Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Message  Jane A. Gallagher le Sam 2 Mai 2015 - 22:36

Dora l’exploratrice le dit toujours, quand on doit se promener dans la forêt, on doit toujours avoir des sacs contenant au moins une cinquantaine de kilos. J’ai cette idée quand Helena m’invite pour une journée escalade, j’ai cette idée de reprendre l’intégrité de Dora l’Exploratrice pour m’apprendre la survie dans la forêt. Helena et son futur copain vont être sur le terrain proche des montagnes du chemin des Appalaches, on doit juste faire une colline de quelques mètres, pas très large et surtout pour le niveau moyen de l’escalade. Dora nous annonce toujours qu’il faut toujours se préparer avec le plus de sécurité possible. Mais Dora oublie un grand facteur de calcul pour nous, on fait quand même parti des X-Men et Sun Wukong fait parti des Last Sons. Je ne connais pas beaucoup les Last Sons, sauf par les médias et par l’entrainement qu’on a fait subir à Captain Japan, mais je crois qu’ils ont quand même un entrainement particulier pour éviter que les jambes lâchent durant ce genre d’activités.

Je ne sais pas beaucoup des Last Sons, mais je suis quand même excitée de le rencontrer. L’Institut Xavier a toujours été la porte de toutes ces diversités et les missions des X-Gardiens nous permettent de voyager à travers le Monde, mais on est très loin des rencontres plus personnels. Cette petite promenade va pouvoir nous sortir du visage professionnel que comporte habituellement la mission des X-Men. Helena a toujours été la gamine discrète de l’Institut Xavier, très éloigné de notre équipe, mais aussi éloigné de l’ancien trio des transfuges. Cela va être le temps de retrouver cet esprit perdu par nos entrainements et nos missions. Il va peut-être avoir Sun, mais il va pouvoir s’habituer bien plus vite à la vie de l’Institut Xavier de cette façon.

J’arrive sur le parking du parc naturel des Chemins des Appalaches avec la voiture rouge de Kitty pour voir mes deux compagnons. Je baisse un peu la musique pour éviter qu’ils entendent One Republic à fond. Je fais un petit salut à Helena avant de placer ma voiture dans une place assignée. Pour se rendre à la petite montagne, on doit marcher logiquement de deux à trois heures pour ensuite faire l’escalade, se rendre au petit coin pour faire les petits feux et installer notre camping. Oui ce n’était pas prévu le camping chez les deux rigolos, mais c’est bien plus amusant de rester dans les Appalaches pour au moins une nuit.

Je débarque de la voiture pour laisser un petit sourire aux deux membres de cette sortie dans la forêt pour ensuite aller au coffre et prendre mon sac pour le voyage. Je le mets sur mon dos avant de me diriger vers Helena et Sun, pour ensuite tendre ma main en High Five en espérant que Boldarev y réponde favorablement. Comme le disait Dora l’exploratrice dans sa populaire émission, on doit toujours avoir des amis pour faire des grandes promenades pour la survie de notre âme. Je commence à parler après.

« Hey! Ça fait plaisir que vous m’ayez invité pour cette activité, j’adore cette promenade. J’ai déjà fais une petite partie de cette promenade avec mes parents quand j’étais gamine. J’ai toujours rêvé de le faire avec quelques de mes amis. »

Je suis peut-être bien trop explosive au niveau des réactions, surtout avec Sun qui ne me connait pas du tout. Je tourne mon visage vers le compagnon de voyage pour me présenter.

« Moi, c’est Jane Gallagher. Je suis amie avec Helena depuis environ nos douze ans, je crois. Je suis heureuse de vous rencontrer. Vous venez des Last Sons? Cela doit être captivant comme équipe, il faudrait que vous commenciez à faire des documentaires, je serai les premières à les regarder, j’adore la culture orientale, mais je n’ai jamais eu le temps de l’étudier ou de voyager. En tout cas, je suis enchantée de vous rencontrer, j’espère qu’on va bien s’entendre. »

Je présente uniquement ma main à Sun avec un énorme sourire. J’espère qu’il ne va pas trop être réticent au contact physique, je sais que dans quelques pays, ce n’est pas très bien vu, mais à ce que j’ai vu de mes soirées cinémas : se serrer la main est toujours un signe de politesse dans pratiquement tous les pays en Asie.

_________________

« J'ai mangé la pizza de Logan et de Kitty. Pas peur de la mort. »
avatar
Jane A. Gallagher

Messages : 143
Date d'inscription : 01/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Message  Helena Boldarev le Dim 3 Mai 2015 - 0:49


Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches

« Sun m’avait donné l’idée quand on s’était rencontré une première fois de rejoindre ce petit trail pour faire une réelle escalade entre amis. Je me souvenais d’une période quand on volait la voiture de nos professeurs pour passer une petite journée dans nos petits coins, loin des dangers, loin de nos entrainements et surtout dans l’idée de prendre un petit repos. Malgré que cela n’ait jamais été dans les programmes de l’Institut, je pensais sincèrement que c’était essentiel dans la définition d’une formation de X-Men. On était peut-être des combattants, mais il fallait savoir pourquoi on se battait. J’étais heureuse de donner une date à Sun pour ce rendez-vous, mais je connaissais mal la promenade encore. La dernière fois que j’étais allée, c’était Valerie qui conduisait. Je savais très bien comment m’y rendre avec la voiture, mais comment se rendre à la colline pour escalader, c’était une autre histoire.

J’avais fais deux sacs pour la promenade, je m’attendais quand même de rester là plus qu’une demi-journée. Je n’étais pas contre les sorties nocturnes dans la forêt, mais je n’avais pas vraiment averti Sun que cela pouvait durer plus longtemps que prévu. J’avais averti quand même Betsy de mes petits congés pour sortir avec Sun et Jane. Jane était candidate favorable, malgré qu’elle soit toujours très enthousiaste à la vie et aux activités qu’on pouvait faire, mais elle pouvait nous amener facilement à la fameuse colline en question. Son enthousiasme pouvait fatiguer plusieurs esprits de l’Institut Xavier, elle pouvait aller parfaitement avec l’esprit enfantin de Sun.

Les deux semblaient toujours avoir un esprit joueur important pour se compléter durant cette promenade. J’étais beaucoup trop influencée par Betsy pour rentrer dans leurs jeux. On allait partir vers midi avec la voiture prêtée de mon professeur. Deux heures de routes faciles où j’avais mis la radio pour passer le temps, je ne pouvais pas être la plus bavarde de la planète, mais j’avais quand même averti Sun de quelques conseils.

« On va peut-être rester pour la nuit, mais c’est un beau petit endroit pour dormir et pour voir la nature. Le chemin prend quelques heures à faire avant de nous rendre à la colline qu’on va escalader. J’ai invité une vieille amie pour nous accompagner, elle est un peu étrange, mais elle reste assez sympathique, cependant si elle commence à chanter durant le chemin… évite de l’encourager. »

C’était quand même des conseils très importants pour la santé mentale de Sun. Jane était cool comme gamine, mais elle avait toujours l’idée de rendre fou les autres personnes autour d’elle. J’avais besoin du GPS pour me retrouver quand on était dans les chemins qui se dirigeaient vers le centre naturel. En arrivant quelques minutes plus tôt que Jane, j’avais commencé à sortir les sacs lourds pour le voyage.

« Tu as un sac pour toi. C’est surtout pour amener nos équipements pour escalader et pour dormir aussi après. Je crois que Jane va amenée la nourriture et la tente pour nous abriter durant la nuit. En tout cas, j’espère que ce n’est pas trop lourd pour toi, mais c’est comme un entrainement tu vois? C’est comme avoir une carapace sur le dos pour faire le chemin. On va voir si tu as les épaules pour suivre deux X-Woman. »


Je le disais avec un petit sourire et un ricanement pour lui lancer ce défi. Puis c’était le temps d’entendre Jane, avec mes pouvoirs, je pouvais bien sûr entendre sa voiture et ainsi que sa musique. Elle était arrivée avec le plus grand enthousiasme du monde comme à son habitude pour nous saluer plusieurs fois avant de se diriger vers nous avec son grand sac sur le dos.

C’était la plus grande épreuve de ma vie quand je la vois se diriger vers moi pour un high five. Je la regardais platement pendant quelques secondes, la voyant sourire et la main levée pour me demander pourquoi j’avais décidé de l’inviter à cette activité, mais elle ne semblait pas vouloir abandonner ce fameux high five. Je le faisais quand même contre ma nature en ce moment, j’avais beaucoup de mal à lui donner une crédibilité après ce cirque. Le mouvement était assez lent et n’était pas convaincant. Jane se présenta par la suite à Sun avec des explications bien trop longues. J’attendais juste la réponse de Sun à Jane avant de déposer quelques mots à notre formidable trio.

« Comme Jane, tu connais plus le chemin, on va te laisser ouvrir la marche et on va te suivre après. C’est un plaisir de t’inviter, j’avais peur que tu prennes la grosse tête avec tes missions à l’étranger, mais je vois que tu as gardé le même niveau d’intelligence… »


C’était une insulte… mais chut, je voulais savoir si elle était assez intelligente pour comprendre mes mots. Je restais toujours aussi neutre physiquement, mais j’apprêtais à laisser maigre petit rire. »

_________________
avatar
Helena Boldarev

Messages : 197
Date d'inscription : 11/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Message  Sun Wukong le Jeu 7 Mai 2015 - 19:45

Mon entraînement n'était pas encore commencé. J'avais encore beaucoup de temps devant moi pour flâner. Je m'étais réveillé un beau matin ensoleillé à cause des rayons qui me brûlaient les yeux. Je battais des paupières et bâillais avant de m'étirer de tout mon long sur le lit qu'on m'avait assigné. Je m'assieds pour regarder dehors. Il y avait déjà des gens debout qui flânaient dehors avant le début de leurs cours. Je m'habillais d'un jogging et d'un haut sportif avec un capuchon. J'avais envie d'aller courir, de me dégourdir avant de prendre le petit-déjeuner. Enfin prêt, je fermais la porte derrière moi et marchais loin des gens. J'étais plutôt timide et je ne me sentais pas encore chez moi ici alors je préférais me tenir à l'écart et rester discret.

Enfin dehors, l'air remplit mes poumons et je me mis à courir à une vitesse normalement humaine. Lorsque je passais l'enceinte de l'école, j'accélérais le rythme et laissais derrière moi une traînée de poussière qui ne passait pas inaperçue. Cela me permit d'explorer un peu plus les environs par moi-même et arriver à me repérer si un pépin m'arrivait. Je passais quelques heures comme ça avant d'entendre mon ventre hurler qu'il était temps de rentrer pour prendre le petit-déjeuner. Quand je revins, les étudiants étaient en cours: j'avais le champ libre. Je fermais la porte derrière moi sans aucun son et lorsque je me retournais, Helena m'attendait avec un sourire au visage. Quoi? Pourquoi un sourire pareil? Parce que j'ai sué comme un porc? Je souris bêtement à mon tour, malaisé.

Même si j'avais passé que quelques heures avec elle, elle savait que j'étais parti courir et que j'allais revenir éventuellement. Elle m'invita à une sortie d'escalade en pleine nature. Mes yeux s'agrandirent comme ceux d'un enfant, mon sourire s'élargissait jusqu'à mes oreilles. Je lui étais reconnaissant de m'inviter pour une sortie comme celle-là et je l'avais remerciée sans hésitations. Elle me donna une date de ce dit-événement avec un lieu de rendez-vous. Le garage? Je secouais la tête en souriant. Il fallait que je m'y fasse: les humains étaient tous dépendants de ces machines et ils ne pouvaient pas vivre sans elles. Je ne me voyais pas comme quelqu'un d'exceptionnel même si mes pouvoirs étaient larges, mais ça m'épatait à chaque fois. Quand on vit à l'écart de toutes technologies pendant des années, une moindre petite chose vue plusieurs fois surprend toujours.

Ce jour arriva enfin et j'étais prêt. Debout tôt le matin, réveillé et motivé, je rejoignis Helena comme prévu. Elle m'attendait près d'une voiture. Je l'y rejoignais dans un vêtement de sport confortable et souple. C'était parfait pour l'escalade. Nous montions à bord de son véhicule et nous voilà partis pour l'aventure! Elle m'annonçait que nous allions passer au moins une nuit là-bas. J'hochais la tête. Ça ne me dérangeait pas en soi... je n'avais seulement pas prévu de vêtements de rechange supplémentaire. Bien sûr que j'en avais apporté un peu, mais c'était qu'en cas d'urgence, rien qui soit complet vraiment. Puis je me dis que c'était que des vêtements. Mais quand même, ça allait être Helena qui devait subir les odeurs de saleté pour le trajet de retour. Elle me dit que nous allions être trois pour le parcours d'escalade. Ça non plus ça ne me dérangeait pas. Ça allait me faire connaître une personne de plus venant de l'Institut. Lorsqu'elle mentionna la partie sur le chant, j'eus une expression boudeur. Il faudra que j'essaie de me contrôler aussi dans ce cas...

Le trajet en soi était plutôt tranquille. Avec la radio en marche, j'en apprenais un peu plus sur la culture musicale américaine. Je n'étais vraiment pas certain des propos qu'ils chantaient dans leurs chansons et parfois j'en rougissais tellement que ça me gênait. Quand ça arrivait, je détournais la tête vers ma fenêtre sans comprendre vraiment ce que ça voulait dire. C'était comme une sorte de réflexe désagréable. Nous arrivions les premiers au stationnement. Elle me montra le sac à dos que je devais porter pour l'escalade. Je le pris à une main... puis à un doigt et la regardais en arquant un sourcil. Est-ce que c'était une blague ou...? J'haussais les épaules et passais mes bras sous les bretelles avant de fermer les attaches au niveau de mon torse et mon abdomen. J'étais prêt à partir.

Puis arrivait l'amie d'Helena. Elle prit son sac avant de nous rejoindre tout sourire. Elle avait présenté sa main à Helena qui hésitait longuement à répondre à cette salutation amicale. La X-Woman me paraissait bien heureuse de faire partie de notre équipe de randonneurs. Elle se tourna ensuite vers moi et me déballa son long monologue qui parlait de toute sa vie, comme un documentaire. Et ce devait être nous qui devions faire un documentaire? Je me grattais la joue parce que je ne savais pas trop quoi répondre à cette idée. Sa main m'était présentée. C'était à moi de jouer comme on me l'avait enseigné. Ma main prit la sienne avec fermeté, mais j'eus le réflexe d'hocher la tête en même temps.

« Je suis Sun Wukong! Je suis tout aussi enchanté de vous rencontrer! Et pour les documentaires... euh... je ne sais pas... »

Je ris nerveusement parce que c'était tout ce que je savais faire dans ce genre de situation. Jane prit les devants et nous entraîna sur les sentiers entre les arbres. À peine avions-nous commencé à marcher que respirer la nature me fit sourire. Ça sentait bon et l'odeur de la ville était repoussée de mes poumons. Ça me faisait un bien fou. Puis je remarquais le feuillage des arbres, la forme des écorces et je me demandais:

« Vous n'avez pas de bambou dans vos forêts? »

Le bambou c'est cool, ça claque ensemble quand il vente. C'était ma chanson préférée, juste avant celle de l'eau du ruisseau qui coule. Puis il y avait ce « depuis nos douze ans » qui me martelait l'esprit. Je regardais les filles à tour de rôle et les interrogeais:

« Vous vous êtes rencontrées à l'Institut? Comment ça s'est passé? »

_________________
       
avatar
Sun Wukong

Messages : 124
Date d'inscription : 04/11/2014
Localisation : Asie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Message  Jane A. Gallagher le Ven 8 Mai 2015 - 14:48

Cela ne m’étonne pas vraiment d’Helena cette lenteur et ce manque de conviction dans le plus grand High Five de sa vie. Je ne veux pas dire qu’Helena n’est pas intelligente, mais son cerveau s’est assimilé surtout aux habitudes de vies de Psylocke, donc elle est beaucoup plus concentrée sur le combat que se concentrer à faire un magnifique high five dans ma main. Après nos salutations trop cool de X-Woman, Sun commence à se présenter avec un mélange de politesse occidentale et orientale. C’est tout mignon cette méthode de présentation, mais je semble l’avoir un peu troublé quand je lui ai parlé des documentaires. Il ne savait pas? Mais pourquoi il ne savait pas? Les documentaires sont trop cools pour te présenter le Monde et découvrir plein de trucs inconnus sur la Galaxie entière. C’est normal que tu ne puisses pas savoir quand tu ne regardes pas assez de documentaires.

Helena me propose de commencer la marche avec des compliments trop gentils et superbes sur mon intelligence et ma modestie. Je ne lui réponds qu’avec un petit sourire avant de commencer la marche vers la montagne en question. Je reste silencieuse pendant quelques minutes pour prendre une bonne bouffée d’air au début avant de se faire questionner sur une énigme fortement intellectuelle de Sun. Les bambous? Et pourquoi pas ici et surtout la question que tous se posent pourquoi les pandas ne sont pas universels? Je rigole un peu à sa question avant de lui répondre rapidement à sa question.

« Le système climatique est trop bizarre pour avoir des bambous ici! C’est fort dommage, mais cela ajoute à la diversité écologique de la planète. On aimerait tous avoir des pandas partout, mais malheureusement ici, on a juste des gros ours avec une seule couleur. C’est triste, mais il faut vivre avec! J’aimerais tellement voir des pandas dans l’état de nature. Vous savez que les pandas mangent environ cinq fois son poids par jour? C’est pour cette raison qu’ils sont aussi gros! »


Oh les documentaires sur les pandas, c’est toujours les plus mignons de tous! Les bébés pandas sont vraiment trop cools et ils courent partout comme des enfants. Les plus vieux pandas sont toujours mignons, mais il ne faut pas oublier qu’ils font partis de la famille des ours! Alors ils peuvent devenir dangereux et espiègles. On continue doucement notre marche pendant que Sun nous pose une autre question, non sur le bambou, mais comment Helena et moi, on s’est rencontré.

Je me souviens que je suis arrivée quelques mois avant elle et il faut quand même aller dans la franchise. Elle avait peut-être des bases en anglais, mais son accent bouffait tout sens dans ses premières phrases. En plus, la fille n’a jamais été la plus sociale des jeunes recrues de notre génération. Je crois quand même qu’on est devenu des bons amis avec le temps, bien que nos cultures divergent, je crois qu’on cherchait tous à aider et à être accepter dans l’Institut Xavier.

« On est arrivé proche de nos douze ans, nous deux, on avait des difficultés avec nos pouvoirs. Helena avait des problèmes avec ses sens qui pouvaient lui créer de lourds problèmes car elle manquait de concentration et elle cherchait toujours à être la plus dark possible. Quand à moi, ma télépathie me posait beaucoup de problèmes et j’avais d’énormes problèmes pour éviter que j’entende tout le monde autour de moi.

On a eu quelques cours ensemble avant d’être recruter dans l’équipe des recrues des X-Men. Vu le nombre restreint des Jeunes X-Men, on est quand même devenu assez amies. On ne se voit plus vraiment depuis quelques années, Helena suit une spécialisation avec son professeur : Betsy et moi, je suis dans l’équipe des X-Guardians qui travaillent avec des équipes nationaux dans le Monde. Mais c’est toujours un plaisir de se retrouver pour faire ce genre d’activités. »


C’est un gros résumé de notre relation depuis les dix dernières années, on n’était peut-être pas les meilleures amies, on se respectait encore beaucoup aujourd’hui. Puis quand on continue la marche, j’ai une chanson parfaite pour la situation, une chanson que tout le monde aime beaucoup et qu’on chante tous quand on est en voyage!


« When I wake up yeah I know I'm gonna be
I'm gonna be the man who wakes up next to you
When I go out yeah I know I'm gonna be
I'm gonna be the man who goes along with you
If I get drunk yes I know I'm gonna be
I'm gonna be the man who gets drunk next to you
And if I haver yeah I know I'm gonna be
I'm gonna be the man who's havering to you

But I would walk 500 miles
And I would walk 500 more
Just to be the man who walked a 1000 miles
To fall down at your door... »

_________________

« J'ai mangé la pizza de Logan et de Kitty. Pas peur de la mort. »
avatar
Jane A. Gallagher

Messages : 143
Date d'inscription : 01/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Message  Helena Boldarev le Lun 11 Mai 2015 - 13:54


Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches

« C’était le temps de profiter vraiment un peu de la nature, cette sortie pouvait être intéressante sous plusieurs visions, on pouvait admirer tant les petits chemins que la protection que les américains faisaient de sa faune. Je ne faisais pas très attention au regard de Sun autour de son sac, s’il trouvait cela léger, c’était tant mieux pour lui. Et pour Jane, elle confirmait rapidement une prémisse que je me faisais depuis quelques années. Elle est naturellement idiote que cela lui donnait un style particulier pour attirer les marginaux, mais je comprenais au moins pourquoi elle était toujours célibataire. Elle n’était pas désagréable, elle était juste Jane. Cette extraterrestre commençait rapidement la petite marche vers le lieu d’escalade.

À mon habitude, je restais souvent silencieuse durant les premières minutes. Je me concentrais surtout à trouver des bruits intéressants pour essayer de trouver quelque chose d’unique à montrer aux deux tarés, mais eux ne voulaient pas l’entendre de cette façon. Sun commençait à lancer une drôle de question sur les bambous, prouvant qu’il s’était juste promener dans des coins de panda pour essayer de se faire mange et pendant que Jane était en train de lui faire une réponse bien trop incohérente et débile comme à son habitude.

« Il posait une question sur le bambou Jane, pas sur les pandas. »


Il fallait quand même le préciser, Jane avait toujours un pouvoir incroyable d’extrapoler n’importe quels informations pour se diriger vers ces centres d’intérêts toujours aussi étranges. C’était après un temps que Sun posait une question plus personnelle que la dernière. Les jeunes membres de l’Institut Xavier avaient toujours une grande chance d’habiter dans un endroit avec autant d’ouvertures et une intégration hors du commun. Je ne pensais pas que l’Institut Xavier offrait la possibilité de faire l’une des meilleures équipes de la planète, digne de l’École de la Justice League, je pensais aussi que c’était l’une des meilleures écoles pour n’importe quelles intégrations.

Je laissais Jane répondre avec son enthousiasme habituel, au moins elle respectait notre histoire et elle ne commençait pas à mettre de la fantaisie. J’avais même eu le courage de laisser un petit rire quand elle me parlait de mon attitude un peu trop dark, mais c’était souvent par timidité que je ne cherchais pas vraiment à attirer l’attention. En plus sincèrement, qui pouvait croire que cette folle de Jane avait les talents pour rejoindre une équipe internationale? Je ne savais pas trop quoi ajouter après car Jane venait quand même de faire un grand résumé exact de notre enfance et adolescence. Je ne voulais pas rester l’intrus de cette grande machination, alors j’avais décidé d’intervenir pour amener au moins un point sur les X-Guardians.

« Tu vas pouvoir voir Jane en Asie, Sun. Les X-Gardiens travaillent parfois avec les Last Sons pour contrer des ennemis anti-mutants. »


Pas très aidante, mais cela pouvait toujours ajouter quelques informations pendant nos marches. De toute façon, je prenais plus le temps d’oublier les bruits urbains pour redéfinir quelques de mes sens en essayant d’éviter d’entendre Jane chantée. C’était plaisant, mais grâce au génie intellectuel de Jane, on se retrouvait rapidement à la montagne, où on pouvait voir quelques cordes faits avec de grandes lignes de sécurités pour les touristes ou les marcheurs. Je fis un petit signe à Sun de déposer son sac pour ensuite commencer à sortir les outils d’escalade en lui montrant juste comment le mettre correctement.

Après coup, je commençais aussi à mettre les bracelets de sécurité et remettre doucement mon sac sur mon dos. Je reposais ensuite mon intérêt vers Jane qui doit s’être logiquement préparé pour escalader.

« Tu pars le bal, Jane? » »

_________________
avatar
Helena Boldarev

Messages : 197
Date d'inscription : 11/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Message  Sun Wukong le Jeu 13 Aoû 2015 - 13:14

Les pandas: mais quels beaux animaux qui peuplent l'Asie. Des animaux qu'il n'est pas naturel de croiser dans une rue, mais bien dans un zoo... ou dans une forêt de bambous. On peut les apercevoir en train de gruger le bambou pour se nourrir ou de nous fixer derrière ces cercles noirs qui décorent leurs yeux d'un regard diabolique et ténébreux. Je me souvenais en avoir vu une ou deux fois et d'avoir tenté de m'approcher jusqu'à ce qu'on m'aperçoive en train de me diriger vers le danger. J'étais naïf et curieux à l'époque, encore plus que je l'étais au moment de grimper la montagne avec Jane et Helena.  Je voulais toucher le poil de la bête, laisser ma main caresser son pelage doux et touffu... mais je n'ai jamais pu le faire.

J'essayais de comprendre comment un climat pouvait jouer sur ce qui pouvait pousser dans les forêts. Qu'est-ce qui manque ici pour que cela puisse se faire? Qu'y a-t-il de différent autre que la quantité de smog? Lorsque je comparais la qualité de l'air entre la Corée et les États-Unis, l'air était beaucoup plus respirable ici... et encore plus en forêt! Il y avait toutes sortes d'odeurs aussi que je n'arrivais pas vraiment à identifier puisque je ne les avais jamais senties avant. Il faudra que je pose des questions sur ce sujet-là aussi à notre retour pour élargir mes connaissances.

Jane nous guidait dans les bois en enjambant parfois des chemins rocailleux sans faiblir. Elle et Helena m'expliquèrent comment elles s'étaient rencontrées. C'était intéressant de savoir l'opinion d'une personne concernant la jeunesse d'une autre. Une personne peut nous raconter sa version de faits mais cela n'englobera pas nécessairement le point de vue extérieur. Et ce point de vue extérieur a su faire rire Helena la Dark. De ce que je comprenais, les X-Men et les X-Women avaient leur mentor pour progresser avec leurs facultés spéciales. J'apportais ma main à mon menton en me disant qu'il n'y avait pas vraiment quelqu'un comme cela chez les Last Sons. Étant donné que je venais d'une autre planète, il faut dire que la compréhension de ce que je pouvais faire était difficile. Hiroki était là pour nous montrer nos limites et nous aider avec les tactiques d'équipe, mais le reste il n'en tenait qu'à nous de savoir nous en servir.

L'amie d'Helena continua d'avancer en chantant des paroles dont j'avais toutes les misères du monde à saisir... parce que mon traducteur universel se mettait de la partie: « Je serai l'homme qui se réveillera à côté de toi ». Hein? Jane, un homme? Se réveiller à côté de qui? Je me grattais la tête en me disant que ce devait être une faculté de transformation physique... Puis d'être un homme saoul... saoul? Elle a amené de la boisson alcoolisée? J'espère qu'elle ne comptait pas monter la montagne en étant bourrée... Je secouais la tête en essayant de ne pas comprendre ce qui se passait devant nous... mais en me disant que je devrai la surveiller et faire en sorte qu'elle ne fasse pas de bêtises!

Arrivés devant le mur de pierre à escalader, Helena me montra comment les outils fonctionnaient. C'était la première fois que j'allais les utiliser. Normalement, je faisais cela avec rien du tout et au diable la sécurité parce que je me disais que de toutes façons, je savais voler! Et ainsi donc notre excursion se poursuivit dans des chansons que seul moi ou les filles connaissaient. D'un pas joyeux et toujours là pour se conseiller les uns et les autres quant à la bonne pierre à choisir pour grimper. Je me disais qu'en revenant, il faudra que je me familiarise avec ces milliers de chansons étrangères que je n'avais jamais entendues auparavant. La nuit était sur le point de tomber, le soleil montrait sa dernière heure de rayons évidents: il nous fallait monter la tente et récolter les provisions pour la nuit.

« Je me propose pour aller chercher du bois pour faire un feu! À moins que vous voulez que je monte la tente? Un choix ou l'autre me convient parfaitement! »

Malgré que j'aie une de ces envies qui me démangeaient de me balader seul dans ce nouvel univers, je ne voulais pas leur imposer de monter la tente si se promener entre filles les intéressait d'avantage... Les mains sur les hanches, le visage tout sourire, j'attendais leur réponse avec une certaine impatience. Je remontais mon corps en me mettant sur la pointe des pieds et redescendais sur mes talons à répétition mais à force, je sentais ma vessie gonflée de l'eau que j'avais bue tout au long du trajet. Je m'arrêtais soudainement, cachant mon envie d'aller derrière un arbre par un sourire déformé et de gouttes de sueur me coulant le long de la tempe.

_________________
       
avatar
Sun Wukong

Messages : 124
Date d'inscription : 04/11/2014
Localisation : Asie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Message  Jane A. Gallagher le Dim 13 Sep 2015 - 1:00

Sun comprends automatiquement le débat qui se passe entre mon mental et Helena qui était beaucoup trop pointilleuse sur les questions. Comment elle peut ignorer le sujet des pandas de cette façon? Je veux dire : C’était quoi la chose la plus remarquable qu’on pouvait trouver hormis les magnifiques paysages? Je vous assure vraiment que ce sont les magnifiques pandas ou encore les pandas roux tous trognons. Enfin, je trouve une personne peut comprendre mon énorme passion pour les pandas. Sun s’est quand même aventuré dans les plus belles forêts du Monde pour découvrir les pandas et leurs magnifiques pelages. Je suis sûr qu’on pourrait faire des discussions de plusieurs heures sur notre loisir préféré qui s’incarne par les pandas, mais que je ne pouvais pas vraiment pour le moment à cause d’Helena.

J’aime beaucoup Helena, mais parfois elle veut être juste trop sérieuse. Je crois vraiment que c’est son attitude de timidité quand elle est arrivée à l’Institut Xavier qui l’a renforcé dans ce caractère. Elle peut paraitre souvent froide et détachée, mais elle a souvent un attachement similaire aux autres qu’elle ne démontre pas assez. Finalement, elle a un comportement presque copié sur Betsy. Sa professeure ne montre pas beaucoup d’émotions envers les autres, mais elle est beaucoup plus humaine que n’importe qui d’autres. Elle a peut-être tuée plus qu’un soldat dans un pays en guerre, mais j’ai toujours eu une admiration envers les personnes qui sont capables de trouver une rédemption à l’Institut Xavier.

En tout cas, le parcours reste toujours aussi amusant, peut-être que je suis la seule à chanter, mais les paysages sont magnifiques pour guider le chemin. J’aime beaucoup me promener par ici, mais étrangement, je préfère toujours être avec des amis durant des sorties de ce type. On retrouve toujours un meilleur esprit avec deux ou trois amis que faire cette promenade seule. Je suis sûr que des gens en pleine dépression peuvent beaucoup se retrouver en faisant des promenades en solitaire où la nature prédomine et où tu peux retrouver vraiment des sources qui t’inspirent.

Après une petite promenade de quelques heures, on se retrouve enfin devant la fameuse montagne. Helena me suggérait de commencer l’escalade pendant qu’elle installait Sun comme un gros bébé. J’ai commencé un peu à rire durant ce moment, mais je pense que c’est vraiment culturel et par apprentissage. Je suis bien trop habituée à escalader avec mon équipe pour juger les autres novices. On s’était quand même beaucoup amusé avec les X-Gardiens et je suis vraiment déçue que Valerie ou Helena n’ont pas rejoints l’équipe. Les deux suivent peut-être des voies qui les animent plus aujourd’hui, mais j’aurai beaucoup appréciée la présence des deux dans notre vie.

Je suis quand même heureuse d’être avec mon équipe et avec Helena qui garde un lien avec nous, je ne peux qu’avoir le sourire, mais je trouve cela vraiment malheureux de perdre ce lien si précieux avec Valerie qui s’est vraiment déconnectée de nous. Elle a vécu vraiment des expériences un peu plus catastrophiques dans sa vie, mais j’aimerais la voir plus souvent pour discuter. L’escalade se fait doucement en sécurité, je regarde en direction du sol si les deux amoureux ont commencé à monter, mais je ne m’inquiète pas vraiment. Sun est quand même un Last Sons et Helena reste une fille assez spéciale pour éviter de se casser la gueule sur une montagne.

On arrive finalement en sécurité sur la montagne où le campement était possible. On sort doucement les outils pour rester durant la nuit et c’est Sun qui nous lance quelques questions pour la suite.

« On va monter la tente et préparer le tout pour manger après. Tu peux aller ramasser le bois et essaie de ne pas te perdre, sinon le mot de code si tu te perds… c’est panda! »

C’est quand même un mot de code très important pour la suite. Sun ne pourrait que survivre grâce au panda! On ne peut pas amener les pandas en Amérique du Nord à cause du climat, mais on peut bien amener leurs esprits aussi amicaux et gentils. J’attends un peu que Sun commence à partir pour sortir la tente et je commence mettre les clous orange bizarres dans le but de maintenir notre abri pour cette nuit.

« Alors tu le trouves comment Helena? Il doit aimer les pandas et il réfléchit silencieusement comme toi. C’est l’homme parfait pour une personne comme toi. Tu ne trouves pas? »

_________________

« J'ai mangé la pizza de Logan et de Kitty. Pas peur de la mort. »
avatar
Jane A. Gallagher

Messages : 143
Date d'inscription : 01/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Message  Helena Boldarev le Jeu 24 Sep 2015 - 0:51


Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches

« J’étais peut-être beaucoup trop habituée de trainer avec Betsy pour comprendre les grands délires de mes deux compagnons. Il était vraiment rare que je me donne le temps de faire des grands délires comme Jane. Je l’aimais beaucoup, j’étais capable de faire des blagues, Sun pouvait en parler, mais parfois je me sentais dépassée par cette humeur. Je n’avais pas vraiment l’habitude de parler de pandas, je ne voyais pas vraiment leurs intérêts. J’aimais vraiment mieux de discuter de mon formidable pyjama de Grumpy Cat. Au moins, je profitais vraiment du paysage. Je n’avais pas pris le temps de respirer la nature depuis un moment.

Vous savez, il existait vraiment une différence capitale entre l’illustrer et le vivre. La nature ne pouvait pas être dessinée, car c’était toujours en mouvement, car les bruits amenaient la nature, car le vent amenait aussi cette vie qu’on ne retrouvait pas en grandes villes. Malgré que je puisse entendre les musiques de Jane qui me faisaient saigner des oreilles, je pouvais me concentrer sur des bruits bien plus intimes et personnels de la forêt. J’aimais cet instant, j’aimais me concentrer sur ce silence et parfois, j’aimerais partir un moment pour voir ce que la planète nous donnait vraiment en termes de beauté. J’arrivais même à sourire durant nos parcours, non je ne rigolais pas de la musique de Jane, je rigolais plus de cette bonne attitude générale qu’elle pouvait avoir en tout temps.

Sun semblait plus pensif, mais j’aimais aussi cette attitude en général. J’espérais uniquement qu’il ne pensait pas au panda comme cette folle de Jane. Notre chemin restait agréable et on n’avait pas vraiment de problèmes au long terme. Sun était en bonne forme physique. Son endurance pouvait lui permettre un entrainement primaire dans les X-Men, mais je voulais en savoir plus sur son adaptation au combat et en stratégie. Mais en ce moment, il fallait surtout penser à s’amuser. Ce n’était peut-être pas très amusant de monter une montagne, mais à la fin, on risquait de trouver un certain amusement. Je donnais des instructions assez primaires à Sun pour l’escalade, pendant que Jane gloussait doucement de rire. Elle avait peut-être halluciné un dinosaure quand elle était à mi-chemin.

Après les instructions à Sun, je partais aussi sur mon escalade. C’était vraiment plus facile que la dernière fois. La dernière fois, dans mes souvenirs, était surtout quand je commençais ma formation dans les X-Men, alors je n’étais pas à ma meilleure forme physique. L’escalade n’avait duré que quelques minutes et Jane était facilement la première arrivée au sommet de la montagne. On était arrivé pratiquement dans les mêmes moments pour la suite.

C’était ensuite le temps de construire nos plans pour rester durant la nuit. Jane prenait le leadership en main, donnant la mission à Sun d’aller chercher le bois pendant que nous installons le terrain. Jane préparait déjà à mettre la tente avec ses clous, pendant que je préparais plus les bancs improvisés et que je sortais le reste de l’équipement. Puis, c’était le temps de prendre en considération les dangers pour mon état mental de la question de Jane Gallagher. Je l’entendais, mais cela me prenait plus de temps à la répondre intelligemment vu cette question.

« Je ne savais pas que tu avais eu le temps de fumer de la marijuana en nous attendant sur la colline. »

Je ne devrais quand même pas me laisser intimider par Jane, elle pourrait rapporter des rumeurs affreuses dans les X-Gardiens. Je devrais faire attention à l’utilisation de chacun de mes mots avec Jane. Cependant je me posais une petite question sur ce tel intérêt envers ma vie de couple.

« Tu trouves vraiment que j’ai besoin d’un copain? » »

_________________
avatar
Helena Boldarev

Messages : 197
Date d'inscription : 11/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Message  Sun Wukong le Mer 14 Oct 2015 - 10:43

Nom de code: Panda. Lieu de la mission: Les appalaches. But de la mission: Trouver du bois pour faire un feu. Paré? C'EST PARTI! Je leur fis un signe d'au revoir avec mon index et mon majeurs en partant de mon front. C'était un truc que j'avais vu dans un dessin animé... peut-être le reconnaîtront-elles? Mes jambes m'amenaient plus loin... loin du campement. Je m'arrêtais pour regarder l'endroit où je me retrouvais. Il y avait des arbres partout et c'était difficile de me repérer. Voyons voir... Je venais de par-là alors j'irai à droite pour trouver du bois. D'une main je ramassais les branches et de l'autre je les accumulais. Je m'assurais qu'elles étaient sèches et en bon état pour brûler. J'aimais bien être laissé à moi-même de temps à autres... mais c'était bien aussi de voir des gens en chair et en os.

Plus je m'enfonçais dans le bois, moins il y avait de place pour circuler. Puis un moment donné, ma tête heurta quelque chose de moelleux et de doux. Quand je reculais d'un pas suite à l'impact, je constatais le pelage... l'imposant animal... son museau... ses dents... SES GRIFFES! Je me penchais juste à temps pour esquiver une décapitation instantanée. Le panda hurlait pour me faire fuire, pour que je comprenne que j'étais sur son territoire de chasseur. Cependant, je me mis à hurler aussi pour lui signaler que son nom n'était écrit nulle part et que tout le monde pouvait marcher ici.

" T'ES UN VILAIN PANDA! "

Mon cri du roi de la jungle n'eut pas l'effet escompté et il se redressa sur ses pattes pour me faucher encore avec ses pattes lourdes comme sa graisse. En voyant que je passais mon temps à esquiver en reculant, il décida de retomber sur ses pattes et de commencer à courir le marathon à mes trousses. C'était le signal que je devais laisser tomber mon dressage d'ours sauvage et que je devais sauver ma peau. Je raflais de trébucher et d'échapper toutes mes bûches, mais je me repris de justesse. Maintenant que j'étais revenu à cet endroit où j'avais tourné dans une direction, je tournais dans la direction opposée au campement pour sauver mes fesses.

" PANDA! PANDAAAA! PAAAAAANDAAAAA! "


Plus je courrais, plus je me rendais compte qu'une distance plus grande nous séparait de seconde en seconde. Il s'arrêta finalement, peut-être essoufflé, peut-être las, me laissant au milieu de nulle part. Quand le danger fut écarté, je regardais autour de moi et ne reconnaissais aucun arbre, aucune plante que j'avais croisés sur ma route. C'était là que je me disais que je devais tricher. Je rassemblais mon ki sous mes pieds pour léviter au-dessus des arbres. Je survolais la région en cercle et lorsque j'aperçus le campement, j'atterris en douceur près de l'endroit où 'elles m'avaient vu disparaître. En m'approchant, je constatais qu'elles n'étaient plus là... Dans la tente peut-être? Ou parties chercher des fruits? Je déposais le bois près de la tente.

" Euh... vous êtes là? Helena? Jane? "

HRP: Ma boîte à mp est ouverte si quelque chose ne va pas! Smile

_________________
       
avatar
Sun Wukong

Messages : 124
Date d'inscription : 04/11/2014
Localisation : Asie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Message  Jane A. Gallagher le Mer 30 Déc 2015 - 20:35

Tout va bien en ce moment. On est peut-être dans une nature plutôt hostile la plupart du temps, mais on a quand même l’une des plus grandes classes de l’histoire pour les affronter. Dans ce formidable trio, on a les qualités exceptionnelles pour être capable de voir les futurs dangers de cette jolie forêt. Sun me comprend rapidement pour le code où cas qu’il se perd ou encore qu’il est dans une dangereuse situation où il se fait attaquer par un furet ou encore par un castor. Je lui fais quand même confiance pour être brave et fort dans cette forêt, il vient quand même des Last Sons. Ce n’est pas une équipe mineure qu’on parle, mais bien de ceux qui protègent un territoire aussi vaste et diversifié que l’Asie. Peut-être que je me fais des idées, mais comment je peux me tromper quand Sun doit adorer les pandas et faire parti des Last Sons?

Cela veut dire beaucoup sur sa personnalité, il doit avoir un grand esprit de protection comme dans les films de Kung Fu Panda. En tout cas, je vais lui poser des questions bien plus importantes quand on va avoir le temps. Je me suis toujours demandé si dans les Last Sons, ils ont décidé d’intégrer des animaux-mutants qui font du kung fu. En tout cas, Sun a quand même une mission plus importante que mes nombreuses interrogations sur cette équipe : Il doit ramasser des branches pour alimenter le futur feu.

Pendant ce temps, Helena et moi avons une mission bien plus importante pour notre survie : Monter la tente et notre abri pour la soirée. C’est quand même l’un des travaux les plus importants pour notre future survie. Sans notre dévotion, on pourrait finir manger par les moustiques ou encore par les pandas-bruns. Alors qu’on travaille trop fort, Helena ose me faire une mauvaise blague sur mes capacités de perceptions incroyables de son problème général en mêlant la drogue, mais je suis trop cool pour faire attention à cette remarque.

Au moins, elle se rend compte de ce petit problème dans sa vie. C’est un problème minime, parce que je crois sincèrement qu’Helena n’a pas vraiment besoin de copains pour être combler totalement. Sa famille a été construite par deux décennies assez marquantes pour les jeunes de notre âge. On a quand même passé du temps captivant ensemble entre les jeunes X-Men de notre génération. Helena a peut-être un grand lien avec Betsy et je sais, sans lire dans sa tête, qu’elle la voit pratiquement comme sa propre mère, mais pour pousser plus loin, j’ai toujours cru que la photo qu’on a pris ensemble, quand tous étaient réunis étaient une manière d’être des amis pour très longtemps. On est peut-être séparer par nos responsabilités, mais on va toujours être là pour nos amis d’enfances.

Je ne vais pas faire le grand résumé de nos amis, la liste est bien trop longue. Cependant, je suis contente de toujours trouver Mirko, Helena et même Monet dans les couloirs de l’Institut Xavier. Je suis autant heureuse de les voir, que d’être accompagner par mes éternels amis de l’Institut Xavier en mission.  

« Bah, je ne sais pas. C’est normal que je m’inquiète de te voir à l’école quand je reviens de missions et que tu ne sembles pas vraiment te trouver d’autres amis que nous. Je te fais des blagues bien sûr, mais quand je vois ta prof avoir un copain et toi, qui suit un chemin similaire ne pas en avoir, je trouve ça dommage. Tu es quand même une personne assez attachante et malgré que tu as la facette de ne pas trop vouloir t’impliquer, je crois que tu peux apporter beaucoup au mec ou à la fille à qui tu vas laisser une chance. »

Je suis beaucoup trop gentille, je le sais très bien pour faire des commentaires pareils. Je ne vais quand même lui dire qu’il faudrait qu’elle change de coupe de cheveux pour attirer plus. De toute façon vu le bordel sur la scène internationale et le chômage technique que cela amène pour les X-Gardiens, on va avoir plus de temps pour des discussions sur la mode ou sur comment avoir de nouveaux amis. Alors qu’on finit d’installer notre petit campement, je suggère à Helena d’aller voir le livre sur le rail officiel du parcours national. Ce petit livre collecte ainsi la mémoire de plusieurs hikers et de campeurs sur plusieurs années. Je ne sais pas s’ils ont enlevé le livre où qu’on avait osé mettre quelques citations et dessins pour en mettre un nouveau.

Cela ne prend que quelques minutes pour rejoindre le petit module en bois où on retrouvait le fameux livre ouvert aux visiteurs. Le livre est heureusement toujours le même que quand on est passé la première fois. Un malheur arrive rapidement, dès qu’on commence à retrouver un peu de nos fragments, on entend le code spécial de panda pour Sun. Il s’est peut-être perdu, il faut revenir sur le camp, mais comme on est trop thug life, on prend quand même notre temps. On arrive finalement au camp quand Sun venait d’arriver.  

« On est allé se promener, pourquoi tu as déclenché le code panda? Tu t’es perdu? »

_________________

« J'ai mangé la pizza de Logan et de Kitty. Pas peur de la mort. »
avatar
Jane A. Gallagher

Messages : 143
Date d'inscription : 01/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui se passe dans les Appalaches, reste dans les Appalaches (PV - Helena Boldarev et Sun Wukong)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum