Squatstage

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Squatstage

Message  Lucy "Lucky" Prissy le Mer 13 Déc 2017 - 14:50


La tête de Paige confirme que quand elle a le moral dans les godasses elle l’a pas ailleurs ; dommage qu’elle ne les mette pas dans la gueule, les godasses. Cela étant, je ne m’interromps pas pour autant dans mon optimisme ou mes paroles, tout simplement parce que je ne m’attends pas à ce que ce soit facile. Je m’attends à ce que le jeu en vaille la chandelle par contre parce que, même si elle ne croit pas être une lumière, Paige en vaut le coup. Du coup même s’il faut que je la lui tienne, la chandelle, je le ferais. J’ai assez d’optimisme pour deux et j’aime qu’on me partage quand c’est le cas donc je le fais aussi. Et ce faisant, je surprends au passage ; sachant que ça ne m’arrête absolument pas dans mon élan, c’est à Paige de s’en charger.

Et elle le fait. Je marque un point pour Atalante, à défaut qu’il soit envers elle, et croise les bras en regardant au coin de mes yeux vis-à-vis de Canaan. Certes, j’ai prouvé qu’il était possible de la toucher, pour le coup j’aurai préféré rater, et je l’ai esquivée ; cela étant, l’esquive reste ma spécialité donc bon. C’est pas faux que Paige a servi de punching-ball, y’a bien que la mauvaise foi pour ne pas me faire reconnaitre que c’est vrai, et mes lèvres se plissent à sa constatation. Heureusement pour moi, Paige passe de "pas faux" à "faux pas" lorsqu’elle estime ce que Canaan pense d’elle et ça m’offre plus de facilité de réponse, à défaut de pouvoir d’ores et déjà le faire. Qu’elle ait eu plus de mal contre Maissa et moi, incontestablement, mais qu’elle trouve Paige complètement pathétique, je pense pas. Je ne connais pas autant la personne que je le souhaiterai mais je ne la vois pas dans cette vision des choses ; si je me mets un doigt dans l’œil… ben j’en ai déjà un d’avance dans l’histoire… Enfin Bref.

Raffermissant la position de mes bras, je lève les sourcils à la supposition de Paige sur Maissa et acquiesce légèrement, moins pour elle-même que pour moi. C’est tellement le genre d’hypothèse qui me viendrait aussi, parce que dans ma compréhension du monde il n’y avait aucun culte assassin de la mort qui tue pas forcément jusqu’à très récemment ; et du coup, c’est tellement pas le genre de truc que je vais m’imaginer quand une artiste maritale réussit à se détacher des autres, notamment parce qu’assassin et art martial ne vont pas forcément ensemble. Après tout, l’art martial implique un respect pour son adversaire qui ne doit pas tellement concerner les arts assassins, comme en combat de rue quoi. Cela étant, certains artistes martiaux ont peu de regard envers le respect, même quand c’est trois points des sept qu’ils enseignent…

C’est Valerie Braddock qui l’a retournée. Attaque mentale plus acharnement…

Ma voix comme mon visage marquent bien l’amertume et la désapprobation que j’ai pour cela, sans que ça soit véritablement de la colère ou de la rancune. Val veut se démarquer, je la comprends parfaitement vu combien j’ai essayé de me faire remarquer et reconnaitre aussi, mais j’ai appris la patience, ou plutôt l’occupation, alors qu’elle s’acharne dans une compétition agressive et destructrice. Mais à défaut de pouvoir l’aider pour l’instant, je vais tâcher de le faire de Paige et ne pas laisser l’une de mes sources d’inspiration me faire expirer voir soupirer. Soupirer, c’est déjà fait, et expirer, ça me surprendrait pas qu’elle finisse par essayer ; je suis peut-être de sa génération mais j’ai pas plus de problème à aller au conflit avec les autres qu’avec elle. Et le conflit actuel, c’est dans la tête de Paige qu’il se passe.

Son scepticisme me fait sourire et je décroise un peu les bras. Perso, j’ai l’impression que dès que j’entends parler de Wonder Woman, c’est sur ses défaites. D’un autre côté, ses victoires sont dans les livres d’Histoire et comme on le sait les livres d’Histoire sont écrits par les vainqueurs donc c’est normal qu’on prenne pas trop note de ses défaites. Cela étant, heureusement qu’elle n’en subit pas chez les Vengeurs : vu qu’il y en a qui sont tellement des ordures pour foutre de leurs collègues dans des bennes leur étant dédiées à eux, les ordures, vaut mieux pas savoir ce qui arriverait à Diana de Themyscira si elle y perdait. Oui, les gens peuvent être méchants lors des défaites de grandes personnalités, cette constatation me fait fixer Paige avec toujours plus de sourire et je lui montre un pouce tendu vers le haut. Ouais, je coupe un peu la fin mais Wonder Woman restera toujours perçue comme une grande guerrière et artiste martiale, qu’elle perde une fois ou deux ne lui enlèvera jamais sa gloire et elle saura toujours en retrouver ; comme Paige peut devenir, quoi.

Félicitation, ça veut dire que tu fais partie des grandes personnalités.

Je continue d’encourager même si ma main revient contre moi, surtout qu’on en vient aux choses pas sérieuses ; en dehors des stages, l’entrainement à généralement trop bonne ambiance pour être considéré comme sérieux même si au final on s’en sort bien. Les doutes de Paige me font encore un peu sourire et cette fois je balance la tête horizontalement, mélangée entre l’amusement et le dépit.

Je te parie que t’auras plus de mal avec la conversation qu’avec l’affrontement, si par "mon groupe" t’entend mes potes. Après pour les autres de la Section Junior qui veulent te rencontrer, je peux te donner des conseils : genre Zombie, tu le fatigues. Liza par contre donnes tout ce que t’as le plus vite possible, elle régèn’. Fira enfin… ben c’est en fin en fait. Elle réagit pas aux coups mais elle esquive pas du coup donc faut la placer pour la sortir. Et moi, je joue déjà suffisamment contre mon camp pour m’abstenir de le faire, tu comprends.

Je ramène mes mains dans ma poche arrière et détourne le regard une nouvelle fois, réfléchissant aux différents sparrings et tops qu’on en a ressorti. Je suis la meilleure ; Zombie et Liza me surclassent peut-être en technique tandis que Fira nous écrase tous avec ses capacités physiques mais je suis celle qui s’améliore le plus rapidement et qui lâche le moins vite donc je finirais par me démarquer. Je suis sincère quand je déclare que la difficulté et les défis, il faut que ça stimule ; c’est comme ça que je le vis. Quand à ne jamais abandonner, je suis têtue. Et puis, il y a un autre détail aussi qui a son importance : I’m the Lucky One.

***
Je pénètre en première dans la salle métallique qui fait office de terrain d’entrainement du Manoir Curie. Faire un rapide changement de programme pour rapatrier mes potes de SJ afin d’organiser un entrainement sur le pouce n’a nécessité que ce dernier doigt, un sms ayant suffis à convenir d’un horaire. Si Zombie est français aussi, il crèche tout autant que la dragonne italienne et la mutée ukrainienne lorsqu’il est sur Paris : dans un boxe chez les Curies. Ou chez moi, de temps à autre, quand Papa et Maman sont d’accords ; ce qui arrive de moins en moins avec les garçons, je sais pas pourquoi. J’ai toujours sous-pull, legging, mitaines et veste de tailleur puisque je n’ai pas eu le temps de me changer. C’était déjà long d’arriver jusqu’au Manoir et d’en faire faire le tour à Paige, j’allais pas en plus faire un détour par chez moi avant d’arriver ou y retourner après ; il n’y a que dans ma tête que les chemins ont une durée indéterminée et mènent aux mêmes endroits. Les lois de la physique, elles, veulent seulement que tous les chemins mènent au rhume. Ou un truc du genre. Et en parlant d’alcool fort, Liza est la première à s’avancer vers nous.

Elizabet Volkova a trois ans et trois centimètres de plus que moi mais trois cent fois plus de discipline, se tenant droite et renfrognée. Ses cheveux courts militaires dégagent un front large et un visage carré au mentor proéminant mais la petite bouche qu’il souligne se plisse pour un accueil aussi chaleureux que possible. C’est pas rien, mine de rien, et comme on dit il vaut mieux un petit quelque chose qu’un grand rien. On fait de notre mieux pour la détendre, la Liza, sauf qu’avec un autiste et une paysanne c’est pas du plus facile franchement. Je suis sure qu’un jour on y arrivera au point de pouvoir voir son nombril entre sa brassière de sport et son legging, juste que pour l’heure on n’en est pas encore là. Protégée dans un gant d’entrainement, sa main est néanmoins la première à se tendre vers Paige pour l’accueillir et elle agit si prestement que celui à qui elle tenait compagnie précédemment mérite une fois de plus son surnom.

Léo Valentin est le plus grand de nous mais c’est que d’une quinzaine de centimètres et parce que ce n’est pas du jeu. En tailleur sur le sol, il lève les yeux de sa tablette lorsqu’on franchit le seuil mais a tout de même un temps de retard ; tant sur lever les yeux que sur en faire de même avec ses fesses et s’en venir nous rencontrer. Du Zombie quoi, faut pas chercher midi à quatorze heure surtout quand on se mange un décalage de six heures après huit heures d’avion. Et puis la galanterie veut qu’on fasse les dames d’abord donc forcément les hommes après ! D’un autre côté, niveau homme, je suis plus musclée que lui et Liza est plus impressionnante donc c’est pas lui qui transpire le plus la testostérone. Avec son sweat d'entrainement et son legging, il s’intègre parfaitement dans la moyenne malgré l’absence notable de mitaine comme de son harnais de combat. Evidemment, la seule qui ressort c’est celle qu’est pas humaine.

Zaffira Fiordaliso talonne Zombie au niveau de la taille et Liza au niveau de la réactivité, sa silhouette pâle marquée de bleu aux cheveux, débardeur et jean se présentant en seconde. Son téléphone dans l’autre main, elle est placide d’une façon qui serrait rassurante si elle ne s’accompagnait pas d’un regard aussi intense. Outre la chevelure d’une couleur exotique et la peau trop parfaite pour en être vraiment, je pense que c’est vraiment à travers ses yeux qu’on perçoit la véritable nature de Fira avant même qu’on entre en contact avec elle. Cela fait, néanmoins, elle reste assez facile d’abord tant qu’on n’entre pas en conflit avec sa vanité ou son territorialisme ; chose que Paige ne risque tellement pas de faire. Et puis elle sourit franchement, elle, sachant bien manifester son contentement malgré sa tranquillité.

Je choppe la main de Liza puis fait la bise à Fira avant de saluer de l’autre main Zombie puis d’échanger brièvement avec les trois histoire d’avoir les salutations habituelles, malgré qu’on ait beaucoup taillé la bavette à coup de sms. D’un pas sur le coté, je m’écarte pour laisser les poignées de main se faire et chacun exprimer son contentement de la rencontre tout en désignant de l’un de mes index mon propre contentement.

Alors, la chevelue gaie comme un pinçon et qui rayonne pas encore trop c’est Elizabet, Sontse si t’as déjà entendu parler. La bleue dans tous les sens du terme à côté, c’est Zaffira ; nom de code Saphir, car bleue jusqu’au bout. Et le retardataire là-bas c’est Léo, pseudo The Makor mais tu peux l’appeler Zombie, ça va plus vite sauf pour lui.

Je souris tour à tour à Liza, Fira et Léo dont seules les deux premières relèvent les piques parce que le dernier termine de se relever tout court.

Les gens, voici Paige.

On évitera de préciser que son pseudonyme à elle c'est Flipper, vu qu'avoir fait office de balle de flipper lui a pas réussi moralement. De toute façon, ils savent déjà, je fais juste les présentations.

_________________
The Lucky One

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 151

avatar
Lucy "Lucky" Prissy

Messages : 1356
Date d'inscription : 19/01/2016
Age : 23
Localisation : 9-3

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Squatstage

Message  Paige E. Sinclair le Mer 27 Déc 2017 - 0:14

Le pessimisme n’est pas mon passe-temps préféré, mais parfois je dois me rendre compte de ce qu’il s’est passé après un tournoi aussi important que celui de l’Académie. Peut-être que c’est ma manière d’avoir été éduqué qui m’a toujours placé à une bonne grâce dans les milieux de combat. Alors quand je suis sortie de la Floride, j’ai eu le droit à avoir une appréciation de mes talents de combats, surtout par ma participation dans l’Académie des Vengeurs. Puis, il est arrivé le temps que je sois surtout marquée par un manque total de compétence devant les adversaires de ce tournoi. Lucy avait peut-être raison sur Atalante, elle doit être l’une des êtres les plus coriaces de la planète, mais je reste sur ma défaite contre Canaan. Quoi que Lucy pense, la jeune Wakandaise a eu beaucoup plus de difficultés contre Rey et elle que moi. Prouvant autant mon incompétence dans les connaissances de combat de Canaan.

Les défis sont donc très difficiles pour moi, où je me retrouve vaguement piégée dans cet engouement et peut-être cette jalousie envers les autres. J’ai passé toute mon enfance et mon adolescence dans un gymnase, alors que finalement, je me fais démolir la gueule avec une facilité impressionnante. J’ai peut-être déçu mes fans, mais je me déçois aussi, croyant peut-être que les entraînements et que le temps pouvaient donner l’aspect de devenir meilleure, mais finalement non… les pouvoirs et les origines donnent beaucoup plus de probabilités à être une héroïne que tout le temps passé dans le gymnase d’Oliver Queen.  

En plus, à ma question sur qui a eu la veine de vaincre Rey, elle me dit que c’est Valerie Braddock qui l’a vaincu avec attaque mentale et un acharnement. Cela prouve une fois encore que les pouvoirs servent beaucoup en général pour défaire des ennemis. Carol est peut-être extrêmement mauvaise en tant que combattante, mais avec sa puissance, cela l’aide tellement à confronter et à humilier éventuellement les malheureuses victimes qui décident de l’affronter par les réactions qu’elle obtient des autres. Malheureusement aux réactions de Lucy, on dirait que Valerie Braddock semble suivre un peu la logique étrange de Carol Danvers. Je remarque bien son soupire pour l’une des membres du groupe, mais je crois qu’il existe une différence majeure entre Val et Carol : Val semblait paraître sympathique dans ses documentaires, alors que Captain Marvel a toujours eu une image très négative autour d’elle que cela soit par sa représentation politique ou par sa représentation héroïque.

Pour Wonder Woman, je ne pense pas que cela fonctionne avec l’idée que les vainqueurs écrivent l’Histoire, parce qu’aujourd’hui, je crois que même les vainqueurs deviennent plus critiques pour éviter d’avoir une image trop positive d’eux-mêmes. La Ligue de la Justice n’a pas caché ses défaites sur plusieurs situations : Ils n’ont pas caché leur incapacité de bloquer Victor Von Doom, ils n’ont pas été hypocrites envers le cas de l’Asie où les mémoires de John Stewart décrivent bien une incompréhension sur ce continent et ils ont eu des problèmes envers les différentes guerres des années 90. Pour moi, avoir un jugement critique surtout dans un milieu aussi difficile, c’est quelque chose d’essentiel pour évoluer avec le temps. Les Vengeurs n’ont peut-être pas pris assez de temps pour reconnaître ses défauts dès ses débuts. Beaucoup de jeunes les ont idéalisés durant leur création, mais les processus politiques qu’ils ont utilisés, peuvent être très critiquables surtout envers les Luchadores et même les différents groupes européens. Mais, cela serait autant hypocrite juger l’entièreté du groupe en se servant uniquement de ce défaut. Je suis donc très critique envers les défaites de Wonder Woman, parce que les critiques viennent surtout de ses anciens détracteurs ou ceux qui sont toujours aussi opposés à la Ligue des Justiciers.

Cependant, on ne revient pas exactement sur ce sujet : Lucy tente de renverser cette logique de grande personnalité pour moi. Je trouve la comparaison est donc très difficile, surtout avec tout ce que Wonder Woman est une combattante, ayant aidée le Monde et même l’univers pendant un demi-siècle. Je ne fais qu’arriver dans ce milieu et vu mes récentes défaites, peut-être que je ne vais pas être toujours de tailles devant ce que les autres milieux peuvent construire. Avec un petit recul, je lui indique :


« Grandes personnalités, je ne pense pas vraiment. Je pense être suffisamment connue pour que certaines personnes apprécient mes défaites, confirmant un peu leurs idées sur moi. »

Le mouvement Anti-Carol est très important dans les Vengeurs, beaucoup d’entre-nous critiquent Carol Danvers, Jennifer Walters et Riley Damson, on est même une majorité dans ce groupe à refuser ce mouvement. Mais, ils se sont retrouvés des partisans de tailles dans les médias ou même dans les mouvances politiques de l’internet. Alors oui, plusieurs jeunes préfèrent toujours le modèle de la Justice League, mais d’autres préfèrent être dans des mouvements politiques et les faire fusionner avec les héros, comme si on avait assez de compétences pour être des véritables décideurs du milieu publique.

Après cette réflexion, il est le temps de passer aux thèmes réels avec les membres de l’ACE Junior. Au moins, Lucy me donne des bonnes indices de comment concurrencer ses différents. Je pense que c’est assez gentil de sa part, même si cela peut être assez méchant envers ses amis. En réalité, elle me donne un petit avantage tactique pour les affronter. Au moins, pour eux, s’ils ont regardé le tournoi, ils savent déjà un peu mes faiblesses. Je suis avantagée par mes pieds surtout, où je le mélange avec mon agilité et mes réflexes. Alors logiquement, il suffit d’aller au sol ou encore dans les prises de soumission pour me bloquer. Mais encore là, si leurs styles sortent de l’ordinaire, ils peuvent autant me détruire que Canaan.


« Zombie : je le fais tourner en rond, Liza : Je fais la Tank et Fira : Je la fais sortir. C’est noté, j’espère juste me souvenir pour chacun d’entre eux. »

J’espère uniquement ne pas décevoir en général : Mon estime de soi est assez bas depuis le tournoi et à voir mes défaites, Samantha m’a dit que je semblais plus prudente à son gymnase. Alors qu’avant le tournoi, je pouvais démonter une tonne d’agents du SHIELD en me tournant les pouces, aujourd’hui, mon attitude défensive doit juste laisser un sentiment d’insécurité. Peut-être qu’avec les jeunes membres de l’ACE, je vais pouvoir me retrouver une confiance en soi. C’est rare d’être vraiment tester par une compétition amicale entre les héros de différents groupes.

Plus tard…


Comme avec chaque organisation héroïque que j’avais imaginée, il existe des différences culturelles qui font sa richesse. Aux États-Unis, parfois, on imagine que nos différentes séparations culturelles sont énormes, alors que finalement, il existe deux ou trois grosses cultures politiques et pratiquement une seule langue. J’ai peut-être vécu longtemps en Floride, où la langue espagnole est pratiquement omniprésente, mais une grande partie de notre culture est assez homogène. Dans le Manoir des Curie, je crois qu’ils se sont habitué bien plus rapidement que n’importe qui devant les anomalies de ce monde. Aux États-Unis, on accepte ces anomalies, mais il existe dans un courant plutôt héroïque où le rejet est au centre d’une certaine mode. Je crois que l’Alliance des Champions de comment il s’est construit, ne voit pas un réel intérêt de rejeter ce qu’ils sont. Le Manoir Curie a peut-être une culture française, que je ne connais que très peu en ce moment, mais je suis sûre qu’ils possèdent des liens assez forts avec les autres organisations européennes et même peut-être mondiales. D’un coup, je trouve cela assez dommage que les Vengeurs se sont développés dans le monde en voulant imposer leur monde aux autres.

Peut-être qu’ils ont tenté cette méthode, en croyant que la Ligue des Justiciers avait forcé le Monde de s’être développer à leur manière. Je ne peux pas vraiment le dire, car c’était surtout Nicholas Fury et le SHIELD qui avait établi les relations diplomatiques avec les autres groupes. Je tente la timidité du coup, parce que malgré tous les gentils mots de Lucy, on ne sait pas trop comment se comporter avec les autres groupes avec les critiques de notre mouvement impérialiste indirect du SHIELD ou direct de Carol Danvers. Au moins, durant cette petite tournée de Lucy, j’ai eu le temps de me changer pour me mettre avec les couleurs. Le pantalon sport est plutôt classique, surtout avec le noir omniprésent, alors que le petit manteau noir porte le logo bleu des Avengers sur le cœur. Derrière, j’ai ma brassière de sport, mais avec mon expérience d’Anthony Hudson, je préfère camoufler le reste du corps.

Trois nouveaux visages se présentent devant moi : Elizabet Volkova, avec pratiquement les cheveux rasés militaires et une attitude stoïque. Elle ne semble pas très accueillante, mais je ne dois pas trop m’en faire avec les caricatures. Samantha Parrington vient aussi des forces militaires et elle reste toujours aussi sympathique depuis le temps. C’est la première qui tend la main, et je décide de répondre réciproquement avec une inclination de la tête. Le seul homme de la place semble être plutôt respectueux et assez timide quelques mètres plus loin. Il est peut-être plus grand que nous, mais j’ai un peu de mal de voir les muscles de celui-ci. Pour la dernière, elle est la plus exotique et aussi la plus imposante au niveau du physique. Cependant, je ne montre pas vraiment de surprise. Je suis habituée à voir des colosses en général se battre : Luke Cage est monstrueux au niveau du physique, alors que pour les femmes, Samantha est aussi très imposante. Au niveau de l’exotique, Vision est aussi un cas plutôt particulier avec ses couleurs comme la plupart des Asgardiens.

Lucy semblait un peu familière avec les différentes salutations, pendant que je me retire un peu pour éviter de la gêner durant cet étrange rituel. Après les présentations de chacun des membres de l’ACE junior – où je profite d’un petit temps pour faire un clin d’œil à Léo, parce que si c’est pour enfin trouver un mec timide et gentil, je veux bien tenter le flirt -, j’essaie de sortir un peu de mon cocon pour essayer la socialisation après ces rapides présentations.


« Enchantée, c’est un réel plaisir de vous connaître tous. Vous pouvez simplement m’appeler Paige si vous le désirez. C’est un très beau manoir en tout cas, vous vous plaisez bien ici? Et vos entraînements sont cools? »

C’est avec de la gentillesse d’abord que je veux me représenter. Je ne cherche pas à rentrer dans les pensées diplomatiques, pour moi, cela reste hors-contexte et c’est assez important de se développer des affinités à place d’aller juste dans le professionnel. Au moins, je commence par des questions assez normales, ne voulant pas rentrer directement dans le profil de fan finie. Je pense avoir lue quelques articles sur la fameuse héroïne ukrainienne, mais je ne peux pas trop en dire en parler à la profondeur. De toute façon, c’est mieux de faire connaissance directement que de lire un article sur son sujet.

_________________

Je botte des fesses avec la couleur 6699FF
avatar
Paige E. Sinclair

Messages : 297
Date d'inscription : 06/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Squatstage

Message  Lucy "Lucky" Prissy le Jeu 11 Jan 2018 - 4:21


Grande personnalité, Paige ne pense "pas vraiment" : elle est juste suffisamment connue pour que certaines personnes apprécient ses défaites car cela confirme leurs idées sur elle. Mais comme "les gens peuvent être méchant lors des défaites de grandes personnalités quand ils gagnent des points dans leur idéologie", ou le truc du genre dit par mon interlocutrice précédemment, on est quand même dans le même schéma à mes yeux. Du coup, soit je comprends mieux que Paige soit je comprends mal ; je conviendrais donc que je comprends mieux, par confiance en moi. Mais je ne vais pas cracher sur l’humilité de quelqu’un d’autre, cela dit, pas plus que sur ledit quelqu’un d’autre. En revanche, l’aider à crasher des gens ça me va !

Zombie, ouais. Sortir Fira, ouep, trois fois par jour ! Par contre Liza, tu l’auras pas sur la fatigue. Faut l’avoir sur la vitesse et le knock out.

On rectifie le tir avant que ce soit nous qui soyons tirées, logique de base.

***

Paige est intimidée, par le Manoir, par son état mental, par tout cet inconnu qu’elle découvre autour d’elle et ce connu qui la couvre à l’intérieur de sa tête. Des fois, j’aimerai être télépathe pour comprendre ce qui se passe dans l’esprit des autres. Le reste du temps, je me dis que je vais déjà tâcher de comprendre ce qui se passe dans ma propre caboche et ça sera bien. Heureusement, je retombe toujours sur mes pattes ; dans le plat une fois sur deux, certes, mais c’est quand même sur mes pattes. C’est toujours mieux qu’être intimidée. Mais que demande le peuple, l’intimidation semble s’évaporer avec un changement de fringues et c’en est au point qu’il y ait un clin d’œil pour être fait. Me faut un instant pour le tilter et le comprendre, ou plutôt essayer ; je ne pige pas pourquoi il est fait. Le truc qu’est bien, ou pas d’ailleurs, c’est que Zombie est trop lui-même pour le faire également. Et encore, le suivi psychologique avec Maman l’a aidé à sortir de son monde.

Enchantée, c’est un réel plaisir de vous connaître tous. Vous pouvez simplement m’appeler Paige si vous le désirez. C’est un très beau manoir en tout cas, vous vous plaisez bien ici ? Et vos entraînements sont cools ?

Plutôt oui. Le Manoir est royal, les Curies sont bienveillants et on est très libre sur nos activités. Tu peux m’appeler Fira et me tutoyer, si tu veux.

L’anglais s’améliore d’année en année chez la bleue, même s’il ne reste pas parlé couramment non plus, et l’aise qu’elle développe avec les étrangers est clairement perceptible là où c’était vraiment pas ça au début. Je l’ai pas crue la première fois qu’on c’est rencontrée, au Stage Excalibur 2016 avec Valerie Braddock, quand elle m’a sorti qu’elle était une dragonne ; la démonstration m’a rapidement convaincue mais elle semblait tellement pas à son aise. Donc oui, c’est une dragonne, mais c’est une paysanne aussi et l’a fallut un certain temps d’habituation avec les grandes villes comme avec les inconnus. On lui a jamais vraiment fait peur, c’était plutôt du malaise. Un malaise qui ne nuit plus à ses efforts d’aller vers les autres et n’entame plus du tout cette force tranquille qui l’accompagne dans chacun de ses gestes.

Liza, enchantée également. Les entrainements manquent de discipline mais je suis assez d’accord.

Pourquoi que c’est moi qu’elle regarde quand elle dit que les entrainements manquent de discipline ? Je manque de discipline mais c’est pas moi qui entraine, je participe juste. Après c’est dit avec le même discret sourire donc je le prends comme la pique que c’est, soit avec un sourire également.

Disciplines-moi, si t’y arrives.

C’est mon intention.

Bonne chance. Encore qu’j't’en laisserai pas beaucoup.

Le défi est lancé et on ne tardera pas à en faire de même toutes les deux mais pour l’instant c’est l’invitée qui prime et c’est avec la simultanéité de l’habitude qu’on retourne nos regards vers Paige. Ça l’occupera le temps que Zombie rejoigne la partie, après tout il a un clin d’œil à répondre.

J’espère que le style "dissipé" ne te pose pas trop de problème.

Si oui, t’as qu’à lui demandé comment elle a fait pour me supporter.

Je désigne du doigt Liza avant de me retourner vers Zombie, lequel prend enfin la parole alors que Fira regarde nos échanges conflictuels en bonne spectatrice. Elle y participe pas trop, c’est pas sa culture ; ou plutôt c’est pas sa différence de culture. Zombie partage un peu la mienne mais il arbitre et commente surtout, quand ça l’inspire.

Elle ne supporte pas, elle tape dessus. Les entrainements sont ainsi, entre autre. Léo, enchanté aussi.

Il n’y a pas de sourire cette fois mais la voix signifie assez clairement l’intérêt et la volonté cordiale. Les expressions faciales donnent l’impression de venir avec un temps de retard mais ça a son charme, quand on aime les personnes en décalage. Avant la rencontre, il est probable que Zombie ait satisfait son obsession pour les Super-héros en consultant beaucoup d’articles concernant Paige malgré l’absence d’aspect scientifique dans la carrière de celle-ci. Reste à espérer qu’il ne passe pas pour un stalker maintenant que la rencontre est commencée mais il doit être suffisamment discret pour éviter cela. Tant qu’il ne sort pas une info simili-random parce qu’elle s’est bloquée dans son esprit ça ira.

On s’échauffe et on laisse Paige se faire un avis sur nos impro’ ?

Dit comme ça, on croirait presque que les autres entrainements sont plus organisés.

Ceux des stages et des cursus le sont.

Dixit celle qui ne suit pas de cursus.

Mais je fais les stages, ça fait la moyenne. C’est déjà plus que ce que j’avais à l’école.

Liza lève les yeux au ciel avec un sourire en coin relativement involontaire, Fira ricane doucement et Zombie conserve le contentement piquant qui accompagnait sa réplique précédente. Perso, je joue et le manifeste, à mon aise.

Dis Paige, tu fais des études toi ?

Mon association d’idée ne surprend personne, à part celle vers qui elle retourne les attentions peut-être. Il est possible que j’ai déjà connue la réponse à ma question, auquel cas je l’ai oubliée, mais au moins cela intègre plus la nouvelle venue que les échanges de réplique habituels. Sans doute que Léo connait déjà la réponse mais il la tait, se contentant de regarder avec intérêt. On ne va pas arrêter d’échanger des informations tout au long de cette journée, je pense qu’on le sait tous, reste à l’alterner avec les autres activités de prévues. Personnellement, je sais que je retombe toujours sur mes pattes et je crois me souvienir que Paige a une excellente agilité aussi.

Niveau des poulains que les Curies va faire crécher par trop loin de toi les prochains jours, Fira elle est en comptabilité et Zombie il finit le secondaire puis école d’ingénieur ici. Liza est 100% dans l’optique super-sécuritaire par contre et moi je fais mon petit bonhomme de chemin.


_________________
The Lucky One

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 151

avatar
Lucy "Lucky" Prissy

Messages : 1356
Date d'inscription : 19/01/2016
Age : 23
Localisation : 9-3

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Squatstage

Message  Paige E. Sinclair le Jeu 18 Jan 2018 - 0:18

Oui, je ne me considère pas comme une grande personnalité, surtout si on se compare avec le passé. Le passé a créé des personnalités fortes et intriguantes qui font maintenant une renommée dans les styles de combat ou dans la super-sécurité. Aujourd’hui, il existe bien plus de personnalités qu’avant, surtout que le travail de justicier ne se limite pas uniquement à un boulot traditionnel, mais à une réalisation propre pour tous les individus. Enfant, j’aimais regarder les produits dérivés de la Justice League à place de jouer avec des poupées. Les barbies étaient remplacées par des figures assez mystiques de l’ancienne équipe de protection planétaire : Wonder Woman, Tornade, Black Canary, Atalante et ainsi que de nombreuses autres. Elles ont montré que ce domaine n’était pas juste réservé aux mecs américains et blancs, elles ont montré que même les humains pouvaient donner une vision plus progressive de l’humanité.

C’était des grandes personnalités dans l’ensemble de leurs œuvres, on ne peut pas juste ignorer cette histoire ou encore leurs avancées. Ils ont vécu des aventures, ils se sont construits une Famille et ils ont surtout vécu bien mieux pour nous donner un message positif à la vie humaine. Il est possible de changer le Monde et pas uniquement en décriant tous les grands problèmes loin de ceux-ci. Donner espoir, c’était quelque chose de rare aujourd’hui, surtout d’individus avec des grandes personnalités. C’est peut-être aussi pour cette raison que je suis peut-être prise avec cette idée un peu folle d’apporter mon petit grain de sel à cette histoire en rentrant dans les Vengeurs.

Il ne va pas être énorme, surtout sans aucune capacité extraordinaire qu’on peut retrouver dans les groupes les plus importants, mais je veux quand même apporter ce grain de sel. Je ne me soucie pas que mon nom ne se retrouve pas dans les livres d’Histoires, déjà combattre contre ceux qui menacent la vie est déjà une énorme satisfaction. On se perd peut-être dans des illusions quand on se retrouve devant les chroniqueurs de FOX News qui ont la chance d’avoir le titre des Avengers, mais il existe tellement des visages humains et incroyables dans ce groupe qu’il est parfois facile de les oublier.

Au moins, on ne rentre plus dans ce débat douloureux et je garde en mémoire ce que Lucy m’a conseillé de faire contre ces amis. La situation est plutôt délicate, surtout lorsque j’ai passé une grande partie de ma vie dans le grand centre d’entraînement d’Oliver Queen. Avec mon agilité, ma vitesse et mes réflexions, j’avais déjà quelques chances contre des criminels mineurs, mais avec Queen, il ne m’a pas uniquement apprit à me battre, mais à analyser convenablement un adversaire avant d’agir. Là, je ne peux pas trop compter sur une analyse de plusieurs jours avant de me lancer dans un combat, je dois surtout combattre avec ce que je connais des informations de la Jeune Lucy. En plus, se servir des méthodes primaires comme le Debout, le Sol ou le Clinch traditionnels ne doivent pas me faire donner des forts résultats contre des méta-humains, pouvant me déloger avec beaucoup de facilités. Surtout que les conseils de Lucy ne me donnaient pas un réel avantage pour aller au sol ou dans le Clinch. Si la plupart de ses amis ont une puissance supérieure à moi, je n’ai aucune chance de pouvoir de me servir de techniques de lutte. Il me reste encore les coups à donner par le debout, mais je peux encore mal connaître leurs mutations ou leurs capacités de combat. Surtout que tout le monde, après un certain temps, développe son style en particulier.

Alors que je ne suis pas vraiment prête mentalement ou physiquement à développer des défenses cognitives nécessaires pour défaire le choc culturel, les multiples rencontres me font un peu craindre le pire. La première à communiquer avec moi, c’est Fira qui me confirme que les entraînements sont cools et qui désire un tutoiement à place des politesses de base. Je lui fais un petit signe de tête pour lui affirmer la positive à cette suggestion. À la salutation de la deuxième femme plus militaire, celle-ci détourne légèrement les salutations pour tenter de régler un conflit avec Lucy. Je ne comprends pas vraiment, mais cela doit faire parti de la chimie du petit groupe. Elles se disputent un peu sur la fréquentation des entraînements, peut-être… je ne peux pas vraiment le dire, je suis encore plus confuse lorsqu’elles se tournent vers moi.

À part sourire bizarrement, je ne vois pas comment intervenir dans cette situation. Les entraînements sont personnels à tout le monde et je ne veux pas commencer à faire des leçons sur comment s’entraîner dans un groupe aussi différent que les Vengeurs. Même dans les Avengers, on a tous une idée assez différente des entraînements. Pour Carol, c’est aller à la plage, pour Samantha, c’est de lever des poids de 50 tonnes pendant plusieurs fois en quelques minutes.

Au moins, je suis sauvée par cette situation par Léo qui se présente enfin. J’avais presque eu la terrible idée que mon clin d’œil l’a fait plutôt fuir que discuter avec moi. Malgré le manque de sourire, on dirait qu’il existe quand même un sentiment de vouloir participer à cette rencontre. S’il ne réagit pas beaucoup à mon premier clin d’œil, je réagis plus avec un sourire charmeur pour continuer le processus. Je ne sais pas trop ce qu’il y a, il est peut-être gêné ou il n’a jamais eu de petites-copines : C’est difficile à dire, mais je peux bien tester quelques charmes pour plus tard. À cette idée, j’ai toujours vu le mystère de Batman de cette façon : Grand, ténébreux et assez timide avec les cheveux noirs.

Il est ensuite le temps de revenir à la réalité. Lucy nous coupe un peu pour essayer de revenir au but de cette fameuse rencontre. Échauffement, entraînement et peut-être Sparing, c’est à voir avec nos ambitions du moment. Encore une fois, je ne me permets pas réellement de répondre à la question de Lucy, ils ont peut-être quelques traditions à suivre avant de rentrer dans un entraînement classique. En plus, ils semblent encore se disputer amicalement quelques peu et je suis rentrée dans mon idée de ne pas trop intervenir pour manifester un avis positif ou négatif à l’un de leurs avis. Au moins, vers la fin, Lucy semble remarquer assez mon silence pour me poser une question sur ma scolarité.


« Ah non, malheureusement, dès que j’ai eu l’âge légal pour arrêter les études, je les ai arrêtés. Rester en forme physique et savoir se battre me demandaient beaucoup trop de temps pour aller dans des études universitaires. Aux États-Unis, je crois que ce phénomène est assez rare ou il faut avoir une excellente motivation pour travailler dans ce milieu et faire des études supérieures en parallèles. »

La Young Force et les Avengers doivent suivre un peu le même modèle. Entre les divertissements et les missions pour arrêter les méchants criminels, rentrer dans un cursus d’université ne doit pas être si simple. Valerie Hopkins en connaît beaucoup sur la science comme la chimie, la physique et même l’ingénierie, mais elle ne fait pas d’études dans ces domaines. Alors que Janet n’a pas réellement bouger un doigt, toutes ses créations la font autant célèbres dans le milieu des héros que dans le milieu scientifique. En Europe, il semble quand même vouloir encourager un processus scolaire alors que dans les Avengers nous laissent un peu le champ libre de faire ce qu’on veut.

« Wow, vous êtes chanceux, je ne pense jamais avoir le temps d’accomplir des études de ce type vu mon horaire actuel. C’est dans votre cursus dans l’Alliance des Champions ou ils vous laissent le choix de continuer vos études? »

Je suis curieuse, parce que dans les traditions américaines les plus propres, le libre-arbitre individuel est quelque chose de primordial, même dans la super-sécurité. On a le choix de mener des doubles-vies ou pas. On a le choix d’être des personnalités connues ou simplement des agents de l’ombre pour avancer. Je ne sais pas si ce sont des cultures européennes qui font cette différence ou nous sommes un peu dans les mêmes cas entre nos deux écoles.

_________________

Je botte des fesses avec la couleur 6699FF
avatar
Paige E. Sinclair

Messages : 297
Date d'inscription : 06/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Squatstage

Message  Lucy "Lucky" Prissy le Jeu 25 Jan 2018 - 6:14


La barrière du vouvoiement cède en un signe de tête et le duo de cette même partie, la tête, tarde pas à se la prendre, la tête toujours. Ouais, le duo de tête qui se la prend est composé des deux fortes-têtes du lot, à savoir Liza et moi. C’est dire si on en a dans la caboche, qu’on a assez dure l’une comme l’autre. Sans surprise, on perd un peu Paige du coup et on la rattrape pas vraiment lorsqu’on revient vers elle, lui faisant juste décrocher un sourire assez excellent. Je peux comprendre facilement que face à un groupe qui ce côtoie depuis plusieurs années maintenant, parce qu’au-delà d’une ça fait plusieurs, ça soit un peu compliqué de s’intégrer mais on fera de notre mieux ! Et notre mieux, il a l’air d’être Zombie ; même pour une habituée à l’improbable, c’est surprenant. Le sourire de Paige devient franchement différent face à mon meilleur ami mais si ça l’aide à être à l’aise, tant mieux ; Paige, parce que Léo il ne semble pas trop comprendre sur le coup. Je sais qu’on prend un peu de temps à passer à l’échauffement mais j’ai l’impression que notre invitée veut le chauffer… Autant ça serait cool que je sois pas la seule à trouver un autiste plus facile d’abord qu’une personne normale, même s’il n’y a aucun échantillon de normalité présentement à part peut-être Paige, autant celle-ci doit vraiment aimer les défis si elle veut vraiment essayer de draguer Zombie. Dommage que j’ai d’autres trucs à lui dire avant parce que là va falloir briéfer !

Et vu comment ce que je lui dis la perturbe, la Paige, on est pas sorti de la berge et on risque de se noyer si on n’y arrive pas, à sortir de la berge. Difficile de savoir si je fais cela toute seule, la perturber, ou si c’est un travail d’équipe ; je dirais le second vu qu’on le fait fort bien du fait de la pratique alors que seule Paige arrivait encore à gérer je crois. Incontestablement, les quatre-cinquièmes de nos discussions consistent à se vanner mais ça évite les disputes quand on ouvre les vannes et ça fait plutôt une bonne chimie, pas plus explosive que les exercices scolaires. Mais on est pas encore en travaux pratiques et c’est justement ce qu’on est venus faire ici, même si l’idée de la scolarité prend le pas.

J’ai un petit sourire rassuré à entendre que Paige non plus n’a pas poursuivi l’école au-delà de l’âge légal. Pour un certain nombre de personnes, cela signifie qu’on va être stupides et mal éduqués, qu’on ne fera rien de constructif dans notre vie. Je sais pas pour les US mais en France on a cette culture de la réussite par le biais de l’école, comme si elle assurait l’égalité des chances et que ceux qui y travaillaient bien devenaient des grands winners alors que ceux qui y travaillaient mal étaient assurés d’être des loosers ; deux catégories que l’on met de plus en plus en avant j’ai remarqué, comme si les premiers n’étaient généralement pas nés dans une famille de winners et devaient avoir l’admiration et la reconnaissance nationale pendant que les autres devaient être condamnés et critiqués pour leur absence de réussite… bref, de savoir que je ne suis pas la seule à faire mon chemin hors des sentiers battues en cherchant à ne pas trop l’être, battue, est assez rassurant. Comme le dit Paige, l’entrainement physique de haut niveau, ce qui est clairement notre cas, complique vachement les activités en parallèles : quand tu t’entraines sept à dix heures par jour pour avoir un niveau digne de l’olympique dans une discipline donnée, je vois difficilement comment tu peux te faire six à huit heures de cours en plus. Les US l’ont compris et ne demandent visiblement pas le double-élitisme alors qu’en UE c’est déjà moins apprécié. Après, pour regarder ceux qui suivent le cursus d’études de l’Alliance, je pense pas que beaucoup arrivent au niveau où je suis sur le plan physique ; comme je n’arrive pas au niveau de connaissances qu’ils ont. J’acquiesce lorsque Paige laisse un silence, confirmant mon accord avec elle et je ne suis pas la seule à le faire.

D’accord.

Fira parle simplement en hochant la tête tandis que Liza se contente du second geste et que Zombie se tient de biais, à approximativement un angle de trente degrés par rapport à Paige. Je suis pas capable d’évaluer les angles de visu, j’aurais plutôt tendance à dire qu’il regarde à cinq minutes de notre invitée, mais je sais que l’angle est toujours le même puisque c’est celui qui permet de mieux percevoir l’onde sonore. Hors, comme Paige parle, Léo privilégie l’écoute et non le regard ; et il le fait avec attention. Ce qui peut sembler bizarre pour les autres, puisqu’on a l’habitude de regarder quelqu’un quand il parle, est logique pour lui. Juste qu’il faut connaitre.

Bien sur qu’on est chanceux, je porte bonheur !

C’est dit sur le ton de la bonne humeur mais c’est autant une plaisanterie que du sérieux, ça peut faire rire mais je reste persuadée que c’est le cas et aucun des pontes de l’Alliance n’a cherché à démontrer que ce n’était pas le cas. Pourtant niveau scientifique, j’ai squatté du haut niveau avec Liara et les Curies.

Le cursus de la Section Junior inclut des horaires d’études parmi des filières prédéterminées qui varient selon les disponibilités du Manoir où on se trouve. On a donc le choix, même si tous les domaines ne sont pas représentés.

Ouep. Chez les Curies, ça va toucher à tout ce qui est scientifique surtout ; physique, math, science de l’ingénieur, etc. Chez les Braddock, c’est plutôt niveau de la criminelle et du maintient de l’ordre.

Les fonctions régaliennes. Sachant que les stages dont on parlait tout à l’heure alternent les Manoirs pour diversifier au mieux notre formation.

Grosso-modo, on a un cursus scolaire toute l’année avec des études de notre choix plus un stage intensif l’été pour assurer la formation "standard" de l’Alliance. Enfin, "on" ; en général. Liza elle se régale mais moi je suis pas de cursus, juste les stages. Et Fira…

Moi ? C’est à côté de la Section Junior. Comptable c’est pas vraiment un métier qu’on retrouve dans les transversales entre le milieu super-héroïque et les autres domaines.

Normal, c’est chiant la comptabilité.

J’hésite un instant, commençant à regarder sur le côté pour réfléchir. Les Manoirs et les groupes Super-Héroïques doivent avoir besoin de comptable mine de rien, entre les budgets qu’ils doivent gérer et les impôts que leurs membres doivent payer ça semble logique. Mais sans doute ont-ils de quoi se payer des comptables, aussi. J’imagine les Braddock remplir des fiches d’impôts et c’est assez drôle je dois dire, même si la gestion du budget et autres joyeusetés administratives doivent être au gout du jour dans le bureau de Brian mine de rien. Après, ma réflexion se termine et mes yeux en reviennent à ce qui s’agite devant eux avec vivacité.

Mais c’est utile. Heureusement que t’aimes ça, tu feras mes comptes.

Les bons comptes font les bons amis donc c’est bien d’avoir un comptable parmi les seconds pour s’occuper des premiers, logique.

Et si c’est un mauvais comptable ?

Ah bah là tout fout le camp. Saif si c’est un mauvais comptable parce qu’il fait du détournement de fond, on peut voir ça comme un bon comptable mais un mauvais ami, puisqu’il te vole.

Je vois pas le rapport. Tu m’as piqué beaucoup de trucs et on reste amis non ?

Je t’ai pas piqué. C'est du partage : ça te sert pas alors je m'en sers. T'as jamais entendu dire que les amis ça partagent tout ? C'est pour ça que je suis une bonne amie. Et que je suis pas comptable. Puis je t’ai tout rendu… je crois.

J’hésite à nouveau et mes yeux témoignent encore de ma réflexion, se portant sur les deux autres adolescentes alors que la bleue s’adresse à l’invitée.

Ils sont aussi bavards tes coéquipiers dans les Jeunes Vengeurs ou ils sont plutôt comme toi, mesurée ?

Je bug un instant alors que je perds ce que j’étais parti chercher pour me rendre compte qu’on va vraiment traumatiser la pauvre Paige, genre pire qu’Orenda si ça continue. Ce n’est plus Paige qui perd, c’est Paige qui est perdue ; il y a une progression. De là à savoir si elle est positive ou négative, j’organiserai bien un vote mais je crains que ça n’arrange pas l’affaire. Alors il vaut peut-être mieux la lâcher ainsi, dès que notre invitée a pu répondre comme il se doit à la question, je m’en reviens l’attraper.

Bon, on s’échauffe puis après sparring et mise en situation. On doit rattraper leur avance et ça me permettra surement de te faire un petit rattrapage sur un truc.

Le trio ayant eu beaucoup plus de temps que nous, ils sont déjà chaud malgré les difficultés de Zombie à percevoir que Paige le chauffe ; je sais pas ce que Fira a spoté mais Liza je pense qu’elle est au même niveau que moi, l’envie de s’impliquer en moins. Le plan me semble d’une logique absolue, l’échauffement me permettant de briefer Paige sur Zombie avant de les jeter dans l’arène pour le sparring et de voir ce que ça donne. Curieuse de voir cela, tant ce que ça donne que la manière qu’a Paige de s’échauffer. Liza, c’est inspiré des échauffements militaires mais c’est un peu étrange considérant son biologisme surhumain, tandis que Zombie et moi c’est surtout rapport au sport. Fira fait pas trop, genre le minimum vu que de toute façon elle va pas loin niveau effort physique.

_________________
The Lucky One

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 151

avatar
Lucy "Lucky" Prissy

Messages : 1356
Date d'inscription : 19/01/2016
Age : 23
Localisation : 9-3

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Squatstage

Message  Paige E. Sinclair le Mar 30 Jan 2018 - 0:56

J’envie parfois les autres groupes, ils sont tellement différents et d’un tel exotisme, que parfois je me perds chez eux. En Floride, la vie était plutôt simple et les grands phénomènes de ce monde se passaient surtout à Disney Land et non dans des créatures plutôt mystiques qu’on retrouve un peu partout aujourd’hui dans la Base des Avengers ou encore dans les Jeunes de l’Alliance des Champions. La seule bizarrerie réelle de mon précédent entraînement, c’est bien les raisons obscures pourquoi le Maire de Miami en connaissait autant sur les arts martiaux. Jeune, je pensais surtout qu’Oliver Queen était une sorte de super-vedette avec le charme d’un bœuf, un peu comme dans le modèle d’Anthony Hudson, mais il reste encore très mystérieux comme type. Au moins avec les jeunes Héros Européens, on casse plutôt rapidement les limites du vouvoiement pour aller dans des discussions plutôt étranges pour moi. Non-habituée par leurs familiarités, je pense me perdre assez dans leurs discussions où ils ont beaucoup de blagues entre eux, mais que je ne crois pas comprendre vu les éloignements culturels.

Dans une certaine idée, je peux au moins m’en sortir en faisant surtout mon flirt avec le jeune Léo. Je ne me fais pas très discrète par mon coté charme, parce que dans les premiers cas, on dirait qu’il ne remarque pas beaucoup mes premières tentatives pour quelque chose de bien plus intime. Je ne pense pas être éternellement perturbé par leurs discussions, je crois être uniquement légèrement perdue par leurs innombrables discussions dialogues entre eux. On tente de me rattraper peu après avec le sujet de l’étude et au moins, je peux relancer légèrement leurs discussions de cette façon.

Je suis peut-être en train de faire un discours plutôt minoritaire pour la population en général, mais pour moi, je pense être sortie légèrement de cette idée de représentation. Mon père était tellement heureux des années de gloire que pouvaient porter les Dolphins de Miami, comme si cette équipe leur représentait vraiment. Plein de Vengeurs sont très fiers de se promener avec le drapeau américain pour penser représenter parfaitement ce que la Démocratie ou ce que les Fondateurs pensaient de ce pays. Avec le temps et les rencontres, je pense m’être un peu déconnecté de ces milieux de représentation. Avoir un sentiment d’appartenance trop fort et inconsistant, bousille à mon avis les tendances à établir des limites justes à nos jugements. Sur le sentiment scolaire, je crois que beaucoup de gens méprisent beaucoup le sujet, comme si c’était réellement important pour être ami avec quelqu’un. Oui, lire et écrire sont importants, oui connaître la physique nucléaire, c’est encore plus primordial pour les scientifiques de ce monde et peut-être parfois, connaître les caractéristiques d’une ville ou d’une population, deviennent aussi des éléments à connaître avant de la protéger ou de les protéger. Je pense que cependant dans la Super-Sécurité, avoir des individus qui sont développés aussi efficacement que la Ligue de la Justice peut nous donner des conseils assez sereins pour éviter les énormes bourdes.

Peut-être que je me trompe, peut-être que les cultures américaines et françaises transforment l’école en clivage entre perdants et gagnants, mais je n’y crois pas encore. Si aujourd’hui, nous sommes dans un monde de nuance, je crois que la population s’est individualisée d’une manière que les tentatives de clivage collectives deviennent souvent très critiquées pour être parfois oublier. Pour moi, ce n’est pas un sujet qui m’intéresse à développer ou à débattre, peut-être qu’on pourrait en discuter sur des millions de pages, mais je me vois curieusement bloquée sur ce débat par un simple désintérêt uniquement à être obliger de faire un choix. Peut-être de cette façon, on peut m’identifier comme une individu plutôt désabusée du système des débats, c’est uniquement que j’ai fait mon choix dans ce type de débat. Carol Danvers m’a apprit de ne plus jamais faire un commentaire politique, car avec quelques individus, on pouvait se perdre à une vitesse digne de Northstar ou de Flash.

Heureusement, on termine cette discussion par la maigre intervention de Fira afin de comprendre mon propos. Je suis plutôt heureuse que cette discussion ne va pas plus loin. Je ne désire pas être une personne aussi polémique que She-Hulk ou que notre Captain Marvel. Je suis aussi un peu soulagée de voir Zéo un peu plus proche de moi, mais qui semblait incapable de me regarder physiquement, peut-être à cause d’une petite gêne. Il est très bien positionné pour m’écouter, mais on dirait qu’il préfère l’écoute que le regard. Lucy ajoute une petite once d’humour avec son idée de porte-bonheur.

Après ils m’expliquent plus en large ce que ressemble la situation académique dans la Section Junior de l’Alliance des Champions. Les différents Manoirs laissaient la possibilité à chacun de choisir ce qu’ils veulent faire. Ils ont plusieurs choix possibles et cela rends leurs parcours déjà plus intéressant que les Vengeurs. C’est un choix très intéressant, parce que contrairement à l’équipe américaine, on ne fait pas dans la spécialisation comme l’ACE. Je trouve clairement que les possibilités de l’ACE donnent plus de chances aux jeunes de se développer comme ils le désirent. Hormis pour la comptabilité, elle est boudée par l’Alliance des Champions et aussi par les jeunes présents.


« Intéressant comme concept dans votre parcours. C’est un peu malheureux pour les comptables en herbe, mais ils donnent encore plus d’informations pour parfaire vos interventions. »

Je crois aussi que les comptables sont assez importants dans la Super-Sécurité. Les grandes agences fonctionnent souvent de cette manière, où les formations, les interventions et les réparations sont extrêmement couteuses. Dans ce genre d’agences, les scientifiques, les fonctionnaires et les aides à l’humanitaire doivent être extrêmement nombreuses, expliquant pourquoi les Avengers ont une somme assez immense du Budget Militaire Américain. En plus, je ne connais pas en détails comment les contrats de sécurité fonctionnaient avant la perte de confiance de l’international pour les Vengeurs, chaque pays doit avoir mis des milliards de dollars de financement, expliquant pourquoi on est payé aussi chers aujourd’hui pour un travail très partiel, mais primordial en cas de folie d’un conquérant galactique.

Continuant de faire des blagues sur la comptabilité et sur les fraudes possibles, je suis silencieuse encore. Je ne suis pas habituée à leurs humours, ni à comment ils se parlent entre eux, alors je ne vais pas tenter de rentrer aussi gratuitement dans leur cercle social, je viens quand même d’arriver. Et ils ne sont pas idiots, vu mon silence, ils se demandent si mon silence est dans mes grandes habitudes de vie. C’est la fameuse bleue qui me demande cette question, alors la réponse vient assez rapidement :


« Cela dépends surtout des membres, certains sont assez silencieux et d’autres sont très bruyants. Personnellement, c’est juste que je doive m’habituer un peu à votre humour et votre groupe, c’est quand même la première fois que je voyage en Europe et que je rencontre l’Alliance des Champions. »

L’idée du temps d’adaptation est assez simple à mon avis et cela justifie parfaitement mon silence. En plus, j’ajoute le choc culturel pour éviter d’être insultante envers leurs habitudes. Pour trouver enfin une porte de sortie, Lucy parle enfin un langage que je connais. On va s’échauffer et après le sparring, cela m’aide déjà plus que la comptabilité dans son ensemble.

« D’accord! L’idée me plait! »

Je vais peut-être me sentir d’avantage à l’aise de cette façon. Leur esprit de groupe me condamne légèrement à reculer dans leurs discussions, avec mes plus proches amis, j’ai pratiquement la même complicité, mais elle devient très difficile quand on change de groupes d’amis de cette manière. Au moins, ils sont assez intelligents pour comprendre un peu cette petite séparation entre leurs familiarités et une étrangère qui vient d’arriver dans leur manoir.

_________________

Je botte des fesses avec la couleur 6699FF
avatar
Paige E. Sinclair

Messages : 297
Date d'inscription : 06/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Squatstage

Message  Lucy "Lucky" Prissy le Sam 17 Fév 2018 - 11:02


Je suis en accord avec l’intérêt du parcourt de formation de l’Alliance mais ricane surtout au malheur des comptables en herbe. Comme tout métier de bureau à 100%, c’est pas la peine d’avoir une infrastructure spécialisée comme on peut retrouver pour d’autres domaines et ça me semble logique que les groupes de Super-Sécurité européens laissent les écoles spécialisées former ces gens, quand bien même ils en emploient pas la suite. Et comme la formation entre pas en contradiction avec celle de la Section Junior, tout est bien qui étudie bien ; sauf si l’élève fait pas d’effort. Mais on est plutôt investis et assidus dans des études comme celles liées à l’Alliance : si t’as pas la motivation pour y être, t’as rien à y faire. La Super-Sécurité, c’est pas tellement un domaine où t’y vas en espérant pouvoir en foutre le moins possible à ton taff et gagner plein d’argent ; oui on gagne plein d’argent mais, niveau de l’Alliance au moins, je pense pas qu’on soit des super-fonctionnaires. Même s’il y a des comptables, et j’espère des bons !

La question de Fira sur les Jeunes Vengeurs me fait buger mais le point positif c’est que j’entends la réponse, même si je l’écoute pas trop-trop. Ça me semble logique qu’il y ait de la diversité avec des membres silencieux et d’autres membres bavards, même si s’en assurer en le demandant est une bonne idée. Quand à s’habituer à l’humour de notre groupe, la pauvre Paige est pas tirée d’affaire : là, on a juste la partie liée à la Section Junior. Il reste une bonne moitié à découvrir, sans parler des autres membres de l’Alliance en effet ! Mais il faut pas aller plus vite que la musique sinon on va déchanter du coup pour l’instant on s’en va s’échauffer. L’idée plait à Paige, cela me fait sourire : y’a pas que l’idée qui lui plait et ça fait parti du rattrapage qui fait lui-même parti de l’idée qui plait. Les choses sont tellement bien faites quand on y pense. Et histoire de continuer à bien le faire, faut que je réfléchisse un peu comment présenter la chose ; parce que présenter Zombie, c’est fait. Si c’était pas fait on en serait pas là parce que ça serait encore à faire mais le résultat serait finalement le même donc on va conclure ce raisonnement de la seule manière appropriée : Enfin Bref. Toujours au côté de la jeune vengeresse, je reprends donc la parole dès qu’on est suffisamment éloignées des autres.

Au risque de mettre les pieds dans le plat même si je les mets où je veux et que j’y vais du pied gauche comme ça ça contribue à ma Chance, c’est moi où t’es en train de chauffer Zombie avant l’échauffement ? Y’a pas de souci à ça mais en fait si, juste pas celui auquel tu t’attends.

Je m’arrête un instant pour laisse à Paige le temps de réfléchir à ces paroles qui doivent être clair comme de la roche ; je veux bien que l’eau de roche soit claire mais la roche, même claire, n’aide pas à voir. Et savoir si j’aide mon interlocutrice à y voir plus clair, ce qui est mon intention mais pas garanti, m’intéresse donc j’attends de savoir si elle me suit autant oralement que physiquement pour poursuivre.

Léo est pas neurotypique, d’où le "Zombie". C’est normal s’il réagit pas normalement : si tu vois qu’il agit de manière bizarre tu t’inquiètes pas, il sait se gérer, et si tu vois qu’il calcule pas un truc tu le prends pas perso, tu lui explicite si tu veux.

J’énonce des faits avec assurance, exposant des choses que je connais doublement. D’une parce que je connais mon meilleur ami et de deux parce que ça fait parti de nos points communs. Tous deux, nous avons la grande capacité à comprendre le compliqué sans réussir à en faire de même pour le simple. Bon, aucun de nous n’a été très intéressé par les relations sentimentales jusqu’ici mais ça a évité à chacun d’entre nous de finir dans la friendzone de l’autre, ce qui est positif. Qui ne tente rien n’a rien après je ne vais pas découragée qui que ce soit : c’était notre objectif mutuel et partagé que de ne rien avoir avec Léo alors que ce n’est peut-être pas le cas de Paige. Je sais pas ce qu’elle a derrière la tête, à part sa coiffure évidemment, mais si elle trolle elle va juste risquer de s’autotroller avec le niveau de difficulté et si c’est un peu plus sérieux elle fera les efforts nécessaires avec les informations fournies. Faut juste que je fasse ma partie histoire que ça ce viande pas comme j’ai tendance à faire se viander les choses ; ça aussi c’est ma partie et je la partage pas.

Evidemment, si t’as des questions ou des difficultés je suis là. Et même si t’en as pas, je suis là d’ailleurs ; les amis c’est comme ça.

Un clin d’œil ponctue ma déclaration à double sens puis je relâche Paige, ayant suffisamment avancée pour avoir de l’espace. Le temps est venu pour l’échauffement et, pour ma part, ce sont les bras qui commencent : tensions et cercles ouvrent donc le bal, suivis par des pompes et des planches, des dos ronds et des étirements de chat. Viennent ensuite abdominaux, montées de talons et celles de genoux, puis tensions du mollet et talons-fesses. Avec les pas chassés et sauts cloche-pied, y’en a pour un vingt minutes et j’ai pas attaqué les katas. Sans compter que je dois être un peu plus longue que de norme considérant ma volonté d’observer comme Paige s’y prend de son côté. Y’a tout le matériel nécessaire à s’entretenir et se développer ici, comme dans une salle de gym mais avec le bonus d’appareils spécialisés pour les capacités surhumaines.

Le trio qu’on a délaissé ne se laisse pas aller et commence déjà quelques échanges sur le ring, Zombie faisant face à Liza sous le regard placide de Fira. Les deux sont dignes de membres de forces armées avec un entrainement spécialisé au combat, des élites de closes combats selon les critères non-super-héroïques. Sontse peut sembler apte à devenir une maitresse d’art martial dans les années à venir et Léo à atteindre un stade encore au-delà considérant sa coordination et sa vitesse d’enchainement ; même alors qu’ils s’échangent des politesses, leur talent comme leur potentiel doit transparaitre. Leur stratégie aussi, vu qu’ils tentent tous les deux de s’adapter à l’autre. Ils sont meilleurs que moi, niveau technique, juste que je progresse beaucoup plus vite. Zombie doit équivaloir à Paige tandis que Liza doit être légèrement supérieure, malgré qu’elle ait un sérieux cran de retard sur les esquives ; les esquives et l’économie de mouvement c’est pas le plus compatible.

Lorsque j’en termine avec mes échauffements, je m’en vais vers les affaires afin d’y délaisser la veste de tailleur, légèrement trop grande pour ne pas gêner mes mouvements mais ne me permettant pas une parfaitement liberté non plus, et de taper dans la gourde ou la bouteille d’eau de quelqu’un. Boisson que je proposerais à Paige sans un mot, lui tendant juste le contenant, lorsqu’elle aura fini à son tour ; sous réserve qu’elle n’ait pas fini avant moi, évidemment. Dans tous les cas, les trois autres s’arrêteront pour nous accorder de l’attention et c’est avec le sourire que j’irai les rejoindre en compagnie de notre invitée. Ce n’est qu’après un petit saut pour m’accrocher aux cordes et m’y pendre que je me tournerais vers celle-ci.

Toi d’abord, t’es l’invitée. Tu veux qui en partenaire ?

C’est demandé avec espièglerie et une certaine assurance puisque je pense connaitre la réponse…

_________________
The Lucky One

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 151

avatar
Lucy "Lucky" Prissy

Messages : 1356
Date d'inscription : 19/01/2016
Age : 23
Localisation : 9-3

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Squatstage

Message  Paige E. Sinclair le Lun 19 Fév 2018 - 0:01

Les organisations sécuritaires doivent demander le plus de budget possible dans les États-Unis d’Amérique. Vu que le service militaire était souvent une solution importante pour les individus incapables de poursuivre leurs études au niveau supérieur, ils accueillent souvent une grande partie de la population. Les armes, la technologie et le développement de l’information demandent un budget de la folie à chaque année aux États-Unis. Alors, imaginez pour les Vengeurs, imaginez uniquement le coût pour juste faire voler un Héliporteur, cela doit être immense dans le budget militaire. En plus, aux États-Unis, dans les cours de Macro-économique, ils nous apprenaient que même le financement de la NASA faisait parti du budget militaire. Réunir autant d’organisations ensembles dans un seul domaine, je crois peut-être que les comptables commencent à s’arracher les cheveux.

Après tout ça, je peux comprendre les raisons pourquoi quelques citoyens américains paniquent en voyant mon salaire annuel. Au moins, on ne va pas faire un débat sur ce sujet, je suis sûre que cela peut rapidement devenir une discussion assez animée à la télévision, mais notre but n’est pas de nous concentrer sur ces étapes de préparation physique. Je suis plus dans l’idée d’être assez animer durant nos entraînements. En me séparant pour enfin me retrouver de nouveau avec Lucy, elle devine rapidement mes intentions envers Léo. Je crois que tous les clins d’œil et les sourires m’ont un peu trahi, mais c’était mes méthodes favorites durant mon adolescence pour flirter des garçons dans un bar. Aujourd’hui, ces méthodes n’ont pas trop changé, hormis que je peux ajouter des flirts durant des combats amicaux.


« Je vois que mes techniques de flirts ne sont pas très discrets…»

Je le dis avec un petit sourire moqueur, surtout pour moi, vu mon manque de discrétion. Je maintiens quand même mon avis que si un garçon ne me saute pas dessus avec des prétentions énormes comme Anthony Hudson, je dois bien tenter un petit flirt. Durant un court moment, j’avais peur que Lucy m’annonce son homosexualité, vouant mes tentatives de charmes à un échec sans réellement le savoir. Heureusement, je suis sauvée par une autre indication : C’est juste que Léo ne réagisse pas comme les autres. Avec le sourire, en commençant un petit étirement, je réponds à ma nouvelle amie européenne.

« Pas d’inquiétudes, je vis avec des êtres plutôt étranges depuis un bon petit moment. Alors, même au niveau du charme, je peux comprendre les différences de comportements. Je vais essayée de ne pas trop le brusquer… »

Il est vrai que je ne le connais pas. Je me retrouve juste avec une première impression favorable, mais peut-être que cela va changer après ma véritable tentative de flirt plus tard. Si quelque chose cloche réellement pour les prochains entraînements, je ne vais pas me gêner pour poser des questions à Lucy. Elle suggère même mon aide pour comprendre Léo, ce que j’acquiesce doucement de la tête.

Après son petit clin d’œil pour montrer son accord, je commence des étirements plutôt basiques. Faire tourner mes jambes, mes mains, mes poignets et mon corps pour commencer, quelques secondes de répétition pour chacun des mouvements, pour ensuite aller vers des petits sauts pour au moins me préparer à quelques esquives. Je ne pense pas réellement impressionner Lucy par cet échauffement, surtout que ma préparation est plutôt basique et il n’existe pas une réelle spécificité unique pour le réchauffement d’une vengeresse – Bien qu’Anthony Hudson ne fait absolument rien pour son réchauffement habituel-.

En regardant les petits entraînements entre Liza et Zombie, je commence à me préparer doucement mentalement. Quand je commence à finir mon réchauffement, Lucy l’a déjà terminé depuis quelques secondes. Ne voulant pas trop retarder les combats d’entraînements, je prends un peu plus de vitesse afin de finir mes étirements. Je finis après un moment, prenant la bouteille proposée par Lucy pour boire une petite gorgée. Poliment, les trois autres s’arrêtent quand on arrive devant eux.


« J’aimerais beaucoup tester mes capacités contre Léo, si bien sûr, il le veut. Sinon, si tu as été trop épuisé contre Liza, je peux prendre Fira jusqu’à temps que tu sois en forme contre moi… »

Je le dis avec le sourire et avec une certaine prévisibilité de ma part. J’enlève doucement ma veste « Avengers » pour faire apparaître ma brassière sportive. Oui, dans un certain cas, c’est pour m’aider à bouger plus rapidement et dans une autre idée, c’est pour que Léo voit un peu plus mes muscles. Cela ne me dérange pas d’affronter une autre personne, mais je reste toujours avec une petite préférence pour m’entraîner avec Léo. Et après, je dois voir comment ils font leurs combats amicaux : J’aimerais beaucoup profiter de mon endurance et de mon cardio, bien que ma barre de santé doit être assez fragile vu la différence de mon poids entre lui et moi. Je pense quand même avoir trouvé une petite idée afin d’atténuer ce point faible.  

_________________

Je botte des fesses avec la couleur 6699FF
avatar
Paige E. Sinclair

Messages : 297
Date d'inscription : 06/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Squatstage

Message  Lucy "Lucky" Prissy le Lun 2 Avr 2018 - 12:42


Paige a un sourire moqueur lorsqu’elle déclare voir que ses techniques de flirts ne sont pas très discrètes… illustration magistrale de ce qui saute aux yeux ! Et je parle tant de la déclaration que desdites techniques de flirts qui du coup sont encore moins discrètes qu’énoncées ; c’est dire la puissance. Ou l’absence de discrétion. Dans tous les cas, je souris à mon tour.

Pas d’inquiétudes, oui mais non ; ou non mais oui. Je me doute que les Vengeurs doivent être diversifiés et culturellement très différents, entre la différence de culture interaméricaine et toutes celles rapportées par leurs membres hors-USA voir extraterrestres… même l’Alliance doit pas avoir autant de séparation et pourtant y’en a beaucoup entre les maisons nobles britanniques, les extraterrestres, les créatures magiques et les héros de rue. Par contre, à part Atalante, je me figure assez mal le niveau du charme ; sachant qu’Atalante c’est facile, le niveau est à 0. D’où que je me le figure d’ailleurs. Enfin Bref, j’acquiesce au fait de ne pas brusquer Zombie : il faut aller à son rythme, même s’il passe pas les vitesses.

Paige n’en passe pas beaucoup dans ses échauffements, des vitesses, mais ils ne sont pas trop différents des miens du coup ; pas de katas non plus, d’ailleurs. Faut pas dévoiler sa technique comme les deux autres sont en train de le faire, chose attirant le regard de la jeune vengeresse dès qu’elle a fini. La bouteille est acceptée et l’arrivée se fait comme prévu, me faisant sourire d’intelligence puisque j’avais anticipé correctement.

Mon regard se tourne vers Zombie, que Liza a déjà fatigué,  alors que celui-ci s’approche du bord du ring en compagnie de sa partenaire d’entrainement. Pas de gagnant, pas de perdant, pas duré assez longtemps ; ce qui avantage donc la mutée, plus endurante d’entre nous. Nous incluant Fira bien qu’on n’arrive généralement pas à la fatiguer, physiquement parlant, et qu’elle ne cherche pas particulièrement à le faire d’ailleurs. L’idée de voir Paige s’entrainer contre elle est assez ambivalente, d’ailleurs : d’une part, Paige la surclassera complètement niveau martial mais, d’autre part, Fira ne réagira pas vraiment aux coups et les prises de soumissions sont exclues à cause de sa force surhumaine. Comme c’est qu’un entrainement, cela pourrait passer mais j’ai pas envie que Paige recommence à complexer. D’où un regard un peu insistant à mon meilleur ami.

Regard que Zombie ne me rend pas du tout, fixant son adversaire potentiel montrer son potentiel adverse ; pas discret le mec, même si c’est absolument pas garanti qu’il regarde ce qui lui est montré. Par contre, il le voit ça c’est sur. Et il réfléchit. Ce qui laisse un blanc. A son côté, Liza le regarde avec les bras croisés et attend simplement, tandis que, menton et mains posés sur l’un des coins du ring, Fira nous regarde tranquillement. Je réfléchis aussi et probablement plus vite que lui, tout du moins dans la réactivité.

« Au pire, Liza et moi on enchaine ; c’est comme ça qu’on fait d’habitude. Dès que Zombie est clean, vous y allez, dis-je en m’adressant à Paige avant de m’adresser à elle comme à Léo et Fira. Ça vous va ?

- Toujours. La mise en situation m’intéresse plus.

- Pyromane, souris-je avec complicité à la dragonne.

- Mais tu viens de dire l’invitée d’abord, poursuit-elle sans changer son ton placide

- Ouep, et que je suivais la loi de l’emmerdement maximal.

- Signales-moi le jour où c’est plus le cas.

- T’aimeras toujours autant me taper sur la gueule ?

- Ça me va. »

Zombie nous interrompt dans notre échange avec un mot qu’on doit toutes comprendre différemment ; ou, dans mon cas, pas comprendre du tout. Je le fixe donc de nouveau avec le bonus perplexité, sourcils froncés et tête légèrement penchée.

« Développe.

- Ça me va que Paige teste ses capacités contre moi. Je veux bien être ton partenaire, Liza ne m’a pas trop épuisé et Fira préfère le travaille d’équipe. »

Léo fait face à Paige et la regarde monter sur le ring sans rien dire de plus, n’ayant absolument pas le réflexe d’être galant et de lui tendre la main pour l’aider. D’un autre côté, personne n’a ce réflexe : Liza passe entre les cordes pour sauter jusqu’au sol tandis que Fira regarde les choses se faire sans bouger. Je regarde aussi mais je bouge forcément puisque je suis accrochée aux cordes ; cordes que j’écarte pour laisser passer Paige en regardant Liza avec un autre de défi, air qui la fait sourire légèrement. On en revient toutes à l’entrainement qui va suivre et on regarde les deux participants se préparer.

Zombie lève les mains au niveau de sa ligne d’épaule, paumes ouvertes entre Paige et lui comme pour énoncer qu’il ne veut pas se battre, puis reste tranquille. De mon côté, je souris ; je sais qu’il ne va pas utiliser les techniques que l’on a mise au point avec la Cour des Miracles, elles n’ont pas vocation à être employées dans le respect de l’adversaire et de sa santé, mais utiliser cette garde peut être assez confusant. Il doit connaitre le style de Paige mieux que moi et, étant adaptatif, il va chercher à la contrer, à l’attraper lorsqu’elle tentera de l’attaquer. Tout comme moi, il doit considérer que le secret pour la vaincre consiste à la saisir pour éviter les esquives puis à chercher la soumission voire le ko, s’il y a refus. Il n’arrive que rarement à m’attraper et à me bloquer, même si c’est déjà arrivé à défaut que j’accepte d’abandonner, reste à voir ce qu’il en sera avec Paige ; Paige à qui le contact ne devrait pas déplaire. Je me demande si elle va essayer de le déconcentrer, à défaut de le faire pour savoir si ça peut marcher.

_________________
The Lucky One

Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 151

avatar
Lucy "Lucky" Prissy

Messages : 1356
Date d'inscription : 19/01/2016
Age : 23
Localisation : 9-3

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Squatstage

Message  Paige E. Sinclair le Jeu 5 Avr 2018 - 0:15

Niveau charme, je me réserve à dire que malgré mon parcours de combattante pour être prête à affronter n’importe quels criminels, mes techniques de séduction sont un peu près similaire à tout le monde. Entre le Shopping et les petits bars Floridiens, la culture occidentale doit se ressembler au niveau des techniques de charme. Cependant, la plupart des mecs que j’ai pu flirter durant mon adolescence et durant mon âge adulte, c’était les hommes les plus timides de tous les temps. On dirait qu’ils avaient même peur de se faire dénoncer par Twitter pour avoir demander : « C’est à ce moment que je t’embrasse? » durant nos soirées romantiques. C’est plutôt mignon en général, je ne dis pas le contraire sur cette question, mais parfois, je demande plus d’actions en général.

Si on apprend que chez les Héros que la diversité ne vient pas uniquement de notre nationalité, mais aussi de nos modes et de nos percettions, on peut en apprendre beaucoup sur le temps et sur les différences. On peut apprendre que même les concepts qui nous semblent les plus naturels, ce ne sont que des facettes de notre culture à nous. Aimer, c’est différent dans une culture à l’autre, je l’ai appris en contact avec les Asgardiens et je continue d’évoluer en voyant les autres modes de pensées. C’est parfois ce que je trouve le plus magique dans les mémoires de John Stewart, c’est de ne plus regarder le monde comme on espère qu’il soit pour nous, mais bien le monde qu’on espère qu’il soit pour les gens qu’on aime. Et ces questions peuvent être très sensibles, entre enfermer les gens dans le prisme de la sécurité aveugle en dehors des mystérieux systèmes galactiques ou encore de les plonger dedans pour nous perdre de tout repère.

Je suis née quand même sur un territoire, où il était important pour la moitié de la population de prier Dieu et de remercier le président avant de commencer un cours. Cette importance nous conduit à former un individualisme dans notre vie et parfois, en découvrant les différences et que même que nos perceptions les plus désirées sont parfois des mensonges, on peut pouvoir craquer. Mentalement, je parle. Je pense que c’était même le cas chez Carol Danvers, en voyant que sa culture est menacée, elle a tout fait pour combattre au nom du bloc monolithique qu’elle tient à tout prix à conserver.

En tout cas, je laisse ça aux intellectuels ou aux anciens justiciers de se débattre sur cette diversité et sur ce relativisme. Il est le temps, pour moi, de développer mon esprit de combattante européenne contre l’un des défis les plus intenses de ma vie : Un zombie. En plus, en dévoilant des morceaux supplémentaires à mordre dedans, je décide de me mettre vraiment un malus de faiblesse considérable. Mais, Zombi ne saute pas toute suite sur la présentation de cette fameuse idée, je peux le comprendre. Je sais que sous mon apparence de petite barbie junior, digne d’Emma Frost, cela doit être bizarre de se porter volontaire pour un combat avec un jeune d’expérience de l’Alliance des Champions Européens. Devant ma proposition et le silence de mon fameux futur adversaire, Lucy commence à discuter avec Liza pour un nouveau combat avant que je puisse affronter Léo. Heureusement, Zombi coupe court à cette discussion afin d’accepter enfin cet entraînement avec moi.

Il est donc prêt à affronter la petite blonde des Vengeurs, uniquement gagnante d’une téléréalité un peu stupide. Avec le sourire légèrement malicieux, je monte sur le ring et je le fixe pour le troubler quelques secondes en digne Mike Tyson, mais en plus petite, blonde et venant d’une banlieue riche de Floride. Je me souviens de la suggestion de Lucy, je dois d’abord l’épuiser et après en finir lorsqu’il va manquer totalement de cardio. C’est assez simple comme suggestion, mais je dois d’abord l’épuiser. L’épuisement est peut-être un concept assez connu du grand public, mais de le faire réellement, c’est une autre histoire.

Surtout parce que si ton adversaire est aussi entraîné que toi, tu dois trouver un moyen de le vider, sans te vider toi-même. Alors pour cette stratégie, j’ai au moins une quantité d’énergie assez considérable en moi, pour me donner pendant plusieurs minutes sans ressentir automatiquement la fatigue. Levant ses mains au niveau de ses épaules, je regarde la position de ses pieds et son immobilité du moment. Je me positionne de mon coté en digne kickboxer, un bras proche de mon corps et l’autre en bas, bougeant un peu, comme une petite danse avec uniquement deux pas. Au début, je fais le tour de Zombi, sans attaquer.

Je me souviens vaguement de mes cours avec Oliver Queen, bien qu’il était maire de Miami, je me suis toujours posée beaucoup de questions comment il connaissait autant de techniques de combats. Il m’a souvent appris les différentes postures des nombreux styles de combats, pour ensuite m’expliquer souvent comment saboter leurs styles. Chacun reste souvent systématique dans leurs positions dominations au combat, ne voulant pas prendre un style où ils ne sont pas habitués. Le style de Zombi semble plutôt unique en ce moment, mais Oliver m’a déjà montré qu’un ressemblant de ce style est déjà apparu dans le domaine du MMA.

C’est souvent ceux qui sont plus habitués par les adeptes du Clinch (Où le but est de prendre son adversaire en lutteur pour essayer d’aller au sol) ou encore par ceux qui aiment avoir un contrôle sur la distance au niveau des coups. Par exemple, avec les deux bras, ils ne t’attrapent pas directement, mais ils te touchent. Ce petit touché ne veut peut-être rien dire au début, mais c’est surtout pour vérifier son allonge. S’il te touche une deuxième fois, le prochain risque d’être un coup poing car il sait exactement où tu te places au moment où il peut te toucher. Vu que l’épuisement est une technique que je dois pratiquer contre Léo, il existe deux manœuvres différentes pour éviter de recevoir des coups ou d’être piéger dans un Clinch.

Quel que soit le scénario, il faut reculer en tout temps. Ne pas te laisser prendre ou toucher par cette manœuvre et après on peut improviser une bonne défense. La meilleure défense dans ce genre de manœuvre, est surtout les coups de pieds directement sur la jambe de ton adversaire, ce qui le fait assurément ralentir et où tu peux te diriger doucement vers une ouverture avec un crochet ou un direct avant de reculer. Dans des cas plus urgents et dangereux (Et en soit le deuxième scénario), il suffit de faire un Upercut qui sert surtout à faire reculer ton adversaire. Avec Zombi, je pratique souvent la première manœuvre, mais sans tenter un coup directement sur sa gueule. Je vise ses jambes à chaque fois, où même si la douleur n’est pas présente, cela ralenti la cadence de son approche vers moi…

Puis, je fais ce que les combattants aiment le moins sur le ring. Je change entre chaque deux à trois minutes de position, en passant de fausse patte à orthodoxe sans avertir. Cette adéquation est frustration, parce que connaître mes coups ou ma prévision sur la fausse patte, cela peut se faire, mais en changeant vers l’orthodoxe, toute ta défensive doit changer. De plus, pour éviter la facilité de travail d’adaptation, je varie mes postures de combats.

Et là, ce n’est pas uniquement entre orthodoxe et fausse patte, je change entre le style kickboxer à lutte olympique (Où les deux mains sont proche de ton ventre et que tu donnes surtout des coups de poings au ventre), je passe aussi à un style karaté ou encore judoka. Le but est surtout qu’il ne lit rien de tout. Tournant autour de lui, donnant des coups, voulant surtout épuiser mon adversaire, j’attends ma chance. Léo semble avoir la patience de mes fuites et de ma défensive, mais je ressens peut-être une petite colère quand il me voit changer de postures où mes coups ne sont pas identiques à chaque style.

Je ne sais pas exactement combien de minutes passent du coup, je me suis souvent habituée à de long sparing quand Queen nous entraînait, désirant que notre défensive soit au maximum contre des individus, possédant une énergie presque infinie. Le but est surtout d’obliger à une certaine rage de ne pas pouvoir finir le combat et de lui obliger de faire des erreurs en fonçant vers son adversaire. Mais, Léo semble aussi prudent que moi dans ce coté, s’il ne se gêne pas d’avancer, il ne veut pas perdre un avantage offensif contre moi.

Mes vaines tentatives de cette défensive peuvent être frustrantes chez le petit public, me battant surtout dans des avantages de petits coups à chaque fois. Je change un peu mes techniques défensives après, je ne donne pas uniquement des coups de pieds aux jambes, je fais semblant parfois de cogner la tête pour revenir sur le pauvre ventre de Zombi. Je vois bien que les bleus que cela provoque sur mon pauvre adversaire, mais vu que nous ne sommes pas éternels au niveau de la respiration et du cardio, il ne faut pas s’étonner que mon épuisement commence à apparaître aussi.

Suivant un peu le même mouvement, mes techniques ne sont pas aussi précises qu’avant, il réussit même à me prendre dans un coin pendant un moment avant que je m’échappe comme une petite souris sur la droite. Même qu’il improvise une fois un coup de pied au ventre, pour prendre mon pied et me donner un bon coup sur ma gueule. Je tombe lourdement au sol, mais je me relève aussi rapidement pour éviter qu’il me piège au sol.

Je ne sais pas qui a l’avantage dans ce combat, j’ai l’impression que je donne plus de coup, mais qu’en image, quand il réussit à me prendre, cela fait plus spectaculaire. Alors, peut-être que je dois être plus spectaculaire que lui, je dois être sortir la méchante et espiègle petite Paige du combat. Je dois peut-être montrer mes crocs géants afin de prouver ma férocité. Je m’aperçois quand même qu’il commence à avoir mal au niveau des coups sur les jambes, alors c’est peut-être le temps de passer à l’attaquer avec une nouvelle position. Revenant sur une position plus orthodoxe, je me remets en forme kickboxer, mais là, je suis plus sérieuse.

Bluffant un coup de pied au ventre, je le dirige finalement vers sa tête et c’est enfin la surprise. Il a tenté d’attraper de nouveau mon pied, mais vu qu’il a baissé sa main pour recevoir le coup de pied, il vient de le recevoir sur sa pauvre petite tête sans protection. Tombant au sol, il tente de se relever rapidement, mais malheureusement pour lui, son relèvement tombe sur mon uppercut, qui fait que le mouvement et la vitesse le font tomber au sol plutôt rapidement. Sonné ou pas, c’est le temps de l’immobilisation, j’embarque directement sur lui. Habituellement, un homme aime ça, mais je ne crois pas que Zombie aime cette position.

Et là, c’est mon erreur complètement magique que l’ACE Junior pourrait en parler. Immobilisant son bras dans une soumission assez classique, je laisse tomber son bras vu qu’il semble assez sonner pour aller le narguer et le flirter en même temps. Je m’approche doucement vers son visage, en appuyant bien sûr ma féminité sur son torse, pour lui dire, juste :


« Alors, tu abandonnes? »

En sourirant et en étant presque directement sur lui, de la manière peut-être la plus gênante possible, un peu comme la finalité d’un combat entre Superman et Wonder Woman, je ne peux pas m’empêcher de me dire que c’était une bonne idée pour un flirt complet, mais disons… que quand il a bloqué mes bras avec ces deux autres bras par surprise, je me suis sentie vraiment idiote de cette tentative de flirt. Se servant de mes bras pour tenter de prendre mon cou avec un étranglement, je peux encore me défendre, mais dès que quelques : « Non… » arrivent, je pense que Lucy peut prévoir ma fin. Si je réussis à libérer mon bras, il me tourne assez pour commencer à placer son bras sous ma gorge. Puis me donnant un coup de coude sur une cote, je ne peux pas m’empêcher d’enlever mon bras qui empêchait un étranglement total.

Mes deux mains se placent sur ses bras où il force un étranglement total où il a le parfait contrôle sur ce mouvement de soumission. Positionnant ses jambes autour de mon ventre, ce n’est qu’une question de quelques secondes avant mon sommeil. Et si mon premier combat se termine par un fail, il ne doit pas se terminer par un abandon. Après un petit temps, mes bras tombent et je me suis finalement évanouie. Au moins, Zombi lâche rapidement et une nouvelle leçon est apprise : Tenter le flirt après avoir casser le bras, c’est toujours mieux!

_________________

Je botte des fesses avec la couleur 6699FF
avatar
Paige E. Sinclair

Messages : 297
Date d'inscription : 06/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Squatstage

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum