Le Retour de l'Exil [ PV : Bayonetta]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Retour de l'Exil [ PV : Bayonetta]

Message  Sam-Ara La Justicière le Jeu 29 Juin 2017 - 1:10


Le Retour de l'Exil

« Le nom de Sam-Ara n’était plus. Justicière, Aventurière et Combattante, j’avais possédé de nombreux titres, de nombreuses légendes et surtout de nouveaux rôles pour me propulser à une autre époque. J’avais fait un choix difficile à une époque, et ce choix se concrétisera par le rôle de la traîtresse. Autrefois légende, j’avais été longtemps une ombre de mon passé, avec un rôle complètement différent du passé. J’avais fait un choix à une époque et je ne pouvais pas le regretter. Au cours des années dans la Ligue de la Justice, j’ai passé des décennies à changer, à être plus juste et neutre devant mon propre comportement. Habituée à vivre selon un code moral, la mort était plus facile à donner avant de connaître les points de vue alternatifs. Mes combats à la Ligue des Justiciers étaient un facteur important de changements dans ma vision. Mon comportement s’est montré moins sévère à travers les époques, acceptant clairement de me remettre en question.

J’avais accepté que la fatalité ne soit pas un dernier jugement pour les criminels, pour ensuite, accepter que les liens pouvaient être plus simples à se concrétiser que tisser des liens professionnels. Par des amitiés naissantes et deux relations inattendues, j’avais décidé d’oublier le titre que je portais pour la dignité d’un combat. Ronan m’avait condamné, alors qu’il avait porté un jugement indiscutable pour l’armure que Kimberly avait porté. Remettre en doute son autorité avait été risqué, mais au moins, la jeune terrienne avait été sauvée de l’Empire Kree-Inhumain. Exiler de cette planète, j’avais accepté ce sort pour protéger une famille. La Ligue des Justiciers avait installé plusieurs bases différentes à travers l’univers, plusieurs galaxies appartenaient aux Quatre Puissants Empires qui s’étaient construits, mais au-delà, certaines planètes connaissaient des moments de tranquillités et d’indépendances.

Avant l’arrivée des Gardiens de la Galaxie pour me chercher dans de nouvelles aventures, j’avais vécu une dizaine d’années terrestres sur une planète désertique. La population mondiale était limitée à environ 200 000 êtres. Planète indépendante, ils vivaient par le troc et surtout par les échanges avec les empires sur la frontière. La Justice League avait installé une base isolée au cas que l’un des puissants êtres cosmiques puisse détruire Terra et une grande partie de la stabilité galactique. Dernier retranchement pour organiser un combat contre cette menace, elle avait été ma maison depuis longtemps. Dix années à attendre un événement pour retrouver une nouvelle maison, je ne pensais pas me retrouver dans une proposition des Gardiens de la Galaxie.

Je connaissais l’équipe par une réputation assez moribonde, mais je ne pensais pas que leurs enquêtes pouvaient être sérieuses. La menace de Brainiac était plus sérieuse à notre époque que les autres menaces. Darkseid, Apocalypse et Thanos pouvaient attendre devant les grands mystères de ce monstre. J’avais accepté d’intégrer les Gardiens de la Galaxie et je ne m’étais jamais rendue compte de la différence majeure de mon expérience de solitaire et de l’expérience en équipe. Toujours mandatée de me rendre par mon Ancien Empire, il était de plaisant de vivre des nouvelles aventures avec cette mystérieuse petite équipe.

Allant à la Citadelle, découvrant des visages aussi riches que nostalgiques pour ma mémoire, Jasmine Sparks reprenait le rôle de Captain Marvel, alors que Sheri’Laar ressemblait beaucoup à sa mère dans son caractère. Retournant sur Terra, j’avais des craintes que les autorités Kree me retombent dessus, mais on dirait qu’ils avaient abandonné depuis quelques années de suivre mes traces sur Terra. Je savais que beaucoup d’évènements avaient changé, Martian Manhunter m’avait prévenu, mais j’avais un sentiment digne de la jeune de Kimberly pour découvrir ce monde de nouveau. L’esprit de la Justice League était resté, on m’avait prévenu de ne pas aller sur le continent américain vu que la princesse des Inhumains avait trouvé une place dans les Avengers.

J’avais donc décidé d’habiter en Europe, plus précisément en France pour éviter les ennuis. Je pouvais ainsi rencontrer de nombreux anciens contacts qui se sont remis dans le fameux groupe Européen. Franklin Scott, qui avait pris sa retraite, était revenu dans l’enseignement, alors que Liara, que Brian et ainsi que de nombreux autres étaient toujours disponibles pour se battre dans un monde de bien dans l’Alliance. J’étais surtout enthousiaste de revoir Kimberly Hart, qui avait décidé aussi de remettre ses bottes pour se battre. Je voulais donc lui réserver la surprise, mais on m’avait fourni des informations que Kim restait plutôt au Manoir Braddock.

Redécouvrant le Manoir Curie, certains visages me trouvaient encore étranges avec mon costume rouge, mais le sourire était honnête chez un homme comme Jean Curie. Scientifique à la Justice League, son âge commença à le marquer. On avait eu le temps de s’échanger quelques mots avant qu’un ombre du passé revient dans ma vie.

« Bonjour, Cereza. Cela fait longtemps qu’on ne s’est pas vu. »

Il était vrai que notre relation n’avait pas été la plus excellente de la Ligue des Justiciers. Je trouvais souvent que ces mouvements ou sa façon de penser devenaient pénibles au fil du temps. Peut-être que mon aspect de changements était bien plus rangé et la voyant garder des habitudes que je trouvais inutile au sens de notre combat en général, était parfois légèrement stupide. J’avais baissé la tête en respect, comme je pouvais faire avec la plupart des membres de la Ligue des Justiciers. »

_________________
avatar
Sam-Ara La Justicière

Messages : 213
Date d'inscription : 22/03/2017
Localisation : Dans l'Espace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Retour de l'Exil [ PV : Bayonetta]

Message  Cereza de l'Umbra le Mer 5 Juil 2017 - 6:20


Le claquement de mes talons me précède au sein du Manoir Curie, m’annonçant plus que la chanson que je fredonne pour accompagner ma démarche de mannequin. J’ai eu tout loisir durant les derniers mois de participer aux affaires de Vigrid, la cité-état reprenant de sa splendeur et devant bien se mettre à la démocratie puisqu’il n’est pas dans mon intention de participer à une nouvelle théocratie alors que j’ai mis fin à la précédente il y a huit ans, et il était plus que temps que je me remette aux affaires. Blue, blue, my world is blue ; Blue is my world now I’m without you.

Sans moi, Chimp aurait risqué de redevenir sobre et ça ne lui réussit pas, surtout considérant que le substitue qu’il s’est trouvé pour me remplacer n’est même pas en âge de boire légalement. Sans moi, beaucoup de monde au Bureau se serait senti tranquille hors il faut bien de la concurrence avec Hellboy pour aider Strange à se faire des cheveux blancs. Gray, gray, my life is gray ; Cold is my heart since you went away.

J’ignore combien de temps je vais rester à Paris avant qu’une enquête ne me conduise ailleurs mais j’ai l’occasion de m’y rappeler au bon souvenir d’autres connaissances que je n’ai pas vue depuis longtemps, la famille n’ayant pas manqué de me tenir au courant d’une visite inattendue que je m’en fais visiter d’une manière toute aussi inattendue et peut-être plus désagréable. Je sais qu’on dit "pas de nouvelles : bonne nouvelle" mais je n’en fais qu’à ma tête, comme d’habitude. Red, red, my eyes are red ; Crying for you, alone in my bed.

Etre le vilain petit canard de la Justice League, ça n’a pas plus à tous et cela fait parti de l’idée mais il n’empêche qu’il y avait quelque chose entre nous. Tous les membres d’une famille ne sont pas obligés de s’aimer mais ils restent relativement solidaire puisque partageant un lien que la plupart ne saurait renier et je ne fais pas exception, même si la marginalité m’est plus naturelle. Green, green, my jealous heart ; I doubted you and now we’re apart.

Sam me fuira-t-elle aujourd’hui comme alors ? Je suis curieuse de voir cela. La défiance et la froideur ne m’ont jamais gênée, simplifiant grandement la relation, mais une relation implique également qu’il y ait interaction et c’est avec cette même combinaison de cheveux que j’avais déjà à l’époque que je fais face à mon ancienne sœur de justice. J’ai une main sur la hanche alors que je m’immobilise à une distance convenable d’elle, écoutant ses salutations avec un sourire et un murmure inaudible. When we met how the brigth sun shone ; Then love died, now the raindow is gone.

Non, en effet. Mais je suis ravie d’apprendre que tu as demandé de mes nouvelles. Qui t’as dit pour mon nom ? Jean ? Liara ? Ouro ?

J’accorde un sourire au vieux scientifique avant de reprendre en direction de celle que je suis venue voir, non par mépris pour le premier mais plutôt par intérêt pour la seconde.  Ne pas avoir l’occasion de m’introduire par une identité que je n’ai retrouvée que cinq ans après la dissolution de la Justice League ne me pose pas le moindre problème. Certes l’effet de surprise est un peu gâché mais ça prouve qu’on parle de moi en mon absence. Comme disait Oscar Wilde, "qu’on parle de vous est horrible mais il y a une chose encore pire : qu’on n’en parle pas". Heureusement, à interrompre Sam-Ara et Jean Curie tel que je le fais, je m’assure une dépréciation dont ils parleront au moins une fois chacun.

Tu me pardonneras de ne pas commencer par les détails de ma mémoire retrouvée immédiatement, je préfère garder le meilleur pour la fin. Ainsi, qu’as-tu à nous raconter Grande Bleue ?

Je romps ma posture de podium afin de croiser mes gants blancs devant moi, silencieuse et en attente. En treize ans, même au sein d’une retraite, il doit s’être passé des choses et ce qui est arrivé à Sam-Ara m’intéresse d’avantage que raconter ma vie, même si j’énonce l’inverse. De plus, Jean est déjà au courant et il a sans doute mieux à radoter qu’entendre quelqu’un d’autre le faire. Et puis, fonction des ragots récités sur ma personne, je n’aurais peut-être même pas à m’embarrasser de mon propre cas.

Mais avant de trop m’avancer, je laisse le soin à mon interlocutrice de mener la danse. Nous avions autrefois une bonne coordination au combat, chose surprenante considérant le relatif manque de confiance, et je ne pense pas que cela se soit perdu avec le temps. Je vais bien voir, après tout cela fait parti de mon passé retrouvé que d’être une veilleuse.

_________________
Bayonetta
Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 41

avatar
Cereza de l'Umbra

Messages : 119
Date d'inscription : 10/03/2016
Age : 23

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Retour de l'Exil [ PV : Bayonetta]

Message  Sam-Ara La Justicière le Lun 28 Aoû 2017 - 0:11


Le Retour de l'Exil

« Au grand plaisir de certains écrivains venant de Terra, ils aimaient beaucoup parler d’internationalisme pour le cas de la Ligue de la Justice. Car oui, la Terra avait eu le don particulier de se diviser religieusement ou politiquement en de nombreux clans différents. Ils aimaient le concept que Terra s’unissait par une idée de défense contre l’inconnue, mais ils n’avaient jamais prévu une diversité allant plus loin que leurs propres concepts. Plusieurs étaient humains ou mutants dans cette organisation, cependant les espèces venant de l’univers entier, de dimensions ou même leurs anciennes mythologies. Cereza et moi, on venait de deux mondes différents où que les considérations, les principes et les buts sont particulièrement différents. Je me plaisais à dire que mes buts pouvaient être plus sincères, mais que mes principes pouvaient être aussi déplaisants au début de ma mission dans notre ancienne équipe.

Au grand malheur de certains, j’avais commencé à me soucier de mes nombreux compagnons après quelques années. Cette compassion pouvait être de considération humaine, elle pouvait être critiquée et elle a été longtemps ce qui m’avait adressé un portrait plutôt négatif pour l’Empire Inhumain-Kree. Mon attachement envers Kimberly m’avait donné le titre de Traitresse. Cet attachement envers mon ancien compagnon, J’onz J’onzz, m’a aussi permit de prendre des nouvelles de Terra ou de mes autres compagnons, ayant décidés de suivre un autre chemin que la petite planète bleue. Je n’avais peut-être pas autant aidé que Cereza et ses compagnons dans le BPRD, mais ma conscience me disait que je pouvais plus aider en quittant Terra qu’en restant.

Jouer un rôle n’était pas une idée très intéressante pour moi : Avoir le rôle du petit canard ou de la guerrière restait aussi subtil que maladroit dans la reconnaissance des actions de nos combats. Ma difficulté avec Cereza ne venait pas de son rôle, mais de l’idée de définir son rôle dans notre groupe. J’étais toujours très douteuse des principes de rôles, surtout par les questions et les énigmes qui composent l’individualité de chaque rencontre. C’était un problème de perception, mais aussi un manque de sérieux dans la plupart des connexions que je pouvais avoir. Je manquais peut-être d’humour, mon sérieux plongeait peut-être cette relation, cependant ma curiosité pour mes coéquipiers avait toujours été au centre de mes considérations.

« Est-ce vraiment important? Tant de noms ou de visages familiers, peut-être qu’ils ne sont pas juste un, mais bien plusieurs. Et peut-être que cela venait plus de discussions de bouche à oreille. Certains de nos anciens amis sont venus me visiter sur ma planète-refuge. Ils m’apportaient ainsi de nombreuses nouvelles… »  

C’était peut-être une réponse malicieuse, je ne pouvais pas réellement le dire ou le prétendre. Je pouvais la laisser perplexe et de toute façon, cette réponse est vraie. Martian Manhunter m’avait apportée de nombreuses nouvelles durant ses courts séjours, c’était un sujet très important pour nous de considérer d’abord notre famille avant de se lancer dans les discussions sur les avancées ou même sur les régressions de Terra. De cette façon, Jean-Curie pouvait s’en sortir sans être soucier par le sourire de Cereza. Et ainsi cette interruption ne sera pas parlée, uniquement par une réponse plutôt vague de ma part une certaine froideur des Kree. Ma réaction physique était toujours aussi marquée dans une neutralité et même parfois dans un commandement involontaire, faisant taire toutes prétentions ou malices.

« Nul besoin de pardon ou d’excuses, une mémoire retrouvée est un sujet personnel que je ne vois pas l’intérêt réel de poser des questions sans gêner. Cependant si dans cette mémoire retrouvée, des sources de réponses collectives sont importantes à considérer dans l’avenir pour des réponses, je vous invite à les faire part dans la collecte de données de la Ligue de la Justice. Et pour ma part, raconter n’est pas pertinent, ni très intéressant. La seule évolution considérable est que j’ai décidé de reprendre une fonction en vu d’une mission. L’univers est vaste et elle laisse toujours une certaine impression d’obscurité quand nous arrêtons de la surveiller pendant quelques années terrestres. »

Darkseid? Thanos? Brainiac? Ou un autre ennemi assez important? Je ne considérais pas me lancer immédiatement dans les faits lorsque nous étions tous en train d’enquêter sur le sujet avec les Gardiens de la Galaxie. De plus, Cereza pouvait faire sa propre enquête pour en connaître des informations supplémentaires sur mon affiliation ou ma mission. Jean-Curie pouvait avoir un petit malaise en nous voyant, surtout me regardant lui donner des réponses aussi vagues. La coordination au combat, la confiance et les dialogues pouvaient devenir des variations dans notre relation.

« Le Manoir des Curie a demandé tes services pour un mystère ou une mission? Ou c’est le BPRD qui t’a envoyé? Ou tu es là par initiative personnelle? »

C’était à mon tour de lui poser des questions, non sur le passé, mais bien sur les évènements actuels. Mes mains au dos, je la regardais encore d’une fois plutôt neutre et je ne mesurais aucun mépris actuel envers sa posture, ses idées ou son comportement. Je savais être tolérante, même si les possibilités relationnelles pouvaient être souvent limitées avec moi. Je savais aussi être patiente, même si l’impatience pouvait devenir l’une des variations comme réponse, mais je savais aussi que ma neutralité pouvait causée des soucis de compréhensions, mais malgré cette façon de s’exprimer, j’étais convaincue de pouvoir parler avec n’importe quels êtres portant des idées ou des jugements différents des miens. »

_________________
avatar
Sam-Ara La Justicière

Messages : 213
Date d'inscription : 22/03/2017
Localisation : Dans l'Espace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Retour de l'Exil [ PV : Bayonetta]

Message  Cereza de l'Umbra le Mar 5 Sep 2017 - 8:35


Le sourire pour Jean s’amplifie à la réponse de Sam, par appréciation de sa volonté de faire du mystère ; une chose dont toute femme fait usage, à un moment ou un autre. Tant de noms et de visages familiers, tant de rumeurs possibles, tant de nouvelles données…

Non, ce n’est pas réellement important. J’ai toujours su être l’un de vos sujets de discussion réguliers.

Ce comportement partiellement responsable du fait qu’on jase autant sur moi dans mon dos, je le sais et poursuis donc. C’est tant mieux qu’il n’y ait nul besoin de pardon ou d’excuse : je n’en demandais pas, émettant simplement une suggestion. Quand au sujet personnel et à l’absence d’intérêt de question n’étant pas gênante,  voici qui me conduit à décroiser les bras pour ramener les mains de part et d’autre du bassin, effaçant mon sourire. Je finis même par lever les yeux au ciel à l’invitation de faire part des "sources de réponses collectives importantes à considérer dans l’avenir" à la collecte de données de la Justice League ; comme si l’organisation existait encore et que je n’étais pas assez responsable pour en avoir parlé à Cyborg comme au Bureau du Paranormal. Huit années, ce n’est pas sensé être grand-chose mais c’est quand même suffisamment pour que j’ai des jours creux où l’idée de faire preuve de bon sens me vienne à l’esprit.

Après, si les treize ans sur la planète-refuge peuvent se résumer aux visites de la famille et à une retraite sans intérêt, je comprends que ce délai puisse sembler… disons… improductif. Mais le temps est venu de retourner aux affaires et elles sont une fois encore dirigées vers ce vaste et dangereux univers. L’obscurité, voici qui me fait fixer intensément Sam, l’iris de mon œil gauche luisant légèrement de rouge. Mais cela cesse bien vite alors que je me fends d’un sourire narquois.

Si dans cette mission, des sources de réponses collectives sont importantes à considérer pour l’avenir, je t’invite également à en faire part à Cyborg et aux autres groupes terriens qui pourraient être concernés.

Un clin d’œil ponctue le tout, histoire d’être certaine qu’on s’est comprise, et je n’interroge pas plus sur le sujet à défaut de craindre d’être gênante. Si Sam s’occupe de l’objet de sa mission, je n’ai à m’inquiéter que si elle vient demander mon aide ; si elle ne le fait pas, c’est qu’elle gère. Je crois qu’on nomme cela la confiance, à défaut de l’exprimer ainsi.

Pauvre Jean, il doit être trop vieux pour ces conneries à présent et pourtant le voici, malaisé. Mais ce n’est pas tous les jours, ni même tous les ans à présent, qu’on peut voir une rencontre entre l’exploratrice extraterrestre capable de broyer un tank à mains nues et la sorcière mercenaire s’étant rachetée une conduite sans avoir changé la sienne. Néanmoins, son implication en tant qu’ancien de la Justice League implique qu’il y ait une certaine justice là-dedans, pour ne pas dire une habitude.

Sam me pose des questions à son tour et j’entreprends d’accompagner mes réponses par le son de mes talons, marchant en un arc de cercle jusqu’à Jean tout en regardant mon interlocutrice.

J’ai dû interrompre des vacances humanitaires dans les Pyrénées lorsque mon binôme a suffisamment dessaoulé pour reprendre l’une de mes affaires en cours. De l’Olympien, des mort-vivants et une gamine de l’ACE ; un jour comme un autre…

Proserpine et Sif se sont occupées de la première occurrence de notre criminel nécromancien, m’ayant conduit à m’entretenir avec la première puisque possédant déjà le "débriefing" de la seconde. J’avais du fait laissé à Chimp le moyen de contacter la "victime" au besoin et c’est ce qui a permis de contenir la seconde occurrence de cette affaire mais inutile de rentrer dans les détails.

Pas d’inquiétude, tout est revenu dans l’ordre : l’enquête progresse, le taux d’alcoolémie de mon coéquipier aussi, les morts et les vivants sont chacun à leur place.

L’ennui avec le terrorisme ésotérique est le même qu’avec le terrorisme : difficile à prévenir et ardu à remonter la piste. Mais nous avons acquis l’identité de notre nécromant et dès qu’il aura refait surface, j’irai lui expliquer ma conception de la mort. Proserpine aura son âme, oui, mais une fois qu’il aura passée le restant de sa décrépitude en prison ; tout le monde y trouve son compte et la justice est rendue, sur terre comme en enfer.

M’arrêtant au côté de Jean, mon regard comme mes paroles se tournent vers celui-ci.

Cela étant, si les Curie ont jamais besoin de mes services, qu’ils n’hésitent pas à demander. Après tout, le Bureau vous a déjà réclamé des interventions il me semble.

Le vieil homme doit être bien content que je ne sois pas régulièrement sur son territoire et qu’il contienne également la base européenne du Bureau, donc un lieu de résidence relativement loin de celui-ci. Cela étant, il est rare que je propose mon aide sans rien réclamer en retour, quand bien même c’est de l’ordre du professionnel. Mais c’est peut-être justement parce qu’il n’est pas entièrement question de professionnel ici que je propose mon aide, cela restera un mystère.

Et si ta mission réclame une force de frappe digne des vieux jours, Grande Bleue, n’hésite pas non plus. C’est toujours une occasion unique de donner un spectacle dans l’espace.

Et généralement une plaie considérant les différences de gravité voir son absence, chose nécessitant une adaptation parfois supérieure à celle requise par l’ennemi, mais je ne pense pas m’en être trop mal sortie les dernières fois. Mieux vaut trop que pas assez, cela vaut également pour la gravité ; même si c’est une question de point de vue, j’imagine. Qu’importe.

Bien. Si tes treize dernières années et mes cinq derniers siècles n’ont pas à être abordés, je vais vous laisser.

Sam-Ara va bien et est égale à elle-même, j’ai vu ce que je voulais voir. Je ne m’exécute cependant pas de suite, attendant de voir s’il sera également question de dire ce que je voulais dire. Oui, c’est personnel… comme la décennie que j’ai passé avec la Justice League. Mais peut-être que les liens de cette décade ont été suffisant à ce qu’il n’y ait plus rien à dire, cela m’ira aussi. Enfin, tant que j’ai le dernier mot.

_________________
Bayonetta
Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 41

avatar
Cereza de l'Umbra

Messages : 119
Date d'inscription : 10/03/2016
Age : 23

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Retour de l'Exil [ PV : Bayonetta]

Message  Sam-Ara La Justicière le Ven 8 Sep 2017 - 0:06


Le Retour de l'Exil

« Je ne comprenais pas la réelle envie de mon ancienne coéquipière de penser qu’elle pouvait être un sujet dans de nombreuses discussions. Il était normal d’avoir comme sujets la vie de nos anciens compagnons, c’était ainsi depuis le début de notre alliance. Nous étions tous d’origines différentes, notre passé pouvait donc devenir extrêmement obscur lors de nos discussions communes, alors on parlait plus de nos aventures ou encore de nos nouvelles amitiés, comme dirait Kimberly. Elle parlait de sujets réguliers, mais je ne laissais aucune réponse, si Cereza essayait de donner une valeur en pensant être un sujet de discussion fréquent, je n’allais pas lui enlever cette prétention. Cette idée pouvait être enfantine, mais je n’étais pas là pour juger ces esprits et les envies de la sorcière.  

La jeune immortelle me conseillait de préciser tous les détails intéressants sur des réponses collectives devraient être transmisses à Cyborg et aux autres groupes terriens. Je pouvais être certainement d’accord avec l’idée de transmettre les informations supplémentaires à Cyborg, mais à tous les groupes terrestres? Je pouvais comprendre l’idée et même la logique que cela soit dans le journal d’analyses de tous les groupes, mais j’avais une méfiance envers les Avengers qui semblaient vouloir se propager pour tenter de prendre une influence similaire comme la Justice League, mais sans posséder les qualités de notre ancienne organisation.

« Mon actuel groupe a déjà donné les informations à Cyborg et l’une des raisons pourquoi je suis en Europe est que nous sommes en train de les mettre au courant l’une des menaces les plus importantes de la Galaxie. Néanmoins, il ne faut pas s’inquiéter dans l’immédiat, d’autres galaxies peuvent être bien plus en dangers que la Galaxie de Terra. »

Cereza accentuait sa dernière réponse avec un clin d’œil. Retournant une question vers mon ancienne coéquipière sur la raison de sa présence, elle avait décidé de s’avancer vers nous pour commencer à répondre à notre question. Interrompant quelques vacances sur le Pyrénées, une espace que j’ai entendu parler, mais qui ne me laissait pas vraiment une idée fixe sur le lieu. Je connais quelques recoins de Terra, mais certains lieux ne me laissaient que des répétitions oraux chez plusieurs membres de la Ligue de la Justice et non à une réelle visite. Répondant à mes questions, elle avait une enquête sur les Olympiens, des morts-vivants (Venant peut-être des Marcheurs Blancs) et d’une jeune fille du nouvel groupe européen. Cependant, cette enquête semblait s’être terminée depuis un temps vu que Cereza ne précisait pas réellement le temps des actions. Tournant son regard vers Jean-Curie, elle proposait ses services au bureau français.

Rappelant aussi le fait que le Bureau semblait avoir réclamé une intervention de la Brigade Chimérique, je restais plutôt sceptique à la remarque de réclamation. Je trouvais que ce mot était très difficile, surtout parce que je le voyais comme une obligation et non comme une demande. Mais, peut-être que cela venait uniquement de moi et de l’utilisation de ce fameux mot. Après ces paroles prononcées à Jean, Cereza prononça quelques mots à mon égard. Elle se proposait ainsi pour une mission spatiale. « Je vais prendre en considération cette proposition, Cereza. » Il était vrai qu’elle pouvait être efficace et si Brainiac comptait réellement sur la technologie Céleste, on avait besoin de plus d’alliés possibles, même si ce sont avec des danses pittoresques et ridicules. Cereza envisageait à un départ, mais j’avais une autre idée derrière la tête, et qui n’allait peut-être pas m’avantager au maximum.

« Nous avions presque terminé de discuter, Cereza. Si le Manoir de la Famille Curie possède encore les salles de simulations de combats, j’aimerais t’inviter à tenter un entraînement contre moi. En repos depuis mes treize dernières années, je n’ai pas pu m’entraîner comme avant, surtout en confrontant des menaces comme des brigands, des voleurs et des mercenaires. Alors, une confrontation avec toi pourrait aussi me dévoiler les améliorations nécessaires pour me remettre au niveau. »

Je le disais encore une fois avec de ma neutralité habituelle, tentant de concilier nos deux natures contradictoires ensemble. Je lui faisais cependant assez confiance pour avoir du respect envers ma personne, malgré les nombreuses différences entre nos deux caractères. Je pouvais aussi tomber dans le refus de sa part, mais c’était une suggestion pouvant être présenté d’une amicalité ou même nostalgique vu nos deux anciennes expériences en commun.   »

_________________
avatar
Sam-Ara La Justicière

Messages : 213
Date d'inscription : 22/03/2017
Localisation : Dans l'Espace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Retour de l'Exil [ PV : Bayonetta]

Message  Cereza de l'Umbra le Lun 11 Sep 2017 - 8:28


C’est donc le partage d’informations au-delà du réseau familial qui motive Sam à venir sur ce contient, voici qui est pour le moins intéressant. Les menaces les plus importantes de la galaxie, cela doit se compte sur les doigts de la main et ne laisse donc que peu de possibilités ; l’un des adversaires défait par la Justice League aurait-il eu le temps de reconstituer ses forces ? Thanos l’a bien fait, sans réellement plus de succès. La Terre posera toujours plus de défi que la plupart des autres planètes et c’est bien pour cela qu’il y aura toujours plus d’êtres pour venir les relever. Enfin, encore faut-il qu’ils considèrent que le trajet vaut la branlée qu’ils recevront une fois ici. Cela ne semble pas être le cas cette fois, les galaxies plus proches semblant plus à craindre cet ancien ennemi. Soit.

La proposition de mon aide contre cette menace prise en considération, la possibilité de mettre un terme à tout cela est proposée à son tour mais elle rencontre une réponse surprenante. Savoir que la discussion entre Sam et Jean était quasiment terminée rend mon interruption moins grave, chose qui me désole, mais l’invitation à une confrontation d’entrainement me fait légèrement pencher la tête et plisser les yeux afin de constater tout le sérieux avec lequel elle m’est proposée. Beaucoup de gens sont prompts à se moquer du Ballet de l’Umbra, beaucoup plus que de la capoeira d’ailleurs alors qu’il s’agit également d’une danse martiale, mais très peu sont volontaires pour y faire face ; même avec l’assurance que cela se finira sans une mise à mort. Chose qui reste pourtant la visée originelle.

Il s’est avéré que ma technique provient d’un ordre assassin dont je suis l’une des deux dernières représentantes… mais s’il faut cela pour te débarrasser de ta rouille, comment pourrais-je te refuser une danse ?

Ma déclaration terminée, j’appose mes mains sur mes hanches et baisse légèrement le visage pour fixer ma partenaire dans les yeux. Je fais face à la neutralité de Sam-Ara avec l’arrogance prédatrice de l’Umbra. Préciser combien mes pouvoirs se sont accrus depuis la fin de la Justice League serait une provocation inadéquate, il n’est pas question de mettre Sam en danger en employant des démons autres que Butterfly et même celle-ci sera inutile considérant le contrôle du biologisme Kree. La danse à venir se fera à l’échelle humaine, reste à savoir à quel niveau de celle-ci.

Mêmes règles que toujours : je gagne si tu abandonne ou si tu perds connaissance, tu gagnes à partir du moment où tu m’as touchée une fois.

Sam-Ara peut peut-être m’offrir peut-être l’occasion de lui infliger du dégât en réduisant sa résistance physique, sans quoi elle serait invulnérable à mes coups et je devrais avoir recours à ma tutélaire, mais je n’ai pas l’intention de devenir négligente pour autant. Dans un combat contre un super, la moindre force surhumaine me tuerait en un coup et j’aime que mes entrainements soient réalistes. Evidemment, je ne gagne pas souvent mes entrainements mais je ne suis pas là pour les gagner.

Jean ? Sois aimable et guide-nous.

Ramenant mes mains le long de mon corps, je commence à marcher en suite du seul à réellement connaitre les lieux. Mon défilé continue d’une façon bien moins appuyée que précédemment jusqu’à ce que nous pénétrions dans la salle de simulations, une main rejoignant alors mon flanc alors que mon visage détail ce lieu dont j’escompte bien faire usage au mieux. Un ring est quelque chose que j’ai toujours méprisé, ce n’est pas un lieu convenable pour une véritable danse et les arènes urbaines comme sauvages ont tellement plus de charme que ce petit carré impersonnel. Cela dit, cette salle n’est pas réellement personnelle non plus, même si je m’attends un peu à des surprises comme au sein du manoir de Xavier ; à tord, surement. Je n’ai cependant pas besoin d’une telle technologie pour m’amuser en dansant, les plaisirs simples sont souvent les meilleurs. Je tacherai de ne pas m’emporter cependant, ce n’est qu’un entrainement.

Avançant encore de quelques pas dans la salle, je finis mon tour visuel des lieux. Puis l’un de mes talons claque alors que je m’immobilise, un instant avant que l’autre pied ne pivote de façon gracieuse afin de me ramener face à Sam-Ara, moyennant quelques mètres de distance. Lentement, je prends ma garde dont les bras forment un croissant de lune, la main arrière au niveau de mon visage et la main avant amenée au niveau de mon bassin. En appui sur mon pied arrière et relevant légèrement celui sur lequel j’ai pivoté, je regarde Sam avec le sourire.

Puisque tu n’es plus au mieux de ta forme, je t’en prie : donne le rythme.

Je n’ai rien à envier aux athlètes olympiques mais la physiologie kree les surpasse, chose qui compensera peut-être le fait que ma technique martiale surclasse celle de Sam. Après, je n’ai aucune crainte à lui laisser l’initiative puisque ma danse martiale se base sur les esquives jusqu’à ce qu’une ouverture soit trouvée et exploitée. Ne pratiquer que très peu de sparring ne m’empêche pas de m’entretenir, seulement je privilégie les confrontations létales apportées par la vie d’agente d’intervention du BPRD aux entrainements comme celui-ci. Mais rares sont les adversaires à me donner une réelle opposition, ou opportunité de m’améliorer, du fait ; ne le cherchant pas particulièrement, cela me va. Je suis néanmoins ravie d’aider une amie à refaire ses armes.

Je reste donc en position de garde, principalement concernée par l’esquive des futures attaques et l’observation de combien le temps et le manque d’exercice se sont agrippés à la technique de mon adversaire. Je ne pense pas avoir à user du premier pour gripper ladite technique, surtout que j’ai d’autres surprises plus amusantes en tête.

_________________
Bayonetta
Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 41

avatar
Cereza de l'Umbra

Messages : 119
Date d'inscription : 10/03/2016
Age : 23

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Retour de l'Exil [ PV : Bayonetta]

Message  Sam-Ara La Justicière le Mer 11 Oct 2017 - 1:42


Le Retour de l'Exil

« On pouvait avoir des différences majeures comme comportement ou comme idées, mais on pouvait être en accord sur la férocité réputée de Terra. Ayant défait Darkseid avec uniquement quelques membres de cette planète, leur réputation n’était plus limitée à une revendication territoriale d’un Empire, mais bien à une défaite historique pour un Monstre imbattable. Et si les mauvaises langues parlaient souvent du facteur de la Justice League pour expliquer les défaites de Thanos, de Darkseid ou de Brainiac, les Avengers avaient prouvé une capacité de défense contre le Seigneur de Guerre ; Thanos. Terra était une unicité rare dans l’Histoire de la Galaxie, malgré tout ce que Ronan pouvait raconter. Je m’étais attachée à cette planète et elle avait aujourd’hui une importance émotionnelle, brisant ainsi ma neutralité du début, mais on ne pouvait pas tout simplement ignorer les multiples défenses de Terra contre des ennemis internes ou externes.

Brainiac avait peut-être compris pour Terra et maintenant il pouvait s’acharner librement dans la galaxie à place de rechercher la destruction de Kara ou de Clark, tous les deux, cibles préférées de plusieurs de nos grands ennemis. Les Gardiens de la Galaxie étaient donc une réponse adéquate à cette attaque, en espérant que les Empires et que Terra comprennent largement le potentiel que Brainiac peut composer aujourd’hui. Cependant, il était peut-être le temps pour que je me change mes idées. Même dans le passé sur une planète complètement désertique, il m’était difficile de me sortir de mes pensées et de mes abandons.

Puis-je donc être complètement sensée de demander un combat contre Cereza lorsque mes seuls combats avaient été contre des mercenaires, des brigands ou simplement des petits voleurs? Rationnellement, la réponse pouvait être dans la négative, mais je ne pouvais pas reculer sur cet avis. Il m’était impossible de sortir cette idiotie que Terra avait amené la « danse » comme une spécialité au combat. Quelques esquives ou transitions pouvaient faire penser aux mouvements décadents de Kimberly durant ses danses-roses, mais la force et la précision ne venaient pas d’une danse quelconque, mais bien d’une spécialité. Ainsi, je pouvais être brutale dans mes observations avec Cereza, mais elle me laissait présomptueuse avec ses premières indications sur la provenance de cette dernière représentation chez les assassins.

« Je peux donc en conclure que cette dernière représentation vient de l’extermination entière de cet ancien ordre? Ayant restée dans années terriennes à affronter des mercenaires et des brigands, si tu te retrouves en difficulté contre moi, je pense qu’il serait une bonne idée d’envisager un autre entraînement pour changer de styles de combat. »

L’arrogance de l’Umbra venait de tomber dans la répartie Kree. La neutralité restait au rendez-vous, malgré mes provocations sur son art si mystique et dangereux que les nombreux candidats dans ce domaine se sont éteints. Cereza décida de garder les mêmes règles qu’à son habitude pour les combats : Perte de connaissance ou abandon pour les autres, alors que pour ces adversaires, il fallait uniquement la toucher une fois pour une victoire. Le manque de précision lui pourrait être dangereux dans les deux cas, surtout avec mon utilisation de la Télékinésie pouvant la toucher, mais il était souvent courant que plusieurs combattants ne considéraient pas la télékinésie comme une expansion. « Comme tu le désires. » Il ne me dérangeait pas de perdre connaissance, contre Diana ou contre Kara, leur brutalité m’avait souvent mis au sol, mais je doutais nécessairement des capacités possibles pour me mettre dans un tel état avec Cereza.

Jean commença à nous amener dans le lieu d’entraînements du Manoir Curie. Marchant silencieusement vers les couloirs, je ne me permettais pas réellement d’entreprendre une nouvelle discussion ou une provocation. Je savais que ce jeu pouvait être réellement épuisant en général, surtout avec une personnalité aussi forte que celle de Cereza. Rentrant dans la salle métallique, nos regards font les alentours du terrain de combat avant que la Sorcière dévie le regard vers moi. Son sourire voulait tout symboliser dans ses futures requêtes : Elle voulait que je donne le premier coup.

Je n’aimais pas donner les premiers coups, bien que plusieurs de mes attitudes soient offensifs, je m’étais toujours fait remarquée par des attitudes très défensives. Je pouvais bien sûr m’adapter pour la combattre, déjà mon endurance était plus légère qu’à l’habitude et mes futures attaques ne devraient pas être d’une puissance blessante pour la sorcière. Je commençais à baisser mes bras et serrer mes poings pour laisser un dernier regard vers la jeune femme. Pour mes premières offensives, j’allais surtout la tester.

Mes deux mains s’étaient positionnées devant moi pour lancer une première poussée psychique bleue en direction direct vers Bayonetta. Je lançais ensuite ma main gauche pour créer un autre champ bleu vers cette direction. Elle avait le choix de bouger dans la bonne direction et je voulais tester ses premières défensives avant d’être plus sérieuses dans le combat. Je savais déjà quoi faire comment techniques pour combats approchés pour commencer avant de rendre les mouvements plus rapides, tout en changeant les coups. Mais avant tout, il était le temps de tester les esquives de la danseuse exotique.   »

_________________
avatar
Sam-Ara La Justicière

Messages : 213
Date d'inscription : 22/03/2017
Localisation : Dans l'Espace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum