Vers de nouveaux horizons [Theo]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Vers de nouveaux horizons [Theo] - Page 2 Empty Re: Vers de nouveaux horizons [Theo]

Message  Yitzhak Anavim le Sam 5 Oct 2019 - 18:01

Ça va faire un an que j'ai emménagé dans cet immeuble. Au début, j'avais juste une petite piaule pour mes visites à Genosha. Puis, j'ai réfléchi à tout ce que je pouvais faire avec un bâtiment complet sans craindre d'attirer l'attention comme à New-York. J'ai parlé à mon grand-père maternel de ma volonté d'investir dans de l'immobilier dans ce nouvel état, avec un tas d'arguments financiers valides. J'obtiens généralement ce que je veux avec mon grand-père, mais il aime se la jouer banquier qui accorde un prêt, il demande à ce que je lui fournisse un dossier béton. Ça donne un peu de valeur à tout le fric qu'il a sans plus savoir quoi en faire. Puis, je pars avec une bonne avance, je suis son petit-fils préféré. Il s'est fait tout un délire dans sa tête à mon sujet. Il est convaincu par exemple que je suis arrivé lauréat de promo parce que je voulais lui faire plaisir. Bon, évidemment, quand il me pose la question, je vais dans ce sens. Je peux pas dire que recevoir des centaines de milliers de dollards sur mon compte bancaire en signe de gratitude soit pas une forte motivation pour réussir dans ses études mais, faut pas déconner, je serais arrivé premier sans ça. Alors voilà, j'ai un immeuble rien que pour moi, et l'appartement high-tech dont j'ai toujours rêvé. Le truc, c'est que en un an, les seuls êtres vivants à être entrés ici, ce sont mes pirhanas. Eux, au moins, je suis sûr qu'ils risquent pas de me juger. J'aime bien discuter avec eux quand je bosse sur ma table en verre, en me persuadant qu'ils s'intéressent aux aussi à mes travaux, mais je me fais pas d'illusion, je crois même pas qu'ils ont un niveau de conscience qui leur permette de considérer mon existence. Quand je me précipite sur eux, ils se montrent toujours. Mais c'est parce que c'est juste une bande de petits curieux, toujours à l’affût d'un truc à gober qui pourrait tomber dans leur aquarium. Au moins, ils se planquent plus sous les feuilles et les rochers comme au début. Ils ont compris que ma présence avait quelque chose de positif dans leur monde, que je représentais pas un grand prédateur inquiétant. Vous savez, les pirhanas s'attaquent pas aux humains. Personne les aime, alors qu'ils font rien de très mal. Je les ai pris en me disant qu'on avait du coup des chances de bien s'entendre. J'essaye de rassurer Theo à leur sujet, mais, comme toujours, je le fais mal. Je sais même pas pourquoi je lui dis qu'ils aiment bien les caresses. Alors, c'est assez juste et c'est même un truc qui m'a surpris : les poissons ont une sensibilité au toucher et, même s'ils expriment pas grand-chose, mes pirhanas ont l'air d'accepter les marques d'affection que je leur donne de temps en temps, surtout Browning. Mais, cette précision a rien à fiche là. Theo le rate pas, évidemment. Il souligne aussitôt la débilité de mon commentaire. Je me sens direct mal à l'aise, mais je vois aussi assez vite à son expression et à son ton qu'il essaye de plaisanter avec moi, à ce qu'il a reçu comme une plaisanterie de ma part. Sauf que ça n'en était pas une. Je sens comme une réelle bouffée d'angoisse monter en moi. Faut que j'aille dormir, je sais plus où j'en suis, je suis paumé dans mes pensées et mes émotions. Je fais un sourire. J'enchaîne vite sur autre chose et, surtout, je fuis très vite dans mon lit et dans le sommeil.

*

J'ouvre les yeux. J'ai dormi sept heures. Avec le décalage horaire, on est déjà proche de la tombée de la nuit ici, pas terrible pour les visites. Je m'étire, je remarque que mes bras sont encore plein de sang. Faut que je me douche. Faut aussi que je regarde si Theo va bien, s'il a pas essayé de faire une connerie. Je sais pas ce qui m'a pris de le laisser ici. La porte s'ouvre, j'ai la tête en vrac. Theo est assis immobile dans le canapé. Il a l'air pensif, pas super en forme. Par contre, il est propre, et c'est pas mon cas. Je lui fais un sourire, un vrai grand sourire.

– Hello ! Bien dormi ?

J'entends vaguement sa réponse mais je suis déjà en train de me diriger vers la salle de bains. J'essaye de faire vite pour retirer toute la génétique étrangère et mortifère qui s'est accumulé sur ma peau, et qui dégouline en traînée brunâtre jusqu'au siphon. C'est une vision qui me fascine toujours. Je ressors en débardeur et jeans noirs. Pas envie de réfléchir à un style compliqué. Theo aussi est habillé simplement, il a mis ce que je lui avais laissé. C'est quand même mieux que sa tenue dégueulasse de taulard. Comme il est occupé à déambuler dans l'appartement à observer les armes et les articles de journaux qui traînent : j'aime bien épingler les faits divers qui rapportent des trucs que j'ai fait, surtout quand mes scénarios étaient particulièrement drôle. Il est en train d'en lire un sur un mec qui a été retrouvé mort avec le mot « LOOSER » taillé au couteau sur le front. Aha, c'était marrant ça. Theo se retourne vers moi, sans doute prêt à m'interroger sur la nature de tout ça, mais, en fait, je m'étais approché de lui pour d'autres raisons. Je pose une main sur son torse. Elle fusionne un instant avec le tissu de son vêtement qui se resserre légèrement.

– ça te va mieux comme ça, je lui dis satisfait. Tu nageais un peu dedans, j'ai préféré prendre trop large que trop petit. – Et, tout en avançant vers la cuisine, j'ajoute : – T'as l'air bien bâti là-dessous, c'est le sport en prison ? T'as faim ?

J'ouvre le frigo, rien. Enfin, rien qui puisse être proposé à ce qu'on peut appeler un invité. Des plats préparés, certains doivent d'ailleurs plus être très frais. Il me reste que des bières qui traînent, toutes aromatisées à des trucs, j'aime bien les goûts à moitié chimiques que tout le monde trouve dégueu à ce qu'il paraît. Je pose ce que j'ai sur le bar.

– Tu veux une bière ? J'ai que des trucs aux fruits par contre : pomme, cerise, citron. Je te laisse choisir. – J'en ouvre une à la cerise pour moi, j'attends sa réponse pour la sienne. – Par contre, j'ai rien à manger. Tu veux qu'on commande un truc ? Qu'on aille voir en ville ?

J'ai faim mais je vais pas lui servir un truc au micro-ondes, surtout qu'il sort de prison, il mérite mieux quand même. Et il a forcément faim aussi. Je reviens vers lui avec une bière décapsulée que je lui tends, et je lui lance en tapant le goulot contre le sien :

– A ta première soirée de liberté en tout cas !

Puis je me laisse tomber dans le canapé, en activant les enceintes par ordre cyberpathique pour diffuser de la musique, un truc métal u peu dansant et énervé qui me met de bonne humeur. Je sors mon téléphone et en me demandant où on pourrait bien se manger un truc. J'ai pas envie de me prendre la tête pour d'autres choses, j'ai juste envie de me détendre là.

_________________
Vers de nouveaux horizons [Theo] - Page 2 Tumblr_m8gyt32EAQ1r59b0d
Scipion : Je puis nier une chose sans me croire obligé de la salir ou de retirer aux autres le droit d'y croire.
Caligula : Mais c'est de la modestie, cela, de la vraie modestie ! Oh ! cher Scipion, que je suis content pour toi. Et envieux, tu sais... Car c'est le seul sentiment que je n'éprouverai peut-être jamais. [Caligula, Camus]
Yitzhak Anavim
Yitzhak Anavim

Messages : 192
Date d'inscription : 05/03/2015
Localisation : Etats-Unis

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Revenir en haut Aller en bas

Vers de nouveaux horizons [Theo] - Page 2 Empty Re: Vers de nouveaux horizons [Theo]

Message  Theodore Wu le Lun 7 Oct 2019 - 14:38

Pourquoi tant d'armes sur les murs? C'est le genre de trucs que les gens cachent en général. Ma pote Samantha gardait un pistolet collé sous son sofa, et ce n'était qu'une arme ordinaire, rien à voir avec les modèles étalés ici. Il était assez léger et elle ne savait même pas comment bien viser. Elle disait que ça l'aidait à se sentir en sécurité, mais je vois assez mal en quoi tirer à côté d'un potentiel assaillant peut te protéger. Une autre qui n'aimait pas mes questions.

Yit sort de sa chambre, l'air de bien meilleure humeur que dans le jet. Je ne lui en fais pas la remarque. Je dis juste que j'ai bien dormi. C'est un mensonge seulement en partie. Je ne dors jamais vraiment bien, mais mon sommeil sur son divan a été de loin meilleur que ce que j'ai connu ces deux dernières années entouré d'ennemis et de bruits louches.

Je me lève quand il entre dans la salle de bain. J'attendais qu'il soit réveillé pour bouger. Je ne voulais pas qu'il me trouve en train d'observer son appartement et qu'il m'accuse de profiter de son sommeil pour fouiller ses affaires. Il a l'air fort sur les accusations, donc je ne prends pas de chances. J'évite d'abord les machines. Si un truc risque de me tuer ici, je miserais sur l'une d'elles. Ou un système de sécurité si j'essaie de sortir

Oh.

Est-ce que je peux sortir d'ici? Vu la complexité de notre entrée, il me faut probablement Yitzhak pour partir. Ailleurs, j'aurais envisagé de briser les murs en utilisant mon pouvoir, mais je n'ai aucun doute que chaque centimètre carré ici est pensé pour résister aux mutants. De toute manière, je ne suis pas pressé de partir. Il me reste plein de trucs à observer.

Je me garde le crâne de dinosaure pour plus tard, comme un dessert, et je commence par les coupures de journaux. Beaucoup de meurtres. Pourquoi Yitzhak garde-t-il tout ça? Est-ce qu'il a tué tous ces gens? Il m'a parlé de réparer une injustice comme raison de me sauver. Et de missions commando sans me donner de détails. Difficile de ne pas additionner les éléments et tirer des conclusions. « LOOSER » dans le front, c'est marrant, ça. Enfin, c'est marrant quand ce n'est pas ton front. J'oublie ma retenue forcée sur les questions et je me retourne pour demander depuis quand il organise ce genre de projets, mais je garde le silence en le voyant s'approcher autant.

En quelques secondes à peine, il a modifié mon t-shirt. Dans le jet, il m'a parlé d'action sur le métal de la cellule de Neil, mais son pouvoir s'étend à d'autres matières. Est-ce qu'il a fait exprès de me donner cet indice de plus sur ses capacités? Il dit que mon haut me va mieux maintenant. À quoi il joue? Je bloque et reste immobile pendant qu'il s'éloigne vers la cuisine. J'étais beaucoup plus brave hier quand mon cerveau était à la fois amorti et enflammé par la folie de l'évasion. Il me complimente de manière à peine détournée sans me laisser le temps de répondre. Déstabilisant.

-Oui, j'ai faim.

Je m'avance vers la cuisine pour le rejoindre.

-Et oui pour le sport. Y a pas beaucoup de passe-temps en prison, t'imagines bien. Mais j'en faisais déjà avant.

Je ne vais pas laisser passer l'occasion de souligner un minimum ce qu'il a dit, même si c'est avec un peu de retard. Je ne sais pas s'il me teste, un peu comme je le faisais avec lui hier. Je me sens nettement plus détendu quand même. En découvrant dans quel endroit de fou il habite, j'ai compris que j'avais tout de travers en essayant de lui coller des motivations ordinaires. Ce mec est pas normal.

-Merci!

J'ai pris une bière au citron parce que c'est la saveur la plus étrange pour une bière. Le goût est tout de même meilleur que tout ce que j'ai avalé en deux ans. Je ne sais pas si j'ai envie de sortir. L'idée de retrouver le monde extérieur si vite me rend un peu nerveux, mais je n'ai pas non plus l'habitude de reculer par peur. Sauf en amour. Plus j'attends pour me replonger dans la vraie vie, moins ce sera naturel. Il faut que je me force à bouger même si c'est plus difficile qu'observer l'appartement en réfléchissant à tout sauf ce qui me stresse.

Je ne veux pas forcer Yitzhak à rester enfermé ici après le stress de l'évasion. Il a peut-être envie d'aller se distraire ou même se défouler quelque part. Et il semblait très enthousiaste au sujet de la ville hier. C'est gentil de sa part de me laisser le choix. Je vais lui retourner la balle en lui laissant une petite ouverture pour l'autre option, au cas où.

-Ça me va de sortir. Si on reste ici, je risque d'encore t'embêter avec plein de questions, dis-je en souriant. N'importe quelle nourriture me va, je suis pas difficile. Enfin, n'importe quoi sauf du chinois.

J'ai un petit rire en m'asseyant aussi sur le divan. Je ne sais pas comment il a lancé la musique mais, vu tous les trucs technologiques inexplicables ici, je ne m'en fais pas avec ce détail pour l'instant.

-La tête de dino, c'est une vraie? Oh. Tu vois? Je commence déjà.

***

J'ai essayé de ne pas engloutir mon repas comme un sauvage, mais j'avais drôlement faim. L'ambiance de ce bar est cool. Les gens s'amusent davantage sur une plage qu'en prison! J'apprécie de voir des gens normaux plutôt que des détenus dépressifs et agressifs. Bon, normaux… Il y a cette fille chauve très rouge et luisante qui sort un peu de la masse et d'autres mutants à l'allure particulière. Ils ne m'inquiètent pas. Ils me rappellent qu'on est dans un lieu unique, avec une liberté inégalée ailleurs dans le monde.

Les mouvements brusques attirent parfois mon regard, mais je ne suis pas vraiment nerveux. C'est juste l'habitude de guetter les situations qui risquent de dégénérer. Je ne suis pas non plus détendu au point de laisser libre cours à ma mutation comme d'autres le font. De toute manière, mon pouvoir n'est pas impressionnant en tant que spectacle si je n'ai rien à combattre ou personne à ridiculiser.

Yitzhak est de bien meilleure humeur qu'hier. Ça a peut-être à voir avec comment je le perçois et traite moins comme une menace.

-Si tu m'avais parlé de plages dès le début, je t'aurais peut-être moins fait chier dans le jet, dis-je avec un petit sourire avant de terminer mon verre.
Theodore Wu
Theodore Wu

Messages : 12
Date d'inscription : 25/06/2019

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Revenir en haut Aller en bas

Vers de nouveaux horizons [Theo] - Page 2 Empty Re: Vers de nouveaux horizons [Theo]

Message  Yitzhak Anavim le Mar 8 Oct 2019 - 14:41

Je vais vite. J'essaye de ne pas penser à l'étrangeté de la situation, au fait que je me réveille chez moi avec un presque inconnu dont je dois encore m'occuper. J'essaye d'avoir l'air détendu, mais je ne le suis pas tellement. J'enchaîne les actions pour garder de la contenance, pour m'assurer que la situation est sous contrôle, que tout se passe bien. Il me faut trouver un truc à faire, un truc qui va m'occuper, me donne un problème à résoudre. Je crois que c'est en partie ce qui m'a poussé à ajuster le haut de Theo, puis à lui demander s'il avait faim. Super, il me confirme son envie de manger, je peux me trouver une nouvelle mission pour plusieurs minutes encore. Rien à manger. Les bières sont une bonne option en attendant. De toute façon, en cas de stress social, l'alcool est toujours une bonne option. Theo s'est rapproché de moi, il revient sur la remarque que je lui ai fait au sujet de sa forme physique. Je sais pas trop quoi dire. Je prends un instant conscience de l'autre raison qui m'a poussé à ajuster son vêtement, la pensée que c'était dommage d'avoir une tenue qui ne lui fasse pas honneur. Si j'étais malhonnête, je dirais que je ne l'ai fait que pour lui, parce qu'on se sent toujours mieux dans une tenue bien taillée. Mais, dans les faits, je suis le seul qui peut observer et apprécier le résultat. Est-ce qu'il pourrait être mon type ? C'est cruel à dire, mais on pense pas spontanément qu'un asiatique peut être son type, sauf quand on est une pucelle fan de manga, bien sûr. Mais, maintenant qu'il a une tenue de ville, ça lui donne une autre allure. Je peux dire qu'il a du charme. Et je serais pas contre l'idée d'avoir un autre prétexte pour poser à nouveau la main sur son T-shirt. Je sais de quel bord il est. Est-ce qu'il a compris pour moi ? J'ai passé l'âge de mettre mon homosexualité en avant, et j'imagine que c'est pas le premier truc que tu déduis d'une personne qui confond les armes à feu avec de la décoration. Et puis, c'est encore un coup à ce qu'il pense que je l'ai sauvé avec des idées louches en tête. En même temps, il m'a bien dit que j'étais beau il y a quelques heures. Est-ce qu'il voulait exprimer un vrai truc aussi ? Faut que j'arrête de me faire des idées. Je commence à trop penser. Et quand je pense trop à des trucs qui s'éloignent de plans de guerre et de machines, c'est jamais bon pour mon cerveau. Je me dépêche d'ouvrir ma bière, je crois que c'est encore le truc le plus intelligent à faire dans ma situation actuelle.

Commander des trucs à manger, je peux faire. Mais j'ai quand même l'espoir que Theo demande à sortir, parce que l'idée de passer le reste de la soirée chez moi, entre deux yeux, et avec une salve de questions sur toutes les bizarreries de mon appart, c'est en effet pas un truc qui me réjouit totalement. En plus, ça va impliquer un niveau d'intimité que nous n'avons pas du tout. Je mets de la musique pour évacuer encore la désagréable impression de flottement, d'incertitude, autour de nous. Il me dit qu'il veut éviter la bouffe chinoise. Ouais, je suppose que trop de monde ont l'habitude de lui en prendre en considérant que ça devrait lui faire plaisir. Mais tout dépend de l'objectif de la personne en face. De ce que j'ai compris, les asiat aiment moyen se faire rappeler qu'ils ne sont pas tout à fait intégré au groupe à cause de leurs origines. D'autres, à l'inverse, sont les premiers à vouloir le souligner à chaque occasion. C'est plutôt ce qu'on observe dans la communauté juive. Il rit. Je lui réponds dans un sourire de casse-pieds :

– ça tombe bien, j'hésitais entre thaï ou japonais.

Non, en vrai, je pense à un endroit sympa, qui soit pas trop guindé et où on peut boire. Un restaurant, c'est trop gênant, trop intime, encore une fois. Je sors pas beaucoup à Genosha. Je sors plus trop en général, en fait. Depuis que j'ai commencé la politique, j'ai encore moins de temps pour moi. Et puis, faut tenir une image publique, ça laisse moins de possibilités pour faire n'importe quoi. J'ai arrêté les frais. Je connais quand même quelques adresses pour les personnes avec qui je dois parler plus ou moins professionnellement. Tout le monde peut avoir envie de boire un coup après le boulot ou pour discuter sans pression de projets futurs. Theo me tire rapidement de mes recherches en me demandant si le crâne de dinosaure est vrai.

– Tu trouves que ça ressemble à du plastique ? Je l'ai pris au musée d'Histoire Naturelle de New-York. Tu vois, je varie les bâtiments dans lesquels j'entre par effraction, et le genre de choses que j'y vole.

Je lui lance un regard espiègle. Tant pis si je passe pour un dingue, c'est déjà perdu de toute façon, j'ai définitivement abandonné à partir du moment où je l'ai laissé venir ici. De toute manière, il va bien se douter que j'aurais eu du mal à me trouver cette pièce d'archéologie autrement. C'est pas trop le genre de truc qu'on trouve en vente sur e-bay. Pourtant, je sais pas, je trouve ça pas très cool que les musées gardent jalousement tous les ossements cool qui se trouvent, à la base, à la disposition de tous sous terre. Non mais !

*

Le bar-tapas en bord de plage était la meilleure option possible, et Theo l'a approuvée de suite. Il fait beau et chaud. Le soleil commence à se coucher à l'horizon. Il reste encore quelques baigneurs au loin sur la plage. En plus, on est en pleine saison de vacances. Il y a encore plus de monde que d'habitude. Comme je l'ai expliqué à Theo, Genosha développe aussi une économie touristique. Le but étant d'en faire une destination de vacances privilégiée pour les mutants à défaut de réussir à les attirer pour y vivre toute l'année. Donc, tout le bord de mer est plein d'endroits branchés. Ça se développe un peu plus chaque année. De là, il me sort que j'aurais mieux faire de lui évoquer la plage tout de suite, en terminant son verre. J'ai fini mon mojito un peu avant. J'en suis à détruire ce qu'il reste de menthe avec la paille en attendant de pouvoir commander autre chose.

– Désolé, j'ai pas pensé que ça allait être l'occasion parfaite pour réaliser ton rêve de devenir surfeur.

Je suis plus à l'aise, clairement, surtout depuis que je bois un peu. J'arrive à faire de l'humour sans devenir trop méchant, enfin, je crois. En tout cas, je prends moins mal le fait que Theo ait quelques difficultés à répondre autrement que par des moqueries. J'en prends aussi mon parti vu que je suppose que s'il est toujours là avec moi, sans me demander à partir, sans s'inquiéter de ce qu'il va faire ensuite, c'est qu'il trouve un certain intérêt à ma compagnie. J'ai pas trop envie d'aborder les questions pratiques qui flottent entre nous d'ailleurs, du genre où il va vivre ensuite, s'il a une chance de reprendre contact avec sa famille, ses amis, etc. Je sais bien qu'il faudra en parler, mais ça sera pas moi qui mettrait ça sur le tapis ce soir.
On est interrompus par le serveur qui arrive vers nous en tenant une bouteille de champagne dans un seau à glace. J'ai jamais commandé ça, je le jure.

– Monsieur Anavim ?

– Heu oui…
Je le regarde perplexe.
– Permettez-vous de vous offrir cette bouteille, cadeau de la patronne.

Et il la pause sur la table, avec deux coupes, en reprenant les deux verres vides. C'est fou comme en voulant bien faire les gens peuvent être embarrassants.
– Ah ben… C'est sympa… Merci.
– C'est un plaisir de vous recevoir.
– Ouais… – Il repart. Je répète en regardant Theo cette fois : – Ouais… – Puis je me sens obligé de préciser : – Je suis un peu connu ici, dans l'île. C'est l'effet, je passe à la télé, tout ça. Et comme je sors pas trop souvent, ils veulent marquer le coup. Ils feront moins les malins si je reviens demander une bouteille de champagne tous les jours.

Bon, dans tous les cas, budget large ou pas, boire à l'oeil, c'est toujours cool. Alors je prends la bouteille et je l'ouvre en faisant simplement disparaître le bouchon. Je prends pas de risques, j'utilise ma mutation. Sinon, c'est un coup à faire des drames, cette histoire de champagne.

_________________
Vers de nouveaux horizons [Theo] - Page 2 Tumblr_m8gyt32EAQ1r59b0d
Scipion : Je puis nier une chose sans me croire obligé de la salir ou de retirer aux autres le droit d'y croire.
Caligula : Mais c'est de la modestie, cela, de la vraie modestie ! Oh ! cher Scipion, que je suis content pour toi. Et envieux, tu sais... Car c'est le seul sentiment que je n'éprouverai peut-être jamais. [Caligula, Camus]
Yitzhak Anavim
Yitzhak Anavim

Messages : 192
Date d'inscription : 05/03/2015
Localisation : Etats-Unis

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Revenir en haut Aller en bas

Vers de nouveaux horizons [Theo] - Page 2 Empty Re: Vers de nouveaux horizons [Theo]

Message  Theodore Wu le Mar 29 Oct 2019 - 21:01

Après deux ans entouré du même décor, des mêmes menaces et de presque aucune distraction, la diversité et l'action qui règnent dans le bar me détendent. J'ai toujours aimé le bruit et le mouvement. J'ai besoin de stimulations, le calme me pèse vite. Je ne suis pas non plus un de ces surexcités en manque d'attention qui parlent fort en public et qui déplacent tout. Je ne dérange vraiment que quand je le décide consciemment, soit par provocation, par ennui ou par malaise.

Le soleil qui ne renvoie pas l'ombre d'une cage me fait du bien. Même l'air de la cour extérieure sent le renfermé en prison, et on nous passe toujours la musique qui plaît aux gardiens. C'est un peu mieux que le silence, mais savoir par cœur des dizaines de chansons qu'on déteste devrait être classé comme une forme de torture. Le petit numéro de Yitzhak hier avec des morceaux choisis pour moi m'a inquiété sur le coup, mais retrouver ma musique a aussi grandement contribué à me rendre de meilleure humeur avec lui.

Ce projet de pays de mutants est intéressant. Et menaçant. Je suis étonné qu'il n'ait pas été avorté par les gouvernements des autres pays. Je suppose que les dirigeants anti-mutants se disent qu'ils n'ont qu'un lieu à faire sauter s'ils finissent par se sentir trop menacés. Ce ne serait pas difficile de transformer l'histoire aux yeux du public pour faire accepter la destruction de Genosha. Yitzhak m'explique que l'endroit n'est pas qu'un asile pour les mutants qui veulent se sentir à l'aise, mais aussi une destination à visiter pour ceux qui préfèrent vivre avec les autres humains. Des vacances, ça fait certainement moins peur que déménager, et voir ce type d'endroit peut quand même faire germer les bonnes idées dans l'esprit des mutants plus conformistes.

Neil n'a pas voulu venir à Genosha. Il semblait assez méfiant. Je ne suis pas non plus complètement à l'aise avec ce qu'un lieu du genre laisse sous-entendre comme avenir. Le but officiel est noble, mais ce projet est aussi en quelque sorte une étape vers la séparation des mutants et des non-mutants. J'imagine mal que le projet ait pu être conçu en toute bonté, sans desseins cachés, surtout par des gens avec le même genre de capacités et d'occupations que Yitzhak. Il faudrait probablement que ça me dérange, mais je ne peux pas me convaincre que le besoin pour ce type de mesures n'existe pas. Les idéaux d'inclusion des mutants dans la société standard ne sont justement que des rêves; la cause des mutants stagne.

L'entente avec Yitzhak est meilleure qu'hier. La nuit de sommeil a certainement aidé, tout comme notre sortie parmi d'autres gens. Mais découvrir son appartement est ce qui m'a le plus calmé. Je ne serais pas aussi à l'aise avec lui aujourd'hui s'il m'avait fait passer la nuit ailleurs. Je m'inquiète beaucoup moins sur ses motivations pour me sauver depuis que j'ai pu analyser l'anormalité de son existence. Je ne baisse tout de même pas complètement ma garde. S'il est aussi hors-normes que j'en ai l'impression, il me réserve certainement des surprises.

Je ris à sa blague sur le surf. N'empêche, je vais peut-être essayer si j'en ai l'occasion. Me prendre quelques vagues dans la gueule, ça pourrait être drôle. Je réalise que je n'ai plus d'amis avec qui me lâcher et partager ce genre d'expériences débiles. Enfin, je ne viens pas tout juste de le découvrir, mais ça me semble plus réel. Je ne côtoierai plus les amis que j'avais avant la prison. Si je m'en fais de nouveaux, il restera toujours entre nous le mensonge de mon passé - parce que je ne prévois pas risquer d'être dénoncé au nom de l'amitié réelle, hein.

Un serveur arrive avant que je réponde, et il m'empêche de vérifer si Yitzhak a remarqué mes quelques secondes d'angoisse. Je ne suis pas étonné qu'on le reconnaisse vu son implication centrale dans le projet Genosha, mais ça ne semble pas lui faire plaisir de se faire traiter en célébrité. Si je me fie à comment il a pris mes tentatives de compliments hier, le malaise a l'air d'une réaction instinctive à la gentillesse chez lui.

Il passe à la télé et il ne sort pas beaucoup. Pour une fois, je n'ai pas besoin de poser trop de questions pour avoir quelques informations. Je ne sais tout de même pas quoi en tirer précisément. Il est impliqué en politique, c'est normal qu'on le voie un peu à la télé. Et ne pas sortir… c'est vraiment pas le truc le plus anormal à son sujet.

- Donc si tu fais la tournée des bars, tu risques d'avoir des trucs gratuits partout, dis-je avec un petit sourire.

Si on lui fait des cadeaux dès qu'on l'aperçoit, c'est signe que l'opinion publique à son sujet est positive. Les politiciens et les vedettes reçoivent souvent ce genre d'attention, mais ça se voyait que le serveur était réellement ravi de venir offrir le champagne.

-J'espère que tu ne me feras pas disparaître comme le bouchon si je t'énerve trop.

Je retiens une vague de questions sur ses facultés. Il m'a déjà donné une vague description de ce qu'il pouvait faire et ça peut lui donner l'impression que je veux trouver un angle pour l'affronter si je cherche ses limites. Mais je suis curieux. Lors de l'évasion, il n'a pas trop montré ce dont il était capable. Après l'activation de Neil, il n'avait de toute manière pas besoin de faire grand-chose. À quel point peut-il agir sur la matière? J'ai essayé de faire disparaître des objets, mais je n'y suis arrivée qu'une fois avec une souris… qui est un être vivant et non un objet, je sais. J'ai trouvé cruel de retenter l'expérience sans maîtriser mon pouvoir, parce que je n'ai pas réussi à ramener la souris. J'arrive à disparaître… Enfin, j'explose et je me reconstruis, mais je n'ai eu ni l'espace ni l'occasion de faire progresser cette faculté. On ne vit pas tous dans un bunker de super vilain.
Theodore Wu
Theodore Wu

Messages : 12
Date d'inscription : 25/06/2019

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Revenir en haut Aller en bas

Vers de nouveaux horizons [Theo] - Page 2 Empty Re: Vers de nouveaux horizons [Theo]

Message  Yitzhak Anavim le Mer 30 Oct 2019 - 22:16

Ma blague parvient à le faire rire. Je me félicite intérieurement. J'ai réussi à plaisanter sans être méchant ! Mais, il faut que ce serveur nous interrompe à cet instant précis pour nous offrir du champagne. Je suis pris au dépourvu. Et, même si la démarche est sympa, elle reste une intervention à laquelle je n'étais pas du tout préparée. Donc, je réagis maladroitement. Je suis confus, je ne sais pas trop quoi dire, j'avais pas forcément envie qu'on m'envoie direct ma célébrité dans la gueule alors que j'essaye de mettre Theo à l'aise et de passer pour quelqu'un d'un peu normal après tout ce qu'il a pu voir de moi. Bon, c'est peine perdue, de toute façon, pas vrai ? Je crois pas que je pourrais lui apprendre un seul truc qui soit ordinaire à mon sujet, c'est même pour ça que j'ai renoncé au projet de me faire des amis ou des relations amoureuses. Au bout d'un moment, avoir droit à des réactions surprises, sceptiques, hallucinées, dès que tu donnes une nouvelle information sur toi, c'est lassant. Et puis, à qui pourrais-je faire assez confiance pour aller assez loin dans les confidences ? Je ne peux pas avoir de certitude quand je rencontre une personne. Et, à partir du moment où je commence à lui mentir, c'est juste mort pour espérer repartir sur d'autres bases. Parler me rendrait vraiment trop différent de la personne à laquelle on a cru s'attacher. Je prends le temps avec Theo parce que je l'ai libéré. Ça nous fait un lien spécial, même si on pourrait dire qu'il est forcé. Je ne me cache pas de grand-chose au sein même de la Confrérie non plus, mais ce sont des relations de type professionnelle disons, rien d'incroyable, et je crois que beaucoup me prennent quand même pour une sorte de dingue aux capacités intellectuelles et mutantes utiles.

Je suis assez reconnaissant à Theo de ne pas en rajouter sur l'intervention ou ma « célébrité », il préfère me suggérer d'en profiter pour me faire offrir des coups dans d'autres établissements. Ça me fait sourire aussi. J'aime bien l'idée. Si c'est prévu, ça ne me dérange plus du tout d'abuser de mes privilèges, au contraire, c'est un programme amusant. Le regard plus brillant, je lui lance :

– C'est un risque qu'on va devoir prendre ce soir alors, ce serait intéressant à vérifier.

Bon, si les autres bars ne m'offrent rien, je vais avoir l'air con. Mais je n'ai pas prévu d'attendre sagement qu'on m'offre quelque chose, en fait. Je pense carrément m'annoncer et demander à ce qu'on me serve un truc. Je préfère m'assurer le contrôle de la situation ainsi que sa réussite. C'est vrai quoi, pourquoi refuserait-on de m'offrir quelque chose si je le réclame gentiment ? Qui oseraient me dire que je dois payer comme tout le monde ?
Quand j'ouvre la bouteille, Theo fait une plaisanterie qui laisse néanmoins deviner une certaine inquiétude à l'égard de mes capacités. Il m'avait déjà fait une remarque concernant ma tendance à faire disparaître des choses, comme les barreaux de la prison de Neil. Je déduis donc que c'est pas un truc qui le rassure tellement. Il garde le sourire, mais je crois qu'il a vraiment peur que je puisse le désintégrer si je pétais soudain un câble. Ça m'ennuie, ce genre de doute qu'il peut garder sur moi alors que j'essaye de le mettre en confiance. J'ouvre donc ma main au-dessus de la table et le bouchon de liège ressort intact pour retomber sur la table.

– J'absorbe la matière, je ne la fais pas disparaître. Mais ça ne fonctionne pas avec les organismes vivants. Quand tu me vois changer d'apparence, c'est juste parce mon corps n'est plus entièrement organique, je l'ai modifié pour exploiter toutes les possibilités de ma mutation. Tiens, touche ma main.

J'avance ma main droite vers lui. Et j'attends qu'il pose ses doigts sur son dos pour commenter.

– Là, j'ai une peau normale. – Je la recouvre d'une pellicule synthétique, le changement n'est presque pas visible à l’œil nu. – Et… maintenant c'est du latex. On ne remarque presque rien, pas vrai ? – Je laisse toute ma main se recouvrir de métal. – Je garde toujours une bonne dose d'atomes étrangers en moi pour recomposer ce que je veux à partir de mon corps. Sinon, je me sers sur mon environnement.

Je me tais. Je réalise seulement alors que je viens de créer une situation bizarre, encore, pour faire ma petite démonstration. Je revois l'hésitation de Theo avant de poser sa main sur la mienne. J'ai d'abord pris ça pour de la crainte, mais rien à voir je crois. C'est juste que je me suis encore montré bizarre et à la masse concernant les conventions. N'importe qui nous prendrait pour un couple s'il regardait vers nous maintenant. Je suis vraiment débile. Pourtant, il ne retire pas sa main, c'est moi qui le fait, en essayant de ne pas montrer le trouble que je me suis provoqué tout seul. J'aurais pu ajouter d'autres précisions sur ma mutation mais je crois qu'il vaut mieux en rester là pour l'instant avant que j'ajoute des conneries. On va dire que c'est l'alcool qui me monte trop vite à la tête. D'ailleurs !

– Enfin, il est temps de goûter ce champagne !

Je lance ça brusquement en attrapant la bouteille pour nous servir, et boire dans la foulée une gorgée de mon verre.

– Et toi, t'es plus polyvalent niveau matière, je crois, avec ta mutation.

Vu que je suis bon qu'à faire et dire des trucs bizarres, je vais lui laisser la parole, je crois que ça vaudra mieux. Et puis, c'est pas que ce qu'il peut avoir à me dire sur son pouvoir m'intéresse pas. C'est juste que je préfère, en général, que les gens parlent d'eux-mêmes plutôt que leur poser des questions sur eux. Ils sont libre de me dire ou pas ce qu'ils veulent, j'aime pas trop chercher les informations s'ils sont pas capables de s'exprimer, même si je sais qu'on le prend souvent comme de l'indifférence de ma part. Donc, c'est pas plus mal, on va dire que ça me force à faire des efforts sociaux pour rattraper ma maladresse sociale.

_________________
Vers de nouveaux horizons [Theo] - Page 2 Tumblr_m8gyt32EAQ1r59b0d
Scipion : Je puis nier une chose sans me croire obligé de la salir ou de retirer aux autres le droit d'y croire.
Caligula : Mais c'est de la modestie, cela, de la vraie modestie ! Oh ! cher Scipion, que je suis content pour toi. Et envieux, tu sais... Car c'est le seul sentiment que je n'éprouverai peut-être jamais. [Caligula, Camus]
Yitzhak Anavim
Yitzhak Anavim

Messages : 192
Date d'inscription : 05/03/2015
Localisation : Etats-Unis

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Revenir en haut Aller en bas

Vers de nouveaux horizons [Theo] - Page 2 Empty Re: Vers de nouveaux horizons [Theo]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum