Avenger Academy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Avenger Academy

Message  Valerie E. Hopkins le Dim 15 Fév 2015 - 16:27


    AVENGERS ACEDEMY
    Saison 1

    Ils sont vraiment débiles, je les croyais vraiment plus sérieux que ça pour choisir des jeunes. Déjà que je me sens stupide de m’inscrire dans une émission pareille, aujourd’hui, je me sens encore plus stupide de le continuer. Je suis rendue dans les quatorze finalistes des Vengeurs Académiques, souvent tous des jeunes de 18 ans à 25 ans, et surtout sans pouvoirs avec une formation basique militairement ou dans le martial. Quelques mutants ont des pouvoirs, mais cela ne fait rien, ils n’ont pas été entrainés dans la même façon que moi. Ils n’ont pas subi un entrainement serré avec des connards comme les Elhonna, ou avoir des professeurs comme Kitty, Kurt, Psylocke ou Logan. Ils ne connaissent pas la rudesse des activités, ils n’ont ni la force, la volonté ou la sagesse d’être là. Ils nous ont foutu dans un manoir au hasard dans ce foutoir qui servait de ville, où le Maitre Keven Johansson nous disait beaucoup de choses. Je ne vous décris même pas le mec, c’est un gueulard comme Gordon Ramsay, mélangé avec l’arrogance des vedettes de cinéma et l’attitude merdeuse d’un dictateur incompétent. Il essaie de nous apprendre des choses, il nous fait des grands discours et je me rends compte du truc. Je suis dans une téléréalité de MTV. Cela le frustre toujours autant que je me place hors des caméras quand il essaie de nous donner une grande leçon morale dans son gymnase privé.

    Je le déteste, c’est un connard prétentieux de quarante ans, qui pense connaître déjà tous les grands mystères de ce monde. J’ai passé trois mois dans les forêts sauvages avec Logan en tuant des dinosaures, ne vient pas me faire chier quand avec tes leçons morales stupides sur la vie et sur l’importance de la fierté des vengeurs. Sérieux, je me fous totalement de Stark et de compagnies, je veux juste aider putain. Libérez-moi de cette stupide émission pour que je m’entraine avec des vrais combattants et non un monsieur frustré par sa vie qui essaie de nous convaincre c’est quoi la vie. Je prends au moins quelques secondes pour écouter cette merde qui parle devant des jeunes complètement incultes. Je suis sûr qu’il va avoir de la musique triste, avec un montage complet de chaque visage complètement touché par son histoire de mongol à la télévision quand il commence à presque chialer comme une merde.


    « Puis… j’ai vu Jerry, mon ami… je veux dire Johnny Springfield, fier soldat américain à terre. Il avait du sang partout et c’est depuis ce jour que je m’entraine à la folie pour mes frères de combats. Les Vengeurs sont plus que ça, les Vengeurs sont… »


    Je commence un long étirement quand la caméra se tourne vers moi avec le visage le plus incohérent du monde pour ce discours de merde. Oh… je viens de briser le montage émotionnel, les autres m’ont même regardé quelques secondes pour désapprouver mon geste avant que je commence à rire devant l’effet qu’ils voulaient faire. Ils ne m’aiment vraiment pas, cela ne va pas m’étonner qu’ils veulent m’éliminer dès le début. Mais ils vont être force de me supporter, car je suis la plus forte, certains avaient des pouvoirs mutants, mais ils ne savaient pas comment s’en servir. Ils ont essayé de m’écarter souvent des premières émissions, me voyant juste comme une chieuse professionnelle, mais je savais très bien où était ma force. On allait passer devant des juges pour juger de nos compétences. Il fallait préparer un discours incroyable pourquoi nous devrons être choisis par le peuple et par les juges, cela allait être amusant. Le directeur de cette émission stupide nous faisait des cours de communication avec des gens toujours aussi stupides.

    Je paraissais très mal à l’émission en me foutant de tous les épreuves et de tous les leçons, qu’ils voulaient nous faire faire et apprendre. Durant le planning de l’émission, il avait aussi une phase combat, je risque de dominer. Je les ai vus un peu se battre dans leurs coins, certains avaient des techniques basiques d’arts martiaux et d’autres comptaient sur leurs muscles. Je ne montrais pas grand-chose durant ces entrainements, je travaillais plus mon cardio dans mon coin. Anthony Simpsons était le premier à viser. Un petit sportif, mais qui aimait mieux flirter les filles que s’entrainer réellement. Il était trop sûr de lui et on a eu une période drama durant l’une de l’émission. S’entrainant dans le ring, il me défit de le combattre pour essayer de le toucher une seule fois. J’ai refusé. Je me souviens d’avoir reprit les reprises, quand la musique sonnait la victoire du mâle alpha au gymnase, celui qui a fait fuir la fille bien trop rebelle pour être de taille à cette émission.

    Mon refus n’a jamais été par peur, il a été par opportunité. Les candidats calculent mal comment gagner. Les juges ont leurs mots à dire, mais le public et le combat sont une plus grande partie de la victoire. Je joue à l’hypocrite pour gagner, non pour faire la belle à la télévision en costume moulant. On arrive enfin le temps de l’émission en direct. C’est à ce moment que je vais me démarquer, c’est à ce moment que je vais briser les préjugés que les gens se sont faits sur moi. La première émission commence tranquillement, ils montrent un clip de nos proches pris en secret. Pendant une seconde, je croyais qu’il allait avoir assez de scrupule pour laisser mon père à l’hôpital en dehors de tout ça, mais ils ont décidé de montrer mon père malade comme un chien qui essayait de me laisser quelques mots en encouragement.

    C’est le seul moment de cette foutue émission, que je me suis réellement sentie mal. Ils pouvaient questionner ma mère ou mon petit frère, mais ils ont décidé d’utiliser mon père malade pour parler de moi. L’une des candidates dépose une main sur mon épaule, une petite timide qui a eu beaucoup de mal à l’oral devant les juges, je vais l’épargner. Je vais la convaincre d’arrêter sans la briser devant les juges comme je prévoyais faire pour tous les candidats. Elle était mon amie et elle va l’être pour longtemps. Elle pensait peut-être bien faire en venant ici, mais elle n’est pas prête.

    Peut-être que je ne suis pas prête non plus. C’est à mon tour d’avancer vers le stadium digne de Pokémon pour faire mon discours. Je reçois quelques hués au départ, même des hués majoritaires et je les vois déjà dans les sourires des juges, cette idée de m’éliminer ce soir. Il me donne enfin un micro et je suis prête. Laissant un rare sourire, j’attends juste qu’il me pose la question du pourquoi je devrais être Vengeresse? Je laisse quelques secondes de silence en approchant le micro de ma bouche. Toujours quelques hués, c’est vraiment remarquable. Je suis comme la méchante dans les shows de lutte, je suis comme Undertaker ou HHH! Ils me détestent, c’est un réel plaisir de les entendre. J’attends que la public s’épuise avant de répondre.


    « Pourquoi je devrais être dans les Vengeurs? Hum… je pense que vous posez la mauvaise question, ou je pense que vous échangez actuellement les rôles. La question qui devrait se poser devrait venir de moi. Quels sont les raisons qui peuvent me convaincre de rester ici quand vous avez ramassé les pires merdes de tous les temps comme candidats? »


    Je pointe les candidats derrière moi pendant que la foule s’amuse à m’huer copieusement. J’avais encore mon grand sourire au visage pendant cette séance de haine et quelques visages de mécontentements de la part des juges. L’un des juges me re-gueulent la question de base pour essayer de garder du calme.

    « Oh putain, ne prenez pas ce ton avec moi. Vous savez très bien la réponse tas de merde, c’est parce que je suis la meilleure. La Meilleure avec une putain de M majuscule. Vous avez pris les étrons de Tony Stark pour me concurrencer, des gens qui vont vous parler de leurs malheurs, qui vont pleurés leurs petites vies de merde pour une raison ou une autre. Moi je ne vais pas pleurer ma vie, moi je vais défoncer des gueules. Je vais vous montrer que je ne me bats pas pour un nom ou pour une réputation, je me bats pour une putain de cause. Alors, si vous voulez entendre des gens pleurés sur le suicide de leur parent, sur leur enfance de merde ou sur leur idée bien fixée de la société, je ne vais pas être cette merde, je vais être la personne qui va vous prouvée que je suis capable de gagner ce putain de concours, sans utiliser mes pouvoirs. Je ne vais pas être une mutante, ni une humaine, ni une extraterrestre, je vais être la Vengeresse que je décide d’être! »

    Quelques hués, mais des gens commencent à scander mon nom. Les juges me laissent parler, ils croient pouvoir m’éliminer aussi facilement. Je vais changer les règles au grand plaisir de ce concours débile. Je commence à enlever mon petit manteau de printemps pour reprendre parole après.

    « Vous voulez que je le prouve? Hey Tony Simpsons, tu voulais te battre durant l’émission? Faisons-le ici, pauvre merde! Tu voulais montrer que tu avais un potentiel de la folie? Prouve-le! Prouve-le! Regarde les gens scandent ton nom pour que j’arrête de me vanter. »

    Je lâche le micro en dehors de l’aréna, pendant que le douchebag commence à monter sur le ring. Les juges ne l’arrêtent pas. Il commence à m’hurler des insanités, de me traiter des pires mots qu’on pouvait dire à une fille. Un arbitre arrive enfin. C’est officiel. Je reste pour la première soirée. Tony essaie de me serrer la main, je lui retourne juste un crachat pour la politesse, ce qui le fait encore plus rager. Le public scande son nom, mais je suis capable d’entendre un peu mon nom devant toutes les critiques. Cela ne dure que trois secondes. Je m’avance vers ce connard, il essaie de me donner un coup de pied, j’écarte son pied d’une main.

    L’autre bras se tend au maximum pour viser sa mâchoire, j’utilise une technique que la petite Cassie semble affectionner souvent. Mon coup de corde à linge est d’une puissance à l’éjecter dans le ciel pour faire une petite pirouette et s’écraser au sol comme une merde. La foule devient silencieuse d’un coup, je me relève et je vais reprendre le micro en montrant mon avant-bras où on pouvait voir un peu le sang et quelques dents de ce petit Tony dessus. Les médecins de l’émission étaient en train de sauter sur le jeune gamin arrogant pendant que je laisse mes dernières paroles.


    « Trois putain de secondes, trois putain de secondes. Je peux finir votre émission dans les cinq prochaines minutes. Alors, vous préférez la merde au sol qui risque de manger du Jello pour un temps à l’hôpital ou celle qui peut vraiment se battre?»

    Je lâche le micro au sol pour lever mon poing vers le ciel et pour entendre en majorité des encouragements. Je sens que je vais m’amuser ici.

_________________
avatar
Valerie E. Hopkins

Messages : 552
Date d'inscription : 07/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avenger Academy

Message  Valerie E. Hopkins le Dim 12 Avr 2015 - 2:58

    Sincèrement, je me pose beaucoup de questions sur la crédibilité de ce monde, vous savez quand on regarde une vidéo complètement absurde sur l’internet et on a honte d’être un être humain? Tu te dis des millions d’années d’évolutions pour résultat aussi emmerdant que la télévision d’aujourd’hui. Beaucoup de gens se souviennent de la création des journaux, c’était pour manifester des nouvelles idées, pour essayer de changer la donne d’une politique injuste. Tout le monde se souvient du cinéma muet avec des grandes figures emblématiques de ce monde. Quand Robert Downey Jr disait dans le fameux film de Charlie Chaplin, que les films étaient faits pour réconforter, pour faire penser et surtout pour faire rire les gens. Je sais ce que vous allez me dire : Beaucoup des divertissements sont toujours ainsi. On parle de grands films, de grandes séries ou de petites vidéos simples sur l’internet où tu te sens réellement bien dans l’écriture de l’auteur. Tu vois ce progrès dans l’humanité, dans la vie humaine, tu vois un transfert d’un vécu particulier dans cet art. Tu peux le sentir d’après la réalisation, d’après l’écriture ou d’après comment la caméra est perchée. Tu prends un plaisir de le sentir comme tu prends un plaisir d’une certaine compréhension empathique des autres personnes.

    Je crois sincèrement que c’est important de se souvenir de cette époque, car personne risque de vous le rappeler, vous risquez plus de tomber sur des diffusions de téléréalité, facile à faire et à diffuser depuis les années MTV. Une téléréalité, cela peut être génial, cela peut donner un visage à l’humanité, une nouvelle perspective, cela peut donner la parole à des gens complètement géniaux qui sont emprisonnés dans une vie sociale car on les méprise. Parfois, les téléréalités peuvent nous donner des merveilles, quand… c’est la réalité. Alors vous voyez où je veux venir avec cette pensée? C’est que la téléréalité d’aujourd’hui n’est pas la réalité en soit, ils façonnent une image sympathique de certains êtres qui camouflent simplement leur mal de vivre. Ils cherchent à être admirer, à être reconnu pour des talents qu’on peut tous dépasser.

    A
    u début, je croyais qu’ils allaient vraiment juger de nos talents. Je croyais qu’ils allaient nous mettre devant des tests importants pour voir juste nos efforts physiques, mais depuis que j’ai cassé des dents, ils me craignent. On ne fait plus d’épreuves en particulier, on reste dans le Manoir des Vengeurs et on discute. Il doit avoir une tonne de musique dramatique, de mauvaises blagues ou de discussion réellement sérieuse autour de chirurgie plastique ou de combien de gens que la candidate blonde s’est faite à coté.

    Je suis bien moins agressive que la première semaine, je reste encore dans mon coin et plusieurs ont abandonné. Après une discussion sympathique avec la petite maladroite, elle a décidé de partir en me disant qu’elle n’avait pas le niveau. C’est un petit mystère dans ma vie quand elle me parle de niveau, c’est qu’elle est consciente qu’elle a un niveau particulier. En tout cas, ce n’est pas très grave, je ne risque pas de la revoir pour le reste de ma vie. J’espère juste qu’elle va se trouver une place plus rapidement que moi dans ce monde.

    Je ne me fais pas vraiment remarquer pour la deuxième semaine par une petite stratégie : C’est vraiment sympathique que les gens me concèdent une place dans leurs cœurs, mais je ne dois pas tomber dans le piège des gros marketings et devenir une héroïne commerciale. Je fais les concours doucement pour gagner celui de la semaine, où il fallait faire un parcours d’armée en moins de deux minutes. J’obtiens donc l’immunité comme dans les émissions à la conne sur des îles pour éviter d’être éliminer cette semaine. Ils ont aussi compris le principe que c’était inutile de me faire combattre contre les autres, alors je vais juste faire un speech sur une seule question.

    Pourquoi un tel comportement? Les juges veulent des réponses claires à mon comportement aussi hostiles, peut-être qu’ils se posent enfin des questions sur mon attitude aussi agressif dans une équipe qui doit être stable. Ils commencent l’émission avec moi pour s’en débarrasser, je crois.


    « C’est différent. Oui en réalité, j’emmerde le monde, j’emmerde le monde superficiel qu’on essaie de calculer dans le design des connards finis des médias. Je n’aime pas les caméras, je n’aime pas que des connards nous jugent selon leurs générations ou selon nos valeurs, je n’aime pas qu’on me juge ou qu’on me voit d’une manière différente de ce que j’essaie d’être. Je n’aime pas l’image que je me suis fais actuellement. Je n’aime pas l’idée de plaire à un jury, mais en réalité, dans toute cette vie, je ne voulais que plaire à quelques personnes. Je voulais juste que les gens soient contents de ce que je voulais devenir. Non, parce que je suis belle, non parce que je porte des costumes moulants, non parce que je joue aux jeux vidéos avec des amis, mais bien parce que j’ai fais des efforts non pour être ici, mais pour être le rêve que je considère comme essentiel pour moi. Certaines personnes comme mon père a toujours trouvé cette vision étrange de ce que je veux être aujourd’hui, mais il m’encourage dans ce rêve, même s’il est malade comme un chien. Il croit à ce rêve, parce qu’il croit en moi.

    Mon rêve n’est pas de devenir une super-héroïne, de ne pas être admirer par tous, mais de donner la force qui m’a permit de battre Monsieur Jello. Je ne vois pas la Justice League comme des héros, je vois la Justice League comme une préservation de ce que l’humain a eu de meilleurs. Je ne veux pas être dans les Vengeurs pour jouer aux héros, ni pour faire le clown devant les médias, je suis ici parce que je crois être capable de vous donner plus.

    Je suis ici non parce je crois aux super-héros, je suis ici parce que je crois à l’être humain. »

_________________
avatar
Valerie E. Hopkins

Messages : 552
Date d'inscription : 07/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum