ne vais pas commencer à l’embêter avec des petits détails aujourd’hui.

FICHE © SINENOMINEVULGUS

_________________
avatar
Alison ''Ali'' Blaire

Messages : 298
Date d'inscription : 14/12/2014
Localisation : Dazzler Anti Tour

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un lieu rêvé pour chanter [Alison]

Message  Lilian D'Eyncourt le Jeu 18 Juin 2015 - 16:21

L'histoire des caprices de star amusa Alison. C'était parfait, il n'était pas là pour l'intimider, mais parler à bâtons rompus dans l’atmosphère la plus détendue possible. La jeune femme était plutôt fidèle à sa réputation, polie, souriante, naturelle. Il n'était pas nécessaire de multiplier délicatesses et révérences pour attirer sa sympathie et Lilian s'autorisait doucement un rôle moins guindé. Il devinait que la chanteuse donnait assez peu dans les relations superficielles, où les points se comptaient au nombre de compliments bien placés. Après tout, n'était-elle pas venue discuter du contrat en personne plutôt que laisser un agent s'en charger ? Même en la taquinant un peu sur ses exigences, il ne lui tira rien de très extravagant. Il lui importait surtout d'avoir un bon service de restauration pour son équipe et, pour ce qui était de l'accueil, Lilian pouvait garantir un buffet de choix. Il ne tenait pas à se faire une réputation de gérant avare qui se contentait d'offrir le minimum syndical, avec plats préparés en gros, barres chocolatées et bières premier prix, comme n'importe quel festivalier de campagne.

– Je peux contacter les meilleurs traiteurs de New-York, toute origines confondues. Si votre équipe peut se mettre d'accord pour le genre de spécialités qu'il leur plairait, je veillerai à ce que ces dates estivales soient aussi un moyen de resserrer les liens avec tous les acteurs du spectacle.

Alison n'avait, par ailleurs, aucun besoin de se justifier sur son manque d'activité l'été. Juillet et août, comme il le lui expliqua, étaient des mois particuliers. Le petit travailleur, qui n'avait pas à s'inquiéter d'autre chose que poser ses congés pour profiter du soleil, était moins disponible, moins attentif à l'actualité que d'ordinaire. Pour toutes les professions artistiques et médiatiques, cela était un problème. Même sans partir en vacances, on se reposait au bureau par la force des choses. On préparait l'automne, puisque lancer des nouveauté avant septembre était compliqué. Dans les rédactions, on se relâchait un peu comme les futurs lecteurs en écrivant les pires articles, et en repoussant les véritables dossiers de fond à plus tard. L'été était une période à la fois tranquille et compliquée. A voir l'expression déçue de Dazzler quand il lui expliqua ses réserves à mettre une date en juillet, elle n'avait pas envisagé cela. Ou peut-être était-elle assez sûre d'elle pour estimer qu'il n'y avait pas de prise de risques à redouter ? C'était à voir. Mais Lilian préférait prendre de sérieuses distances avant de s'engager dans quoique ce soit. Comme elle le lui expliqua, des festivals de musique existaient en juillet. Oui. Des festivals. Dans ces périodes, les gens bougeaient pour de gros événements qui ressemblaient à des vacances, et qu'ils préparaient souvent des mois à l'avance. Des fans du monde entier pourraient peut-être se mobiliser, des touristes bien heureux de tomber à point nommé pour un tel événement, mais cela serait-il suffisant ? Avec les exigences financières que la jeune femme lui posait, il était certain qu'il ne pouvait s'amuser à placer des dates avec lesquelles il n'avait aucune garantie. Cependant, Alison devait savoir les capacités de la salles et ne pas ignorer que ce qu'elle lui demandait n'était pas viable. Elle tenait à avoir juillet, et il fallait faire baisser ses tarifs. Ils devraient pouvoir négocier. Très calmement, et sans perdre un sourire des plus aimables, Lilian lui présenta la situation :

– Ainsi que vous le savez, notre salle a une capacité de 3 000 personnes. La remplir avec une bonne communication ne sera pas très compliqué, mais avec les tarifs que vous nous demandez, à moins de mettre les billets à un prix qui risquerait de faire fuir le public, nous pourrons tout au plus rentrer dans nos frais. Si merveilleuse que soit votre venue pour le prestige du casino, nous n'avons pas un besoin éperdu de publicité au point de dépenser de l'énergie dans des spectacles qui ne nous ferons rien de plus qu'une bonne presse. Le public viendra pour vous, non pour la salle. Or, si je fixais les billets à 70$, même en faisant salle comble, je ne pourrais au bout du compte que vous payer et devrais prendre la campagne de communication à mes frais.

Les négociations de ce type lui avaient appris à faire des calculs mentaux assez rapide, et il avait déjà à l'avance estimé les exigences de Dazzler. Sortir sa calculette dans ce genre de situation n'était pas très sérieux, et il était plus que risqué de se faire avoir en concluant un accord en se trompant dans ses prévisions sous l'effet du stress. Impossible alors de revenir en arrière.

– Si je montais le prix du billet, poursuivit-il, je pourrais peut-être réussir à toucher les fans les plus chevronnés, séduits par l'opportunité d'un concert exclusif presque « privé », mais cela ne fonctionnerait que sur une date. Si vous êtes prête à revoir vos conditions un peu à la baisse, et que juillet vous tient réellement à cœur, nous pourrons peut-être, comme vous le dites, miser sur l'effet surprise, et revoir les tarifs pour le second show si tout se passe bien…

Il commençait d'ailleurs à avoir quelques idées sur la manière de procéder pour assurer une salle comble sur le second show fin août. En bon commercial, il visualisait par avance tout un scénario qui, dans le cas où Alison demandait plus en août, devrait lui permettre de faire augmenter les billets par la même occasion. Il attendait de connaître son avis pour lui en parler.


Dernière édition par Lilian D'Eyncourt le Ven 10 Juil 2015 - 15:46, édité 1 fois

_________________
avatar
Lilian D'Eyncourt

Messages : 78
Date d'inscription : 31/03/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un lieu rêvé pour chanter [Alison]

Message  Alison ''Ali'' Blaire le Sam 27 Juin 2015 - 1:38



« Un lieu rêvé pour chanter»
Avec Lilian
1

J’ai toujours eu mes petits caprices de spectacle, mais c’est vraiment différent des autres vedettes de la musique qui ne veulent que faire la première page de certains journaux avec des controverses toujours aussi ridicules. C’est peut-être étrange que je n’envois pas mon agent ou l’un de mes différents associés pour signer les contrats pour ce genre de spectacle. Je peux toujours faire confiance à ceux-ci pour plusieurs signatures de collaboration ou encore de différents shows, mais je veux vraiment que ce contrat soit précis pour éviter des petites erreurs juridiques. Je ne veux pas voir des promesses de show après Août ou pour une publicité trop importante. Je tiens quand même à rester fidèle avec mon image et surtout à faire preuve de modestie dans ce genre de négociations. « Je vais essayée de faire un petit sondage interne et je vous redonne des nouvelles, mais je crois en les connaissant assez qu’ils ne souhaitent le strict minimum. Ils ont toujours été très modestes dans leurs demandes. » Mes employés n’ont jamais été très demandant dans leurs revendications surtout avec leurs salaires que je leur donne. Ils ne sont pas très revendicatifs dans leurs objectifs. Je veux quand même garder un petit visage humain de mon équipe ou de moi-même pour éviter de ressembler beaucoup trop aux divas des revues.  

Alors, Lilian m’explique le plus gros défaut de son casino et surtout de sa pièce pour les différents shows qui se limitent beaucoup devant les arénas normaux où ils peuvent contenir environ 15 000 personnes et devant les grands arénas qui peuvent contenir environ 60 000 personnes. Son local de spectacle est vraiment limité à ce que je comprends. 3000 places, c’était vraiment très maigre à une participation réelle comme je fais habituellement à mes shows. Alors je peux facilement comprendre les correctifs qu’il me demande. Je peux facilement comprendre sa problématique et il va falloir un peu changer de mon habitude d’être plus vindicative dans mes demandes salariales. « Oh je ne savais pas pour votre salle, je m’excuse. Il est sûr que je vais baisser mes demandes, mais j’ai une petite idée. Par exemple, on profite des shows estivaux qui commencent vers le 10 Juillet pour la publicité, je peux mettre un peu de mon équipe marketing pour faire la promotion d’un éventuel spectacle vers le 20 Juillet. Si on arrive à faire salle comble, on pourrait revoir la base du contrat et de voir d’éventuels dates. Je vais juste demander 40% des ventes pour ce premier spectacle. » Ce n’est pas vraiment fini, il doit bien s’attendre à une suite du premier spectacle.

« Alors après, je vous suggère de faire dans le plus simple. Si on arrive à avoir que peu de gens en Juillet, on annule le contrat, mais dans le cas contraire, on commence des préventes pour le mois prochain. On commence par une première date avec quand même un prix élevé, on voit si cela marche, sinon on fait redescendre les prix de billet. Si cela fonctionne vraiment, on fait un troisième show durant le mois d’Août avec les mêmes méthodes que le précédent show. Est-ce que cela pourrait fonctionner pour vous? Ou vous voulez voir une autre méthode? Pour les deux derniers shows, on peut négocier après les tarifs pour le retour de pourcentage. Je suis sûr entre grandes personnes, on peut trouver un moyen de se départager la somme des profits sans se déchirer la gueule. » Je crois que cela pourrait peut-être lui plaire cette démarche, d’aller de dates par dates, avec un rendement progressif en négociation.

FICHE © SINENOMINEVULGUS

_________________
avatar
Alison ''Ali'' Blaire

Messages : 298
Date d'inscription : 14/12/2014
Localisation : Dazzler Anti Tour

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un lieu rêvé pour chanter [Alison]

Message  Lilian D'Eyncourt le Ven 10 Juil 2015 - 17:19

Bon, le problème du bien-être du personnel semblait réglé, même si Lilian avait quelques doutes sur la pertinence de lancer un sondage pour le buffet en interne. Quand on laissait le choix aux gens, les personnes que l'on pensait les plus modestes avaient tendance à devenir profondément agaçantes. Il laissait cependant le soin à Alison de régler les différentes querelles idiotes que la possibilité d'un menu à la fois libre et identique pour tous risquait de susciter, entre les adeptes de nourriture épicée, ceux qui trouveraient l'occasion idéale pour réclamer du 100 % vegan, les spécialistes de la gastronomie japonaise et les adeptes des valeurs sures comme la pizza. A cela pouvait s'ajouter une autre empoignade s'il leur laissait aussi la possibilité de choisir le restaurant chez qui passer la commande. Soyons clairs, il n'avait absolument aucune mauvaise intention vis-à-vis de la chanteuse, mais l'imaginer en proie aux revendications les plus extravagantes, avec le risque d’être accusée de favoritisme derrière son dos si elle disait oui à l'un plutôt qu'à l'autre, l'amusait beaucoup. Il se garda donc de la mettre en garde. Ce serait un très bon moyen de mettre à l'épreuve la solidité de son équipe en attendant de recevoir de ses nouvelles à ce propos. La jeune femme était pleine de bonne volonté pour garder une image assez pure malgré la célébrité. Lilian ne croyait pas vraiment en la survie de ses méthodes si elle voulait continuer à évoluer dans ce milieu. Elle était jeune, comme lui, certes, mais le monde artistique laissait naïf parfois plus longtemps que celui des affaires, dans lequel on ne pouvait se lancer sans apprendre à devenir plus malin et égoïste que les autres. Les artistes avaient leur talent au début. Ensuite, à moins d’être exceptionnellement bien entourés, il leur fallait affronter la jalousie dévorante de leurs rivaux dans le métier, la malhonnêteté de tous ceux qui chercheraient à se faire de l'argent sur leur dos. Quand il suivait de plus près la rédaction du Scandaleux, Lilian en avait vu beaucoup descendre de plusieurs paliers après un grand succès, impitoyablement broyés dans la course à la popularité. Ce métier était cruel pour qui voulait l'aborder avec trop de bienveillance.

Et, à l'évidence, la jeune femme avait encore des choses à apprendre. Même s'il évita de le montrer, Lilian fut très surpris d'apprendre qu'elle venait de lui fixer un prix sans être renseignée sur la capacité de sa salle. Et, sans cela, il lui semblait assez évident qu'un casino dont l'activité principale n'était pas les concerts, ne pouvait héberger une population incroyable. Elle avait l’honnêteté d'avouer sa méprise. Elle aurait été mieux inspirée de la lui dissimuler afin de lui laisser croire qu'elle maîtrisait parfaitement ces négociations et avait volontairement prévu un tarif exagéré. Au moins, l'affaire serait plus vite réglée, elle n'avait apparemment pas prévu de se montrer difficile. Elle proposa d'assumer une partie de la promotion, baissa ses exigences de 10 % sur la marge des entrées et se montra favorable à la hausse du prix d'un billet. Oui, le fait de lancer un concert privé exceptionnel pouvait attirer les premiers fans. Si le nom de Dazzler pouvait remplir des stades, il devait être possible d'attirer 3 000 zélés. Que les autres se plaignent qu'une chanteuse connue pour être généreuse se lance dans une tournée difficile d'accès pour les plus démunis de ses admirateurs serait, une fois de plus son problème. Cependant, Lilian savait que les artistes avaient une certaine tendance à se montrer plus optimistes que la réalité. La belle Alison ne s'était pas produite depuis longtemps, une première date ici devait prouver ses prétentions. Avait-elle réellement gardé autant de public qu'elle le prétendait ? Ils le vérifieraient, et feraient bien entendu de leur mieux pour le confirmer. Le but n'était certainement pas de chercher à provoquer un flop. Cela, il ne le ferait que s'il avait un réel intérêt à humilier une personnalité, avec les garantie dans le contrat pour lui réclamer un dédommagement en cas d’objectifs non tenus.

– Oh, je ne doute pas que, si tout se passe bien, nous n'aurons aucune raison de nous refaire le portrait… Ce serait assez stupide, j'imagine que vous tenez autant à votre visage que moi au mien. - Il l'observa un instant de l'air faussement imbécile de celui qui prend tout au premier degré. - Si je ne connaissais pas vos capacités mutantes, je dirais que vous possédez un étonnant don de prescience Alison. Je comptais effectivement vous proposer de signer un premier contrat avec une possibilité de reconduite et de négociation si tous les objectifs que nous nous fixons pour juillet sont atteints. En théorie, je ne me fais pas de soucis, mais je ne suis pas un fervent adepte des prises de risque inutiles, aussi ridicules fussent-elles. Voilà donc ce que je vous propose, 40 000$ versés à la signature, 40 %, des places entre 85 et 100$. Nous pourrons commencer bas pour les premières réservations, et augmenter légèrement le prix si nous constatons que cela part vite. Cela donnerait une première idée d'à quel point nous pourront augmenter les billets pour revoir les contrats sur la seconde date. Puisque vous vous proposer d'assumer une partie de la communication, je vais établir un budget et vous le proposer. Vous le validerez ou non en fonction de ce que vous êtes prêtes à verser, sachant que je m'occuperai de mon coté de faire venir le soir de votre show de bonnes pointures de la presse écrite pour vous assurer des critiques qui feront autorité. Je leur demanderai d'avoir la gentillesse de ne pas les publier si elles devaient être négatives, mais je doute que vous ayez à redouter ce genre de mauvaise publicité. Tout cela vous convient-il ?

Toutes ses conditions étaient maintenant posées. Il ne pensait pas avoir à baisser son offre, ayant déjà accepté plusieurs choses de Dazzler et avec toutes les garanties que ses bons contacts dans le domaine de la culture lui proposaient.

_________________
avatar
Lilian D'Eyncourt

Messages : 78
Date d'inscription : 31/03/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un lieu rêvé pour chanter [Alison]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum