Les Summers, toujours hors des normes (Rachel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Summers, toujours hors des normes (Rachel)

Message  Azazel le Jeu 8 Déc 2016 - 11:54


Les Summers, toujours hors des normes


Que représentes tu pour ce monde Rachel ? Le début ou la fin.  ⊹
Un instant dans la Dimension Brimstone à regarder mes enfants prisonniers, restant à réfléchir le temps de récupérer en énergie, de me nourrir de cet environnement particulier à ces lieux. Le temps paraît si long dans cette Dimension, restant la sans rien faire d’autre que récupérer des forces, regarder le monde au travers de fenêtres, espionner les agissement de certains sans être vu, mais je suis aussi obligé de constater que les autres, que ma progéniture ne pourra pas partir d’ici, que je serai le seul à retourner de l’autre coté, les laissant encore une fois dans l’attente d’une solution qui n’arrive toujours pas malgré l’écoulement du temps. Mais au moins cette fois je suis plus posé, moins énervé, je pourrai agir sans avoir les nerfs au bord de l’explosion, garder le contrôle de chaque mot qui sortira de ma bouche. Ce temps me permet aussi de réfléchir à tout ce que j’ai fait, ce que je dois faire, mais aussi au sujet de ceux que j’étudie ainsi que ceux sous surveillance, et sur le moment je pense aux Summers… Plus particulièrement à la petite Rachel qui n’a aucun passé, aucune trace en ce monde, aucune histoire… Certains êtres sont doués pour passer inaperçu, pour ne pas marquer le monde et se faufiler entre les mailles du filet. Mais il reste toujours des marques, une trace d’enfance, de jeunesse… Voir une famille. Mais elle, elle n’a rien, juste une existence qui apparaît du jour au lendemain, sans histoire d’antan, sans famille réelle en dehors d’un lien au travers de son nom. Oh Certes, maintenant elle existe bien, elle côtoie du monde comme mon propre fils, même si je ne connais pas l’ampleur de leur lien, mais c’est justement tout ce qui m’attire en cet instant, me faisant penser un peu à Dinah qui vient d’un autre monde.

Dès que je me sens en pleine forme, je n’attends pas un instant pour quitter le Brimstone et me rendre à New York, une téléportation directe au travers d’une des fenêtres dimensionnelles pour arriver à quelques pas de l’entrée de l’Institut Charles Xavier. Une petite fumée rouge se dissiper derrière moi alors que je me redresse lentement, marchant d’un pas léger vers la grille menant au parc, remettant bien ma cravate en place et sortant mes deux lames hors de leur fourreau pour venir les planter à terre, les laissant sur le chemin pour me rendre là-bas désarmé. Après tout, la Confrérie et les X-men sont en paix et je viens en toute bonne foi rendre visite à une de leurs membres. Arrivant devant la grille, j’active le parlophone pour m’annoncer, préférant opter pour cela que de directement m’introduire en ces lieux, ce qui pourrait être pris pour une invasion agressive. « Mes salutations… Je ne sais pas si la personne avec qui je suis en communication sera apte à gérer cela, mais je viens voir Rachel Summers. De la part d’Azazel. » Silence radio… Je pense que j’ai eu un effet de surprise ou en tout cas que ce n’est pas le genre de visite dont ils s’attendaient, mais au moins je pourrai dire ouvertement que j’ai choisi un terrain en son avantage pour cette rencontre sans faire preuve d’aucune fourberie. C’est quand même des plus complexe pour user de bonne foi alors que je pari que la ils préparent des défenses au cas où, avertissent certains mutants pour me surveiller, envoient Kurt à l’extrémité de l’Institut…

Je reste patient, la queue gigotant lentement, attendant devant cette grille jusqu’à son ouverture, prenant donc cela comme un oui. Je reprends la marche alors pour m’avancer au travers du parc, voyez l’effort je ne me suis même pas téléporter directement à la porte, non juste une lente démarche pour arriver tout naturellement jusqu’à l’entrée. Mon regard reste vers l’avant, ne profitant même pas de l’instant pour scruter les lieux ou tenter de repérer les cameras, me demandant si Rachel sera présente pour m’accueillir ou si je vais être guidé vers une pièce sécurisé pour la rencontrer. Mine de rien, c’est une belle demeure qui me rappellerait presque l’Isla des Demonas, mais toute cette vie qui s’y trouve est par contre plus agaçante. Je n’ai jamais compris ce choix de cacher les forces X-Men sous une forme d’école pour jeunes mutants… Il faudrait faire l’un ou l’autre, un camp militaire pour entrainer des mutants à la guerre, ou une école mais pas les deux, c’est une perte de temps, surement aussi de profit et d’efficacité. Bref, arrivé à la porte, je frappe pour m’annoncer et j’attends des plus simplement possible que je sois accueillis, commençant à faire les paris dans mon esprit sur le comité qui ouvrira la porte. Je vise à 6% de chance que ce soit Rachel. 40% qu’il y aura plusieurs personnes dont au moins une pour tenter de me bloquer si je tente de me téléporter.




_________________

avatar
Azazel

Messages : 82
Date d'inscription : 07/11/2014

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Summers, toujours hors des normes (Rachel)

Message  Rachel A. Summers le Jeu 29 Déc 2016 - 0:10



« Le Père de tous les Démons »
Avec Azazel
1
Il existe de nombreuses questions philosophiques importantes dans ce monde, surtout pouvant se diriger vers moi et devenant des interrogations importantes pour mes agissements dans ce monde. L’une des raisons pourquoi je suis venue dans cet univers, c’est parce que je me sentais obligée d’intervenir pour éviter des conflits meurtriers et sanguinaires. L’élément déclencheur, ayant tout activé, de la destruction massive de millions de vies a été l’élection de William Stryker et une idéologie résurgente pouvant autant détruire l’existence même de nombreux Dieux que l’espoir. Alors, est-ce que je suis ici pour représenter la fin d’une ère ou encore le début d’une nouvelle histoire? Je pense qu’avec Hank et qu’Ororo, j’étais la plus inquiète de trouver ce criminel de guerre de William Stryker au pouvoir. Je ne pouvais pas me sentir en sécurité ou apaisé, surtout dans les deux derniers mois de l’élection.

Finalement, après cette élection violente dans les morts ou chez les partisans, j’ai pu enfin respirer de nouveaux, peut-être cet enthousiasme allait plutôt s’étouffer en voyant les requêtes opportunistes de Luthor dans ce monde, surtout en jouant peut-être avec la carte du progrès, mais aussi avec la carte de la peur excessive de tout ce qui pouvait représenter du terrorisme. Alors selon le dernier journal en main, le recensement n’était pas oublié en cas d’attaque terroriste majeur selon un porte-parole de Luthor. Me laissant bien sûr un profond dégout de tout mon voyage, parce que malgré que les anti-mutants n’aient pas le pouvoir politique, aujourd’hui ce sont les anciens ennemis de la Ligue des Justiciers qui reviennent dans les pouvoirs politiques. Au lieu de choisir des voies illégales et violentes, ils se bureaucratisent pour passer plus facilement leurs idéologies. Alexander Luthor avait un pouvoir politique puissant, pendant que Sergei Boldarev utilise la manipulation sécuritaire et que Doom se sert de ces deux leviers pour confirmer sa place en Europe.

Notre ère est remplie de doute, on se propage dans les alternatives ou dans des idées souvent incomplètes pendant qu’une multitude de politiciens ou de chroniqueurs essaient de deviner le futur, sans pouvoir vraiment le vérifier, même avec les univers alternatifs visibles. Les possibilités étaient infinies et parfois un seul évènement pouvait redéfinir une carte entière. Mes inquiétudes sont souvent retransmises à Kurt et celui-ci essaie surtout de m’amuser en jouant aux pirates dans la salle des dangers. Ce lien fortement avec le gnome bleu m’a toujours laissé un profond mystère, parce que le malaise changeant entre ma relation pour deux Kurts peut laisser plusieurs questions éthiques importantes.

J’avoue qu’au niveau des liens, on peut le mettre sur l’échelle sept de la bizarrerie, mais encore une fois, nous vivons d’autres évènements et surtout une époque différente. De plus, au niveau de l’étrangeté, on peut facilement dire que sa famille est dans un niveau complètement absurde comparativement à la mienne. L’un des nombreux frères de Kurt : Nils a servi dans mon monde pour attraper les mutants, pendant que dans une autre partie, Azazel comme Ra’s Al Ghul ont été enlevé par les anti-mutants, mais par mes connaissances des origines de leur dimension, j’ai appris beaucoup. Cyborg avait découvert comment la dimension d’Azazel avait surtout servi comme expériences aux armes de Norman Osborn ou de William Stryker. Pendant que le père de tous les démons avait subi des expériences aussi terribles que Valerie Hopkins pour une monstruosité dépassant largement tout ce qu’on a connu en termes de tortures.

J’aime mieux éviter d’en parler à Kurt, parce que je pense que le sujet est plutôt fragile pour lui. Déjà que Rogue avait très mal supporté mes dires sur sa mort, alors je préfère éviter de réserver une autre surprise comme celle-là à mes amis. Ce sujet me tourne dans la tête selon Psylocke, pendant qu’on essaie de mieux comprendre nos pouvoirs par une télépathie commune. Cet entraînement permet surtout de voir ce qui mange mon cerveau depuis quelques jours. Au moins, ce n’est pas uniquement de la politique et de l’inquiétude, il avait une source d’accalmie avec mes pensées autour de mon couple avec mon elfe adoré.

Habillée avec mon costume X-Woman d’entraînements avec le haut noir uniquement sur ce qu’il devrait être cacher pour faciliter mes mouvements et un pantalon noir, cette journée est remplie d’exercices me permettant de réfléchir ce que je désire faire dans l’avenir. Entre mon entraînement physique et psychique avec Betsy, on reçoit un appel essentiel de la sécurité pour parler d’un visiteur en particulier et ce visiteur étrange (parfois rival des X-Men) vient directement me demander par le parlophone. Azazel, le papa de Kurt, cherche à communiquer avec moi. Lançant un regard approbateur à Betsy, elle donne ensuite la permission à la sécurité de laisser le démon rentrer à l’intérieur de notre maison.

Je vais me chercher un petit manteau au couleur des X-Men pour me couvrir, car selon mon petit elfe adoré, son père est aussi charmeur et flirteur que William Braddock. Prenant l’ascenseur du sous-sol, Betsy m’envoie un message qu’Azazel se dirige vers la porte principale. Saluant quelques étudiants dans les couloirs, j’arrive enfin proche de la terrible porte d’entrée. Au même moment de cet approchement de la porte, je vois Azazel ouvrir la porte. Le fixant objectivement, j’ouvre le dialogue rapidement : « Bonjour Azazel, je suis Rachel Summers. Je ne sais pas vraiment ce que vous me voulez ou ce que vous voulez aux X-Men, mais il me semble que la rencontre entre nos deux groupes humanitaires se font à date fixe. Alors, je vous demanderai de me suivre et de me présenter les raisons de votre présence ici. » Habituellement, mes messages de bienvenues viennent avec le sourire, mais aujourd’hui, je lui offre ma neutralité protocolaire. Je lui fais donc un petit signe de me suivre à travers les couloirs, surtout pour me diriger vers les escaliers principaux.

Je ralentis mes pas pour qu’il évite d’être distrait par les autres étudiants et en essayant de rester assez social pour entendre les premières réponses sur mes interrogations. Arrivés au second étage, je vise surtout le bureau de mon père pour négocier dans un coin plus tranquille sans que les jeunes étudiants en entendent plus sur mes relations avec les démons, ou encore des liens forts étranges avec un groupe appelé les X-Men et l’un des groupes terroristes les plus connus que sont la Confrérie.
FICHE © SINENOMINEVULGUS

_________________
avatar
Rachel A. Summers

Messages : 564
Date d'inscription : 01/02/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Summers, toujours hors des normes (Rachel)

Message  Azazel le Ven 30 Déc 2016 - 13:22


Les Summers, toujours hors des normes


Que représentes tu pour ce monde Rachel ? Le début ou la fin.  ⊹

Il est facile d’avouer que pour une fois je suis heureux de passer par la grande porte, rentrant en ces lieux avec un certain naturel, presque l’homme se baladant en terrain conquis. Cela me change et cela m’évite de devoir jouer l’infiltration en me téléportant d’un point à un autre ou en m’accrochant à un mur ou encore un toit. Il fut un temps, je n’aurais jamais pu rentrer en ces lieux sans attirer les X-men en position de combat, ni même m’approcher d’ailleurs sans que ce soit l’état d’alerte, mais les choses changent, la Confrérie de Magneto n’est plus réellement l’ennemi et j’avoue que pour le moment cette position politique est un avantage dont je compte bien profiter. Il est aussi plaisant de voir que Rachel est directement présente à mon entrée en ces lieux, une créature intéressante qui aurait surement fait un magnifique incubateur pour une progéniture Neyaphem, mais en ce moment ce n’est point la raison de ma visite, ce qui m’intéresse c’est son monde, son avenir, son histoire. Dinah a aussi des connaissances d’une autre réalité, et toutes ces informations peuvent me permettre de trouver des indications qui pourraient me servir à mes propres projets.

« Mes salutations Rachel, c’est un réel plaisir d’enfin pouvoir vous rencontrer. » Je m’approche d’elle d’un pas léger, un pas souple venant lentement m’incliner à la limite de la révérence pour la saluer. « Mais je vous rassure, ma présence ici n’est point au nom de la Confrérie, mais bien d’un intérêt purement personnel ma chère. » Ma voix est toute en légèreté, sans aucune agressivité… En faite ce serait plus une voix amicale dévoilant le plaisir de cette rencontre. Mais si elle souhaite discuter dans une pièce spécifique, loin des autres, je peux totalement le comprendre. Après tout je pense que ma présence pourrait représenter une forme de menace pour plusieurs jeunes en ces lieux, ou encore que les X-Men n’ont peut-être pas le désir que je puisse croiser certains de leurs étudiants au risque de voir ou percevoir des êtres qui dévoileraient quelque chose m’intéressant personnellement. Beaucoup savent surement que je serais capable de sacrifier la majorité de la population vivante sur ce monde pour arriver à mes fins et que mon caractère ainsi que mon pragmatisme dévoilent que je n’ai aucune considération pour la liberté d’autrui tant que cela me sert.

Je la suis sans broncher, mon regard restant sur elle avec une réelle intensité. Le premier contact est souvent très important avec une personne ciblée et il faut que je choisisse correctement les mots que je vais utiliser pour ne pas la pousser à se mettre dans une situation défensive, au contraire je souhaite la voir la plus sociale possible, la voir s’ouvrir à ma personne pour me confier son histoire. Au moins elle est déjà fixée sur le faite que cette rencontre est purement personnelle et donc la concerne elle et non les autres membres vivant en ces lieux. D’ailleurs, de ce que je peux voir à cette bâtisse, le confort n’est pas oublié. Je trouve dommage d’offrir tant de « luxe » à des jeunes ainsi, ce n’est pas une façon de préparer une armée. Il faut mettre de la froideur, mettre une ambiance de vie plus difficile pour renforcer le caractère, leur donner un inconfort de vie continu. Enfin, ceci n’est que mon avis mais je trouve que l’Institut ne prépare pas vraiment bien son armé de mutants.

« Cela fait un moment que j’entends parler de vous et que je désire cette rencontre. Je n’avais point envie de venir vous prendre par surprise où d’apparaître à un moment opportun alors j’ai simplement décidé de venir humblement sur votre propre terrain pour qu’au moins vous ne vous sentiez aucunement menacé par ma présence ou les raisons me motivant pour cette rencontre. » Voilà, j’ai exposé une partie des raisons de ma présence, et je n’ai pas donné beaucoup d’informations pour tenter d’attiser sa curiosité, quelque chose qu’il faut toujours pratiquer pour avoir l’attention de son interlocuteur. D’ailleurs je suis curieux et j’aimerais réellement savoir ce que la jeune femme pense en cet instant, les suppositions qu’elle se fait sur cette rencontre et mes attentes. Mais ce n’est pas la seule curiosité qui me ronge en cet instant, je me demande réellement si Kurt sait que je suis présent en ces lieux, si il est la quelque part autour de nous. Je pense que le croiser serait une forme de bonus. D’ailleurs je pourrais user de mon lien génétique pour le faire venir à nous mais cela gâcherait le reste de mon entrevue avec la jeune et ravissante demoiselle à la chevelure rousse.

Entrant dans ce bureau, je fais quelques pas en contemplant les lieux avant de me diriger vers la fenêtre pour voir un peu plus ce monde extérieur, voir les alentours de l’institut tout en reprenant la parole d’un ton inchangé. « Alors, ma chère, comment se passe votre intégration à ce nouveau monde ? » Une première question totalement innocente, une politesse presque.





_________________

avatar
Azazel

Messages : 82
Date d'inscription : 07/11/2014

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Summers, toujours hors des normes (Rachel)

Message  Rachel A. Summers le Sam 28 Jan 2017 - 0:15



« Le Père de tous les Démons »
Avec Azazel
1
Je ne sais pas réellement comment entreprendre cette longue marche dans les couloirs de l’Institut Xavier de la part du démon rouge. Sa réputation est importante, surtout pour avoir des affinités biologiques avec mon petit copain, mais aussi avec plein de petits enfants surtout concentrés dans sa dimension-poche. Ses pouvoirs et sa mégalomanie étaient connus dans mon monde, mais il y a longtemps que toute la prétention des Neyaphem n’est plus. Pour avoir fait parti de la Nouvelle Justice League dans mon Monde, je sais comment leurs histoires se sont terminées et comment les habitants du Neyaphem sont en voie de disparition depuis les monstruosités des anti-mutants. Kurt de mon monde a été tué devant mes yeux, Ahsoka aussi par la Guerre en Afrique, Abyss a été l’esclave transformé pour des tortures inhumaines de la part des anti-mutants, la majorité du Peuple de Neyaphem a été exterminée pour tester les différentes armes de Norman Osborn et finalement Azazel a terminé dans un camp d’extermination avec sa dernière conjointe : Alida Leandro. Les deux sont décédés dans les derniers jours du Régime Totalitaire de William Stryker, et bien qu’il existe des sources d’une enfant du fameux couple, nul n’avait pensé à la survie de celle-ci dans un camp aussi rude que sadique. J’ai peut-être beaucoup plus de pitié que de peur pour Azazel, parce que les seules informations que je connais de lui et sa nombreuse famille se définissaient par la mort et par la souffrance.

Entre ces pensées sur mon monde, la Confrérie avait changée radicalement, devenant non une organisation revendiquant des actes terroristes à chaque semaine. L’État Mutant participait à cette mode, mais la Confrérie semblait se construire autour de la Somalie, pour peut-être viser Genosha dans l’avenir. Vu que William Stryker est écarté du pouvoir, Lex Luthor va peut-être créer des surprises énormes pour l’ordre établi au niveau mondial, surtout avec le soutien de Sergei Boldarev en Asie. Après les salutations sincères de mon homologue, le père de Kurt m’explique quelques détails pour sa venue. Il ne vient pas pour des points diplomatiques, mais surtout pour des intérêts personnels. Durant quelques secondes, je crains énormément que le fameux démon ait entendu parler de ragots de ma relation avec son fils.

Parfois, je sais que ses yeux visitent la place, trouvant peut-être le lieu un peu trop confortable comparé aux milieux des assassins ou encore les lieux de réunion des Confréristes. Bien que cette organisation ait changée, plusieurs visages importants cherchent à se préparer pour une guerre au lieu de se concentrer sur l’éducation comme Charles Xavier voulait faire avec cette école. Azazel me laisse ensuite quelques mots pour sa venue dans notre école par l’idée de ne pas vouloir menacer la stabilité et le calme de ces lieux. Il ne voulait pas par exemple arriver quand j’étais en train de dormir, dans la douche ou quand j’étais en train de rager sur un niveau de Super Mario Maker fait par Kitty. « Habituellement, mes journées sont toujours fixées selon un horaire précis, alors la prochaine fois, il serait plus pertinent de passer un appel pour prendre un rendez-vous dans mon horaire si chargé. » J’avoue que je provoque un peu pour le plaisir, surtout que même dans sa manière d’être, il semble avoir un coté machiavélique qui s’accentue encore plus avec son apparence.

Arrivant finalement au bureau, Azazel me pose une première question sur mon intégration. C’est une question plutôt innocente de sa part, ne cherchant pas à provoquer de surprises ou de mauvaises intentions. Au moins, il ne tente pas encore sa chance en posant des questions sur les possibilités de mes pouvoirs ou encore de mes relations personnelles avec les membres de l’Institut Xavier. « Je suis quand même ici depuis quelques années, alors mon intégration s’est fait plutôt rapidement, surtout avec plusieurs visages accueillants envers mon vécu. Ayant peut-être vécue la guerre, j’ai refusé de me concentrer sur ce thème quand je suis arrivée ici, voulant surtout profiter de la différence entre ce monde et le mien, mais aussi de créer des amitiés par la paix au lieu de la guerre. Plusieurs êtres se sont montrer très ouverts avec moi, et c’est l’une des raisons pourquoi j’ai rejoins les X-Men aussi rapidement. Shadowcat, Rogue, votre fils, Wolverine, Professeur Xavier, Psylocke mon père, ma mère et plusieurs autres se sont montrés extraordinairement empathiques envers mon cas et mon histoire. » Je lui donne des détails, des noms et des concepts qu’il doit nécessairement connaître. J’ignore si Hope est connue dans leur organisation et c’est l’une des raisons pourquoi je ne la nomme pas. Les autres X-Men sont assez connus dans la Confrérie pour avoir une réputation assez importante dans le milieu mutant. De plus, je ne mentionne pas que pour moi, l’Institut Xavier a peut-être les principes les plus nobles autour de l’intégration, parce que contrairement à certains identitaires répugnants qu’on retrouve dans la classe politicienne de tous pays, l’Institut Xavier n’œuvre pas uniquement sur connaître son prochain, il œuvre aussi pour intégrer quelques valeurs de cet individu et de sa culture dans leur école.

« Je pourrai bien vous retourner la question, mais je suppose qu’elle serait un peu étrange. Dans mon monde, Azazel était connu pour être minimalement intégré à ce monde par son contact avec la Confrérie. Est-ce que c’est votre cas aussi? » Je fais encore de provocation pour cette partie, peut-être une provocation complètement inutile vu la recherche du démon dans ce monde, mais il me laisse encore perplexe et très curieux. Fournir des informations sur mon monde ne va pas causer des cataclysmes nucléaires, surtout qu’il est pratiquement impossible de retourner dans mon monde, parce qu’on ne vit pas comme dans Dragon Ball : On n’a pas une machine pour retourner directement dans un futur alternatif, et si celui-ci tente de rentrer en contact avec mon monde dans le même temps qu’ici (Alors en 2016-17)… selon mes souvenirs des lectures historiques, la première année de William Stryker était plutôt calme avant que tout commence à se dérégler par le déchirement des Vengeurs et le soutien populaire. Alors cela serait plutôt plat pour le pauvre démon. Après ma question, je reste silencieuse, voyant si celui-ci va retenter de me reposer des questions différentes.
FICHE © SINENOMINEVULGUS

_________________
avatar
Rachel A. Summers

Messages : 564
Date d'inscription : 01/02/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Summers, toujours hors des normes (Rachel)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum