Réminiscence

Aller en bas

Réminiscence

Message  Nyssa al Ghul le Mer 2 Nov 2016 - 11:35


Une nouvelle génération d’al Ghul va être formée, la Tête du Démon a prise la décision. Une fois de plus, c’est le sang de Jessica Drew qui fait l’espoir de Ra’s. C’est amer et agaçant même si c’est également témoin de ma réussite contre Talia puisque j’ai ma part dans les choses à venir, cette fois. Chacun d’entre nous aura la tutelle de l’un des enfants de cette nouvelle génération ; nous offrons à la Ligue des Assassins un équilibre que la Main n’a pu avoir et, que cela plaise ou non, il faut le conserver. Je comprends cela tout en apercevant d’autres possibilités, comme celle de simplement fragmenter plus encore les branches de notre Culte en démultipliant les leaders secondaires afin d’assurer à Ra’s al Ghul toujours plus de stabilité, mais me concentrerais sur ma tâche. Je dois non seulement démontrer que je suis capable d’avoir les capacités de mentor nécessaire à un maitre de la Ligue mais surtout je dois illustrer la faiblesse de ma sœur à travers nos apprentis. Un bon mentor est celui qui apprend à son élève à la dépasser, à devenir meilleur qu’il n’est, c’est ainsi que chaque génération devient meilleure que la précédente. Peu d’élèves de Ra’s ont réussi à le dépasser et je ne crois pas que Talia saura faire mieux. A moi d’y arriver. A moi de créer l’assassin qui me rendra obsolète.

La salle est grande et ancienne, ses murs de pierre éclairés par des flammes supportées par ses seuls mobiliers. Les ombres sont vacillantes, des échos s’y entendent, l’humidité souterraine s’y sent et j’y attends. Droite et une main tenant l’autre au niveau de mon bassin, je suis vêtue de ma tenue traditionnelle. La veste en molécules instables m’enserre le buste tandis que ses manches amples vont jusqu’à mes coudes et que ses lanières descendent jusqu’à mes chevilles. Sur elle, une armure de cuir protège la partie du buste ainsi que l’épaule exposée et une capuche est rabattue dans mon dos, légèrement au-dessus du carquois. Sous elle, des gants de cuir épais, un pantalon près du corps avec fourreau de dague et une ceinture accrochant un sabre court. Je clos les yeux et inspire par le nez.

J’ai demandé à ce qu’on me conduise mon futur apprenti. Voici deux ans que la Ligue commence à leur apprendre les bases du combat et de la stratégie auprès divers professeurs, tâchant de moderniser leur apprentissage,  et ils commencent enfin à s’exercer aux arts martiaux. Il faudra probablement cinq années de plus pour qu’ils puissent réellement suivre les enseignements des al Ghul mais je n’ai pas l’intention d’attendre cela. Quelques décennies plus tôt, je l’aurai sans doute trouvé trop jeune ; aujourd’hui, ça n’a plus la moindre importance. Jessica comme Talia sont parmi les rares membres de la Ligue à avoir commencé un entrainement aussi jeune et j’ai bien l’intention de pousser Beya au-delà, quitte à le mettre à part de sa fratrie ; être un al Ghul ne signifie pas pouvoir faire confiance aux autres, il devra apprendre cette leçon le plus tôt possible. Il a beaucoup à apprendre et il a tout autant à m’apprendre. Je suis lucide sur cet échange à venir. Toujours les yeux clos, j’expire par la bouche.

Mes lèvres se closent à nouveau alors que mes paupières s’ouvrent à l’entente de l’approche de pas. Je reste immobile alors que mon ordonnance accomplie la tâche que je lui ai confiée avant de se retirer silencieusement, closant les lourdes portes derrière lui. Mon immobilisme impassible ne change pas alors que j’observe Beya al Ghul dans sa jeunesse. Je dégluti doucement, perturbée de ce face à face que j’ai pourtant provoqué et qui n’est que le premier d’une longue série, et laisse encore de longs instants de silence avant de prendre la parole froidement.

Tu sais qui je suis. Tu sais ce que je vais devenir pour toi.

Les choses doivent être claires et froides, tant dans son esprit que dans le mien, afin que l’on reste concentrés dans notre objectif commun.

D’ici peu, tu envieras le laxisme dont bénéficient ton frère et ta sœur avec leurs mentors. Continuer à t’entrainer et progresser avec eux comme avec tes autres professeurs est ton choix. T’entrainer avec moi est ton devoir. Te surpasser est ton devoir. Me surpasser est ton devoir.

Décroisant mes mains, je me saisi de la dague le long de ma cuisse et la dégaine. Avançant jusqu’à Beya, je la place sur le plat de mes mains en guise d’offrande.

Nous saurons que tu as réussi, nous saurons que je n’ai plus rien à t’apprendre, le jour où tu me tueras. Tu essayeras aujourd’hui, non pour échouer mais pour me montrer ce dont tu es capable. Tu vas devenir le futur, Beya. Fais-moi croire en lui. Fais-moi croire en toi.

Lui laissant la dague, je me recule d’un pas en gardant les bras le long du corps et les paumes ouvertes afin de rester prête à me battre. Il aura l’initiative d’attaquer le premier et je resterais sur la défensive de manière à tester non seulement sa force et sa dextérité mais également son intelligence dans ses tentatives d’attaque et sa détermination à continuer. Je ne retournerai pas l’arme que je lui ai donnée contre lui, elle est symbole de ce que je peux lui apporter et la trahison n’en fait pas parti, mais le blesserai afin de le diminuer : à réduire sa force et sa dextérité, je mettrais en avant son intelligence et sa détermination. Je ne cherche pas à savoir qui, de son corps ou de sa volonté, lâchera le premier. Je veux voir jusqu’où il parvient à aller. Beya est le seul à avoir les réponses ou, s’il ne les a pas, nous les découvrirons ensemble.

_________________
Nyssa al Ghul
Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Messages rp : 11

avatar
Nyssa al Ghul

Messages : 89
Date d'inscription : 06/10/2016

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réminiscence

Message  Beya Al Ghul le Dim 8 Jan 2017 - 16:49


    Avant que les gouvernements essaient d’écrire les livres d’histoire pour chercher à être le bien pour leur peuple, quelques notes sont extrêmement importantes à noter dans les grandes lignes de chaque évolution autour du développement d’une Dynastie : Les Familles tombent sous un facteur politique important qui est la consistance d’un nombre beaucoup trop élevé d’héritiers pour le Royaume de cette fameuse Dynastie. À notre époque, il faut faire la part des évènements et des récits, nous ne sommes pas à une époque décadente où les milieux familiaux deviennent l’anarchie et le chaos dès que les évènements se bousculent à la porte de l’un de leurs nombreux châteaux. Ainsi, durant que les régimes politiques essaient d’enlever une partie des histoires de la dynastie par le manque de fiabilité des héritiers, quelques systèmes décident de rester avec ce système.

    C’est le cas avec les Familles de défenses anglais, appartenant aux traditions de la Ligue des Gentleman’s, où plusieurs groupes de mutants s’étaient organisés par des transitions pragmatiques selon les effets d’une société. La violence et les guerres n’étaient pas coutumes dans leurs traditions politiques, alors les Dynasties Anglaises préféraient surtout de suivre une noblesse de ne pas marquer leurs sangs avec des lames pour changer de dirigeant sécuritaire. Puis dans une autre tradition possible à trouver dans la formation des Dynasties, c’est dans la lignée des assassins et surtout dans la Ligue de l’Ombre.

    La Famille Al Ghul domine ce clan depuis pratiquement un millénaire, grâce au mystérieux pouvoir du chef de la Dynastie : Ra’s, le fameux démon arabique ayant autant frappé en Moyen-Orient que sur tous les autres continents possibles. Depuis son ascension jusqu’à l’ère de la modernité de la Ligue des Assassins, Ra’s restera le Maître de l’un des groupes révolutionnaires les plus importants, surtout en acceptant une alliance avec Magnéto, chef de la puissante Confrérie.

    Si hier, la puissance et l’influence de Ra’s n’étaient pas à douter, il restera une autre histoire à écrire : Celle de sa succession. Vivant dans un malaise historique évident et développé depuis plusieurs siècles, la progéniture et les étudiants de Ra’s pouvaient un jour revendiquer son trône par l’argument du temps ou encore en usant de violence aveugle. Filles, fils, petit-fils, petite-fille, beau-fils ou autres pouvaient prendre une place importante dans le leadership des prochaines années. La Main avait éclatée, une guerre tua plusieurs chefs importants et ce conflit avait amené la fin du Bushido pour une organisation aussi ennemie qu’honorable pour la Ligue : Celle du sang et de la désolation.

    Une nouvelle génération était établie, depuis longtemps, nos noms avaient été inscrits dans un but en particulier et nos temps se voulaient soit devenir des suiveurs d’un ancien ordre ou de devenir ceux qui allaient amener un nouvel ordre. Pour le respect d’équité, les trois sangs de Jessica Drew avaient été transférés à un Al Ghul différent. Nyssa allait donc devenir mon mentor pour les prochains mois et peut-être pour les prochaines années. Connue pour sa radicalité, elle correspond à un modèle souvent travesti de Ra’s par la peur de voir la Ligue tombée dans un état instable ne pouvant que perdre toute sa noblesse.

    Au-delà de la vision du Maître de la Ligue, la vision de Nyssa est primordiale pour la nouvelle modernité de notre organisation. Noyée par le désir d’être à son époque, il ne peut pas simplement se traverser par une seule vision, il faut être capable de travailler sur de multiples visions pour aller sur une véritable amélioration. Même gamin, je pouvais comprendre cette logique et ce traditionalisme que Nyssa conservait, pouvait être un instrument plutôt efficace au développement de notre organisation.

    Tant dans ses mots que le lieu ou l’arme, tout restait dans un traditionalisme des anciens codes, honorables, mais peut-être obsolètes pour certains. Cela l’était assez pour d’anciens alliés pour chercher d’autres alternatives comme visions. Arrivé dans ce grand lieu devant une Nyssa méditant, mes mains au dos, j’attends que celle-ci commence à parler par des idées plutôt simples. Un nom et un destin avaient été prononcés pour un symbolisme très important dans la tradition de ce que nous sommes.

    Nyssa choisissait ses mots par une réflexion de dépassement de tous, et même d’elle pour ma future évolution de notre organisation. Bénéficier est un grand mot, surtout avec les entraînements et les éducations qu’on nous offre. Son but n’était pas uniquement de la dépasser ou de me dépasser, je pouvais sentir que son but était aussi de dépasser le laxisme de Maissa et de Dalil dans leurs futurs enseignements. Me laissant une dague comme offrande, Nyssa continuait ensuite sur le combat et sur une réelle réussite venant d’abord par sa mort. Avant de commencer à l’attaquer, une réponse est venue par ses explications, son symbole et ses théories. Regardant la lame d’un œil, mes mots se présentaient comme une réponse, surtout à un passé non-oublié, mais essentiel pour nos ordres.


    « Présentation peut-être intéressante, mais vivant dans des traditions et un autre passé, agençant ainsi des idées et parfois des symboles importants pour le développement de notre organisation. Au cours des enseignements, il suffisait uniquement de voir comment la société avait changé pour savoir que nous avons changé. Tout ce que vous nous avez montré, était le changement et que notre destin était de refaire une organisation avec un nouveau visage, tout en gardant ce coté guerrier et noble que la société essaie d’enlever à l’être humain… »

    Je commence à me rapprocher de Nyssa avec la dague pour lancer quelques premières offensives facile à parer pour une assassin à son niveau… « Cependant notre organisation cherchant à être isoler des influences extérieures vivent avec une alliance, pour dénaturer les différents parfois les valeurs, en bien ou en mal. » Je cherche à être plus agressif avec la dague pour viser surtout les jambes et les bras. Je fais attention aussi pour préparer quelques esquives.

    « Et au cours de cette dénaturation, il suffit de comprendre un point de vue : Dans tout système de seigneurie du passé, les familles se déchiraient par la succession vu le nombre important d’héritiers. Les changements obligent notre organisation de changer tant dans le leadership que dans les moyens, et indirectement Talia, Maitre Ra’s et toi, vous avez créé un système à trois têtes. Sans le vouloir, vous venez de compléter une réforme qui va désigner les prochains leaders malgré tous les secrets de la Ligue. Je serai à la tête de la Ligue, mais accompagnés par Dalil et Maissa. Que cela soit avec la mort ou la soumission des trois actuels chefs de la Ligue. »

    Mes mouvements sont bien plus intenses après un moment, ne laissant aucun répit offensive à Nyssa, jouant surtout avec mon agilité vu ma morphologie complètement inférieure au niveau du poids ou encore des muscles. Le but est simple, malgré peut-être un échec dans les prochaines minutes : C’est de la mettre à genoux, que cela soit aujourd’hui ou demain…

_________________
avatar
Beya Al Ghul

Messages : 249
Date d'inscription : 07/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réminiscence

Message  Nyssa al Ghul le Jeu 12 Jan 2017 - 13:00


Je ne sais pas combien d’enfants ai-je vu grandir ou ai-je fournis à la Ligue pour qu’ils suivent un entrainement similaire à Beya. Ma mémoire est insuffisante à me rappeler de tous. Elle ne l’est cependant pas à me remémorer comment les choses se sont terminées pour mes descendants indirects. Sous ma froideur, le jeune garçon éveille des sentiments contradictoires dont l’ardeur n’est pas suffisante à me tourmenter mais doit paraitre. Beya al Ghul regarde l’arme qui lui est offerte et répond, me conduisant à serrer la gorge et à l’écouter raisonner au-delà de son âge. Les choses commencent d’inhabituelles façons mais la démonstration d’intelligence n’est pas dénigrée, quand bien même je m’attends à ce qu’elle prenne la forme d’une diversion.

J’appartiens au passé évoqué et ai été formée dans les traditions millénaires de la Ligue des Assassins, que j’y sois trop ancrée est une chose faisant partie des vérités me concernant mais qu’on en reconnaisse les valeurs est un bon point de départ. Nous avons changé du fait du changement de nos adversaires, nous adaptant à une nouvelle forme de société et parti-liant avec la Confrérie des Mutants pour faciliter nos transitions, oui ; cela n’entre cependant pas en conflit avec la préservation de nos codes historiques. Beya a conscience de nombreuses choses et son explication me fait sourire : s’il ne cherche à faire diversion, il cherche à me faire croire en lui par ses mots. Le nouveau visage de la Ligue des Assassins, conservant l’aspect guerrier et noble de celle-ci tout en changeant vers quelque chose adapté au monde moderne et à la quotidienneté de la super-sécurité.

Les attaques commencent doucement par intelligence, cherchant sans doute à me tester et justifiant que je n’esquive qu’au dernier moment afin de conserver une marge de progression tout en dissimulant mes propres facultés, mais Beya accomplit ses premières erreurs. Il continue son discourt, non pour me distraire mais pour le finir, et cela perturbe son souffle. Il est plus facile de penser que de parler et, au cœur d’un combat, mieux vaut se contenter du premier que se perturber du second ; tout est un outil et, s’il n’est pas utilisé comme tel, le discourt n’a rien à faire dans un affrontement.

Plusieurs fois, mon cadeau se rapproche dangereusement de mes protections mais, même s’il peut atteindre manches amples ou lanière, jamais il n’entre en contact avec ma peau. J’esquive et j’étudie tout autant que Beya attaque et étudie même s’il parle. Encore et toujours. Son esprit fonctionne simultanément à son corps mais chacun vaque à son occupation et j’ose espérer que tous deux composent avec ce qu’on leur a enseigné pour accomplir leur propre chemin malgré le jeune âge.

Le point de vue que le garçon me demande de comprendre me semble lui être personnel, comparant les fonctionnements qu’on lui a appris à ce que lui-même déduit d’observation plus que d’enseignement quand au milieu dans lequel il évolue. Beya me place à l’égale de Talia et de Ra’s, ne confirmant dans une lutte que je mène depuis la nécessaire de la première. Il pense le système comme déjà proche des réformes qu’il se voit accomplir lorsque son destin sera accompli. C’est un enfant et, comme tous les enfants, il imagine comment seront les choses lorsqu’il sera grand en se basant sur le microcosme qu’il connait. Son frère et sa sœur sont ce microcosme et l’écouter en parler fait réapparaitre brièvement mon sourire malgré une certaine pitié. Je comprends son sentiment mais dois le préparer aux dangers de sa pensée, de sa naïveté, de sa foi.

Néanmoins, je ne parle pas. Pas encore. Répondre maintenant serait m’approprier le désavantage qu’il c’est infligé en parlant alors même qu’il a fini de le faire et peut réguler au mieux sa respiration pour intensifier ses assauts profitant de son gabarit moindre. Cibler les jambes et les bras est une méthode valable, s’il taillade l’un de mes points vitaux il peut prétendre à me vider de mon sang rapidement en usant contre moi les battements accélérés de mon cœur ; si la carotide est hors de sa portée, les artères fémorale, ulnaire et radiale sont à sa portée. Et la dague permettra de passer au-travers des protections de poignet comme des molécules instables. Mais son objectif semble rapidement autre…

Beya ne veut pas me laisser le temps de répliquer mais cela n fonctionnera que sur le court terme puisque m’offrant l’étude de ses techniques et le fatiguant plus que moi. L’énergie de la jeunesse lui permettra de tenir longtemps dans son effort continu et je teste donc cela, confiante dans mon endurance supérieure de par les années de pratique. J’esquive, encore et toujours, observant et déduisant comme le garçon l’a lui-même fait.

Beya veut le côté guerrier et noble de l’être humain que la société lui fait perdre car c’est ce qu’on lui apprend. Beya veut un trio de pouvoir au sein de la Ligue des Assassins car c’est ce qui lui permettra de rester toujours au côté de Maissa et de Dalil. Beya veut la Ligue que cela soit avec la mort ou la soumission de ses prédécesseurs mais est-ce parce que c’est ce que ceux-ci attendent de lui ou parce qu’il est quelque chose de plus ancré en lui ?

Il est temps pour moi de le voir. Je n’ai pas souvenir d’avoir vaincu un enfant de sept ans par le passé mais Beya n’est pas un enfant de sept ans, c’est un al Ghul. Peut-être que je ne le hais pas encore mais je dois découvrir s’il me haïra un jour et s’il en fera de même pour Talia et Ra’s, tout comme je le fais. Ainsi donc commence-je à répliquer.

Beya vise les bras et je frappe des jambes, profitant de l’allonge comme de l’inattention. Beya vise les jambes et je frappe des bras, profitant de mon esquive pour me repositionner et contrer sa poursuite d’attaque. Je sais ses réflexes incroyables pour un humain, peut-être même surhumains, et ses évitements sont donc incomparables avec les autres étudiants qu’ils soient de son âge ou non. Sans doute seront-ils rapidement au-delà des mieux et je le lui souhaite.

Je ne dégaine pas plus mes armes que n’utilise la sienne contre lui car mains et pieds sont suffisants à frapper aux points faibles de son anatomie, ce que je me permets car consciente qu’il régénérera rapidement. Je ne tiens pas à en finir rapidement mais veut juger ses réactions face à la faiblesse grandissante garantie par la fatigue qu’il accumulera et les éventuels perte de souffle ou de sens que je lui imposerais si j’atteins son buste ou son crâne. Trouvera-t-il moteur dans la haine ou la détermination ? Luttera-t-il avec animosité ou mécanicité ? Comment réagira-t-il à ses limites ?

Qu’importe le temps que cela me prendra, je le découvrirais. Et ce n’est qu’une fois que le combat sera fini que je reprendrais ma pose initiale, ramenant mes mains contre moi pour me saisir l’une de l’autre. Si Beya termine à terre, il saura se relever seul une fois les douleurs disparues. Si Beya tient encore sur ses jambes sans pour autant être en capacité d’attaquer de nouveau, il saura se remettre plutôt que de pousser au-delà de ses forces et de s’effondrer. C’est un jeune garçon intelligent et il est temps de revenir sur les preuves de son intelligence.

Je prends une inspiration nasale avant de parler.

Ton corps et ton esprit sont vifs et l’usage que tu tends à en faire dépasse les leçons qui t’ont été fournies jusqu’ici. Néanmoins, quand tu te bats, tu te dois d’être pleinement au combat : à parler tu rallonges ton cycle de respiration et complique donc le soutien de ton corps à ta volonté. Ne le fait que si c’est nécessaire à gagner un avantage sur ton adversaire. Etait-ce là ton intention, en plus de m’exposer ton point de vue sur les choses ?

Je ne suis pas pédagogue et les seuls apprentis que je possède sont ces élus déjà entièrement formés et qui ont su devenir important à mes yeux. Malgré son intelligence, je crains que Beya n’ai pas la maturité à ce que je le traite ainsi et ne sais donc pas comment le traiter. Néanmoins, l’intransigeance ne saura lui être négative.

Tu as raison lorsque tu considères que Ra’s al Ghul ne peut bannir aucune de ses filles sans créer de schisme au sein de la Ligue des Assassins. Ce n’est cependant pas par volonté de réforme mais bien parce que nous nous sommes placées comme ses héritières et que nous avons des suivants nous préférant à lui. Cela étant, nous ne pouvons prendre sa place sans entrer en un conflit ouvert entre nous, quand bien même cela serait fait dans les règles de notre Culte.

Si mon père a trouvé tant de moyen de se maintenir en place, ce n’est pas pour l’équilibre de la Ligue. Néanmoins, il faut lui reconnaitre la tolérance dont il a fait preuve lorsque Talia et moi nous sommes construites au-delà des autres assassins ; je suppose bien que notre parallélisme l’a desservi puisque son favoritisme pour ma sœur a entrainée la défiance d’assassins et m’a permis de me renforcer à mon tour.

Peut-être ai-je tord mais je crois que la Tête du Démon t’a confié à moi car tu es le plus susceptible, au sein de ta fratrie, de sombrer dans la haine. Tu ne dois pas le faire sans quoi tu connaîtras similaire position à la mienne : l’entente modérée de Dalil et de Maissa entrera en conflit avec tes propres ambitions. Ra’s al Ghul n’a aucun risque à me placer à égalité avec Talia ou lui-même dans votre formation car le rapport de force ne changera pas avec votre nouvelle génération.

Quand bien même l’attachement que se portent Beya, Maissa et Dalil leur permettrait d’outrepasser le statu quo que Ra’s, Talia et moi rencontrons, Maissa et Dalil seront toujours plus proches l’un de l’autre qu’ils ne le seront de Beya tout comme Ra’s et Talia sont plus liés entre eux. J’ai la froideur de la haine pour me maintenir sur pied et lutter contre cela, résistant aux tentatives de marginalisation de ma sœur et obéissant à mon père, mais il ne faut pas croire que l’égalité se fera simplement en changeant de génération. L’avantage d’un trio est que l’on n’a pas besoin de l’unanimité.

Saches également que plus tu accordes d’importance à une personne et plus sa trahison te fera mal. Ne te fie jamais à un être parce qu’il partage des choses avec toi, surtout des choses qui vous dépassent tous deux comme le sang. Il faut apprendre à connaitre et à faire confiance, même pour des relations qui te semblent aussi naturelles que la famille.

Je ne peux parler pour son frère et sa sœur mais il me semble important que Beya se méfie de Ra’s, de Talia et de moi. Etre prêt à nous éliminer pour atteindre le but qu’on lui a fixé est une base mais cela doit être plus que les paroles d’un enfant. Et surtout, je ne veux pas qu’il connaisse similaire désillusion à la mienne.

_________________
Nyssa al Ghul
Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Messages rp : 11

avatar
Nyssa al Ghul

Messages : 89
Date d'inscription : 06/10/2016

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réminiscence

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum