Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Message  Helena Boldarev le Sam 2 Jan 2016 - 0:15


Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches

« Il était vrai que je ne faisais pas vraiment d’efforts pour créer des liens. Ce n’était pas vraiment une question de dépréciation chez les autres étudiants, mais bien parce que je ne voyais pas vraiment l’intérêt. Mes liens étaient précieux avec les X-Gardiens, Mirko ou autres, et malgré que je ne le démontre pas le plus, je pouvais toujours embarquer dans leurs délires des plus complets. Je pouvais être amie avec plusieurs autres X-Men, Kitty et Kurt ne m’effrayaient pas. Ils étaient peut-être bizarres, mais avec l’enseignement de l’Institut Xavier, ils faisaient toujours preuves d’une grande ouverture pour comprendre l’autre quel que soit ces origines.

Jane avait raison, mon lien avec Betsy était assez différent des autres. Dès ma jeunesse, je m’étais beaucoup attachée à la fameuse professeure ninja de l’Institut Xavier. Bien qu’elle puisse porter un rôle de mentor aujourd’hui, je l’avais connue sur une autre période plus sombre dans sa vie. On ne pouvait pas passer sa barrière aussi rapidement que les autres dans le passé. Elle était souvent difficile d’approche, mais il fallait vraiment prendre un temps d’adaptation pour mieux la connaitre et surtout pour mieux l’apprécier. C’était aujourd’hui vrai qu’on pouvait rentrer rarement dans son cercle social, mais quand il était possible de rentrer dans ce cercle, on pouvait vraiment découvrir une femme formidable.

Aujourd’hui, peut-être que je suivais un modèle similaire. Je ne m’en rendais pas vraiment compte, mais mon cercle social se concentrait souvent uniquement par des liens avec les X-Men. Betsy avait peut-être des forts liens avec sa propre famille, mais j’avais vraiment décidé que ma famille se définissait par les X-Men et non par mon sang. Jane était toujours aussi étrange, mais par son petit discours, elle restait dans la même innocence que dans sa jeunesse. Je comprenais aujourd’hui pourquoi Jane était capable de parler avec des gamins diaboliques comme Casey.

« On va bien avoir avec le temps. Si Mirko est maintenant avec Ali, je vais bien me trouver quelqu’un pour supporter ma bizarrerie. Et toi, est-ce que tu as trouvé un copain ou tu fais toujours ton inaccessible? »

Je pouvais être vraiment méchante en sortant une réplique qui se plaçait entre le morbide et une consommation trop abusive de l’alcool (ou de la drogue) autour de la rumeur que le terrible Casey était amoureux de celle-ci. En tout cas, je n’avais pas le temps de lancer des répliques malsaines pour essayer de la faire craquer un peu. Elle voulait aller voir le livre du passage des Hikers. Je n’étais pas vraiment opposée à cette demande, mais j’aurai préférée attendre le retour de Sun. On allait quand même disparaitre un petit temps de notre campement pour un délire d’adolescents, mais Jane était déjà partie.

« Frank + Valerie 2004 » C’était drôle de lire cette remarque dix années plus tard. Il avait eu tant de choses qui avaient tant changé. Je respirais un peu la nostalgie à ce moment. Qui pouvait vraiment prévoir que Valerie termine dans les Vengeurs? Qui pouvait croire que Mirko pouvait être en couple avec Ali? C’était étrange de regarder notre passé et notre innocence aujourd’hui, mais j’appréciais beaucoup ce moment avec le recul. On avait vécu tant de surprises, de malheurs et de bonheurs, et on était toujours ensemble.

« Amour vrai et authentique amitié sont incompatibles, réfléchissait Eraste. C'est soit l'un, soit l'autre. Voilà bien une règle qui ne connaît pas d'exception..... » J’avais écris cette citation de Boris Akouine pour faire la sinistre de service, mais aujourd’hui quand je la lisais, on donnait plus de sens pour revisiter mon passé et surtout de travailler mes liens avec tous les X-Men que j’ai connu dans l’avenir. J’avais l’impression d’avoir rater quelque chose de grand avec le départ de Valerie. Je trouvais vraiment à une époque qu’on s’en faisait beaucoup trop pour rien avec ce départ, mais en réalité, Kyana et Valerie me manquaient beaucoup. C’était deux femmes exceptionnelles avec des personnalités captivantes et des histoires incroyables.

Sun venait de crier le code en cas de problèmes. C’était le temps de fermer les pages du bouquin et de retourner vers notre campement. Le livre se fermait peut-être, mais je réfléchissais quand même sur ce que Jane m’avait dit et sur les fragments de notre histoire. Ce livre au loin nous faisait découvrir une histoire où on avait chacun notre rôle et c’était de cette manière que chacun s’était construit. Je ne savais pas encore pour Sun, on avait peut-être de communiquer normalement, mais il fallait découvrir travailler un peu sur notre chmie. Mon ouïe se réveille au loin, Sun venait de voler, je l’avais entendu à son petit atterrissage au loin. Il s’était peut-être perdu ou moyennement blessé, cependant encore une fois, Jane était plus rapide que moi pour poser des questions.

« On a une trousse de premiers soins en cas de blessures. Sinon tu as trouvé ce qu’on cherchait pout partir le feu? On a amené quoi encore comme nourritures? »


Je pointais l’un des sacs où notre nourriture était rangée. On avait peut-être des marshmallows, du popcorn ou encore de la soupe. C’était un peu le temps de fouiller pour éviter qu’on meure de faim pour ce soir. »

_________________
avatar
Helena Boldarev

Messages : 197
Date d'inscription : 11/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Message  Sun Wukong le Lun 4 Jan 2016 - 8:45

Un ours... c'était juste un ours. Son pelage si doux, son caractère solitaire, ses longues griffes faites pour attraper le saumon, l'ours m'avait pris pour un saumon... jusqu'à ce que je me mette à courir et à sauter par-dessus les branches et les arbres tombés pour sauver ma peau. Il avait compris que je n'étais pas tant une proie que cela... et que je pouvais même être un prédateur. Il m'a abandonné au milieu de cette forêt sans me murmurer la moindre direction à prendre. Quel égoïste cet ours! Il m'a balancé un « débrouille-toi » en me tournant les fesses comme ça. Pour qui il se prenait, pour un Thug des forêts?

Quand j'étais revenu au campement, je m'attendais à voir les deux filles assises autour du feu à chanter des chansons. Sauf qu'il n'y avait personne... que moi, les tentes, les sacs et le bois. Vous me direz que ça faisait beaucoup tout ça, sauf que c'est embêtant quand on s'attend à avoir une réponse ou une réaction à ce qu'on dit... Malgré que je n'étais pas du genre bavard, parfois ouvrir la bouche autre que pour manger, ça me faisait du bien, voir des gens aussi ça me faisait du bien. Voir Korra, ma meilleure amie, avait le résultat d'un baume sur ma solitude. Je trouvais cela un peu dommage de ne pas m'être attaché autant à certaines autres personnes. Généralement, ça restait strictement professionnel.

Quand je vis Jane sortir du bois d'abord, je me disais que mon amitié avait peut-être sa place ailleurs. Peut-être qu'on ne m'avait pas envoyé chez les X-Men que pour une formation, mais aussi pour développer mes aptitudes à communiquer et à me faire de nouveaux amis. Jane était une grande folle et j'avais l'impression que nos quotients intellectuels se rejoignaient par moment... sauf que le mien paraissait un peu plus reculé dans l'âge que le sien. J'avais la tête d'un enfant alors qu'elle était dans la débauche de l'adolescence, mais ça ne voulait pas dire qu'on ne pouvait pas s'entendre... seulement qu'il y avait des blagues qu'elle faisait que je ne comprenais pas.

« Il y avait le cousin du panda qui me courait après... j'ai vraiment cru qu'il allait me manger! »

Helena sortait d'entre les feuilles à son tour, juste après Jane. Helena était une fille mystérieuse qui me donnait l'impression de garder beaucoup de choses pour elle. Beaucoup moins débauchée que Jane, elle paraissait avoir cette maturité ou cette gêne que Jane et moi ne comprendrions sûrement jamais. Malgré notre âge mental reculé, Helena montrait tout de même une certaine affinité avec des attardés comme nous. Après tout, elle ne s'était pas enfuie en courant quand Jane s'était mise à chanter! Le mystère d'Helena me donnait envie d'en savoir plus sur elle et de passer plus de temps à ses côtés. Je ne me souviens pas avoir rencontré quelqu'un d'aussi mystérieux avant et je comptais bien en savoir un maximum avant de quitter les États-Unis pour rentrer chez moi.

« Euh... oui! J'ai amené du bois comme j'étais sensé le faire! Ha! Ha! Il ne reste qu'à le placer et l'allumer! »

Helena ne se souvenait pas de ce que contenait nos sacs pour ce qui était des rations. J'haussais les épaules parce que j'ignorais leur contenu moi aussi. Je me dirigeais vers le sac qu'elle m'avait prêté au départ, l'ouvris et sortis tout ce que je ne considérais pas comme étant comestible. Je tombais sur des fruits séchés, des conserves de repas et de la viande séché en une sorte de bâtons. Je ne connaissais rien de ça. À vrai dire, en Asie on cuisinait beaucoup et les rations séchées avant une mission ou un entraînement, ce n'était pas dans nos habitudes. Étant donné que j'étais quelqu'un de gourmand, je regardais la nourriture avec interrogation.

« Comment on mange ces choses-là? Mais ça se mange d'abord ou bien c'est pour attirer le gibier? »

En fait, je ne voulais surtout pas que le jour où on m'a surpris à manger de la bouffe à chat se reproduise. Alors aussi bien poser la questions à ces gens qui étaient habitués à la culture américaine.

_________________
       
avatar
Sun Wukong

Messages : 124
Date d'inscription : 04/11/2014
Localisation : Asie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Message  Jane A. Gallagher le Jeu 14 Jan 2016 - 2:21

Vous voyez? J’ai mes grands moments de tendresse avec plusieurs membres de l’Institut. Helena est assez difficile dans les contacts habituellement, elle est quand même l’une des femmes les plus timides de l’Institut et c’est parfois de la sortir de son cocon. Elle aime beaucoup Betsy et je crois sincèrement qu’elle nous apprécie beaucoup, mais elle ne doit pas se limiter seulement avec ses amis originaux. Elle doit être capable de développer des liens avec les autres. Je ne l’ai pas trop vue avoir des nouveaux amis depuis notre départ, alors je comprends un peu pourquoi cette timidité et cette limite. Helena a toujours été dans son coin depuis sa tendre enfance. Elle peut avoir des passions ou des amis, mais souvent on doit faire le premier pas avec elle. Helena a même son humour à elle autour de Grumpy Cat ou encore de son absurdité attachant. Elle est vraiment unique dans son genre, mais elle mérite vraiment de se faire connaître dans les X-Men ou dehors de notre équipe.

Je suis assez surprise qu’elle me retourne la question autour du couple. Ce n’est pas vraiment le sujet que j’apprécie le plus. Mon premier copain m’a un peu brisé quand il a décidé de casser notre couple. Je vivais peut-être loin de chez lui, mais je croyais vraiment qu’il était possible de poursuivre ce couple. Finalement, il est tombé dans le doute de mes capacités et de ma confiance. Sincèrement, je n’ai jamais autant souffert dans ma vie de voir un ami douté de ce que j’étais. Je suis consciente que certains souffrent beaucoup plus que mes petits problèmes personnels, mais c’est vraiment une souffrance individuelle qui m’a fais beaucoup tombé de mes illusions.

Je laisse un petit sourire à mon amie. Je ne sais pas trop comment y répondre à cette question. C’est vraiment complexe de décrire les liens que je peux avoir avec chacun des X-Gardiens. Pour Frank, c’est un pervers de nature, je crois que chacune a eu ses chances avec lui, avant de prendre du recul. Pendant un moment, j’y croyais vraiment à cette relation, mais remarquant que c’est un grand charmeur, j’ai préféré reculer. Pour Evan Daniels, c’est plus compliqué vu sa spiritualité allié au Wakanda. Il est vraiment attirant, mais je ne crois pas que cela aurait pu fonctionner.

« Je ne me sens pas vraiment prête pour recommencer une relation. En plus, je n’ai pas vraiment eu le temps de rencontrer de potentiel candidat avec mes missions. Alors je fais toujours ma inaccessible pour le moment, je vais voir pour plus tard. Les X-Gardiens sont en chômage technique pour un petite période, je crois. »

On revient tranquillement sur place de manière totalement swag vers notre campement. Sun ne semble pas trop blesser, mais il nous dit qu’il s’est fait attaquer par cousin du panda. Cela me prend environ deux minutes avant de comprendre qu’il parle d’un grizzly. J’espère que ce gros ourson n’a pas suivi Sun, sinon on risque d’avoir certains problèmes en confrontation. Je suis contre affronter des animaux de la faune. Les ours restent beaucoup trop mignons pour les affronter.

Je laisse un petit rire pour la remarque de l’ours avant qu’Helena nous parle d’ouvrir nos sacs pour nous faire de la nourriture. Sun saute littéralement sur les sacs pendant que je commence à cumuler les petits bois ramassés enfin de partir un petit feu. Je fouille ensuite dans mon sac pour sortir mon briquet et partir le feu. Helena risque d’expliquer la partie ennuyante avec de la nourriture trouvée par Sun.

« Hey, Sun! C’est comment les Last Sons? Tu as des amis sympathiques? Tu as fais des missions pour protéger les pandas? »

Moi, je pose vraiment les questions les plus pertinentes possibles, surtout pour Sun pendant qu’Helena explique l’art culinaire. J’espère que cela ne lui gêne pas de parler de sa carrière dans cette fameuse équipe. Je commence aussi à sortir et à installer nos sièges pliables pour profiter de nos petites vacances.

_________________

« J'ai mangé la pizza de Logan et de Kitty. Pas peur de la mort. »
avatar
Jane A. Gallagher

Messages : 143
Date d'inscription : 01/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Message  Helena Boldarev le Sam 6 Fév 2016 - 18:19


Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches

« On était vraiment dans une autre époque, ma mémoire s’était perdue durant un espace-temps dans ce fameux livre, qui risquait de finir dans les archives du fameux chemin. Je ne savais pas trop ce qu’ils faisaient avec les livres remplis, mais vu l’importance de ce centre naturel, il avait toujours dans les archives américaines. Le monde était réellement différent, poussant sur de nombreuses alternatives et sur nos mondes réécrits par des petites phrases. Ce sentiment nostalgique pouvait m’effrayer légèrement, mais me redonner un second souffle souhaitable. Je venais de découvrir comment on s’était réuni la première fois. Je venais de rencontrer une partie du début de notre chemin pour mieux le concevoir. On avait décidé de pousser vers un chemin au tout début et malgré tous les obstacles, les pleurs et les rires, on était toujours ensemble dans le même combat malgré les problèmes d’éloignement.

Que pensez d’aujourd’hui? Revenir vers ce livre était une source de continuité et de nostalgie. On n’oubliait pas ce que nous étions, mais on avançait toujours avec des disparus, des morts ou encore des liens plutôt rares. On avait eu tous nos problèmes d’adolescents à cette époque : Jane commençait à se séparer de son petit copain, qui ne lui faisait plus confiance à cause de sa télépathie, Orenda avait le mal du pays, se rappelant souvent du Wakanda, et Valerie développait une forte jalousie par la force de Katherine de rentrer aussi rapidement dans les X-Men. Je découvrais pour moi, que je n’étais que l’outil de mon père pour devenir le pourquoi du contact entre son équipe oriental et les X-Men. Mais les moments heureux étaient les plus appréciables à se souvenir. En reculant une dizaine d’années avant aujourd’hui, on était à cette même place en train de faire un petit feu, rigolant des habitudes ou de comportements de chacun.

Ce souvenir était redevenu considérable dans ma mémoire et cela me faisait clairement du bien que Jane fasse un rappel à cette continuité, car je pouvais mieux profiter du temps présent de cette manière. Mes rencontres étaient plutôt rares, mais il me faisait plaisir aujourd’hui de découvrir un nouveau visage, même si celui-ci venait de se faire attaquer par un ours. Il avait quand même eu de la chance pour survivre à une attaque pareille, dans The Revenant avec Dicarpio, il s’était quand même fait détruire la gueule d’une manière intense. Au moins, Sun pouvait compter sur ses pouvoirs devant le pauvre traqueur du film en question.

Sun venait d’accomplir sa mission. Cette mission était risquée et importante si on prenait la considération des risques entrepris. Sun venait de faire un premier tour dans la faune américaine et il s’était fait pratiquement mangé par un ours. Les probabilités devenaient très risquées pour le moment et il fallait maintenant faire très attention pour la survie de chacun. Sun se questionnait sur la nourriture amenée avec des interrogations naturelles pour une personne peu habituée aux promenades préparés dans les grands trails des États-Unis.

« Laisse faire les pro, Sun. Jane et moi, on a une expérience de terrain inconcevable pour le cerveau humain sur la préparation de nourritures durant les petits campings. J’espère que tu es prêt pour être ébahi par ce talent naturel, cher Sun. »

J’essayais de faire de l’humour, alors il était naturel que j’ajoute un petit sourire avec un léger ricanement. Ce n’était pas le rire le plus convaincant de la planète, car j’étais très loin d’être la gamine capable de faire la troll habituelle dans les X-Men. On avait quand même Mason, Jane et Frank pour faire ce travail, alors je n’étais pas du tout au niveau pour les combattre. Après cette petite blague, c’était le temps de s’installer confortablement pour se lancer dans les grandes discussions philosophiques. Est-ce que Sun prenait pour l’équipe de la Corée du Sud ou de la Chine au Foot? Est-ce que les ours et les pandas pouvaient vivre en paix? Est-ce que la pluie allait commencer à devenir la mode quand trois braves aventuriers prenaient leurs courages à deux mains pour faire un petit feu?

Jane avait commencé à partir le bal des questions. Elle commençait surtout sur de nombreuses questions dans les Last Sons. Il était vrai que ce sujet était plutôt curieux ; On connaissait très mal ce groupe, malgré leur sauvetage du monde en Décembre dernier, qui a eu un coup de publicité énorme dans les médias. J’étais pleinement consciente que c’était surtout à cause d’une technique de mon père. Il avait vu la construction des Vengeurs et leurs décadences par des apparitions médiatiques et politiques incessantes, et il ne voulait pas répéter les mêmes erreurs.

Son stratège était intéressant par la perspective de suivre le concept des groupes de défenses traditionnels, offrant peut-être une perspective visible pour quelques gouvernements, mais livrant aucun secret des membres au grand public. Les membres du groupe n’étaient pas connus du tout par les médias ou encore par la population. Même les représentants de cette équipe sont surtout des individus qui ont étudié le domaine de la science des surhumains et non des membres de cette équipe. J’étais intéressée par la réponse de Sun, malgré la curiosité de Jane pourrait peut-être créer certains malaises chez notre ami. Pendant les questionnements de mon amie, je me permettais de placer les différents plats possibles pour notre soirée. Sun pouvait aussi retourner des questions pour faire un dialogue commun, j’espérais ne pas lui faire sentir un interrogatoire durant cette petite soirée amicale. »

_________________
avatar
Helena Boldarev

Messages : 197
Date d'inscription : 11/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Message  Sun Wukong le Lun 8 Fév 2016 - 11:21

Personne ne répondait vraiment à mon interrogation. On me disait de les laisser faire parce qu'elles étaientdes « pros ». Je n'en doutais pas une seconde. Helena parlait du cerveau humain et je me contentais d'hocher la tête et de reculer du sac. Elle avait un léger sourire forcé, mais je n'y portais pas vraiment attention. C'était le mot « humain » qui résonnait dans ma tête, comme si un extraterrestre comme moi ne pouvait pas faire le travail comme n'importe qui. Je me grattais le derrière de la tête et observais de loin la façon de faire des « humains ». J'avoue n'avoir jamais été victime de racisme depuis que j'étais sur Terre. Mon apparence plutôt humaine me faisait passer incognito. Là, je ne savais pas si elles étaient au courant de mes origines, ou bien c'était un autre troll auquel je devais me confronter.

Je me contentais de me rendre près du feu allumé par une des X-Woman et de regarder comment elles se débrouillaient en nature. Il m'était arrivé souvent de me rendre en pleine forêt pour me balader et m'entraîner, mais jamais je n'avais été équipé comme elles l'étaient en ce moment. J'aimais bien me fondre dans la nature et prendre ce qu'elle proposait aux voyageurs plutôt que de traîner moi-même mes propres rations. Je dormais dans les arbres, la tête pratiquement en bas comme un singe, sans redouter un quelconque danger. Cependant, ici je ne connaissais pas l'endroit ni ses bêtes sauvages, je ne pouvais pas me permettre de réagir de façon légère et d'ignorer la présence des deux femmes.

Puis venaient les questions de Jane sur mon groupe. Comment c'était, tout ça. Je ne savais pas par quoi commencer, ni qui citer. Il y avait tellement de gens, tellement de bons restaurants tout autour du Lotus. J'hésitais, un doigt poser sur ma joue, les yeux fixés sur le feu qui commençait à prendre. Je me mis à rire nerveusement. Est-ce que j'avais vraiment fait une mission pour sauver les pandas? Je ne m'en souvenais pas... à moins que cette fois où j'ai nourri un panda au biberon lui permettait de vivre une vie saine et en sécurité?

« Les Last Sons c'est cool! On sauve plein de gens! Disons que je suis content qu'on m'ait trouvé pour faire partie du groupe parce que je ne savais même pas quoi faire de ma peau! Ha! Ha! Ils m'ont donné une chance de sauver le monde et je pense que c'est ce qui compte pour moi! »

Eh si j'avais des amis sympathiques? Si je mettaiss de côté le cas de Sin Tzu, je pouvais dire que j'avais des amis géniaux et généreux.

« Ouiiii! Il y a Korra, ma meilleure amie... Pavel, le cuisinier de muffins... Hiroki, Kaidan, Houyi, Anna... et je suis certain que j'en oublie! »

Je me grattais le tête, levais les yeux vers le ciel et me mettais à réfléchir. Qui d'autres? Est-ce que je pouvais considérer Sergei comme mon ami, ou simplement comme un chef? Pour le peu de mots que nous nous sommes échangés, je n'en savais rien. Mais est-ce que j'avais vraiment besoin de considérer quelqu'un comme un ami proche pour mettre ma vie en jeu? Et tous ces civils dont j'ai sauvé les fesses sans me soucier de qui ils étaient? Je pense que j'avais ma réponse.

« Il y avait ce Panda, il s'appelait Pô! Il était tout minuscule et ma mission était de m'assurer qu'il ne manque de rien. Si tu avais vu ses yeux, il avait l'air d'un vrai maître du King Fu! Ha! Ha! »

Bien sûr, moi qui étais une nullité en matière de culture cinématographique, je n'en savais rien que ce Pô existait vraiment dans des films. Et pourtant, c'était le vrai nom du bébé panda. Quand j'avais vu ses mini-griffes, je m'étais dit qu'il serait un maître des arts martiaux redoutable. J'étais certain qu'il aurait adopté le style du tigre pour permettre à ses atouts de devenir un véritable avantage. Dommage que je n'avais pas revu ce petit Pô, j'aurais aimé le nourrir au bambou et lui raconter mes aventures en Amérique. J'étais certain qu'il serait intéressé de savoir que j'avais croisé un de ses cousins et qu'il avait bien failli me manger!

«Et vous deux, c'est comment chez les X-Men? Vous avez que des mutants chez vous, ou bien vous adoptez les extraterrestres vous aussi? Est-ce que vous mangez souvent cette nourriture-là? »

C'était à mon tour de les bombarder de questions. Pas que j'imitais Jane dans sa façon trollesque de les poser sans laisser de pause entre chacunes, mais je ne voulais pas oublier mes questions entre temps, alors aussi bien toutes les poser en même temps! J'avais déjà poser quelques questions à propos des X-Men à Helena la première fois qu'on s'est rencontrés, mais je n'étais pas contre l'idée de connaître l'avis et l'expérience de Jane.

_________________
       
avatar
Sun Wukong

Messages : 124
Date d'inscription : 04/11/2014
Localisation : Asie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Message  Jane A. Gallagher le Dim 8 Mai 2016 - 0:07

Contrairement à ce qu’on peut penser, il existe une énorme différence entre l’Helena qui s’entraîne dans la salle des dangers avec son professeur à chaque jour et celle qui fait du camping. En fait, ce n’est pas vraiment des différences notables, ou même la présentation d’une autre personnalité, mais bien des comportements qui s’enchaînent surtout par les liens qu’elle a construit dans l’Institut Xavier. Elle est plutôt difficile à gérer habituellement par son mutisme, mais on a découvert par nos années avec elle ; une femme qui pouvait avoir du plaisir à travers d’autres activités que jouer la muette ou se battre avec Psylocke. Elle le prouve encore par sa réponse à Sun pour comment faire une cuisson, elle a quand même de l’humour. Elle n’a peut-être pas le meilleur humour de la planète et elle ne pourrait pas devenir une comédienne digne de Jim Carey, mais elle peut sortir de son image d’adolescente bien trop rebelle et dark.

Alors on prépare naturellement la nourriture comme tout être normal qui doit survivre une journée dans les forêts. En plus, j’aime toujours cette idée de voir le soleil se coucher pendant qu’on se repose mentalement et physiquement avec un petit feu. La préparation était digne de ce nom, mais j’étais heureuse de pouvoir questionner Sun sur les Last Sons, sans mettre de censures. Le groupe a quand même développé, malgré leur popularité mondiale, une discrétion digne des X-Men. Ils n’aiment pas s’afficher publiquement pour éviter que les méchants espions de l’HYDRA ou de la Main commencent à fouiller sur les membres, leurs familles ou sur leurs sécurités. Avec tous les cours appris durant les cours, je peux facilement comprendre cette méfiance naturelle.

J’offre aussi une chance à Sun de nous en dire plus sans rentrer dans la paranoïa de trouver des espions un peu partout. Les X-Men sont quand même, à mon avis, les plus proches alliés des Last Sons vu qu’on a offert une formation spécialisée à Hiroki et qu’on en connaît un peu plus sur eux que les autres. Cette semaine, on reçoit même le grand adorateur de panda pour nous parler de ses aventures dans son équipe. En tout cas, je suis aussi contente qu’il se rend compte qu’on n’est pas ici pour filtrer des informations sur les membres de son équipe pour remplir des dossiers.

Grâce à cette équipe orientale, Sun s’est permit de sortir de la solitude pour combattre les divers dangers que ce continent peut affronter. Je me souviens un peu des cours théoriques des X-Men, où des nombreuses critiques s’étaient adressées à la Justice League par le manque de base en Asie. . Je suis heureuse d’être là pour profiter de voir un territoire s’unir contre le mal commun. Je commence à laisser un petit rire quand il décrit ses liens avec ses coéquipiers. Il commence par Korra, sa meilleure amie, pour ensuite parler de Pavel le cuisinier, et pour terminer avec quelques noms inconnus hormis pour le jeune Hiroki.

Au moins, il me fait encore plus rigoler quand il commence à me parler sur un panda appelé Pô et malheureusement pour mes deux comparses, je n’ai jamais vu kung fu panda de ma vie. Mes yeux étaient totalement ronds à cette anecdote. Sun a rencontré quand même un panda qui fait du kung fu et peut-être que ce panda fait parti des Last Sons. Maintenant mon plus grand rêve est d’aller dans les Last Sons pour rencontrer cette formidable créature. Avant que je puisse retourner des questions sur cette magnifique créature, Sun réponds par de nombreuses questions sur les X-Men ou sur ce qu’on bouffe habituellement.

« Les X-Men, c’est vraiment quelque chose de solide que j’adore. C’est la réunion de toutes les personnalités possibles dans un même groupe. Cela se passe plutôt bien dans les X-Men pour moi, parce que je ne les vois pas comme un groupe, mais bien comme une grande famille. Chacun d’entre eux sont incroyables et méritent vraiment de se faire connaître pour leurs humanités.

Sinon, je ne crois pas qu’on engage uniquement des mutants dans notre groupe. La plupart vient de la mutanité, mais je crois qu’on a accepté quelques cas qui n’ont pas des pouvoirs venant de leur gène X. On est juste pas trop sûr d’où viennent ces pouvoirs, mais on ne s’est jamais intéressé à savoir d’où viennent leurs pouvoirs, le plus important est surtout qu’est-ce que tu veux faire avec ceux-ci!

Et pour finir avec tes pertinentes questions, on ne mange pas trop ce repas. C’est surtout quand on fait le camping. Je ne sais pas si tu le sais, mais Helena est l’une des meilleures cuisinières de l’Institut Xavier. Grâce à ses pouvoirs, elle a un sens tellement aiguisé qu’elle peut faire des repas parfaits. En tout cas, je pense que je parle beaucoup trop. Helena! Ton avis sur les X-Men, nos origines ou encore sur tes magnifiques repas? »


Il ne faut pas qu’elle commence à s’isoler de nous, on est quand même des formidables compagnons de discussions. En tout cas, j’espère qu’elle ne s’est pas endormie durant mon long monologue, je sais que je peux partir sur des sujets très ennuyants, mais je pense que je l’ai trop motivée avec mes paroles sur le livre de souvenir quand Sun était absent.

_________________

« J'ai mangé la pizza de Logan et de Kitty. Pas peur de la mort. »
avatar
Jane A. Gallagher

Messages : 143
Date d'inscription : 01/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Message  Helena Boldarev le Mer 22 Juin 2016 - 0:53


Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches

« On vivait souvent dans des mondes parallèles avec nos voisins, chacun vivant une expérience différente dans la construction de notre vie. Je me comptais réellement chanceuse de vivre avec Sun et avec Jane cette expérience unique pour moi. Je pouvais comprendre le sentiment des autres en me regardant, je ne vivais pas beaucoup dans la normalité que plusieurs recherchaient à tout prix. Ma solitude avait surtout commencé par les difficultés linguistiques entre mes jeunes amis et moi. Je n’avais pas beaucoup de capacités pour l’anglais et je préférais souvent vivre dans mon coin avec mes passions et mes rares contacts. Aujourd’hui, c’était peut-être différent, mais je savais éperdument que plusieurs X-Men avaient beaucoup de difficultés autour de mon manque de communication. Aujourd’hui, ce n’était pas une histoire de langues, mais bien de mon sentiment général. J’avais toujours eu une forte sensation de paraître étrangère avec des amis que je pouvais même connaître depuis quinze ans. Cette séparation que je pouvais avoir mes amis s’expliquait très mal, parce que je me rendais compte réellement de mes erreurs à vouloir me concentrer sur ma relation avec Betsy.

J’aimais Betsy comme une mère, elle m’avait redonné un second souffle devant un père qui avait toujours agis par un opportunisme souvent utilitarisme et inutile. Ma confiance se limitait sur un terrain glissant pouvant facilement me condamner sur plusieurs impressions dans ma vie. J’avais une confiance totale aux membres de l’Institut Xavier, mais je pouvais avoir bien plus de difficultés avec les confrontations philosophiques sur la bonté ou sur les malheurs de l’humanité. Souvent, les auteurs décrivaient que tout être humain était d’une noirceur et d’une brutalité, qui pouvaient devenir automatiquement un meurtrier et l’un des pires monstres quand l’une des lignes de son histoire ne pouvaient pas s’écrire correctement. Cependant, je ne pouvais pas être d’accord avec cette vision. Il avait toujours un temps où on pouvait perdre un contrôle, mais c’était à nos amis de nous retrouver avec cette idée.

En écoutant les commentaires de Sun et de Jane, on ne pouvait plus dire que l’être humain était mauvais. Il ne pouvait qu’être mal conduit, il ne pouvait qu’à force de vouloir devenir un monstre, le devenir uniquement par la crainte des autres monstres. J’avais toujours une horreur profonde de mon père et je pensais que la plupart des êtres humains pouvant me côtoyer avaient la capacité de comprendre cette pensée. Mais aujourd’hui, je pouvais voir deux visions totalement différentes. Une première s’incarnait par un mystère, une recherche ou même une vision des plus positives dans la vie pour défendre la vie humaine. Pendant que l’autre vision se définissait surtout par la confiance dans un groupe pour la protection de la vie humaine.

Dans les deux cas, on arrivait au même résultat. Dans les deux proches cas qui se lancent quelques paroles, on ne pouvait plus contredire cette valeur de la défense de l’être humain. Toutes institutions, toutes pensées et tous individus rationnels arrivaient à ce même résultat. Malgré toutes les souffrances accumulées, on pouvait devenir bien plus grand en acceptant ce principe comme valeur fondamental de l’être humain. J’avais souris quand même bêtement devant les répliques de Sun autour du panda appelé Po.

J’avais laissé un ricanement à la réponse de Jane répondant aux interrogations de Sun, mais en décidant de donner quelques autres commentaires autour de moi. Je n’appréciais pas qu’on parle à ma place, mais si Jane trouvait que j’étais l’une des meilleures cuisinières de l’Institut Xavier, je pouvais bien lui laisser croire cela. J’avais peut-être la capacité de mieux sentir et de mieux gouter que la population en général, grâce à ma mutation, mais je préférais largement me battre que faire de la cuisine. Au moins après un temps, elle me retourna doucement les questions pour construire mon propre avis sur les curiosités posées.

« Comme Jane, j’ai un avis plutôt préférable aux X-Men. C’est grâce à eux que je n’ai plus de migraine et que je peux me servir des pouvoirs qui semblent anodins, pour faire quelque chose de bien avec. En plus, je me suis trouvée des gens que je ne pourrais jamais remplacer dans ma vie. Ils m’ont apporté beaucoup et je peux être uniquement fière de faire parti de ce groupe pour vivre des aventures incroyables avec ceux-ci. »


L’une des premières questions était répondue et mes deux amis pouvaient être privilégiés à un évènement unique. Je venais quand même de me dévoiler bien plus que la moyenne des discussions possibles que je pouvais avoir dans ma vie. Alors, il restait quand même deux interrogations très importantes qui étaient celle des origines des étudiants et ensuite le débat sur ma cuisine. Je prenais un temps pour réfléchir sur le nombre d’étudiants à l’Institut Xavier, qui ne faisaient pas parties de la mutanité. Danger était pour moi, l’une des éléments les plus connues, avant vues comme une intelligence artificielle, elle pouvait avoir son propre corps et elle pouvait participer aux discussions X-Men. Les autres cas, je ne les connaissais pas réellement, je n’avais jamais enregistré le dossier de chaque étudiant pour savoir d’où venaient leurs pouvoirs.

Il avait une membre de notre groupe, qui venait des intelligences artificielles, qui avait toujours une arrogance et une assurance dépassant les tendances hautaines de n’importe quels Dieux sur la planète. En plus, qu’elle essayait de passer plus de temps avec mon mentor, je comprenais très mal ses intentions et sa solitude que je voyais littéralement comme une source d’irrationalité les plus profondes. J’aimais mieux éviter cette question pour me concentrer sur la phase plutôt humoristique sur mes grands talents culinaires.

« Il ne faut pas exagérer Jane, j’ai peut-être des gouts affinées, mais l’une des choses que je déteste c’est bien de faire de la cuisine. Tu vas devoir me payer chers pour que je commence à faire de la cuisine pour toi ou pour ton équipe. Je préfère surtout les entraînements et faire des missions. Et toi Sun? Tu as une activité préférée dans les Last Sons? »

Il fallait quand même ne pas le laisser dans son monde avec les pandas qui font du kung fu. Il pourrait peut-être aller plus loin dans la démence et nous dire que les pandas roux étaient finalement les maitres de l’HYDRA et autres facteurs symbolisant le mal. »

_________________
avatar
Helena Boldarev

Messages : 197
Date d'inscription : 11/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Message  Sun Wukong le Dim 6 Nov 2016 - 19:44

S'il y a bien une chose qu'il ne faut pas faire, c'est montrer qu'on a de la nourriture à des animaux. Sans savoir pourquoi, les animaux ont toujours été attirés par la nourriture des humains. Les animaux de compagnie ont toujours cherché à monter sur la table pendant un repas pour repartir avec une pointe de pizza. À l'intérieur de moi, supposant qu'il s'agissait de la faute de la présence du Roi-Singe, quand je voyais la nourriture se faire cuire sur le feu, je me sentais saliver, j'étais carrément hypnotisé par ce que je voyais et sentais. J'avais envie de m'asseoir près d'Helena et lui faire les yeux doux jusqu'à ce qu'elle me donne à manger. Si j'étais rassasié il y avait quelques instants, je pouvais dire que c'était chose du passé et que ce qui m'importait, ce n'était pas tant ce que me racontait Jane, mais ce qui sentait aussi bon.

La mutante disait de grandes choses qui ne ressemblaient pas à la troll qui chantait des chansons inconnues dans les bois. Elle parlait du groupe auquel elle appartenait, des gens qu'elle côtoyait chaque jour, une famille, des gens extraordinaires reliés les uns aux autres par les mêmes désirs. Je ne faisais pas la sourde oreille même si j'étais emporté par l'odeur, j'écoutais même si tous mes autres sens étaient tournés ailleurs. C'était un résumé intéressant et le plus important dans ce qu'elle avait dit, concernant l'utilisation de pouvoirs, c'était quelque chose que je partageais. Des gens ont des dons extraordinaires, des idées judicieuses, des façons de faire originales, mais c'est bel et bien de la façon dont tu te comportes avec ces dons qui te définit.

Helena poursuivit, racontant sa propre histoire chez les X-Men. Ils lui ont beaucoup appris et apporté d'après ce que je comprenais. Ils lui ont aidé à contrôler ses facultés et ont mis sur sa route des gens dont elle ne se séparerait jamais. Je me mis soudainement à sourire, pensant à Korra, ma meilleure amie dont je ne me séparerais jamais, et toutes ces personnes qui ont changé ma vie et qui ont fait de moi l'extraterrestre que j'étais. J'aurais très bien pu tomber sur des gens mal attentionnés, devenir l'être le plus maléfique de la planète, mais la vie a fait en sorte que je croise les moines, que je rencontre Hiroki et tout le monde et que je devienne un Last Son. Les gens et les boîtes à images pouvaient bien raconter ce qu'elles voulaient sur les différents groupes de héros, mais à quelque part, chaque héros a appris, a évolué, a changé et est devenu quelqu'un de meilleur. Tous ces héros sont partis de bonnes intentions pour faire un meilleur monde, en s'entourant des meilleures personnes. Parce qu'être un héros, c'était pas juste de sauver le monde, c'était aussi de se sauver soi-même, son existence, sa propre histoire.

La discussion se mit à tourner autour d'Helena la cuisinière, Helena la grande Chef des X-Men. Mes yeux devinrent soudainement pétillants de bonheur, on pouvait presque percevoir des étoiles tout autour de ma tête tellement que cette discussion attirait mon enthousiasme. Jane venait de toucher une corde sensible en parlant de Gordon Ramsay féminin et dans l'état de famine dans lequel je me trouvais, ce n'était pas la meilleure idée du siècle. Je résistais à l'envie de me jeter sur le feu pour manger ce qui y cuisait, de bondir sur le sac pour dévorer tout ce qui s'y trouvait et pourtant, je résistais... j'arrivais à conserver mon bon sens même dans un état aussi enragé que celui-là... Jusqu'à ce que ma bulle soit pétée par une lance géante « déteste... faire de la cuisine. » Elle était presque une femme à marier, une femme qui aurait comblé le ventre sur pattes que j'étais...

Je me mis à rire bêtement, détournant enfin mon regard de la nourriture pour réfléchir à une réponse qui n'allait pas faire de moi un obsédé de l'entraînement et pourtant, tout ce à quoi je pensais tournait autour de l'entraînement. Étais-je obsédé malgré moi? Était-ce mal de vouloir s'entraîner pour protéger la Terre que j'aimais et que je chérissais? Je posais un doigt sur mes lèvres et regardais vers le ciel pour réfléchir à une autre réponse... sans succès. Que devais-je répondre à une question comme celle-ci? Est-ce que ça allait être intéressant pour les filles? Est-ce que mon but était d'être intéressant ou de simplement répondre à la question? Je secouais la tête pour répondre enfin :

« J'aime cuisiner, mais Pavel trouve que mes repas manquent d'épices. J'aime m'entraîner... beaucoup. Je crois que c'est vraiment mon activité préférée, mais ce que je préfère c'est la course parce qu'elle me permet de me déplacer et de voir du paysage. J'aime aussi l'escalade et manger... oui... manger surtout! On peut compter ça comme une activité? »

Je ne me sentais pas vraiment original avec une telle réponse, mais au moins elle était authentique. Il s'agissait bien de choses que j'aimais - non, que j'adorais - faire, des choses que si on me les enlevait, j'allais être malheureux. C'était tout ce que je connaissais, ce dans quoi j'ai grandi, ce que je faisais depuis mon arrivée sur Terre. Si on m'enlevait ça, c'était comme si on m'enlevait une part de mon identité... alors oui, je pense qu'il s'agissait des choses que j'aimais le plus faire. J'eus soudainement une question en tête à poser aux filles. Ça pouvait paraître bizarre dans une ambiance aussi amicale que celle dans laquelle nous nous trouvions, mais j'avais envie d'avoir une réponse à cette question... alors c'était en toute innocence, que je leur demandais :

« Est-ce que vous croyez qu'un jour, tous les groupes différents de héros du monde pourront faire partie du même groupe? Je veux dire, je suis des Last Sons, vous êtes des X-Men et on s'entend bien... vous croyez qu'une fusion de tous les groupes pourrait être possible? »

_________________
       
avatar
Sun Wukong

Messages : 124
Date d'inscription : 04/11/2014
Localisation : Asie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum