Aide officieuse, aide officielle

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Aide officieuse, aide officielle

Message  Leandra Albarez Muñoz le Dim 7 Mai 2017 - 13:42

La scène a beau s’dérouler d’vant mes yeux, j’comprend pas bien c’qui se passe. Tessa n’bouge pas. ELLE… BOUGE… PAS !!! Putain mais pourquoi elle bouge pas ?! J’vois bien qu’elle est aussi calme que possible mais ça limite pas ma panique pour autant. Jusqu’à voir l’résultat. Et là autant dire que j’suis franchement impressionnée. J’ai aucune idée d’comment elle réussit son tour mais la situation est réellement fascinante. Pourtant j’ai pas vraiment l’temps d’rester abasourdie car mon incompréhension partagée par Nina se meut en violence exacerbée chez elle. Et c’est l’chambranle d’la porte qui en prend de plus en plus pour son grade.

Si j’suis honnête avec moi-même, la situation m’perturbe plus que prévu car j’peux pas m’empêcher d’superposer les dégâts infligés à la porte et la défiguration d’Ana. Parce que, c’que les gens ont l’air d’oublier un peu trop vite à mon goût, c’est que j’ai pas d’souvenir d’l’attaque de ma sœur. Un instant la jalousie s’emparait d’moi et l’suivant j’me réveillais dans un lit d’hôpital, bourrée de calmants pour éviter une nouvelle crise. Alors, quand j’ai vu Ana pour la première fois après l’accident et qu’on m’a expliqué c’que j’avais fait, j’ai eu du mal à y croire. Ou plutôt j’ai refusé d’y croire. Parce que faire face à la réalité aurait déjà été difficile si j’me souvenais d’mes actes mais face à l’amnésie – sûrement due au choc – qui s’est emparée d’moi, rien à faire, j’ai fait un blocage. C’qui après tout n’est pas vraiment surprenant. En effet, ça n’fait pas longtemps que, grâce à mes entraînements avec Logan, j’me souviens des situations où Nina prend l’contrôle de notre corps commun. Autrement dit, si mes cauchemars ont parfaitement su remplir les trous d’ma mémoire en c’qui concerne la reconstitution d’mon attaque, je n’ai aucun souvenir réel du moment crucial. Ce qui ne me manque nullement. Sauf que voir Nina s’acharner sur Tessa m’donne soudain une idée assez claire de c’qui a dû s’passé. Et c’que j’vois m’tétanise sur place. Jusqu’à c’que la voix de Tessa m’ramène sur terre.


Arrête-là ou je le ferais.

On n’peut pas être plus claire. Soit j’prends mes responsabilités, j’sors d’ma torpeur et j’agis, soit elle va prendre les choses en main. Et, j’n’aimerai probablement pas l’résultat. Parce qu’avec l’temps, j’ai vraiment appris à aimer Nina et l’idée d’la voir blessée m’dérange énormément. Même si c’est pour la calmer. Après tout, elle y peut rien si elle réagit d’la seule façon qu’elle connaît. Non, c’est à moi d’gérer sur c’coup-ci. Reste à savoir comment…

Jetant un regard un peu désespéré autour d’moi comme si la vue des alentours allait soudain m’donner l’idée du siècle, j’réalise la futilité de mon acte. Les lieux dépendent de c’que j’pense. Façon d’dire qu’ils changeront selon mes besoins mais qu’ils vont pas m’fournir ce que je cherche si j’sais pas c’que c’est. Alors, face à cette situation apparemment insoluble, j’réagis d’la seule façon que j’connais, à savoir à l’instinct. Et mon instinct m’dit qu’avant d’raisonner avec Nina, encore faut-il l’arrêer en lui rappelant qui domine notre duo. C’qui implique d’jouer à l’alpha deux minutes.

-NINA, VALE ! YA BASTA !*

L’ordre fuse dans la « pièce » et l’ton employé claque comme un fouet métaphorique. Surprise, Nina s’arrête dans son attaque désespérée et s’retourne vers moi. Son r’gard hésite entre la méfiance et la colère. Elle veut savoir pourquoi j’me mêle de c’qui m’regarde pas. Sauf qu’elle a tort. Cette histoire me concerne totalement. Et même encore plus qu’elle. Après tout, c’est moi que l’faux Markos a touchée. J’m’approche donc sans peur, essayant d’projeter une aura dominante. J’sais pas si c’est efficace mais en tout cas, Nina continue d’concentrer son attention sur moi donc c’est déjà pas mal. Mais l’plus dur reste encore à venir : calmer l’jeu.

Un coup d’œil à Tessa m’suffit à constater qu’elle a pas bougé d’un poil et observe la scène en silence, m’laissant gérer tant qu’elle ne considère pas utile d’intervenir. Et honnêtement j’prie pour qu’elle le fasse pas. M’reconcentrant sur Nina, j’abandonne donc la parole puisque, dans l’fond, une fois sortie d’ce « monde » fabriqué par Sage, c’est pas par les mots que j’contrôlerais Nina. A la place, j’m’adonne à une activité qu’est loin d’être ma spécialité, la méditation. Enfin, le calme et la reprise d’contrôle quoi. Parce que si vous vous imaginez sérieusement que j’vais soudainement m’assoir en lotus et mettre mes doigts en cercle, vous rêvez éveillés. Par contre, une grande inspiration est toujours la bienvenue dans ces situations alors j’en prends une et m’concentre sur les battements d’mon cœur. J’fais abstraction d’Nina qu’a l’air d’attendre de savoir c’que j’fait avant d’agir à nouveau et respire profondément jusqu’à c’que le rythme erratique d’mon palpitant reprenne un tempo normal.

Et, quand c’est fait, j’rouvre les yeux. Nina a l’air d’être sur l’point d’perdre patience mais, étrangement, ça m’agite pas. Au contraire, plus elle commence à s’exciter, plus j’me détends. Jusqu’à commencer à essayer d’lui envoyer des ondes de tranquillité. J’sais dit comme ça c’est ridicule mais j’vois pas comment d’autre décrire la situation. Malheureusement, j’vois que, si ça n’empire pas la situation, ça l’aide pas non plus. J’reviens donc à mon ancrage « physique » de tout à l’heure et pose ma main sur l’échine de Nina. J’la sens progressivement s’détendre et, quand j’suis sûre qu’elle risque pas d’m’échapper à nouveau, je pose la question du million à Tessa.

-Aurais-tu une idée de comment transposer les actes « physiques » que j’fais ici une fois que j’serais pas sur l’plan astral ?

*Nina, ça suffit ! Arrête !

_________________
avatar
Leandra Albarez Muñoz

Messages : 99
Date d'inscription : 23/06/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide officieuse, aide officielle

Message  Tessa le Mer 10 Mai 2017 - 4:28


La fascination par l’inquiétante étrangeté de ma réaction est plus souhaitable que la culpabilité par parallèle entre la redirection des effets, cause de cette inquiétante étrangeté, et les conséquences bien plus naturelles qu’elles ont eu par le passé. Ce n’est cependant pas cela qui me conduit à pincer les lèvres de contrariété mais bien mon erreur. L’inattention n’est pas une chose que je me permets et pourtant il en vient toujours, à un moment ou un autre. Cette fois, elle consiste à lasser paraitre des marques des attaques de Nina sur la porte là où mon intention était de les laisser dans la terre à mes pieds ; tant pour éviter de fragiliser ma construction psychique que pour éviter à Leandra le parallèle qu’elle a fait.

Mais les choses sont comme elles sont et cela m’en apprend plus concernant le lien entre les deux adolescentes. Pour ma part, il ne s’agit pas d’oubli mais d’ignorance et j’apprends donc pour y palier, percevant les souvenirs à l’instar de Leandra. Je comprends son émotion et la partage un instant avant de remarquer ce fait, analysant instantanément pour savoir à qui mon ressenti appartient vraiment ; il n’est pas mien. La mutilation sur autrui est une chose avec laquelle j’ai grandi et elle ne me dérange pas de norme mais présentement les réminiscences de l’adolescente conduisent à cette influence dont les télépathes doivent se méfier. Mon pare-feu mental s’active pour aisément bloquer cette empathie et j’observe la suite des événements avec une froideur empirique. Non, ce n’est pas surprenant de faire un blocage psychologique à l’attaque d’un proche mais c’est cependant dommage car l’imagination retraduira généralement pire que la réalité par sa capacité à évoluer là où les actes sont plus figés ; moyennant que le souvenir ne soit pas modifié par la suite. Un bon point pour l’entrainement avec Logan que de conserver conscience même lorsque la seconde personnalité est aux commandes.

Cette considération n’importe pas ici où les deux aspects peuvent ce côtoyer mais cette conscience est dommageable par l’effroi qui assaille Leandra et mon intervention n’en est que plus salutaire ; je suis l’antagoniste ici, après tout, il ne faut pas que je laisse l’héroïne se faire plus de mal à elle-même que je ne lui en ferais. Oui, on peut difficilement être plus clair et laisser Leandra appréhender le résultat dispose de tout l’effet voulu. Blesser Nina ne m’intéresse pas, elle se battrait probablement jusqu’à la mort, mais la soumettre n’est probablement pas quelque chose qui serait appréciable tant pour les deux parties de l’adolescente que pour une possible coopération plus tard. Car je ne perds pas de vue que, que je sois ou non tutrice dans le cadre de cet apprentissage et que Leandra finisse élève X-Men ou non, les probabilités de croiser Nina à l’avenir sont suffisamment grandes pour qu’il vaille mieux me diriger vers quelque chose de constructif où l’humaine comme la jaguar s’y retrouve. Même si c’est un moyen comme un autre, me faire déprécier n’est pas mon but final et que le chemin se termine par une compréhension de mes actions ou au moins une reconnaissance de mon utilité, comme cela a été le cas avec Riley même si nous ne sommes pas allées jusqu’au bout avant son départ, m’est préférable.

M’avancer trop dans les futurs possibles est cependant hors sujet pour l’heure, mon attention restant fixée sur la recherche stressée de Leandra comme toutes les informations que m’affichent les écrans présents dans mon observatoire afin de retranscrire des actions plus ou moins passées. Je perçois les choses calmement et les laisse se dérouler pour n’intervenir que lorsque j’ai à les influencer pour favoriser une situation, pour l’adolescente c’est déjà fait et il ne me reste qu’à attendre. Le raisonnement de Leandra est vif mais fini simplement par céder, agissant de manière analogue à Nina et m’amusant suffisamment pour que mes lèvres physiques se plissent en un sourire. Les deux faces d’une même pièce, quoi qu’on en dise et qu’elles en pensent.

L’ordre est donné. La jaguar s’arrête par surprise puis fait face avec ces deux émotions qui la guident toujours. J’ignore ce que Logan fait comme entrainement, le parc de l’Institution n’ayant pas assez de caméra de surveillance à mon goût, mais j’espère qu’une partie de l’apprentissage consiste à socialiser Nina avec des humains ; après tout, plus qu’être une partie de son génotype c’est surtout la principale espèce qu’elle côtoiera dans sa vie. Néanmoins, Leandra sait jouer avec les fonctionnements animaux et la voir avancer ainsi sans crainte, malgré une hésitation, est appréciable. Oui, le plus dur reste à faire mais l’occasion de l’accomplir est là, ce qui est une bonne avancée pour une première fois.

Non, ma projection astrale ne bouge pas puisqu’il n’est pas plus utile qu’elle le fasse que mon corps physique, chacun occupé à mon activité normée. J’observe cette seconde avancée consistant à anticiper les prochains exercices où aucune parole ne sera possible entre Leandra et Nina avec une appréciation grandissante pour cette prévoyance aussi inattendue que possible et reste simplement là alors que c’est par le contrôle d’elle-même que l’adolescente tâche de s’unifier. L’attention qu’accorde la partie animale à l’humaine est toute aussi appréciée même si bien plus probable, la sauvagerie de la première ne pouvant se diriger vers la seconde pour des raisons évidentes. L’opposition se fait alors que chaque personnalité s’enfonce dans ses propres émotions puis l’adolescente partage et connait son second échec de la journée, incapable de mettre ses deux aspects sur la même longueur d’ondes.

Plutôt que d’abandonner, Leandra en vient donc simplement à caresser Nina et ce contact illusoire a l’effet que la volonté n’a pas eu. Puis vient une question à laquelle je réponds immédiatement, avec la simplicité qui m’est habituelle lorsque j’énonce un fait.

Probablement par un ancrage de programmation neurolinguistique, ou ancrage PNL. Un processus d’association entre une réponse interne et un déclencheur externe ou interne, de façon à ce que la première puisse être rapidement retrouvée.

En guise de préparation, tu dois être dans un état de relaxation émotionnel et musculaire.

La première étape est choisir la réponse interne, l’émotion que tu veux déclencher. Ensuite il faut trouver une expérience ayant provoquée la réponse interne désirée. Ici, la présente situation.

La troisième étape est de choisir le point d’ancrage. Considérant ton action présente, des caresses sont à privilégier ; bras, paume, nuque, c’est à ta discrétion.

Enfin, effectue le déclencheur en même temps que la réponse. Cet exercice est à répéter jusqu’à ce que le déclencheur seul soit apte à entrainer l’effet voulut.

Les explications sont fournies, il ne reste plus qu’à essayer. L’illusion psychique que j’ai construite se substituera à l’environnement physique mais l’ancrage devrait fonctionner quand même sans quoi il me suffirait d’une manipulation mentale pour en créer un. Je ne précise cependant pas ce détail parce qu’il est préférable d’éviter l’évocation de la vulnérabilité dans laquelle se trouve Leandra afin de ne pas nuire à son état émotionnel. Cette voie de facilité, possiblement contraire à l’éthique télépathique d’ailleurs, n’est qu’une issue de secours si l’adolescente échoue une nouvelle fois et n’a pas la patience de réessayer par la suite ce qui est improbable. Si mon aide est nécessaire au travers de ce moyen comme de plus amples explications, je reste apte à agir comme il le faudra.

L’anticipation des choses me conduit également à considérer la boule à neige, fenêtre sur notre environnement physique.

_________________
Tessa
Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Messages rp : 119

avatar
Tessa

Messages : 388
Date d'inscription : 14/07/2015
Localisation : Institution Charles Xavier

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide officieuse, aide officielle

Message  Leandra Albarez Muñoz le Dim 4 Juin 2017 - 6:14

Je n’sais pas si le problème vient d’moi ou d’elle mais je n’ai strictement rien compris à c’quelle vient d’dire. Programmation neuroquoi ? Si j’étais d’mauvaise foi j’dénoncerais un problème de traduction, une difficulté à comprendre les termes anglais compliqués qu’elle a utilisés. Sauf que, j’ai tendance à être plutôt honnête – tout au moins avec moi-même – alors j’sais parfaitement qu’anglais ou espagnol, l’problème est pas là. Il est dans l’fait que son énoncé est trop abstrait pour ma façon d’penser.

Bien entendu ça n’veut pas dire que j’n’ai absolument rien capté à ses paroles mais l’ensemble est tout d’même très flou. J’m’accroche donc aux quelques bribes que j’ai suivies. Petit un, faut être détendue. Jusque-là, j’devrais y arriver. Enfin, tout dépendra d’la situation évidemment mais j’fais des efforts sur moi-même pour apprendre à canaliser mes ardeurs donc j’me fais pas trop d’soucis. Après, faut penser à une situation où j’ai réussi à obtenir l’émotion qu’je recherche. C’est déjà moins clair. Jusqu’à c’qu’elle donne l’exemple de maintenant. En gros donc, là j’ai réussi à calmer Nina en la caressant donc faut qu’je parte de là… Sauf que c’est bien là l’problème. A savoir qu’une fois sortie d’cette fichue expérience mentale, j’pourrais pas « toucher » Nina.

Avec la suite du discours, j’comprends peu à peu qu’y s’agit pas de toucher Nina mais d’me toucher moi-même mais ça reste franchement pas hyper clair. « Effectuer le déclen…teur ? en même temps que la réponse », j’comprends vraiment pas c’qu’elle veut dire par là. Faut qu’en même temps qu’je calme Nina j’me caresse ? Mais en quoi ça va la calmer elle ? A moins qu’je commence par faire les deux à la fois ? Une main dans sa fourrure et une main sur moi… urgh j’viens d’avoir une image dégoûtante en tête.

Bref, idées déplacées mises à part, j’suis pas convaincue d’la pertinence du truc. Parce qu’une fois qu’je la toucherais plus, j’vois pas pourquoi l’fait d’me toucher la calmerait. J’m’explique. J’vois bien le truc digne du chien de Pav…el ? mais c’est Nina qui doit réagir pas moi, alors pourquoi l’fait d’me toucher la pousserait à réagir d’une façon ou d’une autre ? A moins que…


-Attends mais t’es en train d’sous-entendre que Nina et moi on fait qu’un ?

C’est la seule chose qui fait sens. Si on est plus liées que c’que j’imaginais vraiment, l’fait d’me calmer devrait la calmer. Sauf que c’est perturbant. J’ai toujours différencié nos deux entités depuis la découverte de sa présence. C’est même en grande partie pour ça qu’je lui ai donné un nom, pour mieux nous distinguer. Parce que si j’considère qu’on est une seule et même conscience, ça veut dire que j’suis responsable d’un certain nombre d’choses que j’assume pas du tout. Et la première d’entre elles, l’attaque d’Ana. Non, j’refuse de seulement imaginer la chose. Certes, on est liées intimement mais on est deux, c’est la seule possibilité.

Sauf qu’alors que je sens mon anxiété augmenter brusquement, voilà que Nina s’met d’nouveau à grogner en direction de Tessa, comme pour confirmer sa conjecture et je n’sais soudainement plus quoi penser. Le contact de sa fourrure qui m’détendait tout à l’heure, s’révèle tout à coup perturbant car je ne sais plus s’il me plait ou me dérange. Un seul mot m’échappe donc, résumant parfaitement la situation qui m’échappe de plus en plus :


-Mierda…*

*Merde (au cas où ce n’était pas clair What a Face)

_________________
avatar
Leandra Albarez Muñoz

Messages : 99
Date d'inscription : 23/06/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide officieuse, aide officielle

Message  Tessa le Mer 14 Juin 2017 - 8:17


L’incompréhension d’une partie de mon explication est parfaitement anticipée et j’y accorde donc l’attention que cela mérite : aucune. Perdre les gens n’est pas inhabituel et ne me gêne pas, tant que cela ne compromet pas la réussite de la communication ou de son objet. Comprendre le nom n’est pas utile si le principe est conceptualisé et l’absence de l’un comme l’autre n’entrave en rien la méthodologie. Leandra obtempère et le résultat sera donc efficient, ce qui reste mon objectif principal. Le sien également, même si le plan de l’antagoniste qui la fera progresser lui est bien moins limpide qu’à moi. Les questions de l’adolescente raisonnent dans ma tête au même titre que son image mentale et il n’y a que cette dernière pour me surprendre, me faisant un instant lever les sourcils.

Le hors sujet est néanmoins traité comme tel et l’absence de croyance conduit à des réflections que Leandra déprécie. La question est énoncée cette fois mais il n’est pas vraiment besoin que j’y répondre pour que mon interlocutrice assemble les pièces du puzzle par elle-même. Oui, le fait que Leandra se calme calmera également Nina, tout comme le fait d’agacer Leandra entraine une réponse de la part de Nina, et ainsi de suite dans la plupart des émotions et sentiments produit par ce cerveau partagé. Il y a deux personnalités et il m’est impossible de déterminer si elles ont été causées par la mutation ou par le traumatisme causé lors de l’apparition de celle-ci, les indices passés comme les réactions présentes ne privilégiant aucune des possibilités. Seule Leandra se persuade d’une chose, prouvant sa tendance à être plutôt honnête tout du moins avec elle-même ; la tendance à l’honnêteté impliquant qu’elle le soit plus souvent qu’elle ne l’est pas et, conséquemment, qu’elle ne le soit pas toujours.

Le déni est une protection naturelle et le voir se fracturer effraie, une chose que je comprends à défaut de ne l’avoir jamais vécu. Nina ne comprend probablement pas mais vit et réagit comme tel, revenant à me menacer et alimentant le trouble de Leandra qui, au final, l’affecte à nouveau. Je regarde ce cycle sans plus de réaction que précédemment et constate que nous en arrivons à l’étape cruciale de la mort et de la renaissance. La vraie épreuve, en somme, où l’échec du protagoniste le conduira à s’améliorer pour réussir généralement in extremis. Un fin sourire arrive sur mes lèvres alors que Leandra perd pied. Oui, je suis l’antagoniste. Oui, j’ai gagné.

Assise sur mon siège, dans mon observatoire, je finis mon verre. Puis je le délaisse et me lève, simplement, avançant pour sortir de la pièce et venir de nouveau faire face à Leandra tant sur le plan physique que sur le plan astral. Mon corps retrouvant un instant cette même immobilité qu’a ma projection psychique, les deux se synchronisent alors que je m’accroupie. Je ne crains pas l’attaque de Nina, fixant la jaguar comme je fixe le corps halluciné de Leandra. Ma main s’avance doucement.

L’antagoniste apprend plus au protagoniste que le mentor car le mentor est bienveillant envers le protagoniste alors que l’antagoniste le poussera dans ses retranchements et au-delà. C’est pour cela que le mentor ne peut amener le protagoniste à renaitre. C’est pour cela que je préfère être l’antagoniste.

Sur le plan astral, je guide du geste le museau de Nina vers Leandra, vers cette moitié qui est en souffrance d’avoir entrevue une chose qu’elle a refoulée.
Sur le plan physique, je guide la main de Leandra sur le flanc de sa gorge, paume là où l’on prend le pouls, afin de l’aider à créer cet ancrage dont elle n’a pas compris le nom.

Le contact illusoire avec la fourrure de Nina perturbe Leandra à présent. Une perturbation que Nina partage et à laquelle elle réagit par l’agressivité. "Rétive à toute forme d’autorité. Méfiante. Elle semble par ailleurs avoir du mal à dissocier son esprit de celui de l’animal en elle ce qui provoque des phases de repli instinctif où toute approche est perçue comme une attaque à venir. Elle fait néanmoins preuve d’une grande curiosité et d’un attachement quasi viscéral à ce qu’elle perçoit comme lui appartenant à la manière d’un animal protégeant son territoire." ; la psychologue Emilia Jorge Bombona avait raison dans son rapport préconisant d’envoyer Leandra dans une institution comme l’Institut Xavier. A tord ou à raison, Leandra fait à présent une grande distinction entre son esprit et celui de l’animal. Cela ne change cependant pas que l’influence va dans les deux sens.

Maintenant que j’ai mise Leandra au pied du mur, Nina peut l’aider. Nina a fait confiance à Leandra à l’instant et c’est maintenant au tour de Leandra de faire confiance à Nina. De se faire confiance.  Je ne peux pas encore déterminer si la scission de l’esprit est traumatique ou naturelle mais l’un comme l’autre ne change pas que la mutante est une seule être. Avec deux personnalités, oui, mais qui fonctionnent comme les deux faces d’une même pièce. Nina n’en a pas conscience mais l’accepte tandis que Leandra en a conscience à présent sans parvenir à l’accepter. A deux, elles y arriveront probablement. Et, si elles y arrivent, il ne me restera qu’à ancrer cette synchronisation par télépathie pour qu’elles puissent la reproduire à l’envie par la suite. Le point de départ à ce qu’elles s’exercent à agir de concert.

Je me redresse, physiquement comme psychiquement, et mon corps s’en va s’assoir sur le canapé où il se trouvait lorsque Leandra est entrée dans l’illusion tandis que mon esprit s’en retourne afin de laisser un peu d’intimité à la jeune mutante. Relevant l’un de mes regards, je continue d’observer la situation depuis l’intérieur de la boule à neige. J’ai favorisé le futur qui me semble le plus souhaitable, je laisse les choses se dérouler où elles iront. Où Leandra ira.

_________________
Tessa
Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Messages rp : 119

avatar
Tessa

Messages : 388
Date d'inscription : 14/07/2015
Localisation : Institution Charles Xavier

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide officieuse, aide officielle

Message  Leandra Albarez Muñoz le Lun 19 Juin 2017 - 4:39

La double sensation est étrange. L’museau est froid contre ma paume et la main chaude cont’ ma gorge. Qu’ce soit l’illusion d’contact sur le plan astral ou la réalité d’ma main appuyée sur ma carotide, j’ai vraiment du mal à différencier les deux. L’contraste me recentre néanmoins sur l’essentiel. Je sens effectivement les battements affolés d’mon cœur avec une clarté quasi déconcertante. Etrangement vu qu’ma main est pas sur son flan – ou p’têt même pas tant puisqu’il semble bien qu’on est la même en deux versions – j’sens aussi ceux de Nina et elle est nettement plus calme. Sur le qui-vive certes, inquiète sans doute aucun, mais pas déstabilisée pour autant. J’réalise alors qu’son agressivité est en grande partie de façade. C’est une sorte de menace préventive envers tout danger potentiel moins qu’une réelle colère.

J’essaye d’me caler sur son rythme. J’ferme les yeux. Ça facilite en effet la concentration sur les deux sensations si j’essaye pas d’faire coïncider visuellement les deux plans. Petit à petit, j’me tranquillise et réalise l’ironie de la situation. Alors que j’cherchais à calmer Nina, c’est au final elle qui m’a calmée. Ou plutôt c’est Sage qui nous a calmées toutes les deux. Sacré exploit. Qu’il s’agit d’pouvoir recommencer sans sa présence. Et pour ça, encore faut-il réussir à r’combiner plan astral et plan physique.

Une après l’autre, j’soulève donc une main sans décoller l’autre d’où elle est. Nina reste sagement à sa place. J’me sens peu à peu plus en confiance. J’en oublierais presque la présence de Tessa. Presque. J’choisis néanmoins d’retenter l’expérience sans son aide avant de crier victoire et la r’mercier pour de vrai. J’retente alors d’m’énerver. J’y vais c’pendant progressivement. D’abord un simple agacement m’semble une bonne idée... Ou pas. Soyons honnête, j’ai pas la patience d’y aller par étapes et puis y’a l’histoire du cheval sur lequel il faut remonter une fois tombée, non ? Que j’sache, y’a pas précisé qu’il faut d’abord r’monter sur un poney intermédiaire. C’est direct l’canasson adulte qu’il faut enfourcher d’nouveau. Alors pourquoi j’me faciliterai soudain la tâche ? Surtout que si un jour j’ai vraiment b’soin d’me servir d’mes pouvoirs – missions des X-Men ou pas soi-dit en passant – y’a peu d’chances que l’type en face soit suffisamment sympa pour m’laisser l’temps d’m’échauffer. L’plus probable c’est qu’ce soit tout ou rien. Bouffer ou être bouffé. Heureusement c’est not’ spécialité avec Nina.

J’reprends donc mon exercice avec Crétinos. Et, alors qu’sa tronche de Casanova des cours de récré apparaît, tout va bien. Quand y s’rapproche aussi. Nina réagit néanmoins d’nouveau quand il est plus qu’à quelques centimètres d’nous mais j’la calme sans difficulté. Enfin presque. J’ai réagi un peu tard et elle amoche légèrement la projection. Mais juste un peu. A tel point que j’me demande sincèrement si j’l’ai pas même inconsciemment fait exprès… C’est qu’ça lui va si bien cette griffure en travers de l’œil gauche à c’pauvre Markos. Ça lui donnerait presque un air de bad boy de ghetto. J’suis sûre qu y’a plus d’une de ses groupies qu’apprécierait.

Enfin, l’objectif c’est pas d’ventiler mes frustrations sur l’premier crétin venu mais d’réussir à contrôler mes pulsions et celles d’Nina, enfin nos pulsions quoi. J’recommence donc après avoir établi – pas qu’un peu à regret – Markos dans sa forme initiale. C’est une réussite totale. Même quand il passe son bras autour d’mes épaules comme si j’lui appartenais. Bien sûr, Nina démontre clairement mon énervement mais elle m’laisse faire et c’est moi qui m’débarrasse du gros lourd. Une bonne clé d’bras est si vite arrivée. Bref, j’suis pas qu’un peu fière ! J’me tourne alors vers Tessa et la r’mercie chaleureusement. Ou tout au moins aussi chaleureusement que c’que j’en suis capable. Après tout, c’est pas parce que j’suis pas particulièrement effusive que j’peux pas faire des remerciements sincères.


-C’est hypra efficace comme méthode. J’approuve. Après j’suppose qu’c’est pas une victoire qui fait gagner la guerre et tout l’tralala mais ça fait plaisir quand même. A ton avis, pour m’entraîner dans des situations plus à même de dégénérer faut qu’je commence sous la supervision d’un télépathe comme toi ou si j’le fais en présence d’quelqu’un d’capable de contrôler Nina si j’perds l’contrôle ça suffit ?


A vrai dire, en c’qui m’concerne ça m’est complètement égal. J’dirais même que ça m’dérangerait pas du tout d’rebossser sous l’contrôle tranquille de Sage. J’la trouve bien comme prof. Elle panique pas, elle juge pas, elle est juste là en soutien si y’a besoin mais m’laisse m’débrouiller par ailleurs au lieu d’essayer d’tout faire à ma place. Un peu comme Logan mais en nettement moins bourrue. Bon, après, ses explications sont parfois un peu compliquées mais on fait avec, personne est parfait, moi encore moins qu’les autres. J’veux dire, j’suis même pas foutue d’me réconcilier avec ma sœur après presque deux ans et j’en suis à lui envoyer des paquets anonymes, si c’est pas la définition même de pathétique, j’sais pas c’que c’est. D’ailleurs, en parlant d’paquet à envoyer, j’allais presque en oublier pourquoi j’étais v’nue en premier lieu. Alors avant d’laisser Tessa répondre, j’lui pose la question.

-Euh sinon, j’avais un autre problème à régler. Tu sais comment on envoie un paquet sans qu’le nom de l’expéditeur apparaisse.

Bon okay, dit comme ça, c’est un peu inquiétant comme question mais j’me sens pas trop d’lui déballer mes problèmes familiaux de but en blanc. Si faut en parler, j’développerais l’minimum vital, mais pour l’instant, si j’peux m’en passer tant mieux.

_________________
avatar
Leandra Albarez Muñoz

Messages : 99
Date d'inscription : 23/06/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide officieuse, aide officielle

Message  Tessa le Mer 28 Juin 2017 - 5:41


La meilleure défense c’est l’attaque, pour la simple raison que celui qui attaque pousse l’autre à se défendre. L’agressivité menaçante de Nina tient de cela, en effet, c’est bien pour cela que je ne crains pas son attaque : je ne la pousse pas à se défendre. Je la pousse à aider, à agir différemment et cela fonctionne. Je ne considère pas cela comme un exploit, y voyant simplement la réalisation d’un futur possible dont j’ai favorisé l’apparition, et j’accorde plus de crédit à l’adolescente pour ses réussites du jour.

Oublier ma présence fait parti de mon intention à m’en retourner pour espionner depuis un angle rendu possible exclusivement par les lois de l’astral. Je veille, toujours, et observe l’occurrence au travers des pensées de Leandra comme de cette boule à neige qui lui sert de sécurité. Percevoir sans être vue, intervenir lorsque je le dois pour que les choses se passent au mieux par la suite et de préférence sans moi. Tout ce passe comme désiré et j’anticipe les possibilités de suite concernant la réussite ou non de l’adolescente. J’ai cependant déjà agit pour favoriser un avenir et me contente de regarder comme je le fais la plupart du temps. L’écoute est cependant bien différente, le fil de pensée de la jeune femme continuant de s’exprimer à sa manière et de démontrer sa tendance à être honnête envers elle-même. Il est également un point positif à ce qu’elle n’ait pas la patience : cela m’évitera de démontrer que je n’en ai pas plus.

Se remettre en selle, il est probable que ce soit cette expression que Leandra cherche et elle ne précise pas la nature de la monture, même s’il est implicite qu’il s’agit de la même dont on vient de choir. L’idée est qu’il ne faut pas laisser la peur s’installer car on aura besoin d’autant plus de courage pour réessayer si on le fait, alors que l’état de choc d’une chute peut conduire à s’y remettre plus facilement. Mais quitte à user d’un proverbe de plus, je favoriserai le suivant : tomber est autorisé, se relever est obligé.

Non, il est improbable que Leandra et Nina aient jamais l’occasion de s’échauffer en conditions normales, sans parler de mission X-Men, ainsi s’essayer à la condition réelle comme précédemment est la solution la plus efficiente. Quand à avoir du "tout ou rien", du "bouffer ou être bouffé", nous en revenons à cette histoire d’attaquer pour se défendre. Une spécialité animale parfois mal vue chez les humains même si, au final, son efficacité est incontestable moyennant que l’attaque n’ait pas similaire résultat à la défense. Une spécialité qu’il faut cependant maitriser puisque le but de l’exercice est justement d’empêcher qu’il arrive à Markos la même chose qu’à Ana.

La synchronisation entre Leandra et Nina est bonne par travail d’équipe ; mais, comme s’en doute l’adolescente, cette synchronisation est à double tranchant puisque les deux partis agissent comme un. Endommager la projection plutôt que la détruire ne change rien au problème et l’influence réciproque laisse avoir des considérations problématiques. Le "contrôle" de Nina est une réussite mais il manque encore celui de Leandra à présent. Elle le sait et recommence donc.

Bras croisés, adossée à l’encadrement de la porte du côté représentant le loft et regardant son plafond pour y voir l’extérieur de la boule à neige, et donc la scène se passant dans mon dos, je constate sans vraiment réagir qu’il n’est plus de balafre au programme même si une réaction est toujours à l’ordre du jour, heureusement tout aussi maitrisée que l’adversaire dragueur. La frustration de Nina est toute aussi présente dans mon esprit que la fierté de Leandra et j’abaisse le visage en fermant les yeux face à tout cela. Les pensées de Leandra précèdent ses mots  et remerciement comme reconnaissance de l’efficacité de ma méthode sont appréciés, me conduisant à tourner la tête vers elle pour démontrer mon attention.

Ce n’est pas une victoire qui fait gagner la guerre mais c’est avec des victoires qu’on gagne et la première est toujours plus agréable par sa nouveauté. Je ne serais pas rabat-joie là-dessus, écoutant plutôt la demande d’avis. Je ne réponds pas tout de suite cependant, continuant de suivre les pensées de l’adolescente qui s’enchainent rapidement. Il ne me semble pas utile de préciser l’évidence que la méthode est entièrement à sa discrétion puisque cela lui est égal, la personne important plus que la manière de faire au final. En général, on n’apprécie guère plus mes méthodes que ma personne mais Leandra s’ajoute à la liste restreinte de ceux qui sont dans le cas inverse. Je ne panique pas car rares sont les événements capables de ne me prendre au dépourvu et que tout résulte de la causalité à mes yeux, je ne juge pas car ce n’est pas mon rôle ni forcément productif dans l’avancement et je suis là en soutien car l’objectif est d’arriver à faire les choses sans moi ainsi ma participation consiste à préparer le parcourt et éviter une catastrophe s’il y a lieu. Ça ne fait pas de moi une professeure, justement parce que je n’ai ni la même approche ni le même investissement. Je n’aime pas non plus l’idée d’être un mentor mais c’est déjà plus discutable, quand bien même mes arguments ont déjà été avancés. Quand à être moins bourrue que Logan… cela se paye avec les explications compliquées.

L’association d’idées impliquant la dispute avec la sœur me conduit à comprendre le second problème et, pour le coup, mes lèvres se plissent légèrement. Si ce n’est pas pathétique, Leandra ne sait pas ce que c’est ainsi donc je lui accorde l’ignorance sur ce point. Les choses sont toujours plus compliquées avec les actifs émotionnels importants, d’autant plus lorsqu’ils s’emmurent dans le non-dit, et voici deux ans que les deux sœurs se font silence. Non, l’anonymat n’est pas pathétique, cela peut être lâche mais c’est majoritairement de la pudeur et de la mauvaise foi. Quand à savoir comment envoyer un paquet anonyme, la question n’en est pas réellement une et mon sourire devient plus vaniteux.

Tu peux te contenter d’inscrire l’adresse de destination sans préciser celle d’expédition. Au sein d’un même état, les organismes postaux ne se prendront pas la tête à chercher l’origine.

D’un état à un autre, cette méthode est également valide mais l’état d’origine apparait sur le cachet postal. A l’étranger, la douane peut être un problème si le paquet est jugé suspect.

La solution la plus simple est un livreur privé néanmoins le pays d’origine sera toujours spécifié. Si les moyens de retracer l’adresse sont probablement hors de portée d’une adolescente équatorienne, son esprit de déduction suffira.

En parler n’est pas nécessaire puisque le penser me suffit et que je n’ai pas l’intention de me mêler des problèmes familiaux de Leandra plus que je ne l’ai fait en signalant ma compréhension de son problème et en lui signalant un autre.

Sinon, que tu t’exerces dans une illusion psychique ou avec autrui sur le monde physique, il faut des gens capables de calmer Nina sans la confronter.

Oui, c’est une solution de dernier recourt mais elle est contreproductive à moyen et long terme puisque Nina se souviendra de la confrontation et pourrait en garder rancœur à la personne voir à Leandra elle-même s’il y a un sentiment de trahison. Comme moi au sein de l’astral, Logan n’a rien à craindre de Nina et il est capable de la maîtriser sans la faire souffrir.

Nina et toi devez sortir de cette optique "bouffer ou être bouffé". Sans renier son instinct, tu dois être capable de le guider avec ton intelligence. Soyez synchrones.

Et si vous avez besoin d’aide pour le faire, tu sais où poser ta main.

Xavier et Besty ne vont pas apprécier que j’ai trafiqué le cerveau d’une des élèves de l’Institution mais il est improbable qu’ils le découvrent sans accorder eux-mêmes une attention particulière à l’esprit de Leandra. Cela ne m’importe pas cependant, cela sera utile à l’adolescente et je fonctionne à l’utilité. Cela ne changera cependant pas le fait que j’ai facilité la tâche à Leandra hors c’est le mentor qui donne un artefact au protagoniste, pas l’antagoniste. Il est possible de considérer mon action comme une erreur et j’attendrais de voir quelle suite se réalisera à partir de cette rencontre avant de me prononcer.

Ce n’est pas pour cette raison que je ne me propose pas de brouiller les pistes pour le colis de Leandra cependant. Ce serait lui facilité la tâche que de lui épargner un voyage au Canada pour poster son paquet afin de semer le doute mais il me semble improbable qu’Ana puisse réellement se douter de l’origine. Néanmoins, le degré de fiabilité de mes probabilités est très inférieur à la moyenne puisque je ne connais la cadette que par les bribes de mémoire de son aînée.

Y a-t-il autre chose que je puisse faire pour toi ?

Nous sommes toujours sur le plan astral et j’y suis toujours adossée à l’encadrement de la porte, partiellement tournée vers mon interlocutrice. Si nous avons fini ici, nous en retournerons au plan physique où mes yeux s’attardent sur le chocolat chaud qui ne doit plus l’être beaucoup, sans être froid.

_________________
Tessa
Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Messages rp : 119

avatar
Tessa

Messages : 388
Date d'inscription : 14/07/2015
Localisation : Institution Charles Xavier

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide officieuse, aide officielle

Message  Leandra Albarez Muñoz le Mar 18 Juil 2017 - 10:16

Elle a compris. J’ai pas dit un mot et d’jà elle a capté l’problème. C’qui est pas franchement étonnant maintenant que j’me rappelle une fois d’plus qu’on est dans mon esprit et qu’elle entend tout c’que je pense. Pourtant, ça m’empêche pas d’tirer la tronche à l’idée d’savoir mes emmerdes familiales découvertes. Non pas que j’craigne que Tessa aille m’humilier publiquement en racontant mes déboires au premier v’nu mais ça change pas que l’fait même qu’une personne soit au courant sans mon accord m’agace. ‘Fin sans mon accord est mal dit puisque j’l’ai autorisé à entrer mon esprit mais j’me comprends. D’voir faire des sacrifices pour l’bien d’ma coopération avec Nina signifie pas pour autant que j’aime les faire. Loin de là.

Bref. C’qu’est fait est fait et j’peux rien y changer. A la place, va falloir que j’fasse face aux r’marques de Sage. A savoir qu’à moins d’faire l’déplacement à l’étranger pour poster l’cadeau d’Anna – c’qu’est pas vraiment une option au vu d’mes finances et ma liberté de déplacement – j’vais devoir soit faire une croix sur lui envoyer quoique c’soit, soit imaginer une autre méthode. Un instant, j’imagine lui envoyer un mot avec mais la peur qu’elle jette le cadeau dès qu’elle verra mon écriture est trop forte. Sans compter que ça m’saoulerait d’avoir payé un colis international pour rien. J’roule pas sur l’or ! Et puis, soudain, l’illumination ! Suffit que j’envoie le colis à Papa avec un message lui d’mandant de mettre le cadeau dans la pile. Comme ça Anna aura son cadeau sans savoir d’qui il vient. Et même si elle le devine, je doute qu’elle jette une palette de maquillage complète juste par dépit, surtout que j’serais pas là pour savoir si elle a gardé le cadeau ou pas. Bien sûr ça aura été plus simple si ça avait été sa quinceañera vu que, dans la masse d’cadeaux, l’mien s’rait passé inaperçu mais j’suis en avance d’un an donc faudra faire avec…

Quand j’pense qu’au moment d’ma quinceañera j’étais encore une ado normale. Enfin aussi normale que j’lai jamais été. Parce que par exemple, j’ai clairement refusé la robe rose tradi. Non mais sérieusement vous avez vu ma gueule, vous m’imaginez une seconde dans une robe Barbie à volants ? Plutôt crever ! Déjà j’ai accepté d’mettre la robe de princesse pour faire plaisir à papa mais c’est moi qu’ait choisi la couleur et elle était d’un beau rouge bordeaux. Bref, tout ça pour dire qu’à l’époque, Nina n’faisait pas encore partie d’ma vie. Bon elle s’est pas trop fait attendre vu que deux mois plus tard elle faisait une entrée fracassante dans tous les sens du terme mais l’fait est que, parfois, j’ai l’impression qu’elle a toujours été là alors qu’en fait ça fait même pas deux ans. C’est dingue tout d’même…

La voix d’Tessa répondant à ma première question m’tire de mes pensées nostalgiques. Alors comme ça peu importe la méthode, c’qui compte c’est la personne et ses capacités. Dans l’fond, j’aurais pu l’deviner. La suite est plus surprenante. C’est bien la première fois que quelqu’un m’dit d’user de mon intelligence pour quelque chose. En règle générale, les gens ne m’estiment pas capable de grandes pensées, me voyant simplement comme une impulsive sans grande capacité de réflexion. Ça m’fait étrangement plaisir. Parce que si j’me sens bien dans mon côté sauvage, je n’en suis pas moins humaine qu’un autre et n’apprécie que moyennement d’être traitée comme la brute sans cervelle de service. Après bien sûr, ça n’veut pas dire que la tâche s’ra facile puisqu’il est vrai que l’instinct est mon mode de fonctionnement par défaut mais l’défi m’attire. Surtout si Tessa se propose pour m’aider de nouveau par la suite. Entre elle et Logan, je sens qu’on devrait bien progresser, du moins j’l’espère sincèrement. Ainsi, une fois toutes ces questions réglées dans l’confort de mon esprit pour le moment partagé, j’déclare aisément :


-Nan, c’est gentil, ça ira. J’crois que j’suis parée pour l’moment. J’ai déjà beaucoup appris et j’ai b’soin d’réfléchir à tout c’que tu m’as dit avant d’faire quoique ce soit, tant pour Nina que pour Anna. Bref merci pour tout mais j’crois que j’vais y aller.


Et sur ce on quitte le plan astral et retrouve son salon sans transition. Puis, une fois les mondanités de fin d’rencontre terminées, j’repars vers ma chambre. Parce que, comme j’viens d’le dire, j’ai de quoi cogiter au moins jusqu’au dîner.

_________________
avatar
Leandra Albarez Muñoz

Messages : 99
Date d'inscription : 23/06/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aide officieuse, aide officielle

Message  Tessa le Ven 21 Juil 2017 - 5:59


Les pensées de Leandra font parti de ce que j’apprécie chez elle, tant par le fonctionnement cognitif différent du mien que par le contenu qui donne à voir toute une rhétorique que certaines personnes croient inexistante. Malgré qu’elle perde de vue quelques données, celles-ci lui reviennent en mémoire en temps utile par vivacité d’esprit et sa gymnastique mentale est amusante voire, peut-être, attachante. La tendance à être honnête envers elle-même est symptomatique de cela mais n’est pas limitative, l’auto-compréhension en témoigne également ; et je comprends également, à défaut de partager cette qualité avec mes ressentis.

Quand à faire face à mes remarques, c’est fait avec plus d’acceptation que la moyenne malgré un caractère prompt à la rébellion et au refus de l’autorité. Mon aide d’aide cette fois pose donc un nouveau problème et Leandra réfléchit pour le résoudre, n’envisageant pas un instant m’impliquer plus loin mais étant déterminée à réussir par elle-même. Et elle le fait, se contentant de changer son angle de vue sur le problème pour le résoudre avec une plus grande facilité. Un fin sourire ce dessine sur mes lèvres et je prends note de la quinceañera l’année prochaine, anticipant un possible qui pourrait m’impliquer.

Tout en étant tournée vers le futur, je perçois le passé de Leandra qu’elle se remémore. Si la vision d’elle portant une robe rose m’est indifférente, la correction qui la précède quand à "être aussi normale qu’elle l’a jamais été" remue déjà quelque chose même si c’est insuffisant à ce que je sache quoi. De même la scène familiale me laisse moins insensible que la norme, à défaut que ma perception du sentiment soit plus explicité ; mais j’ai des probabilités concernant sa nature et c’est là que l’indifférence revient. Une famille de sang n’a jamais fait parti de ma vie et elle ne fera jamais d’entrée fracassante. Heureusement, il n’est pas plus utile de s’attarder sur la question que sur l’impression laissée à Leandra par sa perception de Nina.

La conclusion du problème premier ayant conduit Leandra à venir me voir nous ramènes à une discussion plus constructive même si elle n’apprend rien à l’adolescente dans un premier temps. Quand à miser sur l’intelligence de Leandra, je fais parti des personnes ayant perçue l’efficacité de son esprit et l’évalue en effet capable certes pas de grandes pensées mais d’une réflexion qui conduit à l’impulsivité. La pensée est chaotique mais le chaos est une succession de causes et d’effets trop grande pour être perçue, ce qui ne renie pas la causalité comme étant la base de l’ordre. Les choses qui semblent chaotiques le sont car on n’est pas capable de percevoir l’entièreté, sinon elles nous sembleraient logiques et donc ordonnées. Une considération qui ne renie pas l’aspect sauvage, et conséquemment brute, de Leandra.

Non, la suite de l’apprentissage ne sera pas aisé mais le mode de cognition de Leandra ne se limite pas à l’instinct ; c’est toujours un mélange de deux sources. Son profil morphopsychologique suggère une cognition émotionnelle et instinctive, ce qui est rare et laisse à penser la stupidité, mais son esprit d’en est pas moins aiguisé et elle a l’une des plus fortes sources de motivation : le regret. Regret, culpabilité, remord, ce sont des sentiments qui me sont étrangers mais je les comprends et les trouve extrêmement bénéfiques lorsqu’ils induisent une volonté d’amélioration. L’adolescente n’osera pas faire face à sa sœur tant qu’elle n’aura pas outrepassé la culpabilité de l’apparition de Nina et l’on en revient au possible concernant la quinceañera d’Ana.

Je ne me suis pas proposée pour l’aider autrement qu’aujourd’hui mais que Leandra le perçoive ainsi signifie que nous nous retrouverons. Elle a raison de considérer qu’entre Logan et moi, elle devrait bien progresser. La question est de savoir si cela sera suffisant à atteindre un objectif dont elle n’a pas encore conscience mais qui est pourtant là, comme en témoigne le cadeau qu’elle veut anonyme. Je n’ai pas besoin des mots pour comprendre les choses, pas plus que je n’ai besoin des pensées. Les uns comme les autres sont utiles, je ne le nie pas, mais mes capacités sont tournées vers la compréhension et l’apprentissage. Et mes capacités me conduisent à supposer que la maîtrise de Nina et le cadeau d’Anna tendent vers un même objectif.

Je n’en dis rien. Leandra a en effet beaucoup appris et besoin de mettre en ordre tout cela avant de passer à la suite. Se rendra-t-elle compte de ce que je considère comme probable ? Ce que j’ai vu d’elle me conduit à anticiper une révélation aussi brusque que la plupart des réalisations qu’elle fait, donnant cette imprévisibilité caractéristique pour ceux qui sont incapables d’appréhender son fonctionnement mental.

On quitte son esprit à sa volonté et on se fait face au salon, mon esprit se réorganisant pour réactiver ma Cyberpathie et me connecter à ces témoignages constant de chaos dont je tends à percevoir l’ordre. Les mondanités de fin de rencontre ne sont pas vraiment à l’ordre du jour, Leandra ayant autre chose à penser et m’épargnant une discussion visant à en apprendre plus sur moi ; chose qui me fait plaisir. Non que mon utilité soit ma seule limite mais je n’aime pas parler de moi et, même si je doute que ce sont les trop nombreuses informations qui conduisent à ne pas poursuivre la récolte, qu’on en reste là pour une première rencontre me satisfait. Il est possible de considérer le chocolat chaud comme un écueil mais ce n’est pas mon cas : il a eue une utilité, celle d’installer un peu de confiance et de détente, et qu’il ne soit pas consommé par sa destinatrice ne m’empêchera pas de le faire.

Lorsque Leandra repart affronter la neige pour retourner à l’Institut, je la regarde faire jusqu’à ce qu’elle disparaisse de mes caméras et me prépare à sortir à mon tour. A défaut d’avoir beaucoup à réfléchir, j’ai à marcher pour une raison que je suppose. La prise d’un engagement n’est jamais une gêne pour moi, je sais que je les tiendrais car j’en ai les capacités. Même si cela la rapproche de devenir étudiante X-Women, Leandra ne cherche pas à contrôler Nina pour cela. Ana a probablement plus de valeur. Il n’y avait pas deux objectifs différents dans l’aide que l’adolescente est venue de demander, il y avait juste une partie émergée et une autre immergée. Peut-être qu’à la quinceañera, il n’y aura pas qu’un cadeau anonyme perdu parmi les autres ; peut-être qu’il y aura une réconciliation qui ne semblera pitoyable qu’aux deux sœurs qui ont trop de mauvaise foi pour admettre leurs émotions. Et pour en arriver là, il faudra deux aides : une aide officieuse et une aide officielle. Sachant que l’ordre d’énoncé n’est pas un hasard, il indique la priorité.

RP TERMINE

_________________
Tessa
Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Messages rp : 119

avatar
Tessa

Messages : 388
Date d'inscription : 14/07/2015
Localisation : Institution Charles Xavier

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum