Le Retour de l'Exil [ PV : Bayonetta]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Retour de l'Exil [ PV : Bayonetta]

Message  Sam-Ara La Justicière le Jeu 29 Juin 2017 - 1:10


Le Retour de l'Exil

« Le nom de Sam-Ara n’était plus. Justicière, Aventurière et Combattante, j’avais possédé de nombreux titres, de nombreuses légendes et surtout de nouveaux rôles pour me propulser à une autre époque. J’avais fait un choix difficile à une époque, et ce choix se concrétisera par le rôle de la traîtresse. Autrefois légende, j’avais été longtemps une ombre de mon passé, avec un rôle complètement différent du passé. J’avais fait un choix à une époque et je ne pouvais pas le regretter. Au cours des années dans la Ligue de la Justice, j’ai passé des décennies à changer, à être plus juste et neutre devant mon propre comportement. Habituée à vivre selon un code moral, la mort était plus facile à donner avant de connaître les points de vue alternatifs. Mes combats à la Ligue des Justiciers étaient un facteur important de changements dans ma vision. Mon comportement s’est montré moins sévère à travers les époques, acceptant clairement de me remettre en question.

J’avais accepté que la fatalité ne soit pas un dernier jugement pour les criminels, pour ensuite, accepter que les liens pouvaient être plus simples à se concrétiser que tisser des liens professionnels. Par des amitiés naissantes et deux relations inattendues, j’avais décidé d’oublier le titre que je portais pour la dignité d’un combat. Ronan m’avait condamné, alors qu’il avait porté un jugement indiscutable pour l’armure que Kimberly avait porté. Remettre en doute son autorité avait été risqué, mais au moins, la jeune terrienne avait été sauvée de l’Empire Kree-Inhumain. Exiler de cette planète, j’avais accepté ce sort pour protéger une famille. La Ligue des Justiciers avait installé plusieurs bases différentes à travers l’univers, plusieurs galaxies appartenaient aux Quatre Puissants Empires qui s’étaient construits, mais au-delà, certaines planètes connaissaient des moments de tranquillités et d’indépendances.

Avant l’arrivée des Gardiens de la Galaxie pour me chercher dans de nouvelles aventures, j’avais vécu une dizaine d’années terrestres sur une planète désertique. La population mondiale était limitée à environ 200 000 êtres. Planète indépendante, ils vivaient par le troc et surtout par les échanges avec les empires sur la frontière. La Justice League avait installé une base isolée au cas que l’un des puissants êtres cosmiques puisse détruire Terra et une grande partie de la stabilité galactique. Dernier retranchement pour organiser un combat contre cette menace, elle avait été ma maison depuis longtemps. Dix années à attendre un événement pour retrouver une nouvelle maison, je ne pensais pas me retrouver dans une proposition des Gardiens de la Galaxie.

Je connaissais l’équipe par une réputation assez moribonde, mais je ne pensais pas que leurs enquêtes pouvaient être sérieuses. La menace de Brainiac était plus sérieuse à notre époque que les autres menaces. Darkseid, Apocalypse et Thanos pouvaient attendre devant les grands mystères de ce monstre. J’avais accepté d’intégrer les Gardiens de la Galaxie et je ne m’étais jamais rendue compte de la différence majeure de mon expérience de solitaire et de l’expérience en équipe. Toujours mandatée de me rendre par mon Ancien Empire, il était de plaisant de vivre des nouvelles aventures avec cette mystérieuse petite équipe.

Allant à la Citadelle, découvrant des visages aussi riches que nostalgiques pour ma mémoire, Jasmine Sparks reprenait le rôle de Captain Marvel, alors que Sheri’Laar ressemblait beaucoup à sa mère dans son caractère. Retournant sur Terra, j’avais des craintes que les autorités Kree me retombent dessus, mais on dirait qu’ils avaient abandonné depuis quelques années de suivre mes traces sur Terra. Je savais que beaucoup d’évènements avaient changé, Martian Manhunter m’avait prévenu, mais j’avais un sentiment digne de la jeune de Kimberly pour découvrir ce monde de nouveau. L’esprit de la Justice League était resté, on m’avait prévenu de ne pas aller sur le continent américain vu que la princesse des Inhumains avait trouvé une place dans les Avengers.

J’avais donc décidé d’habiter en Europe, plus précisément en France pour éviter les ennuis. Je pouvais ainsi rencontrer de nombreux anciens contacts qui se sont remis dans le fameux groupe Européen. Franklin Scott, qui avait pris sa retraite, était revenu dans l’enseignement, alors que Liara, que Brian et ainsi que de nombreux autres étaient toujours disponibles pour se battre dans un monde de bien dans l’Alliance. J’étais surtout enthousiaste de revoir Kimberly Hart, qui avait décidé aussi de remettre ses bottes pour se battre. Je voulais donc lui réserver la surprise, mais on m’avait fourni des informations que Kim restait plutôt au Manoir Braddock.

Redécouvrant le Manoir Curie, certains visages me trouvaient encore étranges avec mon costume rouge, mais le sourire était honnête chez un homme comme Jean Curie. Scientifique à la Justice League, son âge commença à le marquer. On avait eu le temps de s’échanger quelques mots avant qu’un ombre du passé revient dans ma vie.

« Bonjour, Cereza. Cela fait longtemps qu’on ne s’est pas vu. »

Il était vrai que notre relation n’avait pas été la plus excellente de la Ligue des Justiciers. Je trouvais souvent que ces mouvements ou sa façon de penser devenaient pénibles au fil du temps. Peut-être que mon aspect de changements était bien plus rangé et la voyant garder des habitudes que je trouvais inutile au sens de notre combat en général, était parfois légèrement stupide. J’avais baissé la tête en respect, comme je pouvais faire avec la plupart des membres de la Ligue des Justiciers. »

_________________
avatar
Sam-Ara La Justicière

Messages : 181
Date d'inscription : 22/03/2017
Localisation : Dans l'Espace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Retour de l'Exil [ PV : Bayonetta]

Message  Cereza de l'Umbra le Mer 5 Juil 2017 - 6:20


Le claquement de mes talons me précède au sein du Manoir Curie, m’annonçant plus que la chanson que je fredonne pour accompagner ma démarche de mannequin. J’ai eu tout loisir durant les derniers mois de participer aux affaires de Vigrid, la cité-état reprenant de sa splendeur et devant bien se mettre à la démocratie puisqu’il n’est pas dans mon intention de participer à une nouvelle théocratie alors que j’ai mis fin à la précédente il y a huit ans, et il était plus que temps que je me remette aux affaires. Blue, blue, my world is blue ; Blue is my world now I’m without you.

Sans moi, Chimp aurait risqué de redevenir sobre et ça ne lui réussit pas, surtout considérant que le substitue qu’il s’est trouvé pour me remplacer n’est même pas en âge de boire légalement. Sans moi, beaucoup de monde au Bureau se serait senti tranquille hors il faut bien de la concurrence avec Hellboy pour aider Strange à se faire des cheveux blancs. Gray, gray, my life is gray ; Cold is my heart since you went away.

J’ignore combien de temps je vais rester à Paris avant qu’une enquête ne me conduise ailleurs mais j’ai l’occasion de m’y rappeler au bon souvenir d’autres connaissances que je n’ai pas vue depuis longtemps, la famille n’ayant pas manqué de me tenir au courant d’une visite inattendue que je m’en fais visiter d’une manière toute aussi inattendue et peut-être plus désagréable. Je sais qu’on dit "pas de nouvelles : bonne nouvelle" mais je n’en fais qu’à ma tête, comme d’habitude. Red, red, my eyes are red ; Crying for you, alone in my bed.

Etre le vilain petit canard de la Justice League, ça n’a pas plus à tous et cela fait parti de l’idée mais il n’empêche qu’il y avait quelque chose entre nous. Tous les membres d’une famille ne sont pas obligés de s’aimer mais ils restent relativement solidaire puisque partageant un lien que la plupart ne saurait renier et je ne fais pas exception, même si la marginalité m’est plus naturelle. Green, green, my jealous heart ; I doubted you and now we’re apart.

Sam me fuira-t-elle aujourd’hui comme alors ? Je suis curieuse de voir cela. La défiance et la froideur ne m’ont jamais gênée, simplifiant grandement la relation, mais une relation implique également qu’il y ait interaction et c’est avec cette même combinaison de cheveux que j’avais déjà à l’époque que je fais face à mon ancienne sœur de justice. J’ai une main sur la hanche alors que je m’immobilise à une distance convenable d’elle, écoutant ses salutations avec un sourire et un murmure inaudible. When we met how the brigth sun shone ; Then love died, now the raindow is gone.

Non, en effet. Mais je suis ravie d’apprendre que tu as demandé de mes nouvelles. Qui t’as dit pour mon nom ? Jean ? Liara ? Ouro ?

J’accorde un sourire au vieux scientifique avant de reprendre en direction de celle que je suis venue voir, non par mépris pour le premier mais plutôt par intérêt pour la seconde.  Ne pas avoir l’occasion de m’introduire par une identité que je n’ai retrouvée que cinq ans après la dissolution de la Justice League ne me pose pas le moindre problème. Certes l’effet de surprise est un peu gâché mais ça prouve qu’on parle de moi en mon absence. Comme disait Oscar Wilde, "qu’on parle de vous est horrible mais il y a une chose encore pire : qu’on n’en parle pas". Heureusement, à interrompre Sam-Ara et Jean Curie tel que je le fais, je m’assure une dépréciation dont ils parleront au moins une fois chacun.

Tu me pardonneras de ne pas commencer par les détails de ma mémoire retrouvée immédiatement, je préfère garder le meilleur pour la fin. Ainsi, qu’as-tu à nous raconter Grande Bleue ?

Je romps ma posture de podium afin de croiser mes gants blancs devant moi, silencieuse et en attente. En treize ans, même au sein d’une retraite, il doit s’être passé des choses et ce qui est arrivé à Sam-Ara m’intéresse d’avantage que raconter ma vie, même si j’énonce l’inverse. De plus, Jean est déjà au courant et il a sans doute mieux à radoter qu’entendre quelqu’un d’autre le faire. Et puis, fonction des ragots récités sur ma personne, je n’aurais peut-être même pas à m’embarrasser de mon propre cas.

Mais avant de trop m’avancer, je laisse le soin à mon interlocutrice de mener la danse. Nous avions autrefois une bonne coordination au combat, chose surprenante considérant le relatif manque de confiance, et je ne pense pas que cela se soit perdu avec le temps. Je vais bien voir, après tout cela fait parti de mon passé retrouvé que d’être une veilleuse.

_________________
Bayonetta
Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Messages rp : 34

avatar
Cereza de l'Umbra

Messages : 101
Date d'inscription : 10/03/2016
Age : 23

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum