Initiative: Dénons intérieurs (PV Hal Jordan)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Initiative: Dénons intérieurs (PV Hal Jordan)

Message  Invité le Mar 3 Fév 2015 - 10:49

« ÉVACUEZ LA BASE! MAINTENANT! »

Est-ce que j’avais l’autorité pour crier des ordres? Non. Est-ce que je le faisais quand même? Oui. Pourquoi? Parce que si personne ne prenait les commandes, nous serions tous morts sous peu. Quel bordel. Tout avait commencé par une mission de routine comme il y en a des dizaines, des centaines même en une année. Les satellites nous avaient montré le gros des forces ennemies, nous avions envoyé le SHIELD et les Vengeurs et nous avions mis la main sur un prisonnier trouvé sur place sous sédatif. Qu’est-ce que ça vous dit, vous? Bonne chose? Mauvaise chose?

Moi… Dès que je l’ai vu, j’ai su que c’était un aller simple pour les emmerdes. Et je l’ai dit. Une fois. Deux fois. Dix fois. Et quelle a été la réaction de mes supérieurs : va superviser les opérations si tu penses pouvoir faire un meilleur travail que nous. Et vous savez quoi? Au lieu de me la fermer, j’ai utilisé ma paire de couilles et j’ai dit : j’y vais et quand les emmerdes vont arriver, vous êtes mieux d’avoir des unités en renfort. Il n’aime pas quand on lui répond sur ce ton Fury. Mais que voulez-vous. Si on m’écoutait des fois, je ne serais pas constamment sur les dents. Mais… .Écouter Adrian? HA!

Le prisonnier avait été amené aux installations du SHIELD les plus proches, en plein désert du Nevada. Quelque chose clochait, je pouvais le sentir. C’était trop facile. Une vague de disparitions étranges au Nevada, six mois que je planchais sur le cas avec d’autres analystes du SHIELD et puis tout d’un coup un beau matin, POUF! On les détecte sur le radar et on leur court après? Six mois. SIX MOIS! À échapper aux meilleurs appareils de détection du SHIELD! Personne ne fait une erreur aussi débile à moins de le faire exprès. Et quand on le fait exprès… C’est parce qu’on a un plan en tête.

Dès mon arrivée dans la base, je l’ai fait mettre en état d’alerte maximale. Le commandant des installations, un ancien Navy Seal, m’a longuement regardé avant de hocher gravement la tête. Quand il m’a demandé pourquoi, je lui ai dit : est-ce que vous avez déjà eu un pressentiment si fort que vous mettriez en jeu tout ce que vous avez, commandant? Il m’a répondu : je vais mettre la base en état d’alerte, monsieur. Et c’est probablement ce que la Haute Direction du SHIELD prend pour de la paranoïa que la plupart d’entre nous sont encore en vie en ce moment.

Des agents en armes. Pas avec des pistolets. Des semi-automatiques. En tenue de combat. Des hommes armés pour surveiller toutes les issues. Une salle de contrôle prête pour la guerre. Même moi j’étais équipé comme si l’apocalypse allait débarquer ici. Et vous savez quoi? C’est à peu près ce qui s’est passé. Un trio de médecins était en train de réanimer le prisonnier avec le cocktail classique. Enzymes et le reste. La procédure standard du SHIELD. Et c’est à ce moment précis que j’ai compris. Tout le piège était dans le suivi des procédures. Moins mon improvisation sur l’alerte générale. Tout d’un coup, les appareils médicaux se sont mis à s’affoler et quand les médecins ont voulu intervenir, je leur ai dit de sortir en quatrième vitesse et de sceller tous les accès. Savez-vous que cette décision a sauvé la vie de trois médecins et de six agents du SHIELD?

Parce que le soi-disant prisonnier s’est mis à muter de la plus immonde des façons. Quand Bruce Banner se transforme en Hulk, il fait juste… Grossir, en un sens. Là… Non en fait ça ne se décrit pas. C’était juste abject à regarder. Si on avait mélangé Hulk avec une sorte de golem de chair sorti d’un jeu d’horreur avec un soupçon de zombie bien infecté de votre « survival Horror Game » à la mode… Ça ressemblait à peu près à ça. Mais en plus laid. Bien plus laid même. Quoi que ce soit ce n’était pas pacifique.

Spoiler:


C'est gros, c'est moche... Et ça pue!

Et c’était assez costaud pour défoncer du verre blindé parce qu’évidemment, cette monstruosité ne pouvait pas rester sagement dans l’infirmerie le temps qu’on la gaze. Encore que… Je doute qu’on aurait réussi à la neutraliser. Il nous fallait un super héros. Comme d’habitude. Mais attention. N’allez pas voir là de paresse de notre part, comme quoi on s’en lave les mains et qu’on leur laisse tout le travail. C’est juste que… Parfois… Les moyens à notre disposition ne suffisent pas pour contrer la menace. Vous ne me croyez pas? Rappelez-vous que j’étais équipé d’une arme automatique. Quand cette… Chose… A commencé à se déplacer dans les corridors, c’est moi qui lui ai opposé la première résistance. J’ai dû vider deux, trois chargeurs dessus… Et c’est à peine si ça l’a ralenti. Trois grenades? Si on lui a fait une égratignure… Le lance-flamme (courtoisie d’un soldat)? Des coups d’épée dans l’eau. Toutes les armes, je dis bien toutes les armes à notre disposition n’avaient AUCUN effet sur ce truc. La seule arme qu’il restait c’était le système d’autodestruction de la base. À n’utiliser qu’en cas d’extrême nécessité.

Là c’était un cas d’extrême nécessité. À moins que…

« À toutes les forces du SHIELD. Ici Adrian Carlyle Eversfield. Ordre exécutif 32328. Mettez la base en quarantaine. Évacuation de tout le personnel. Contactez le QG et demandez l’envoi de bombardiers pour s’assurer que rien n’a survécu.

Et s’il y a un vengeur dans le coin… On a besoin de votre aide… HIER! Alors grouillez! »


Dernière édition par Adrian Carlyle Eversfield le Mar 3 Fév 2015 - 13:16, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Initiative: Dénons intérieurs (PV Hal Jordan)

Message  Harold Jordan le Mar 3 Fév 2015 - 12:58

Aussi étrange que cela puisse paraitre, j’avais assez de temps libre à ce moment précis où on m’avait envoyé au bûcher, une nouvelle fois. C’était devenu une habitude, de me donner des ordres tous droits sortis d’un kinder Surprise. En effet, c’était toujours au moment de la pause café, ou au moment où je rencontrais une jolie fille… moi qui voulait trouver une compagne pour le plus grand bonheur de Bounty : il commençait à me regarder d’un air assez douteux ces derniers jours, comme s’il trouvait ça louche de vivre sa vie comme un bon gros célibataire heureux. Je l’enviais parfois, parce qu’on ne l’envoyait jamais forcer une collègue à se faire recenser, ou parce qu’il ne se retrouvait jamais aux côtés de Carol pour une interview aussi mortelle qu’une dizaine de chars armés, pointant leur canon en plein dans les parties intimes. Je n’étais pas dénué de volonté, bien au contraire, il m’en fallait bien plus que ça. Tout ça n’était que terre à terre, dépourvu d’héroïsme parfois… comme les pompiers grimpant à l’arbre pour sauver un petit chat sans défense : frustration.
 
Ce jour là, j’étais parti en direction des laboratoires du SHIELD. Pas de rendez-vous prévu, ni même une énième examination médicale destinée à prouver que j’étais encore assez en forme pour voler au secours de l’humanité.  J’allais simplement rendre visite à Adrian, qui me devait un café depuis bien trop longtemps. En plus, j’avais besoin de me changer un peu les idées, c’était la personne idéale pour ça. Mais avant même d’arriver devant la porte sécurisée, prêt à sortir mon badge (comme si personne me connaissait après tout ce temps), je reçus un appel téléphonique de la part du Big Boss. Le nom de Fury était affiché sur l’écran de mon téléphone, comme un signe du destin, me confortant dans l’idée qu’il avait mieux valu que je reste à la maison aujourd’hui. Les idées avaient déjà commencé à brouiller mon esprit, en imaginant toute sorte d’apparition publique qu’il pouvait me demander de faire SUR LE CHAMP ! Des fois j’imaginais des choses assez décousues, déconcertantes… après tout, à l’Initiative ils étaient capables du pire s’ils décidaient de le faire exprès : une interview à dos de chameau, ou même une présence fortement désirée sur un char multicolore de la Gay Pride. Parfois mon sang se glaçait en voyant ce nom… allez savoir pourquoi.
 
Mais non, cette fois ci c’était une tout autre chose. Je compris rapidement qu’il s’agissait de quelque chose d’assez grave, à en juger par la voix stridente et le flot continue de mots qui composaient le hurlement le plus efficace de tous les temps. « JORDAN ! VOUS ALLEZ SUIVRE EVERSFIELD ET VOUS ME LE RAMENEZ VIVANT ! C’EST UN ORDRE ! » Au même moment, je regardais la porte d’entrée, et j’imaginais Adrian partir en courant : cette voix criarde n’annonçait rien de très positif… en plus j’imaginais très bien ses yeux de merlan frit, la goutte au front, paniqué au possible. Je demandai alors au Big Boss l’endroit exact où il s’était rendu, et il me donna le lieu exact où il s’était rendu. Ni une ni deux, je raccrochai le téléphone, et  je me mis à voler en affichant cette grâce et cette classe qui m’étaient propre. Un long voyage m’attendait, mais j’avais plutôt l’habitude : à vrai dire, c’était pas véritablement fatiguant comme moyen de transport, ma bague faisait tout pour moi, et je lui en étais extrêmement reconnaissant.
 
Finalement, j’arrivai à destination, me laissant tomber au sol comme dans les films d’action, sur les deux derniers mètres qui me séparaient du sable chaud du Nevada. Le temps que le sable retombe autour moi, je jetai un œil au loin pour analyser les lieux : sable, sable… et sable. En effet, soit je venais de me lancer dans une quête qui allait encore me couter cher, soit je criais victoire avant la bataille. L’air également me brûlait presque les narines… je m’étais probablement trop habitué à l’air frais des cieux qui m’avaient servi d’autoroute. Cela dit, je me souviendrais toujours de ce paysage qui m’entourait : une vaste étendue de couleurs chaudes, une légère brises qui soulevait ci et là quelques nuages de poussière. Un endroit aux apparences calmes, mais étant donné la situation (Adrian en déplacement imprévu), ça ne présageait rien de bon.
 
Je m’approchai alors de la base du SHIELD, ou du moins, ce qui ressemblait le plus à un bâtiment, puis, arrêté derrière une sorte de Roche, j’attendis le feu vert. Je vis également le véhicule qui avait servit de transport à Adrian, me confirmant l’exactitude du lieu où je me trouvais. Je tentai au moment de mettre en place une stratégie, pour m’assurer que tout était en ordre à l’intérieur, mais je ne fus pas surpris de voir une poignée de scientifiques, et de soldats du SHIELD sortir de la base en état de choc. Et Adrian ? Eh ben il était DEDANS évidemment ! Je portai alors subitement le micro à ma bouche et annonça d’un air dépité « Je m’introduis à l’intérieur … ». Sautant par-dessus le rocher, je couru en direction de la porte d’entrée, poussant ceux qui s’étaient réfugiés juste devant (Logique), en leur hurlant « Reculez d’ici ! ». Je longeai les murs, en sautant par-dessus quelques débris laissés pour compte par les fugitifs, et prêtai attention au bruit qui se faisait de plus en plus audible au fur et à mesure que je m’approchais. Puis, des coups de feu… si j’en croyais mon expérience, il s’agissait d’au moins 3 chargeurs pleins, signe que ce qu’il se passait à l’intérieur était bien assez résistant pour ne pas être affecté par une telle rafale.
 
J’arrivai alors sur le lieu exact de l’attaque. Ma bouche s’ouvrit subitement laissant échapper un « OH GOD », de stupéfaction bien sur, devant la taille et la laideur de cette chose. La créature me fit penser à une sorte de Zombie dégoutant qui n’existait que dans les jeux vidéo… mais visiblement ce n’était pas le cas. Bounty aurait vraiment mérité de voir ça ! Dommage qu’il ne soit qu’un simple chat… Entre le super vilain et moi se trouvait Adrian, visiblement assez occupé à charger et décharger son arme… croyant bien faire évidemment. Il comprit bien assez vite qu’il avait besoin de renfort… et il envoya son message radio, qui se mit instantanément à résonner dans mon casque. Je ne pu retenir un « Oui ? » à volume moyen, avant de voir que la chose s’apprêtai à écraser Adrian de ses poings visiblement lourds au possible. Ni une ni deux, je lançai une salve de lumière verte en direction d’Adrian, en forme de corde qui s’enroula autour de sa taille. Le tirant en ma direction, je le rattrapai solidement, avant de le pousser sur la droite, derrière le local des transformateurs électriques et autres gadgets incompréhensibles.  Entre temps, un énorme trou béant s’était formé à l’endroit exact où se trouvait Adrian.
 
Apparemment, Super Vilain n’avait pas apprécié mon petit tour de magie. Je lançai donc un regard vers Adrian en pointant du doigt le truc gluant qui hurlait à poumons déployés, son haleine fétide envahissant les lieux : C’EST QUOI CA ! ADRIAN ?

_________________

"In Brightest Day, In Blackest Night, No Evil Shall Escape My Sight…
Let Those Who Worship Evil’s Might, Beware My Power…Green Lantern’s Light"
avatar
Harold Jordan

Messages : 170
Date d'inscription : 30/10/2014

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Initiative: Dénons intérieurs (PV Hal Jordan)

Message  Invité le Mar 3 Fév 2015 - 13:45

« Harold? So good to see you! Ce… Cette créature était jusqu’à il y a environ trois minutes un être humain dans une sorte de coma artificiel. Si on regarde le côté droit de la cage thoracique on se rend compte que… AAAH! »

Plongeant au sol pour éviter un débris lancé par la créature, je ne semblais pas surpris outre mesure d’avoir été sauvé. Ce n’était pas tant que j’avais l’habitude mais Harold avait besoin d’informations concrètes, pas de mes remerciements. Laissant entendre une expression outré tout ce qu’il y a de plus « british », j’ouvris le feu une nouvelle fois en direction de cette abomination. Non. Ce n’était pas plus efficace que les premières fois mais ça défoule. Battant en retraite tout de suite après, je me dirigeai vers la salle de contrôle, bien déterminé à transformer cette base en un ensemble de pièges pour cette immondice purulente. Arian Carlyle Eversfield n’abandonne pas facilement.

Comme j’allais rester en communication avec Harold, je pourrais l’assister sans lui nuire, sans être dans ses jambes. Parce que bon. S’il affrontait cette horreur, il aurait besoin d’un maximum de concentration. Et encore… Est-ce que ce serait suffisant?

« Harold, écoutes moi attentivement. La transformation de cette chose s’est initiée quand nous avons utilisé la procédure de réanimation standard du SHIELD. Une enzyme qui a déclenché cette réaction. Par conséquent, je vois trois possibilités distinctes : 1. Cette chose a une durée de vie limitée, faite pour faire un maximum de dommages et nous faire abandonner la base pour que les architectes derrière ce plan puissent mettre la main sur… Je ne sais pas quoi encore.

2. Même scénario mais avec une phase de mutation additionnelle, incontrôlée qui va causer l’implosion de cette chose… Et je ne sais pas si cela peut mener à une forme de contamination. Puis-je te recommander la prudence?

Ah oui, 3. C’est contrôlé à distance et alors je dois trouver une fréquence, un signal, quelque chose pour te donner un avantage. Si tu avais l’amabilité de l’amener dans le corridor de service A, je pourrai utiliser les gicleurs anti-incendie pour essayer de le ralentir avec la mousse. S’il a de la misère à se tenir debout parce qu’il glisse… Tu gagnes un avantage. Ça n’apas l’air très malin… »


Je devais trouver une solution pour sauver Harold. Remarquant la machine à café dans la salle de contrôle, je me fis la réflexion qu’un peu caféine ne me ferait pas de tort. Un thé tiens… Un thé de machine mais avec un peu de chance, il serait… Buvable?

Mauvaise pioche Adrian.

« Harold! HAROLD! AU SECOURS! On essaie de m’empoisonner! Quelle horreur! Je meurs! Je…

Le concepteur de ces thés bon marché devrait être condamné à les boire jusqu’à ce que sa vessie explose et…

Désolé. Je veux dire… Attention, je pense que la bestiole est vraiment furieuse là… »

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Initiative: Dénons intérieurs (PV Hal Jordan)

Message  Harold Jordan le Mar 3 Fév 2015 - 18:23

Des retrouvailles que je trouvais gâchées par une sorte de créature puant l’égout remplie de cadavres en décomposition… mais au juste, ils étaient combien dans ce corps ? Aucune idée, à vrai dire ça ne m’intéressait pas véritablement : je voulais juste en finir au plus vite, qu’Adrian soit en sécurité, sans avoir à trop amocher le bâtiment du SHIELD. Ce qui était certain en revanche, c’était que je me trouvais en face, pile sur le chemin de cette chose affreuse, avec Adrian allongé comme une vulgaire chaussette paniquée sur le sol. Il tenta brièvement de m’expliquer la situation, mais le moment sembla trop mal placé pour le chewing gum géant qui s’amusa à lancer des débris arrachés au plafond… les luminaires, néons et autres objets électriques… pour au final laisser pendre une multitude de câbles étincelants dans le noir. Oui, sinon c’était pas marrant évidemment…
 
Adrian s’était entre temps réfugié dans la salle de contrôle, parcourant cette distance dans le chaos le plus total, tandis que je cherchais un moyen pour mettre cette bête à terre. Je l’entendis bien assez vite me donner plusieurs détails au micro : mes yeux ne s’étaient pas détachés de la scène pour autant.  J’évitais les objets non identifiés, réduits en bouillie pour le plus grand plaisir du molosse. J’écoutai alors attentivement les différentes propositions, et explications de mon congénère… priant pour qu’il accélère un peu le rythme ! Parce que George le Yéti avait décidé de venir me serrer la main. Je laissai alors tourner mes yeux comme deux billes blanches et luisantes dans mes orbites, trop habitué par les romans interminables qu’Adrian récitait à chaque fois qu’il s’agissait d’ouvrir la bouche. C’était bien un truc de scientifique ça, bordel Adrian ! Première solution, elle allait mourir comme une merde toute seule…  je pensai alors à haute voix « C’est pas pour tout de suite »… deuxième solution, elle allait encore évoluer… « Comme si c’est pas encore suffisant non ? »… et troisième solution, l’emmener dans le couloir de service A… je pris quelques secondes de réflexion tandis qu’elle courait en ma direction, crachant une pâte crotéïforme  sur le sol, dégoulinant de morve fétide, puis je m’élançai en sa direction pour atteindre le couloir qui se trouvait de l’autre côté : il fallait que George fasse demi-tour.
 
Avant l’impact, je pris appui sur un bureau et sautai par-dessus la bête, recouvert de cette lueur verte qui m’était propre afin de terminer en volant. La bête s’encastra dans les bureaux, dans un bruit sourd et maladroit. Je lançai un pic histoire de lui faire comprendre que je me trouvais de l’autre côté : j’allais aussi servir d’appât !
 
« Je sais qu’il est furax ! Tu veux peut être l'inviter pour le thé?! Bon, on va tenter la 3 Adrian ! »
 
George se retourna en hurlant de toutes ses forces, et se mit à foncer en ma direction. Je me mis également à courir. Arrivé dans un long couloir, je m’arrêtai à son bout pour attendre la grosse bête. Je décidai cependant de tenter une chose pour tester ses capacités, ainsi je  formai une lance aiguisée d’une largeur assez conséquente,  dans le but de le transpercer. Chose faite, je lançai ma nouvelle arme jusqu’à la sentir pénétrer lentement la chair putride de George. Il l’agrippa solidement de sa main gigantesque, bavant toute la salive de son corps, et je pu apercevoir quelques morceaux de chair grandir… comme un symbiote, un truc du genre…pour tenter de recouvrir ma lance. Cette chair s’approchant de moi à vitesse grand V, je décidai de faire disparaitre mon arme pour créer un mur de lueur verte afin d’écraser le monstre contre le mur. J’appuyai de toutes mes forces pour le garder coincé contre le mur du fond, mais cette bête était sacrément puissante. Je m’adressai à nouveau à mon collègue, qu’il m’apporte ses lumières
 
« Adrian, je suis dans un corridor, où est le A, je fais quoi avec George ?! Il peut faire des trucs vraiment bizarres avec sa chair là… enfin c’est assez dégueu mine de rien. Je crois qu’il peut se régénérer. »
 
C’était le comble, qu’un truc aussi moche ait la capacité de se régénérer comme ça aussi facilement. Je mis de plus en plus de force, quitte à l’écraser comme une crêpe, tout en m’approchant pour le voir de plus près. Ils étaient plusieurs, je pouvais constater plusieurs visages, comme… coincés à l’intérieur sous sa peau, si on pouvait appeler ça une peau, bon sang. J’espérais vivement qu’Adrian et ses équipes d’analystes n’étaient pas la source de tout ce merdier. Mais le détail pressant se faisant désirer, j’ajoutai :
 
« Adrian ? Ne me dis pas que tu bois ton putain de thé ?! »

_________________

"In Brightest Day, In Blackest Night, No Evil Shall Escape My Sight…
Let Those Who Worship Evil’s Might, Beware My Power…Green Lantern’s Light"
avatar
Harold Jordan

Messages : 170
Date d'inscription : 30/10/2014

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Initiative: Dénons intérieurs (PV Hal Jordan)

Message  Invité le Mar 3 Fév 2015 - 23:05

« Se régénérer? Vraiment? Fascinating! Il me le faudrait vivant. Je suis convaincu que Janet et Bruce pourraient… Désolé Harold. Il peut se régénérer dis-tu? Hum… D’où prend-t-il cette masse additionnelle, je me demande…

Logiquement, c’est un corps unique. C’est comme s’il avait tenté de se cloner de façon exponentielle mais trop rapidement et sans avoir réussi à stabiliser quoi que ce soit… Il a encore un de nos appareils médicaux dans le corps donc je peux avoir accès à certaines données et… OH MY GOODNESS GRACIOUS! Harold c’est… Complètement fou!

Changement de plan. Je vais t’éclairer la voie à suivre. Je ne sais pas comment ta bague magique fonctionne mais… Je vais avoir besoin que tu me gagnes du temps.

Ah au fait… Non. Ce n’est pas du thé. C’est un infâme jus de chaussette. Mais je voulais vraiment une tasse de thé. »


Sans trop préciser davantage mon propos et après avoir abandonné le projet complètement fou de boire une deuxième gorgée de jus de poubelle, je me mis à analyser les données fournies par le gadget médical. Au fond, la solution était au bout de mon nez depuis tout à l’heure. Si en théorie le catalyseur avait été l’enzyme utilisée par le SHIELD… Il suffisait de lui faire faire une overdose. Le problème, c’était que cette saleté avait endommagé l’infirmerie et que les stocks restants étaient dans les laboratoires… Et qu’il faudrait que je crée à l’improviste une super enzyme AVANT qu’Harold ne se retrouve vraiment avec des ennuis trop importants.

Programmant rapidement une application rudimentaire pour guider Harold grâce aux lumières d’urgence jusqu’à une grande salle vide utilisée pour toute sorte de tests dans divers domaines scientifiques, il aurait assez de marge de manœuvre pour se déplacer sans être entravé et en même temps, cette monstruosité se retrouverait à courir en rond après Harold sans penser à quitter la pièce car une fois la porte fermée… Impossible de retrouver la sortie! Pas de joint, pas de poignée… Rien de rien.

Restant en contact avec Harold, je tentai de lui expliquer en moins de mille mots ce que je comptais faire. Est-ce que c’était dangereux? Terriblement. Parce qu’il faudrait INJECTER le truc. Et devinez qui se portait volontaire pour ce faire? Il fallait que ce soit moi. Quelqu’un d’autre pourrait mal le faire. Un de ces jours, je vais vraiment y laisser ma peau. Et je suis sûr qu’Harold va trouver un moyen de me ramener à la vie juste pour pouvoir m’engueuler. Remarquez que je le mériterais et pas qu’un peu.

Laboratoire, donc. Super enzyme. Je suis un analyste bordel, pas un scientifique. Moi je prends des données et je les analyses. En théorie, c’est TOUT ce que je suis supposé faire. Je me tiens trop avec les Vengeurs scientifiques. Correction. Rajouter des cordes à son arc, ce n’est JAMAIS une mauvaise idée. Hum… Tant qu’à être là, peut-être que je pourrais rendre cet affreux goudron qu’on essaie de faire passer pour du thé buvable et…

FOCUS ADRIAN!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Initiative: Dénons intérieurs (PV Hal Jordan)

Message  Harold Jordan le Dim 8 Mar 2015 - 11:28

Alors qu’Adrian m’expliquait les résultats de son analyser pour le moins accélérée au sujet de la créature que j’avais plaquée au mur, je jetai mon regard de toutes parts, tentant de trouver une issue mais surtout ce foutu corridor A. J’avais pas les plans moi, je ne pouvais pas me localiser dans ce labyrinthe qui franchement devenait de plus en plus glauque à mes yeux : les faibles lueurs au plafond s’étaient mises à clignoter, me plongeant par intermittence dans le noir le plus complet. En même temps, George poussait sur le mur de lueur verte qui le maintenant contre le mur pour s’en échapper. Et s’il y parvenait ? C’était la fin des haricots. Si la décision ne tenait qu’à moi, il ne m’aurait pas fallu plus de 30 secondes pour mettre un terme à cette bamboula, je me serais acharné dessus jusqu’à ce qu’il cesse de e débattre pour finalement le trainer sur le sol tel un trophée de guerre. Mais monsieur Adrian le voulait vivant, et même si je comprenais l’intérêt de cette demande, pour la recherche, ou même si effectivement il y avait des chances que George ne puisse pas mourir comme tout le monde, je devais y mettre du miens et me plier aux consignes provenant d’un homme bien mieux placé que moi pour prendre ce genre de décisions.

Sa force était exceptionnelle, même si je résistais, et visiblement il n’avait pas l’intention de s’asseoir là pour jouer à la dinette avec moi. Je faisais quoi moi ? J’étais encore en train d’attendre qu’Adrian m’ouvre la voix en allumant les lumières qui me mèneraient à ce fameux corridor dont je commençais à douter l’existence. Puis comme par miracle, la scène plongée dans la pénombre s’éclaircit de ces subtiles lueurs accrochées au plafond. Je pensai « finalement » avant de faire disparaitre la barrière ce qui eut pour effet de faire chuter la grosse morve dégoutante face à terre. L’entrée du corridor se retrouvant derrière le gros tas qui gisait sur le sol, je volai par-dessus avant de continuer ma course en suivant le chemin bénit qui allait me mener vers cette salle dont il parlait dans le micro. George se releva et d’un cri nauséabond, ainsi que fort puissant, il se mit à me courser provoquant ainsi une montée d’adrénaline que je trouvais plutôt agréable finalement.

Arrivé dans un cul de sac, je pris la voie de droite laissant le loisir à George de s’écraser lamentablement dans un vacarme des plus ragoutants. Puis après quelques secondes de course poursuite, je fis mon entrée dans la salle tant désirée par Adrian. Je m’arrêtai contre le mur juste en face de sa trajectoire attendant l’impact fatal, duquel je déviai ma trajectoire de justesse pour me balancer contre l’autre mur. Evidemment, la salle étant plutôt étroite, il ne lui fallut que très peu de temps pour se relancer à nouveau sur moi, qui ne passais finalement que mon temps à éviter les écrabouillages intempestifs de la bête, infatigable. Entre deux essoufflements, je m’adressai à Adrian :

— Bon maintenant grouille toi et fais ce que t’as à faire !


J’entendis alors la porte se refermer dans un souffle qui me faisait vaguement penser à la pressurisation des avions. Je m’étais retrouvé ENFERME ! Alors pris de sueurs froides, sentant que j’étais en train de perdre le contrôle de la situation, je m’enveloppai d’une carapace lumineuse, me permettant de résister au choc de la rencontre entre mon corps et le mur : George avait eu le temps de m’attraper par la jambe et m’envoyer valser contre le mur d’en face d’une puissance étrangement exceptionnelle. Certains pans de murs commençaient à se détacher, plongeant la salle dans un certain nuage de poussière, moi, au centre de toute cette fabuleuse attention tentant de me remettre sur pieds. Je me mis alors à hurler de plus belle dans le micro, espérant véritablement rendre mon collègue sourd tellement je lui en voulais :

— ADRIAAAAAAAAAAN !

Puis une nouvelle fois je reçu un coup de la part de George, m’envoyant sur le versant ouest de la pièce.

Over ps: Sorry pour l'attente, vraiment!

_________________

"In Brightest Day, In Blackest Night, No Evil Shall Escape My Sight…
Let Those Who Worship Evil’s Might, Beware My Power…Green Lantern’s Light"
avatar
Harold Jordan

Messages : 170
Date d'inscription : 30/10/2014

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Initiative: Dénons intérieurs (PV Hal Jordan)

Message  Invité le Dim 8 Mar 2015 - 12:34

Mais c’est qu’il est agaçant à la fin! C’est LUI le super héros, techniquement, JE suis la super victime et c’est MOI qui me tape le boulot dangereux. Il devrait être content, me remercier… Mais non. Il se plaint! Ce n’est pas la première fois qu’il affronte quelque chose de dangereux quand même! Bon. Le laboratoire. Et trouver une façon de neutraliser la chose. Je commence par la base : sortir la formule de l’enzyme qui a tout déclenché. Ensuite, faire des calculs, des projections. Puis choisir le scénario le moins pire. Et espérer que ça fonctionne parce que sinon…

En fait, mieux ne valait pas y penser. Sincèrement.

Donc. Une super enzyme. Et je synthétise tout ça pour en avoir une quantité appréciable sous forme liquide. De quoi remplir… Trois seringues. Et si ça foire… Au va nous retrouver tartinés sur les murs. Une finalité peu ragoutante mais… J’ai espoir que pour la postérité, on pourra dire : Adrian a été écrabouillé de façon fort artistique. Même dans la mort, il trouve le tour d’être classe. Mais je divague. J’ai une tâche à accomplir. Et je l’accomplirai même si je dois mourir en essayant. Pourquoi?

Parce que maintenant que la super enzyme est faite… Il faut que j’aille l’injecter, cette saloperie! Donc : je dois courir jusqu’à la grande salle vide, utiliser une trappe d’accès de maintenance pour entrer sans être vu, me taper l’épreuve où il faut que je rampe dans une conduite de ventilation pour me placer au-dessus de la chose, me laisser tomber sur cette dernière et lui injecter ma dernière création… Et espérer ne pas mourir dans le processus. Allez. On y va. Concentration Adrian. Concentration… OW! Harold bon sang! Il veut me rendre sourd ou quoi? J’arrive, j’arrive… Qui aurait pu croire qu’il soit une si petite nature. Et ça se prétend super héros. Rholala… Bon. La trappe d’accès…

« Harold! Stop screaming! Arrêtes de crier! Essaie de le garder fixe. À la même place. J’arrive… Et j’espère que ça va marcher sinon je ne donne pas cher de nos deux vies. Juste au cas où… Ce fut un honneur de te connaitre. »

La conduite de ventilation… C’est que cette chose bouge beaucoup… Bon sang que c’est moche. Il va falloir que je me chronomètre ou je vais me rompre les os, c’est sûr. Harold semble avoir conjuré un bouclier vert sur lequel cette chose s’acharne. Une derniere volonté Adrian? Oui: j’aimerais avoir une meilleure idée sous la main.!

« FOR KING AND COUNTRY! »

Me voilà sur les épaules approximatives de la chose, seringue en main… Une première injection… Et pour la forme une deuxième. Je garde la troisième en cas d’extrême nécessité et… Il m’a attrapé par la jambe! Il me tient par la jambe et il est furieux! Et il recommence à muter à une vitesse folle. Il me lance… Ouverture de porte! Ouverture de porte! La porte s’ouvre et au lieu de m’écraser contre un mur, je passe par l’ouverture… Pour aller m’écraser dans le couloir. Je crois. J’ai fermé les yeux, peut-être qu’Harold m’a sauvé. En tout cas mon petit plan a fonctionné : dans un bruit écœurant, le monstre explose… Pour ne plus jamais bouger. Good job Adrian!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Initiative: Dénons intérieurs (PV Hal Jordan)

Message  Harold Jordan le Ven 13 Mar 2015 - 9:39

Adrian avait l'air de prendre tout son temps. Evidemment que je gérais la chose, comme d'habitude, mais il était fort probable que la situation m'ennuie à un moment donné. J'étais incapable de faire la même chose pendant trop longtemps, et j'étais du genre pressé. Tout le contraire d'Adrian qui semblait avoir besoin de réfléchir, de mettre son plan en place. Moi je n'étais que l'appât, pour garder l'attention de George qui continuait de mettre toute son énergie dans ma destruction: son unique but semblait de me voir éclaté contre le mur, pour joui de mon sang sur les murs, pour ensuite passer à autre chose. C'était étrange, j'avais la sensation que cette créature avait verrouillé sa cible, pour en finir d'abord avec moi, puis pour écarteler le pauvre Adrian qui se retrouverait alors sans défense. Que se serait-il passé si je n'avais pas suivi le scientifique dans ce beau merdier? On aurait probablement retrouvé toutes ces personnes décharnées, un trou béant à la place du cerveau et les membres éparpillés partout dans la base. Il avait au moins eu le mérite de prévenir et de sauver ceux qui pouvaient l'être, et ça c'était une assez bonne nouvelle.

En attendant, je continuais de recevoir ces coups ultra puissants qui avaient fini par me coincer dans un coin, un bouclier de lueur verte entourant mon presque-cadavre malmené par un désir profond de m'assassiner. J'avais hurlé dans le microphone pour forcer Adrian à passer la seconde, parce que s'il le voulait vivant, il était hors de question que je lui donne ma vie. Le mur qui retenait ma nuque, à moitié allongé sur le sol, commençait à se fissurer, je pouvais sentir ma bulle de protection s'enfoncer dans le béton, avec cette étrange sensation que j'allais finir enterré vivant sous les décombres du laboratoire. Tentant une action brève mais suffisante pour m'échapper de son emprise, je balançai une salve de lueur, agrandissant cette carapace qui repoussa le monstre légèrement en arrière. M'envolant pour changer d'emplacement, il me rattrapa par le pied à nouveau et m'envoya valser contre un autre mur, me protégeant du choc grâce à une nouvelle coque verte. George s'avança à toute vitesse à ma hauteur, portant ses deux bras géants au dessus de sa tête, prêt à m'éclater la cervelle d'un seul coup sec, tout en hurlant une nouvelle fois, me laissant le loisir de sentir son haleine délicieusement fétide parcourir mes fine narines innocentes. Dans 3, 2, 1...

MAIS VOILA ADRIAN! Hallelujah, il venait d'atterrir sur les épaules de la bête qui cessa tout mouvement à mon encontre en essayant de se débattre. C'est pas trop tôt! Il hurla de courage, seringue à la main (un truc en rapport avec le roi et le pays... pourquoi pas) et planta l'aiguille qui je l'espérais allait être salvatrice. Profitant de l'occasion, j'envoyai une salve d'énergie dans l'abdomen de la bête pour me laisser plus de place et me relever pour reprendre la main, avant de voir Adrian propulsé vers la porte fermée, s'ouvrant de justesse pour le laisser disparaitre dans le couloir dans un cri strident auquel je ne m'attendais pas venant de lui. Les yeux écarquillés, douteux quant à l'effet que semblait provoquer le sérum injecté par Adrian, je m'éloignai de George qui semblait devenir de plus en plus agressif, cognant de plus belle sur le sol et hurlant cette fois ci de douleur. J'évitai ses coups, qui se faisaient de plus en plus lents bien que toujours aussi puissants, avant de le voir exploser dans un ultime hurlement.

Mon bras devant le front, projeté à nouveau contre le mur par le dégout de la scène, j'entendis les morceaux de chair valser de toute part dans la pièce, jusqu'au couloir, recouvrant le moindre centimètre carré de béton autour de moi. Par reflexe je m'étais retourné faisant face au fur, et ce ne fut qu'après quelques secondes que j'ouvris les yeux. Dans le silence le plus complet, à peine brisé par le bruit des néons crépitant au dessus de ma tête, je visualisai ma propre silhouette dessinée contre le mur. J'avais servi de pochoir humain, et mon dos était complètement recouvert de cette texture dégueulasse et nauséabonde, me donnant presque l'envie de mourir. En me retournant toujours aussi silencieusement, je remarquai l'absence totale de George: évidemment puisqu'il était de partout autour de moi.  J'avançai alors en direction du couloir, en évitant les amas de chair gisant sur le sol, jusqu'à apercevoir Adrian allongé par terre: on aurait dit un gamin apeuré, il ne manquait plus qu'il se bouche les oreilles. Je m'abaissai sur les genoux et lui tendit ma main toute recouverte de purée Georgesque, retirant certains morceaux de mes cheveux de l'autre main:

- Si tu le voulais vivant je crois que c'est loupé Adrian.

Affichant un sourire pour le rassurer, je visualisai à nouveau le résultat provoqué par l'injection d'Adrian. Je ne savais pas exactement ce qu'il comptait faire, mais il avait largement aidé dans cette opération. Vu l'état de George, on pouvait imaginer que la base était sortir d'affaire non?

_________________

"In Brightest Day, In Blackest Night, No Evil Shall Escape My Sight…
Let Those Who Worship Evil’s Might, Beware My Power…Green Lantern’s Light"
avatar
Harold Jordan

Messages : 170
Date d'inscription : 30/10/2014

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Initiative: Dénons intérieurs (PV Hal Jordan)

Message  Invité le Ven 13 Mar 2015 - 10:46

« Il me reste plein de matière organique pour travailler. Je pourrais même le recréer à partir des débris et des lambeaux actuels. Why I… Oh… Non, non… C’était purement théorique, of course. Je ne comptais pas le faire pour de vrai. Enfin… Peut-être. Mais dans des conditions contrôlées, bien sûr! »

Apparemment Harold ne partage pas mon enthousiasme. Moi j’ai mal partout mais je suis en vie alors je ne me plains pas trop. La crise a été maitrisée et donc je suis content. Nos secrets sont bien gardés et quiconque a essayé de nous faire ce coup de cochon doit être en train de se mordre les doigts. Il en faudra plus que cela pour triompher d’Adrian Carlyle Eversfield et de son fidèle acolyte, Harold Jordan. Attendez un instant. C’est LUI le super héros donc logiquement c’est MOI l’acolyte… Il faudrait bien que je vérifie… Mais hors de question que je le touche il est couvert de… De… Et ça pue!

Comme je suis heureux d’avoir été lancé dans le corridor par cette brute. Même pas une tache sur mes vêtements! J’indique à Harold où il peut aller se nettoyer (car je doute que sa bague ait une fonction douche intégrée) en lui disant que je retourne à la salle de contrôle. Il va falloir ramener tout ce beau monde au travail et… Tiens… Je viens de recevoir une alerte comme quoi quelqu’un essaie de déverrouiller le système… Que j’ai moi-même verrouillé pour empêcher quiconque de voler nos informations. Je doute très fortement que qui que ce soit sache que la bestiole est morte donc qui est en train de jouer avec le système informatique? Le personnel de la base se serait fait pousser du courage? J’arrive à la salle de contrôle et… Docteur Hoffmann? Mais que fait-elle là? Que je sache elle a été dans les premières à évacuer les lieux. Remarquez que mademoiselle Hoffmann a toujours été une employée modèle. Je ne devrais pas être trop surpris de la voir ici.

« Docteur Hoffmann! So good to see you! La crise est passée et la créature neutralisée. Ce ne fut pas… »

Elle vient de me tirer dessus! Une balle dans le ventre! OUCH! Mais… Mais pourquoi!? Et c’est là que je remarque son regard assassin et que je la vois qui s’approche de moi. Elle commence à me dire que j’ai foutu en l’air ses plans avec mon obstination à toujours vouloir sauver tout le monde et avec ma persévérance mal placée. Que je viens de lui coûter plusieurs millions de dollars et qu’elle aura au moins le plaisir de me descendre. WHAT!? Mais… C’est ridicule! Je veux dire… Je n’ai fait que mon travail…

Et en plus je ne sais même pas pour qui elle travaille, en vérité. Certes, de son propre aveu, elle était prête à conduire à la mort tous ces gens mais… Est-ce le seul motif? Voyant qu’elle ne réussit pas à contourner mes protections, elle me demande le mot de passe. Et je refuse de répondre. Alors elle me donne un coup dans le ventre. Où je suis blessé. Oh… Oh que ça fait mal! Je ne mentirai pas… C’est horriblement douloureux. Mais je ne dois rien dire! Si elle met la main sur les secrets du SHIELD des dizaines de milliers de personnes pourraient être en danger! Elle me le redemande. Je refuse à nouveau. Elle se fâche, me colle son pistolet sur le front…

Tant qu’à mourir, autant mourir pour ses idéaux et ses convictions. Quel dommage. Moi qui voulait tant prendre le thé de la victoire avec Harold…

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Initiative: Dénons intérieurs (PV Hal Jordan)

Message  Harold Jordan le Lun 13 Avr 2015 - 6:08


Refusant de toucher ne serais-ce qu’un demi millimètre cube de mon corps recouvert de chair, Adrian se releva et m’indiqua d’un air assez douteux là où je pouvais me faire un semblant de toilette. Et si la chair de George était empoisonnée ? Il fallait vite que je me débarrasse de ce détail dégoutant qui me mettait de plus en plus mal à l’aise étant donné les circonstances. Tout semblait enfin terminé, Adrian était enfin sain et sauf, et tout le monde pourrait très prochainement rentrer à la maison pour se reposer : et c’était mérité. Alors me dirigeant vers des vestiaires à quelques mètres de là,  j’activai l’arrivée d’eau sans même prendre la peine de définir une température, puisque j’avais l’habitude, je n’étais pas là pour faire une thalasso thérapie, mais juste pour me remettre en état : mon dos s’amusait à me lancer quelque fois, mais ce n’était rien comparé à ce que pouvaient ressentir les autres dans ma situation. J’étais habitué, et bien plus résistant qu’on pouvait le croire.
 
Alors en faisant disparaitre ma tenue, je me lançai sous le faible débit d’eau qui sortait de ce tuyau tout en passant mes mains dans mes cheveux et frottant la moindre parcelle de mon corps. Je pensais à ce qui allait se passer ensuite, un bon thé, un café, ou toute autre boisson sur la terrasse d’un café, comme un lendemain de soirée la tête dans les nuages. Je repensais à Adrian, et a ses nombreuses frasques, et situations dans lesquelles il se trouvait sans arrêt malgré lui, puisqu’il n’y pouvait rien le pauvre. Heureusement que les vengeurs veillaient sur lui. J’étais déjà en train d’imaginer un milliard de situations dans lesquelles je pouvais me retrouver également à cause de ce scientifique loufoque mais extrêmement doué. Quelle allait être la prochaine épreuve ? Il me suffisait de suivre les pas d’Adrian et j’allais certainement le savoir bien assez vite. Et puis bordel j’étais sous la douche, je devais arrêter de penser à Adrian !
 
Mettant fin assez rapidement a cet épisode sexy-gênant, en balayant mon esprit pour éviter de tomber dans une situation encore plus délicate (Il ne manquait plus que ca), je m’étais remis en marche en enfilant à nouveau mon costume tout en passant ma main dans mes cheveux mouillés qui dégoulinaient encore. Je m’apprêtai à faire quelques arrangements capillaires avant d’entre un coup de feu résonner au fond du couloir. L’esprit vif et réactif, j’abandonnai toute activité pour me diriger vers la source de ce bruit en courant pour aller surveiller et pour le coup déterminer dans quelle merde Adrian s’était fourré. Arrivant sur place le visage encore souillé par l’eau de la douche, je visualisai la présence d’une femme penchée sur le corps d’Adrian qui respirait encore. Un flingue collé sur le front, elle tentait de lui soutirer des informations que l’homme blessé refusait de lui donnée. Good Game Adrian ! Maintenant laisse Hal faire son travail !
 
-         Hep hep hep la grognasse ! On touche pas à mes jouets !
 
Formant une main énorme à l’aide de ma lueur verte habituelle, j’envoyai mon bras vers l’avant en mimant le geste qui allait agripper la garce par la taille, puis je la laissai glisser jusqu’à ce que la prise s’arrête sur son cou. Collée contre le mur dans un bruit sourd (et je n’en étais pas désolé) je l’entendis gémir (je doute qu’il s’agissait de plaisir) avant de me lancer en direction d’Adrian pour lui lancer un regard dépité et le ramasser pour l’asseoir contre le mut. Pansant ses plaies et en lui donnant une bonne dizaine de claques bruyantes, j’ajoutai a son encontre :
 
-         Relève-toi ! C’est pas fini Adrian, il faut que tu m’aide…. (activant mon micro pour communiquer avec l’équipe) J’ai un homme a terre, envoyez les secours !
 
Je lançai entre temps mon regard d’homme sexy furieux en direction de cette femme qui semblait plutôt bien tenir le coup. Elle semblait assez entrainée, où alors elle avait l’habitude… alors après m’être assuré qu’Adrian allait tenir le coup, je m’approchai d’elle en croisant les bras en approchant mon visage du sien comme une sorte de mise au défi. Elle allait cracher le morceau, et je n’avais pas toute la journée.

_________________

"In Brightest Day, In Blackest Night, No Evil Shall Escape My Sight…
Let Those Who Worship Evil’s Might, Beware My Power…Green Lantern’s Light"
avatar
Harold Jordan

Messages : 170
Date d'inscription : 30/10/2014

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Initiative: Dénons intérieurs (PV Hal Jordan)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum