Une passion ne se perd pas [Jane]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une passion ne se perd pas [Jane]

Message  Casey Nordin le Sam 9 Mai 2015 - 18:53

« On m’a dit que je devais essayer d’écrire un peu tous les jours pour apprendre à mieux organiser mes pensées. J’arrivais pas si mal à tenir ce journal avant l’institut parce que il n’y avait jamais beaucoup de monde pour m’écouter. Alors même si j’ai pas grand-chose d’intéressant à raconter, ça m’occupait. Je suis du genre à ne jamais manquer d’idées quand le prof demande des rédactions en classe. C’est bien le seul truc qui me plait un peu à l’école, même si j’ai souvent droit à la moitié de mon texte barré et un gros H.S en rouge. Enfin, l’école, je n’y vais plus pour l’instant. Les x-men s’occupent de moi, ils ont des profs cool et du coup je devrais pouvoir valider mon année bientôt. Il faut encore que je pense à ce que je vais faire à la rentrée par contre. J’ai pas la motivation de rester dans le général, même si on m’aide à faire mes devoirs. Trop de mauvais souvenirs. Et puis, je me sens pas capable. Enfin, ce que je voulais dire, c’était que j’ai moins envie d’écrire en ce moment parce que ma vie a totalement changé. J’ai rencontré plein de nouvelles personnes très gentilles. Ils sont plus âgé que moi, alors je suis pas sûr de pouvoir dire que ce sont de vrais amis, mais ça a un côté rassurant aussi. Je sais qu’ils ne vont pas s’amuser à se moquer de moi et ce genre de trucs, vu qu’ils ne risquent pas de me voir comme un rival, ou d’avoir besoin d’affirmer leur place de plus fort dans le groupe. Donc pour l’instant ça me va !
Ah et aussi, une chose vraiment trop trop bien, c’est que l’institut a une grande salle de sport intégrée, des terrains et tout. Il paraît qu’il y a même une salle avec des décors holographiques tellement réalistes qu’ils peuvent te blesser. Mais j’ai pas encore eu le temps de la voir. C’est pour l’entraînement des x-men, ou des futures recrues. Et moi, pour l’instant, je suis juste le petit mutant rescapé au futur encore indécis. Au moins, j’ai repris le sport. D’ailleurs, je vais faire un tour au gymnase, je pense que j’ai assez écrit pour aujourd’hui. En plus, mon stylo est en train de mourir je crois. On me dira que je devrais avoir plus d’un stylo dans ma trousse, mais je ne sais plus ce que j’ai fait des autres. C’est à force de les laisser traîner n’importe où. Bon, salut ! »


Casey essaya de gribouiller sur un papier avec la mine de son stylo mais la couleur restait désespérément pâlichonne. Il haussa les épaules et le jeta finalement dans la corbeille. La vie à l’institut était véritablement reposante après les épreuves qu’il avait traversées. Il n’arrivait toujours pas à croire qu’il vivait dans un château aussi luxueux, avec une chambre rien que pour lui, et presque de la taille de son ancien appartement. C’était complètement fou, un genre de conte de fée moderne même s’il n’y avait pas de princesse ou de prince pour l’accueillir, et qu’on ne lui apprenait pas non plus qu’il était en réalité l’héritier d’un roi. Ceci dit, ça n’était pas impossible puisqu’il ne connaissait pas son père. Mais, de ce qu’il savait de sa mère et de son état à l’époque où il était né, il était très peu probable qu’un homme richissime soit allé se perdre avec une femme si misérable. Il avait bien vu le genre d’amant que sa mère récupérait, ils menaient le même genre d’existence qu’elle, des petits boulots, beaucoup d’alcool et de cigarettes, surtout quand ils ne travaillaient pas et qu’ils restaient assis devant la télé en zappant avec l’espoir toujours renouvelé de tomber sur un programme qui allait changer l’ennui de leur journée. Par contre, son père était peut-être un mutant aussi. Mais s’il ressemblait aux hommes qu’il avait vu avec sa mère pendant son enfance, il n’était pas certain de vouloir le rencontrer. Casey trouvait donc la situation actuelle idéale. Pour la première fois de sa vie, il s’estimait chanceux. Le gène x lui avait causé bien des soucis quand il essayait de sortir la tête de l’eau malgré son placement, mais il songeait que cela avait peut-être valu la peine de souffrir. Ses camarades le méprisaient d’aussi loin qu’il s’en souvenait. Il y aurait eu d’autres épreuves de toute façon et, ici, au moins, il avait trouvé une famille. On aimait lui répéter qu’il appartenait à la grande famille des mutants, et l’idée le comblait de joie.

Si les premières semaines avaient été difficiles, il s’était finalement plutôt bien habitué à son nouvel environnement. Il avait d’abord eu quelques doutes sur les intentions des personnes qui l’accueillaient, en se demandant par réflexe où était le piège derrière tant de générosité. Mais, si les séquelles de ce qu’il avait traversé restaient profondes, il arrivait à les dissimuler. Son envie de considérer tout ce nouveau monde comme réellement gentil était trop forte. Il s’était donc ouvert petit à petit, en combattant contre la mélancolie qui avait fini par s’installer en lui. Le retour du printemps l’avait aussi aidé à rester positif. Quand il se réveillait, il voyait un parc magnifique derrière ses fenêtres. C’était autre chose que la grisaille constante des buildings décrépits qui l’entouraient à Chicago. Comment ne pouvait-il pas s’adapter volontiers à un tel changement de décor ? Il pourrait presque oublier le passé, s’il en avait la possibilité, mais sa mémoire était trop bonne. Apparemment, il gardait deux fois plus de souvenirs que la plupart des gens normaux, et s’il en croyait ses notes en classe, c’étaient les souvenirs liés à ses problèmes qui s’étaient implantés le mieux. Alors, il ne s’en satisfaisait pas vraiment. Mais on ne choisissait pas sa mutation. Il ne pouvait ni voler ni se téléporter mais ça aurait pu être pire. Au moins, il pouvait devenir une brute dans les disciplines qui lui plaisaient grâce à ce don… si seulement la découverte de sa mutation n’avait pas éclipsé tout son travail pour rester au niveau olympique de sa catégorie. C’était sans doute la chose qui le blessait encore le plus. La méchanceté des autres, l’abandon de sa mère, de sa sœur, il pouvait l’accepter. Au fond, il s’était fait une raison depuis longtemps dans son inconscient. Perdre la seule chose en laquelle il avait encore véritablement foi, était plus violent.

C’était un peu étrange de se familiariser avec un nouveau gymnase. Il n’osait s’y rendre seul que depuis quelques jours, et son cœur battait toujours la chamade sans raison lorsqu’il passait la porte. Malgré son agression, et sa radiation des compétitions, il n’avait pas arrêté de s’entraîner jusqu’à ce que la pression devienne trop lourde. On l’avait toléré au début, puis on lui avait fait comprendre qu’il dérangeait. Dès que les gens connaissaient la nature de sa mutation, ils faisaient une grimace écœurée et semblaient gênés de devoir le regarder. De face, il était pourtant comme tous les humains, si on pouvait du moins l’excuser de faire partir de temps à autre ses yeux dans des directions improbables. Plus ils le voyaient s’entraîner dans le complexe sportif, plus les gens semblaient irrités. Il ne voulait pas se laisser intimider, renoncer à ce qu’il aimait, mais l’hostilité grandissante dans un lieu où il pouvait croiser son ex et ceux qui l’avaient envoyé à l’hôpital avait eu raison de lui. Depuis octobre, il était en pause, ce qui correspondait au retour de sa dépression. Reprendre la gymnastique, signifiait beaucoup. C’était l’indice qu’il commençait vraiment à guérir, et même s’il n’avait peut-être plus d’avenir dans le sport, ce moment restait solennel. En plus, on lui avait fourni de nouveaux vêtements, et les tenues de l’institut pour le sport n’avaient rien à voir avec ce justaucorps bariolé ridicule, passé de mode depuis vingt ans au minimum, que sa mère lui avait trouvé dans une friperie. Il se lança doucement en exerçant sa souplesse. Ses six mois de pause n’avaient pas trop affecté l’élasticité de ses muscles. Il se souvenait assez précisément des chorégraphies aussi mais, depuis qu’il s’était remis à l’exercice, Casey tentait d’autres choses. Ici, personne n’était gêné par sa mutation, alors il n’avait pas à éviter à tout prix de faire des mouvements « monstrueux », il pouvait, au contraire, essayer d’innover, inventer de nouvelles figures grâce à l’indépendance de ses membres. Même si cela ne lui vaudrait plus de médailles, il y prenait goût. Posséder une telle liberté de mouvement était vraiment grisant.

_________________

avatar
Casey Nordin

Messages : 106
Date d'inscription : 04/05/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une passion ne se perd pas [Jane]

Message  Jane A. Gallagher le Jeu 14 Mai 2015 - 1:51

Vous savez ce qui est le plus mignon du monde? Est-ce que vous croyez que ce sont des petits chatons qui sont en train de se battre ou encore des mignons petits bébés qui rigolent devant les âneries de leurs parents? Mais non! Ce qui est le plus mignon du monde, ce sont les gamins qui pratiquent leurs sports fétiches avec un amusement et un sérieux incroyable. C’est tout mignon de regarder les gamins faire des petits mouvements de karatés pour impressionner la foule. Cela me fait toujours un grand pincement de cœur de voir ces vidéos. C’est souvent dans les vidéos que je regarde le plus sur Youtube pour remonter mon moral avant un gros entrainement ou un voyage à l’étranger.

2015 sonne cependant comme une année plus tranquille que les autres. Avant on avait toujours de larges missions durant le début de l’année et ainsi que des préparations pour aller sur des territoires étrangers pour aider vers l’été, mais aujourd’hui, on ressent vraiment la différence. On n’est jamais aux chômages dans les X-Men, mais habituellement, notre petite équipe avait toujours des missions à l’étranger durant les dernières années. Bon, la situation politique est vraiment chaude en ce moment, entre la création des Last Sons pour devenir l’un des groupes les plus puissants de la planète, une tension entre les Vengeurs et les autres équipes mondiaux et finalement une consolidation forte entre le Wakanda et la Confrérie pour former plus une protection africaine. Je ne crois pas que cela sonne la fin de notre équipe de génie digne du trio maléfique de Pokémon, mais on doit attendre à une certaine stabilité avant de rentrer de nouveaux dans le jeu international.

De toute façon, selon Summers et Xavier, on doit s’occuper bientôt de quelques dossiers en Asie en coopération avec les Last Sons. Alors ce n’est pas le temps de se laisser à la paresse tout en regardant des vidéos tout mignonnes sur Youtube. Alors vous allez tous vous demander pourquoi dans ma large introduction, j’ai parlé des enfants trognons qui faisaient du sport de la façon la plus mignonne du monde? La réponse est très simple, dès que je rentre dans le gymnase, qui je vois? Qui est le petit blondinet qui s’amuse autant à faire des petites acrobaties? C’est mon petit Casey adoré qui se remet doucement dans cette fameuse activité.

Je connais quelques des infos de sa vie par son petit dossier, mais je ne voulais pas trop en lire pour éviter de rentrer dans ce qu’il est sans le connaître d’avantage. Il a déjà fait plein d’activités gymnastiques pour même gagner quelques prix, mais les autorités de ces concours lui ont enlevé rapidement ses prix à cause de sa mutation. Je ne veux pas comparer sa vie à la tienne, il doit avoir beaucoup plus souffert que moi, ayant toujours vécu dans un milieu familial ouvert, mais je pense juste mon enthousiasme habituel peut bien plus l’aider que se concentrer sur chacun de nos problèmes.

« Ooooohhh… tu es trop trognon, Casey! »

C’est beaucoup un grand cri de kikolol pour le laisser indifférent. Je vais soit paraître comme une folle ou soit come une fille bien trop gentille, mais bon je suis un peu des deux. Je regarde s’il réagit un peu sur ma rentrée spectacle, peut-être qu’il veut avoir un moment de paix pour lui en faisant tout ça. De toute façon, mon but n’était pas de le déranger, je voulais juste faire de l’exercice pour mon cardio.

_________________

« J'ai mangé la pizza de Logan et de Kitty. Pas peur de la mort. »
avatar
Jane A. Gallagher

Messages : 129
Date d'inscription : 01/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une passion ne se perd pas [Jane]

Message  Casey Nordin le Mer 20 Mai 2015 - 18:34

On disait qu’il était impossible de naître sans aucun talent, qu’on finissait toujours pas trouver une voie dans laquelle briller. En tout cas, c’était ce que racontaient la plupart des dessins-animés. Casey s’identifiait souvent à ces héros un peu perdus et rejetés au début des histoires qui finissaient par accomplir de grandes choses grâce à leur don secret, et à leur « cœur pur ». Bon… Avoir un « cœur pur » ne lui avait jamais apporté grand-chose jusqu’à présent, mais son excellence sportive lui laissait entrevoir un avenir un peu plus réjouissant que celui de balayeur de grandes surfaces. S’il ne réussissait pas ses études, il travaillerait dans un an ou deux, et enchaînerait les petits boulots ingrats sans espoirs d’intéresser quelqu’un un jour. Or, la gymnastique ou la danse lui ouvraient tout un monde de gloire. Quand on a l’habitude d’être ignoré ou, pire, méprisé, les compétitions qui se terminent par des applaudissements avaient une importance terrible pour le moral. On y devenait vite accro. Et, sans doute qu’au début, il avait davantage voulu gagner pour recevoir admiration, médailles et bouquet de fleurs que pour se surpasser lui-même. Mais c’était terminé tout ça. Il faudrait se trouver un autre talent, et il ne voyait pas très bien comment ignorer sa mutation pour y arriver. Ce n’était pas un pouvoir que l’on pouvait choisir d’utiliser ou non. Elle était en lui, un peu comme celle de l’homme-poisson qu’il avait croisé un jour dans les couloirs de l’institut. Il ne pouvait pas faire autre chose qu’être un homme-poisson, et le professeur McCoy ne pouvait pas non plus arrêter d’être une grosse peluche bleue. Au final, Casey se demandait s’il n’aurait pas mieux valut qu’il ait une apparence « monstrueuse ». Il aurait été un peu plus compréhensible qu’on l’évite. Là, son seul crime était d’avoir des mouvements non coordonnés. C’était un peu nul de devoir se cacher pour cette raison non ?

Un de ses cerveaux débattait seul sur la question tandis que l’autre se concentrait au maximum sur ses mouvements. Il n’arrivait pas à arrêter de réfléchir à ce problème. Même si ses pensées tournaient en boucle et restaient sans solution, cela le perturbait beaucoup. Il était incapable de dormir pour se changer les idées mais l’activité physique le détendait un peu. Il ne s’agissait pas seulement de passion. Depuis que sa mutation s’était déclenchée, il devait dépenser un maximum d’énergie pour ne pas saturer mentalement. Un jour, il apprendrait peut-être à se canaliser autrement. A l’heure actuelle, il restait un gamin trop vif, perdu par l’étendue des possibles qui s’ouvraient à lui.
Tout à sa concentration, il n’entendit pas une autre personne arriver et son exclamation le prit par surprise à un moment où il tenait sur une jambe. Il fit un bond en arrière et tanga dangereusement avant de reprendre son équilibre en titubant malgré l’attraction du sol. L’intrusion de Jane dans son monde était assez brutale. Il posa une main sur sa poitrine. Ses cœurs accusaient le choc de la surprise.

— Tu m’as fait peur ! Mais… Salut
! – Un grand sourire remplaça très vite sa petite moue de reproche. – Je pensais être seul. Mais pourquoi tu dis que je suis trognon, c’était mauvais ? Tu penses que je ne devrais pas faire ce genre de mouvement ? ça fait plaisir de te voir ! Tu voulais t’entraîner aussi ? ça faisait longtemps que je n’avais plus osé m’y mettre. Et puis, je ne fais jamais ce genre de chorégraphies d’habitude. Les gens me disaient trop que j’étais flippant sans ça. C’était flippant ? Tu vas bien ?

Quand on s’adressait à Casey, il fallait toujours s’attendre à une avalanche de questions dans un ordre plus ou moins logique. Ce n’était pas volontaire, une simple bataille avec ses cerveaux qui, sous le coup de l’excitation, n’arrivaient plus à se mettre d’accord. Parler à une personne qu’il appréciait le rendait toujours très enthousiaste. Il était donc vraiment heureux de tomber sur Jane, une très gentille fille de l’institut qui restait près de lui depuis ses premiers jours. Elle avait une attitude de vraie grande sœur. Elle était attentionnée et lui pardonnait d’être un petit peu maladroit. Jane lui avait un peu parlé de sa famille. Casey l’enviait beaucoup, elle était nombreuse et unie.  Elle avait beaucoup de chance d’avoir grandie dans un milieu comme celui-là et il trouvait touchant qu’elle le lui fasse un peu partager en l’aidant à s’intégrer à l’institut. Si une autre personne l’avait vu s’entraîner, il se serait probablement senti plus gêné. Mais il commençait à développer une véritable relation de confiance avec la jeune fille donc ce n’était pas très grave, au contraire, il était content de pouvoir vivre ce moment avec quelqu’un d’autre.


Dernière édition par Casey Nordin le Mar 2 Juin 2015 - 14:30, édité 1 fois

_________________

avatar
Casey Nordin

Messages : 106
Date d'inscription : 04/05/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une passion ne se perd pas [Jane]

Message  Jane A. Gallagher le Dim 24 Mai 2015 - 0:57

Mais… qu’est-ce que j’ai fais bordel? Pourquoi j’ai dérangé le petit Casey pendant qu’il est en train de faire les plus belles pirouettes de tous les temps? La prochaine, je dois vraiment faire attention pour ne pas déranger le petit blondinet adoré qui fait son sport favori! Mais il est vraiment trop trognon, comment je peux vraiment résister à son charme? En tout cas, je l’ai presque fais tomber, mais soyons sincère, qu’est-ce qu’on désire le plus? Être dans le coin et admirer son attitude trop mignonne silencieusement ou le hurler? Même s’il se blesse dans la chute, il va savoir comment je le trouve vraiment trop mignon. Je crois vraiment que c’est le plus important pour lui et pour moi.

Après avoir respiré un petit moment, il se concentre enfin sur moi. Selon les réactions chimiques de ses deux cerveaux, je lui ai fais très peur. Mais je me souviens ce que le  grand Logan disait avant : La peur c’est culturel… un peu comme le chocolat, la douleur et Barney le dinosaure! Casey doit vraiment apprendre la vie comme un grand, mais je vais lui laisser le temps avant de lui faire des grandes leçons sur la vie.

« Mais je ne voulais pas te faire peur, Casey! Je suis vraiment désolée! »

Les excuses sont faits, après mon petit Casey adoré commence à faire une crise existentielle sur le mot trognon. Il manque beaucoup de cultures encore, mais la grande Jane est toujours là pour lui expliquer la vie! En plus, je le trouve vraiment trop mignon dans ces questionnements. En même temps, il doit retrouver un certain réconfort de pouvoir refaire ce sport sans être juger. Peut-être qu’il est irradié dans les compétitions, mais il peut toujours le faire ici librement sans qu’une personne lui hurle qu’il est un tricheur ou un monstre.

« Mais non! Trognon, cela veut dire mignon! Tu es trop tout mignon quand tu fais tes acrobaties. Je t’admire beaucoup. Même moi, je ne pense pas que je pourrais faire des acrobaties aussi spectaculaires! J’espère que tu vas continuer ça très longtemps, tu as déjà gagné une spectatrice fidèle aujourd’hui! »


C’est à ce moment que je remarque, il pose beaucoup trop de questions. Ce n’est pas vraiment de sa faute, mais je vais quand même essayée de répondre à ses nombreuses interrogations, c’est quand même mon devoir de le faire. Je suis quand même Jane Gallagher, de la famille des Gallagher qui n’ont peut-être pas faits grands choses dans leurs vies, mais vous savez qui possède le nom des Gallagher? Le chanteur d’Oasis! Bon, ce n’est pas une grande vedette, mais je dois quand même avoir une certaine responsabilité avec Casey.

« Mais non Casey, les gens ont souvent de la difficulté de reconnaître le talent quand ils voient le gamin le plus mignon du monde en avoir autant. Ceux qui disent que tes mouvements étaient effrayants, étaient juste jaloux par ton grand talent dans ce domaine. Mais oui, je suis venue m’entrainer, ce n’est pas vraiment le type de tes mouvements, j’essaie surtout d’améliorer mon cardio et faire quelques mouvements pour éviter une douleur par accident durant n’importe quels situations de combats. Je me suis déjà fais mal en donnant un coup pied classique, mais juste par le mouvement et non la personne que j’ai frappée. Tu imagines la honte, hein? »

C’est bizarre de décrire ça quand même et il va peut-être me prendre pour une recrue, mais bon cela arrive des accidents. Je ne suis pas Mason ou Betsy moi. Je pense que j’aide déjà beaucoup le petit Casey de s’adapter à ce milieu. Je sais très bien que plusieurs mutants viennent parfois de coins difficiles et d’autres viennent des coins plus faciles, mais je crois essentiellement que c’est le message et le messager qui comptent. On peut beaucoup souffrir, on peut souvent ressentir une cruauté et une injustice profonde dans plusieurs de nos vies. Je sais que Casey a beaucoup plus souffert que moi avec ma petite crisette d’amourette. Mais au final le plus important, c’est d’offrir le message d’acceptation de l’Institut Xavier quel que soit le vécu de la personne.

« Je vais te laisser continuer tes mouvements, je ne vais pas faire beaucoup de bruits dans mon coin. Sinon si tu es motivé à faire des entrainements avec moi, tu peux me suivre, tu ne me déranges pas du tout. »

_________________

« J'ai mangé la pizza de Logan et de Kitty. Pas peur de la mort. »
avatar
Jane A. Gallagher

Messages : 129
Date d'inscription : 01/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une passion ne se perd pas [Jane]

Message  Casey Nordin le Mar 2 Juin 2015 - 16:50

Il se sentait de plus en plus à l’aise à l’institut et, en même temps, l’attitude des autres mutants vis-à-vis de lui continuait à l’étonner. Depuis l’apparition de sa mutation, il s’était fait à l’idée que personne ne pourrait plus jamais le trouver « mignon ». Sans le sport, il perdait le privilège d’être complimenté sur quoique ce soit. Il était peut-être vraiment mignon, mais quelque chose ne collait pas. Quand il était tout gamin, les mères qui s’extasiaient toujours sur la progéniture des autres à la sortie de l’école se désintéressaient de lui, comme s’il était dangereux de lui trouver de l’intérêt. Avec ses camarades, il rencontrait le même problème, la faute à ses vêtements miteux, au fait qu’on le trouvait un peu idiot, qu’on avait tout simplement décidé d’en faire le rejeté de la classe, puis de l’orphelinat. Seules les filles de la danse étaient parfois gentilles avec lui parce qu’elles pouvaient s’exprimer dans un cadre plus privé, où les fortes têtes de l’école n’avaient pas leur mot à dire. Sa copine s’appelait Jenny. Ça ressemblait un peu à Jane. Elle était souvent encourageante comme Jane d’ailleurs, sincèrement admirative de ses capacités, et toujours prête à lui dire qu’il était un garçon très joli même si les autres étaient assez idiots pour ne pas le remarquer, ou alors juste jaloux. Casey ne savait pas vraiment s’il devait la croire ou non. En fait, il s’en fichait. C’était plutôt son attention qui lui faisait plaisir. Mais, de retour au collège, Jenny lui rappelait toujours qu’ils devaient ressembler à de simples amis. C’était une sorte de jeu assez amusant. Il s’en inquiétait assez peu. Seulement, quand sa mutation avait perturbé l’ordre de ses mouvements, la jeune fille l’avait lâché, et plus personne n’avait osé l’approcher de trop près depuis. A l’institut, tout le monde semblait l’aimer assez pour vouloir le soutenir. Casey ne comprenait pas très bien pourquoi ces gens voulaient tous lui faire plaisir. Si on n’avait pas arrêté de le traiter d’imbécile inutile avant, cela devait avoir un fond de vérité non ? Ils faisaient semblant pour ne pas se vexer, ou finiraient par s’en rendre compte. Même s’il réagissait toujours très positivement à leur gentillesse, Casey restait sur la réserve, un peu comme un chien battu qui redoute toujours le coup quand on lui tend la main pour des caresses. Il hésita donc un instant avant d’approuver les paroles de Jane.

— Merci ! Je vais continuer oui, même si personne ne veut me regarder, c’est un des seuls trucs que je sais vraiment bien faire.

Jane aussi lui disait que les gens étaient simplement jaloux de lui. Mais il n’en savait trop rien. Après tout, il ne pouvait pas leur reprocher d’être dérangés par des gestes humainement impossibles. Il approuva sans conviction.

— Tu sais, même s’ils ont vraiment peur, ce n’est pas grave… Mais c’est peut-être juste parce qu’ils sont incapables de le faire… Je ne leur en veux pas de ne pas aimer que je sois un mutant. Après tout, c’est vrai, ils sont sûrs et certains de ne jamais pouvoir faire la même chose que moi, même en s’entraînant fort ! Mais je me demande parfois si même en s’entraînant fort on peut devenir bon dans toutes les choses qu’on choisit parce que, tu vois, je suis sûr que même si je révisais mes mathématiques pendant des heures, je resterais nul, et même avec deux cerveaux. Je pourrais jamais dépasser Alina, elle était vraiment trop forte, la meilleure de ma classe tu sais. Mais enfin, tu ne la connais pas, vu que tu n’étais pas dans ma classe, mais je… enfin pardon…

Son deuxième hémisphère lui rappelait que Jane avait dit autre chose après lui avoir parlé de la jalousie des gens. Elle voulait aussi s’entraîner. Sans transition, il se rattrapa aussitôt en pouffant de rire avec un petit temps de décalage :

— La honte je ne sais pas, parce que si tu te fais mal au combat avant de toucher ton adversaire, je pense que tu serais plutôt en danger. Ça a l’air drôle comme ça, mais ça ne le serait pas du tout. Alors tu as raison de t’entraîner ! Tout le monde a l’air d’apprendre à se battre ici. Je vais devoir apprendre à me battre aussi ? Je n’ai jamais frappé quelqu’un, j’ai l’impression que je serais trop faible pour ça. Ceci dit, j'ai trois cœurs alors je suppose que j'ai un bon cardio au moins, je m'essouffle assez peu. On vous attaque souvent ? ça m’arrivait desfois, mais je préfère courir vite quand je peux. Je veux bien m’entraîner avec toi, si tu penses que ça peut m’être utile, si ça ne te dérangerait pas !

Casey ne se voyait pas du tout comme un combattant mais l’idée d’apprendre quelque chose de nouveau avec une bonne amie l’enchantait. Il n’avait pas encore très bien réfléchi à son avenir chez les x-men, mais ils étaient si bons avec lui qu’il ne voulait surtout pas être un fardeau pour eux. S’il devait apprendre à se battre pour leur prouver sa bonne volonté, il était prêt à essayer !

_________________

avatar
Casey Nordin

Messages : 106
Date d'inscription : 04/05/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une passion ne se perd pas [Jane]

Message  Jane A. Gallagher le Jeu 4 Juin 2015 - 16:56

Peut-être que je fais beaucoup trop dans les normes kikous pour rassurer, mais je suis loin d’être une experte dans ce domaine. Je ne veux absolument pas rentrer dans la caricature par mes paroles, mais on dirait que je dois encore me pratiquer dans ce domaine. Je me suis bien pratiquée sur plusieurs gamins quand ils sont arrivés à l’Institut, mais ils viennent des milieux tous très diversifiés avec une spécification entre chaque. J’ai connu des jeunes ayant des difficultés d’intégration, surtout par méconnaissance de la mutation de leurs parents ou de leurs amis. Habituellement, c’est bien plus facile de vivre avec la mutation en Occident, malgré qu’il reste toujours des milieux qui rejettent beaucoup les mutants. Mais depuis la reconnaissance des mutants dans les années 90, il a quand même eu une large amélioration des droits mutants.

Je trouve cela vraiment dommage que mon petit Casey n’a pas eu cette chance, mais  au moins il peut ravoir cette  chance pour la suite de sa vie. Peut-être qu’un jour, je vais lui faire rencontrer ma famille pour voir que tous n’étaient pas aussi hostiles envers les mutations ou ces magnifiques mouvements. Il me laisse des commentaires encore sur ces grands mouvements et sur ce qu’il aime faire.

« Je suis sûr qu’avec le temps, les gens vont venir te voir à l’Institut et sans être gêner par ce que tu fais. Et ne te sous-estime pas Casey, je suis aussi dans la certitude que tu es doué dans plein d’autres domaines. Il te faut juste du temps pour les développer comme les autres êtres humains. »

Après il recommence à faire une crise existentielle que c’est totalement normal d’être parfois jaloux de ces grands mouvements sportifs car les autres ne pourraient pratiquement rien faire même en vingt ans de pratique. Il me parle de son amie, mais son cerveau lui rappelle rapidement que je n’étais pas dans sa vie avant.

« Le plus important Casey, c’est que tu sois bon dans plusieurs domaines  que tu aimes et je crois vraiment que si tu veux être bon en mathématique, tu peux y arriver. Il faut juste mettre les efforts et la motivation dans ce domaine. Je n’aime pas non plus les mathématiques, mais quand j’ai fais mes études de base, je me suis forcée pour comprendre tous les bordels mathématiques. Il faut juste mettre l’un de tes gros cerveaux sur le domaine et je suis sûr que tu vas être capable de faire des merveilles. »

Les grosses leçons morales de la grande Jane sont toujours en fonction. Ce n’est peut-être pas les meilleurs dires pour Casey, mais bon je crois vraiment à ces valeurs. En plus, il doit reprendre son processus scolaire, alors il doit être bien prêt à affronter les méchants chiffres des mathématiques. Il commence après à faire des nombreux commentaires sur ma blessure à cause d’un faux mouvement, mais à ces questions, je m’aperçois rapidement l’influence néfaste de notre groupe sur le petit gamin blond.

L’Institut Xavier était surtout un milieu protégé dans des buts pacifiques et non réellement dans le concept de combat. Certains étudiants étaient sélectionnés pour les pré-tests physiques et mentaux pour rentrer partiellement dans les X-Men avec un large entrainement intensif que les militaires de plusieurs pays pourraient jalouser. Il est dans la certitude que les X-Men ont beaucoup plus de techniques autour du combat que des étudiants normaux de l’Institut Xavier, mais on fait surtout ça pour amener la paix. Enfin, je l’espère. Le Monde et les Gouvernements restent quand même un large défi pour les mutants de chaque région.

« Ah non! Je t’explique : L’Institut Xavier a un concept important qui est la paix et la cohabitation entre les êtres humains et les mutants. Cette école a surtout le but de comprendre le mieux tes pouvoirs et te donner une chance de réussir ta scolarité sans se faire déranger par des méchants étudiants qui pourraient te juger. Ceux qui savent se battre, ont fait le choix d’aller vers un autre chemin. Il existe environ 400-500 étudiants, et il doit avoir juste une vingtaine d’étudiants dans toute l’école qui participe aux activités des X-Men.

Tu n’es pas obligé de te battre, tu peux essayer de nous aider avec de l’humanitaire, mais se battre pour les X-Men est toujours une option qu’on repousse au dernier recours, mais quand on est en mission contre des ennemis dangereux, parfois on n’a pas le choix. Alors tu n’es pas obligé de te battre Casey, c’est juste mes amis et moi, on a choisit ce travail pour le futur. C’est pour cette raison qu’on s’entraine autant. »


Je ne veux pas le motiver à faire des entrainements obligatoires autour des X-Men ou même à le devenir, c’est surtout à lui de faire ces choix pour sa future carrière. Il a quand même deux cerveaux, il pourrait devenir le premier président avec deux cerveaux, cela va être assez unique, mais surtout une nouvelle phase pour la politique internationale : Georges W. Bush avait quand même zéro cerveau quand il a été élu président. Je commence à me diriger vers les machines et les poids à lever pour voir si le petit Casey va me suivre ou partir encore dans ses grands monologues existentiels.

_________________

« J'ai mangé la pizza de Logan et de Kitty. Pas peur de la mort. »
avatar
Jane A. Gallagher

Messages : 129
Date d'inscription : 01/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une passion ne se perd pas [Jane]

Message  Casey Nordin le Mer 10 Juin 2015 - 15:26

Jane lui disait vraiment beaucoup de choses gentilles et encourageantes. Il s'en voulait un peu de ne pas réussir à y croire à 100 %, parce que ça semblait important pour elle, de lui donner des pensées plus positives. Pour lui, ça n'était pas si grave. Il avait trop l'habitude de se voir en-dessous des autres pour imaginer que les choses puissent être différentes. Jusqu'à présent, c'était même ainsi que sa personnalité s'était construite, dans un monde où il n'était jamais assez bien pour son entourage, à laisser les enfants se moquer de sa mère, de ses réponses stupides en classe. Depuis son arrivée à l'institut, les gens avaient l'air de croire qu'il attendait des compliments, ou d'être rassuré. Mais Casey se concentrait sur le négatif. La psychologue lui disait souvent qu'il devait d'abord voir ses qualités. Bien sûr, il était heureux d'avoir remporté des médailles, attiré l'attention de professeurs de sport, et il s'était senti un peu plus fort face aux critiques de ses camarades d'école en pensant qu'il n'était pas si nul, puisqu'il avait une petite copine. Seulement, il n'arrivait pas à en tirer un réel orgueil. Ce n'étaient que des éléments positifs dans une vie négative, donc, des choses assez neutres mathématiquement. Jane voulait le motiver. Quand on aime pas une chose, il faut se forcer malgré tout. Elle avait raison là-dessus. Il n'avait peut-être pas de don en mathématiques ou dans d'autres matières qui demandaient une grosse réflexion, mais on disait toujours que les programmes étaient normalement faits de sorte à ce que même une intelligence moyenne puisse suivre un minimum. Les gens étaient souvent impressionnés par toutes les capacités mémorielles que sa mutation lui donnait, mais il ne trouvait pas que cela améliorait pour autant sa compréhension des choses, ou alors pas d'une manière assez convaincante pour lui être signifiante. Il n'avait pas du tout envie de paraître trop défaitiste, alors, il approuva doucement en promettant à Jane de faire des efforts.

– Des merveilles, je ne pense pas quand même. C'est vrai que je peux retenir beaucoup de choses mais après, je ne sais jamais ce que je suis censé en faire tu vois. C'est… un manque de logique peut-être. Mais je ferai des efforts, j'aimerais vraiment avoir mon année ! Tu sais, je devrais être au lycée dans quelques mois, je ne veux pas rester au niveau collège plus de deux ans encore, je vois bien que c'est gênant, après les gens de mon âge, ils pensent que je suis trop bête pour eux.

En théorie, on lui validerait son année parce qu'il n'était pas raisonnable de laisser un enfant en décrochage scolaire trop longtemps, avec le décalage d'âge et de maturité que cela impliquait. Casey n'avait pas spécialement été gêné de redoubler une première fois parce qu'il trouvait plus rassurant d'être entouré de personnes un peu plus jeunes que lui, surtout qu'il avait toujours fait plus jeune. Mais la deuxième fois lui avait été amère, parce qu'il la devait surtout à son absentéisme. Du coup, il était plus motivé à l'idée de suivre des cours dans un établissement spécialisé, avec peut-être d'autres adolescents de son âge qui comprendraient les raisons de son retard, que dans un cursus normal où il ne serait jamais rien d'autre que l'idiot de redoublant. Il était possible d'être un redoublant cool, mais Casey savait qu'il ne serait jamais de ceux qu'on aimait avoir pour ami parce qu'ils avaient une attitude de délinquant et une vie extérieure absolument fascinante quand on découvrait tout juste la vie.

Après, et pour une raison qu'il ne comprenait pas très bien, il avait inquiété Jane en lui demandant s'il était obligé d'apprendre à se battre aussi. La jeune femme s'était empressée de lui assurer que non, ce n'était pas un passage imposé. Cela le rassurait un petit peu. Il ne se voyait pas commencer maintenant des entraînements militaires et aller combattre des monstres. Il avait déjà vu des combats de super-héros aux informations, et ils avaient des adversaires vraiment trop effrayants pour lui. Il était ici depuis peu, alors il n'avait pas eu le temps de connaître beaucoup d'étudiants. Ceux qui s'occupaient le plus de lui, et qu'il prenait donc pour modèles, semblaient faire partie de l'exception à laquelle appartenait aussi Jane. Il avait beaucoup d'admiration pour eux. Ils ne lui semblaient pas du genre bagarreur, mais comme le disait son amie, aider les gens impliquait de savoir les défendre. Du coup, être capable de réagir à une attaque, même quand on ne voulait pas se battre, était indispensable. Jane parlait d'un travail. Lui, il n'avait pas la moindre idée de ce que serait son travail s'il devait arrêter le sport. Il la suivit tranquillement et attrapa un poids, pour l'imiter. Il n'essaya pas de prendre plus petit qu'elle. En réalité, il possédait une musculature déjà assez bien formée, mais il l'utilisait plus pour marcher sur les mains ou s'accrocher à des anneaux que pour exercer sa force sur quelqu'un d'autre. Les gens qui voulaient se battre l'intimidaient trop, il s'imaginait toujours plus faible qu'eux.

– Je ne savais pas que ça pouvait vraiment être un travail ! C'est cool, j'ai beaucoup d'admiration pour vous d'accepter de vous mettre en danger comme ça pour les autres. Mais si je vous aidais et que je ne pouvais rien faire quand un ennemi vous met en danger, ça serait terrible aussi. Mais je ne sais pas si j'ai une mutation tellement intéressante pour défendre les autres. Comme ça, on pourrait se dire que je devrais être un intellectuel, mais je ne me vois pas non plus assister le professeur McCoy. En fait, je ne sais vraiment pas ce que je voudrais faire… Je pensais vraiment à une carrière dans le sport… Tu me diras, peut-être que dans les spectacles un peu bizarres, on pourrait trouver ce que je fais intéressant mais enfin… C'est pas vraiment une réponse qu'on peut donner à un conseiller d'orientation, « je veux essayer d'intégrer des spectacles bizarres ». Ils préfèrent qu'on leur dise des choses plus sérieuse, avec des vraies formations à suivre.

Même s'il avait repris l'entraînement, continuer à parler en réfléchissant à ses possibilités d'avenir ne semblait pas lui poser le moindre problème. C'était l'avantage et l'inconvénient de sa mutation aussi, sa capacité à ne pas perdre son souffle quand il était censé l'économiser au mieux.


Dernière édition par Casey Nordin le Lun 22 Juin 2015 - 14:24, édité 1 fois

_________________

avatar
Casey Nordin

Messages : 106
Date d'inscription : 04/05/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une passion ne se perd pas [Jane]

Message  Jane A. Gallagher le Ven 12 Juin 2015 - 1:15

Ouais, je dis vraiment des choses trop gentilles et sympathiques pour presque tout le monde. Même si je ne le pense pas vraiment, je fais toujours de mon maximum pour être toujours la plus positive du monde devant les autres. Par exemple, la coupe de cheveux de Mason, je ne vais jamais accrocher à ce style rebelle, mais je vais toujours lui faire des merveilleux compliments sur son attitude ou encore sur ses cheveux. Pour Casey, c’est bien différent, je crois vraiment qu’il a beaucoup de talents, mais son plus gros problème est surtout de se sous-estimer trop souvent. Je trouve vraiment que c’est un gamin qui doit se faire connaitre dans ce monde, mais il s’est retrouvé dans de mauvaises bases et surtout dans une certaine cruauté qui touche encore quelques mutants aux États-Unis. Alors, il est naturel que je veuille le voir encore réussir des merveilleuses épreuves, qu’il soit capable de se propulser bien plus loin que juste dans un état où qu’il ne se voit pas vraiment comme les autres.

Alors après quand il me parle. Je suis totalement confuse, tous les systèmes scolaires sont très différents entre chaque État, alors je ne peux pas vraiment le comprendre pour le moment. En plus, il le dit pendant que je commence à installer quelques poids sur l’arsenal d’entrainement pour commencer à chauffer quelques de mes muscles. Je me concentre surtout sur les bras pour le moment, alors j’ai quand même le temps de penser qu’est-ce que je pourrais lui dire à son grand charabia que je ne comprenais pratiquement rien à ce foutu système scolaire bizarre des États-Unis.

« Le plus important Casey, c’est que tu sois capable de te développer et de trouver ta voie sans te faire déranger par les autres. Les autres peuvent être jaloux de toi ou encore de tes capacités, mais tu dois vraiment gagner de l’assurance. Les notes, le travail ou encore les autres étudiants sont juste des défis que tous doivent traverser. Mais tu peux toujours compter sur l’Institut Xavier, sur les X-Gardiens ou sur moi pour t’aider.

Je crois que j’ai répond n’importe quoi, mais peut-être qu’il va lâcher prise sur son retard ou sur ses doutes de passer son année. Je commence quelques exercices primaires en essayant parfois de me concentrer sur le gamin blondinet. C’est la première fois que je remarque qu’il parle beaucoup, mais bon je peux le comprendre. J’étais aussi hyperactive durant mon enfance, on me donnait du ritalin pour que je me calme un peu et je crois que j’ai toujours gardé cette capacité de parler plus rapidement que l’ombre. Alors après, il va sur un sujet bien plus facile à comprendre et à discuter! Les magnifiques X-Men avec des lunettes de soleil!

Il est normal que je ne veuille pas le faire paniquer autour des X-Men. Peu d’étudiants connaissaient vraiment le lien entre les X-Men et l’Institut Xavier, mais dans cette école, je crois que la plus grande importance est surtout de réhabiliter des jeunes en détresse, mais aussi de leur offrir une famille qu’ils ne risquent de jamais avoir. Honnêtement, je peux bien penser à faire une vie normale comme les autres, mais je suis beaucoup trop attachée aux X-Men et aux X-Gardiens pour penser à me chercher un mari ennuyant et avoir des enfants énervants.

En plus, je me suis attachée à beaucoup de mes professeurs que je vois pratiquement comme mes paternels. J’aime encore beaucoup ma famille de St-Louis, mais c’est vraiment différent dans ce milieu. Pendant cette réflexion, Casey commence à me faire un grand tour des carrières qu’il avait en tête pour le moment.

« Tu es encore jeune Casey. Tu as encore plusieurs années avant de choisir ce que tu veux faire plus tard. Il faut juste penser à ce que tu préfères. Tu sais, tu pourrais devenir professeur de sport ici ou même dans une école normale. Tu n’es pas obligé d’être une grande vedette sportive pour avoir une grande reconnaissance. Moi je reconnais que tu as un grand talent dans ce domaine, et je crois vraiment que tu peux percer n’importe où. C’est surtout à toi de voir ce que tu veux faire. Et ne pense pas à ta carrière trop rapidement, tu as encore une tonne de choses à faire avant d’aller vers une spécialisation. Le plus important Casey, c’est continuer tes études et faire ce que tu aimes. »

Encore des réponses qui peuvent sonner caricaturaux, mais j’ai un peu de mal de changer la discussion ou de la rendre plus unique. Il pense beaucoup trop au long terme avant de penser à ce qui peut lui redonner un gros sourire ici. Alors, je m’attaque à ce que les jeunes aiment habituellement et je vais m’adapter à la réponse du gros Casey. Je lui pose ainsi la question fatale tout en continuant, surtout à me concentrer de lever le poids de mon bras gauche.

« Casey, tu suis une série en particulier? Pokémon? Power Rangers? Dragon Ball? Naruto? »[/i]

_________________

« J'ai mangé la pizza de Logan et de Kitty. Pas peur de la mort. »
avatar
Jane A. Gallagher

Messages : 129
Date d'inscription : 01/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une passion ne se perd pas [Jane]

Message  Casey Nordin le Lun 22 Juin 2015 - 16:43

Jane lui répétait des discours gentils. Elle n'était pas la première à lui dire tout cela, qu'il devait ignorer les cruautés des autres, penser à lui avant tout, etc. Mais, aujourd'hui, il savait qu'il pouvait hocher la tête avec un peu d'espoir pour l'avenir. Avant, les adultes qui voulaient l'aider et le forçaient à aller en classe, à travailler, avec ce genre de paroles l'enfonçaient plus qu'ils ne le rassuraient. Ce n'était pas leur faute, il ne leur en voulait pas, ils disaient juste une chose vraie, mais impossible à appliquer. Casey ne voyait pas très bien comment faire pour ignorer les autres, réussir à se sentir bien, quand on se faisait exclure de tous les groupes et critiquer en toutes occasions. Il avait fait de son mieux pour prendre sur lui, comme on le lui conseillait parce que « il ne pourrait pas changer le comportement des autres », mais il lui semblait difficile de trouver un tel monde motivant. Puisque personne ne semblait capable de l'aider, il avait plus ou moins décidé qu'il appartenait à une catégorie d'être humains condamnés à vivre en se creusant un tout petit espace pour se faire oublier. Au fond, les mots de Jane n'étaient pas moins creux que ceux des assistants sociaux impuissants. Ils sonnaient juste plus réalistes parce que, comme elle le disait, il avait un groupe solide sur lequel compter, et non quelques amis qui pourraient lui tourner le dos sans raison apparente du jour au lendemain.

Il se posait déjà peut-être un peu trop de questions sur son avenir, seulement, il en avait une appréhension réelle. Il avait vu sa mère perdre tous ses emplois et, comme on mettait toujours son incompétence en avant dans les milieux scolaires, il avait le sentiment que, sans grand talent, on ne voudrait jamais de lui nulle part, même pour faire tourner une caisse de supérette. Cela l'inquiétait beaucoup, d'une parce qu'il aurait aimé faire quelque chose d'un peu plus fascinant que chercher des petits boulots faute de compétences, et de deux, parce que sans orphelinat ou institut Xavier, il était assuré d'être à la rue sans aucuns revenus. Avec le sport, il pouvait espérer obtenir une bourse. Mais pour le reste, même s'il voulait se lancer dans autre chose, aucun professionnel ou politique n'estimerait sa candidature plus indispensable que celle d'un autre pour lui apporter un soutien financier. Il avait beau être jeune et plus apte à dire n'importe quoi qu'à réfléchir sur des questions sérieuses, Casey connaissait très bien sa situation. Il avait vu ce que devenaient les adolescents rejetés comme lui dès qu'ils décrochaient du secondaire et il ne voulait surtout pas que ça lui arrive. Pour l'instant, il avait encore besoin d'être rassuré sur le fait que l'institut n'allait pas lui demander de partir du jour au lendemain. Jane lui donna quelques suggestions intéressantes, comme le fait d'enseigner le sport à des mutants. Pour les humains, il était un peu moins certain, mais s'il apprenait à avoir des gestes « normaux », peut-être. Après tout, les professeurs dans les écoles ne faisaient jamais de mouvements très complexes, ils se contentaient de donner des ordres, exigeaient parfois à leurs élèves pas du tout entraînés de faire des figures de gymnastique assez complexes qu'ils n'avaient probablement jamais été capables d’exécuter eux-même, surtout quand ils avaient un ventre tout pendant et flasque. Mais Jane lui disait aussi d'attendre un peu avant d'y réfléchir. Il avait pour l'instant très peur d'être obligé de continuer ses études, et il lui semblait donc urgent, pour se tranquilliser, d'avoir une solution de secours qui lui permettrait de ne pas suivre un cursus trop compliqué. Cependant, la jeune femme avait raison, il avait tellement échoué ses dernières années que, malgré son âge, sa décision ne viendrait pas avant presque deux ans.

– C'est vrai, c'est un peu trop récent pour faire un choix. Puis même si je voulais le faire, ça serait impossible, je n'ai pas assez regardé les autres possibilités. Prof de sport c'est vrai que ça pourrait être une idée, après je ne sais pas si j'aimerais tellement donner des ordres. Je suis quand même pas si certain de pouvoir percer n'importe où mais oui, j'y réfléchirai plus tard ! Il paraît que ça peut venir d'un coup ce genre de choses. J'espère que c'est vrai. Je n'aimerais pas prendre quelque chose au hasard et détester au bout de quelques mois ! Et toi, comment tu as su ce que tu voulais faire ?

Bah oui, parce que plutôt que dire des choses toutes faites, elle avait peut-être une expérience plus concrète à lui faire partager ! En tout cas, Casey aimait entendre les histoires des autres, cela le rassurait sur le fait qu'il était possible de faire un parcours plus enthousiasmant que le sien. En revanche, il était moyennement motivé quand il s'agissait de parler en détails de sa vie à lui. Quand Jane lui demanda quelle était sa série préférée, il fut un peu surpris, et interrompit ses exercices avec ses poids un instant. Cela pourrait paraître étrange, mais il avait eu assez peu d'occasions de regarder la télévision, et encore moins de choisir son programme. Il aimait certaines séries plus que d'autres, mais il n'en avait jamais suivie d'assez près pour savoir si ça lui plaisait vraiment. Et puis, Jane lui posait des questions sur des programmes assez enfants. Avait-il l'air si jeune pour qu'elle ne l'interroge que sur des dessins-animés ? Il aimait les dessins-animés, c'était vrai, mais il était aussi capable de voir des choses plus « adultes ». Cependant, il préféra ne rien dire pour ne pas la gêner et répondre à tout d'un coup :

– J'aimais bien Pokémon quand j'étais plus jeune, mais c'est un peu toujours pareil à force. Je ne regardais pas Power Rangers parce que je n'aimais pas que ça ne soit pas un dessin-animé, puis je suis trop grand pour ça non plus et les dessins de Dragon Ball ne sont pas jolis, ils font trop vieux. Naruto, c'est une série qui se suit, et je ne pouvais pas regarder la télé comme je voulais à la maison. Ma mère me disait toujours que je n'avais pas besoin de suivre mes « programmes à la con » pour mettre ses séries, des choses qui se passaient dans des hôpitaux ou avec des policiers. Mais je n'aimais pas trop, c'était souvent trop triste. Quand j'étais au foyer, je ne pouvais pas choisir non plus parce que la télé était à tout le monde. Tu as des séries préférées toi ?

Casey serait ravi d'être conseillé, même s'il préférait encore plus la musique. Comme il ne pouvait pas vraiment regarder la télé chez lui, et qu'il fuyait souvent les disputes bruyantes de sa mère avec ses compagnons, il avait trouvé assez tôt refuge dans la musique en écoutant tous les vieux albums de sa mère. Comme elle n'en avait pas beaucoup, il en avait vite fait le tour, et tous appartenaient à des artistes populaires des années 80 et 90 qui n'avaient pas une grande réputation aujourd'hui, à part des incontournables comme Madonna ou Michaël Jackson. Sa mère n'avait pas des goûts très définis en musique. Elle mettait la radio, même quand elle recevait des gens. Plus jeune, elle avait visiblement essayé de se trouver des idoles selon ceux qui faisaient des tubes dans les médias, mais ça n'avait jamais beaucoup duré. Il aimait écouter des paroles un peu tristes, ou des choses plus entraînantes qui l'aidaient à faire ses exercices de gym. Là s'arrêtaient ses goûts. Quand on l'avait placé en centre d'accueil, il avait pris l'habitude d'aller chez un tout petit disquaire pour prendre des albums à 1$. Il choisissait surtout à partir des pochettes ou, quand il le pouvait, à partir des listes de choses qu'on lui faisait écouter à la gym ou à la danse. En général, il préférait ces musiques à celles de la radio, elles avaient un quelque chose de plus « profond », de plus touchant, dans leur ambiance, même la musique classique que tous ses camarades de classe semblaient trouver atroce. A force, il avait sympathisé avec le disquaire qui s'était intéressé à ses goûts pour essayer de l'orienter, en lui disant toujours qu'il devait « bosser son histoire du rock ». Même s'il n'avait pas beaucoup de clients, il avait fini par lui offrir régulièrement des choses qui valaient plus de 1$. Mais Casey ne les gardait jamais. Il les écoutait jusqu'à bien s'en imprégner, puis il les rendait. Cet homme était vraiment très sympa ! Il avait fini par lui offrir un petit lecteur mp3 pour son anniversaire. Il lui manquait un peu maintenant qu'il y pensait.

– Mais si tu veux, ajouta-t-il, on peut s'entraîner en musique ! Je peux brancher mon lecteur sur la chaîne de la salle, il y a des musiques que tu aimes ?

Il ne voulait pas non plus passer pour un pauvre adolescent sans la moindre référence. Ça lui faisait plaisir que Jane s'intéresse à ses passions, et puis ça serait un peu plus joyeux de s'entraîner en chansons.


Dernière édition par Casey Nordin le Lun 6 Juil 2015 - 14:57, édité 1 fois

_________________

avatar
Casey Nordin

Messages : 106
Date d'inscription : 04/05/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une passion ne se perd pas [Jane]

Message  Jane A. Gallagher le Mer 24 Juin 2015 - 0:50

C’est l’une de ses raisons pourquoi je ne suis pas experte dans le domaine du social, je peux faire mon maximum avec les discours les plus motivants, les autocollants scolaires et encore plus, mais mon discours sonne creux. C’est très difficile d’imaginer tout ce que mon petit Casey avait vécu, très pris par des idées noires, mais c’est l’un des seuls discours que je pouvais vraiment avoir avec lui. Je peux bien faire mon maximum pour qu’il se sente plus à l’aise, mais essayer de le convaincre que le Monde n’est pas juste la misère ou encore le rejet, c’était quand même un autre défi. Je crois beaucoup à ce Monde, à son progrès et à l’intégration, mais quand on est noyé dans des évènements négatifs, c’est toujours plus difficile de le croire. Je crois vraiment que Casey s’inquiète pour des problèmes qu’il ne devrait pas penser en ce moment. Ce n’est pas vraiment normal de penser au salaire et de vivre dans  une maison quand tu as juste quatorze ans. Ce n’est pas vraiment le temps de penser à ses problèmes et je crois vraiment que l’Institut Xavier offre un autre support qui ne risque jamais de le laisser démuni dans la rue.

Je crois même que la concrétisation du travail que les jeunes veulent faire, se concrétisent bien plus vers la mi-vingtaine que vers l’âge de dix-huit ans. Cela dépend bien sûr de tous les gens, mais encore une fois, quand Casey va être plus âgé, il va toujours pouvoir choisir avec des conseillers incroyables de l’Institut Xavier. Je ne veux pas du tout le conseiller de devenir X-Man, je ne le vois même pas dans ce portrait honnêtement. Il va bien choisir sa carrière, mais aujourd’hui, ce n’est pas vraiment le temps. Il doit s’amuser, retrouver une petite confiance ou essayer de se rapprocher autour de quelques étudiants. Il me donne un peu raison sur le point qu’il a toujours le temps de s’ouvrir plusieurs portes à place de penser directement à une spécialisation. Après un petit tour des horizons, il me retourne doucement la question du pourquoi j’ai décidé cette carrière.

« Je ne sais pas vraiment Casey. Avec une petite réflexion sur le moment, on dirait plus que je me suis laissé emporter par la vague que le choisir moi-même. Quand j’avais à peu près ton âge, j’avais beaucoup d’amis. Francis était un ami depuis qu’on était arrivé à l’Institut et j’étais devenue aussi amie avec Orenda. Quand les professeurs sont venus nous recruter pour faire parti des X-Men, ils ne me visaient pas vraiment pour les pré-tests. Je n’étais pas trop la fille qui faisait du sport ou qui était une grande experte dans le domaine du combat, j’étais surtout la fille qui suivait ses amis d’enfances.

Puis quand mon copain à St. Louis a décidé de me laisser, je n’avais plus vraiment la motivation d’aller vers les domaines de la politique ou de la sociologie comme je désirais. J’étais un peu désabusé et je me cherchais vraiment, alors Orenda et Francis étaient toujours là pour moi. J’ai échoué les premiers pré-tests au début. Après, j’ai commencé à me faire amis avec Elizabeth et Valerie pour me donner une nouvelle forme physique, j’ai repris les pré-tests et je les ai réussi à ce moment.

J’aime beaucoup ce que je fais, non parce que c’est mon domaine de prédilection, mais  bien parce que c’est le domaine où je me suis trouvée une véritable famille. Les professeurs, tant que mon équipe ou les autres étudiants, ils ont toujours cru en moi. Tu sais Casey, les professeurs normaux ne donnent pas vraiment d’ordres, ils donnent des conseils et ils apprennent de leurs étudiants. Les meilleurs professeurs ont toujours pensé que je pouvais le faire et je pense que j’ai réalisé ce que je voulais faire. Défendre un  idéal, mais aussi mes amis. »


Quelques éléments me font assez souffrir dans ce que je lui dis, mais je pense qu’il faut être le plus sincère possible pour qu’il comprenne un peu mon vécu et mon chemin. Je suis bien consciente que me séparer de mon ex doit être minime de ce qu’il a vécu, peut-être que c’est même égoïste d’en parler, mais je pense que cela peut lui donner une autre image du travail que je fais. Je ne suis pas la plus parfaite des X-Men, je ne suis pas la plus martiale, ni la plus forte ou encore le plus grand stratège, mais je fais ce travail parce que je me sens à l’aise avec les gens avec qui je donne ma vie. Je continue quelques de mes exercices après mon grand monologue sur les X-Men pour écouter la suite du gamin.

Au moins, on arrive sur le sujet des séries pour gamins. C’est peut-être enfantin, mais je me sens plus à l’aise avec ce sujet que parler de carrière ou encore de vie plus intime. Mais Casey fait quand même quelques commentaires sur sa vie avec une mère qui semble être complètement épouvantable pour éduquer un enfant.

« J’aimais beaucoup Dragon Ball Z quand j’étais jeune, j’ai toujours rêvé d’avoir un détecteur de forces pour savoir qui je pouvais combattre. Aujourd’hui, j’aime beaucoup les séries qui passent à Carton Network ou encore Bob l’Éponge de temps en temps. J’aime toujours bien Adventures Times et Regular Show. Si tu veux, je peux te les faire regarder. C’est toujours aussi amusant et absurde. »

Pour la partie musique, je vous préviens d’emblée. Fuyez pour vos vies le plus rapidement possibles. Mes gouts musicaux se définissent souvent par mon époque et mes amis, j’écoute toujours autant Blink 182 ou encore Sum 41, malgré que cela fait toujours très faux punk de service. Après je rentre dans une moule plus traditionnelle de la musique. Je suis très loin des gouts musicaux de Casey, je rentre plus dans la génération Coldplay, Muse, Imagine Dragons, My Chemical Romance, Of Monster And Men, Arcade Fire ou encore Snow Patrol.

« Oui, cela pourrait être vraiment cool et mettre un peu de beat dans ce gros local trop silencieux. Je te laisse choisir la musique, je suis sûr que tu as de la musique trop rythmé pour nos petits entrainements. »

_________________

« J'ai mangé la pizza de Logan et de Kitty. Pas peur de la mort. »
avatar
Jane A. Gallagher

Messages : 129
Date d'inscription : 01/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum