Le Retour de l'Exil [ PV : Bayonetta]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Le Retour de l'Exil [ PV : Bayonetta]

Message  Sam-Ara La Justicière le Mer 29 Nov 2017 - 0:05


Le Retour de l'Exil

« Terra amenait de nombreuses intrigues différentes : Ce Monde était d’une diversité, tant dans les êtres que dans l’immensité des domaines. Je concluais donc par la cruauté sur le style complètement absurde de Cereza devant des véritables tactiques et compétences. Je ne l’avais jamais réellement prise au sérieuse, elle était à la fois insupportable et parfois le pire de ce que les légendes mythiques pouvait nous offrir sur cette petite planète. Je me sentais oui ralentie par mon long exil sur une planète désertique, mais il était réellement difficile de perdre la main pour moi. J’avais combattu avant la Ligue de la Justice, j’avais combattu pendant et aujourd’hui, il était le temps de continuer mon combat. Ma volonté et mes connaissances m’ont amené à être exigeante envers moi-même. Je connaissais ainsi assez Bayonetta et ainsi que plusieurs autres guerrières de la Ligue pour adapter mon style de combat en particulier. Les pouvoirs psychiques étaient privilégiés lorsque je n’avais pas la puissance physique, surtout contre elle.  

Reculant de ma position, la Sorcière décida de donner quelques mots sur ma performance et ainsi que la perte de ses mains. Si on conservait les règles d’origines, Cereza aurait connue la défaite. Je restais ainsi dans la défensive, nos deux caractères respectifs ne pouvaient pas refuser la fin de ce combat. On s’était construite d’une manière et nos modes de vies ne peuvent pas se bloquer avec autant de facilités. Je n’ai pas répondu à ses provocations, c’était à elle de décider de continuer le combat avec toutes ses capacités ou avec un handicap.  

Douée encore dans les esquives, Cereza se servait des rallonges de ses jambes pour éviter d’affronter mes poings. Donc, mes offensives restaient complètement inutiles vu que je ne pouvais pas éviter des contre-attaques pouvant me déstabiliser largement, je me retrouvais monumentalement bloquée à avancer. Je donnais oui des faux coups, permettant un recul de Cereza jouant avec ses jambes pour éviter de recevoir des coups de poings, mais j’évitais souvent d’avancer ma tête ou mon corps pour ne pas recevoir des coups dangereux. J’avais cependant noté que son style se limitait par le terrain.

Les murs étaient problématiques pour la Sorcière, alors dès le recul de celle-ci, je pouvais appuyer une nouvelle offensive. J’avais lancé une puissante vague psychique par un coup de genou en direction de son ventre. Mon but n’était pas de la toucher moi-même, je me servais encore de ma puissance psychique pour l’agresser. Cette offensive était simple, mais c’était toujours un test pour voir l’efficacité du style de Bayonetta.


Il était dommage pour mon ancienne coéquipière de la voir aussi limiter dans un endroit clos pour le combat. Dans l’espace et surtout dans les vaisseaux spatiaux, les endroits étaient enclos et plusieurs technologies pouvaient être dangereuses lors de ce type de combat. Je pouvais cependant comprendre pourquoi Bayonetta appréciait des combats sur Terra. Wonder Woman avait aussi cette préférence, parce qu’elle pouvait démolir l’ensemble de l’environnement autour d’elle avec le maximum de ses capacités. La précision dans des arènes fermées n’était donc pas le plus apprécié dans les environnements de combats.

Pour contre-attaqué, Bayonetta s’était servit de sa forme chauve-souris vers ma personne. Elle tentait peut-être de m’aveugler avec sa nuée, mais je m’étais entraînée dans le passé de combat à l’aveugle devant de puissants ennemis, tels que même Proxima Midnight, soldate de Thanos, où que je l’avais combattue avec Bayonetta et Supergirl durant la première tentative d’invasion du Titan sur Terra. La réformation m’avait légèrement surprise par sa vitesse et un violent coup de pied vers mon buste, m’écrasant ainsi le souffle pendant quelques secondes…

Un autre pied m’avait atteint pour me faire tomber au sol, mais deux mains m’avaient retenu en position assise à place de m’écraser pleinement sur le sol. Par le recul, elle pouvait penser avoir l’avantage, mais je n’étais pas encore sonnée pour perdre mes moyens. Je m’étais relevée, mais en simulant quelques mouvements saccadés pour faire penser à avoir brisé quelque chose dans mon esprit. La respiration était peut-être plus difficile, mais je pouvais encore bouger. La voyant monopoliser les pieds pour s’aider en rallonges, il était le temps d’utiliser de ma télékinésie pour la combattre. D’un mouvement de ma main, deux de mes doigts avaient créé un nouveau champ de force pour tenter de faire tomber ses appuis que cela soit son autre jambe ou ses mains.

Et si c’était possible de faire fonctionner cette attaque, il était le temps de passer au plus physique, surtout en la combattant au sol. Le premier coup de coude était en direction de son ventre pour aussi me venger du souffle coupé. Les autres tentatives étaient surtout de prendre le contrôle total du sol pour la frapper au niveau du visage de nombreuses fois. Cela pouvait être très dangereux pour elle, si elle recevait l’un de mes coups au visage, mais c’était aussi dangereux aussi pour moi si elle arrivait à renverser par une prise de soumission ou en reprenant une position offensive.


En arrivant à prendre le dessus physiquement, elle aurait doublement perdu, mais le seul avantage qu’elle possédait en ce moment : C’était ses pieds qui pourraient rapidement m’envoyer au sol et me terminer. Un seul puissant coup à la tête et cela pouvait se terminer par une commotion étourdissante ou encore une perte de connaissance totale, tout dépendant de la précision de Cereza. »

_________________
avatar
Sam-Ara La Justicière

Messages : 377
Date d'inscription : 22/03/2017
Localisation : Dans l'Espace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Retour de l'Exil [ PV : Bayonetta]

Message  Cereza de l'Umbra le Dim 17 Déc 2017 - 10:25


Une provocation est la prudence change de camps, dirait-on. Encore que je ne semble jamais particulièrement prudente, même si cela fait parti du spectacle que je donne lorsque je combats. Si je sais où mon adversaire regarde, je sais aussi où il ne regarde pas et je peux en user. L’espace est sans doute bien mieux maitrisé par les pouvoirs psychiques de Sam mais je m’en sors bien avec le temps, même sans impliquer ma magie qui l’influence. La nouvelle poussée télékinétique est esquivée par la nuée de chauve-souris puis la contre-attaque téméraire prend suite aux répétitions prudentes et obtient l’effet escompté, la suite s’enchainant presque trop bien. Les mouvements saccadés pourraient nous rapprocher d’une fin de match dont je ne veux pas mais j’aurais toujours le témoignage de Jean comme quoi, quelque soit son état final, Sam a gagné. Bien heureusement, l’accroissement de la tension entraine un regain d’énergie et il se manifeste psychiquement à l’encontre de mon appui, me le fauchant. Un nouveau salto m’aurait permis de retrouver mon équilibre mais il est temps d’essayer de me reprendre le rythme et Sam pose une pression intense, heurtant mon buste bien trop proche de ma montre à gousset à mon goût. L’air s’expulse de mon torse cette fois et je finis au sol en une défaite incontestable.

Une défaite qui, comme la précédente, ne signifie pas l’arrêt du combat et je perçois pleinement l’élan nécessaire à user de la position dominante de Sam afin de me sonner. Mes yeux fixent son poing alors qu’il s’approche de mon visage et c’est lorsqu’il atteint celui-ci que je me dissipe une nouvelle fois en l’habituelle nuée de chauve-souris, m’échappant comme toujours. Que faisais-je lorsque je ne connaissais pas encore ce tour ? En l’occurrence, je jouais avec le temps et les effets n’étaient guères différents ; plus de possibilités d’observation afin de savoir où frapper, peut être, mais cette même simili-téléportation pour conserver la maitrise du mouvement. Quand aux combats rapprochés, là où il y avait une grande difficulté à esquiver, j’avais un autre truc : les poings de Butterfly. Si je n’ai pas la place d’esquiver, généralement cela s’appliquer aussi à mon adversaire. Après, comme Diana, j’ai tendance à être énormément destructrice lorsque je me laisse aller en combat ; Vigrid me pardonne.

M’éloignant à bonne distance de Sam avant de me reformer, histoire d’éviter une nouvelle attaque, je fais de mon mieux pour garder ma contenance et applaudis doucement. Mon sourire est plus crispé qu’auparavant mais toujours là, ou plutôt revenu, et je conserve l’activité de reconnaissance quand à la qualité de la prestation de ma partenaire encore quelques instants ; jusqu’à ce que mon nez ait fini d’absorber l’air nécessaire à ce que je reprenne mon souffle, avec la discrétion de rigueur. J’ai perdu et je me montre bonne perdante, laissant également Sam reprendre sa posture sociale avant de reprendre la parole à mon tour.

Et bien, il semblerait que nous ayons un ou deux à zéro ; dépendant de ton choix. J’espère ne pas t’avoir frustrée à m’épargner tes frappes aux visages mais je n’ai pas envie de m’encombrer d’hématomes sur une partie aussi visible de mon anatomie.

Celui sur le ventre me suffira amplement. Sans avoir aucune idée de sa signification, Sam m’a frappée au niveau de la rose dessinée sur ma combinaison et c’est donc à ce point que je suis morte, comme la personne à qui l’image renvoie. Heureusement pour moi, ce n’était qu’un échauffement. Amenant l’une de mes mains sur le bassin, je commence à avancer de nouveau vers mon ancienne coéquipière. Je n’ai pas l’intention de lui tendre la main pour qu’elle se relève, elle n’a pas besoin de moi, mais je reviens à distance convenable pour discuter.

Je suppose que tu te passes très bien de mon retour sur notre affrontement. Pour ma part, je connais déjà le tien "ta danse manque d’efficacité et tu n’es rien sans tes pouvoirs". Heureuse de savoir que nous sommes toujours familières avec l’autre.

Je suis contente, je ne sais juste pas comment l’exprimer correctement. Mais peut-être que la familiarité suffira à le faire comprendre ; ou peut-être pas. Je dirais bien que cela n’importe pas mais c’est plus une question d’habitude. Une habitude prise il y a bientôt vingt-cinq ans et que je ne semble pas prête de perdre. Après, il est des gens avec qui elle fonctionne très bien, ils ne sont juste pas la majorité. Expirant tout en laissant pendre ma main libre le long de mon corps, je continue mon face à face avec tranquillité.

J’espère au moins que ça t’aura été utile.

Non, je n’éprouve pas la moindre curiosité quand à savoir si mon petit jeu effectué précédemment était digne de pirates de l’espace où s’il me faudrait faire un tour avec les Gardiens de la Galaxie histoire de revoir les étoiles et les créatures exotiques qui s’y trouvent. Après, j’ai à présent un travail et des devoirs, lesquels me lient à des lieux qui ne se trouvent que sur Terre et que je ne peux délaisser trop longtemps. J’éviterais cependant de trop les mettre en avant, on pourrait croire que j’y accorde de l’importance ; hors, the show must go on comme on dit.

_________________
Bayonetta

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 56

avatar
Cereza de l'Umbra

Messages : 189
Date d'inscription : 10/03/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Retour de l'Exil [ PV : Bayonetta]

Message  Sam-Ara La Justicière le Sam 6 Jan 2018 - 12:34


Le Retour de l'Exil

« Je ne pouvais pas prétendre que c’était mon meilleur combat, loin de là. Bien que j’aie quelques avantages au niveau de la brutalité physique utilisée, je ne pouvais pas me résoudre à dire que j’avais fait de mon mieux. Certains pourraient dire que j’étais rouillée, d’autres pourraient aussi prétendre que Cereza reste une combattante plutôt talentueuse, pendant que mon avis se décidait surtout par les esquives ratées et les nombres de coups reçus. J’avais peut-être donné quelques coups, mais mon épuisement et la douleur étaient bien plus présentes pour expliquer les possibilités de ma déception. Je tombais peut-être ainsi dans un esprit défaitiste, mais mes idées et mon caractère s’étaient construits par un combat sans cesse. Avec le temps, les motivations changaient, mais le combat restera. Autrefois, je me battais pour l’Empire, à une autre époque pour la Ligue et pour aujourd’hui avec les Gardiens. Durant un jour, je m’étais battue pour Kimberly et sa vie, et c’était de cette manière que j’avais découvert comment il était important de se battre pour le concept de la vie, bien plus qu’un groupe ou un but ultime.  

L’une des raisons de mon échec était peut-être cette pression inexistante lors d’un entraînement « amical » avec une ancienne guerrière de la Ligue de la Justice. Même dans le temps, je terminais souvent au sol contre Wonder Woman et bien d’autres guerriers. Malgré mes échecs, je pouvais être fière d’amener de la compétition contre Cereza et ses multiples pouvoirs. J’avais eu l’avantage durant un rare moment, me laissant la possibilité de percer ses défenses convenablement. Elle voulait être touchée pour la défaite, ainsi Bayonetta a été touchée durant le combat.  

Lors de ma position dominante sur elle, Cereza utilisa encore ses divers pouvoirs pour éviter d’être encore affecter par mes coups. D’une certaine manière, elle porta une attention particulière à éviter d’être au sol et aussi à me mettre au sol pour éviter une défaite plus humiliante. Elle s’était reformée un peu plus loin après avoir copier les pouvoirs des vampires des films de Terra. Applaudissant légèrement, elle chercha à arrêter le combat. Rien ne m’empêchait de continuer le combat, hormis peut-être le désir de compétition, mais cette motivation n’était pas assez forte pour que le combat reprenne pleinement. Il était mieux de continuer, pour éviter de nous blesser inutilement, mais aussi d’endommager le Manoir Curie.

Commençant à décrisper mes poings, Cereza recommença à parler après quelques secondes supplémentaires. Admettant sa défaite selon ce qu’elle m’avait donnée comme buts durant notre combat, elle ajouta un petit commentaire du pourquoi elle voulait éviter de recevoir des coups aux visages.

« Je pense que tu as choisi la mauvaise carrière, si ton but est de ne pas de recevoir des coups aux visages. »

Nos ennemis visaient beaucoup la tête et le buste pour tenter souvent de nous mettre hors-combat temporairement ou définitivement. Dans des combats amicaux, c’était un guide très important à suivre et à préciser pour éviter des blessures importantes. Ces coups resteront toujours les plus efficaces, mais il était important de savoir doser. Malgré tous les défauts de Cereza, au moins, elle semblait être capable de doser ses pouvoirs pour éviter la mortalité. Ils étaient souvent de facile de tuer des êtres, mais ils étaient bien plus difficiles de les défaire sans créer de blessures critiques. Me relevant, je ne confirmai en rien le pointage actuel, elle pouvait se perdre dans le nombre de fois que je l’ai touchée, ce n’est pas très important.  

Bayonetta tentait aussi de me provoquer légèrement avec ses commentaires, mais je ne faisais pas très attention en ce moment. Croyant bien me connaître, elle essaya de deviner les commentaires autour de cet entraînement. Elle n’avait pas faux sur l’inefficacité au long terme de ses techniques, cependant, il était illogique le commentaire sur le rien sans les pouvoirs. Terra avait toujours une forte tendance à voir n’importe quelles améliorations génétiques en pouvoirs.

« Tu as tout faux. Je suis plutôt curieuse de connaître de ce que tu as pensé de ce combat. De plus, je ne dirais  que tu manques d’efficacité, mais bien que je connais des brigands qui pourraient te donner des cours plutôt efficaces d’un art de combat amélioré. »

Si elle se délectait des provocations ou des insultes, je pouvais bien lui retourner légèrement l’appareil par des commentaires ou des attitudes similaires. Elle finissait ensuite par espérer que ce combat m’avait été utile : « Tout est utile dans notre vie. C’est de la façon qu’on l’intègre qui est important. » C’était primordial de le rappeler, parce que notre groupe s’était d’abord construit de cette manière. En coopérant chacun par notre diversité, nous étions devenus une force de la Nature, non uniquement capable de s’imposer sur Terra, mais bien dans la galaxie,  dans plusieurs univers alternatifs et contre de nombreux « démons » venant de d’autres dimensions. Ils existaient peut-être des ressemblances de notre groupe dans d’autres univers, mais pour moi, il restera très difficile de créer un esprit aussi unificateur dans un groupe aussi diversifié. »

_________________
avatar
Sam-Ara La Justicière

Messages : 377
Date d'inscription : 22/03/2017
Localisation : Dans l'Espace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Retour de l'Exil [ PV : Bayonetta]

Message  Cereza de l'Umbra le Lun 15 Jan 2018 - 5:14


Je pense que tu as choisi la mauvaise carrière, si ton but est de ne pas de recevoir des coups aux visages.

J’ai moins cherchée une carrière qu’une famille et c’est plus une question de compétence que de but.

En l’occurrence, ma compétence a été insuffisante ; quand bien même je ne l’ai pas employée dans toute sa splendeur. Je sais que la tête et les membres sont des cibles de choix comparé au buste mais peu d’ennemis m’ont touchée, sans quoi je ne serais plus ici. On l’ignorait à l’époque mais même apprendre que le Cœur de l’Umbra, la montre à gousset que je porte sur le cœur qui contient les nombres 14111219 écrit en alphabet démoniaque, m’accorde une jeunesse éternelle en plus de me permettre de manipuler le temps ne me permet pas de prétendre à l’immortalité. Dommage, ma vie après la mort promettant d’être fort peu agréable. Laissons néanmoins de côté les sujets qui ne fâchent pas.

Sam se relève enfin, me laissant entrevoir un épuisement et une douleur dont la seconde moitié m’est dépréciée, mais la superficialité vient à la rescousse. Je ne fais pas totalement mouche avec mon évacuation d’éventuels retours et conseils sur notre échange, chose qui gâche un peu mon contentement même si j’en montre tout l’inverse. J’ai tout faux, c’est vrai que considérer que j’ai pu être familière avec un membre de la Justice League avant la dissolution de celle-ci, sachant que je ne suis devenue familière avec moi-même qu’une demi-décennie plus tard, est plus que discutable. Curieuse de connaitre ce que j’ai pensé ? Voici qui m’est plus problématique, pour ne pas être franche. Heureusement, c’est ce qui est pensé, non ce qui est ressenti ; limitons les difficultés, après tout ce n’est qu’un échauffement. Je n’y manque pas forcément d’efficacité et il y a des brigands qui pourraient me donner des cours plus efficaces que ceux reçus à la Justice League ? Voici qui me fait sourire.

N’ayant rien retenu de ma remise à niveau par Diana, c’est avec plaisir que je croiserais quiconque voulant m’aider à devenir plus dangereuse. Ma seule condition est qu’il me laisse le droit de conserver les traditions de mon peuple malgré son extinction.

Enfin, quasi-extinction ; il reste deux sorcières, à ma connaissance, pour préserver héritage et devoirs des anciens clans de Vigrid. Notre rôle peut peut-être sembler dérisoire à présent que des Super-Héros sont amplement capables de faire ce pour quoi nous étions formées à l’époque, à savoir limiter les incursions dimensionnelles sur Terre, mais cela explique ma reconversion au Bureau du Paranormal. Je sais que je n’en ai pas l’air mais je suis sure que certains seraient capables de me considérer comme une héroïne, quand bien même cela m’indiffère.

A l’inverse des provocations et de la répartie. J’aime cela, c’est plus aisé et moins blessant que la sincérité et les beaux discours. Ce qui ne m’empêche pas de sourire à la phrase philosophique du jour, avec laquelle j’entre en accord silencieux. J’ai l’air de n’avoir rien intégré de mon passage dans la Justice League voir de mon passage actuel dans le BPRD, me comportant de façon pire que je l’aurais fait cinq siècles plus tôt, mais c’est intéressant de cultiver cela. Encore une fois, il s’agit simplement de diriger le regard là où je le souhaite pour le détourner du reste. C’est plus facile d’être surprenante si l’on habitue les gens à un certain style pour en changer par la suite, à l’occasion.

Remontant légèrement mes lunettes du bout d’un doigt, je fixe Sam en m’interrogeant un instant si je vais la faire languir concernant mon retour ou non ; chose que je fais déjà, si l’on y réfléchit bien. Mes bras s’en viennent se croiser ensuite alors que je penche la tête avec amusement.

Tu vas devoir intégrer que ton corps n’est plus au niveau d’efficacité de ton esprit, même s’il m’est impossible de dire dans quelle proportion puisque tu contrôles ton biologisme.

Sam est rouillée, je fais parti de celles qui le prétendront tout autant que j’aurais la prétention de me considérer talentueuse ; même lorsque je me contente d’aider une amie à s’échauffer. Je suis donc prétentieuse et n’aurai aucun problème à le prouver à quiconque en douterait.

Cela étant, tu uses de tes capacités avec intelligence et te crée une maitrise de l’environnement décisive. J’éviterais de trop te complimenter cependant, on pourrait croire que je suis de bonne foi.

Un bref clin d’œil ponctue ma déclaration. Je décroise ensuite les bras pour me remettre en mouvement, me tournant de biais afin d’être sur le départ. Je n’achève pas mon geste cependant, retournant la tête vers Sam avec un sourire.

A moins qu’il ne soit question que tu me présentes tes brigands aujourd’hui, je crois qu’on en a terminé.

J’attends confirmation de l’une ou l’autre des possibilités en supposant que les brigands suscités doivent être les Gardiens de la Galaxie et en considérant que déclarer qu’il faille bien la recommandation d’une proche pour me faire m’intéresser à des brigands est hypocrite : après tout, je m’accommode très bien de leur compagnie et la côtoie assez régulièrement, même si dans une proximité moindre qu’avant ma réinsertion dans le groupe. Cela ferait tâche une ancienne membre de la Justice League œuvrant pour la mafia. J’aime faire tâche mais tuer des entités dimensionnelles non-humanoïdes me suffira à le faire, je n’ai pas besoin d’être criminelle en plus.

_________________
Bayonetta

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 56

avatar
Cereza de l'Umbra

Messages : 189
Date d'inscription : 10/03/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Retour de l'Exil [ PV : Bayonetta]

Message  Sam-Ara La Justicière le Lun 22 Jan 2018 - 0:30


Le Retour de l'Exil

« Dans la culture Kree, dès notre naissance, on savait pratiquement ce qu’on allait devenir au cours de notre vie : Soldat, Scientifique, Juge, Explorateur ou Roi, on était destiné à un poste différent par notre construction biologique et ainsi qu’à notre éducation. Nous poussant dans le retranchement de nos valeurs et dans ce qui nous est destiné, on devient pratiquement notre Titre dans l’avenir. J’avais utilisé le mot « carrière » pour juger le système de valeurs de Bayonetta, ne m’apercevant pas ainsi des différences que je venais de créer pour porter une idée que je ne connaissais pas avant de rentrer dans la Ligue de la Justice. En soit, l’univers était si complexe que les idées d’emploi, de famille et de compétence devenaient des enjeux très difficiles à comprendre quand nous n’étions pas dans des références terriennes. Restant neutre devant la réponse de Bayonetta, cette idée m’avait frôlé les pensées durant un court instant.

J’étais peut-être devenue trop humaine, on m’avait fait ce commentaire deux fois dans ma vie. Ce n’était pas pour ma loyauté et mon attachement envers la Ligue de la Justice en général, c’était pour deux raisons plutôt personnelles. La première s’inscrivait d’abord par ma relation plutôt hors-norme avec Martian Manhunter, et la deuxième se définissait surtout par mon attachement affectif envers Kimberly. J’avais toujours eu un grand attachement envers tous les membres de la Ligue, mais eux, ils m’ont transporté d’une manière que je ne pourrai pas décrire encore aujourd’hui. Avec Cereza, je me retrouvais devant d’autres idées et d’autres aspects. Ses tendances individualistes et son approche nous laissaient toujours une barrière entre nous deux, parce que ce n’était certainement pas moi, qui allais faire le premier pas vers la Démone. Malheureusement ou heureusement pour elle, je n’étais pas celle qui s’occupait, à une ère, d’une union pour un groupe fort.

Je l’avais peut-être piégée dans cette discussion. Je venais de lui demander son avis sur le combat, mais il était déjà plus important de répondre à mes provocations que donner directement les conseils. Elle devenait ainsi parfois assez amusante pour ce niveau, peut-être qu’elle était plus sensible que les autres à recevoir ce type de critiques. Personnellement, je ne voyais pas l’efficacité d’une danse ou d’une civilisation complètement exterminée par des méthodes plus efficaces que leur anomalie dimensionnelle. Sur Terra, ils appréciaient cette culture de rattachement aux traditions. Dans la Culture Kree, lorsque des valeurs se montraient dépassées et inefficaces, c’était plus simple de les jeter pour aller dans un autre changement, mais il est vrai que certaines évolutions sont possibles. Je pouvais comprendre aujourd’hui cet attachement, malgré que certains de mes anciens compagnons m’aient parlé d’un abus de certaines traditions liées à un attachement étatique pour aller faire n’importe quoi. Le silence était ainsi une nouvelle réponse avec mon retour à ma neutralité.

Après avoir joué avec ses lunettes, elle revenait vers moi pour lancer enfin sa fameuse critique. Commençant cela sur mon état d’esprit pour expliquer mes lenteurs, j’avais légèrement souris. Par les débuts de ses commentaires négatifs sur mon attitude de combat, au moins, peu après, elle me redonne des commentaires plus positifs. La maitrise de l’environnement était donc quelque chose de positif, peut-être parce que je m’étais toujours battue dans des vaisseaux spatiaux avant d’arriver dans la Ligue de la Justice. Coupant court à notre discussion, elle concluait sur une pointe d’humour au sujet des Brigands.

« Malheureusement, je crains que ces fameux Brigands ne me rencontrent plus jamais vu que mon ancienne planète d’exil est assez éloignée de ce système solaire. Ainsi, tu vas toujours rester une piètre combattante sans cette fameuse aide. Au moins, il te reste encore quelques grands guerriers sur Terra pour t’améliorer. Sinon, est-ce que je peux compter sur toi pour souhaiter les meilleurs vœux, de ma part, à Mina, Zatanna, Vladislav et Hellboy quand tu vas être revenue au Manoir du BPRD? »

Et non, ce n’était pas les Gardiens de la Galaxie ces fameux brigands. C’était une vraie blague pour profiter de la répartie générale que Cereza pouvait m’apporter dans ses réponses. Portant ma main sur mon cœur (Donc à l’opposé à celui de l’être humain), je baissais légèrement ma tête pour terminer cette fameuse discussion. Elle pouvait toujours refuser de porter ces vœux à mes anciens compagnons, mais je savais au moins par respect à notre ancienne équipe qu’elle pouvait le faire. »

_________________
avatar
Sam-Ara La Justicière

Messages : 377
Date d'inscription : 22/03/2017
Localisation : Dans l'Espace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Retour de l'Exil [ PV : Bayonetta]

Message  Cereza de l'Umbra le Mer 7 Fév 2018 - 3:46


Silence et impassibilité sont les réactions classiques de Sam mais c’en est d’autant plus satisfaisant lorsqu’on parvient, pour un éphémère instant, à faire poindre de l’amusement. J’ai l’impression, peut-être à tord, d’en avoir instaurée une couche entre les deux tranches de sa normalité. Un sourire est d’autant plus valable s’il est rare et faire sourire mon ancienne sœur de bataille valait le coup, tout aussi satisfaisant qu’un échauffement se terminant pour le mieux. La poursuite du dialogue et des provocations me permet cependant de manifester ma satisfaction pour autre chose et elle s’en disparait de façon exagérée dès le "malheureusement" de mon interlocutrice.

Ces fameux Brigands ne rencontreront plus jamais Sam-Ara, c’étaient des compagnons d’infortune sur une planète d’exil et ils n’en viendront jamais sur Terre… cela brise mon petit cœur fragile et j’en baisse les épaules et le visage un instant. Mon sourire revient unilatéralement alors qu’il est question que je reste une piètre combattante, la médiocrité des Umbra comme celle des anciens élèves de Wonder Woman m’allant parfaitement. Il serait facile de répondre avec la perche tendue sur les grands guerriers de Terra mais je ne cherche pas la facilité. La réclamation qui suit est plus amusante à rebondir également.

Bien sur que je présenterai tes vœux à la famille. Je suis peut-être nomade mais cela a l’avantage de me faire autant passer dans la base des catacombes parisiennes que la bostonienne. De ton côté, si tu croises Shayera ou d’autres membres qui ont quitté cette planète, n’hésite pas à leur exprimer mon indifférence.

Sur ma dernière phrase, mon ton est aussi ironique que les mots qu’il accompagne mais au moins est-ce un bon emploi de l’ironie, même s’il peut être difficile à comprendre quelle partie est l’inverse de ce que je pense lorsqu’on me connait trop peu. Voici qui entretient mon sourire même s’il est plus en coin, du fait. Je conclurais bien d’un clin d’œil mais ce n’est pas à moi de signifier que j’ai bien compris le fond de la déclaration et non seulement sa forme ; et l’impassibilité de Sam implique que je n’aurais probablement pas cette réponse. Une ignorance avec laquelle je vivrais parfaitement, l’ayant probablement oubliée d’ici ma prochaine déferlante de violence ou d’alcool. Merci au voyage d’être trop long entre chacune de mes activités, et pourtant ce monde est petit ; d’où ma dépréciation de l’espace d’ailleurs, quand bien même la vitesse permise est largement supérieure. Mais surtout, je me sentirais déséquilibrée sans la lune.

Sam me salue une main sur le cœur et je mets les deux miennes sur mon bassin avant de simplement acquiescer pour lui répondre. J’aurais plusieurs sentiments à exprimer sur cette rencontre, ces sentiments qui me font conserver le sourire et me feront repenser à cette rencontre encore quelques temps, mais je me contente de ma nonchalance habituelle. J’ignore ce qui est préférable entre cela et l’impassibilité de mon interlocutrice, cependant je sais que la différence n’est pas un problème ; j’accepte ainsi Sam comme elle est tout en essayant qu’elle n’en fasse pas de même. Je n’aime pas la facilité, toujours.

Je n’aime pas non plus les adieux. On peut dire que j’en ai trop fait mais je pense que c’est l’impossibilité de porter le deuil qui est responsable de cela. Il est cependant aisé de se rassurer en considérant la primordialité de la jeune planète Terre au sein de l’univers, laquelle m’assure que les Gardiens de la Galaxie n’en resteront jamais très éloignés et donc que j’ai beaucoup plus de chances de revoir Sam-Ara qu’elle n’en a de retrouver ses amis Brigands. La curiosité de voir si l’une d’entre eux pourrait me pousser à me battre sérieusement n’est qu’éphémère mais la loyauté à ma famille est éternelle, comme le prouve ma danse de loisir. Néanmoins, ce ne sont pas des choses qui se disent ; pas par pudeur, non. Juste parce que ça se comprend. Et que je suis une emmerdeuse.

Prends soin de toi, Sam. Ou pas, après tout tu es une grande fille qui fait ce qu’elle veut.

L’une de mes mains se dégage de mon bassin pour venir poser pouce, index et majeur sur mes lèvres puis envoie le baiser qui leur est fait vers ma sœur de justice, le tout ponctué d’un clin d’œil. Laissant pendre mon bras le long de mon corps suite à cela, je salue de la tête Jean Curry et m’en retourne vers la sortie de la pièce. Je n’ai besoin de personne pour trouver la sortie, je n’en ai jamais eu besoin d’ailleurs, et accompagne mon défilé de départ d’un léger fredonnement dont mélodie et paroles ne tardent pas à envahir mon esprit.



RP Terminé pour Bayonetta
I love you

_________________
Bayonetta

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 56

avatar
Cereza de l'Umbra

Messages : 189
Date d'inscription : 10/03/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Retour de l'Exil [ PV : Bayonetta]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum