Qui sème le vent récolte la tempête [Jasmine]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Qui sème le vent récolte la tempête [Jasmine]

Message  Nikolaï M. Kolyakov le Dim 9 Avr 2017 - 11:51

Lumière tamisée, musique de chambre et serveurs masqués, pour un peu je me croirais à une orgie en devenir plutôt qu’à un gala de bienfaisance. A mon grand désespoir cependant, les verres qui circulent sont remplis de Manhattans et autres cocktails pour jeunes cadres dynamiques. Rien de suffisamment puissant pour calmer mes nerfs. Malgré tout, dans un geste de désespoir mal maîtrisé, j’avale d’une gorgée ce qu’il reste de mon Cosmopolitan. La vodka y est néanmoins si diluée que boire un jus de citron me ferait le même effet. Echangeant un sourire poli avec une soixantenaire dont les traits me sont vaguement familiers, je pars donc à la recherche de quelque chose de plus fort.

Les mauvaises langues diront que c’est l’ambiance pesante des lieux que je cherche à éviter mais ils auraient tort. Si mon statut personnel est un secret bien gardé, l’idée de participer au financement d’un orphelinat pour jeunes mutants dont les parents sont morts lors dans les camps genoshans me paraît une occasion digne de sortir les chéquiers. Bien évidemment, c’est le magnat du gaz et non le parrain mafieux qui est présent aujourd’hui mais les deux sont intéressés par les nouvelles opportunités offertes par le changement de régime au Genosha. Participer à la levée de fonds organisée par l’Unicef est par conséquent une façon aisée de chercher à se positionner sur les futurs marchés.

Ce soir, mon esprit n’est cependant pas disponible pour jouer pleinement de mon charme naturel et m’inviter auprès des personnes décisives. Mes pensées sont toutes tournées vers l’information que m’a fournie Dimitri alors que je m’apprêtais à sortir : des hommes de la Main ont été aperçus à Soho et Brooklyn. Car, la question que je ne cesse de me poser – pour aussi stupide et égocentrique qu’elle puisse être – est la suivante : sont-ils là pour moi ? Au premier abord, la partie rationnelle de mon cerveau trouve cela absurde. S’ils voulaient s’en prendre à mes affaires ou pire à ma personne, que feraient-ils de l’autre côté de la ville ? Sans compter que Boldarev et moi avons été particulièrement prudents de manière à ce que notre alliance ne soit pas annoncée publiquement. Rien d’aussi extravagant que l’idée de ne pas se contacter du tout comme c’est le cas en Europe avec la Ligue mais il n’en reste pas moins que, pour l’observateur non informé, ma progression sur les terres asiatiques de la Ligue n’est rien d’autre que le fruit d’un bon flair commercial et du culot qui va avec le choix de s’imposer sur l’ancien territoire d’un culte assassin. Une lecture un peu plus attentive de la situation offre cependant un terreau fertile à mes angoisses. Est-il après tout si impossible de croire que Shishido ait choisi de se venger du blanc-bec s’étant imposé chez lui, lien avec les Last Sons ou pas ? Pas à mes yeux en tous les cas. Ce qui explique mon malaise actuel.

Plutôt que d’écouter des discours bienpensants sur la souffrance des enfants de par le monde quand nous savons tous parfaitement qu’une fois la soirée terminée et les chèques signés, aucun des présents ne se préoccupera plus de la situation des orphelins genoshans, je préférerais être chez à moi à deviser d’un plan où cas mes craintes ne seraient pas infondées. Dimitri s’en occupe en ce moment même et j’ai toute confiance en mon second mais je n’aime pas l’idée de laisser à un autre ma protection. Cela sans même citer ma paranoïa naturelle qui fait actuellement des siennes et explique ma recherche quelque peu désespérée d’un calmant sous forme liquide.

A défaut de tomber sur une bouteille de pur scotch cachée sous la jupe d’une serveuse, mon regard croise celui d’une créature délicieuse et le sourire qu’elle me renvoie me décide à oublier mes soucis dans ses courbes généreuses. Très honnêtement, je ne suis pas certain que je serais capable d’aller jusqu’au bout de mon idée – le visage de Lilian s’infiltrant traîtreusement dans mon esprit à la simple évocation de la jeune femme dans mes draps – mais rien ne m’empêche de flirter quelques temps. Ce ne sera sûrement pas aussi efficace qu’un bon whisky pour oublier mes soucis mais il serait idiot de résister à l’appel de la beauté. C’est que peu de monde serait capable de porter le joyau vermillon qui rehausse la silhouette de ma mystérieuse vis-à-vis mais elle le fait avec une grâce naturelle et élégante que je ne peux m’empêcher d’admirer. M’emparant de deux boissons non identifiées sur le plateau d’un serveur itinérant, j’en lève donc une dans sa direction et l’invite d’une sourire à me rejoindre. Quitte à passer un mauvais moment, autant le faire en bonne compagnie.

_________________
avatar
Nikolaï M. Kolyakov

Messages : 217
Date d'inscription : 18/04/2015
Localisation : New-York (la plupart du temps)

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui sème le vent récolte la tempête [Jasmine]

Message  Jasmine A. Sparks le Lun 5 Juin 2017 - 0:35


Qui sème le vent récolte la tempête

« Je pense que je ne vais jamais m’habituer à cette vie. Elle est si différente et si complexe que les repères sont parfois difficiles de se rappeler. À chaque sujet avec Katherine Pryde ou avec Elizabeth Braddock, on me regarde parfois comme une extraterrestre lorsqu’on tombe sur le sujet de l’Histoire Politique et des changements majeurs dans nos sociétés. Lorsque toute l’Histoire de Rachel Summers est dans un bloc similaire à celui de cet univers, où les deux seules dérives à considérer, sont proprement l’attentat contre Alexander Luthor et l’Élection de William Stryker en 2016 pour amener la Planète au plus proche de toute son extinction avec des guerres meurtrières, la mienne sonne plus complexe par les différents changements de dates ou d’âges qui accompagnent les aventures de mon univers. Pendant que je mangeais avec des étudiants de l’Université de Columbia qui regardaient les séries éliminatoires de la NBA, ils étaient totalement chamboulés lorsque je parlais du règne de Lien Bias, multiple champion de la Coupe NBA avec les Celtics de Boston contre Michael Jordan entre les années 90 à 2000. Ces différences sont mineures, mais bien que je m’adapte rapidement de retrouver mes sources, j’ai l’impression qu’il est important d’aller chercher toutes les dates ou les personnalités sur Wikipédia pour voir si ceux-ci ont vécu de la même manière que dans mon univers.

Je dois aussi me souvenir que la seconde guerre mondiale s’est terminée vers 1945 et non vers 1950, je ne veux pas ressembler à une négationniste ou à une débile qui tente de refaire l’Histoire comme les politiciens pouvaient faire dans certains extrêmes. Les différences sont majeures dans l’Histoire avec un grand H, mais elle est aussi différente dans ma perspective individuelle. Avant d’arriver dans cet univers, mon visage était connu dans son ensemble. J’étais la Captain Marvel d’un autre univers, largement louangé par de nombreux Geeks, me faisant souvent des éloges sur ma carrière dans les X-Men pour continuer à décrier mes exploits dans les Watchmen et dans les Prodigies. Dire que j’ai même de la difficulté à retenir que les X-Men, dans cet univers, sont secrets, c’est tout un défi culturel de plonger dans une ligne temporelle complètement différente à la mienne. Alors me promener dans la rue sans me faire intercepter par des fans, c’est quelque chose de plutôt étonnant dans ma petite vie.

Il me reste beaucoup à apprendre dans cet univers, tous les détails autour des évènements sportifs, des présidents des États-Unis, des crimes contre la mutanité ou tout autre. Une seule différence me rend vraiment malade dans ce changement, c’est comment la Famille Sparks n’existe pas du tout pour laisser la Famille Danvers, dont la maladive Carol Danvers prendre le nom de Captain Marvel. À chaque fois qu’on me rappelle que je suis logiquement son double, je pense que je dois vomir au moins ma journée au complet pour sentir mon âme moins souillé. C’est vrai que voir Doom au pouvoir en Latvérie ou encore la Famille Williams avec une certaine légitimité peuvent me dégouter, mais ce niveau n’est pas aussi insultant que cette Carol Danvers.

Elle semblait suivre le même parcours que moi, mais les avis politiques sont aussi répugnants que diamétralement opposés aux miens. Au moins, si elle s’amuse à faire la belle devant les médias, je peux enfin retrouver un anonymat qui me manquait sincèrement. Vous savez quand on arrive sur Facebook et on apprend que des journalistes ont réussi à nous prendre en photos pendant tes vacances à Miami, c’est assez décoiffant et insultant. Ce désir de vedettariat s’illusionne dans tous les univers pour les héros, on dirait. Plusieurs héros sont friands de cette mode, alors que moi, je me sentais juste déboussolée. Les États-Unis aiment profondément le show-business, la téléréalité et le paparazzi étouffant, les Héros, devenus des artisans de ces facteurs, sont la preuve vivante de cet effet. Même dans d’autres univers sans héros, ils ont élu l’être ayant le moins d’intelligences possibles des États-Unis venant de stupide téléréalité moralisatrice comme président. Je ne suis pas partisane de cette mode, mais je ne suis pas faite pour donner un jugement ultime envers cette sur-utilisation de cette image, cependant j’aime mieux l’éviter que plonger dedans.

De plus, je profite de mon anonymat pour faire une petite mission sur le terrain des mafias. Perdant mon temps pour être la surveillante des activités extérieurs pour les jeunes mutants de l’Institut Xavier, j’ai découvert l’existence des séries comme les Sopranos ou Breaking Bad, qui m’ont motivé à accepter cette mission dès que la réunion des X-Men a commencé. Cependant, je vous avoue aussi mon intérêt pour l’une des cibles les plus importantes à protéger : Nikolaï Kolyakov. Je n’ai jamais connu un Nikolaï dans mon univers, mais son nom faisait parti de l’une des nombreuses familles, souvent opposés aux Régimes Alliés pour stabiliser la Russie, en guerre depuis 2000 par la chute de l’Union Soviétique, soutenant ainsi Victor Von Doom dans son désir de remporter cette guerre contre les Héros des Prodigies – La Justice League de mon époque-. Tout est très différent aujourd’hui, surtout avec un empire financier à ses bottes, on ne fait pas des guerres quant on gagne déjà dans un domaine.

Ma mission était simple : Protéger ma cible devant des menaces comme la Fraternité ou la Main. Les X-Men favorisaient donc mieux le milieu mafieux que le milieu des assassins, avec des raisons qui sont extrêmement logiques : La barbarie. Les ordres assassins semblaient rentrer dans une tourmente très importante, relevant ainsi des instabilités provoquant des sanglants massacres pour un oui ou pour un non. Pour cette soirée mélangeant masques, alcools légers et musiques, Katherine m’a aidé à trouver la robe parfaite pour ce modèle. Rouge et long, je ne me perdais pas au moins dans ce qui attire l’œil chez les hommes, restant dans les mêmes modes sexualisés que dans mon univers. Portant cette robe rouge des genoux jusqu’au décolleté, le bas était noir, rappelant ainsi les rares couleurs de mon costume de Captain Marvel. Cela faisait contemporain selon Kitty de mélanger les deux couleurs.

« Caricatural » était le mot destiné à la vision de Katherine sur cette soirée, cependant, découvrant le décor et les masques ridicules des serveurs, il est vrai que la soirée ressemble aux bizarreries qu’on retrouve dans les films érotico-masochistes. Passant entre les différents invités, je remarque rapidement que la discussion principale est concentrée sur Genosha. Je me souviens d’un coup que Genosha est très récent dans cet univers, alors que dans le mien, on a commencé à s’habituer avec cet État donné à Magnéto et à la Confrérie. La création de l’État est très différente encore, Magnéto l’avait gagné en chassant Apocalypse, alors que dans cet univers, Luthor a juste encouragé l’initiative en éliminant complètement le financement de l’État anti-mutant.

Mais, je ne dois pas être préoccupée par la scène politique, mon premier but est surtout de trouver la personne que je dois protéger avant de pousser à une réflexion savante si on allait retomber sur un Deuxième Israël par Genosha. Les assassins ont souvent des méthodes peu orthodoxes pour tuer quelqu’un, mais ils préfèrent souvent la discrétion que faire un mariage rouge en massacrant tous les individus, faisant partis de cette soirée. C’est donc un avantage à court-terme, mais cela pourrait devenir rapidement problématique si je ne retrouve pas Nikolaï. Après m’avoir calmée, ne trouvant pas dans la tonne d’individus ma cible du moment, je tente de trouver ma patience d’antan en allant me situer sur une place prépondérante pour voir le public durant les discours.  

Et tout d’un coup, je le retrouve enfin. Surprise au début, je tente le regard « séductrice » que je pouvais avoir pour Hal avant sa mort. Lui faisant un petit signe de la tête, il saute rapidement sur la situation en prenant deux boissons  au hasard sur un plateau pour m’inviter par un petit regard vers moi. C’est assez étrange du coup d’être juste une femme comme les autres aujourd’hui, surtout en voyant comment ce mafieux avait une aise incroyable à m’inviter de le rejoindre. Mes petits talons frappent le sol à chaque avancé vers le jeune Nikolaï. Je me rappelle du coup comment je pouvais faire craquer mon petit Hal à une autre époque.

Je m’approche donc assez pour mettre mon haut en avantage, mais tout en laissant une petite espace pour me donner la boisson. Je tente de mettre de la pression cependant afin de faire ma Power Girl nécessaire pour, au moins, tenter qu’il penche le regard quelques fois.

« Alors, on s’ennuie sur la soirée spéciale Genosha? »

Même dans une infiltration plutôt flirteuse au début, je ne veux pas me faire voir comme une ignorante ou comme une fille de quelqu’un, qui ne sait pratiquement rien sur le fameux sujet de la soirée. Mes mots sont plutôt doux et chuchotés pour éviter de ne pas briser la soirée. Mon approche fonctionne du coup, j’ai ma cible devant moi et avec des yeux autour de lui pourvoir une menace ou une autre contre celui-ci. S’il tente de s’approcher un peu trop pour mettre ses mains sur moi, je vais essayer de partir un long dialogue sur  les réinterprétations néo-keynésiennes pour tenter de noyer le poisson.   »

_________________

« On vit de ce que l’on obtient. On construit sa vie sur ce que l’on donne. »
Winston Churchill
avatar
Jasmine A. Sparks

Messages : 421
Date d'inscription : 05/10/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui sème le vent récolte la tempête [Jasmine]

Message  Nikolaï M. Kolyakov le Mer 14 Juin 2017 - 8:44

Elle est encore plus belle de près. A cette distance, ses courbes généreuses sont parfaitement rehaussées pour être présentées au chaland avec classe et sans vulgarité aucune. J’ai néanmoins reçu une éducation de trop grande qualité pour laisser mon regard se promener comme le premier goujat venu. Apprécier une œuvre d’art et y poser ses sales pattes sont deux choses bien différentes et je n’ai pas l’intention de faire fuir ma compagne en faisant preuve d’un manque évident de galanterie. Si les choses viennent à progresser entre nous, elles le feront naturellement et non parce que je ne sais pas me tenir. Ainsi, lorsqu’elle s’approche et s’empare de son verre, je ne retiens pas le sourire amusé que me cause sa question mutine.

-Je suis démasqué à ce que je vois. Je reconnais que je n’avais pas de grandes attentes, ce n’est pas mon premier gala de charité et ils sont rarement excitants - discours bien-pensans obligent - mais celui-ci remporte la palme. Je ne sais pas quelle firme l’Unicef a engagé pour l’organisation mais, à leur place, je demanderais le remboursement de mes frais. Difficile de faire sentir la gravité du sujet lorsque se baladent dans la salle des serveurs qui ne dépareilleraient pas dans le prélude de Salo ou les 120 journées de Sodome.

Non mais sérieusement, pour une soirée en l’honneur d’orphelins de guerre, pour la plupart quasiment des victimes d’un génocide, un peu plus de sobriété aurait sûrement été la bienvenue. Enfin, dans le fond, peu m’importe. Une fois mon chèque encaissé, ce ne sont plus les orphelins genoshans mais leurs dirigeants qui attireront mon attention. Par conséquent, que ce gala soit d’un mauvais goût certain ne m’empêchera pas de dormir. Contrairement aux activités non supervisées des sagouins de la Main. Enfin, comme je le remarquais tantôt, il ne sert à rien de se faire du mauvais sang tant que je suis ici et ne peut rien y faire, autant donc me changer les idées en agréable compagnie.

-Mais assez parlé de la faute de goût des organisateurs, il y a tant de sujets ô combien plus intéressants. Votre présence ici pour n’en citer qu’un. Etes-vous venue participer à la levée de fonds ou bien faut-il que j’envisage une retraite stratégique après avoir copieusement insulté vos capacités d’organisatrice ?

A vrai dire, j’en doute fortement. J’ai croisé certains des grands pontes de l’Unicef au cours de la soirée et, même si elle était venue à leurs côtés, je refuse de croire qu’une femme aussi bien habillée puisse être à l’origine du désastre organisationnel auquel nous participons. Ce ne ferait tout bonnement pas sens. Elle ne peut par conséquent être qu’une invitée car si elle était une salariée d’Unicef suffisamment haut placée pour avoir été invitée ce soir, elle aurait eu son mot à dire et j’aime à penser qu’elle nous aurait évité au moins une partie du cauchemar. Reste à savoir qui elle est et l’intérêt qu’elle à être venue ce soir. Car les raisons d’accepter l’invitation sont multiples, que l’on représente une association d’aide aux réfugiés, une ONG plaidant pour une meilleure éducation des filles, un lobby de défense des mutants ou tout bonnement une entreprise comme la mienne cherchant à faire du profit, chacun a ses objectifs et il convient de les connaître avant de s’adresser à son vis-à-vis sous peine de commettre un impair. Il serait ainsi mal venu de critiquer la politique éducative promue par l’Unicef si je suis face à une représentante de l’une des nombreuses ONG dépendant de leur financement. A l’inverse, si j’ai face à moi une potentielle concurrente pour le marché genoshan, il est hors de question de me laisser avoir par sa délicieuse silhouette.

_________________
avatar
Nikolaï M. Kolyakov

Messages : 217
Date d'inscription : 18/04/2015
Localisation : New-York (la plupart du temps)

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui sème le vent récolte la tempête [Jasmine]

Message  Jasmine A. Sparks le Sam 24 Juin 2017 - 1:25


Qui sème le vent récolte la tempête

« L’anonymat est vraiment étrange quand tu es habituée à être un visage plutôt connu dans la mythologie actuelle. Les Prodigies de mon univers n’avaient peut-être pas eu autant de places que la Justice League, surtout que l’apparition des méta-humains est devenue une réalité bien plus tard dans mon univers. En 2000, les mutants étaient devenus un sujet préféré par le populisme, alors qu’en 2010, on commençait à établir que cela serait potentiellement intéressant de construire des groupes avec des individus possédant des pouvoirs extraordinaires quand on tente de combattre des ennemis avec des pouvoirs aussi puissants extraordinaires que destructeurs. Il est bizarre que dans cette ère, ils ont déjà dépassé le cadre traditionnel pour s’intéresser de ce sujet d’une manière globale à comment régir avec les êtres avec des pouvoirs au lieu de les écarter. Aujourd’hui, les Héros sont devenus des définitions assez multiples où il est facile de se perdre si on est incapable d’avoir un Wikipédia comme Pryde afin de suivre à toutes les informations disponibles pour les années passées ou pour les prochaines décennies.

Cette source d’anonymat est plutôt étrange pour moi, surtout marqué par l’ignorance presque total de mon être par la foule, hormis pour mes formes pour un jeune millionnaire. Lorsque ma question passe, sa réponse est immédiate, critiquant fortement l’allure de la soirée à place d’aller vers la modération. Je ne suis pas réellement surprise du coup, certains mœurs se ressemblent beaucoup entre les différents univers : Et quand on tente d’aider un pays en crise ou à ouvrir des centres de détoxication, il existe une différence majeure dans les moyens à prendre. Je parie que Genosha ressort des mêmes problèmes qu’à l’époque où mon Genosha avait été donné à la Confrérie : Donc dans la précarité, un développement économique défaillant et tout les problèmes qui viennent avec. Alors pour bien faire, il suffit un peu de modération et de sensibilisation pour s’intéresser à ces problèmes, mais on ne change pas réellement comment certains peuvent penser avec un claquement de doigt. Certains milieux sont toujours pris avec le même problème, qu’ils ne voient même pas le manque d’éthique de ce type de soirées.

« C’est difficile pour certaines élites de penser autrement autour pour trouver des solutions potables afin de régler des problèmes importants. Souvent, on pense que les billets verts et la richesse vont toujours être le plus efficaces pour tout, mais la Confrérie n’a jamais eu besoin d’argents pour arriver à leurs fins. Ils savent simplement comment le système fonctionne et comment en profiter au maximum. Je ne pense pas qu’aujourd’hui, certains dons vont changer réellement les problèmes des Genoshans. C’est triste à voir, mais cette soirée aide pour Genosha, juste pour donner une crédibilité supplémentaire à la Confrérie afin de commander le pays et non en aidant les victimes du précédent régime. »

J’avoue : J’ai fait plusieurs sophismes au début, relatant encore le point facile de viser les élites pour n’importe quels problèmes. C’est souvent de cette manière que les politiciens gagnent quelques points supplémentaires dans les grands discours. Accuser les autres de certains problèmes, c’est mieux que se remettre en question sur notre rôle dans la société et de comment le système fait fonctionner notre mode de vie. Souvent on préfère éviter de se poser des questions autour de ce sujet, mais je suis consciente aussi que Nikolaï ne doit pas être tellement attiré sur la responsabilité de ses victimes que cela soit par le marché de la drogue ou encore de la prostitution. Cela ne va jamais être une grande mode de se rendre responsables de nos actes, même si on tente de l’encourager partout.  

Nikolaï tente de ne pas faire de la psychologie ou de la philosophie, ce n’est pas vraiment nécessaire en ce moment. Au moins, les questions de Nikolaï sont inoffensives pour le coup, j’ai assez préparé ma double-identité qu’il n’existe pas un réel défi de mentir. J’adopte aussi même mon nom pour pratiquer une certaine facilité dans cette nouvelle identité.

« Pas besoin de rentrer dans une retraite stratégique, je ne possède pas les moyens pour organiser une telle soirée. Comme vous, je suis venue pour participer à la levée de fond, mais je ne m’attendais pas que la qualité ne soit pas au rendez-vous. Personnellement, peut-être que cela ne paraît pas, mais je me suis toujours intéressée à la politique et aux changements. Avec Genosha et le Président Luthor, on dirait qu’une tonne de choses est en train de changer. Je ne sais pas si c’est dans le positif ou dans le négatif, mais on va avoir le temps de juger après leurs premières politiques. Vous ne trouvez pas? »

Ils ne le répètent pas tout le temps, mais nous sommes plutôt habitués d’apprendre l’expression des nouvelles élites pour les décrire à travers le monde. Entre le plus secret comme Sergei Boldarev et le plus dangereux avec Victor Von Doom, ils existent ceux qui possèdent le plus de légitimité pour créer le monde de leurs manières : Lehnsherr et Luthor. Les deux possèdent peut-être un passé sale, mais ils ont pu profiter de certains évènements pour renforcer leurs images et leurs pouvoirs. C’est drôle de le percevoir de cette manière, mais les anciens ennemis de la Justice League ont pu s’établir comme les principaux dirigeants de la super-sécurité ou de la politique internationale. Ils ne peuvent pas faire ce qu’ils veulent, mais ils ont maintenant plus de possibilités pour construire leur monde.

« Je serai impolie de continuer de parler sans me présenter. Je m’appelle Jasmine Sparks. Je suis très proche des ONG comme Mutants Sans Frontières. Vous voyez le genre? »

Je lui présente ma main, comme toute forme de politesse demandait avant de se lancer dans la poursuite de notre discussion. Mon nom n’est pas connu dans ce monde, facilitant la tâche pour passer comme une individu complètement lambda dans cette soirée de levée de fond. J’ai l’espoir de représenter autre chose avec le temps que ce nom, surtout pour aider la galaxie à affronter ses propres démons, mais il faut le faire par une étape à la fois avant de se lancer dans des grandes réflexions. Mar-Vell, mon professeur, est toujours vivant dans cet univers et je suis curieuse de le rencontrer plus qu’une fois pour qu’il m’aide à résoudre quelques questions. Mais restons sur cette soirée, les intrigues galactiques vont s’étendre sur un autre chapitre, il est le temps de se remettre sur le problème des assassins, des mercenaires et des mafieux. »

_________________

« On vit de ce que l’on obtient. On construit sa vie sur ce que l’on donne. »
Winston Churchill
avatar
Jasmine A. Sparks

Messages : 421
Date d'inscription : 05/10/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui sème le vent récolte la tempête [Jasmine]

Message  Nikolaï M. Kolyakov le Lun 3 Juil 2017 - 13:38

Sa franchise est rafraîchissante. Je ne pensais pas entendre un avis aussi tranché au beau milieu de tous ces faux-semblants et autres mondanités. Pourtant, il est clair de par ses propos très directs que ma compagne ne porte pas la Confrérie dans son cœur, loin de là. A l’entendre, il ne s’agit de rien de moins qu’une organisation terroriste cherchant à redorer son blason écorné par des années d’actions extrêmes. Ce qui n’est certes pas totalement faux mais me paraît néanmoins quelque peu exagéré. Ainsi, s’il faudrait être d’une naïveté qui me caractérise bien peu pour croire dur comme fer aux beaux discours de Wanda Maximoff – tout le monde a toujours des objectifs cachés, la fille de Magneto encore plus que les autres – je n’en pense pas moins qu’une partie de ses promesses sont réelles. La Sorcière Ecarlate a suffisamment connu la discrimination pour chercher à améliorer la condition mutante désormais qu’elle en a les moyens. Bien sûr rien ne l’empêche de faire d’une pierre deux coups et de créer une véritable force de protection mutante tout en acquérant par la même occasion un pouvoir non négligeable mais cela ne diminue en rien l’importance de ses actions. Au contraire, en ce qui me concerne, je suis plutôt admiratif de son travail. Si l’appât du gain et l’ambition n’étaient pas mes maîtresses exclusives, je pourrais presque m’adjoindre à sa croisade sociale. En attendant cependant, il m’est possible de faire fructifier mes affaires tout en soutenant la cause genoshane (et officiellement mutante) alors je ne vais pas m’en priver.

La conversation se poursuit sur ceux que les medias se font déjà un plaisir de surnommer « Les nouvelles élites », autrement dire Boldarev, Luthor et compagnie. Pour être tout à fait honnête, je ne m’intéresse que de loin à leurs frasques, me contentant de me tenir informé de ce qui peut influencer les marchés et laissant le reste aux talk-shows et autres commentateurs politiques. Ce qui ne fait pas de moins un inculte pour autant mais lorsque la charmante Miss Sparks me demande mon avis, je choisis mes mots avec précaution. Et ce d’autant plus qu’elle se présente comme fortement impliquée dans la question de par ses affinités avec Mutants Sans Frontières. Je profite donc qu’elle me tend la main pour y déposer un baiser digne du gentleman pour lequel j’aime passer et gagner par la même occasion quelques secondes de répit pour composer une réponse acceptable. Il ne conviendrait en effet pas de vexer la délicieuse créature si je ne veux continuer cette soirée seul avec mon verre.


-Nikolaï Mikhaïlovitch Kolyakov, magnat du gaz et propriétaire de casinos à ses heures perdues pour vous servir, Miss Sparks.

Une fois les présentations de circonstances passées – après tout, il n’était que justice que je me présente à mon tour après avoir obtenu son identité – je commence sur le sujet de MSF qui me semble le terrain le moins glissant.

-J’ai un grand respect pour les organisations du type de Mutants Sans Frontières mais, que je sache c’est grâce à des initiatives comme celle de la famille Lensherr que vous pouvez continuer à travailler, pourquoi donc une telle hostilité à leur égard ? Je ne nie pas les zones d’ombres du passé de Miss Maximoff et ses acolytes mais, à l’époque du pragmatisme, ne convient-il pas plus de profiter de l’occasion qui vous est offerte d’améliorer la vie du peuple genoshan tout en gardant un œil sur les arrière-pensées de vos bienfaiteurs plutôt que de risquer de vous les mettre à dos en les critiquant ouvertement ?


Bien entendu, je peux me trouver face à une chantre de l’intégrité en tout moment, préférant déclarer haut et fort ses opinions, plutôt que de mentir par omission, même si cela lui permet d’avancer sa cause. Mais, quelque chose me dit, que la jolie Jasmine est plus nuancée que cela. Et, quand bien même ne le serait-elle pas, je suis curieux de l’entendre essayer de justifier son point de vue. J’ai en effet peu d’occasions de discuter de ses sujets avec des gens hors de mon milieu et le cynisme rampant qui le caractérise finit par limiter grandement les échanges. C’est qu’à force de vivre du mauvais côté de la loi, je finis par n’avoir qu’un son de cloche et un petit rappel des opinions dominantes chez les personnes lambda ne fait jamais de mal. Non pas que les présents ce soir soient représentatifs de l’Américain lambda mais vous m’aurez compris.

-Une fois cela dit cependant, je vous accorde aisément qu’il convient de ne pas se laisser endormir par les façades policées de nos nouveaux dirigeants. Quiconque s’imagine réellement que Lex Luthor avait autre chose que son propre agenda en tête lorsqu’il a choisi de briguer la Présidence est un benêt et un crédule. Néanmoins, force est de constater qu’entre lui et William Stryker, les Américains ont choisi le pire des deux maux. La question qu’il conviendrait de se poser étant cependant pourquoi seuls ces deux hommes ont fini en lice pour la Maison Blanche ? Qu’est-ce que cela signifie-t-il sur l’état de votre pays ? Non pas que je me permette de juger, mon propre président, j’ai nommé ce très cher Vladimir Poutine, étant loin d’être un agneau innocent, sans pour autant être l’Antéchrist que tant de vos compatriotes aiment tant peindre dans leurs tabloïds.

Quoi je suis patriote, ça vous surprend ? En effet, si je n’aurais pas la stupidité de prétendre que Poutine est un ange, je ne supporte pas l’absence totale de nuances des portraits qui sont faits de lui en Occident. Après tout, à moins de considérer que 70% de la population russe est composée d’idiots sans cervelle, il doit bien avoir fait quelque chose de bien pour être encore si populaire au pays. Ce qui ne retire rien à ses défauts loin d’être minimes – il n’a par exemple rien à envier à Recep Erdogan en termes de manipulations constitutionnelles pour se maintenir au pouvoir – mais permet néanmoins de sortir des schémas manichéens des méchants en noir et gentils en blanc. Or, au vu de la situation géopolitique mondiale, il convient de plus en plus de s’ouvrir au spectre des nuances de gris pour paraphraser le pire best-seller de ces cinquante dernières années.

_________________
avatar
Nikolaï M. Kolyakov

Messages : 217
Date d'inscription : 18/04/2015
Localisation : New-York (la plupart du temps)

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui sème le vent récolte la tempête [Jasmine]

Message  Jasmine A. Sparks le Mer 5 Juil 2017 - 0:31


Qui sème le vent récolte la tempête

« LL’un de mes plus grands problèmes était ma franchise dans le passé. On m’a souvent répété que cela pouvait m’amener une tonne de problèmes ou de rancunes, mais pour moi, je pense que c’est l’une de mes facettes les plus importantes qui s’est développée. Quand les Prodigies s’étaient formés, on avait toujours une tendance à emmerder une grande partie des riches et des puissants pour avoir notre propre indépendance et nos idées. Il existe oui plusieurs différences entre les univers, mais j’étais méfiante dans mon monde autour d’une Confrérie au pouvoir du Genosha et je suis encore méfiante de voir ce qu’ils vont faire à ce pays. C’est toujours mieux de les avoir que d’obtenir des montres comme William Stryker à la tête d’un État, mais j’ai toujours eu l’impression que c’était facile pour plusieurs systèmes défaillants d’accepter le moins pire pour nous dire que le choix était le plus logique. D’une certaine façon, c’est dommage, mais comme dirait plusieurs philosophes : Un monde sans bien est inhumain, alors qu’un monde sans mal est illogique. C’est vrai que si les X-Men avaient commencé à vouloir renverser des pays, je crains qu’on aurait perdu de nombreuses valeurs nobles. Cela arrive même à un groupe de révolutionnaire, ayant des pouvoirs en Mongolie. Ils étaient des grands spirituels et pacifistes avant de tomber dans cette guerre civile.

C’est aussi peut-être une réaction logique de voir la Confrérie et une tonne de requins plutôt intéressés à « aider » Genosha, mais il va être extrêmement difficile de me convaincre sur ces passages. Les Nouvelles Élites se font plaisir de gagner leurs combats en politique à place de revenir sur la frontière des Héros. Autrefois craintif par les êtres possédant des pouvoirs cosmiques, Lex Luthor est capable d’influencer un peu ses plans par le pouvoir politique avec les Vengeurs. Mon monde a toujours été plus politisé par les Héros, les faisant intervenir contre la corruption, les guerres civiles et plusieurs autres vices de la politique. On a peut-être fait des erreurs dans le passé en intervenant dans ce domaine, mais je reste convaincue que plusieurs de nos actions ont pu aider les citoyens contre les nombreux profiteurs de la société.

Faisant dans les politesses basiques, donnant un petit baiser sur ma main, avant de me dire son nom en entier, il me donne aussi des indications sur les différents rôles économiques qu’il peut avoir. En lui demandant son avis sur mes interrogations, il me donne quelques indications de ses valeurs actuelles. Il me retourne aussi deux autres questions sur ces sujets qui le touchent un peu.

« Je suis peut-être un peu trop idéaliste à mes temps-perdus, mais je ne crois pas que le pragmatisme absolu doit vivre à tout prix. J’espère au fond de mon cœur que la Confrérie va aidée le Peuple Genoshan de se sortir de leurs problèmes sociaux et économiques, mais j’ai l’impression souvent de voir des provocations de leurs parts à place des mains tendues. Mon hostilité va dans les doutes de leurs intégrités. Quelques années avant la fin de la Justice League, ils crucifiaient des politiciens proches de la Maison Blanche, et aujourd’hui, il faut oublier? Je demande à être convaincue de leurs actions, il me suffit qu’ils prouvent de leurs bonnes actions à place de se servir des médias ou de leurs temps de paroles pour vanter de leurs actions saintes à travers Genosha. »


Quand on entend parler de Wanda de la marche christique de son père sur Genosha, il est normal de douter de leurs bonnes fois. Ouais, beaucoup d’individus préfèrent des menteurs et des hypocrites au gouvernement à place des corrompus ou encore des racistes, l’admiration sans borne de plusieurs Latvériens prouvent ce point. Je reste cependant extrêmement sceptique à ces mouvements populaires qui s’approchent beaucoup d’une légèreté dans l’un des choix les plus importants de la société. On parle de choisir qui va diriger la société donc ton argent et tes valeurs dans une représentation sociétale, et on traîne cette idée dans la boue parce que souvent, c’est plus facile de laisser la parole à un puissant que prendre cette parole.

Nikolaï rectifie quelques remarques faites plus tôt avant de continuer. Critiquant les deux êtres qui étaient en position de tête pour la dernière élection américaine, il se pose la question des choix proposés et ainsi que sur la situation des États-Unis. Il fait aussi quelques remarques sur Vladimir Poutine, un inconnu pour moi avant de visiter les dossiers de l’Institut Xavier. Mais à ce que j’avais compris, ce petit être avait pris le contrôle d’un pays et d’une administration pour écarter tout ce qui pouvait le critiquer.

« Oui, il est normal de critiquer ce qu’on retrouve aux États-Unis, c’est même une seconde nature dans plusieurs pays occidentaux de critiquer ce qu’on trouve comme leaders politiques. Mais, si vous voulez savoir pourquoi on se retrouve avec ces deux candidats à place d’avoir des dirigeants politiques plus jeunes et moins dans les tendances paranoïaques? Je crains que l’idée soit qu’on se retrouve dans un conflit intergénérationnel, mais aussi dans la remontée de la peur de certains individus envers les mutants ou même pour les Vengeurs. On est train de nous chercher et parfois le pire arrive… cependant même si les deux candidats ont leurs défauts, je suis heureuse de voir qu’on a encore le choix contrairement à plusieurs autres pays. Alors que des dirigeants décident de monopoliser les médias et les administrations pour exclure tous les rivaux politiques possibles. En plus, s’ils disent démocrates, c’est souvent des victoires qui sont donnés par des trucages électoraux ou encore à cause l’abstention. Au moins, je pense que les États-Unis ont encore le choix de choisir. Ils existent peut-être des défauts majeurs dans plusieurs systèmes, mais heureusement pour nous, les sociétés changent et c’est plus aisé de changer avec eux alors qu’on a le choix encore de ce qu’on désire dans la société à place de naviguer uniquement par les envies d’un seul Homme. »

Je le dis avec un sourire et sans nommer un individu en question. Je ne veux pas blesser les flammes patriotiques de Nikolaï. Cependant, je suis bien plus croyante envers le système américain que le système russe ou le système latvérien. Le modèle d’un leader charismatique peut servir durant des guerres, c’est pour cette raison que Vladimir Poutine ou Victor Von Doom ont besoin de mener des guerres pour avoir des points. Il est normal de ne pas faire confiance à tous les médias possibles, on a l’excès avec la représentation de Carol Danvers ou encore le racisme institutionnel avec William Stryker, mais dans d’autres pays, vivre avec uniquement l’option autoritaire est quand même assez insoutenable…

Je crois cependant qu’on va commencer à perdre plusieurs personnes en parlant de politiques ou des options à l’étranger, c’est donc le temps de m’approcher assez du jeune Nikolaï pour recommencer légèrement le flirt.

« Mais disons que nous ne pouvons pas être d’accord sur comment faire la politique, mais nous sommes capable de bien discuter ensemble. Alors, prêts à faire quelques dons pour Genosha? C’est toujours un bon début pour partir les commerces et l’entre-aide économique pour reconstruire le pays? Et après, c’est quoi le plan? Discuter avec les dirigeants du pays? C’est pour cette raison que vous tenez à avoir une bonne relation avec les ONG aidant à reconstruire Genosha? »


Je suis peut-être trop curieuse, mais au moins, cela ne touche pas encore à l’Asie. Je tente surtout une ouverture d’un autre coté, peut-être que cela va être plus facile de surveiller ses actions économiques s’il décide de faire quelques dons à l’organisme de Paige Guthrie. C’est d’une certitude que plusieurs X-Men vont participer intensivement à l’aide pour Genosha, mais si notre organisation peut intervenir dans les affaires Genoshan pour éviter les traditions autoritaires de la Confrérie, je crois que c’est très important de concrétiser nos actions là-dedans. »

_________________

« On vit de ce que l’on obtient. On construit sa vie sur ce que l’on donne. »
Winston Churchill
avatar
Jasmine A. Sparks

Messages : 421
Date d'inscription : 05/10/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui sème le vent récolte la tempête [Jasmine]

Message  Nikolaï M. Kolyakov le Jeu 20 Juil 2017 - 5:49

La petite pique sur les élections russes me tire un sourire amusé. Quelle subtilité. Elle déclare ainsi ce qu’elle pense de la « démocratie » russe sans critiquer ouvertement celui pour qui j’ai pu laisser entendre des sympathies, c’est digne d’admiration. J’aimerais la rassurer néanmoins, je n’ai aucun lien particulier avec l’administration moscovite et si, pour des questions commerciales évidentes, je côtoie souvent les oligarques formant la garde rapprochée de Poutine, je préfère éviter de m’approcher de trop près d’un ancien membre éminent du KGB. C’est que ces gens-là n’oublient jamais comment vous tirer les vers du nez et je tiens à ma tranquillité. Je ne serais d’ailleurs pas surpris du tout que le FSB actuel possède quelques mutants à son répertoire pour se faciliter le travail. C’est que j’ai du mal à croire que ces messieurs-dames des services secrets acceptent facilement que tous les super-pouvoirs de la Mère Patrie soient monopolisés par Boldarev. Et ce d’autant plus que tout le monde sait que si Sergei a toujours su naviguer les eaux troublées des hautes sphères c’est car il sait donner l’impression de laisser la bride lâche à ses soi-disant supérieurs alors qu’il ne fait en réalité rien de plus qu’obtenir exactement ce qu’il désire. Bref tout ça pour dire que je n’apprécierai nullement que le télépathe de service vienne se servir dans mon esprit qui, pour être brillant et habitué à farfouiller dans les souvenirs des autres, n’en reste pas moins totalement accessible au premier spécialiste venu. Je n’ai en effet jamais réussi à produire un bouclier mental digne de ce nom.

Alors que j’en suis là de mes songeries, Miss Sparks détourne la conversation vers un sujet moins prône aux tensions avec une aisance qui ne me surprend plus. Le tout en cherchant à en savoir un peu plus sur mes intentions économiques. Impressionnant. Plus on discute et plus je me dis qu’elle doit être un élément essentiel de son organisation pour être capable de mener les potentiels donneurs exactement là où elle le désire sans qu’ils le réalisent vraiment. Heureusement pour elle, si je ne suis pas si facile à berner, je n’ai rien à cacher non plus. Ainsi, je lui dévoile gracieusement mes plans.


-Très honnêtement, je tiens à avoir une bonne relation avec les personnes possédant les clés des caisses de l’Etat genoshan, prétendre le contraire serait insulter votre intelligence. Genosha est un pays en pleine reconstruction et cela nécessite des infrastructures en état de marche. Or, trois choses sont indispensables pour y arriver : des matériaux de qualité, des hommes compétents et une source d’énergie de qualité. C’est dans cette troisième catégorie que je tiens à me faire une place. Les marchés du gaz naturel sont en effet de plus en plus saturés et mes compatriotes notamment ont une sacrée tendance à monopoliser les grands clients. Fournir un pays en voie de développement serait par conséquent un investissement des plus juteux pour Koklyakov Inc. Et si, au passage, cela peut servir à soutenir la cause des mutants et aider un peuple en souffrance, je ne suis pas du genre à cracher dans la soupe.

Le fait que je serais probablement aussi enthousiaste ou presque à l’idée de fournir la Latvérie en GNL n’est pas prononcé mais je ne doute pas une seconde que ma jolie compagne sache lire entre les lignes. Il serait donc malvenu d’insister sur nos différences lorsque, pour le moment, nous avons trouvé un terrain d’entente.

-Et vous ? Etes-vous venue pour vérifier les intentions véritables de vos bienfaiteurs ou pour délier les cordons des bourses les plus récalcitrantes ? Car si c’est cette dernière option, laissez-moi vous dire que vous avez choisi la tenue adéquate. Sans tomber dans la grossièreté facile, Howard Norton sur votre droite ou n’importe lequel des « gentlemen », dis-je en mimant les guillemets, qui discutent en ce moment avec lui se damneraient pour un de vos regards.

Sans compter que le décolleté plongeant qu’elle a choisi aiderait grandement sa cause.

-Rassurez-vous néanmoins, Mrs Norton n’est jamais loin pour veiller à la vertu de son mari. Si elle accepte aisément ses largeurs – c’est même souvent elle qui choisit les bénéficiaires de leur charité – elle n’en est pas moins d’une grande jalousie.

Baissant la voix d’un ton conspirateur je rajoute.

-Je crois bien qu’elle ne craint que l’héritage de ce bon Howard ne lui échappe s’il tombait sous le charme d’une délicieuse créature vingt ou trente ans plus jeune qu’elle.

_________________
avatar
Nikolaï M. Kolyakov

Messages : 217
Date d'inscription : 18/04/2015
Localisation : New-York (la plupart du temps)

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui sème le vent récolte la tempête [Jasmine]

Message  Jasmine A. Sparks le Sam 29 Juil 2017 - 0:50


Qui sème le vent récolte la tempête

« Les sociétés engendrent de nombreux défis pour l’avenir, sa construction étatique et ses différentes transformations font qu’elle devient complexe. Les États-Unis de mon univers, comme les États-Unis de cet univers, ont eu beaucoup de chances. Ils ont peut-être vécu avec des attentats terroristes et des ennemis étatiques ou idéologiques, mais ils sont encore assez stables pour tenir des élections au quatre ans. Ce n’est peut-être pas les meilleurs qui peuvent prendre la place de la Maison Blanche, mais au moins, dans les scénarios les moins catastrophiques, ils se font jeter après quatre années. Il est malheureux de voir plusieurs pays rentrés dans un certain chaos avec des multiples clans. À une époque dans mon monde, c’est la Russie qui était en pleine guerre civile durant des décennies, alors que dans ce Monde, les citoyens ont oublié entièrement que la Syrie était un pays stable avant de rentrer une guerre impitoyable entre des différents clans.

Je suis peut-être très défensive sur les idées de Nikolaï, mais je peux essentiellement comprendre pourquoi une telle levée de bouclier idéologique sur quelques idées. Il est amusant de craindre un tel homme dans cet univers quand il semble aujourd’hui aussi limité. Ma nature militaire et tacticienne a souvent parlé sur les analyses de combat ou des forces en présence. C’est pour cette raison que Katherine me trouve insupportable quand je découvre la première fois la série appelée Trône de Fer. Je m’amuse à savoir qui peut avoir l’avantage du terrain, des armées ou même technologique. Les russes, durant un conflit, ont toujours l’avantage du terrain hormis quand ils confrontent des individus encore plus habitués aux terrains qu’eux. Cependant, dans cet univers, ils semblent avoir un retard militaire et technologique considérable. L’image devient donc le facteur d’importance pour gagner quelques points, alors que la réalité est bien autre. La Russie de ce Vladimir Poutine ne doit qu’être des images artificielles où ils refusent ou ils oublient les différentes réalités des défis actuels.

Je crains malheureusement pour Nikolai que le seul moyen d’avoir encore de la crédibilité dans un système réel, c’est que la Russie donne tous ses points et son soutien aux machinations de ce Sergei Boldarev qui manœuvre les plans de sécurité de leur pays. Ils peuvent bien se résoudre à naviguer dans la peur avec des dossiers sur les mutants dangereux, cependant la plupart de ces dossiers secrets ne doivent pas se terminer sur le bureau de Vladimir Poutine, mais bien sur celui de Sergei Boldarev.

Les questions sécuritaires peuvent devenir abstraites avec le temps. Cela devient souvent des enjeux politiques en termes d’argumentation et j’essaie donc de dévier le sujet pour aller directement aux mutants et sur la situation de Genosha. D’un coté, cette discussion peut maintenir la position des discussions chiantes, mais de l’autre, je me documente sur les perceptions d’un jeune millionnaire sur les mutants. L’érudit de l’argent me répond donc à mon interrogation sur le pourquoi d’une telle attirance envers le système genoshan. Me donnant une petite leçon de reconstruction moderne, Nikolaï se place comme l’homme de la situation sur la source d’énergie. Malgré ce désir, je doute sincèrement que le système voulu par Wanda Maximoff et Erik Lehnsherr soit complètement compatible avec le système capitaliste actuel.  

« Mais… bien que vous soyez l’homme de la situation au niveau de l’énergie, vous ne craignez pas que Wanda ou qu’Erik préfèrent plus utiliser des énergies alternatives? Avec des mutants, ils pourraient bien utiliser, reproduire et généraliser une forme d’énergies pour remplacer les sources traditionnelles? Je ne suis pas une experte dans ce domaine et peut-être qu’il est impossible de produire autant d’énergies par des alternatives, mais je ne me fais que poser la question. »

De plus, Nikolaï peut se retrouver avec la problématique qui m’amène vers lui. La Main veut peut-être sa tête à cause de ses liens en Asie ou au Moyen-Orient, mais la Ligue des Assassins a une importance capitale dans la Confrérie. Ils ont un code moral très proche des idées à suivre durant tout le parcours individuel, mais aussi sur la société. Ils se battent pour une idéologie foncièrement anticapitaliste, alors peut-être que cela va jouer sur les plans de Genosha au niveau économique ou même au niveau social pour affecter les désirs de la compagnie du jeune russe.

D’autres questions peuvent se poser entre-temps, je reste enthousiaste d’en découvrir plus sur son désir de percevoir Genosha dans la suite. Par politesse du moment, il me retourne la question du pourquoi de ma présence par ici.

« Pour une représentante d’une organisation comme Mutants Sans Frontières, il est important de voir comment les sociétés évoluent. Heureusement pour nous, les pays occidentaux acceptent plus facilement la situation des mutants aujourd’hui. Malgré tous les défauts que Lex Luthor peut avoir, il semble préserver une vision progressiste pour les mutants. Mais dans de nombreux pays, les mutants vivent encore dans des situations très difficiles. Je suis donc extrêmement curieuse de voir les visages et les organisations qui semblent vouloir interagir avec les nouveaux paradigmes de plusieurs pays subissant des transformations aussi majeures que le Genosha. Alors aujourd’hui, c’est uniquement un peu pour la curiosité, je vais prendre les noms les plus intéressants pour voir leurs intérêts envers notre organisation et surtout envers les mutants. Donc aujourd’hui, le test va devenir très élaboré pour ce cher Howard Norton et ainsi que plusieurs autres individus dans cette salle. »

Encore avec le sourire pour cette fois-ci, je ne veux pas me faire passer pour ma double, uniquement intéressée  par la célébrité et les reconnaissances : Je dois montrer quand même des capacités intellectuelles un peu plus développées. De plus, je ne crois pas que ses avis politiques attirent réellement les hommes, hormis ceux qui ont un peu trop bu et qui sont incapables d’être cohérents.

« Êtes-vous curieux de savoir si vous avez réussi le test ou non? »


Encore ma malice qui joue vers le jeune Nikolaï, je ne vais pas réussir ma mission si je suis incapable d’être isoler avec lui. J’ai peut-être un entraînement très élaboré dans les Prodigies et les X-Men, mais je ne suis pas encore capable de reconnaître un assassin de la Main camouflé dans une foule aussi vague.   »

_________________

« On vit de ce que l’on obtient. On construit sa vie sur ce que l’on donne. »
Winston Churchill
avatar
Jasmine A. Sparks

Messages : 421
Date d'inscription : 05/10/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui sème le vent récolte la tempête [Jasmine]

Message  Nikolaï M. Kolyakov le Mer 16 Aoû 2017 - 8:50

Ses remarques sur l’immense potentiel des énergies mutantes sont loin d’être idiotes mais elles ne m’inquiètent pas outre mesure. Si la fortune familiale s’est construite sur les ressources à notre disposition dans le sous-sol des terres paternelles, je me sais capable de m’adapter aux nouvelles circonstances du marché. Or, pour aussi infinies que soient les énergies mutantes, sans catalyseur elles sont inutiles. Je vois en effet mal un pays être fourni en électricité par un mutant constamment en charge d’en produire. A un moment ou un autre, il va falloir stocker toute cette puissance pour la distribuer en temps voulu. Et c’est là que je me propose d’offrir mes services.

Mes laboratoires sont en effet toujours prêts à fournir de nouvelles machines compatibles avec tout type d’énergie. C’est que si je me suis spécialisé dans les drogues de synthèse c’est car il faut savoir innover pour fidéliser son public. Et ce qui est vrai pour mon business illégal l’est tout autant pour le légal. Ainsi, si pour appâter la famille Lehnsherr-Maximoff, il faut en passer par l’invention de nouveaux catalyseurs énergétiques, c’est par ce moyen que je m’y prendrais. Pas la peine néanmoins de le préciser à Miss Sparks. C’est que malgré son physique des plus agréables, je n’en sais pas plus sur ses véritables intentions que ce qu’elle a bien voulu me dire en se présentant et rien ne me prouve qu’un seul mot soit vrai. Par conséquent, mieux vaut rester sur mes gardes. Car si je ne suis pas encore assez méfiant pour aller fouiller son esprit dans l’optique de vérifier ses dires – elle ne me semble pas vraiment être une concurrente cherchant à sonder la compétition – je suis tout de même assez paranoïaque pour garder le détail de mes plans pour moi. Néanmoins, un élément de ses propos attire suffisamment mon attention pour que je m’y attarde.

Elle a nommé Magnéto et sa fille Erik et Wanda, comme si elle les côtoyait personnellement. Que dois-je en déduire ? Je ne le sais pas encore et c’est pourquoi je l’interroge l’air de rien sur ses objectifs de la soirée. Sans surprise, elle reste assez vague. Cependant, une certaine sincérité ressort de ses paroles. Qu’elle ait ou non un objectif caché, sa volonté de découvrir les personnes et organismes prêts à s’engager pour l’amélioration de la condition mutante est réelle. Et rien que pour ça, elle m’est sympathique. Je me demande d’ailleurs si elle cache une mutation peu reluisante derrière son minois de jeune première. Le moment est néanmoins mal choisi pour essayer d’aller le découvrir dans son esprit étant donné le monde qui nous entoure. Ou du moins c’est ce que je pensais jusqu’à ce qu’elle démontre une facette bien plus facétieuse de sa personnalité. Alors comme ça, elle veut jouer ? Et bien je ne vais pas me priver. Je dirais même que j’ai toute l’intention d’en profiter. Ainsi, lui adressant à mon tour un sourire malicieux, je déclare :


-Je suis impatient de l’apprendre. J’irais même jusqu’à dire que je suis prêt à repasser des épreuves s’il le faut pour obtenir votre approbation. Mais le lieu n’est-il pas un peu encombré pour un interrogatoire plus poussé ? Je crois avoir aperçu un petit balcon un peu à l’écart près de l’entrée. Me feriez-vous l’honneur de m’y accompagner ?

Très honnêtement, alors que je prononce ces mots, je ne sais pas très bien moi-même ce que je cherche à faire. Je sais seulement que je m’ennuie à mourir depuis mon arrivée et que j’ai désormais l’occasion d’enjoliver ma soirée. Alors à quoi bon chercher plus loin ?

_________________
avatar
Nikolaï M. Kolyakov

Messages : 217
Date d'inscription : 18/04/2015
Localisation : New-York (la plupart du temps)

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui sème le vent récolte la tempête [Jasmine]

Message  Jasmine A. Sparks le Lun 28 Aoû 2017 - 0:35


Qui sème le vent récolte la tempête

« Dans mon monde, Genosha avait reçu la bénédiction de l’ONU dès la fin de la menace d’Apocalypse. En quelques années, ils ont commencé à utiliser leurs économies et leurs ressources d’une manière assez différente des autres pays. Tant dans les ressources primaires ou dans le divertissement, ils ont bouleversé le monde en offrant plusieurs alternatives assez intéressantes sur un modèle où on se pose encore de nombreuses questions. Si Nikolaï est capable de s’adapter à de nouvelles règles et aux petites tricheries des membres de la Confrérie, il va pouvoir bien s’en sortir. Cependant, il est mieux de conserver quelques pions hors de la table de la confrérie pour éviter de tomber dans leurs magouilles. Je crois que c’est la première règle universelle de tout capitaliste manipulateur : Ne pas donner toute sa fortune à une personne connue pour ses manipulations politiques ou économiques.

Avec la Famille Lehnsherr, on peut les connaître pour leurs opportunitistes à faire passer leurs messages ou encore leurs immenses pouvoirs, mais ils sont plutôt connus universellement dans mes deux grands voyages à travers l’univers comme des manipulateurs et des mégalomanes. Alors, les inquiétudes peuvent devenir majeures quand tu commences à les voir comme leaders des pays africains. Au moins, le Wakanda est présent pour bloquer légèrement les ambitions de la Famille Lehnsherr-Maximoff.

Je ne me rends pas exactement compte d’avoir nommé cette petite famille de terroriste par leurs propres prénoms. Peut-être que je suis trop habituée à vivre avec eux – que cela soit en allié, en ami et souvent en ennemi -, alors leurs prénoms apparaissent souvent plus en têtes que leurs titres ou leurs de noms de famille. Et je me souviens un peu de mon passage dans les X-Men, durant mon époque, Charles Xavier avait mentionné quelques fois que le nom original de Magnéto était très loin de ce pseudonyme d’Erik Lehnsherr. En tout cas, tous mes grands efforts pour jouer avec le jeune Nikolaï fonctionnent doucement. Il ne montre pas de signes de fuites ou de doutes, ils rentrent même dans mon petit jeu. Il sourit malicieusement avant de me répondre. Le jeune entrepreneur veut même passer des épreuves pour avoir mon approbation. Au moins, il suggère lui-même de partir dans un coin plutôt isolé à place d’être encombrer par la masse. Je lui retourne un nouveau sourire malicieux quand il arrive sur le sujet de se placer au balcon pour trouver plus de tranquillités.

« Bien sûr… je pense avoir une petite allergie de la foule en général. Je vous suis pour ce charmant balcon. »

Je le suis donc en direction vers ce balcon. J’essaie de paraître la plus discrète possible en regardant derrière nous pour voir si quelqu’un tentait réellement de le chasser. De cette manière, je semble aussi nerveuse qu’une femme qui a des craintes de voir un ancien amoureux être trop nostalgique d’une ancienne relation amoureuse. Je note quelques apparitions éphémères de quelques silhouettes derrière nous. Les toilettes ou un autre à mon avis, ils ne nous veulent pas de mal directement. Cependant, une dame avec une robe noire a été très rapidement aux toilettes pour aller ensuite vers un autre couloir du notre. Je vais essayée de m’en souvenir pour plus tard. Arrivée enfin au balcon, je tente de poser une petite question pour éviter un silence malaisant.

« À ce que j’ai compris, vous avez des marchés un peu partout sur le globe? Même en Asie, au Moyen-Orient et en Australie? J’espère que ces deux premières questions ne vous bloquent pas dans ce début d’interrogatoire autoritaire? »


Une nouvelle fois, je m’approche en utilisant un beau sourire et un essai de charme. Il paraît cependant que selon des rumeurs, je perds rapidement de mon charme quand je décide de me battre réellement. Mais ce n’est pas vraiment le temps pour se battre, il faut d’abord enquêter pour en savoir plus sur le cas de Nikolaï. »

_________________

« On vit de ce que l’on obtient. On construit sa vie sur ce que l’on donne. »
Winston Churchill
avatar
Jasmine A. Sparks

Messages : 421
Date d'inscription : 05/10/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum