The more things change...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

The more things change...

Message  Darryl Maywin le Jeu 20 Nov 2014 - 19:49



Il est conseillé de lire l'histoire de Darwin dans sa fiche avant de lire la fanfic, pour une appréciation optimale du délire.



The more things changes...

PREMIÈRE PARTIE

« Il était 18h. Darryl portait un T-shirt rayé bleu et vert très prés du corps et un jean foncé, avec ses basket multicolores de prédilection. Ses cheveux étaient coiffés, c’était déjà ça. Il était encore au Daily Buggle. La vie avec ses collègues, ou plutôt ses demi-collègue, vu qu’il était demi-employé, était aussi sympathique qu’on pouvait l’espérer d’un travail. Il y avait son lot de mecs sympa, et son lots de mecs désagréables. Il y avait le mec trop beau pour être réel, son employeur direct en fait. Il y avait la fille avec qui il voulait faire une colocation toute sa vie, Suzy (mais il en avait déjà une pas mal) et celle qu’il fuyait parce qu’elle ne voyait en lui qu’un «meilleur ami gay», un caniche qui parle en somme. Il y avait le gars à qui il ne parlait jamais parce qu’il ne faisait que se croiser, un certains peter Parker. Il y avait Jonah Jameson… passons ce sujet là, le type le détestait cordialement. Il fallait dire que peu de temps après son arrivée, les collègues avaient découvert qui il était. Random, super-héros bas de gamme de San Francisco, bientôt surnommé «Cul-Nu». Et Jameson n’avait pas apprécié ça, il avait fallu toute la persuasion de Clark Kent pour qu’il puisse rester. Il avait de la chance cependant, New York, dans sa quasi-totalité, ignorait son passé et c’était aussi bien comme ça, quand il se ferait connaître se sera pour autre chose que son (magnifique) postérieur.

La vie avec les Young Force le ravissait. Bon, il y avait des coups durs, l’ambiance était devenu un peu différente depuis qu’ils avaient récupéré Cassandra dans un état grave, devant le Starbuck. Connor était un véritable homme de Cromagnon. Ça le rendait sexy, ce qu’il était déjà au demeurant, mais la conversation était difficile avec lui. Il se remémorait des fois l’aventure dans les Laboratoires Cadmus, où il l’avait libéré aux côtés de Cassie, et persuadé de les rejoindre. Les jumeaux Davis étaient réellement agréable, et de bonnes personnes, même si il avait l’impression de peu les connaître malgré tout. Ethan… Ethan. Voilà. Il n’avait pas d’avis. C’était Ethan. Et puis dernièrement, Megan les avait rejoint avec son petit frère. Elle était quelqu’un d’assez ombrageux, mais il sentait qu’elle n’allait pas le rester. Il l’espérait tout du moins, il se souvenait d’elle dans l’émission Avengers Academy, avant le bashing qui lui avait donné son caractère actuel, et il pensait de tout coeur qu’elle pouvait revenir à cette aspect plus joyeux et positif de sa personnalité. En tout cas, elle était une force sur laquelle on pouvait compter en toute circonstance, mature, plus experimenté qu’aucun d’entre eux, une forme de mentor en filigrane. Peut-être même ne s’en rendait-elle pas compte. elle était très inquiète pour Garfield, aka Beast Boy, sont petit frère turbulent. Un peu trop inquiète, le gamin était une tête brulé mais il savait se débrouiller. Darryl avait beaucoup d’affection pour lui, malgré le fait qu’il soit atrocement insupportable et d’un égo écrasant. La vie avec eux était un vrai plaisir.

Il tapotait sur son ordi l’air de rien. Il faisait un peu semblant, il avait terminé pour la journée mais avait en fait la flemme de repartir. Quand il se sentirait il irait. Il se mit à regarder des vidéos de chatons sur internet, puis de gens qui tombent. Au début il essaye d’être discret, mais Darryl et la discrétion ça fait six, et petit à petit le naturel revient au galop sous la forme de rires spontanés. Le bruit ambiant cache de toute manière ses exactions… jusqu’à ce qu’en fait, il n’y ai plus de bruit. Il relève la tête. Tout ses collègues le regarde fixement. Oula…

«Ça va ! Ça va, je vais faire ça chez moi…»

Suzy le fixait et lui montra de la tête la télévision non loin d’eux, où passe un flash spécial.

«Prise d’otages aux Laboratoires de la Fondation Darwin. Les assaillants utiliseraient une technologie inconnu pour tenir en respect les forces de l’ordre, les…»

Les Laboratoires Darwin ? C’était juste à côté. Encore un laboratoire ?! Mais qu’est-ce-qu’ils ont les gens ?! Il comprenait mieux pourquoi on le fixait : il était ici comme journaliste, mais son identité étant connu de tous, ils voulaient le voir en action. Ils voulaient le voir faire son autre travail. Il aperçu Jenkins et Wong qui prenaient leur caméra et calepins. Il se leva.

«Jenkins ! Wong ! Attendez moi !»

Deux minutes plus tard il les rejoignaient dans leur voiture, ayant revêtu dans les toilettes le costume de Random qu’il avait dans son sac. Un costume d’un noir bleuté, frappé d’un logo stylisé représentant sur son torse un cube et un R en jaune foncé. Des plaques plus épaisses de même couleur recouvraient ses épaules, ses coudes, ses genoux et ses hanches, reliés par des filaments semblant briller. Il n’y avait pas de masque. Ça ne servait plus à rien d’essayer de protéger une identité qui, avec quelques recherches internet, ne resterait pas secrète bien longtemps. Mais ce costume… c’était son jouet favoris ! Grâce à lui, plus jamais il n’aurait à enduré la nudité publique dût à ses pouvoirs. Si il croisait le mécéne qui l’avait conçu et envoyé à lui anonymement, il allait sûrement fondre en remerciement. Peut-être même en larme, on sait jamais quand on est légèrement drama queen.

Sur les visages de Jenkins et Wong il pouvait lire un air goguenard et en même temps curieux. Il s’en fichait. La voiture démarra en trombe et il parcoururent assez vite la plus grande partie du trajet. Mais arrivé au niveau des laboratoires, à quelques centaines de mètres, un embouteillage les empêchaient d’avancer. Un grand classique. Tout les badauds s’étaient arrêtés et attendaient de voir ce qui allait se passer. Lui n’avait pas le temps d’attendre. Il cria à Jenkins de baisser la vitre et s’extirpa de la voiture puis monta sur le toit de cette dernière. Il avait toujours rêvé de faire : courir sur les toits de voitures. Après un premier essai, il se rendit cependant compte à quel point c’était glissant et passa par le trottoir. Mais personne ne le laissait avancer. Personne ne le prenait au sérieux. Très bien, puisque c’était comme ça…

En un instant il sentit son corps se transformer. Son corps se pencha en avant, gonfla pour prendre une dimension semblable à une voiture, et se recouvrit d’une peau épaisse et écailleuse. Une queue lui poussa tandis que ses jambes grossir et ses bras raccourcir, lui faisant prendre une allure de petit T-rex. Enfin, sa bouche s’allongea pour recouvrir 75% de son corps, les dents de la mâchoire inférieure recouvrant celles de la mâchoire supérieure. Ses yeux réptiliens, saillants sur les côtés de son corps, lui permettait désormais d’avoir une vision directionnelle, comme un caméléon, ce qui compensait le manque de flexibilité de ce corps massif mais lui offrait aussi une visée parfaite. Le costume n’était maintenant plus que des bottes et des gants, ainsi qu’un anneau de tissu autour de la queue sur lequel apparaissait encore son logo : Il venait de devenir Gluttonbeam. Il était chanceux ! pourvu que ça continue.

Spoiler:

Il ouvrit sa gigantesque bouche et hurla, d’une voix rauque et tonitruante :

«ON DÉGAGE !!!»

Les gens le regardèrent avec un grand silence pendant une fraction de seconde… et s’éloignèrent en hurlant de panique. La route était libre, et il se mit à courir jusqu’au barrage de police. Ses grosses jambes musclés lui permettaient de courir à un bon rythme, même si le trottoir tremblait à chacun de ses pas.

«On ne bouge plus, monstre !!!» Hurlèrent les policiers en braquant leurs armes sur lui.

«Wow ! Wow ! On se calme ! Je suis de la Young Force ! Gentil !»

Hurla-t’il avec sa voix rocailleuse qui n’avait rien d’engageante. Il se rendit compte qu’il allait devoir négocier et se faire entendre et ça allait prendre une plombe et FWOOSH !

Les policiers venaient d’être expulsés par une onde de choc à plusieurs mètres. Oula ! Les vilains étaient de sortie ! Il les avaient devant lui maintenant, ces preneurs d’otages. Une femme avait accroché dans le dos deux excroissances étranges, reliés par des tubes à des sortes de pistolets organiques qu’elle tenait dans ses mains, braqués vers les policiers. C’était sûrement elle qui avait provoqué ces ondes de choc. À côté d’elle se tenait une autre femme qui semblait porter une arme tout aussi étrange, une mitrailleuse organique recouverte de plaques tranchantes. Il pouvait voir ces mêmes « épines » plantées dans de nombreuses voitures de policiers autour de lui, ce qui semblait indiqué qu’elle pouvait les tirer. Un homme costaud derrière elle tenait un énorme bazooka organique dans lequel il était entrain de charger des gravats de pierre. Deux autres garçons se tenaient à leurs côtés, un premier qui portait autour de son corps deux ceintures où étaient accroché ce qui ressemblait à de gros oeufs ronds par dizaine, et un autre qui avait sur le bras une sorte d’étrange gantelet. Enfin, derrière eux, une femme semblait être la chef par son attitude et sa posture. Sur sa tête avait été placé un casque étrange, semblant fait de matière grise et d’os. Ils portaient tous des tenues de cuir rouge frappé d’un logo blanc : C.F.. Ils avaient beau ne pas avoir d’otages avec eux, ça ne lui disait rien de bon.

Sans attendre, la femme à la mitrailleuse à épines ouvrit le feu dans sa direction. Darryl ne prit même pas la peine d’esquiver et ouvrit la bouche en grand. Les épines s’engouffrèrent toutes dans son gosier, éclairé de l’intérieur par l’estomac énergétique qui allait les transformer en puissance de feu. Il referma la bouche, son corps se gonfla et il recracha une boule d’énergie rouge vers la bande de malfaiteur, assez réduite mais avançant à grande vitesse. Ils s’écartèrent tous de son chemin en bondissant, et la boule frappa l’immeuble derrière, provoquant des éclats de débris en pulvérisant le mur. Oups… La femme aux ondes de choc s’envola alors vers lui à toute vitesse, semblant utiliser les excroissances dans son dos. Ok, là, ça devenait vraiment… bizarre ! Genre une drôle de coïncidence ! Elle lui tira dessus avec les deux pistolets et il sentit son corps être projeté contre la voiture de police la plus proche, heureusement vide. Il se tourna vers les policiers apeurés qui envoyaient des messages de détresse à la radio et hurla (sa voix sous cette forme n’était pas vraiment discrète) :

«Désolé pour la voiture !»

Et vu l’êtat dans lequel elle était, autant la rendre utile. Ouvrant grand la bouche il avala un bon tiers de la voiture d’une seule bouchée. La femme aux excroissances tenta de lui envoyer une seconde onde de choc par derrière mais ses yeux directionnels l’aperçurent, et il sauta au dessus d’elle. L’onde de choc frappa les projectiles acérées que sa partenaire venait de lancer sur lui, lesquelles partirent en sens inverse. L’homme au gantelets s’avança alors sur un geste de la « chef » et, levant son gants bizarre, érigea un mur de gélatine jaune qui les protégea des lames d’os. Ok, il allait les défoncer et comprendre qui ils étaient, parce qu’ils utilisaient clairement ses pouvoirs !

Il était au dessus de la femme aux «jetpacks», son corps se gonfla et il lui tira dessus une rafale d’énergie qu’elle n’évita qu’à moitié. Son jetpack droit endommagé, sa trajectoire altérée par la force de l’énergie, elle s’envola de travers de manière incontrôlable et s’écrasa contre la façade du laboratoire. Pas le temps de s’arrêter, Il mangea un deuxième tiers de la voiture de police d’une bouchée, produisant un bruit de métal froissé qui provoqua de nombreux regards d’effrois parmi les policiers qui se cachaient encore dans les parages. Il aperçut l’homme au bazooka qui le visait. Se retournant sur lui-même il envoya voler d'un coup de queue le dernier bout de voiture, pile dans la direction du bazooka. Le bazooka tira un trait d’énergie semblable au sien, qui pulvérisa le bout de voiture en vol au lieu de l'atteindre. C’était lui qui avait les pouvoirs de Gluttonbeam ! Son corps se gonfla de nouveau et il projeta son laser non pas vers le groupe restant mais au dessus d’eux, sur le mur du laboratoire. La femme au casque avait les pouvoirs de Gremlins, elle avait déjà analysé ce qu’il visait et cria à l’homme avec les pouvoirs de Goo de les protéger d’au dessus. Donc il ne pouvait faire qu’une parois, pas une bulle. Parfait.

Tout se passa en une fraction de seconde : son laser frappa le mur qui fit tomber sur eux de gros débris de pierre. L’homme-Goo les protégea en créant un plafond de gélatine indestructible, mais Darryl était entrain de dévorer le sol en courant vers eux, sa machoire inférieur agissant comme une pelleteuse. La femme-Gremlins tenta de prévenir l’homme au bazooka mais il était trop tard. Darryl se gonfla et expulsa 4 boules d’énergie qui vinrent tous les frapper sauf le «cerveau» de l’opération, cette femme autoritaire. L’homme au bazooka, la femme à la mitrailleuse, celui avec des «oeufs» et celui au gantelet furent tous expulsés avec violence contre l’immeuble et semblèrent s’évanouir. Il se retransforma en humain. Juste à temps.

«Tu es seule, tes acolytes son K.O, et je suis sûr de pouvoir te battre avec n’importe quelle autre forme que j’obtiendrai… alors parle avant qu’on t’emmène. Qui êtes vous ? Pourquoi vous avez mes pouvoirs ou presque ?»

La femme avait de longs cheveux noirs sous son casque cerveau. Un corps maigre, un nez aquilin et des yeux verts perçants rehaussés de sourcils fins. Elle regarda Darryl avec un sourire qui n’augurait rien de bon. Beaucoup trop confiant, le sourire.

«Je ne pensais pas te rencontrer si tôt. Je pensais régler mes comptes avec toi après avoir régler mes comptes avec mes anciens employeurs vois-tu…»

Elle indiqua d’un geste de dédain les Laboratoires Darwin.

«Mais tu es là, alors je dois te remercier. Merci, Random, de nous avoir offert ces pouvoirs. Nous sommes les Control Freaks, et contrairement à toi nous ne laissons rien au hasard !»

«Sérieux, tu l’as préparé ce discours ? Mais t’es qui à la fin, parce que t’es tellement méchante Disney que je sais pas si je dois te vouer un culte ou t’envoyer en prison ! Sérieux, j’serais prés à me renommer Fandom même, j’ai qu’une lettre à chan… »

«TAIS-TOI !!! Tu n’as pas compris ! Tu n’as PAS gagner ! Tu crois toujours que tu as gagné, comme la dernière fois, où tu as détruit ma machine, mais c’est faux, tu n’as fait que servir mes…»

«OMG C’EST VOUS LE PROFESSEUR EVOLVE !!!»

«Oui, c’est moi !» déclama-t’elle avec un geste grandiloquent

«Mais vous êtes une femme !!!»

«Euuuh... quoi !!?»

«Oh, pardon, je voulais pas être misogyne, désolé, vous êtes une super super-vilaine égale aux autres hommes aussi nuls que vous hein ! Toute mégalo et névrosée, définitivement Fandom by the way... mais… J’pense que comme vous étiez ma némésis je vous avez un peu imaginé en homme sexy qui cacherait un désir secret pour mon…»

«ASSEZ !!! TAIS-TOI ! TAIS-TOI ! Tu n’es pas un héros, tu n’es digne de n’être que mon cobaye, et tu continueras de l’être !»

«Je… continuerais ? pardon ?»

«Tu ne t’es jamais demandé d’où venait ce costume si pratique ?»

Et merde...

«Je pensais que c’était un vieil homosexuel riche et désoeuvré, mais bon vous êtes relativement vieille et désoeuvrée…»

Elle se frotta les yeux avec désespoir avant de relever la tête, tentant de garder un air digne.

«Alors je te présente… L’Evoltron 2.0 !!!»

Dit-elle en sortant d’un air dramatique une espèce de télécommande d’une poche. OK, Darryl pouvait avoir l’air désinvoltes, mais là… le mot Evoltron, généralement quand il l’entendait il finissait complétement à poil.

*Clic*

Elle venait d’appuyer sur un bouton. C'est mauvais les boutons en général, quand c'est les vilains qui appuient dessus. Et soudain il sentit son costume se mettre à bouger, et lentement s’arracher à son corps en formant un espèce de costume vide se tenant debout devant lui, genre homme invisible… et le laissant tout nu... Mortifié, son regard se tourna vers les passants. Jenkins et Wong étaient là… avec leur caméra…

«PAS ENCORE !»

Pendant qu’il se prenait la tête dans les mains, nu au milieu de la rue, le Professeur Evolve, championne de Dramaqueenathlon toute catégorie, entonna une longue explication de sa victoire, agitant ses mains au dessus de sa tête comme une espèce de Véronique Samson qui surjoue. Super-queer la nemesis, bravo, cliché à tout les étages.

«Vois-tu, l’Evoltron 2.0 a emmagasiné tout un tas d’informations sur toi que je n’avais pas pu obtenir en essayant de te capturer avec le premier Evoltron. Je n’avais pu récupérer dans la carcasse de ce dernier que quelques morceaux de ton ADN, mais ils m’ont permis de construire ce mélange de technologie organique et mécanique. Tu ne t’es jamais demandé quelle était sa matière, ou pourquoi il changeait en même temps que toi ? L’Evoltron 2.0 est une partie de toi, Random, il est fait à partir de toi, il porte ton ADN. Quand tu l’as porté pour la première fois, il s’est synchronisé à toi, à ton pouvoir. Et à chaque transformation, il m’a envoyé des informations essentielles grâce au récepteur dans ton propre logo…»

OK, là par contre, c’était la merde.

«Mais le mieux, dans tout ça… c’est qu’en te le retirant de force, je te retire aussi tes pouvoirs. Je crois que maintenant, je n’ai plus besoin de toi, l’Evoltron 2.0 me permettra d’étudier tes dons et de les faire miens, moi qui ai cherché à réfuter l’idée d’une évolution cohérente, merci de m’en avoir amener la preuve… et le pouvoir. Maintenant… adieu.»

Darryl essaya de se transformer. Ça ne marchait pas… Elle appuya sur un deuxième bouton, et les corps inertes de ses cinq acolytes s’agitèrent de soubresauts avant de se relever. Oh fuck, leurs costumes devaient être dans le même genre que le sien, enfin que l’Evoltron 2.0 … Darryl avait troqué son sourire narquois pour un visage définitivement paniqué

«Je te présente Gastrolaser, Speedray, Parasite, Slime et Daggerbones. Ils sauront être de bien meilleurs sujets d’étude que toi.»

Il était fichu. Il allait mourir nu et sans pouvoir devant les caméras. «Tu es un gros attardé» résonna dans sa tête, peut-être pour la dernière fois. »



Spoiler:



Dernière édition par Darryl Maywin le Lun 24 Nov 2014 - 4:42, édité 5 fois

_________________


* Troll Patrol *
Le grand playboy des fonds marins
avatar
Darryl Maywin

Messages : 509
Date d'inscription : 27/10/2014
Age : 29
Localisation : Manoir Dimensionnel (Young Force)

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: The more things change...

Message  Darryl Maywin le Sam 22 Nov 2014 - 21:17


SECONDE PARTIE (duh)

« Non. Juste non. Il n’allait pas en rester là. Il était nu, il était sans pouvoir, mais il y avait forcément quelque chose qu’il pouvait faire, il était un super héros maintenant, ou en tout cas en devenait un, plus qu’avant. Il n’y avait pas moyen qu’il abandonne à la première difficulté de ce genre ! Devant lui se tenait sa ridicule nemesis mégalomane et sa clique de crétins fini. C’était eux les attardés, ils n’avaient pas réussis à le mettre avec la supériorité numérique et la possession de réplique de ses pouvoirs, ils étaient déjà mal en point, il pouvait encore se débrouiller.

Heureusement pour lui, ce qu’il avait oublié, c’est qu’il n’était pas seul. Il ne s’en était pas rendu compte, il n’y avait pas réfléchi, mais des gens avaient assistés à la scène. Et la police aussi. Ils avaient bien capté le dramatique de la situation, et il savait faire leur travail. Les gens hurlaient de colère. Ils le protégeaient ? Il vit Jenkins lancer un débris vers ses ennemis, et plusieurs personnes lui criaient, de loin, de ne pas lâcher l’affaire. Oh mon dieu… c’était ça d’être populaire ? Il n’avait jamais eut cette expérience auparavant…
Dans son regard périphérique il remarqua que Speedray, la fille avec les pouvoirs de Jetpack, était entrain de se relever sur sa gauche. Après la monumentale taule option dégustation de béton que lui avait mis Darryl, elle avait pas l’air d’être très en forme mais était prête à en découdre. Son masque de cuir blanc était déchiré par endroit et laissé s’échapper des mèches de cheveux roux. Cela rappela à Darryl qu’ils n’étaient malgré tout qu’humains. Les forces de police se mirent en action, revenant sur le devant de la scène pendant que l’ennemi était encore entrain de revenir à lui. Speedray était la plus proche et se retrouva entouré de policier braquant leurs armes sur elle. Un des officiers sortie de derrière le barrage de voiture et attrapa Darryl, abasourdis. Il l’emmena derrière l’un des véhicules où il le fit s’assoir sur le béton.

«Vous allez bien ? Vous êtes blessé ?»

Il regarda l’officier. Jeune, les lèvres pulpeuses sur sa peau d’ébène, des yeux d’un brun chaleureux… en uniforme…

«Je vais très bien… vous êtes libre dem…»

Une gifle lui cingla le haut du crâne. Wong se tenait là, l’air agacé au possible, et Jenkins avec lui filmait les policiers en action. Le policier esquissa un sourire et s’éloigna pour rejoindre ses collègues, se rendant compte que Darryl allait très bien si il était en état de le draguer.

«T’as vraiment un problème, Maywin !» Assena Wong, dont la main était toujours prête à le taper.

«T’étais GÉNIAL mec ! Deux fois Cul-Nu, sérieux, t’es un recordman des héros boulets, mais t’assures quand même hein !» Déclama Jenkins sans détourner son appareil photo de la scène qui se déroulait derrière la voiture.

Wong était un métis asiatique aux caractère sec, il avait la trentaine et avait souvent agis avec lui comme l’aurait fait un grand frère. Un peu moqueur, il lui témoignait peu d’estime, mais Darryl l’appréciait. Jenkins, lui, était un genre de grand échalas plein de tâches de rousseur, à peine plus vieux que lui dont les cheveux auburn était attaché en catogan Il portait des vêtements large et avait l’attitude d’un mec qui fumait trop de marie-jeanne. Mais c’était un génie de la photo, et il n’avait pas peur de rester sur les scènes dangereuse pour capturer un scoop… Ce qui était d’ailleurs le cas à ce moment. Darryl ne voyait rien mais entendait des coups de feu, des explosions, les cris des passants qui s’éloignaient ou prenaient juste un peu de distance. Les policiers autour de lui qui prenait couverture derrière leurs bagnoles avaient l’air concentré. Ils ne lâchait pas l’affaire. Il n’allait pas non plus, il lui fallait quelques secondes, penser à un plan, récupérer son costume ?

«Je… désolé, toute cette histoire de la pétasse grandiloquente et la perte de mes pouvoirs, là, d’un coup, tu vois, j’ai un peu perdu pied. mais j’vais me ressaisir Wong.»

Il entendit le rire macchiavélique forcée de la vilaine d’opérette par dessus le bruit des armes à feu. Une rafale d’os tranchants passa au dessus d’eux, et une voiture non loin d’eux fut transpercée d’un rayon d’énergie. C’était Bagdad, les policiers n’allaient pas tenir face à ça. Il sentait la colère monter en lui.

«Écoute moi bien Maywin…»

«Random, Wong, Random.»

«Si tu veux, écoutes moi bien Random, soit tu te tires soit tu aides, mais là, t’es passé de mec qui assure à lavette toute nue sur le bitume. Je t’aime bien, t’as du potentiel, alors tu vas te relever et faire la fierté du Daily Buggle… et la Une aussi. Au moins le sommaire. On verra…»

«Prend mon pantalon !»

Jenkins, sans lâcher son appareil photo d’une main, venait de retirer sa ceinture de l’autre. Son pantalon tomba à ses pieds, révélant un caleçon à ourson du plus bel effet. Wong roula ses yeux tellement fort que le sarcasme était à deux doigts de devenir une matière palpable, et attrapa le vêtement pendant que Jenkins en retirait ses chaussures. Il le balança dans la tête de Darryl, qui commença à l’enfiler.

«Ok euh… merci.»

Une explosion envoya voler deux policiers un peu plus loin sous ses yeux, l’un deux avait la jambe brisée et l’autre semblait sans connaissance.

«Ta gueule ! Fonce, fais un truc, transforme toi, ta un costume maintenant, un vieux pantalon moisie, ça peut bien te donner des pouvoirs non ?»

Il ne savait pas si Wong le trollait, ou si il n’avait rien compris à ses pouvoirs et à l’histoire du costume, mais il devait avouer quelque chose : il se sentait plus confiant pour y retourner avec un pantalon. Et puis… il n’avait pas envie de tomber dans le cliché des amis qui te redonnent de la force, mais le geste de «sacrifice du pantalon» de Jenkins, aussi ridicule soit-il, l’avait surpris et lui avait fait chaud au coeur. Un cri retentit de nouveau, les policiers hurlaient des ordres, demandaient des renforts… Il se releva et jeta un regard vers ses collègues.

«Éloignez-vous de là !» Leur dit-il d’un air inquiet en agitant la main.

Ok, se concentrer, chercher à se transformer. Fouiller pour ses pouvoirs, il devait bien en rester un peu non ? Le déshabiller ne lui avait jamais retirer sa puissance, au contraire ! Il allait trouver les ressources, il allait forcément finir par accéder à un plan astral où sa vrai puissance lui serait révélé avec plein d’effet de flare de partout et de la métaphysique de CE1 en guise de dialogue avec son lui-même-du-dedans, façon Nolan. Aller petit gêne X, fais que ce soit Noël aujourd’hui…

«Bah merde, May…Random ! Tu fous quoi !»

La voix de Wong était lointaine, comme si il était vraiment aller loin en dedans de son lui-même intérieur… ou, non, en fait, comme si il était vraiment loin… Il ouvrit les yeux. Oh putin c’était quoi ça ???

«Ça fait une minute que tu t’es transformé et que t’as les yeux fermé, tu fous quoi là ?»

Il était abasourdis. Il n’avait jamais vu ça, c’était complètement nouveau. Une nouvelle forme ? Évidemment… la Méchante Disney surjouée qui lui servait d’adversaire avait synchronisé son costume avec les 6 formes qu’il avait l’habitude de prendre, elle lui avait donc retirer ces dernières mais… Et si il y en avait plus, attendant d’être éveillées, activées ? Elle venait de retirer la serrure, ou le cadenas, ou what the fuck. Toujours est-il qu’il avait une nouvelle forme. Il se vit dans le reflet de la voiture. Il… il était HIDEUX !!! Il était plus petit, trapu, avec des petites jambes qui rendait le pantalon de Jenkins ridicule, et des gros bras. Sa tête semblait oblongue, avec des excroissance qui lui servait d’yeux sur le dessus. Sa bouche était une espèce de masque à gaz de chair d’où sortait deux tubes organiques, qui rejoignait sur ses épaules deux grosses formes osseuses qui ressemblait à des bazooka. Il n’avait aucune idée de ce qu’il pouvait faire comme ça. Il se tourna vers Wong et voulu lui dire discrétement :

Spoiler:

«Je sais pas quels sont mes pouvoirs…»

C’est simple, la phrase retentit dans toute la place comme si il l’avait crié dans un mégaphone, tout le monde se boucha les oreilles, des vitres se fissurèrent sur la voiture à côté de lui. Grand silence. Plus aucun coup de feu. Ok, bah, voila le pouvoir. Cool ! Sa voix résonna de nouveau de manière aussi forte, faisant vibrer le sol comme dans une rave partie. Il ne faisait que parler normalement pourtant.

«Evolve ? Tu m’entends ? Parce que je suis sûr que moi, je t’entendrais pas quand tu vas…»

«PLEURER !!!»

Apocalypse. Il avait compris que le son sortait de ses espèces de canons qu’il avait sur les épaules et s’était tourné vers la voiture derrière laquelle il était encore dissimulé. Et non seulement le son en sortait, mais il était majoritairement dirigé dans la direction qu’il prenait ! Super, moins de dégâts collatéraux, parce qu’apparemment il était plutôt destructeur : la voiture avait était propulsé à plusieurs mètres sous l’onde sonore, laissant derrière elle un sillon dans le bitume. Ses vitres avaient étaient pulvérisées, ainsi que celles des voitures alentours, et la bande des Control Freaks le regarda avec un air complètement surpris, du genre à leur demander où ils avaient caché leurs paupières. Le Professeur Evolve, qui avait récupéré son costume à ses côtés, leva un doigt, le sourire sur ses lèvres fines.

«Rectification, il peut encore servir, on le capture.»

Speedray, cachée derrière un morceau d’immeuble qui était tombé dans leur précédent affrontement, réagit immédiatement et le braqua avec ses pistolets à onde de choc. Fail.

«TU PEUX RÊVER !!!»

L’onde sonore parcourut la distance qui les séparait en laissant des marques dans le sol, le débris derrière lequel elle se trouvait éclata immédiatement et elle retourna à sa place : manger du béton avec ses dents de crétine, si elle les avait encore. Darwin éclata de rire en pointant du doigts le Professeur Evolve, et chaque éclat lança une puissante onde dans leur direction. Il l’avait pas prévu ça, mais c’était absolument génial ! Daggerbones était la première sur la trajectoire. Sa mitrailleuse à écailles tranchantes auto-générées explosa dans ses mains alors qu’elle était projetée en arrière. La tronche sur les marches, ciao. Par contre, Evolve avait gardé le mec au gantelet à ses côtés, comme d’habitude, qui forma une façade indestructible. La protégeant elle et Gastrolaser, le type au bazooka. Ce dernier sortie de derrière la cachette et le visa. Il essaya de bouger, mais cette forme était trop lente, son corps balourd ne lui permettait pas d’esquiver si facilement, il avait plus la stabilité qui lui permettait d’encaisser ses propres attaques sonores sans effet de recul. Le rayon d’énergie le frappa de plein fouet sur le bras gauche, et il fut propulser plusieurs mètres en arrière. L’avantage, c’était qu’avec sa nouvelle forme, tout son qu’il produisait était une attaque, et son cri de douleur était compris dans la liste. Au moment même où il s’exclama sous l’impact de l’adversaire, l’onde de choc qu’il produisit alla frapper Gastrolaser qui n’était plus à couvert.

Darryl se releva tant bien que mal avec le bras valide qui lui restait, l’autre étant selon toute évidence brisé, sinon disloqué. Gastrolaser était au sol. Son arme était intact, il n’avait pas l’air d’avoir reçu de dégâts si important de l’extérieur, mais il se tenait la tête et déambulait, perdu. Comme si les dégâts était internes. Son cri de douleur avait eu un effet différent ? Un son différent produisait un effet différent. D’ailleurs, ça lui faisait penser, il avait un avantage sur ces abrutis : il connaissait leurs pouvoirs aussi bien que les siens… enfin, c’était les siens quoi… Ok, test numéro un : il essaya de siffler dans la direction de Slime, le mec qui créait les parois protectrice. Son sifflement ne produisait pas d’onde de choc, par contre si la matière de ces parois protégeait de ces dernières, il laissait passer les sons. Surtout les aigus, il le savait, il avait eu ce corps plusieurs fois. Pari gagné : non seulement Evolve et Slime semblaient ne pas apprécier un sifflement à la puissance centuplé, mais en plus de ça leurs appareils se fissurèrent avant d’exploser. La parois indestructible s’évapora.

«ASSIS !»

Hurla Darryl avec un ton sec, renversant les deux crétins… les deux ? Wait… un, deux, trois, quatre, cinq… merde, où est…

«PARASITE !!!»

C’était le Prof qui venait de hurler, se relevant avec douleur du parvis qui avait accueillis son hystérique popotin. Elle avait hurlé vers l’intérieur du Laboratoire. Parasite se cachait ? Très bien, il allait le chercher, ça allait pas trainer. Il se mit à avancer vers la grande porte avec un air décidé. Slime et Evolve restaient au sol, ils savaient qu’il pouvait les aligner d’un simple mot. Il adorait cette forme. Néanmoins, Evolve portait un sourire sadique qui ne lui disait rien de bon. Quoi, il y avait encore un Evoltron caché quelque part ?
Non. Pire. Un homme sortit du laboratoire. Mais ce n’était pas Parasite. C’était un vigile du laboratoire, avec un air de zombie, et il portait sur le corps… un truc qui ressemblait vachement à Symbiote : un genre d’araignée, blanchâtre, qui était incrusté dans sa peau au niveau du torse. Des mots résonnèrent dans la tête de Darryl. Pas « gros attardé », non, mais « prise d’otage ». Il avait oublié ce détail. Bientôt, une dizaine de personne qui se déplaçait comme des zombies, avec des petits Symbiotes sur le corps, sortaient du laboratoire. Il furent suivit de Parasite, petit homme maigre avec des ceintures autour du corps sur lesquelles étaient accrochés des genres d’oeufs. C’était ça ces oeufs, des grenades à Symbiotes.

«Attaquez !»

Cria Parasite en aidant la grognasse de Professeur Evolve à se relever. Darryl voulait leur dire non, mais il se garda bien d’émettre le moindre son. Il ne pouvait pas blesser des otages-zombies. Les laborantins et vigiles sous hypnoses se jetèrent sur lui et commencèrent à le rouer de coup tandis qu’il mettait toute sa force pour se retenir d’émettre le moindre son. Sérieux, ce groupe de vilain avait l’expérience pour lui mettre la raclée quand il pensait avoir gagné. Il redevint humain et leva les bras, tentant de retenir les coups des innocents contrôlés qui lui faisait vivre Walking Dead façon combat de rue. Les coups s’arrêtèrent sur ordre de Parasite, Darryl se tenait au sol, à quatre pattes. Bon, penser, vite, que faire. Il pouvait tenter de se retransformer, mais il ne savait absolument pas ce qu’il allait devenir. Et puis il ne savait pas non-plus ce qu’il allait devenir, il avait dut s’entraîner pour contrôler la plupart de ses formes, pour comprendre leur fonctionnement. Le petit nouveau avec les bazooka sonores était une aubaine. Il y avait du désoeuvrement en lui à cet instant, mais pas d’abandon pour autant. Il fallait juste qu’il récupère la télécommande du Professeur, et son costume, et ses pouvoirs de bases seraient de retour. Il aurait alors des pouvoirs plus ciblés qui lui permettrait de mettre en échec Parasite sans blesser les otages.

Evolve fit signe à Slime, désarmés, de venir vers Darryl en lui tendant une paire de menottes un peu bizarre. Sûrement un truc qu’elle avait créé pour lui au cas où, vu l’aspect de la technologie qui ressemble à mon costume. Un truc qui doit pouvoir le tenir tranquille qu’importe ses transformations. Génial. Son corps lui fait mal de partout, cet abrutis s’approche, il se dit qu’il ne sais pas si il va pouvoir se débattre, il faut vraiment qu’il s’entraîne sous forme humaine…

BAM !

Slime vient de se faire dégommer par… une sphère de chair volante sortie d’un portail, bientôt suivie de six autres sphères, sur laquelle flotte une espèce de taupe humaine sans yeux… qui porte SON COSTUME ! Les sphères se tournent vers Darryl, l’une d’elle s’ouvre… c’est un oeil géant. Darryl se relève d’un bond. Et toute la foule encore présente semble être dans le même état que lui.

«What !?»

«YOH ! Je suis toi du futur !»

«WHAT ???!!!»

Alors là, les choses étaient entrain de partir en appareil reproducteur masculin vitesse grand V, si y'avait pas de la cocaïne dans l'air il avait intérêt à économiser pour les frais psychiatriques. »


Dernière édition par Darryl Maywin le Dim 23 Nov 2014 - 22:31, édité 2 fois

_________________


* Troll Patrol *
Le grand playboy des fonds marins
avatar
Darryl Maywin

Messages : 509
Date d'inscription : 27/10/2014
Age : 29
Localisation : Manoir Dimensionnel (Young Force)

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: The more things change...

Message  Darryl Maywin le Dim 23 Nov 2014 - 22:25


Quatrième partie (troll)

« La créature, flottant sur l’un des yeux géants, ressemblait vraiment à un genre de taupe : couverte de poil gris-brun, courbée, ses bras étaient plus long et large que ses jambes, petites et potelées, ce qui le faisait se tenir comme un gorille. Elle possédait de longues griffes articulées. La majorité de son corps était recouvert d’un costume identique au sien, y compris au niveau du logo. Ce dernier semblait différent en un point : il était lumineux, mais cette lumière semblait se «vider» lentement, comme une jauge. Son museau ressemblait à celui d’un rongeur, ainsi que ses longues oreilles, bien qu’étranges, si ce n’était pour cette absence d’yeux, remplacée par une sorte de plaque d’os. En même temps, il avait suffisamment d’yeux autour de lui.

Tout le monde était abasourdis. Darryl le voyait dans le regard du Professeur Evolve, de Parasite et Gastrolaser, qui, bien que pâle, s’était remis et les avais rejoint derrière leur bataillon d’otages zombifiés. De l’autre côté, les policiers, incapables de tirer sans risquer de blesser des otages, avait baissés leurs armes et observait la scène avec un air qui reflétait la panique et la fatigue. Un air qui disait «mais sérieux, qu’est ce qui va pas avec ce héros ?». Un air qui se reflétait sur le visage des rares curieux encore présent, de Wong et même de Darryl. Le seul qui ne l’arborait pas était Jenkins, qui continuait de prendre des photos fébrilement en murmurant des «génial» compulsif.

« Tu… tu es… »

« Oui ! Je suis toi, dans le futur, revenu pour te filer un coup de main. »

« Non ! j’allais dire que tu es vraiment un gros abrutis si tu crois que je vais gober que… »

« Je suis vraiment mignon quand je suis bête, je comprend pas pourquoi Ethan … oups, pardon, spoilers. »

« Mais… hein !!!??? »

« Laisses tomber, on a pas le temps »

Il tapota le logo-jauge dont le niveau lumineux continuait de baisser comme pour approuver sa dernière phrase.

« On a même pas le temps que je te prouves que je suis bien toi, mais tu vas devoir me faire confiance. Te faire confiance. Faire confiance en ta capacité à être l’un des héros les plus imprévisib… »

« Euh, on vous dérange ? »

Le Professeur Evolve était sortie de sa torpeur et avait l’expression de quelqu’un qui est à la fois perdu mais viens de recevoir un cadeau de Noël. Darryl la comprenait : si elle avait bien devant elle deux exemplaire de lui, dont un qui venait du futur avec une forme de taupe mutante mongolienne qui volait sur des grosses couilles oculaires, il n’y avait rien qui pourrait ravir cette frappadingue plus que de leur mettre le grappin dessus.

« Parasite, je t’en prie. »

Le petit nerveux agita la tête rapidement pour dire qu’il avait compris. Crétin, tout le monde avait compris… typiquement le mec qui est accro à sa chef sadique et autoritaire et met trop de zèle à lui obéir. Partiellement ridicule, totalement pathétique. Il fit un geste de la main et les zombies-otages se ruèrent vers eux de nouveaux. Mais le Futur-Darryl-Taupe champion toute catégorie du party pooping à la mode what-the-fuck venait de se retourner vers eux. les six yeux sur lesquels il ne flottait pas se mirent alors à tourner autour de Darryl et lui à grande vitesse, formant un rempart contre lequel se cognait les zombies sans pouvoir le traverser, mais qui ne leur infligeait pas pour autant une grande douleur. Il fallait dire que si ces choses qui les contrôlait était bien un duplicata de Symbiote, ils devaient avoir une résistance légèrement accrue.
Futur-Darryl se percha sur l’oeil restant et se retourna vers le Professeur Evolve. Il semblait grogner, comme si la rage l’habitait si profondément à sa vue qu’il ne pouvait la contenir. Comme si une haine séculaire existait entre eux, un combat épique qui n'avait pas de fin et se perdurait avec les années, une guerre sans fin entre lui et cette éternelle nemesis. Ses bras griffus se mirent à trembloter, et son dos à s’agitait de soubresaut, il avait vraiment l’air en colère…

« PWOUHAHAHAHA MEUF ! T’ÉTAIS DÉJÀ SUPER VIEILLE À L’ÉPOQUE EN FAIT ! »

Il se retourna vers Darryl. Il était très moche quand il riait, encore plus qu’au demeurant, et l’oeil géant sur lequel il se tenait semblait pleurer de rire. Derrière lui, au-delà des zombies qui continuaient à essayer bêtement de traverser le manège des yeux géants, le Prof Evolve semblait sur le point de faire péter ses paupières de crise de nerf.

« J’te jure, celle-là, elle a pas fini de nous faire rire, tu verras. Bon, bouge pas, j’te rend ton matos. »

Il se mit debout sur l’oeil qui pointa vers le Prof, pris appuis sur ses jambes, et sauta les bras en avant, comme pour un plongeon. Alors qu’il était en l’air, ses griffes se mirent à luire légèrement, puis semblèrent déchirer l’air lui-même dans un son étrange, formant une ouverture. Un portail, dans lequel il disparut. Comme si il avait plongé à travers l’espace. Ou creuser les dimensions. Darryl ne savait pas trop. Toujours est-il qu’il entendit le même son étrange. Il sauta sur l’oeil flottant immobile pour tenter de voir un peu mieux. C’était assez horrible, la peau était épaisse et rigide, mais ça restait une boule de peau qu’il escaladait. Il put néanmoins voir un bref instant, avant de lâcher prise, que le futur-lui venait de réapparaître derrière le Professeur Evolve. Il tomba au sol et l’oeil se retourna vers lui avec un air… de réprimande. Et le bruit se reproduit, la taupe était à côté de lui de nouveau, sortant d’un portail. Elle avait dans l’une de ses mains le costume de Darryl, dans l’autre la télécommande du Prof Evolve. Une sorte de petit boitier, assez réduit, la taille d’un smartphone, avec quelques boutons dessus. Il lui tendit le costume, appuya sur un bouton et ce dernier commença à recouvrir Darryl de nouveau, passant sous le pantalon de Jenkins, qu’il s’empressa de retirer.

« Alooors bon, j’ai vraiment plus de temps, je veux pas me retrouver coincé ici et altérer toute ma ligne temporelle avec un paradoxe, c’était suffisamment compliqué d’apprendre ces conneries pour que ça soit inutile. Tiens, voilà notre costume, et la télécommande. Pour le reste, tu te débrouilles, j’suis toi, pas ton grand frère hein. »

« Alors… pourquoi je… tu… on est revenu dans le temps ? »

« Bah parce qu’il le fallait, vu que quand cette aventure m’est arrivé, quand j’étais toi, je me suis croisé, moi, actuellement… donc il fallait que je le fasse. »

« Juste… ta gueule en fait. »

« Ah oui, j’me souviens m’être dis-ça ! Bon, tu contrôles ton costume maintenant. Conseil, cherche à le comprendre un peu mieux, ça sera utile. Y’a des scientifiques bien pour ça, pas trop fous. Ah, oui, et tiens. »

Il lui tendit une clé USB qu’il avait apparemment gardé dans une poche. Ce costume avait des poches ???

« Alors ça c’est la liste de toutes les transformations que je connais jusqu’à présent. Comme ça, la première fois qu’elles t’arriveront, t’auras pas de problèmes à trop tester ce qu’elles font tout ça tout ça. Pareil hein, je devais te la donner, vu que tu, enfin je, me l’étais déjà donné, maintenant, dans le passé… présent… OK, ma gueule, ciao ! »

Il ouvrit un grand portail d’un coup de griffe.

« Ah oui, au fait, on est vraiment des gros boulets toi et moi. Mais arrête de te dire que t’es un gros attardé, dans la bouche d’Ethan ça peut être un compliment. Et va demander son numéro au flic de tout à l’heure. Il s’appelle… Dan, si je me souviens bien ! Bonne baise ! »

Futur-Darryl sauta dans le portail et fuit suivit de tout les yeux avant que ce dernier se referme. Darryl, toujours assis par terre, était maintenant persuadé que c’était bien lui. Il savait reconnaître un débile quand il en voyait un, et celui qu’il venait de voir était définitivement sur la même longueur de débilité que lui. Et puis, qui d’autre pouvait avoir des transformations aussi absurdes et dénuées de classe… Enfin, il était au milieu d’une bande de zombie-otage, qui lui foncèrent dessus, il était temps de se remettre au boulot. Il activa la transformation. Les otages se jetèrent sur lui, formant une véritable mêlée de bras et de jambes de laquelle il ne put s’extirper.

« Messieurs les policiers, si vous esquissez un geste, nous poussons les otages à s’entretuer sous vos yeux et à se mettre entre nous et vos flingues. Compris ? »

Déclara sèchement un Professeur Evolve qui n’avait plus envie de rigoler.

« Parasite, ramène-le moi. »

Parasite agita sa main. La mêlée de zombies se détacha les uns des autres… Et Darryl n’était plus là. Il n’y avait plus aucune trace de lui. Professeur Evolve commença à paniquer, c’était évident, ses cheveux en bataille n’ajoutant que du dramatique et du pitoyable à son air défait.

« Il doit avoir une nouvelle forme qui le rend invisible. Ramène les otages autour de nous, vite Parasite, il n’osera pas nous attaquer ! »

Les otages accoururent rapidement à leur côté, s’entrechoquant dans leur avancée. Le contrôle de plusieurs cibles à la fois n’étaient sûrement pas facile. Il s’attroupèrent autour d’Evolve, Parasite et Gastrolaser, formant un mur d’humains.

« Rend toi crétin ! Où on les fait s’entretuer ! »

Un rire retentit soudainement, comme si il avait été retenu tout ce temps et qu’il explosait enfin. Un rire suraigüe, frénétique et moqueur. L’un des otages se retourna brusquement vers Parasite et Gastrolaser, attrapa leurs têtes et les cogna l’une contre l’autre avec une grande force. Evolve tenta de s’écarter de l’homme avec un air déconfit, mais ce dernier l’attrapa par les cheveux et la jeta par terre. Accroché sur le torse de l’otage, Darryl, sous sa forme Symbiote, tenant dans ses pinces la télécommande du costume, était hilare et enchaîna de sa voix criarde gonflée à l’hélium.

« GAME OVER BITCHES ! »

Parasite K.O, les otages s’écroulèrent au sol, libérés de son emprise. Les policiers sortirent avec empressement de derrière les voitures. Les Control Freaks furent attrapés, menottés et emportés. Darryl relâcha son contrôle de l’otage et se dirigea rapidement vers Jenkins et Wong qui accourait eux-même vers lui. Wong avait déjà la bouche ouverte à son approche.

« Mec… tu es le héros le plus bordélique que j’ai jamais observé, sérieusement va falloir que tu t’habitues à faire moins compliqué parce que la rédaction de l’article va être un enfer, tu es juste… »

« GÉÉÉÉÉÉÉÉÉ-NIIIIII-AAAAAAAL MEC !!! »

« Jenkins ! »

« Quoi, ce type est un scandale, le plus héroïque des attardés, ou l’inverse. Cul-Nu… je suis ton premier fan ! »

« Merci, Caleçon-Nounours. Va récupérer ton pantalon, au moins mes fesses à moi sont magnifiques. »

Derrière Jenkins et Wong s’attroupèrent une bande de caméras et de micros. Aucun des journalistes présent n’étaient les vedettes de leur chaîne, il y avait d’autres héros bien plus magistrales que Darryl, mais presque toutes les chaines étaient présentes et se pressaient de questions. Et apparemment ils avaient tous entendu Jenkins...

« Monsieur Cul-Nu ! Êtes-vous un nouveau Vengeurs ? »

« Cul-Nu est-il un nom respectable pour un super héros ? »

« Pourquoi ne pas avoir de masque ? »

« N’étiez vous pas déjà nu à San-Francisco ? Est-ce-une technique de combat ? »

« Quels sont vos impressions sur les dégâts collatéraux monumentales que vous avez causé ? »

« Avez-vous des déclarations particulières sur ce Professeur Evolve, Monsieur Cul-Nu ? Pourquoi vous connaissait-t’elle si bien ? Avez vous un lien de parenté ? »

« ÊTES-VOUS CÉLIBATAIIIIRES !!!? »


Darryl se retransforma en humain. Il arborait un sourire impérial malgré son visage marqué, griffé, ses bleus impressionnants et ses quelques saignements mineurs. Il arborait avec fierté son logo sur ce costume qui était enfin sien. Il n’allait pas laisser les médias s’en tirer comme ça cette fois. C’était son heure de gloire. Sa première en tout cas, et si il y avait bien quelque chose qu’il savait, c’est qu’il fallait la faire compter.

« Mon nom n’est pas Cul-Nu... c’est seulement mon activité principale. !»

Éclats de rire chez les journalistes. Un peu forcés, mais néanmoins sincères. Wouhou, le succès !

« Je suis Random, et je fais partie de la Young Force ! Soyez attentif, je peux vous assurer qu’on va faire du bruit ! La Young Force EN FORCE... euh... gardez pas ça OK ? C'est du direct ? »

Il pensait pouvoir s’échapper, mais en fait non. Il subissait une attaque de micro et un mitraillage de question. Oula, erreur tactique, il allait devoir bosser sur sa connaissance des médias. Comment s’échapper. Crier «oh regardez là-bas !» et partir en courant ? Non, aucun journaliste ne pourrait gober ça. Il était entrain de légèrement paniquer en essayant de repousser les micros avec des gestes de la main quand un homme se plaça entre lui et les caméras. Le policier mignon avec des lèvres pulpeuses. Dan.

« Laissez-le respirer, Random a sauvé un grand nombre d’otages et pris des coups pour cela, il a besoin d’être examiné pour sa sureté. »

En disant cela, il l’avait attrapé par la hanche, comme quand il l’avait ramené derrière les voitures, mais plus délicatement cette fois. Il l’entrainait déjà avec lui devant les regards déçu des journalistes. À son grand plaisir, c’est Wong qui prie la relève, essayant de dissiper le nuage médiatique, Jenkins lui faisant un clin d’oeil à son passage, le pantalon bien accroché à ses hanches. Il se laissa guider par le policier vers les ambulances.

« Dan c’est ça ? »

« euh… oui, comment vous savez ça ? »

« Peu importe. Superpouvoirs, costume, tout ça quoi. Vous savez que je vais pas vous suivre jusqu’aux ambulances hein ? »

« Je m’en doutais. Mais vous méritiez pas ce genre d’interview sauvage. »

« Alors y’a un problème qui reste : comment on fait pour se revoir ? »

Dan le Policier s’arrêta brusquement et le regarda d’un air dur.

« Vous savez que vous parlez à un représentant de la loi et un officier qui plus est ? »

« Osef, j’suis un super héros maintenant. Et je suis canon. Un petit numéro de téléphone ? »

Il le regarda encore plus intensément, au point que Darryl se disait qu’il allait s’en prendre une dans la tronche et qu’il l’aurait peut-être mérité.

« Vous savez que vous êtes un sacré attardé quand même ? »

Darryl éclata de rire. Ça devait être un compliment... En regardant autour de lui si il n’était pas observé, Dan l’officier sortit un carnet de contravention où il écrivit son numéro et lui tendit l’amende en détournant le regard.

« Cassez-vous maintenant. Et m’appelez pas au travail ! »

« Juré ! À bientôt Dan. »

Il lui fit un signe de la main et se mit à courir vers une rue, s’éloignant avec classe vers son QG secret… qui était très loin d’ici… et ses affaires était au travail… Il se retourna et passa de nouveau en courant devant Dan l’officier, qui effectua un facepalm en guise de salut.

« JENKINS ! WONG ! ATTENDEZ MOI ! »




*
*   *


THE END



Pour ceux qui ont aimé cette aventure, je vous autorise et même vous invite à répondre à la suite de ce poste si vous le voulez. Seul consigne : répondez en RP ! Même un petit RP de 5 lignes, juste vous pouvez décrire comment votre personnage assiste à tout ça (caché sur les lieux, aux informations, etc) et exprimer ce qu'il en pense.

Si vous avez la flemme mais avez passé un bon moment, un commentaire HRP c'est super aussi.

Ça me ferait super plaisir. Je me suis éclaté à écrire ce délire, j'espère que vous avez aimé le lire !

À bientôt pour de nouvelles attarderie !
»

_________________


* Troll Patrol *
Le grand playboy des fonds marins
avatar
Darryl Maywin

Messages : 509
Date d'inscription : 27/10/2014
Age : 29
Localisation : Manoir Dimensionnel (Young Force)

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: The more things change...

Message  Ethan Scott le Mer 26 Nov 2014 - 17:35


THE MORE THINGS CHANGE...


« Encore une journée parfaitement normale au Starbucks et quartier secret de la Young Force. Pas grand chose à faire en cette après-midi calme, à par continuer d'enquêter sur l'attardé au magasine, les mouches espionnes, une vengeance pour Cassie et réussir à faire comprendre à Connor qu'il fallait qu'il cache Wolf et qu'il ne pouvait pas descendre avec même cinq minutes. Il verse un peu de sucre dans sa boisson. Il était assis à une table en train de vaquer à quelques distractions anodines en buvant un café quand il entendit Molly, l'employée féministe enragée qui n'avait pas sa langue dans sa poche, faire un commentaire du genre « V'la qu'elle le déshabille maintenant, quand je te dis que ce genre de tarés en spandex ont une névrose sexuelle quelque part... Jolies fesses cela dit. » Ethan lève la tête à ces mots. Oui c'est un réflexe génétique ancré dans sa conscience. Ses yeux se posent sur le gros plan d'un postérieur qu'un floutage maladroit tente de cacher en suivant tant bien que mal les soubresauts de la caméra et le champ s'élargit alors. « PRISE D'OTAGES A LA FONDATION DARWIN. UN MYSTÉRIEUX SURHUMAIN INTERVIENT  » C'est... C'est... Il a déjà vu ces fesses quelque part ! La télé accrochée contre un mur est branchée sur POWER ON ! une chaîne qui relate toutes les dernières informations sur divers surhumains, et dont les programmes sont du coup fréquemment interrompus à cause de tel ou tel vilain qui s'en vient faire le pas beau pour finir le tout dans un fight. Et là en l'occurrence, ça ne ratait pas.

_ What... The... Fuck... »

C'était quoi son problème à Darryl exactement ? Il faisait une fixette sur les laboratoires génétiques ? Tout nu ? Le jeune homme prend soudainement conscience du niveau de sucre alarmant dans sa tasse et, troublé, oublie tout le reste. Il change brusquement de siège pour se mettre devant, appuyant sur le bouton du volume pour mettre un peu plus fort. Il jette un coup d'oeil en direction de Molly. Molly le regarde d'un air entendu, avec cette espèce d'expression à mi chemin entre le "Ooh toi je sais pourquoi ça t'intéresse" et le "Pas touche je l'ai vu la première". Non, ce n'est pas... Bon d'accord, elle a compris en voyant Ethan systématiquement baisser le regard quand Wallace se retourne, qu'il était plus raisins que figue et, ce jour là, elle s'était juste contentée de laisser flotter ce petit sourire tranquille, elle qui n'avait pourtant d'habitude pas sa langue dans sa poche. Mais il ne pouvait rien se passer entre Wallace et lui, déjà parce qu'il était sûr qu'il était en couple, et aussi parce que, merde, c'était un de ses employés. Ils étaient un peu comme les Roméo et Juliette des temps modernes, séparés par une fracture sociale insoutenable. Bon, Wallace n'en savait rien, mais le problème n'en n'était pas moins très important. Et en l'occurrence, c'était pour le côté Young Force qu'Ethan était fébrile, pas pour... En fait si aussi, mais chaque chose en son temps.

Il essayait de suivre les dialogues. C'était pire qu'un soap opéra et Ethan était dans un état d'excitation intense, il suivait la chose avec une ferveur qui était digne d'une issue à la vie à la mort en faisant de grands gestes de trépignement. Il pensa envoyer un texto à Darryl pour lui écrire quelque chose du genre "tu es l'image publique de l'idéologie Young Force, soit digne et déchire tout !" mais il était en plein combat. Ce sur quoi l'idée germa dans l'esprit d'Ethan qu'il pourrait tenter de le rejoindre... Par voie astrale. Ça ne lui prendrait pas très longtemps. En théorie. Et s'il ne se perdait pas. Et... Il éclata de rire devant les bandeaux d'informations qui défilaient : « Le mystérieux héros Cul-Nu serait Random, figure héroïque de San Francisco, déjà connu pour ses frasques exhibitionnistes ». Il prit la chose en photo avec son smartphone et envoya quand même le message avec une certaine satisfaction malsaine. Molly faisait quelques commentaires, il ne se gêna pas pour en rajouter une couche. On eut dit un scénario construit sous drogue. Cela dit, une partie de lui éprouvait la frustration intense de ne pas pouvoir intervenir, au cas où il se passe quelque chose de dramatique. Et ça pour être dramatique, c'était dramatique. Finalement, il triompha du mal, et la jauge de punchline avait été explosée comme il se devait. Et alors, la consécration quand Darryl annonça la Young Force en force. C'était un slogan totalement débile, mais c'était eux, eux bordel ! Il éprouvait tellement de fierté et de joie pour ce gros attardé d'amour qu'il faillit presque lâcher devant Molly une bourde sur leur équipe ultra secrète.

Finalement, la chose retomba quand l'intensité du combat fut passée et POWER ON ! rediffusa quelques extraits choisis avec des commentaires oraux. Ethan rigola comme un attardé et sortit son smarphone.

_ Bon, revoyons tout ça depuis le début. En entier... Et sans floutage merde ! » »

_________________

La Reine Iguane et le Cowboy de Tchernobyl en mission : rendre jaloux Walter et Darryl
*Troll Patrol*
When there's trouble you know who to caaaall
avatar
Ethan Scott

Messages : 609
Date d'inscription : 11/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: The more things change...

Message  Darryl Maywin le Sam 29 Nov 2014 - 14:15


Epilogue

« Le Professeur Evolve s’était vue arrêtée, souillée, vaincue, humiliée. Elle reposait dans un fourgon, un énorme bleu sur la tempe, là où l’avait frappé Random. En face d’elle, dans le fourgon, les cinq mercenaires qu’elle avait engagé pour former les Control Freaks. Ceux qui étaient encore conscient la regardaient avec haine. Ils n’avaient reçu que la moitié de leur prime, qui n’allait pas leur servir à grand chose.Il n’attendrait qu’une chose : pouvoir se venger sur elle. Comment avait-elle pu en finir là ? Elle se remémorait son parcours. Généticienne surdouée, experte émérite en nano-robotique, mathématicienne accomplie, multidiplomée, talentueuse en somme … et obsédé par le caractère aléatoire du gène X. Elle voulait démontrer grâce à ce dernier que la sélection naturelle de Darwin n’était qu’un monceau de bêtise, et rire au nez de tout ses collègues quand son nom remplacerait celui du vieux Charles dans les livres d’histoire. Quand elle avait entendu parler de ce héros à San Francisco qui pouvait muter de manière aléatoire, elle y avait vu le nexus de sa théorie, un mutant qui pouvait démontrer ce qu’elle avait en tête sur tout les autres de son espèce. Sa demande de subvention pour capturer le-dit héros et l’étudier avait été rejetée. Premièrement parce que Random était une légende urbaine pour le Laboratoire New Yorkais dans lequel elle travaillait. Secondement parce qu’ils avaient l’éthique de ne pas vouloir « capturer » un être humain pour en faire un cobaye.

Elle avait été licenciée quelques temps après, parce qu’elle avait commencé à travailler sur ce projet officieusement mais avait été dénoncée par ses collègues. Elle avait bougé jusqu’à San Francisco en emmenant tout ce qu’elle pouvait et avait construit son premier Evoltron. Et de là, elle avait pris le nom de Professeur Evolve. Il ne lui restait plus qu’à observer Random. Ce qu’elle fit pendant plusieurs mois, en cachette, recueillant des informations sur chacune de ses formes, des morceaux de son ADN parfois. Et de là, elle avait perfectionné sa création. Pas suffisamment. Le jeune héros l’avait mise en échec. Ou plutôt, il n’avait mis en échec que son plan, il n’avait pas découvert son identité, il n’avait discuté avec elle que par l’intermédiaire de l’Evoltron. Et ce dernier avait récupéré suffisamment de données sur Darryl pour qu’elle construise le Costume, l’Evoltron 2.0.

Ce plan aussi avait marché à la perfection. Elle avait pu continuer ses recherches, mettre au point ses armes techno-organique qui reproduisaient ses pouvoirs. Et elle avait pu mettre au point sa vengeance, contre son laboratoire pour commencer. Puis contre lui. Mais encore une fois, elle n’avait pas vu assez loin, elle n’avait cherché que la vengeance, pas la guerre. Et à ce petit jeu, elle avait perdu. Elle avait sous-estimé Random : ce n’était pas un cobaye. C’était son ennemi.

Mais une lueur brûlait en elle. Elle avait vu qu’il était plus que ce qu’elle croyait. Combien avait-il encore de mutation à son actif dont elle pouvait profiter ? Dors et déjà, si elle arrivait à s’échapper, elle pouvait créer un marché avec ses armes dont elle avait toujours les plans. On pouvait faire grandir ses armes en quelques jours avec un peu de protéine dans de l’eau, un moyen parfait d’en vendre les «oeufs». Et pour sûr il y aurait des acheteurs pour des armes qui ne demandent pas de munitions. Et quand elle serait devenu la tête d’un nouvel empire de l’armement, elle capturerait Random et pourrait étendre son contrôle. Son nom serait connu de tous.

On la fit entrer dans le commissariat et on la laissa dans une cellule à part. Daggerbones lui cracha au visage en passant. Elle n’en avait que faire. Elle les éliminerait, ces incapables. Sauf Parasite, c’était le seul qui avait encore de la loyauté. Le pauvre perdu était complètement fou amoureux. Elle saurait en tirer profit. Il fallait juste qu’elle s’échappe.

Après quelques heures à ruminer dans sa cellule, des pas se firent entendre dans le couloir. On allait sûrement l’interroger. Mais ce n’est pas un policier qui arriva. C’était un homme en costume, avec une petite valise. Il ouvrit la porte.

«Bonjour Mlle Lester, ou préférez vous Professeur… Evolve ?»

«Ah, j’ai déjà un avocat ?»

Il laissa échapper un petit rire.

«Je ne suis pas votre avocat, mais peut-être pouvons-nous travailler ensemble. Vos compétences nous serait fortement utiles dans nos travaux, et je dois dire que votre experience et vos recherches sur Mr… Maywin, alias Random, nous intéressent grandement. Nous avons eu affaire à cette personne récemment et somme intéressé par son potentiel génétique.»

Elle jaugea l’homme du regard. Un sourire se dessina sur son visage encore marqué par sa défaite. Un sourire carnassier et sadique.

«Et quelle entreprise représentez-vous ?»

Il répondit à son sourire par un autre et sortie de sa valise un dossier qu’il lui tendit. Sur le dossier, on pouvait lire en grosse lettre «Laboratoire Cadmus». »

_________________


* Troll Patrol *
Le grand playboy des fonds marins
avatar
Darryl Maywin

Messages : 509
Date d'inscription : 27/10/2014
Age : 29
Localisation : Manoir Dimensionnel (Young Force)

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: The more things change...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum