Arkham Boston?

Aller en bas

Arkham Boston? Empty Arkham Boston?

Message  Anna R. Marie le Mer 13 Fév 2019 - 0:49

Si j’étais l’une des meilleures politiciennes de toute l’Histoire de l’Humanité, je me serai promis de jamais m’aventurer dans le secteur des Héllions. Non, non, je ne les détestais pas du tout, c’était juste dans mon dilemme et dans ma terreur totale de vivre dans l’entouraged’Emma Frost. Elle avait toujours une réputation assez particulière dans les X-Men, et elle le conservait toujours autant dans ces positions ou dans son rôle de leader chez les Héllions. Je ne m’insurgeais pas contre leurs fameuses idéologies, leurs directions me laissaient toujours un sentiment d’incompréhension. Je n’avais jamais tenté par ces rôles de critiques d’influences ou dans des politiques. J’avais toujours été extrêmement terrifiée à mes débuts dans les X-Men de me retrouver en face des pires idéologies politiques. Je détestais entendre des discours politiques, qui se versaient entre le classique et les répétitions. J’étais terrifiée d’avoir un cancer au cerveau juste en entendant les discours et les politisations. Alors quand j’étais au milieu d’une prison dans le sous-sol de l’Institut Xavier, la propagande confrériste m’avait convaincue de rester toujours dans les critiques de cette politisation. Finalement, les X-Men n’étaient pas ainsi. Bien que certains pouvaient être attirés par les discours politiques, d’autres préféraient les vulgariser et lâcher les gens extrêmement sérieux qui permettaient des réflexions hors-du-commun, comme mon sens critique exceptionnel.

À accepter de me rendre dans les Héllions et à sa fameuse Académie, je brisais ma promesse électorale de ne jamais me rendre là-bas. Dans mon cœur, j’étais réellement horrifiée d’une politisation à une place ou l’autre. Emma était une personnalité controversée chez les mutants, même dans son parcours dans les X-Men. Je n’avais jamais été une grande amie de celle-ci, elle était trop différente de moi pour me donner un réel intérêt envers la blonde plastique. Avec son départ et la création des Héllions, je percevais un grand fossé idéologique entre nous deux. Plusieurs X-Men avaient accepté de faire une transition vers là-bas, j’en prenais consciente et je le considérais aussi comme un échec pour les X-Men. Ce n’était pas dans une critique des X-Men, je croyais plutôt à une évolution logique de certains groupes devenant trop nombreux et avec plusieurs personnalités différentes. Comme avec Valerie Hopkins, Rockslide, Julian Keller et Mercury se sentaient peut-être perdus dans l’organisation des X-Men. Et avec raison, leur mentor avait disparu et ils n’avaient pas les mêmes relations avec Scott Summers que leur blonde favoris.

Alors, il était assez difficile de critiquer ces choix de départs, mais il était réellement plus intense d’entendre tous les discours politiques. Comme plusieurs X-Men, j’avais suivi avec tous les neurones disponibles le débat entre Kitty et Emma et pour le peu que je puisse me rappeler, j’étais très loin de cette représentation que la Reine Blanche aimait bien mettre en évidence pour les mutants. Je n’étais pas contre l’idée de voir des X-Men se joindre au groupe, si cela pouvait créer des nouveautés, pourquoi pas? Comme dirait une petite Kitty qui aime l’analyse des politiques : « Ce n’était pas parce qu’un mouvement est conservateur qu’il ne peut pas changer et avoir quelques réformes. » Et pour moi, cette phrase incarnait parfaitement l’aspect désiré des Héllions : Ils se voulaient d’un ton progressisme, mais avec des valeurs un peu plus conservateurs. Mais, c’était encore très loin de mon monde, je préférais sérieusement ne plus toucher à ces codes et peut-être juste critiquer le style vestimentaire d’Emma Frost.

En allant à Boston, discrètement dans un vol extrêmement rapide, mes vêtements étaient dans le code vestimentaire civil. Un pantalon de sport jogging et un chandail lourd faisaient place à mon costume vert préféré derrière. J’avais bien sûr mon sac à dos pour le voyage, j’avais plusieurs craintes de manquer de café et de chocolats dans ce lieu extrêmement bourgeois. Ils avaient peut-être juste du Thé et du pain raffiné dégueulasse. Je devrais m’attendre à tout pour la suite. J’avais même des craintes qu’on me demande de changer mon costume vert en costume rose… Cela serait sincèrement horrible… J’avais tellement de classe avec ce costume, comment on pourrait demander de le changer pour la couleur de la virilité au Moyen-âge?

Je vérifiais parfois avec le GPS conçu par Tessa et par Forge ma localisation. Avec ma vitesse et mes réflexes, cela m’aidait énormément à me retrouver plus facilement. Bien que je soupçonne que Tessa voulait aussi me localiser en cas de danger avec cet appareil, on connaissait les délires avec les délires de Weapon X et dans l’univers de Rachel Summers. J’arrivais rapidement devant le fameux bâtiment, de toute façon, j’avais regardé sur l’internet l’image de ce manoir avant de partir. Devant ce grand édifice, ressemblant à l’une des anciennes demeures du Club des Damnés, je me posai doucement devant la grille. Sans ma montre holographique, cela ne me dérangeait pas pour le moment de montrer ma mèche blanche. Même méfiante envers Emma, je me sentais assez en sécurité pour éviter de me faire juger par des jeunes qui aimaient bien le populisme de Carol Danvers.

Regardant la grille devant moi, je restais en dehors du territoire des Héllions. Je ne voulais quand même pas activer les alarmes et le système de défense. Me dirigeant vers l’intercom, j’activais le mécanisme de communication : « Ici, Anna le Corbeau, ici, Anna le Corbeau, je suis là pour une mission terriblement secrète, veuillez me faire rentrer. » Après avoir lâché le bouton, je cherchais doucement la caméra pour confirmer mon identité. Avec ma mèche blanche, c’était encore plus facile de me reconnaître. Je me préparais mentalement pour recevoir Emma Frost, une blonde extrêmement dangereuse.

Pourquoi? Parce que principalement, les blondes bostoniennes étaient principalement menées par leurs costumes étranges et leurs discours politiques. Pratiquement dans tous les univers, Emma Frost avait souvent été une femme très controversée. Vers la finalité de l’univers de Rachel et d’Aislinn, elle était au centre des créations des écoles mutants, mais avec un certain autoritarisme, rappelant un contrôle et une influence assez critiqués. Emma Frost, dans l’univers de Jasmine, elle était devenue une terroriste internationale, remplaçant même Magnéto un peu partout sur le globe. Alors, comment étaient-ils possibles de trouver des blondes de confiance à Boston? Ok… il était possible de donner le nom de Jasmine Spark, mais il était important de se souvenir que la Rogue de son univers lui en voulait. Et si une Rogue de un univers lui en voulait, peut-être que le complexe de Rogue devrait venir un système de défense utile contre ces blondes dangereuses de Boston. Je devrais en faire part à Alexandra Gruff ou aux Cuckoos pour leurs recherches à l’Université. Faisant les cents pas, j’attendais impatiemment au début de la matinée pour m’ouvrir. Malgré mon coté brute, j’étais capable d’être polie.

_________________
Arkham Boston? 902726signbis
Anna R. Marie
Anna R. Marie

Messages : 675
Date d'inscription : 21/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Arkham Boston? Empty Re: Arkham Boston?

Message  Stepford Cuckoos le Lun 25 Fév 2019 - 8:30


Les Hellions et le Bureau of Paranormal Research and Defense ont des contacts relativement limités, malgré que nos quartiers généraux se trouvent au sein de la même ville ; ou peut-être à cause de cela. Young Force et Vengeurs partagent également une ville et s’évitent généralement, même s’il n’existe pas la même inimité entre les organisations newyorkaises et les bostoniennes. Un facteur important est sans doute la spécialité de chacun, le BPRD n’ayant pas de réelle compétition. Difficile de dire si cela faciliterait une collaboration ou non, surtout considérant que le contact d’aujourd’hui est né d’échanges de provocations qui ne dépareilleraient pas chez les newyorkais. Dieu merci, la confrontation va se faire de façon plus civilisée qu’une attaque comme celle de Mme Danvers, Mlle de l’Umbra ayant défié "tous les Hellions qui l’osent en équipe contre elle". Céleste ne l’ose pas, à l’inverse de Phoebe. Mindee, elle, a rappelé qu’on a mieux à faire. Pour interagir de façon constructive avec le BPRD, on pense que se tourner vers des personnes comme Mlle Zatara, Mme Murray, Mr Strange et Jubilee serait préférable ; la dernière pour des raisons personnelles, étant une amie de longue date même si le soutien qu’on lui a fourni après son infection par le vampirisme n’a suffit à ce qu’elle retrouve sa place à l’Institut et qu’on ne l’a pas revue depuis l’enterrement de Sophie. Ce n’est cependant pas un membre du Bureau que l’on va rencontrer, même s’il s’agit aussi d’une ancienne amie. Esmé avait été curieuse d’Anna Raven Marie dès qu’elle avait appris son ancienne condition de terroriste confrériste ; condition amenant les quatre autres à préférer l’évitement. Cependant, les remords et la volonté de seconde chance de l’ancienne criminelle comme de l’Institut avaient conduit à donner ladite chance de notre côté. Sophie et Mindee avaient fini par rejoindre le sentiment d’Esmé ainsi, quand bien même elle pouvait intimider Céleste et agacer Phoebe, Rogue était officiellement devenue l’une de nos amies. C’était avant les décès, c’était avant les Diamond Cuckoos, c’était avant qu’on lui dise que notre amitié était morte avec notre sœur. D’une certaine façon, elle a bien réagi à l’époque : elle a tourné la page. D’une certaine façon, on a tourné la page également en quittant l’Institut, de similaire manière à Jubilee avant nous. D’une certaine façon, les pages tournées ne l’ont pas complétement été. Anna est prête à venir jusqu’à l’Académie pour nous voir. Céleste ne sait pas si elle ne trouverait pas ça plus facile d’aller avec les autres affronter la mercenaire du BPRD. Phoebe sait que cela serait moins prise de tête et plus dans l’esprit d’une équipe. Mindee suppose que c’est parce que c’est plus important personnellement que c’est plus difficile. Céleste lui accorde le point. Phoebe est aussi en accord même si sa difficulté n’est pas la même que celle de notre benjamine. Mindee souligne qu’Anna est la première à faire le déplacement jusqu’ici, c’est encourageant ! C’est gentil ! Manquerait plus que le fait qu’on vaille le déplacement soit une opinion majoritaire. Est-ce l’approche de la Saint-Valentin qui rend Phoebe grognonne ? Plus grognonne que d’habitude, tu veux dire ? C’est de votre faute. Mais non, on n’a pas encore tout gâché, assure Mindee. Elle prend de l’avance sur son mécontentement, pense Céleste. C’est pas sur Bayonetta que je vais taper, c’est sur vous, averti Phoebe. Sauf qu’on a mieux à faire ; deux contre une, la majorité l’emporte.

Tout en continuant de discuter mentalement, on se tourne simultanément vers le téléphone de celle au centre lorsqu’il nous avertit d’un sms. Le crochet par notre appartement dans les logements du personnel à l’est de l’Académie, un peu au sud du bâtiment administratif, nous a permis de nous rafraichir avant d’aller à la rencontre de notre invitée mais il semblerait qu’elle soit en avance. La propriétaire de l’appareil s’en va nous le confirmer tandis que les deux autres finissent de passer leur manteau polaire bleu sur leur sous-pull blanc et leur jupe noire à perles, ces dernières couvrant des collants chairs également enserré par des chaussures à talon. Un sourire se dessine sur les lèvres de celle du centre et se répand chez celle de gauche tandis que celle de droite lève les yeux au ciel.

Anna le Corbeau, Mindee aime beaucoup le train d’humour pour éviter d’avoir à évoquer explicitement Raven. Céleste est d’accord et se demande si la mission terriblement secrète est bonne pour notre réputation. Phoebe admet que l’humour lui a peut-être manqué mais que l’avance de l’X-Woman signifie également notre retard. On en arrive toutes à la même conclusion : on doit se dépêcher ! Etant un campus universitaire, l’Académie est bien plus grande que le manoir colonial de l’Institut. Les deux entrées routières du campus sont au sud-ouest et au sud-est tandis qu’une piétonne, au nord-est, franchit un cours d’eau à l’aide d’un pont pour mener au parc de l’Académie et à l’arène. A l’est, un parking termine la route autour du bâtiment administratif tandis que, à l’ouest, celle-ci se poursuit après le parking de la bibliothèque et contourne les bâtiments jusqu’au pont suscité et aux écures qui se trouvent après. Les seize bâtiments d’architecture géorgienne sont reliés entre eux par des chemins piétons ainsi qu’entourés d’arbres, d’une manière analogue à l’Institut, et fort heureusement les logements du personnel se trouvent entre les entrées et les parkings. On n’a donc guère de chemin à faire pour rejoindre notre invitée.

Le flanc du bâtiment administratif dans notre dos, on descend donc jusqu’à l’entrée la plus proche de celui-ci avec le pas légèrement rapide des personnes légèrement en retard. En ligne, on détaille Anna alors que les grilles s’ouvrent. A gauche, les bras sont croisés et le regard critique. A droite, les mains sont jointes et le regard un peu critique aussi. Au milieu, les bras sont lâches et le regard amusé. Toutes, on sourit.

C’est rassurant de voir que les déplorables goûts vestimentaires de notre connaissance n’ont pas changé. Si le haut peut aller, quand bien même un sac à dos est rarement élégant, le jogging est irrattrapable. On est toutes trois d’accord là-dessus, quand bien même Céleste n’oserait le faire remarquer, que Phoebe n’a pas intérêt de le faire remarquer et que Mindee lui fait la remarque. Chacune gère le mélange de contentement et d’appréhension à sa façon, même si cela ne transparait guère.

« Bienvenu à l’Académie du Massachusetts, Anna, dit-on à trois. On espère que tu as fait un bon voyage. »

Celle du centre est la première à s’approcher pour lui faire la bise, suivie par celle de gauche puis celle de droite. La première prend son temps, la seconde se presse un peu plus et la troisième suit le rythme. Prenant une position à égale distance de l’X-Woman, on appose toutes nos mains sur nos hanches puis celle du milieu prend la parole.

« Excuses-nous de ne pas te délester de ton sac immédiatement.

- On peut aller le déposer à notre appartement, si tu le souhaites,
renchaine celle de droite en désignant du regard le bâtiment en bord de route non loin.

- Il n’est pas aussi convenable que les chambres du Manoir Graymalkin mais on s’y fait. »

Bien que chaque membre du personnel bénéficiant d’un logement à l’Académie ait le droit de le meubler comme il le souhaite, il faut être lucide sur la différence entre cette construction à but utilitaire et une comme le manoir de l’Institut. S’il y a plus de similarité que de différence dans les chambres des étudiants des deux écoles, celles réservées aux invités d’un riche philanthrope sont d’un autre standing que celles des travailleurs d’une université internationale. Inutile de s’attarder sur la comparaison entre les "chambres" du Manoir Graymalkin et les "appartements" de l’Académie du Massachusetts, Anna aura tout loisir de constater par elle-même et on pourra donc le faire à ce moment-là.

« Comment vas-tu, demande-t-on à trois. Bien, on espère. »

Prêtes à retourner là d’où on vient comme à commencer une toute autre visite, on joint nos mains au niveau de notre bassin et conserve notre amabilité faciale avec le maniérisme qui nous a valu le nom de Stepford.

_________________
The Stepford Cuckoos

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 18

Stepford Cuckoos
Stepford Cuckoos

Messages : 280
Date d'inscription : 06/04/2018
Age : 25
Localisation : Académie du Massachusetts

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Revenir en haut Aller en bas

Arkham Boston? Empty Re: Arkham Boston?

Message  Anna R. Marie le Jeu 28 Fév 2019 - 0:39

Plusieurs grands intellectuels pouvaient bien me critiquer, ils pouvaient dire comment j’étais impulsive, bourrine ou détestable quand j’étais incapable de rester sur place. Ils pouvaient tous dire cela sans problèmes, je pouvais les prendre comme critiques. Tous ces arguments contre ma personne, ne me permettaient pas de comprendre mon ensemble intellectuel si développé. Ils avaient quand même oublié comment mon grand pouvoir avait des possibilités infinies. Je n’avais pas uniquement un seul esprit critique, j’en avais un deuxième, mais c’était celui de Carol Danvers. C’était celui où le patriotisme américain et le nationalisme fanatique l’avaient conquis complètement. Épousée à sa patrie, pour devenir une caricature d’elle-même, son esprit critique m’avait aiguisé pour connaître le mystère de Boston. Malheureusement, des personnalités aussi sadiques que diaboliques, affirment que mes neurones et que mon intelligence ont baissé depuis que j’ai touché à Carol. Tellement offusquant ce type d’idées contre ma magnifique personne, je vous maudissais tous. Ma connaissance bostonienne devenait le point central de cette mission à Boston, mes analyses étaient tellement poussées que j’avais encore du mal à comprendre que le BPRD avait encore sa base dans cette grosse ville américaine.

Je pouvais même devenir une consultante pour les relations entre les différents groupes bostoniens. Peut-être je pourrai même devenir mairesse de la ville? Cela ne serait pas classe, non? J’étais quand même présente dans le cœur de plusieurs mutants et je pouvais même parler de patriotisme classique pour attirer les religieux et le rednecks restants. En plus, en touchant accidentellement quelques Héllions, je vais bien pouvoir comprendre ce que les businessmen, aristocrates et bourgeois pourraient être charmé par mon discours. Vu les bâtiments et les décors, Emma n’a pas chômé pour plaire et se conditionner aux traditions richards de cette ville. Au moins, je suis encore présente pour rappeler l’art abstrait, digital et contemporain de la classe. On l’oublie souvent ce type de modèle, il est bizarre, mais c’est surtout avec cette individualité qu’on réunit la collectivité. Cela n’intéresse plus personne de voir des idéologies rassemblés des gens, ce qui réunit les gens, c’est qu’on accepte les différences et les diversifications au sein d’un seul groupe.    

Vous voyez? J’espérais être payée pour devenir la consultante du siècle. On ne pouvait pas me blâmer de ne pas réfléchir. Regardant les petites Cuckoos arrivées enfin, je répondais d’abord avec le sourire. « Bon voyage? Le meilleur de tous, tu veux dire. Le Rogue Transport est une entreprise aérienne, notée cinq étoiles. Pas couteux, mais vite et confortable. » La meilleure compagnie de tous les temps, selon la Tour Trump. Avec cette information, les trois petites, filles de Frost, pouvaient comprendre le système macro-économique du monde actuel. Par leurs approches de faire une bise, je les arrêtais assez rapidement. Le Rogue Transport était quand même radioactif. En plus, à la moindre petite erreur dans le calcul de la bise, on perdait connaissance par sa beauté et sa qualité.

Souriant devant la remarque sur le sac, je prenais mon air normal. « Aucune inquiétude, je suis capable de porter Piotr, Logan et Psylocke en même temps. N’imagine pas qu’un petit sac comme celui-ci va être mon plus puissant adversaire. » Je n’étais quand même pas contre le fait de porter mon sac à l’appartement. Si Rockslide fonce sur moi pour me faire un câlin, je pouvais peut-être lui faire une prise de karaté afin de le projeter au sol. J’avais besoin donc de mes deux bras pour faire ce type de mouvements. Lui faisant un signe avec ma main pour donner mon accord, j’étais prête pour voyager à travers les différents bureaux administratifs pour trouver ma chambre. Malheureusement selon mes nouvelles amies, la chambre ne serait pas aussi confortable qu’à l’Institut Xavier. « Donc le site… AnnaTheRaven.com, avait raison. Le forfait de Rogue Transport pour aller au Boston est peut-être moins couteux, mais la chambre n’atteint pas le luxe du Xavier Hotel. Quelle arnaque! » C’était assez horrible en réalité, mon humour pouvait plomber complètement une discussion sans aucun problème. « Aucun problème, hein. Je ne viens pas ici pour dormir, de toute façon, selon les grandes paroles de sagesse : Dormir, c’est pour les faibles! »

Je m’inspirais de grandes sagesses pour ma philosophie, cependant, j’allais prendre le maximum de mes efforts pour donner une mauvaise note sur l’Hôtel Frost. Par ces mauvaises nouvelles, une après l’autre, on me demandait de mes nouvelles. « Je vais très très très mal. Avant de partir, le méchant dragon de Kitty a encore volé toute la crème glacée. Il le défends pour cette intello. Et après, selon un grand sondage scientifique, Betsy me bats encore pour être la X-Woman la plus sexy. Tu t’en rends compte comment c’est horrible? Et je ne te parle même pas de Jasmine, une terrible Carol 2.0, pire que Carol. Elle me rappelle toujours comment la double de moi-même, était devenue une figure comme Wonder Woman dans son monde. J’espère pour celle-ci qu’elle n’avait pas un costume aussi débile. Et le pire dans cette histoire, Jasmine m’a dit que cette Anna portait du rouge. Du rouge! Quoi! Prochaine étape, c’est le lasso. Tu vois comment je souffre dans ce monde rempli de certains X-Men diaboliques? À part ces tragiques évènements, je vais bien. Et toi, tout roule comme des skates extrêmes en Islande? » Kitty, Betsy et Jasmine, des menaces pour mon intégrité mental et physique. C’était assez horrible.

« Et vous survivez bien à part ça? Pas de Rocky trop gonflant? » Ou encore de Keller, mais je donne un petit deux dollars américains (Ou canadiens) que le jeune télékinésiste est encore attiré vers les jolies anciennes assassins. Je plains déjà la petite Michelle de subir les mêmes difficultés que Laura contre ce tricheur pervers. Au moins, il suffisait de lui donner un bon coup de pied en direction de ses bijoux. Mais, on savait très bien que cela n’empêchait pas les récidives pour Julian…

_________________
Arkham Boston? 902726signbis
Anna R. Marie
Anna R. Marie

Messages : 675
Date d'inscription : 21/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Arkham Boston? Empty Re: Arkham Boston?

Message  Stepford Cuckoos le Ven 8 Mar 2019 - 7:41


Le voyage s’est bien passé et Anna est bien plus enthousiaste à celui-ci qu’à notre approche pour faire la bise, laissant celle du centre interrompue dans son mouvement alors que celle de droite se fige et que celle de gauche se blase. L’instant d’après, nos expressions s’harmonisent alors qu’on se rappelle.

Les pouvoirs de drain, ce dit Mindee. La perte de l’habitude, ce dit Céleste. Trois cerveaux et pas un seul pour y penser, ce dit Phoebe. On est blondes. On est bêtes. Parlez pour vous.

Les mains sur les hanches effacent le sentiment de maladresse et la discussion continue normalement, chacune parlant à son tour. Quand vient celui d’Anna, on sourit toutes trois avant d’acquiescer à son euphémisme : avec une force comme la sienne, c’est plusieurs centaines de personnes qu’elle peut porter en même temps. Le signe manuel est noté puis celles du centre et de gauche dégagent l’une de leur main pour inviter notre invitée à avancer entre nous, notant la réponse humoristique d’un sourire amusé pour la première et d’un sourire en coin pour la seconde. La troisième, désormais un pas en retrait, a un sourire de gêne mais l’X-Woman se rattrape immédiatement, peut-être de crainte d’avoir accomplie une maladresse, et elle conclut sur une "grande parole de sagesse" polysémique.

« C’est exact que ce sont les perdants qui dorment, approuve la seconde, à gauche.

- Et pour avoir une nuit complète, les forts dorment plus vite, renchérit la première, au centre.

- C’est bien de dormir, selon le lieu, conteste la troisième, en retrait.

- C’est vrai que Mlle Frost aurait pu faire construire plus qu’une base lorsqu’elle a racheté le campus, exagère la seconde.

- On ne réclame pas un cinq étoiles mais c’est parce qu’on a été bien éduquées, souligne la première.

- Et puis il y a des quatre étoiles corrects, il ne faut pas croire. »

Après, c’est hors sujet, note Mindee. Après, notre appartement n’est probablement pas au niveau, note Céleste. Après, c’est un détail, note Phoebe.

La conversation comme le trajet se poursuivent sur une question plus immédiate. L’ironie d’Anna concernant sa santé nous fait réagir d’un même levé de sourcil serein alors que l’on marche en un léger U, incluant notre amie dans le groupe malgré notre inégale répartition autour d’elle. On l’écoute toute trois avec attention même si seules celle du centre et celle de gauche la regarde, étant au plus près d’elle. Les problèmes d’Anna s’enchainent en une forme d’acharnement collectif qui nous fait plus commenter mentalement qu’empathir même si, oui, un se rend compte comment c’est horrible aux deux tiers ; au centre et à droite. Anna s’est tout fait voler : la crème glacée par Mlle Pryde, la popularité par Mme Braddock, la puissance par Mlle Sparks, et la classe par une alter-égo portant du rouge !

« A part la température islandaise, tout roule, confirme celle du centre, à qui nous semble destinée la question. Pas de crème glacée à voler, c’est dangereux pour la ligne et on a ce qu’il faut niveau soutien moral.

- Voler de la crème glacée en hiver, faut être vraiment vicieux,
souligne celle de droite.

- Se faire battre par Lookheed, on en parle, demande sarcastiquement celle de gauche.

- Quand aux sondages, tu sais ce qu’ils sont.

- L’opinion d’un échantillon de population à un moment donné, ça peut vite changer.

- Mme Braddock doit gagner les faveurs des machistes si ce qu’on dit sur ses entrainements avec Mr Cage est vrai.

- Et le patch Carol 2.0 évite à Mlle Sparks d’avoir les problèmes mentaux de la 1.0.

- Elle ne dit ça que pour te provoquer.

- Peut-être veut-elle que tu vainques Wonder Woman ?

- Puis le rouge, il y a pire.

- Et on dit pas ça parce que c’est proche du rose.

- De toute façon, le mieux reste le blanc.

- Mais s’il y a trop d’X-Men diaboliques à l’Institut, tu es la bienvenue ici.

- Même si c’est juste pour un temps.

- Après, il y a des difficultés aussi.


La première à venir en tête de Mindee c’est Namor McKenzie. La première à venir en tête de Céleste c’est Mr McKenzie. La première à venir en tête de Pheobe c’est Namor. On est unanimes. Après ça varie : Mindee déplore le manque de tact de Mlle Shaw, Céleste déplore l’inimité de plusieurs Hellions pour les membres des autres groupes sur ce seul principe, Phoebe garde rancune à Mlle Drew même si elle n’est pas une difficulté en soi.

« Et vous survivez bien à part ça ? Pas de Rocky trop gonflant ?

- Phoebe, on vient de te poser une question, renvoie celle du centre au grand amusement de celle de droite comme d’elle-même.

- T’en penses quoi de lui, surenchérit celle de droite.

- On fait ce qu’on peut avec ce qu’on a, assure celle de gauche avec agacement, croisant les bras sans arrêter son avance. Mes animaux de compagnie ne sont pas aussi bien dressés que celui de Mlle Pryde.

- Comment tu parles de Santo,
s’outre la première.

- Sinon, oui on survit bien, répond celle de droite. Certaines relations sont compliquées mais on se sent mieux qu’à l’Institut.

- On a une équipe, avec Santo, Julian et Cessily. "Nouveaux Mutants" à l’Institut, "Nouveaux Hellions" à l’Académie. On n’a fait qu’une mission pour l’instant, le travail d’équipe était efficace mais c’est après que Michelle a échoué.

- Cela étant, il n’y a eu aucun mort et on espère que tout le monde sera partant pour d’autres missions. Sinon, Phoebe est consultante à la Mairie de Boston tandis que moi je fais de la communication pour les Hellions.

- On tâche de participer au mieux aux vies du groupe comme de l’Académie. Se reconstruire, trouver notre place, retrouver une famille, réparer des amitiés.
»

Celle de droite se tait et les deux autres lui emboitent le pas, créant un instant de silence dont on dissimule le malaise. Malgré les aléas, nos interactions avec Anna se passent bien. Elle ne nous fait pas ressentir la distance que l’on a mis entre nous par le passé, quand bien même on en démontre des traces comme avec la volonté de bise, mais c’est un fait qui plane à l’arrière-plan de nos pensées et de nos émotions. Réparer des amitiés, c’est délicat. Tant parce que, dit aussi ouvertement, cela peut être mal pris, que puisqu’on en a laissé beaucoup à l’Institut quand on en est parti. Peut-être aussi parce qu’il y a des choses qui ne sont pas réparables. Les morts, la vérité et la trahison ont fait mal. Elles le font toujours. Heureusement, on est trop Marie Sue pour en témoigner.

« Tout un programme, dit-on à trois, avec un sourire confiant mais forcé. Merci d’être venue. »

On quitte la route pour emprunter le chemin piéton et arrive donc aux logements de faculté Est. Le bâtiment de briques rouges rendues rosées par le temps nous fait face, légèrement surélevé par d’autres grises. Les quelques marches qui séparent sa double-porte du sol sont d’abord franchies par celles de droite et de gauche qui tournent les poignées et tiennent les portes pour laisser Anna et la troisième entrer.

_________________
The Stepford Cuckoos

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 18

Stepford Cuckoos
Stepford Cuckoos

Messages : 280
Date d'inscription : 06/04/2018
Age : 25
Localisation : Académie du Massachusetts

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Revenir en haut Aller en bas

Arkham Boston? Empty Re: Arkham Boston?

Message  Anna R. Marie le Ven 8 Mar 2019 - 17:18

Je pouvais craindre les tonnerres d’Emma Frost pour la suite. Comment il était possible que je puisse critiquer sa grande Académie, adepte de la liberté d’expression et de la Vérité avec un grand V? Comment je pouvais ainsi critiquer cette grande école, qui se voulait supérieur à tout niveau à l’Institut Xavier? Ils formaient quand même les meilleures générations de toute l’Histoire de l’Humanité pour notre protection. Ouais, je le savais, j’étais une personne horrible pour porter un tel jugement. Par mes nombreuses formes d’ironies actuelles, je critiquais peut-être le culte impérial de la Reine Blanche. Je me demande si c’était donc un crime ou pas, est-ce que j’allais être fouettée, avoir les yeux arrachées et pendue pour ce type de crimes? Je n’avais jamais été trop monarchie, mais une fois, quand j’étais plus jeune et qu’on avait abusé trop de bières entre jeunes X-Men rebelles, Kitty me parlait de comment des papes et des rois fous avaient le malin plaisir de castrer, d’égorger, de démembrer et de monstruosités aussi importantes. À ce moment, je pensais peut-être qu’elle était en train de finir ses études sur l’époque médiévale. Les pires sévices étaient ainsi au rendez-vous dans nos discussions…

Peut-être que c’était la Reine de l’Académie, qui avait puni ses trois gamines, de me donner une bise pour les condamner à l’inconscience? Cela pouvait être parmi les nouvelles punitions contemporaines. Mon pouvoir de détective n’était pas encore complet, il fallait que je le développe toujours plus. Peut-être que j’allais gagner des points supplémentaires en trainant ainsi pour découvrir les secrets de l’Académie et des Héllions. Par exemple, je me demandais sincèrement si certains Héllions cherchaient vraiment à porter du rose. Je n’en doutais pas pour Erica Penn, Jojo Shaw ou même Rachel Williams, mais j’en doutais beaucoup pour Michelle et pour Banyat. Ils n’avaient pas la gueule pour un déguisement rose.

Mais passons, on avait un sujet bien plus important à discuter : Les perdants. Une catégorie qui ne m’appartenait pas du tout. Dormir était leur activité préférée durant des défaites, cherchant peut-être à ignorer leur état. Personnellement, je ne dormais que selon les deux dernières options proposées des Cuckoos. Jamais, je ne dormais pour une défaite, sauf si c’était par accident. J’étais quand même la puissance incarnée et monstrueuse des mutants. « Ouais, mais je vois déjà plus des gens se servir du dodo pour l’après-combat. J’ai étudié les faibles dans mon département scientifique de l’Institut Xavier, mes études en démontrent beaucoup sur ce sujet. » C’était très important de le retenir. Je pouvais être la plus grande intellectuelle sur le sujet. Mindee, Céleste et Phoebe réussissaient quand même ensuite à défendre leurs logements. Malheureusement pour elles, c’était uniquement au site du corbeau de juger leurs malheureuses chambres.  

La suite restait dans les souffrances de mes malheureuses aventures en tant que X-Woman. En tant que femme la plus puissante de l’univers, il était peut-être normal de me craindre autant. « Ne sous-estimez jamais ce dragon. Vous ne le connaissez pas. Ce n’est pas un dragon énorme et facile à viser avec un avion de guerre. C’est petit, espiègle et intelligent. Il peut bien se cacher n’importe où, nous regarder pendant des heures et quand sa proie glaciale est possible à atteindre, il s’élance. Et après, il disparait dans l’ombre comme un espion… ce n’est pas comme le dragon obèse de la Ligue des Justiciers, lui il possède la subtilité. » Je pouvais même parier mon salaire d’un mois, que peut-être ce petit monstre était un espion d’une agence internationale. C’était assez logique, pourquoi ce petit reptilien voudrait à tout prix soutenir une perdante comme Kitty?

Je n’avais pas trop compris l’idée des sondages. Je n’avais plus en mémoires les études méthodologiques et quantitatives des universitaires que j’avais osé toucher. Mais pour le coté que cela puisse vite changer, je pouvais comprendre. C’est que ce que Northstar et Kitty critiquaient beaucoup des défauts de la démocratie : À place de construire des fondements par le progressisme et les changements positifs, cela ne restait que des avis qu’ils pouvaient changer selon les candidats et les modes du moment. Mais la question n’était pas d’accepter les mutants ou pas, ou encore avoir le droit de vote pour les femmes, on parlait d’un sujet considérable. Comment cette vieille croute de Betsy pouvait être considérée comme plus belle que moi? « Pour gagner des votes dans cette compétition aussi rude qu’impitoyable, il faut perdre d’une façon assez sec contre un mec plus puissant que nous? C’est quoi cette arnaque?! » Dès que je quitte l’Académie, je vais aller me plaindre à Psylocke et lui demander des explications de cette technique cruelle de triche.  

Afin, on revenait sur  le sujet de Carol ou encore de Captain Marvel. Je préférais le nom de Captain Marvel, parce que je m’étais construite dans l’avis que Carol faisait un peu honte aux costumes. Selon des souvenirs plutôt vagues, le professeur de celle-ci avait aussi une meilleure réputation que la blondinette préférée de la provocation. Vaincre Wonder Woman? Je pouffai légèrement un rire d’ironie. « Je suis désolée pour Ororo, mais les X-Men, c’est rendu un niveau où qu’aucun membre de la Ligue des Justiciers peut se rendre. Ils n’ont plus le niveau pour nous suivre. Donc Wonder Woman, elle n’a plus aucune chance contre nous. » Je mimais avec les mains le niveau fictif subjectif que j’avais entièrement construis. « Et pour les costumes blancs, je ne suis pas sûre, surtout vu la gueule et l’apparence d’Emma. On ne lui a jamais conseillé de changer un peu… » J’étais qui pour critiquer la Reine de l’Académie? Je ne savais pas encore, mais peut-être une future femme de mode de super-héros. Je n’étais pas trop partisane des costumes qui montraient le ventre, Orenda et Heather en avaient aussi des costumes de ce type, mais pour moi, cela restait assez une mauvaise idée. C’était une excellente cible pour le combat. Et dans le cas de Frost, je trouvais honnêtement que c’était le pire costume de la planète. J’allais peut-être le suggérer à SuckMyGreek prochainement de faire un top 10 des pires costumes.

« Et oh… pour les X-Men diaboliques, je sais que cela semble complètement impossible à surmonter, mais j’ai un devoir à suivre. Je dois rester là-bas pour leur montrer le meilleur de tous. » Encore de la puissance de l’ironie éternel, cela pourrait être noter comme l’un de mes prochains pouvoirs prochainement. De plus, malgré toutes les désaventures que je passe à l’Institut Xavier, aucun groupe n’était parfait et on me le confirmait aussi. Phoebe parlait même d’une grosse roche moins docile que le petit dragon de Kitty. Je ricanais un peu devant les tentatives de flirt de l’ancienne recrue minérale des X-Men : « Cela ne m’étonne pas vraiment de Santo, au moins, il s’est trouvé de nouvelles cibles. Je croyais qu’ils allaient être malheureux sans ces cibles préférées : Paige, Amara ou Orenda. » Malgré toute sa perversité, c’est un bon bougre. Il n’était pas très méchant, mais il pouvait être naturellement gonflant, comme tous les pervers.

Pour le après, cela pouvait bien aller, même avec les Nouveaux Héllions. Je remarquais juste l’idée d’un travail d’équipe pour ensuite mettre l’accent sur l’échec de Michelle Drew. Comment c’était dit, je me demandais sincèrement si elles avaient une rancune contre celle-ci. « Cela arrive tout le temps des échecs dans des missions, il ne faut pas se souvenir de ça, il faut savoir surtout soutenir pour améliorer le tout. » Kitty était peut-être l’une des filles les plus agaçants du monde, mais je savais que si je devenais une perdante et une partisane du sommeil, elle serait là pour m’évacuer. Comme je serai là, si elle affrontait un danger puissant la dépassant. C’était comme ça dans tous les aspects des X-Men, on pouvait être compétitif, malicieux et parfois dans les défaites, mais on était avant tout une équipe remarquable dans des missions. Et oui, parfois, les missions les plus risqués, on devrait se porter garant de l’autre, mais c’est de cette façon qu’une équipe fonctionne : On a tous des faiblesses et des forces, mais il faut savoir nos limites et notre équilibre. Et même après des années d’entraînements, la perfection était impossible, encore.

Au moins, elles semblaient avoir trouvé des éléments extérieurs pour sortir de la super-sécurité. Phoebe était devenue consultante à la Mairie de Boston et l’autre faisait de la communication pour les Héllions. Et elles avaient bien sûr besoin de participer à la vie du groupe, se reconstruire, trouver leur grande place dans l’univers, retrouver une famille ou encore réparer des amitiés cassées. Tout un programme, en effet. « Vous savez que ce n’est pas obligé de faire un programme, laissez votre vie roulée et après vous allez voir que tout peut aller mieux. J’ai quand même réglé une histoire de vingt ans en uniquement une année dans ma tête. Au début, quand je me suis faite emprisonnée par les X-Men, je ne m’étais jamais rendue compte du mal que je faisais. Je me suis dis que mon monde était d’obéir et de détruire. Au jour, que j’ai touché Carol Danvers, je m’en suis voulue pour une grande partie de ma vie. Au début, c’était pour son coma. Après, c’était pour son état d’esprit complètement bousillé et détruit, cherchant toujours la vengeance et une haine viscérale contre les autres. Je me suis donc dis que c’était de ma faute. C’était de ma faute que Carol est devenue complètement folle. Elle était devenue un fardeau, non seulement pour les mutants, mais pour mon passé irréfléchi et autodestructeur. Je m’en voulais pendant toutes ces années d’avoir été peut-être la conséquence de cette monstruosité. » Je leur faisais un petit sourire pour la suite, afin de continuer. « Puis, j’ai rencontré Jasmine. Elle suivait principalement la même trame du passé de Carol. Une ancienne terroriste complètement folle est allée bousiller sa vie. Et plus que Carol, elle a perdu sa famille, elle a perdu son mentor et aussi son mari. Uniquement à cause moi. Enfin de ma double-alternative. Mais contrairement à Carol Danvers, elle a réussi à pardonner à cette Anna pour même faire équipe avec elle. »

Après avoir ouvert les portes, je me permettais de continuer : « Alors, pourquoi toujours m’en vouloir pour Carol, alors que Jasmine a eu un cheminement bien plus boiteux, mais qu’elle a été capable de me pardonner? Je pense m’être partiellement réparée comme ça. Et après, je ne vous dis même pas comment je me sentais conne de juste la juger à cause de ses ressemblances avec Carol, tant par son histoire que ses pouvoirs. Ne vous en faites pas pour le passé, le présent et le futur les préservent pour devenir meilleur. » C’était tout ce qu’il fallait retenir du reste de l’Histoire, pourquoi cherchez autant de conflits, alors que les solutions allaient venir seuls? Pour moi, c’était aussi simple qu’ouvrir une porte, les problèmes sur la conscience n’étaient que pour nous faire avancer et pour nous construire.

_________________
Arkham Boston? 902726signbis
Anna R. Marie
Anna R. Marie

Messages : 675
Date d'inscription : 21/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Arkham Boston? Empty Re: Arkham Boston?

Message  Stepford Cuckoos le Mar 26 Mar 2019 - 9:59


Anna voit déjà plus de gens dormir après un combat, on sourit à trois de compréhension. Quant à son "étude des faibles dans son département scientifique de l’Institut Xavier" et l’implication que cela a dans le point précédent, le sourire de celle de droite vacille tandis que celui à gauche devient unilatéral et que celui au centre se maintient. Tous s’harmonisent en une succession de vacillation, d’unilatéralité puis de simplicité à la défense contre la remarque sarcastique de celle de gauche.

Il ne faut pas sous-estimer, pour Céleste. Il ne faut pas surestimer, pour Phoebe. Ça vaut de manière générale, pour Mindee. Après, c’est vrai qu’avec une force comme celle d’Anna les choses plus grosses doivent être plus appréciables à attraper. Après c’est vrai qu’avec une technique comme celle d’Anna, il vaut mieux grossir la cible. Après Anna se considère comme un avion de guerre ? Pas étonnant qu’elle n’aime pas les créatures petites. Pas étonnant qu’elle n’aime pas les créatures intelligentes. Et si elle n’aime pas les créatures espiègles, est-ce qu’elle ne m’aime pas ? Si elle t’aime, la preuve elle t’a demandé comment tu allais, rassure Céleste. Elle t’aime autant que les créatures de son département scientifique de l’Institut Xavier, suppose Phoebe. Merci de votre soutien, conclu Mindee. Quant à l’embuscade, c’est très efficace pour attraper quelque chose. Comme n’importe quelle forme de piège d’ailleurs. C’est le principe de la subtilité, ou au moins de la préparation. C’est plus facile quand on est petit. C’est plus facile quand on est intelligent. C’est plus facile quand on est espiègle. Pas comme… le dragon… des Justiciers.

« On se doute. »

Une réponse à trois qui vaut pour tous les points des paroles d’Anna alors qu’on reprend les nôtres, conduisant l’X-Woman a une nouvelle indignation. Simultanément, nos sourires se font plus méprisants face à ce qui est cependant une réalité.

Principe de base… pour gagner des votes… il faut faire des trucs qui plaisent. C’est humain que de se diriger vers ce qui nous plait, pour Céleste. C’est la logique de la démagogie et elle ne s’applique pas qu’à la politique, pour Phoebe. Mme Braddock ne plait pas qu’à son public cible mais aussi à celui de son adversaire, pour Mindee.

On tait nos déformations professionnelles pour continuer sur l’agréable discussion, finissant même par faire pouffer Anna à notre tour !

Pauvre Ororo considérée comme une membre de la Ligue des Justiciers et pas des X-Men, se dit Céleste. Il y en a plein dans le même cas, se dit Phoebe. Il y a plein de retraités aussi, ça n’aide pas, se dit Mindee. Après, la Justice League n’existe plus donc elle ne se rend plus nul pars. Après, la Justice League s’est dissoute il y a quinze ans donc elle n’est plus d’actualité. Après, ceux qui sont encore en service ont pu continuer de s’améliorer. On est mal placées pour en témoigner. S’il faut vérifier, il y a la Sorcière de l’Umbra à l’arène. Ainsi que Josephine, Erica et Rachel, qui sont pas fan des X-Men.

« Et pour les costumes blancs, je ne suis pas sûre, surtout vu la gueule et l’apparence d’Emma. On ne lui a jamais conseillé de changer un peu… »

En parlant de pas fan, les costumes blancs ne font pas l’unanimité. En parlant de pas fan, Emma Frost ne fait pas l’unanimité. En parlant de pas fan, on entre sur un sujet délicat. Après, c’est justement parce qu’elle ne fait pas l’unanimité qu’autant de gens parlent et pensent sur elle alors qu’il est parfaitement possible de se rendre à l’Institut Xavier sans jamais avoir la moindre considération pour son fondateur et leader. Après, c’est vrai que le costume de Mlle Frost est fait pour une esthétique évoquant l’imaginaire du super-héroïsme tout en mettant en avant des attributs féministes au détriment de l’aspect pratique voire de la décence pour les milieux conservateurs mais il n’est pas le seul costume blanc… Après, c’est d’autant plus problématique pour nous d’en discuter qu’elle est plus que notre mentor et qu’aucune de nos relations avec elle n’est vraiment clair dans nos têtes. Heureusement… chacun pense… bien ce qu’il veut.

La réplique est encaissée de bonne grâce sans le moindre commentaire et la discussion continue. Les sourires aussi, l’autodérision clairement perceptible dans les paroles comme dans la fragrance d’Anna. Anna qui ne s’étonne pas vraiment pour Santo, nous laissant comprendre qu’elle a réellement cru que celle de gauche parlait de lui lorsqu’elle évoquait ses animaux de compagnie ! La faute à celle du centre ! Celle-ci comme celle de droite pouffent à deux en mettant la main devant la bouche, à l’inverse de celle de gauche dont le soupir est rauque et la levée d’yeux au ciel perceptible jusque dans les épaules. Aucune n’ajoute rien cependant, poursuivant sur les nouveaux Hellions et notre échec qui n’est pas pour enjouer plus celle de gauche.

« Soutenir ne doit pas empêcher les remises en question et les apprentissages, souligne donc la contrariée.

- Mais on est d’accord avec toi, assure les deux autres à Anna. Le principal c’est qu’on s’en soit tous sortis. »

Cela n’arrive pas à chaque fois, encaisse Céleste. Cela aurait pu ne pas être le cas, encaisse Phoebe. Ce sont les risques du métier, encaisse Mindee. On sait où s’améliorer. On sait comment s’améliorer. On sait qu’on s’améliorera en équipe.

Si la suite des paroles d’Anna ne s’introduit pas en tant que "grande parole de sagesse", elle se dévoile rapidement comme tel. Se reconstruire, trouver notre place, retrouver une famille, réparer des amitiés… ce n’est pas obligée d’être un programme. D’une certaine manière, on laisse notre vie rouler en effet puisque l’on n’a pas de plan, pas de stratégie, pour elle. D’une autre manière, on verrouille notre vie puisque l’on a des engagements, des buts, pour chacune d’entre nous. L’expérience que nous partage Anna a beaucoup d’échos car, si non n’avons pas vingt ans malgré ce que nos apparences et nos faux-souvenirs suggèrent, on ne s’est pas non plus rendues compte du mal que l’on faisait. Obéir, comme toute personne bien éduquée ce le doit mais là n’est pas notre problème ; Mindee n’a pas lutté contre l’Arme Plus. Détruire, comme toute arme conçue pour le faire mais là n’est pas notre problème ; Phoebe voulait le Phénix. On ne sait pas si nos regrets sont similaires à la culpabilité d’Anna, probablement pas. Les sentiments sont différents, tant avec elle qu’entre nous. Céleste, cependant, sait ce que cela fait. Mille cent vingt. Pas de haine. Pas de vengeance. Juste le vide. L’impossibilité de pleinement prendre conscience de l’étendue de son action. L’imagination qui cherche à appréhender, à donner une forme. On peut partager le deuil et le regret pour Sophie et Esmé. On le fait. On ne peut partager ça. On fait de notre mieux.

« Tu as eu de la chance d’avoir Mlle Sparks, conclut celle du centre, immobile au côté de la porte de notre appartement qu’elle n’a pas encore ouverte.

Et ton jugement c’est modifié avec le temps, poursuit celle de gauche, bras croisés. C’est normal. »

Sans doute devrait-il y avoir une troisième déclaration mais aucune de nous de regarde celle de droite, une main enserrant l’autre poignet tandis que le regard triste perce un visage insondable.

Ce n’est pas un lieu qui permet de reconstruire mais des personnes, voici ce que Céleste a retenu de l’expérience d’Anna. On a fait le bon choix en quittant l’Institut, voici ce que Phoebe a retenu de l’expérience d’Anna. Heureusement qu’on est ensemble, voici ce que Mindee a retenu de l’expérience d’Anna. On est incomplètes. On ne sera jamais complètes. Et ce n’est pas parce qu’on tuera dans l’œuf toute tentative de relation amoureuse !

« Et voici là où le présent et le futur commencent, reprend celle du centre en faisant finalement son devoir d’ouverture de porte.

- Bienvenue chez nous. »

Nos trois voix forment un chœur alors que l’on dévoile un appartement en longueur, commençant par un vestibule dont l’un des côtés contient une penderie d’un côté et le bar d’une cuisine américaine de l’autre. Les murs sont blancs, tout comme la penderie. Le sol est bois, tout comme le bar. Le tapis d’entrée, entre tout cela, est d’autant plus noir que la lumière naturelle provient de la fenêtre de la cuisine.

« Se pose-t-on ici ou dépose-t-on seulement ton sac, avant de poursuivre la visite de l’Académie ? »

Tout en parlant, celle du centre retire ses chaussures à l’aide d’un tire-botte qu’elle tend à Anna après que celle de droite lui ait récupéré le sac et que celle de gauche en ait fait de même pour le manteau. Actuellement vide, la penderie peut contenir tous les objets dont on s’ôte en intérieur ainsi le sac y trouvera sa case tout comme le manteau son ceintre et les chaussures leur présentoir.

En chaussettes noires et ayant dévoilé son sous-pull blanc et sa jupe noire à perle après s’être délestée de ses propres affaires avec une efficacité mécanique, celle du centre contourne le bar tout en posant une unique question.

« Que prendras-tu à boire ? »

Sur le mur mitoyen à la porte d’entrée, la cuisine aligne une portion de plan de travail, des plaques à induction, une nouvelle portion et finalement un évier, côté fenêtre ; tous étant propres et rangés. Aux côtés de la hotte comme au-dessous du plan de travail et du bar se trouvent des placards de bois blancs aux portes en relief traditionnel, le bouton de poignée sculpté s’intégrant dans un cadre. Une porte horizontale suggère la présence d’un lave-vaisselle tandis que le doux ronronnement d’un frigo encastré se fait doucement entendre. C’est sous la portion de plan de travail à côté de l’évier qu’il se dévoile, tout comme c’est de la porte au-dessus de ce dernier que sont retirés un plateau noir, des dessous de verre bleus et des verres aux motifs floraux transparents.

En chaussettes noires et ayant dévoilé son sous-pull blanc et sa jupe noire à perle après s’être délestée de ses propres affaires avec une gestuelle identique, celle de gauche longe le bar jusqu’à la pièce au-delà puis croise les bras.

« Installe-toi où tu veux. »

Au-delà de la penderie se trouve un grand miroir, discrètement courbé afin de renvoyer le reflet de la pièce principale sur laquelle s’ouvre le vestibule délimité par le bar. La lumière provient d’une haute fenêtre carrelée encadrée de voilages blancs, identique à celle qui se trouve en cuisine, et rend inutile le lustre en chandelier dont les ampoules sont en forme de bougie et dont les bras ont pour pendentif des goutes de cristal. Sous la fenêtre se trouve une commode rectangulaire à tiroir dont les coins sont accompagnés de fauteuil bas à dossier gondole. Tournés vers la table basse de verre à l’encadrement de bois située au-dessous du lustre, ils font face à un canapé pour trois personnes qui partage leur drapé blanc et leur structure bois ; canapé qui semble en continuité du bar, malgré le bon mètre qui les sépare. Au côté du miroir se trouvent des étagères blanches supportant les diverses couleurs d’un cabinet de curiosité aux teintes bleutées où dessins et peintures encadrés côtoient insectes sous verres ; principalement des papillons, harmonieusement arrangés. Enfin, le mur du fond voit ses coins occupés de nouveaux sièges ainsi que de deux portes aux deux tiers, séparées par un large panorama où il est difficile de distinguer la limite entre le bleu du ciel et celui de la mer.

« Le bois rappelle le mobilier ancien du Manoir Graymalkin mais le luxe n’y est pas et les couleurs sont… "nôtres". »

En chaussettes noires et ayant dévoilé son sous-pull blanc et sa jupe noire à perle après s’être délestée de ses propres affaires avec une gestuelle identique, celle de droite reste à nouveau en retrait, dos au miroir et une main au poignet.

« Alors, reprend-t-on à trois malgré la distance qui nous sépare. AnnaTheRaven.com nous donne combien d’étoiles pour notre nid ? »

_________________
The Stepford Cuckoos

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 18

Stepford Cuckoos
Stepford Cuckoos

Messages : 280
Date d'inscription : 06/04/2018
Age : 25
Localisation : Académie du Massachusetts

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Revenir en haut Aller en bas

Arkham Boston? Empty Re: Arkham Boston?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum