Une formation pour un Last Sons (Sun Wukong)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une formation pour un Last Sons (Sun Wukong)

Message  Helena Boldarev le Jeu 19 Fév 2015 - 0:34


Last Sons en formations

« Je m’étais naturellement portée volontaire pour cette mission. Si une personne pouvait gérer les créations de mon père, c’était bien moi. En fait, à mon avis, il était impossible de comprendre mon père et ses projets. Même toute sa famille ne le comprenait pas vraiment, et il semblait toujours cacher un maximum d’informations pour l’avenir. Il est normal que la plupart des ennemis le trouve imposant, il est normal que la plupart de ses alliés doute de lui, alors il était normal que j’accueille certains membres des Last Sons pour une formation proposée par Xavier à cette équipe orientale. Je ne m’opposais pas à cette idée de former des équipes supranationales, mais j’avais toujours une énorme méfiance envers les institutions créées par mon père. Ma confiance était limitée envers tout ce qu’il avait fait dans sa vie. Maintenant, il était peut-être l’un des Hommes les plus puissants du Monde, qui contrôlait une organisation qui avait des liens directs avec le Wakanda et les X-Men. Les Last Sons étaient peut-être en rivalité avec les Vengeurs, mais actuellement, ils pouvaient tout faire pour gagner contre eux surtout avec nos entrainements.

J’avais fais pression pour être la première à rencontrer ce jeune asiatique appelé Sun Wukong, qui devrait juste subir un petit entrainement intensif à l’Institut Xavier de quelques jours. Il était chanceux d’un coté de recevoir un tel apprentissage, cela pouvait l’aider à aller bien plus loin au niveau du combat et des tactiques. Cependant, je n’étais certes pas la meilleure pour faire de l’éducation et j’espérais vraiment qu’il possède des bases en anglais, sinon j’étais complètement foutue pour la communication. J’avais juste lu quelques informations basiques sur sa personne. Il était plutôt jeune pour être dans une équipe du genre, mais bon, j’avais juste une année plus que lui, alors j’évitais de parler de ce genre de sujets.

Mais je me trouvais toujours plus vieille que les autres, surtout en ayant une éducation de Betsy et Kyana. Je devrais avoir gagné une tonne de points au niveau de la maturité et avoir une adolescence presque effacée, mais je n’avais pas réellement été dérangée par ce détail. Je voulais juste découvrir quelques points sur la personnalité de Sun, si c’était un petit soldat de mon père ou réellement un esprit libre. Je voulais en avoir le cœur nette pour les X-Men, mais surtout pour moi.

Selon plusieurs, j’exagérais sur la méfiance de mon père, mais ils ne pouvaient pas comprendre. Il s’était servi de moi pour ouvrir les dialogues avec les X-Men. En tout cas, je ne devrais pas partir dans des généralités pour le nouvel arrivant, je voulais vraiment vérifier sa sincérité et ses idées avant de m’attaquer à l’organisation des Last Sons. Il devrait arriver assez tôt ce matin après un long voyage en avion. Il avait un X-Man qui s’était porté volontaire pour aller le chercher à l’aéroport en le retrouvant plus facilement grâce aux muffins qu’on avait acheté pour ce grand goinfre.

Je m’étais installée proche des portes du manoir en attendant l’arrivée de notre étudiant. Il faisait un temps de canard, où il avait un mélange entre la neige et la pluie, c’était fortement désagréable et le soleil était en train de commencer à se dégager. J’avais juste un léger manteau brun et avec un pantalon pyjama de Grumpy Cat. Je buvais doucement un café pour l’attente.

La voiture arrivait enfin pour que je commence à m’avancer en découvrant Sun. Il paraissait bien jeune, mais à ce que j’ai lu de lui, il avait fait la mission contre le Démon. Il était quand même l’un des quatre héros principaux des Last Sons. Je baisseais  la tête pour les présentations et les politesses, mais j’allais essayer de fournir le moins d’informations sur ma personne et sur mes affinités avec son patron.

« Bonjour Sun. Bienvenue à l’Institut Xavier, Ville de New York,  État de New York, États-Unis, Amérique, Planète Terre…. Galaxie de la Voie Lactée…. »
Je laissais un petit ricanement avant d’aller un peu plus loin dans la présentation. « Mon nom est Helena, et au nom de l’Institut Xavier, nous sommes heureux de vous recevoir ici pour notre petite formation. Veuillez me suivre, je vais vous donner votre petite chambre pour votre séjour. »

Après les politesses de bases, je commençais à me déplacer tout en essayant de voir si Sun n’était pas trop perdu par mes mots ou par mes politesses. Je lui laissais quelques autres questions de base durant la promenade.

« Alors, votre première visite aux États-Unis? Vous trouvez cela comment? »

Après quelques minutes de marche, on arrivait enfin à la chambre vacante de Sun. J’ouvrais doucement la porte du combattant étranger pour lui laisser découvrir sa chambre. Contrairement à la base des Last Sons, il avait au moins une vue extérieure et une chambre conséquente pour les journées qu’il allait trainer à l’Institut.

« J’espère que vous aimez votre chambre. Alors quelques informations de bases avant de continuer : On ne parle pas des X-Men dans les étages pour les étudiants, on peut juste en parler au sous-sol. Ensuite, il ne faut pas que vous utilisez vos pouvoirs sans que cela soit dans un entrainement encadré. Finalement, on vous laisse une liberté totale pour fixer votre entrainement. Vous risquez de commencer un entrainement avec moi et après, on va voir pour des formations en équipes. Vous en dites quoi? » »

_________________
avatar
Helena Boldarev

Messages : 171
Date d'inscription : 11/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une formation pour un Last Sons (Sun Wukong)

Message  Sun Wukong le Jeu 19 Fév 2015 - 14:30

Je courrais comme un débile à travers la ville. En shorts et en camisole, une bouteille d'eau à ma ceinture et quelques collations dans le sac que je portais au même endroit, les gens que je croisaient ne ressentaient qu'un violent coup de vent. C'était pas voulu, je faisais de mon mieux pour me rendre au parc et courir là-bas pour ne déranger personne. Malheureusement, il y avait des gens sur ma route même si j'empruntais les rues les moins passantes. J'avais beau m'excuser, je paraissais comme un mal élevé. Et là vous me direz, mais Sun, pourquoi n'as-tu pas attendu d'avoir atteint le parc pour courir comme un débile? C'est simple, le soleil n'était pas couvert de nuages pour une fois. Le smog était absent et je pouvais enfin me sentir comme chez moi. Avant qu'on m'adopte chez les Last Sons, j'ai vécu en pleine campagne et le soleil, je le voyais pratiquement à tous les jours. Vivre dans un sous-sol dans une ville pleine de smog, ça me déprimait un peu. Arrivé dans le parc, je bondis sur la pelouse et me roulais dans celle-ci. Comme on se retrouve, Mère Nature! Les gens me regardaient bizarre, mais moi j'étais heureux.

J'avais passé toute la journée à m'entraîner, à courir tout le parc, à grimper dans les arbres, à redescendre, à faire des pompes, des redressements assis et à recommencer. Je m'étais trouvé productif, mais encore une fois j'avais l'impression que ce n'était jamais suffisant. J'avais l'impression que ça n'atteignait jamais le sommet de mes limites personnelles. Il me fallait utiliser des poids lourds... mais mettre une voiture sur mon dos pendant que je faisais des pompes et ce, en public n'allait pas rendre la perception des gens envers moi meilleure. Peut-être qu'en demandant à Pavel ou à Alek, j'aurais des solutions à mon problème... Je rentrais à la base en marchant. Le soleil était en train de se coucher. En passant devant la réceptionniste et en la saluant d'un signe de tête, c'est là qu'elle sursautait et me fit une signe du doigt pour que je m'approche. Le téléphone à l'oreille, je me demandais si c'était pour moi. Je lui pris et l'appuyais sur mon oreille et m'écriais:

« Allo? ALLO?! C'est qui? »

« Monsieur Wukong...!! »

Une claque sur la main me fit lâcher l'appareil. Ce n'était pas pour ça qu'elle voulait que je m'approche. Je me mis à rire, mais elle trouvait ça beaucoup moins drôle. Elle s'excusa auprès de la personne qui était à l'autre bout de la ligne, se laissa glisser jusqu'au comptoir derrière elle avec sa chaise à roulettes, tendit la main pour prendre quelque chose et me le tendit. Une lettre? Pour moi? Je la pris timidement. Je consultais du regard la jeune femme pour m'assurer qu'elle ne faisait pas erreur. D'un signe de la main, elle voulait que je la laisse tranquille. Je me remis à marcher vers l'ascenseur tout en admirant mon nom dactylographié sur la lettre.

« Woaaaaah.... une lettre juste pour moi... »

Je me sentais choyé. Rares étaient les lettres que je recevais. Il faut dire que je n'avais pas vraiment de famille à l'extérieur du quartier général des Last Sons non plus. Je n'attendis pas d'arriver à l'étage de ma chambre pour l'ouvrir. Je lus rapidement son contenu, tellement absorbé par ce cadeau qu'on venait de me faire. C'était une invitation pour un entraînement à l'Institut Xavier de New York. On m'avait expliqué très brièvement ce que c'était l'autre jour, mais je n'avais pas vraiment compris de quoi il s'agissait. On parlait de « mutants » et d'étudiants. J'étais ravi par la nouvelle et me dis que c'était une occasion en or de faire une image une bonne fois pour toutes de ce que c'était que cet Institut pour « surdoués ». Je pris une douche avant de dormir parce que le départ, c'était le lendemain...

Le lendemain, je remplis mon sac rapidement de quelques morceaux de vêtements. La lettre m'avait dit que l'entraînement durerait quelques jours. Je pris bien le temps de déjeuner avant de quitter le QG et le reste de mes affaires en direction de l'aéroport. C'était la première fois que je m'y rendais et pour éviter que je manque mon vol, un agent me suivait jusqu'à ce qu'on passe le détecteur de métal. De l'autre côté, il suffisait de trouver mon numéro de porte... Pas difficile quand même, je devrais me débrouiller. Mon voyage se fit sans embûches. J'étais assis en première classe. Devant moi, il y avait une boîte à images et je pouvais choisir ce que je voulais regarder. J'avais le breuvage à volonté... mais pas la nourriture. Les petits plats qu'ils servaient n'étaient guère suffisants pour ma faim légendaire. J'arrivais à l'aéroport de New York avec le ventre qui gargouillait. Je pris possession de mon sac et dans le hall, ce fut l'odeur de muffins qui m'attira. Comme un enfant à qui on aurait promis de la crème glacée, je rejoignis les X-Men qui m'attendaient avec justement avec ce petit cadeau... juste pour moi! Les yeux plein d'eau, je pris le sac de papier, mis deux muffins dans chacune de mes joues et les remerciais:

« Che chais pâs quoi fou diwe.... ch'est trop beau pouw êtwe vwai! »

Ils se consultaient du regard, mais ça les fit sourire. On me conduisit à un véhicule... dernière ligne droite du trajet. Il était temps! à force d'être assis, j'avais le derrière tout ramolli... Le véhicule s'arrêtait devant un grand manoir. C'était... c'était...

« Woaaaaah! C'est beau! »

Ils haussèrent les épaules, mais moi, j'étais sincère. Notre base était grise, militaire... et sous terre. Là, les fenêtres étaient gigantesques, la végétation plutôt abondantes. J'aimais déjà ce petit palais! On m'indiqua le chemin à prendre et je les saluais d'un signe de tête avant de suivre les indications qu'ils m'avaient dit de prendre. J'ouvris la porte et ce fut une fille habillée en pyjama qui m'accueillit. Elle m'indiqua l'endroit plutôt très exact où je me trouvais et se mit à rigoler. Donc elle était au courant que je ne venais pas du coin. Je rigolais aussi en même temps parce que bon, c'était plutôt drôle en effet! Elle se présenta comme étant Helena, mais c'était au nom de tout l'Institut qu'elle me souhaitait la bienvenue. Je souris et m'inclinais respectueusement face à la jeune femme pour lui retourner les politesses:

« Ravi de vous rencontrer! Et tout aussi honoré de l'invitation! »

Nous nous mîmes en marche en direction de la chambre qu'on m'avait désigné. Je remarquais les couleurs par lesquels nous passions parce qu'un de mes grands défauts, c'est d'être facilement désorienté. J'étais chanceux de constater que tout n'était pas linéaire et plat comme au quartier général. Les couleurs de bois et de marbre, les plantes en pot, ça m'aidait à me sentir bien... Pourquoi n'avais-je pas appliqué ici plutôt? Ah oui, parce que je n'en avais jamais entendu parlé. De toutes façons, mon coeur est avec les Last Sons! Elle me posait une question. Comment trouvais-je les États-Unis?

« Je n'ai pas encore eu le temps de visiter, mais de ce que j'ai vu, c'est beaucoup plus grand que l'Asie! »

Bien sûr, je faisais référence aux gratte-ciels que nous avions croisés en quittant l'aéroport. Il y en avait aussi en Asie, mais j'avais l'impression qu'ils étaient plus impressionnants ici sans savoir pourquoi. Était-ce à cause de l'avion? Je veux dire, à force de voir le paysage de très haut pendant des heures, on voit les choses plus grandes qu'elles sont quand on met le pied à terre.

« Je pense qu'après ma formation ici, je passerai un peu de temps en ville pour me plonger dans la culture américaine! Et toi? Que penses-tu du pays? »

Je n'étais pas du genre à me fier sur le jugement des autres pour me faire une idée de quelque chose, mais c'était toujours intéressant de connaître l'avis des gens sur les choses et ensuite partager ce que nous aimons! Helena s'arrêta devant une porte et l'ouvrit. C'était une chambre vacante: ma chambre. Tout était chaleureux... et j'avais même une fenêtre! Les yeux ébahis, le sourire étiré jusqu'aux oreilles, j'y entrais avec lenteur pour remarquer chaque détail qu'on me prêtait... c'était... trop! Je déposais mon sac au ralenti sur le lit, regardais tout, mais surtout la fenêtre. J'avais un sourire attardé quand mon regard croisais finalement celui d'Helena après mon 180 degrés d'observation. Mais c'était juste... trop! Elle m'informa des choses de base dont je devais être au courant, mais je ne perdis pas cette expression figée dans la glace. Et puis, ce que j'en disais? CE QUE J'EN DISAIS?

« GÉNIAL! Je veux dire... tout est parfait! La chambre, le manoir, les gens... j'ai déjà hâte de travailler avec toi! »

Le voyage, le décalage horaire, j'avais le corps dans le ciment. Mes articulations craquaient quand je les étirais ou dès que je faisais un mouvement trop élancé. J'avais envie de m'entraîner maintenant. Même si je ne savais pas de quoi il s'agissait comme genre d'entraînement, j'avais envie de bouger, j'avais envie d'être curieux et de visiter cet Institut aussi. Une main sur la hanche, une autre qui me grattait le derrière de la tête, je demandais un peu embarrassé:

« Tu... euh... on va s'entraîner en pyjama? Parce que j'ai oublié mon pyjama... »

À vrai dire, je n'avais pas vraiment de pyjama. Mes pantalons de sport me servaient de pyjama, alors je ne voyais pas vraiment l'intérêt d'en avoir. Je m'approchais et m'accroupis devant les chats maussades. Je souriais, c'étaient drôle comme motifs!

« Ooooh! Ils sont mignons mais en même temps, on dirait qu'ils ont envie de me mordre! Ha! Ha! »

_________________
       
avatar
Sun Wukong

Messages : 124
Date d'inscription : 04/11/2014
Localisation : Asie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une formation pour un Last Sons (Sun Wukong)

Message  Helena Boldarev le Ven 20 Fév 2015 - 1:11


Last Sons en formations

« Il semblait être complètement niais, mais bien poli. Il avait ricané à ma petite remarque du début autour de la galaxie, mais je ne savais pas vraiment ses origines, c’était juste pour rire. Il pouvait bien venir d’une autre dimension ou d’une autre planète, je ne le savais pas du tout. Il paraissait bien plus jeune que moi, surtout par son air ébahi par ce qui l’entourait. Je ne savais pas comment prendre cette nouvelle, mais je n’aimais pas l’idée de le voir trainer proche de l’Institut Xavier quand il était un homme principal de l’organisation de mon père. Je savais très bien que mon père évitait de parler de moi dans son organisation, parce que mes commentaires étaient souvent négatifs à sa personne. C’était un manipulateur, une personne qui ne faisait pas du recrutement juste pour remplacer la Justice League, mais bien pour un but particulier. Sun ne semblait rien savoir de moi, c’était mieux d’un coté, il n’allait pas jouer un rôle avec la fille du patron. Il jouait peut-être un rôle avec les X-Men, mais il semblait être complètement niais quand il me disait que New York était plus grand que l’Asie, mais je me disais surtout que c’est la perception qui jouait beaucoup.

New York était une grande ville, mais la Chine était réellement chargée au niveau des villes comme les villes japonaises. Près de trois milliards de personnes vivaient sur ce continent et c’était très rangé sur un seul territoire. Les villes pouvaient paraitre donc plus serrés et plus petits, que l’espace donné en réalité. Alors peut-être qu’il parlait de la perception de l’espace, je ne pouvais pas vraiment le savoir. Je n’avais pas vraiment répondu, bien trop occupé à boire mon café et à marcher pour trouver sa chambre.

Il me parlait de se plonger dans la société américaine, je crois vraiment qu’il vise mal de ce coté. Comme en Asie, il existe une grande diversité culturelle et politique, mais il devrait faire vraiment attention aux dérives politiques et médiatiques actuels. Certaines modes et idées pouvaient lui amener des images assez négatives à ce qu’était vraiment les États-Unis et sa diversité. Il me retournait quand même la question en politesse pour les questions sur les États-Unis et comment je trouvais ce pays.

Est-ce que je devrais lui dire vraiment ce que je pensais de ce pays? Il avait une grande différence entre la politique, chaque citoyen, les cultures et les idées. Je pouvais bien lui parler en grand de la débilité de certains Vengeurs et de plusieurs émissions, mais j’allais être gentille aujourd’hui. Je ne voulais pas parler de ces sujets toujours aussi choquants, surtout pour définir un pays qui pouvait certes avoir de mauvais cotés, mais aussi de bons cotés.

« Je ne viens pas aussi de ce pays, mon père m’a envoyé à l’Institut Xavier quand mes pouvoirs ont commencé à apparaître. Je suis née en Russie. Sinon de mon coté, je trouve ce pays bien, mais il faut éviter de plonger dans des centres culturels un peu étranges, par exemple les téléréalités, les magazines ou les médias. N’hésitez pas à rencontrer les gens avant d’allumer votre téléviseur, cela va bien mieux pour en savoir plus sur la société. Et évitez de plonger tête première, cela fait toujours mal quand on arrive au fond. » Je laisse un petit rire avant de continuer. « Votre formation risque de durer quelques semaines, vous pouvez visiter la ville quand vous le désirez avec des merveilleuses personnes comme moi ou seul. »

Je laissais un autre petit rire en me mettant en vedette dans les choix possibles pour le faire sortir, mais l’Institut Xavier était toujours le meilleur moyen pour découvrir le Monde et accepter les différences. Il semblait complètement excité par son nouvel appartement pour le moment, qui pouvait faire rêver souvent les jeunes plus démunis. Puis il commençait à vouloir s’entrainer dans l’immédiat… il voulait vraiment s’entrainer sans que j’ai bu mes trois cafés du matin et ainsi que pris mon petit-déjeuner? Pauvre fou… Il s’étirait déjà, bien plus excité que les autres pour un entrainement dans la salle des dangers.

« On ne va pas s’entrainer toute suite, j’ai un uniforme de combat bien plus classe que mon pyjama, mais il me manque vraiment des motifs sur mon uniforme de combat pour être encore plus classe. Aujourd’hui, reposez vous un peu, familiarisez vous au lieu, essayez de socialiser et peut-être, dans hum… 42 heures et 33 minutes, on va aller s’entrainer. »

Il devrait vraiment se sentir à l’aise dans cette base et non le voir juste comme un simple centre d’entrainement sans réel âme. Il pouvait toujours me trouver sans-cœur et attentiste, mais c’était une philosophie importante à l’Institut Xavier. Sun se lançait ensuite à vérifier le pantalon de mon pyjama où se trouvaient de nombreux motifs de Grumpy Cat.

« Sun, je te présente le pire ennemi des X-Men : Grumpy Cat. Ennemi redoutable par son regard tueur, on aime mieux l’afficher partout pour que les gens se souviennent de ce tueur en série. Tu dois faire attention si tu le rencontres dans la rue, il est mieux de fuir le plus rapidement possible… »

J’étais extrêmement sérieuse, on ne pouvait pas provoquer ce chat sans se faire manger son âme au complet. Après cette petite explication humoristique, c’était un peu le temps de lui poser des questions sur les Last Sons.

« Alors, c’est comment les Last Sons? On n’entend que peu parler dans les médias, mais on ne sait pas grand choses. C’est sympathique comme équipe? Vous avez des amis? Ou il y a juste beaucoup de soldats? »
»

_________________
avatar
Helena Boldarev

Messages : 171
Date d'inscription : 11/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une formation pour un Last Sons (Sun Wukong)

Message  Sun Wukong le Ven 20 Fév 2015 - 15:42

Mais qu'est-ce que je savais de ce pays réellement? Pas grand chose en fait... les gens parlaient anglais, il y avait des gens de toutes les couleurs et avec mon premier regard jeté sur la ville de New York, je pouvais dire que ça avait l'air pas mal plus riche que la Chine. Mis à part le centre-ville de Hong Kong et d'autres grandes villes, c'est dès qu'on mettait le nez dehors que la réalité nous frappait en pleine face. Les maisons avaient toutes les misères à tenir debout, les gens se promenaient nu pieds, la nourriture n'était pas très sophistiquée et c'était à se demander s'il ne leur arrivait pas de se manger entre eux parfois. Avant d'avoir été recruté par les Last Sons, j'étais passé par une de ces villes et pour tout le petit village, j'avais offert mes services en cuisine. Je pense que je n'avais jamais vu des gens aussi heureux de toute ma vie...

Helena m'expliquait qu'elle ne venait pas des États-Unis non plus. J'eus une expression de surprise. C'était vrai qu'avec mon traducteur universel, je n'arrivais pas à capter les accents des gens qui me parlaient. Il aurait été difficile de le deviner par moi-même. Ce que je ne comprenais pas, c'était comment une personne résidant en Russie a bien pu avoir été mis au courant qu'un tel endroit existait? Et aussi, comment pouvait-on se débarrasser aussi facilement de son enfant? Je ne connaissais pas tous les détails, mais je me sentais mal pour elle. Son histoire me faisait presque penser à celle de Korra. Elle s'était éloignée de son pays d'elle-même, avait quitté sa famille pour rejoindre les Last Sons. Pour Helena, cela me semblait comme un abandon à part entière.

Elle me conseilla d'éviter de me jeter trop rapidement dans le creux des États-Unis, mais surtout de la télévision. Était-ce important à ce point la télévision? Quel choc aurais-je de plus en voulant accélérer mes connaissances du pays? Je veux dire, du jour au lendemain, je me suis retrouvé sur Terre avec une amnésie pas possible. Serait-il aussi pire que d'atteindre le fond du bassin? Je rigolais quand elle rigolait, mais j'avais toujours cette arrière-pensée à me demander si c'était aussi pire qu'elle me le laissait savoir. Toutefois, c'était gentil de sa part que de m'avertir sur le sujet. Elle continuait sur le sujet en me disant que cette formation n'était pas de quelques jours, mais de quelques semaines plutôt. Je pris une grande respiration. C'était le moment de me familiariser avec tout ça, oublier mon devoir avec les Last Sons pendant quelques temps sauf s'il y avait un cas d'extrême urgence...

« Si tu te proposes, je suis partant! Ça me permettra de voir ce qu'il y a d'aussi extraordinaire chez toi! Ha! Ha! »

Toute personne pouvait s'avérer extraordinaire dans sa façon d'être et sa façon de faire. Ça, j'y croyais du plus profond de mon coeur. Nous étions tous exceptionnels si nous arrivions à nous percevoir à notre juste valeur! Et puis, Helena m'annonça la mauvaise nouvelle de la journée: Pas d'entraînement aujourd'hui... ni demain. Les bras me tombaient et la bouche aussi. Le dos rond, je fis la moue quelques secondes en croisant mes bras contre mon torse. C'était pas de la faute d'Helena, mais la faute du programme probablement.

« Moi qui voulais me dégourdir un peu... »

Et cette crampe dans la fesse qui ne me lâchait pas en plus! D'une main sans retenue je me pris la fesse et la massais quelques secondes. Je ressentais la douleur parcourir les muscles tout autour dans une onde électrique désagréable. En plus, je grimaçais en faisant ça. Pas de gêne parce que la gêne, je ne connaissais pas vraiment... Puis vint le moment où je m'étais accroupi pour mieux voir le chat étampé sur son pantalon pyjama. Elle m'expliquait qu'il était comme un démon. C'était la chose à éviter à tout prix, le plus dangereux d'entre tous. Je riais en me relevant bien droit pour lui dire:

« Oh je vois! Et tu as ce pyjama de lui pour avoir cette seule opportunité de t'asseoir sur son visage, c'est ça? »

Je continuais à rire de bon coeur. Bien que je n'avais pas encore appris quoi que ce soit concernant les X-Men, je m'entendais plutôt bien avec Helena. Elle aimait rigoler comme moi j'aimais rigoler. La jeune femme avait un humour un peu plus facile à cerner que Pavel et ça me rendait un peu moins mal à l'aise. Était-ce le but en fait? Étant donné que je n'étais jamais venu ici, était-ce pour apaiser mes doutes et mes craintes? Pour le moment, c'était bien réussi! Elle devint soudainement très curieuse concernant les Last Sons. C'était vrai que les opportunités pour apparaître dans la boîte à images étaient minimes, mais lorsqu'on avait besoin de nous, nous étions présents.

« Il y a des soldats! Beaucoup de soldats si on compare au nombre de Last Sons! Je ne les connais pas tous par coeur, mais quelques uns sont de mes amis proches! Ce sont des gens sur qui je peux compter. Cependant, s'il y a quelque chose que j'ai remarqué, c'est que les Last Sons orientaux semblent avoir tous cette méfiance du grand patron. Enfin, je vois peut-être des choses qui n'existent pas non plus! Ha! Ha! »

Je me souviens encore de l'expression sur le visage de Korra lorsque nous avions appris pour le Mont Kailash, cette tension qui était soudainement montée dans l'équipe et pourtant, nous n'avions toujours pas vu le visage du patron. Existait-il vraiment au bout du compte? Ou avait-il le simple rôle de « je parle dans l'oreillette quand ça va mal »? Moi-même je ne savais pas trop quoi en penser de ce patron. Pouvions-nous lui faire confiance?

« Dans notre coeur, c'est Hiroki le patron! C'est un super leader et un type bien! Tu l'as déjà rencontré? »

C'était ce que je me demandais aussi: étais-je le premier Last Sons à mettre les pieds dans l'Institut? Personne d'autre n'en avait parler. Et je n'avais jamais entendu parler de cet accord non plus. Il faut dire que je n'essayais même pas de me mettre au courant des actualités médiatiques puisque je pensais que rester figé devant la boîte à images était une perte de temps, une perte de temps que je pouvais compenser avec de l'entraînement. Moi aussi j'avais des questions concernant l'Institut et tous ces gens. Je voulais certes me faire une idée nette des « mutants » en me baladant dans l'école comme un étudiant, mais avoir l'opinion des gens était important aussi!

« Au fait, tu peux m'en dire un peu plus sur les « surdoués » ? C'est quoi au juste? Vous avez tous des cerveaux super intelligents? »

_________________
       
avatar
Sun Wukong

Messages : 124
Date d'inscription : 04/11/2014
Localisation : Asie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une formation pour un Last Sons (Sun Wukong)

Message  Helena Boldarev le Sam 21 Fév 2015 - 1:21


Last Sons en formations

« Je connais très mal le territoire asiatique, je savais bien les grandes lignes de plusieurs Histoires désagréables de certains régimes politiques de ce continent, mais pas plus. J’étais très loin de me douter de l’Histoire de Sun, enfin je veux dire sa méconnaissance totale de son histoire. Son dossier ne donnait pas d’informations sur son lieu de naissance ou encore son âge. Je ne voulais pas lui poser de questions sur sa vie, cela restait impoli dans n’importe quels cultures possibles. Mon principal but était surtout qu’il se sent le plus à l’aise dans cette école très étrange, mais qui fournissait souvent la meilleure éducation dans plusieurs domaines, mais surtout au niveau du combat et de la stratégie. Je savais que mon père avait beaucoup donné pour avoir une salle de simulation comme avait les X-Men, mais il n’avait qu’une partie de possibilités, car l’Institut Xavier n’avait jamais fourni en entier le programme de la salle des dangers.

Il allait beaucoup apprendre par lui-même au début. Je pensais vraiment le laisser dans les simulations les plus difficiles contre deux ou trois sentinels en bloquant ses capacités. Souvent les X-Men nous apprenaient souvent à nous battre sans nos pouvoirs pour comprendre nos limites, pour nous laisser un temps de mieux s’affirmer sur le terrain et surtout pour combattre sans chercher à profiter de nos pouvoirs. En réalité, les Vengeurs étaient justes puissants pour fracasser des extraterrestres qui ne réfléchissaient pas du tout, mais contre des ennemis subtils et intelligents, je leur donnais beaucoup moins de chances. Si on réunissait chacun des membres et de nos escouades à l’étrange, je ne laissais vraiment pas de miracles aux Vengeurs pour nous vaincre.

Il avait peut-être Thor de dangereux, mais les autres, on avait tous un moyen ou une connaissance pour les vaincre. Je ne connaissais pas les Last Sons et leurs potentiels, mais Hiroki avait reçu une formation spécialisée des meilleurs connaisseurs du leadership de la planète. Sun ne venait certainement pas pour recevoir une formation autour du leadership, mais surtout au travail d’adaptation contre des ennemis qu’il n’a pas encore imaginé et qui pouvait demander bien plus d’imaginations pour le vaincre que foncer directement sur lui.

J’espérais vraiment lui apprendre ces différentes bases avant de nous lancer dans un entrainement bien plus complémentaires en équipe. On avait entendu parler souvent de leur bagarre contre le démon, mais on ne savait pas grand-chose hormis que le Mont Kailash avait été détruit. Est-ce qu’il avait eu des morts du coté des Last Sons? Est-ce que ce Mont Kailash avait une importance pour cette équipe ou c’était un endroit lambda avec des êtres qui pouvaient posséder un potentiel pour aider ce fameux démon à délivrer bien plus de puissances? Je n’allais pas lui demander des questions sur sa vie et sur son équipe, bien que mon père commande la machine, ils pouvaient toujours avoir leurs mots à dire.

Mais ce n’était pas le temps de me perdre dans mes pensées, Sun avait accepté de visiter New York avec moi, mais avec des espoirs incroyables sur ma personne. Je n’étais jamais une personne très intéressante à discuter, j’avais beaucoup trop trainé avec Betsy que peu de gens avaient vu sourire dans leurs vies. Hank l’avait bien vu sourire, comme Dazzler et un jour, je pensais l’avoir vue sourire, mais peut-être que c’était juste mon imagination.

Sun ne semblait pas très heureux d’entendre la fameuse nouvelle : Aucun entrainement n’était prévu aujourd’hui. Je ne faisais pas très attention à ses actions physiques, j’avais appris quelques bases importantes en contact avec une autre culture : Ne jamais juger par le comportement physique. L’Institut Xavier m’avait toujours appris cette base pour les premières communications avec des gens de cultures éloignés.

« Vous venez de sortir d’un long voyage, reposez vous un peu, découvrez les horizons. Je ne crois pas que c’est une bonne base de commencer en vous entrainant. Commencez à vous reposer un peu, essayez de socialiser avec les étudiants et les professeurs, l’extérieur est superbe pour les petites marches. Profitez-en, sérieusement, car nos entrainements se passent dans un sous-sol métallique. »

J’avais juste laissé un autre ricanement sur sa blague sur Grumpy Cat. Après il commençait à me déposer quelques mots sur mon père. Il avait bien parlé en long et en large des soldats et de ses amis, mais ce qui m’intéressait beaucoup, était surtout la perception de mon père dans cette organisation. À ce qu’il venait de me dire, mon paternel restait aussi mystérieux pour qu’une grande partie de son équipe qui se méfiait toujours de lui. Au moins, sa petite équipe ne lui donnait pas une confiance aveugle, surtout qu’il ne le méritait pas du tout.

« Votre patron est assez connu parr plusieurs organisations et non pour toujours des bonnes raisons. C’est un peu normal qu’il existe de la méfiance envers lui. »

Je ne brisais pas ma neutralité habituelle, je disais juste un fait. Sergei avait toujours eu le don de s’attirer de nombreux ennemis comme la Justice League ou Excalibur. Il pouvait faire des bonnes actions, mais jamais j’allais mettre une croix sur son choix de m’utiliser juste pour ouvrir un dialogue avec les X-Men. Peut-être qu’un jour, j’allais accepter de revoir mon père et même de travailler avec les Last Sons comme ma mentor faisait avec Excalibur, mais pas aujourd’hui.

Hiroki était le réel chef de l’organisation selon les dires de Sun. Je connaissais Hiroki bien sûr, il avait reçu une formation spécialisée et intensive pendant une année entière à notre école et je croyais vraiment que c’était par notre éducation et nos devoirs que les Last Sons pouvaient se rendre bien plus loin que n’importe quels autres organisations. Les Vengeurs avaient peut-être Steve Rogers, mais il n’avait pas le temps de gérer l’équipe, il fallait contrôler les crises d’égos de Carol et de Stark. Sun contredisait mon idée que les Last Sons étaient un groupe assez autoritaire, j’étais heureuse, en réalité, que mon idée soit fausse. J’aimais mieux voir une organisation qui défendait vraiment la valeur de la vie humaine dans un territoire aussi divisé que rentrer dans un jeu politique quelconque.

« Oui, c’est nous qui ont formé Hiroki Saionji durant son séjour. On est très heureux qu’il soit devenu un symbole aussi important dans cette équipe, il a bien compris nos idées, mais aussi comment développer un leadership pour unir votre fameuse petite équipe. On espère vraiment le revoir un jour pour le féliciter de son travail. »

C’était son tour après de me poser des questions sur l’Institut Xavier et ainsi que les X-Men. Les X-Men, c’était souvent complexe à expliquer. Plusieurs critiquaient l’Institut pour devenir une grande milice pour la protection des mutants, plusieurs pouvaient lancer de nombreuses critiques sur Charles Xavier et on pouvait émettre des doutes à cette personne pour l’utilisation de sa télépathie, mais j’avais une autre idée pour l’Institut Xavier, peut-être bien plus positive que la moyenne.

« En Chine et dans plusieurs pays asiatiques, les gens, qui possèdent des pouvoirs, sont souvent rejetés par le danger que leurs capacités permettent de faire. Souvent les gens ont peur des mutants, ils ont peur de leur différence. Dans certaines régions du Monde, souvent les mutants sont même chassés. L’Institut Xavier n’est pas une école pour surdouées, c’est surtout un nom de façade pour éviter que ce Gouvernement commence à nous voir d’une manière différente d’une école privée.

Le principal but de notre institution est de permettre aux gens, qui possèdent des pouvoirs particuliers, grâce à leur gène X, apprennent à vivre avec pour le contrôler. Ainsi, ils peuvent s’épanouir dans un lieu où tous les gens peuvent les accepter sans être marginalisé d’une manière négative de certaines familles ou dans certaines régions. Les mutants sont bien acceptés aujourd’hui dans la situation américaine, mais il reste toujours beaucoup de travail d’éducation et de socialisation avec la population. On s’occupe aussi d’intégration pour n’importe quels mutants de n’importe où sur la planète.

Pour les X-Men, c’est un groupe pour défendre les mutants. Plusieurs organisations comme les Maraudeurs, l’Arme X et ainsi de nombreuses autres font subir des tortures immondes aux mutants, on se sent obligé d’agir avec des équipes spécialisées en combat et en tactique. Ce groupe n’a pas le but de combattre, mais surtout de défendre. On veut juste une représentation normative de la situation des mutants. Vous voyez les grandes lignes?

On pense vraiment que les Last Sons peuvent changer l’image des surhumains et des mutants dans la population, et vous l’avez déjà prouvé en combattant l’une des pires terreurs. En tout cas, j’espère que mes explications n’étaient pas trop complexes, ce sujet est parfois difficile à comprendre. Vous n’êtes pas trop perdu? »
»

_________________
avatar
Helena Boldarev

Messages : 171
Date d'inscription : 11/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une formation pour un Last Sons (Sun Wukong)

Message  Sun Wukong le Dim 22 Fév 2015 - 22:02

Je n'avais pas parlé de Sin Tzu et de ses manières de venger Korra. Je n'avais pas parlé du Gouvernement chinois qui n'avait rien fait pour la remettre à l'ordre. Je voulais comprendre qu'elle avait agi pour le bien de Korra, mais il s'agissait de vies humaines. Elle les avait tuées froidement, sous mes yeux alors que je n'ai pu faire quoi que ce soit pour l'en empêcher. Comment avait-elle pu faire ça sans remords? Sans se sentir un petit peu coupable d'avoir agi de la sorte? Comment un être humain peut-il faire couler le sang sans avoir ne serait-ce un simple pincement au coeur? Le soir-même de cet événement, je n'arrivais pas à dormir. Je revoyais la scène défiler sous mes yeux comme un film d'horreur. Je tremblais, j'avais envie de vomir. J'avais remis la façon de penser des Hommes en question. Toutes ces photos dans les journaux, toutes ces mauvaises nouvelles dont il était question à chaque jour. Si on accumule tout cela sur deux mille ans, cela fait beaucoup de crimes commis, beaucoup de froideur et d'inhumanité. Ça salissait la beauté de la race humaine, ça salissait ce que je trouvais de plus beau sur cette planète et ce qui me poussait à rester pour la protéger.

Depuis mon arrivée sur cette planète, du moins de ce que je me souvenais, j'ai passé chaque jour de ma vie à m'entraîner et à apprendre. Il n'y avait pas une journée où je ne m'efforçais pas de faire transpirer mon corps à grosses gouttes. Même les jours où m'isolait dans ma chambre parce que j'étais malade, je sortais en cachette pour faire des pompes jusqu'à en perdre connaissance. On me refusait d'apprendre, on me refusait l'entraînement, mais on me proposa autre chose: prendre connaissance de l'Institut, de ses membres et ses professeurs, de me promener à l'intérieur comme à l'extérieur. C'était une bonne idée, mais ça ne permettrait pas à mon corps de suer à grosses gouttes. J'avais l'impression aussi qu'on me surveillera probablement pendant tout mon séjour pour éviter que je fasse des bêtises. J'étais du genre à faire des mauvaises blagues aux gens, mais de là à nuire au bon fonctionnement, jamais. Je pensais à m'éclipser durant la nuit et entraîner mes techniques de vol. Étant donné l'espace restreint qui était accordé, il m'était impossible de courir à pleine vitesse sans qu'on me voit...

Je ne disais rien de plus parce qu'il n'y avait rien à ajouter. J'étais un combattant-né, il était normal pour moi de penser ainsi, sauf qu'il parait qu'on a besoin de prendre des journées de congé de temps à autres. Je n'en avais guère envie, mais je verrai avec le déroulement des événements je pense. Elle parlait de l'extérieur superbe pour les marches et elle n'avait pas tort. À l'intérieur comme à l'extérieur, c'était superbe comme endroit et ça me changeait beaucoup l'environnement répétitif que nous avions à la base de Séoul. Et si la salle d'entraînement était un gros truc métallique, ça me replongera dans l'ambiance. Mais elle avait raison, je n'avais pas vraiment envie de m'enfermer... pas avec une journée aussi belle que celle-ci!

Helena semblait en connaitre un peu plus sur Sergei que moi. Déjà, je ne savais pas qu'il avait fait partie de plus qu'une organisation: je pensais qu'il était le chef que des Last Sons. Était-ce pour cela que la méfiance régnait envers lui chez les Last Sons? S'il y avait bien quelque chose que j'avais apprécié chez lui, c'était qu'il ne supportait pas l'idée de Sin Tzu quant à tuer les généraux de l'armée. Tout comme moi, il avait soutenu que leur capture et leur jugement s'avéraient importants. Certains disaient que c'était pour sauver sa face, d'autres pensaient qu'il était sincère dans sa façon de parler: je n'arrivais jamais à me faire une idée concise de sa personne. Rester en retrait a toujours été mon point fort et c'était mieux ainsi. Les problèmes restent ainsi loin et les problèmes sont beaucoup moindres.

La jeune femme me dévoila qu'Hiroki avait déjà eu une formation à l'Institut. De ce que je comprenais, il avait suivi une formation en leadership. Avait-il suivi cela pour justement former les Last Sons? Ou à titre purement personnel? Je ne le connaissais pas encore assez pour savoir faire la différence entre les deux. J'étais heureux qu'il fasse bonne figure et que les X-Men l'apprécient pour ce qu'il a fait pour les Last Sons. Je le connaissais comme un bon ami et je savais qu'au moindre doute, au moindre problème, je pouvais aller vers lui sans problèmes. C'était ce que j'aimais chez les Last Sons: on pouvait se confier à n'importe qui et obtenir l'aide d'un ami parce que presque tous les membres s'avèrent à être des amis!

Ainsi vint la brève, mais grande histoire des mutants. Ce que je comprenais, c'était la peur des gens envers ces gens surdoués qui les avait réunis pour se rassembler et travailler ensemble. Les Hommes n'aimaient pas voir qu'ils n'étaient pas en supériorité de puissance. C'était de-là que se forgeait leur peur. Ils avaient peur de perdre le contrôle, peur d'être contrôlés, d'être menacés et surtout, peur de perdre la face. C'était un sujet délicat et je pouvais comprendre une telle réaction. Mais dans un autre sens, je ne pouvais pas comprendre comment cela pouvait être possible qu'on n'accepte pas un individu comme il est. On m'a accepté comme j'étais sans poser de questions, sans chercher plus loin. On m'a élevé sans différences... jusqu'à ce que mes pouvoirs se découvrent petit à petit. On m'avait isolé, mais je revenais toujours. Je n'avais pas peur parce qu'on m'avait déjà accepté... pourquoi on me renierait pour une particularité aussi banale? Pour eux ce ne l'était pas. On m'isolait pour de vrai et on m'aidait comme on pouvait à maîtriser justement ces facultés. J'avais l'impression d'avoir suivi un parcours similaire aux leurs.

Elle me parlait de tortures sur les mutants. J'eus un frisson d'horreur et une image mentale de la scène où Sin tuait froidement les généraux. Je fermais les yeux, presque plissés et je pensais à des poneys pour me changer les idées. Je n'arrivais pas à supporter ces gens. J'étais quelqu'un au coeur sensible même s'il avait combattu aux côtés de l'armée. Je pouvais comprendre la mort pendant la guerre, mais je ne comprenais pas celle d'un homme désarmé qui demande pardon. Je remerciais intérieurement les X-Men d'agir pour le bien des leurs. Si j'étais un X-Man, je ferais pareil! Helena et les X-Men croyaient que les Last Sons pouvaient vraiment changer quelque chose dans le monde. J'étais d'accord. Nous pouvions montrer à tout le monde que nous ne servions pas de bête de foire ou d'expérience en laboratoire, mais de héros et d'exemples. Elle me demanda si j'avais bien compris tout ce qu'elle venait de me dire:

« Ha! Ha! Ne t'inquiète pas! J'ai saisi l'essentiel... enfin je pense bien... »

L'expression sur mon visage faisait semer le doute. Les yeux entrouverts, la main portée au menton comme si je réfléchissais intensément à ce qu'elle venait de me dire, je fis exploser mon expression faciale de façon comme si elle venait de m'endormir avec son histoire avant d'éclater de rire. Je repris mon sérieux, enfin façon de parler parce que j'étais pour la plupart du temps, tout sourire et étirais mon cou pour voir ce qui restait dans sa tasse. Si elle avait terminé, peut-être qu'elle voudrait d'autre café et si elle voulait d'autre café, cela voudrait donc dire que nous ferons un tour à la cuisine! Je me mis presque à sautiller sur place à l'idée.

« Je me sens bien concerné par l'histoire des mutants. Bien que je ne sois pas humain, j'ai passé par des étapes similaires dans ma vie. C'était difficile, mais c'est dans ces moments difficiles qu'on voit qui sont nos véritables amis! Ha! Ha! »

C'était une histoire triste que je racontais à ce moment-là en riant. Je me souvenais des disciples du temple qui étaient proches de moi et qui m'admiraient lancer dans le ciel des rayons de ki pour faire croire aux autres qu'il s'agissait d'étoiles filantes. Nous nous amusions beaucoup et je me demandais bien ce qu'ils étaient devenus... Probablement maîtres de leur art comme tout le monde! Je continuais à gigoter sur place devant Helena en faisant mine de m'étirer brièvement.

« Vous avez des buts très honorables! Je n'en suis que plus heureux de travailler avec vous tous! »

J'arrivais plus à me contenir. Il fallait que je bouge. Je ne savais pas si c'était l'effet de la chambre qui me rendait comme ça, mais je me mis à me balancer du devant vers l'arrière comme un gamin.

« Helenaaaaaaaa? Est-ce qu'on peut continuer la visite? Rester sur place me ronge les nerfs, c'est insupportable! »

Elle devait probablement perdre patience aussi à me voir bouger comme un hyperactif sous ses yeux depuis un bon gros cinq minutes bien pénible. Je n'avais besoin de rien que pouvait contenir mon sac, j'étais prêt à déguerpir à ses côtés, histoire de changer la vue que j'avais autour de moi...

_________________
       
avatar
Sun Wukong

Messages : 124
Date d'inscription : 04/11/2014
Localisation : Asie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une formation pour un Last Sons (Sun Wukong)

Message  Helena Boldarev le Mer 25 Fév 2015 - 19:39


Last Sons en formations

« Sun pouvait se montrer bien plus humain que la plupart des membres de l’Institut Xavier, il m’avait écouté pleinement pour ce que je venais de lui dire. Je ne pouvais pas lire sa tête, voir ce qu’il pensait de ses maux, mais son comportement n’était pas vraiment hostile envers mes mots. Il m’avait laissé parler au complet avant de reprendre parole. Il n’avait pas osé prononcer quelques mots sur ce que je venais dire au sujet de Sergei. Après une petite analyse de son comportement physique, il ne semblait pas donner une grande importance à défendre son patron. Il avait même donné ce rôle à une autre personne pour les Last Sons. Peut-être que mon père avait laissé une plus grande liberté de missions à ses membres que certains autres groupes plus autoritaires. J’allais peut-être ouvrir un dialogue avec mon père pour plus tard, mais ce n’était certainement pas chez lui. Je ne voulais pas le voir face à face encore pour un petit moment.

Il semblait aussi bien comprendre mes mots autour du racisme qui touche les mutants depuis plusieurs années. Il était chanceux de s’être trouver une famille, qui l’avait bien accepté en Chine. Je me souvenais dans mes cours les plus approfondis de géographie où Beaubier nous expliquait la différence entre la population rurale et la population urbaine en Chine. Il avait toujours un coté très conservateur, souvent exploité par le gouvernement pour éviter un retournement de la situation. Avoir des gens qui possèdent des pouvoirs surpuissants, cela profitait souvent pour des armées, mais quand ces dits personnes commençaient à avoir des idées et une opinion libre, c’était bien plus problématique. Aux États-Unis, il avait peut-être eu ce problème à une autre époque, mais aujourd’hui c’était bien différent.

Je croyais vraiment que les Last Sons pouvaient changer la planète, surtout avec un territoire aussi grand et populeux que la Chine et l’Inde. Ils montraient que les surhumains pouvaient les aider, non juste pour défendre leurs vies, mais aussi rendre leurs vies plus confortables. Le Wakanda était devenu aussi fort, car ils avaient laissé ce potentiel mutant et magique les toucher. Ils avaient réussi à faire de grandes choses sans se laisser corrompre par le pouvoir ou la mégalomanie. Souvent les personnes croyaient vraiment atteindre une limite dans notre modèle de sociétés, que les changements n’étaient plus possibles, mais on évoluait toujours. Il n’existait pas de réelle limite aujourd’hui pour le progrès humain.

Sun pouvait être l’une de ses forces en Orient, qui pouvait vraiment changer la donne. Je ne connaissais pas encore le reste de l’équipe, hormis Hiroki, mais juste avec ses deux membres, on pouvait vraiment croire à un changement majeur dans les sociétés orientales. Il avait plusieurs manières de se voir dans les sociétés, souvent des gens voulaient nous faire que Superman pouvait être un Dieu, mais il a toujours refusé cette idée, il l’a même ignoré. Il se voyait un terrien comme la plupart des êtres vivants sur cette planète, avec des défauts et des qualités, mais il représentait en soit une humanité que souvent les gens recherchent et que peu de gens possèdent sur cette planète.

Je pensais sincèrement que les X-Men suivaient une idéologie très proche de celle de Superman et de la Justice League, les Last Sons pouvaient aussi essayer de suivre un modèle aussi semblable. C’était peut-être plus difficile vu la différence sociale et politique, mais ils pouvaient toujours représentés bien plus qu’un simple groupe de surhumains. Je laissais un sourire devant les réactions non-agressives contre moi à cause de mes dires sur son patron, en plus celui-ci semblait avoir compris l’essentiel sur le message des mutants de l’Institut Xavier.

« Je suis sûr que vous ne pouvez pas compter uniquement Hiroki comme ami, mais bien comme un frère de combat aujourd’hui. »

Sun voulait commencer à faire la visite commune de l’Institut Xavier. Il était vraiment un grand hyperactif en réalité. L’Institut Xavier était vaste, alors je devrais vraiment avoir un esprit de synthèse pour cette grande visite. Je fis un petit signe de me suivre avant de commencer à me diriger vers une localisation importante et primaire pour tous X-Men qui se connaissent. Il existait de multiples salles pour les cuisines et les salons communs, c’était le temps de lui présenter ces salles les plus proches de son appartement.

« Ici, c’est la cuisine et le salon commun, les étudiants, les professeurs et les employés peuvent prendre un peu de temps pour eux ici. Vous avez la permission de venir ici et d’utiliser la télévision, et la console de jeux vidéo. La cuisine est aussi totalement à vous, à vos heures libres. Vous pouvez aussi faire un peu de social avec les autres membres de l’Institut Xavier ici, ils sont assez sympas en général. »

Logan pouvait être grognon, mais il était toujours capable de socialiser avec une grande partie de la population de l’Institut Xavier. Il était surtout un excellent professeur de combat, mais il était toujours très loin d’être facile à approcher une première fois. Je commençais à poursuivre ensuite mon chemin vers le deuxième étage. « Ici, ce sont les bureaux, des professeurs de l’Institut Xavier, les portes sont toujours ouvertes pour vous aider. Je n’ai malheureusement pas encore de bureaux, mais dans les prochaines années, je pense m’installer dans l’un de ses bureaux. Je pourrais devenir professeur, spécialisée dans le combat contre Grumpy Cat. »

Après un tour sommaire de la première et du deuxième étage, je me dirigeais vers ma chambre pour aller chercher un petit manteau dans ma chambre avant de continuer notre petite visite à l’extérieur. On avait sorti par la porte principale pour se diriger vers la grande statue de Charles Xavier.

« Fondateur de l’Institut Xavier en 1972. Charles a eu l’honneur d’avoir sa statue, il y a une dizaine année par le principal directeur de l’Institut ; Scott Summers. On a fêté les quarante ans de l’Institut, il y a trois années de ça en installant la fameuse statue, c’était une grande fête pour la plupart des survivants de l’alcool. Hiroki était là selon mes souvenirs. »

Je continuais ma marche vers l’extérieur pour aller en direction du grand étang de l’Institut Xavier, transformé en patinoire pour l’Hiver, grâce aux pouvoirs de Bobby. « Alors cela vous plait? Il y a une forêt à coté pour faire de petites courses pour le plaisir. L’étang est gelé en hiver, mais habituellement en été, cela sert pour se baigner. Vous pouvez revenir en été… cela nous ne dérange pas vraiment… »

C’était le temps de lui dire, je n’allais pas lui cacher cette information bien plus longtemps. « Pour revenir au sujet de votre patron, juste pour éviter des mauvaises surprises. Je suis sa fille. Il m’a amené à l’Institut Xavier quand mes pouvoirs sont apparus avec but de mieux les contrôler, mais bon vous savez les problèmes de familles, on a toujours eu de la difficulté de reprendre la communication après. » »

_________________
avatar
Helena Boldarev

Messages : 171
Date d'inscription : 11/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une formation pour un Last Sons (Sun Wukong)

Message  Sun Wukong le Lun 2 Mar 2015 - 19:00

Frère de combat... J'eus un sourire en coin. Sin Tzu m'avait dit la même chose avant que nous nous lancions tête première dans la guerre. J'avais encore de la difficulté avec ces termes. Déjà, il fallait que je me familiarise avec le fait que j'avais des amis sans cesse qui m'accompagnait chaque jour dans ma routine. Que ce soit pour m'entraîner ou sortir au karaoké, je savais que je pouvais compter sur quelqu'un. Je n'étais plus seul... plus maintenant et plus jamais. C'était certain que ça me rongeait de rencontrer un de ces jours ma famille, mais d'un autre j'étais convaincu qu'elle avait toujours été ici, sur Terre, tout autour de moi et qu'elle me souriait à chaque jour de ma vie. C'était ça la famille, pas vrai? C'étaient des gens sur qui on pouvait compter, pas vrai? Et pourtant, certaines familles se déchiraient de l'intérieur, elles s'autodétruisaient sauvagement sans regret, sans retour en arrière comme si cela n'avait jamais existé...

Nous commencions la visite. Elle ne pouvait pas savoir à quel point cela me soulageait de pouvoir bouger. Même si c'était lentement, c'était déjà ça et mon sang recommençait à circuler dans mes extrémités. Nous nous arrêtions devant un salon pour le regarder rapidement, puis la cuisine. Helena m'expliqua que j'étais libre de venir ici pendant mes temps libres, que je pouvais utiliser l'équipement aussi... mais manger surtout. Elle insista sur le fait que je pouvais parler avec les membres de l'Institut. Je comprenais qu'elle voulait faire en sorte que je ne m'ennuie pas et que je m'intègre bien sauf que là, posté devant une cuisine, je n'arrivais pas à résister. Comme un enfant qu'on amène au parc d'attractions et qu'on vient de lui autoriser de faire son manège favori, j'ouvre la bouche de bonheur et ces étoiles dans mes yeux ne faisaient qu'appuyer mon désir d'y pénétrer. Comme un voleur, rapidement, je repérais une pomme dans un panier au centre de la table. Rapidement, je m'y dirigeais pour la prendre et prendre la bouchée du siècle et mâcher avec toute la grâce d'une vache.

« Désolé! C'est que... je suis affamé! Ha! Ha! J'y reviendrai plus tard... »

Je ne voulais pas prendre du précieux temps à Helena pour me faire à manger. Je lui avais demandé de me faire visiter l'endroit et elle avait eu la gentillesse de le faire sans rouspéter. Ah... cette pomme était la meilleure que j'avais mangé depuis longtemps... Malgré les muffins qu'on m'avait donnés à l'aéroport, le fait que j'étais un ventre sur pattes me forçait à voir la nourriture comme quelque chose à engloutir jusqu'à ce qu'elle n'existe plus sur la planète. C'était terrible, mais j'avais réussi à contrôler ça... en quelques sortes! Nous montions à l'étage supérieur où étaient situés les bureaux de l'Institut. Elle n'avait pas encore son bureau et pensait s'y installer prochainement. Au moins, contrairement à moi, elle avait un but dans la vie. Je veux dire, elle avait su se donner un objectif dans cet endroit. Chez les Last Sons, je n'avais encore aucune idée s'il y avait un poste à combler et si ça m'intéressait. Qui sait, peut-être du jour au lendemain je finirai par disparaître?

« Alors là! Si ça arrive, dis-le moi et je viendrai suivre tes cours! Grumpy Cat n'est pas un méchant à prendre à la légère! »

Je ris un peu avant que nous continuions notre marche. Nous passions devant des chambres et elle s'y arrêta pour prendre un manteau. Ah... c'est donc ici qu'elle dormait! Je me disais que si j'avais envie de l'embêter, je saurais où la trouver! Nous sortions du bâtiment et elle me montra une statue du fondateur de l'Institut. Il avait l'air d'un homme bon et plein de sagesse. Je m'approchais pour essayer de lire ce qui y était écrit mais bien évidemment, je ne savais pas encore lire l'anglais... Avec l'interprète automatique accroché à mon chandail juste sous ma gorge, je n'y pensais plus du tout... Je me grattais la tête et eus l'air ignorant pour quelques secondes, mais je me dis qu'avoir les pieds ici ne sera que bienfaiteur:

« Et bien... j'ai quelques semaines pour apprendre à lire, pas vrai...? »

Elle me disait qu'Hiroki était là à cette fête et moi, à ce moment-là je n'existais pas chez les Last Sons. Cette fête avait probablement lieu au tout début avec les tous premiers recrutés et le bâtiment fraîchement rénové... J'étais curieux de voir de quoi ce genre de fête avait l'air. Peut-être qu'un jour, j'y assisterai qui sait? Helena continua de marcher et je la suivis. J'humais l'air. Tous ces arbres, toute cette oxygène me surprenait. Avec la ville à quelques kilomètres de-là, je n'arrivais toujours pas à y croire. J'allais aimer mon séjour juste à penser qu'il y avait plein de gens sympas et.. ces arbres! Elle me demandait si ce que j'avais vu me plaisait. Je souris de plus belle et c'était d'un ton enjoué que je lui répondis:

« C'est un endroit très vivant et chaleureux! J'adore! Disons que ça fait un énorme contraste avec notre base souterraine à nous... C'est gentil d'avoir fait tout ça pour moi! Merci encore! Et pour ce qui est de l'étang gelé en hiver... il sert à quelque chose? »

Mis à part servir comme surface glissante et miroitante, je me demandais pourquoi elle avait souligné ce point. D'où je venais, il n'y avait pas vraiment de neige et encore moins d'étang gelé. Enfin, c'était peut-être parce que je ne sortais pas beaucoup que je n'avais pas remarqué quelque chose de spécial sur le sujet, du coup je venais de m'informer! Soudain, l'atmosphère devint un peu plus tendue. Elle avait l'air un peu mal à l'aise dans ce qu'elle s'apprêtait à me dire. Il s'agissait du patron... pas vraiment de lui en fait, mais du lien qui les unissait. Helena était sa fille. Helena était en fait Helena Boldarev. La mâchoire me tomba littéralement et je ne pus m'empêcher de demander de façon innocente:

« Heeeeeeeein? Sergei a eu un enfant?! »

C'était suffisant pour prouver que je ne connaissais absolument rien du patron. Il faut dire que j'appréciais, non, j'aimais la franchise dont elle faisait preuve avec moi. Je veux dire, elle aurait pu très bien me cacher cela du début jusqu'à la fin sans qu'on me mette au courant de quoi que ce soit. Elle avait eu le courage de briser la glace en me disant franchement le lien qu'elle entretenait avec son père et ça se résumait à « problèmes de famille ». J'étais curieux de savoir de quoi il s'agissait, mais en même temps ce n'était pas de mes affaires et nullement ma place de demander une telle chose à la pauvre Helena qui a été abandonnée ici par son père. J'étais content de voir ce qu'elle était devenue, très content.

« Bah tu sais... fille ou pas du patron, je ferai quand même mon possible pour entretenir de bonnes relations avec toi. Du moins, essayer de devenir ton ami! Enfin, si ça t'intéresse! J'ai pas encore d'amis X-Men et c'est toujours bon d'avoir de bons repères! »

Je ne la connaissais même pas et déjà, je voulais devenir son ami. Mais que voulez-vous, j'étais comme ça à accepter n'importe qui dans mon cercle d'amis. Était-ce pour me rassurer? Était-ce pour déterminer qui étaient mes ennemis et qui étaient mes alliés? Je n'en avais aucune idée. Mais ce sentiment d'amitié si fort qui m'unissait avec les autres Last Sons était si agréable que je voulais le partager avec tout le monde!

« Et toi? Tu as beaucoup d'amis à l'Institut? »

_________________
       
avatar
Sun Wukong

Messages : 124
Date d'inscription : 04/11/2014
Localisation : Asie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une formation pour un Last Sons (Sun Wukong)

Message  Helena Boldarev le Ven 6 Mar 2015 - 18:51


Last Sons en formations

« Je ne connaissais pas tous les détails des Last Sons, mais je pensais sincèrement que le groupe oriental est bien plus moral que les Vengeurs. Le groupe américain avait peut-être plusieurs membres intelligents et cohérents, mais il avait aussi des facteurs catastrophiques bien plus importants que dans n’importe quel groupe. Je ne savais certainement pas tout des Last Sons, comme je ne savais pas certainement tout sur l’Asie, mais déjà faire une équipe multinationale dans un territoire aussi bougeant et avec de nombreuses rivalités nationales, c’était un miracle à mon avis. Peut-être que j’allais ressembler à une Confrériste avec une pensée de ce type, mais je pense que la violence en Asie, pour un groupe de surhumains, ne peut pas être négligé. C’était réellement un autre défi et de bien d’autres difficultés.

Je me comptais chanceuse de vivre dans les X-Men. Oui il existait peut-être un grand risque de se faire tuer n’importe quand dans ce groupe, mais on vivait sur un territoire stable, on était bien plus une famille qu’un groupe militaire comme les Vengeurs et surtout on apprenait souvent du meilleur de l’Humanité. Je pouvais paraître énormément prétentieuse avec une remarque pareille, mais avec des gens comme Charles Xavier, Hank, Beaubier, Pryde et ainsi que plusieurs autres, on avait une source infinie de connaissances et de sagesses. Sun pouvait vraiment beaucoup apprendre avec nous.

Je ne voyais pas les Last Sons comme inférieurs au niveau de la moralité, je vois plus les X-Men et l’Institut Xavier comme un idéal presque parfait. Je voulais vraiment présentée cet idéal à Sun par cette visite, la cuisine était juste un début pour cette découverte. Le jeune extraterrestre était déjà intéressé par la nourriture de la cuisine pour aller voler directement une pomme sans signer le papier obligatoire de ce qu’on prenait. Quel monstre! Il avait ensuite rigolé de ma blague sur Grumpy pour même y répondre, au moins il comprenait mon second degré digne des plus grands Dieux de cette planète.

J’étais encore jeune pour avoir mon bureau dans les X-Men les plus âgés et les plus expérimentés, mais j’avais quand même cette croyance. Le grand problème dans cette équation restait le domaine à laquelle je pouvais donner des cours. Je n’étais ni une grande experte en mathématique ou en informatique, ou dans un autre domaine en question. Peut-être que je pouvais devenir comme ma mentor pour surtout être spécialisée dans la formation des équipes X-Men.

Sun semblait avoir eu beaucoup de difficultés à lire l’anglais, je laissais juste un petit rire en entendant qu’il voulait chercher à améliorer son anglais. Il n’était pas obligé de parfaire son langage dans ses lieux, surtout qu’apprendre l’anglais quand tu avais comme base le mandarin. C’était un défi très difficile, pire que de voler les DVD de Mason ou la crème glacée de Pryde.

« Hum, cela va être assez difficile si vous n’avez pas de bases en anglais au niveau de la lecture, je peux toujours vous aider, mais lire et écrire l’anglais, cela risque d’être vraiment un gigantesque défi. »

Pauvre Sun… il ne connaissait pas la magie de patiner. Je n’avais pas trop réfléchi sur cette ignorance, mais c’était presque mignon. J’étais presque en train de lui faire découvrir le monde, et surtout une beauté que peu de gens avaient. Patiner, c’était quelque chose de plus intelligent, plus distingué que la danse, mais parfois bien plus difficile. Je laissais un petit rire avant de répondre à sa question.

« Habituellement, il est possible de patiner sur un une glace. C’est assez amusant et cela permet de peaufiner notre équilibre. Je vous apprendre, c’est un cours obligatoire pour tout comprendre de l’humanité. »

Je laissais un autre rire avant de nous concentrer sur un sujet bien plus choquant, un sujet qui pouvait créer des malaises gigantesques, digne d’un classique des films américains comme Star Wars. Sun était visiblement surpris de cette révélation, il ne semblait pas qu’il soit surpris que je suis sa fille, mais que Sergei a eu une fille. En effet, il était tellement vieux qu’il semblait être né dans une autre époque, sans réelle affinité à ce monde. J’étais un peu étonnée de sa réaction, je croyais que certains enfants de Sergei travaillaient dans les Last Sons.

Habituellement, chacun d’entre-nous avait un rôle à suivre aveuglément sans se poser de réelles questions. C’était pour l’une de ses raisons que je doutais toujours autant de mon père. Il était en premier lieu un manipulateur et non un père. Les Boldarev pouvaient toujours être une grande Famille vu le nombre de gens qui possédaient ce nom, mais on était souvent des outils pour Sergei.

« Pas juste une, il a eu plusieurs enfants. Je croyais que certains de mes frères et de mes sœurs travaillaient dans les Last Sons. »


Je le laissais ensuite continuer avec un beau petit discours sincère, qu’il ne va pas trop faire de différence sur mon nom ou sur ma famille, pour essayer de me voir réellement comme une amie. Son discours était innocent et calme, et cela me faisait encore sourire. Je lui laissais continuer avec son grand discours sur l’amitié, jusqu’à temps qu’il me demande d’être son ami. Mais, est-ce que je pouvais être son ami? Est-ce qu’Helena pouvait avoir des amis quand elle avait un destin aussi tragique? Euh… oui.

« Je suis l’amie de tout le monde, sauf des sympathisants de Grumpy Cat, alors Sun, est-ce que vous êtes un sympathisant de Grumpy Cat? Si c’est le cas, je ne vais pas pouvoir être votre amie et vous éliminer immédiatement, mais si c’est le cas contraire, vous pouvez toujours compter sur moi. »


Puis il me posait une autre question sur l’amitié et sur les X-Men. Est-ce que j’avais beaucoup d’amis à l’Institut? Non. Ce n’était pas des amis que je possédais, c’était surtout une famille.

« Je ne les considère pas comme des amis, mais vraiment comme des membres de ma famille. Il faut toujours faire une grande confiance à l’organisation qu’on travaille, on est toujours meilleur quand on peut compter sur les autres. J’ai de nombreuses personnes comme mon mentor : Betsy, que je vois pratiquement comme ma mère ou encore Mason, Pryde ou plusieurs autres, qui vont toujours être des précieux amis. Je vais vous les faire découvrir au fil du temps et ils peuvent vous apprendre beaucoup tant sur la vie que dans des entrainements. Si vous voulez bien sûr. Quand on va commencer à s’entrainer, je vais juger votre niveau martial et stratégique avant. Après on va s’intéresser aux pouvoirs et on va voir des gens qui peuvent vous aider à mieux les comprendre. On pense toujours contrôler le maximum de nos pouvoirs, mais au final on en contrôle toujours une partie. En tout cas, c’est ma vision…

Vous voyez comment vos pouvoirs? Votre potentiel? Votre contrôle? C’est souvent intéressant à se poser comme questions. On croit toujours avoir atteint le sommet, mais il reste beaucoup à apprendre de nous-mêmes par les autres… »


Discours d’Hippie fait. »

_________________
avatar
Helena Boldarev

Messages : 171
Date d'inscription : 11/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une formation pour un Last Sons (Sun Wukong)

Message  Sun Wukong le Mer 11 Mar 2015 - 22:05

L'anglais... une autre langue qu'il me fallait d'apprendre. De base, je ne connaissais que le mandarin et un peu le coréen. Je me souvenais du jour où j'avais demandé à Korra de m'apprendre les diverses langues du monde pour mieux m'adapter aux besoins. D'abord, il aurait fallu que j'apprenne le russe pour communiquer avec Alekseï ou Pavel. Cependant, les gens étaient tellement occupés ou dispersés aux quatre coins du pays que je n'avais jamais eu l'occasion de converser, d'apprendre à lire et à écrire dans les autres langues. Une chose était certaine: je parlais ma langue natale extraterrestre sauf que ça, les gens n'étaient pas intéressés à l'apprendre. De toutes façons, à quoi cela aurait-il servi? Mis à part savoir dialoguer avec moi de façon un peu plus privé, on ne savait même pas d'où je venais...

Helena me disait que d'apprendre à lire et à écrire l'anglais allait être un grand défi. Je fronçais les sourcils parce qu'à mes yeux, ça ne devait pas être plus difficile qu'une autre pas vrai? Mis à part que les lettres et les mots ne s'écrivaient pas de la même façon... avec des syllabes différentes... des lettres différentes... une prononciation différente... Au final, elle avait raison. Ça allait être une partie de douleurs psychologique et physiques pour mes doigts qui devront appuyer sans cesse sur le stylo pour écrire à répétition les mots que je devais apprendre. Mais si des enfants étaient capable de le faire, je le serai aussi non? Mais eux ça leur prenait des années d'études pour en venir à bout alors que moi, j'étais là que quelques semaines.

« Je suis prêt à relever le défi! »

Mais bien sûr, cela ne pouvait pas être maintenant. Elle était encore habillée de son pyjama de Grumpy Cat et n'avait probablement pas envie de se creuser les méninges pour m'enseigner quelque chose d'aussi difficile! Et peut-être que je lui en demandais trop aussi? Je veux dire, j'avais tellement de choses à apprendre dans cet endroit et étant donné qu'elle était la seule personne que je connaissais officiellement depuis mon arrivée, je mettais tout cela sur ses épaules. Je me sentis mal après avoir réalisé ça. Je ne voulais pas lui mettre de pression ou lui obliger à s'engager dans trop de choses. Elle n'avait sûrement pas que ça à faire que de répondre à mes exigences ou à mes questions. Une vie de X-Woman est sûrement chargée, pas vrai?

« Je suis désolé de te mettre autant de pression. En fait, si ton horaire est trop chargé, n'hésite surtout pas à me refuser ces services que je te demande. Il doit bien avoir une autre âme charitable dans ce manoir qui se porterait volontaire pas vrai? À moins que ça te tienne à coeur à ce point et que ça te fait plaisir alors dans ce cas, n'hésite pas non plus à le dire! Ha! Ha! »

Elle me parlait de patiner sur la glace. J'arquais un sourcil parce qu'encore là, je n'arrivais pas à saisir ce qu'elle disait. Patiner... patiner... ce verbe ne me disait rien. Je pris une pose de réflexion: doigts portés au menton et sous le coude, regard plongé dans le vide et pourtant, je n'avais pas d'images qui ne me venaient en tête. Elle me révéla qu'il s'agissait d'un cours obligatoire à prendre pour comprendre l'humanité. C'était donc ça cette image manquante dans ma tête! Elle riait de ce qu'elle venait de dire et je riais avec elle et probablement pour des raisons différentes en plus! Notre route continua et elle me révéla que Sergei n'avait pas eu qu'une seule enfant, mais plusieurs. J'étais encore plus surpris et ma mine l'affichait plutôt bien. La bouche ouverte pour ces quelques secondes, le souffle presque coupé, je n'arrivais pas à y croire encore.

« Si tu avais des frères et des soeurs parmi les Last Sons... je ne les ai jamais croisés! »

Helena me disait qu'elle était l'amie de tout le monde sauf les gens qui sympathisaient avec Grumpy Cat. Je me mis à rire sur le sujet. Elle m'avait rassuré sur le fait que je pouvais toujours compter sur elle. Je souriais. Bien qu'elle n'aimait pas son père énormément, il aurait été possible qu'elle soit franche et qu'elle me dise qu'une amitié entre nous était simplement impossible. J'aurais été déçu si ça avait été le cas. Une fille aussi gentille et généreuse qu'Helena ne pas être mon amie? Je me demandais bien s'il avait pas été mieux que je me range du côté du mal pour me trouver des amis... C'est drôle hein? En fait, non pas vraiment...

La X-Woman me fit un résumé de ce qu'était ses amis pour elle: c'était carrément sa famille. Des gens qu'elle côtoyait à tous les jours, des gens avec qui elle devait travailler et échanger des informations importantes et qui partageaient une vision des choses fort semblable. Une seule chose pour tous les unir. Du côté des Last Sons, nous avions tous nos raisons individuelles d'avoir rejoint le groupe. Il n'y avait pas de raison bien développée mis à part « faire le bien ». Je trouvais cela dommage parce que le groupe avait le potentiel de devenir plus que ça et d'être aussi soudé que les X-Men. Elle me demanda une sorte de compte-rendu de mes capacités. Je me grattais le derrière de la tête d'embarras. Comment décrire ce qui me possédait?

« Mes pouvoirs sont vastes dans tous les sens. Disons qu'une certaine partie de ce pouvoir qui m'habite demande beaucoup plus de contrôle que le reste. Je pense que c'est là-dessus que je dois travailler. Je me laisse souvent emporter par mes émotions et j'ai peur de devenir incontrôlable et de limite m'en prendre à mes alliés... »

Quand j'atteignais ma troisième forme, je devenais encore plus bestial à l'extérieur comme à l'intérieur. Mon jugement sensé se faisait de plus en plus rare que mes formes avançaient. Je savais que je n'avais pas atteint mon plein potentiel à cause de mon jeune âge et j'étais tout à fait au courant que ça me prendrait du temps pour parfaitement contrôler tout ce qui m'habitait. Il y avait quelque chose en moi d'encore plus grand qui ne demandait qu'à être découvert.

« Disons que mon pouvoir se base principalement sur la génération de ki sous diverses formes offensives. Mais ça je le maîtrise... S'il y a une partie que j'aimerais améliorer ce sont les formes que je peux prendre pour augmenter mes capacités. Ou la puissance de ma télékinésie aussi... mais principalement mes formes: je pense qu'elles devront être améliorées en priorité! Et toi? Même après être devenue officiellement une X-Woman, tu éprouves des difficultés avec tes capacités? »

_________________
       
avatar
Sun Wukong

Messages : 124
Date d'inscription : 04/11/2014
Localisation : Asie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum