The Power of Dog compels you !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

The Power of Dog compels you !

Message  Darryl Maywin le Mar 11 Oct 2016 - 15:08

Ce Flashback se déroule environ au mois de juin 2016.



The Power of Dog compels you !

Les aventures de Random & Doom


PREMIÈRE PARTIE

« Quand Darryl ouvrit la porte qui menait aux tunnels de San Francisco, la voix d’Ethan retentit de nouveau derrière lui. Il disait quelque chose à propos de ne pas oublier les croquettes et de ne pas être débile devant son père. Darryl leva les yeux au ciel, se retourna, attrapa le paquet de croquette qu’il lui apportait, et déposa rapidement ses lèvres sur celles de Oui-oui-cling. Il soupira en souriant, sans même tenter de lui dire quoique ce soit si ce n’est lever les yeux au ciel comme pour les dix fois précédentes où ils avaient eu cette conversation. Doom, le gros labrador noir, était déjà dans le tunnel de San Francisco, à renifler un coin de mur, et Darryl agita la main en guise de salut avant de refermer la porte qui menait au Manoir Dimensionnel.

Le couloir était sombre maintenant, alors Darryl alluma sa lampe torche. Il portait une veste de cuir brun par dessus un sweat shirt bordeaux, un vieux jean, et des chaussures de marche. La discrétion d’avoir des portes dimensionnelles dans les tunnels était géniale, mais il était désagréable de devoir marcher dans le noir et dans la saleté avant de sortir à l’air libre. La porte vers la surface n’était pas trop loin, et heureusement les souterrains étaient débarrassés de leurs anomalies depuis qu’il avait fait le ménage avec Raven et Garfield.

Il enfourna le paquet de croquette dans son sac à dos, puis se mit à marcher, tapant sur sa cuisse pour signaler à Doom, qui reniflait le sol avec excitation, de le suivre. La mission super importante de Darryl, c’était de ramener Doom chez le père d’Ethan. Ce dernier s’inquiétait pour son chien, malgré le fait qu’il l’adorait et ne voulait pas s’en séparer, mais il se doutait de plus en plus de la qualité de vie qu’il pouvait avoir à vivre dans la Dimension Y avec des mutants, des aliens, des chiens géants et des loups génétiquement modifiés et surtout Beast Boy… Darryl comprenait l’argument, il n’était pas forcément d’accord parce que malgré leurs premières rencontre particulières, il adorait Doom presque autant qu’Ethan, et il avait la sensation que c’était réciproque, le chien lui obéissant plus qu’à tout autre membre de la Young Force (mis à part son maître). Comme il avait du travail à faire à San Francisco, alors il avait proposé d’emprunter l’un des portails du Manoir pour le rendre à son… beau-père… Darryl et Ethan n’était pas ensemble depuis longtemps. Deux mois. Mais il allait rencontrer un membre de sa famille, et il essayait de taire l’angoisse qui naissait dans son ventre. On pouvait être prêt à affronter des mafieux armés de fusils, des monstres des égouts et une superblondasse aussi dangereuse qu’un char d’assaut, mais toujours avoir peur de rencontrer le père de son petit copain. Il n’avait même pas pensé à demander si le père d’Ethan était au courant, et à cette pensée un frisson lui remonta le dos avec nausée. Oh seigneur Clark Kent qui êtes au Daily Planet, que vos pectoraux musclés soient sanctifiés, protégez-nous du mal et de l’humiliation…

Enfin, avant de se rendre chez Papa d’Ethan, il devait rencontrer son indicateur. Il avait reçu un message il y avait quelques temps de The Hoax, stipulant que la succursale de Cadmus sur San Francisco avait engagé, sous un faux nom, nulle autre que le Professeur Evolve. Ce qui était suffisant pour que Darryl s’inquiète. Il avait vu ce que Cadmus pouvait faire, et il avait vu ce que le Professeur Evolve était capable de produire, et il n’aimait pas qu’ils se soient associés. Il devait vérifier si c’était vrai. The Hoax, son informateur, avait été un mystérieux allié depuis ses tout débuts. Il ne l’avait vu qu’une fois. C’était une femme assez âgée, apparemment détective privée, qui l’avait aidée quelques fois en lui donnant des informations dans sa dernière année d’héroïsme solitaire, avant de rejoindre la Young Force. C’était la première fois qu’elle le recontactait après deux ans, et il était curieux de savoir ce qu’elle avait à dire… et si elle pouvait prouver que le Professeur Evolve travaillait vraiment pour Cadmus.

Après avoir regagné la surface, toujours suivi d’un Doom absolument ravit de cette balade, il suivit les indications que lui avait donné the Hoax pour se rejoindre. La nuit était claire, il se trouvait dans les petits quartiers, à mi-chemin du centre-ville, et retrouvait les sensations nostalgiques de cette ville qui l’avait vu grandir. Il arriva finalement au point de rendez-vous, un vieil immeuble de quatre étage, apparemment un squat… et il devait aller sur le toit.

Sérieusement, pourquoi les superhéros et les toits avaient cette relation ? Ils adoraient les toits d’immeubles. C’était pas pratique, ni pour se déplacer ni pour y accéder, mais c’était vraiment le nec plus ultra du superhéroïsme. Surtout le superhéroïsme dark. Il fallait un toit, de la nuit, de la pluie si possible (mais généralement ça voulait dire que ça se finirait mal, heureusement il ne pleuvait pas). Darryl n’avait jamais trop compris ce qui attirait les superhéros et les toits, mais il se prêtait à la mode éculée sans rechigner. Ça faisait partie du métier. Alors il grimpa les quatre étages. C’était fatigant. Sérieusement, même Doom soufflait comme un pauvre perdu après les trois premiers, c’était bien moins compliqué de se rencontrer dans une ruelle sombre, et tout aussi dark… les héros étaient tous de grandes drama queen fan de mise en scène… mais il arriva finalement sur le toit, où, comble du théâtrale, se découpait la silhouette de Hoax dans le noir de la nuit. Enfin, pas vraiment, parce qu’il y avait une petite lumière sur ce toit, au dessus de la porte qui permettait d’y accéder, et il pouvait la distinguer sûrement un peu mieux que ce qu’elle aurait voulu. Hoax était une femme qui devait avoir la quarantaine. Elle voulait se donner un air sérieux, mais elle était assez maladroite en fait. Si elle avait été plus jeune, elle aurait pu intégrer la Young Force. De taille moyenne, environ 1m70, elle avait revêtu un vieux trench coat noir, histoire de faire encore plus détective, mais portait sous ce dernier une chemise colorée de fleurs hawaïennes et un pantalon pattes d’eph’. Mais ce que Darryl préférait chez elle, c’était sa coupe afro. Pas une gigantesque coupe afro, mais une de ces coupes extrêmement danse et ronde, comme si elle sortait des années 70.. remarque, vu son âge, elle avait du y vivre sa jeunesse ou son enfance.

« Yoh »

« Tu es en retard, Random »

« Désolé, Doom ici présent a voulu faire un détour pipi »

« Ce chien... t'es sur qu'il est pas sur écoute ? »

« Pardon ? »

Sans réponse, Hoax s’avança vers lui et Doom, et sortit une loupe à verre rond de sa veste, avec laquelle elle les scruta tout les deux rapidement.

« Rien de caché, très bien. Écoute, voilà ce que j’ai découvert. De nombreuses armes étrange ont commencé à apparaître depuis une ou deux semaines. À force d’enquête j’ai découvert qu’on pouvait remonter leur trace jusqu’à Cadmus. J’ai un peu fouillé, et découvert ceci. »

Elle sortit de sa veste une feuille de contrat de Cadmus pour une certaine Janyce Voorens.

« Oui… »

Esquissa Darryl, perplexe, et commençant à se dire qu’il perdait son temps. Mais Hoax repris sa loupe et la passa devant le papier. À travers la loupe, le nom de Janyce Voorens changeait pour devenir “Isabella Lester“ : le nom véritable du Professeur Evolve. Darryl leva un sourcil perplexe et surpris, ce demandant surtout ce qu’était cette étrange loupe.

« Euh… ta loupe là ? »

« Magique. Elle révèle les vérités dissimulés, les secrets et les choses cachées ou perdues »

« Oh… Donc… Le Professeur Evolve travaille réellement pour Cadmus »

« Oui, et surtout, regarde ça »

Plongeant de nouveau la main dans la poche de son trench coat, Hoax en sortit (sa veste devait aussi être magique pour contenir autant de chose) une sorte de mitraillette d’os et de chair, recouverte d’épines tranchantes de grande taille. Darryl avait déjà vu ça. C’était l’une des armes utilisée par les mercenaires du Professeur Evolve, il y avait à peu près deux ans de cela. Une arme organique qui reproduisait les pouvoirs d’une de ses formes, Scaleblade. Le sang lui monta au cerveau. Le Professeur Evolve avait continué ses recherches, elle avait continué à utiliser et dénaturer ses pouvoirs pour se faire du profit, acquérir du pouvoirs et maintenant, elle les vendaient même à des gangs et encourageait la violence. Darryl était dégouté. C’était un peu comme si une extension de lui avait commis des meurtres. Il était rare qu’il soit en colère, mais dans ce genre de cas, il n’essayait même pas de se retenir. Le Professeur Evolve allait payer.

« Où es-t’elle ? »

« Attends attends… déjà, je ne l’ai jamais vu entrer ou sortir de Cadmus, ce qui veut dire que soit elle n’y ai plus, soit elle y vit. »

« Possible, Cadmus aime bien faire des extensions souterraines… »

« Ensuite, tu comptes faire quoi ? La tuer ? Je sais bien que tu ne fais pas ce genre de chose. Et contrairement à la dernière fois qu’elle t’as attaqué, elle ne sera pas en plein jour, devant les médias. Tu ne pourras pas démanteler Cadmus à toi tout seul, ils ont trop de pouvoirs, trop d’implications. Le seul moyen, c’est de détruire leur projet, et si tu trouves le Professeur, on pourra l’amener à la police car c’est une fugitive, mais Cadmus pourrait continuer son travail. »

« Tu proposes quoi ? »

« On fait tout sauter. »

« Pardon ? »

« Oui, on fait tout sauter, ce soir, maintenant. »

« QUOI ! »

« BEH OUI ! MAIS TU … faut pas crier, on est des êtres discrets de la nuit… tu crois quoi, que je t’ai contacté pour faire la parlotte après deux ans ? Non, j’ai besoin de toi, du héros ! De ton aide ! Il faut qu’on puisse s’introduire, brûler ses recherches, détruire son travail, ou sa marchandise va se répandre en dehors de San Francisco. »

« Meuf… tu te rends compte qu’il existe un truc qui s’appelle Internet ? Brûler du papier ça détruit pas les recherches de nos jours… »

« … »

« … »

« … alors on casse tout pour les ralentir, attirer l’attention et se défouler ? »

« Ça me va. » »

_________________


* Troll Patrol *
Le grand playboy des fonds marins
avatar
Darryl Maywin

Messages : 509
Date d'inscription : 27/10/2014
Age : 29
Localisation : Manoir Dimensionnel (Young Force)

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: The Power of Dog compels you !

Message  Darryl Maywin le Mar 11 Oct 2016 - 18:05


The Power of Dog compels you !

Les aventures de Random & Doom


DEUXIÈME PARTIE

« Darrylet Hoax arrivèrent bien vite, après être redescendus de leur toit dark, devant l’entrée du bâtiment des laboratoires Cadmus. Il ne semblait pas y avoir qui que ce soit à l’intérieur, mais il y avait une lourde porte en métal. Hoax leva sa loupe et regarda à travers, semblant scruter le bâtiment, avant de confirmer que de cette distance elle ne semblait pas percevoir de gardiens, mais il y avait en revanche de nombreuses alarmes. Elle expliqua que la première fois qu’elle était entrée, c’était de jour, en utilisant une couverture de demandeuse d’emploi et quelques tours de passe-passe pour fouiller rapidement, mais elle n’avait aucune idée de la manière dont il pourrait entrer de nuit.

« Laissons faire la chance »

Dit Darryl en lui souriant. Il avait enfilé son costume dans l’immeuble avant de reprendre la route et mis toutes ses affaires dans son sac. Ils avaient pris la voiture de Hoax, dans laquelle il avait laissé ses affaire et Doom, attaché avec une fenêtre ouverte et des croquettes. Darryl se releva (comme tout les héros, ils étaient accroupis au coin d’une rue, parce que tout le monde sait qu’on est plus discret quand on est accroupis). Il s’éloigna un peu de Hoax par précaution et activa son pouvoir. Les lignes de son costume se mirent à lui brièvement et son corps se métamorphosa, se mit à rétrécir jusqu’à prendre l’apparence d’un petit humanoïde de 70 cm de haut, avec deux gros yeux turquoises sur les côtés de sa tête et une mèche de cheveux roux. Autour de sa tête flottait de grosses boules de chair, environ de la même taille que son crâne. Hoax se releva de surprise, mais mis bien vite ses mains sur ses hanches avec un air perplexe.

« Ça va nous aider, ça ? »

« Ça, ma grande, c’est Arm-Aggedon, et crois-moi… »

Il plissa les yeux et sembla forcer un peu, et les boules de chair se mirent à grandir, grossir, jusqu’à prendra la forme de deux gigantesques bras aux muscles torsadés et saillants, aussi grands qu’un être humain, et dotés de mains gigantesques.

Spoiler:

« Il a du punch ! »

« … mec, t’es aussi nul pour donner des noms que pour les punchline, tu devrais avoir un agent de communication ou je sais pas quoi… »

« C’est le style Young Force. La porte, elle est relié à une alarme je parie… »

Elle jeta un coup d’œil de vérification à travers sa loupe magique vers l’entrée.

« Ouep… ça va pas nous aider de… »

« LEEEEEEEEEEROOOOOOOY JEEEEEEEENKIIIIIIIIIIIINS ! »

Darryl avait appris une chose de son ami Connor : quand il n’y avait pas de solution subtile évidente, c’est parfois qu’il valait mieux ne pas s’en soucier. Son petit corps se mit à courir à travers la rue vers la porte, ses énormes bras flottant au dessus de lui sans donner l’impression de lui coûter le moindre effort. Mais en fait, son cri dura un peu plus longtemps que prévu, parce que ses petites jambes ne lui permettaient pas de courir bien vite, et il prit un peu trop de temps à jusqu’à la porte. Quand il fut à la hauteur de cette dernière cependant, il pu mettre en œuvre tout l’intérêt d’Arm-Aggedon. Il ne savait pas si il avait découvert toutes ses formes, mais depuis que la nouvelle salle d’entrainement du Manoir Dimensionnel était Darryl-proof (ou plutôt Young-Force-proof) il avait découvert un grand nombre d’entre elle et avait pu essayer leurs capacités. Et ce qu’il avait découvert avec Arm-Aggedon, c’est que ce petit corps était fragile, plus fragile que sa forme humaine. Mais ces bras…

Ces bras pouvaient éclater le score de Cassie et Connor réunit et soulever 80 tonnes.

Son bras géant droit plongea vers la porte d’acier et enfonça ses doigts dedans avant de la froisser comme du papier dans un hurlement de métal et de l’arracher de ses gonds. C’était le moment pour une catch phrase intense.

« Sésame… Retourne chez ta mère ! »

Et il lacha la porte d’un air classe et professionnelle, cette dernière tombant sur le trottoir avec fracas. En parlant de fracas, il s’attendait à entendre une alarme, quelque chose, un son de sirène. Il avait déjà prévu de parler aux policiers qui débarqueraient en se présentant comme un membre de la Young Force et pour les enjoindre à découvrir avec lui les terribles secrets de Cadmus, qu’importe ce qu’en avait dit Hoax… mais il fut déçu de ne rien entendre. Et Hoax, qui arriva à ses côtés avec un air halluciné, semblait non moins angoissée, fixant le bâtiment de sa loupe.

« Tu m’as dit qu’il y aurait des alarmes. »

« Les alarmes sont activés, mais… peut-être une alarme silencieuse directement au commissariat… ou alors ils ont un système de sécurité personnel. Pas le genre d’information que j’ai pu récupérer… et pas le genre que j’aurais voulu tester. »

Termina-t’elle avec une colère froide.

« Connaissant Cadmus, ils ont leur propre système de sécurité… T’as pas peur des gnomes ? »

Hoax leva un sourcil et se contenta d’entrer dans le bâtiment en soufflant, et Darryl la suivit en essayant de faire passer ses bras par l’embrasure et de ne rien dévaster sur son passage… avant de se rappeler qu’il pouvait simplement les résorber sous formes de boules. Ils se mirent ensuite à fouiller les lieux. Darryl trouva un ascenseur. C’était ça qui l’avait conduit à Connor la dernière fois. Utilisant sa force herculéenne, il ouvrit les portes coulissantes sans mal… mais rien dans l’ascenseur ne semblait indiquer qu’il puisse conduire sous terre, et même la trappe n’ouvrait à vrai dire que sur du sol en béton. Il était à vrai dire rassuré. Les ascenseurs de Cadmus était un peu sa kryptonite, ces saloperies avaient failli le tuer deux fois en quelques minutes la dernière fois… Il tenta de retrouver Hoax, mais cette dernière n’était apparemment pas habituée au travail d’équipe. Néanmoins, elle l’appela après quelques instants… depuis la cage d’escalier. Avançant jusqu’à elle dans la pénombre en utilisant la fonction luminescente de son logo pour éclairer sa route, il la rejoignit un étage en dessous… l’escalier, c’était si simple ? Il descendait dans une grande pièce, déchira une autre porte, et ils découvrirent un genre de garage qui semblait conduire plus loin, sûrement pour déposer les produits incognito via une entrée secrète située plus loin. On retrouvait par la suite un tunnel assez large et haut de plafond qui descendait en pente douce, agrémenté à son entrée d’élévateurs et de chariots.

Hoax sembla se diriger vers là avec assurance, alors il lui emboita le pas. Ils arrivèrent dans un couloir avec une série de portes larges, quand elle se figea soudain, sortit un pistolet et commença à faire feu. Darryl se rapprocha en courant pour voir foncer vers eux des G-Elfes. Ils avaient déjà affrontés ces espèces de petits singes de guerre digne du magicien d’Oz la première fois… sauf que la première fois, ils n’étaient pas dotés de membranes pour planer, ne volait pas, et n’avaient pas d’épines sur le dos. Des épines qu’ils envoyaient dans leur direction.

Les bras géant de Darryl se déployèrent immédiatement et il les mit devant eux comme la garde d’un boxer, formant un bouclier de muscles suffisamment solides pour résister à une pression de 80 tonnes. Les épines acérées ricochèrent sur sa garde en entaillant sa peau et se fichèrent dans le mur, et Hoax en profita pour ouvrir la porte la plus proche d’un coup de pied et se ruer à l’intérieur. Parfait, elle n’allait pas le déranger face aux singes volants de la vilaine sorcière de l’ouest (aka Pr Evolve). Ils étaient une demi-douzaine, rapides, agiles, et étaient déjà au corps à corps, esquivant ses coups qui faisaient trembler tout le bâtiments, tentant d’accéder à son petit corps. L’avantage, c’était que la force gravitationnelle qui lui permettait de faire bouger ses bras par la pensée lui permettait aussi de faire bouger son corps avec une grande agilité si il prenait appuis sur ces derniers. Et deuxième avantage : n’étant pas relié à son corps, ils avaient une mobilité parfaite autour de sa tête. Ils allaient goûter à la tornade de la fin du monde.

Ses bras se mirent à tournoyer autour de son crâne comme des pales d’hélicoptère de plus en plus vite, le transformant en véritable tourniquet de violence. Trois d’entre eux furent immédiatement frappés par son attaque à 360°, plaqués contre les murs, retombant au sol le corps brisé. Deux autres tentèrent d’esquiver en volant, mais la puissance du rotors-darryl provoquait des modifications aériennes qui perturbait leur capacité à planer, les faisant tomber dans son attaque. Il ne prenait aucun plaisir à blesser ces créatures, esclaves qu’elles étaient des scientifiques qui les avaient créés, mais il n’éprouvait pour autant aucun remord. Il savait qu’elles n’étaient guère plus que des armes, tant dans leur conception que dans leurs capacités cognitives. Il n’en restait plus qu’une, qui se tenait plus loin, prudent. Darryl stoppa son mouvement tournoyant, se préparant à en finir avec lui… quand son corps commença à redevenir humain. Voyant la métamorphose s’opérer, la créature se jeta dans sa direction, et il eût tout juste le temps de rouler pour esquiver sa voler d’épine avant qu’elle ne soit sur lui.

Darryl s’était entraîné à survivre sous sa forme humaine. Cela ne voulait pas dire qu’il était un grand combattant, mais il avait subis (c’était le mot) des entrainements avec Kate et Kassandra pour se débrouiller dans ce genre de situation. Mais il avait appris à affronter des humains, pas des monstres. La créature le griffa au torse avant qu’il ne l’expulse d’un coup de pied, mais l’agilité de son adversaire le dépassait complètement, et ils roulèrent au sol, Darryl tentant de rester loin de ses griffes et de ses crocs. Alors qu’il s’apprêtait à appeler Hoax, une forme noire se jeta sur la bête, la saisissant à la gorge. Darryl se redressa immédiatement, courut vers les deux créatures en plein combat et exécuta une magnifique corde à linge dans la tête de son ennemi, remerciant Cassie dans son esprit. Le corps de la bestiole s’envola sur une petite distance, son poids étant inférieur à celui d’un humain, et resta au sol. Il observa que la bête avait sûrement été mélangé avec les empreintes génétiques de deux de ses formes, Jetback et Scaleblade, et le même dégoût nauséeux qui l’avait saisis à la vue de l’arme s’empara de lui.

Doom, légèrement griffé, regarda Darryl avec des yeux remplie d’une fierté et d’un bonheur absolus. À son cou il y avait encore la laisse avec laquelle ils l’avaient attaché au volant. Le nœud avait du céder sous les assauts de l’animal. Mais Darryl n’aurait jamais pensé être aussi heureux de le prendre en flagrant délit de désobéissance. Il gratifia le labrador noir du plus gros câlin qu’il n’avait jamais reçu. Il se rendait cependant compte qu’il n’allait pas pouvoir continuer cette opération avec Doom. Il ne voulait pas risquer qu’il soit blessé. Il ne pouvait pas tout simplement. Ethan allait le tuer, ou demander à Raven de le torturer avec les muppets ou téléchat ! Il devait retrouver Hoax et sortir Doom d’ici au plus vite. Il intima au chien de le suivre et s’engouffra dans la pièce suivante. C’était un laboratoire remplie de cuves, comme tout les laboratoires de méchants, où flottaient des embryons de G-nome, sur lesquelles il distingua les mots «G-remlins», «G-Lutin» et «G-Dragon». Hoax se tenait là, immobile. Sérieux, elle aurait pas pu venir l’aid…

avant qu’il n’ait le temps de réfléchir plus avant, ou de lui adresser la parole, Hoax se retourna vers lui en lui assenant un coup de poing dans l’épaule qui fut suffisamment puissant pour l’envoyer voler contre le mur au dessus d’une table. Son souffle fut coupé instantanément, et autant dire qu’il n’eut pas le temps d’être surpris ou de se demande pourquoi, alors qu’il retombait lourdement sur la paillasse de laborantin en dessous de lui, brisant sous son corps des tubes à essais et des beschers. Il entendit les aboiements de Doom comme si on lui avait mit du coton dans les oreilles, mais il ne put réagir à temps. Le chien d’Ethan se jeta sur Hoax, qui l’attrapa d’un geste froid et mécanique avant de le balancer dans les cuves, enterrant l’animal sous un monceau de verre, d’appareils électriques et de liquides grésillant. Tentant de se relever, il distingua celle qu’il croyait être sa coéquipière se rapprochant de lui, et avant d’avoir pu ouvrir la bouche, elle lui attrapa la tête et la claqua sur la table.

Black out.
»


Dernière édition par Darryl Maywin le Mer 12 Oct 2016 - 15:47, édité 1 fois

_________________


* Troll Patrol *
Le grand playboy des fonds marins
avatar
Darryl Maywin

Messages : 509
Date d'inscription : 27/10/2014
Age : 29
Localisation : Manoir Dimensionnel (Young Force)

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: The Power of Dog compels you !

Message  Darryl Maywin le Mer 12 Oct 2016 - 15:41


The Power of Dog compels you !

Les aventures de Random & Doom


TROISIÈME PARTIE

« L’éveil de Darryl commença par une douleur au poignet. C’était la première sensation qui perça dans l’obscurité de son esprit, et de sa vision. Ses épaules le lançait, et alors que la conscience de son corps s’étendait parallèlement à sa reprise de conscience, de multiples zones de souffrances s’éveillaient sur son torse, son dos et son crâne. Perçant les volutes embrumés des rêves aveugles dans lesquels il était resté piégé pour un temps indéfini, il mit toute sa volonté dans la simple action d’ouvrir ses yeux. Le monde était d’abord flou. Il y avait de la lumière, des sons, comme de voix lointaines. Il avait du mal à relever la tête, et il comprit que son corps était attaché par les poignets à un genre de chevalet. Tu parles d’une figure christique. Sa mâchoire le lançait énormément. En fait, il avait l’impression de n’être qu’un amas endoloris. Finalement, une silhouette sembla s’approcher de lui, et à mesure qu’elle se rapprochait, il pouvait la distinguer et mieux entendre sa voix.

« …aywin… veillé… vez mal à… otre tête ? Je crois que oui, vous n’avez pas l’air très en forme. Quelle dommage, alors que pour la première fois je vous ai à ma disposition, vous n’êtes pas assez éveillé pour réaliser mon succès »

« …éch…ante… iché… »

Articula difficilement Darryl.

« Pardon ? »

« Vous… êtes une méchante… tellement cliché… »

Le visage du Professeur Evolve lui apparaissait plus clairement désormais. Ses longs cheveux noir, son visage de cinquantenaire folle, sa tenue de laborantine, et le petit G-nome qu’elle avait sur l’épaule. Il avait déjà rencontré ce type, qui pouvait relayer des informations télépathiques. Elle lui tapota la joue, et si il n’avait pas eût si mal au visage, il aurait levé les yeux au ciel tellement fort qu’ils seraient sortis de ses orbites. La pièce dans laquelle il se trouvait ressemblait à un grand laboratoire, avec plein de machines dignes d’un laboratoire maléfique, qui faisait des bleep, des bloop, des shebam et des wizz. Il était accroché à une sorte de structure métallique de scientifique fou classique, en cercle, ses jambes et ses poignes étant pris dans de gros tubes d’acier, et plus qu’une crucifixion, on aurait dit l’Homme de Vitruve. La première chose qu’il vérifia fut l’intégrité de son costume. Le Professeur Evolve, comme une cougar maléfique, avait la mauvaise habitude de le déshabiller lors de leurs rencontres. Mais pour une fois, son costume était là… recouvert de fils et d’électrodes. Il en avait aussi sur le cou, sur le visage, et apparemment dans le dos et la nuque. Du regard, il remarqua aussi la traitresse, Hoax, qui restait immobile dans un coin. La colère qu’il ressentit à ce moment devait transparaître dans son regard, car le Professeur Evolve jeta un regard entre elle et lui avant de lui faire un petit sourire de sa bouche, recouverte d’un violet à lèvre du plus mauvais goût.

« Oh, tu ne devrais pas en vouloir à cette pauvre femme… elle n’était pas elle-même. »

Elle se tourna vers Hoax, et les cornes du G-nome qui se trouvaient sur son épaule se mirent à luire. Hoax se tourna dos à eux instantanément et retira son trench coat, révélant un petit G-nome à pattes d’araignées implanté dans son dos. Darryl reconnut immédiatement la ressemblance avec une de ses transformations, Symbiote, qui non seulement permettait de contrôler un hôte, mais de décupler sa force et ses capacités… ce qui expliquait la force qu’elle avait pu démontrer lorsqu’elle l’avait… et bien… exploser contre le mur avant de lui fracasser la tête sur une table. Il aurait tout donné pour un miroir, quoiqu’il redoutait ce qu’il y verrait.

« Nous avons découvert Mme White, aka the Hoax, dans nos locaux alors qu’elle s’était introduite et semblait rechercher des informations sur nous. Grâce à notre nouvelle génération de G-nome, merci à toi d’ailleurs, nous avons très vite appris la relation qu’elle entretenait avec toi il y a deux ans. Et j’ai décidé d’utiliser ça à notre avantage. »

Elle fit signe à Hoax de venir vers elle.

« Elle a été essentielle dans mon plan pour te ramener à moi. Il me fallait quelqu’un en qui tu aurais confiance, mais que tu voudrais rencontrer sans tes petits camarades de la Young Force. Ensuite, il a suffit de t’amener ici, de t’obliger sans difficulté à utiliser une de tes transformations, inédite par ailleurs, et d’attendre qu’elle se termine. Dans le laps de temps où tu redeviens un vulnérable petit humain ordinaire, nous n’avions plus qu’à te… cueillir. Et tu étais déjà à domicile . »

Darryl ravala sa colère, et sa salive, qui avait un arrière-goût de sang d’ailleurs. C’était une très maigre consolation de savoir que Hoax, qui retournait désormais à sa place, ne l’avait pas réellement trahis. Ce qu’il ne comprenait pas, outre le fait que le Professeur Evolve avait toujours besoin de faire des monologues maléfiques, c’était pourquoi elle avait autant besoin de lui. Après tout, elle s’était toujours débrouillé pour synthétiser ses pouvoirs à partir des échantillons qu’il laissait derrière lui, et qu’elle ramassait comme une charognarde. Pourquoi risquer qu’il vienne jusque dans son laboratoire ? et risquer l’intervention de ses alliés, qui, bien qu’elle en ait calculé la probabilité comme faible, ce qui était vrai, restait une possibilité.

Le Professeur Evolve fit un signe vers une zone qu’il ne pouvait pas voir, et trois G-elfes vinrent dans son champ de vision en poussant une autre structure de métal, similaire à la sienne. Sur cette dernière était harnaché un humanoïde d’un noir de jais, sans visage apparent, dans une matière qui lui était étrangement familière, et parcouru de lignes rouges similaires à celles de son costume. Au lieu de son logo se trouvait un autre symbole, ressemblant à un E et un 3 stylisés. On aurait dit son costume en version Sith.

Spoiler:


« O…m…g… t’as fait un clone maléfique ? Sérieusement ? T’as rien trouvé de plus original que de faire un clone maléfique ? »

« Idiot, qui voudrait cloner ta tronche d’Asgardien allégée. C’est un clone de ton costume ! »

« Un… woh, alors là, chapeau, c’est inédit. Stupide et inédit. Très original ! »

Elle ne sembla pas l’écouter et continua sur sa lancée.

« Voici l’Evoltron 3, “E3“ en raccourcis, où comme j’aime l’appeler… Darkyl… »

« C’est le pire jour de ma vie, t’es pire que moi pour donner des noms… »

« Darkyl est… »

« Non s’il te plait, arrête de l’appeler comme ça, rire me fait mal partout »

« je disais donc, DARKYL est mon chef-d’œuvre, un polymère intelligent, mélange de mes propres recherches, du potentiel que m’a offert Cadmus, et de lambeaux d’Adaptoïde. Je vais directement charger en lui toutes tes capacités, celles enregistrées par ton costume ou celles qui se trouvent dans ton corps et que tu ne connais pas encore, et ensuite je pourrais… »

« Disposer de moi oui oui ça va je suis pas idiot, si tu me racontes tout ça c’est que je suis pas censé en sortir vivant… »

Alors qu’il prononçait cette phrase, bien qu’elle était censée revêtir un aspect comique, une terrible angoisse lui serra les entrailles. Il faisait le brave, mais il n’avait jamais été dans ce genre de situation. Jamais aussi critique. Personne ne savait où il était, il n’avait aucun allié et il était épuisé. Trois choses qui n’était pas le cas même quand il avait affronté Cadmus ou Carol Danvers. C’était peut-être le plus grand danger dans lequel il s’était retrouvé, et c’était cette parodie de vilaine des années 60 qui l’avait mise dedans. C’était ça, le plus douloureux. Ça et l’idée qu’il n’allait peut-être pas revoir le sourire d’Ethan, les éclats de violence de Cassie, la tronche de cake de Connor, la sérénité de Megan, la bouille de Kamala, danser avec Éloïse, s’entraîner avec Kaldur, partager un sourire gêner avec Raven, une bière avec Billy, un facepalm avec Suzie, ou s’énerver contre Garfield. Mon dieu, il aurait rêvé de voir débarquer un énorme T-rex vert.

Il tenta de forcer sur ses menottes géantes, mais même avec un flashback sur la force de l’amitié, la réalité du métal qui lui serrait les avant-bras était trop solide. Le Professeur Evolve faisait des réglages, connecta les fils qu’il avait sur le corps à celui de ce “Darkyl“, et commença à appuyer sur des boutons, comme font tout les méchants. Ils appuient sur des boutons, bip bip bip, et paf, ça ferait des chocapics. Des chocapics métamorphes maléfiques.

« Inutile de dire que ça va être douloureux. »

Lança-t’elle avant d’appuyer sur le gros bouton rouge. Enfin, il supposait que c’était le gros bouton rouge, il ne l’avait pas vu, mais c’était toujours un gros bouton rouge qui finalisait les réglages. Et étant donné la douleur qui commença à lui parcourir le corps de part en part, au point qu’il n’arrivait pas à crier, sa mâchoire se crispant à s’en briser les dents, il était évident que la phase finale était enclenchée.

Il ne perdit pas vraiment conscience. C’était simplement trop difficile de se concentrer sur autre chose que la douleur. Dans les films, le héros arrive toujours à surmonter la douleur pour faire quelque chose. Mais le héros a une volonté de fer, et un entraînement para-militaire. Darryl avait un diplôme de journaliste, et sa volonté était normale, il avait simplement des idéaux et de l’honneur.

Il sentit que son corps se mettait à trembler de manière incontrôlable, et la douleur se mit alors à diminuer.

« On va faire ça en plusieurs temps, laissons ton corps récupérer, il ne faudrait pas que tu meurs avant qu’on est finit. »

« J’ai… un petit copain… »

Articula Darryl en soufflant.

« C’est très bien, bravo, allez… »

Et la douleur revint, pendant un temps qu’il n’aurait pas sut calculer, transperçant son corps comme un courant électrique. C’était toujours des courants électriques. Les méchants adorent l’électricité. Pour drainer des pouvoirs, on utilise que l’électricité. Le feu, la glace, la morve, bizarrement ça ne représente pas le “drainage“. Il détestait les scientifiques. Et la douleur s’arrêta de nouveau.

« Lien… empathique… »

Réussit-il à murmurer avec un petit rire. Il ne savait pas d’où ce petit rire pouvait sortir. Il ne pensait pas en avoir encore à l’intérieur de lui. Mais cette phrase sembla faire son effet, car le Professeur Evolve prit un air un peu plus paniqué. Elle chuchota un ordre au G-nome télépathe sur son épaule, et les cornes de ce dernier se mirent à luire alors qu’il le scannait.

« Saloperie »

Laissa-t’elle siffler entre ses dents, semblant avoir réaliser ce qu’il voulait dire. Elle l’air bien moins confiante maintenant, et Darryl se serrait presque foutu de sa gueule si il avait pu. Mais avant même qu’il puisse tenter de rassembler la force, il vit le Professeur Evolve regarder par dessus son épaule avec un air perplexe.

« Mais que fait ce chien ici ? »

Sa phrase fut suivie d’un laser rouge qui traversa la salle en emportant dans son sillage un G-Elfe posé près de Darryl, l’envoyant percuter le mur. Le Professeur Evolve hurla à ses singes volants d’attaquer, et l’apocalypse se déchaîna derrière Darryl, qui ne pouvait rien voir. Des lasers rouges fusaient dans tout les sens, et le Professeur, accroupie derrière son moniteur, appuya une dernière fois sur le “gros bouton rouge“. La douleur revint comme un millier de coup de poings simultanés, et des bribes de pensées traversèrent l’esprit chaotique de Darryl, comme des débris de conscience au milieu d’un orage : je vais mourir, se disait-il. Et c’est alors qu’il arrivait à formuler cette idée qu’il sentit les menottes le retenant s’ouvrir, et son corps tomba au sol, convulsé par l’énergie qui le parcourait. Un laser rouge vint pulvériser le moniteur, et la douleur s’arrêta. Il releva la tête, s’arracha les électrodes en soufflant bruyamment. Au dessus de lui planait toujours des G-Elfes, esquivant des tirs rouges, et il se retourna pour voir ce qu’il se passait.

La scène était plus absurde que tout ce qu’il avait vu dans la Young Force. Presque. Sûrement. Du même niveau au moins. Doom, le gros labrador noir, se tenait derrière lui, esquivant les attaques des G-Elfes en sautant de côté à la dernière minute comme si il pouvait prévoir leur déplacement. Mais plus impressionnant encore, le meilleur ami d’Ethan était parcouru de lignes luminescentes rouges sous son pelages noirs, et il projetait de puissants lasers rouges de sa bouche.





WHAT ??!
»

_________________


* Troll Patrol *
Le grand playboy des fonds marins
avatar
Darryl Maywin

Messages : 509
Date d'inscription : 27/10/2014
Age : 29
Localisation : Manoir Dimensionnel (Young Force)

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: The Power of Dog compels you !

Message  Darryl Maywin le Lun 17 Oct 2016 - 11:49


The Power of Dog compels you !

Les aventures de Random & Doom


QUATRIÈME PARTIE

« Vous savez ce moment dans les films où il se passe quelque chose d’important, et le héros semble baigner dans le flou, au ralentis, observant ce qu’il se passe autour de lui avec la lenteur de son incompréhension, un fin bruit de fond comme seul témoin du vacarme dans lequel il se trouve, vous le voyez ?

Bah c’était pas du tout ça.

Tout allez beaucoup trop vite, et Darryl fut perdu pendant quelques secondes, mais il avait l’impression que c’était lui qui n’arrivait pas à rattraper le rythme des évènements. En même temps, il avait mal partout, et le chien d’Ethan crachait des lasers de partout, visant avec une précision confondante les G-Elfes qui planaient dans la salle. Il s’était rapproché de lui et semblait le protéger, mais il ne pouvait pas laisser l’animal faire face seul. Il n’avait de toute façon pas le temps de comprendre ce qu’il se passait. Se relevant douloureusement, il eût le temps de voir the Hoax, toujours contrôlée, foncer vers lui sur les ordres hystériques du Pr Evolve. Attrapant un morceau de métal provenant de son carcan précédemment détruit par Doom et ses nouveaux pouvoirs, il se retourna vers elle pour lui asséner un coup. Mais la femme le stoppa net d’une main, ses capacités physiques toujours augmentées par le symbiote.

Il poussa son corps dans ses derniers retranchement et profita de la parade de la détective pour passer derrière elle et y attraper la bête qui avait causé tout ce bordel. La saloperie était bien accroché, mais il tira dessus de toutes ses forces jusqu’à ce qu’elle lâche prise, et il la jeta au loin. Comme si ils avaient coordonnés leurs actions, Doom lui tira dessus comme si ça avait été un jeu, et le petit symbiote s’envola à travers la pièce jusque dans les débris de laboratoires qui en jonchaient le fond.

Hoax s’écroula sur elle-même, inconsciente. La tension physique de les symbiotes faisaient vivre à leurs victimes étaient puissante et faisait perdre conscience aux individus les plus forts, Darryl le savait bien vu qu’il s’agissait de l’un de ses pouvoirs, l’un de ceux qu’il avait le plus utilisé. Tentant de retenir sa chute, il commença à la traîner derrière un ensemble d’armoires afin de la mettre à l’abris. Dans son déplacement, il observa Doom dévorer à pleine dents le métal de la structure qui avaient été sa prison quelques instants auparavant. C’est alors que son esprit débile se décida enfin à mettre bout à bout ce qu’il avait vu. Doom possédait les pouvoirs de Gluttonbeam. Il ne savait pas comment c’était possible, mais le chien d’Ethan était désormais l’héritier d’une partie de ses pouvoirs. Et pas des moindres. Ethan allait sûrement le tuer. Le tuer et lui faire l’amour. Les deux en même temps.

S’affalant derrière les armoires industrielles qui leur servait de couverture, il déposa la masse inconscient de Hoax avant de reprendre son souffle. Il n’allait pas être capable de se battre comme ça. Les dommages qu’il avaient reçu se répercuteraient sur la plupart des formes qu’il prendrait et elles en seraient tout autant affaiblies. Il ne voyait qu’une seule option, la fuite. Mais il ne pouvait pas abandonner Doom, et encore moins trainer tout seul le corps de Hoax. Et le Professeur Evolve, gagnant du temps grâce à ses sbires, était entrain de taper frénétiquement sur sa plateforme de commande.

À sa grande horreur, les lignes rouges sur le costume atrocement nommé Darkyl commencèrent à luire, et la créature se mit à bouger. Sa maîtresse était déjà entrain d’aboyer des ordres à son encontre, et l’androïde changea de forme. En une seconde, il avait troqué sa silhouette quasi-humaine pour une apparence plus musclée et dotée de deux extensions insectoïdes en forme de bouclier, sans pour autant changer sa texture noire et rouge. Darryl n’eût aucun mal à reconnaître Shrimpervious. Une forme étrangement très adéquat pour combattre les pouvoirs de Doom. Est-ce-que Darkyl pouvait, à l’inverse de lui, choisir ses formes à volonté ? C’était la cerise sur le gâteau de merde.

Avec ses deux boucliers, l’androïde absorba l’attaque de Doom, et se jetant sur lui commença à attaquer l’animal, qui tentait de garder ses distances. Alors que Darryl s’apprêtait à tenter d’attaquer leur adversaire commun par derrière avec ce qu’il lui restait de force, il eût à peine le temps de se remettre à couvert alors qu’une volée d’épines acérées venaient se ficher dans le mur à l’endroit même où il se tenait. Le professeur Evolve, ayant sorti l’une de ses armes organiques, avait pris part à la cohue et le tenait à distance. Soufflant comme un asthmatique en détresse, il sentis une main sur son épaule. Il se retourna, s’attendant à trouver Hoax éveillée à ses côtés… mais il se trouvait en face du visage d’Ethan, avec un tendre sourire de gogol sur le visage.

Pendant un instant infime, la douleur et la peur de Darryl s’envolèrent. Il réalisa presque aussi vite que c’était une projection mentale d’Ethan, qui avait utilisé leur lien télé-empathique pour le “rejoindre“, mais l’idée qu’il n’était plus seul lui fit un bien fou.

- Hey… vous venez souvent par ici ? Vous habitez chez vos parents ?

Exhulta-t’il entre deux rires douloureux.

- Je crois que… ça se passe pas très bien. Et j’ai cassé Doom, il nous fait un bug de réalité.

- Je vais te punir plus tard, en attendant t'es grave dans la merde et je comprend rien… il serait temps d’activer… les Protocoles Daredreamer !

Déclara rapidement Ethan avec une voix qui résonnait dans son esprit. Les Protocoles Daredreamer était le nom caricaturale qu’ils avaient donnés à l’un des pouvoirs de Darryl. Lorsque Ethan et lui s’étaient rapprochés émotionnellement, ils avaient approfondis leurs exploration l’un de l’autre (je vous vois bande de pervers) au niveau astral, et ce qu’ils avaient découvert au fond de Darryl (vous êtes tous sales) c’était l’une de ses formes les plus particulières. Daredreamer était le nom qu’il lui avait donné. Il s’agissait d’une forme qui puisait dans le subconscient de Darryl pour non pas le transformer, mais créer un second corps, un corps astral matériel. Le problème de Daredreamer, c’était qu’il puisait dans les pulsions de Darryl, il était composé de la poubelle de son esprit dégénéré, tout ce qu’il envoyait au fond de sa conscience parce que ce n’était pas socialement acceptable. Et comme il était déjà socialement très cons, ça pouvait donner une idée du type de comportement qu’il adoptait quand il éveillait cette forme. Cela n’avait aucun rapport avec une seconde personnalité, mais techniquement, Darryl devenait un somnambule surpuissant : il confondait le monde réel et le rêve, et ça pouvait être à la fois dangereux et humiliant. Après avoir découvert ce “monstre intérieur“, Darryl et Ethan avait convenu de le sceller au fond de sa psychée, car l’exploration mentale d’Ethan avait affaibli ses défenses, et ils avaient peur qu’il puisse sortir quand Darryl s’endormait ou tomber inconscient… Mais dans des situations où son corps n’était plus à même de se battre, Ethan pouvait toujours le réveiller si Darryl le laissait faire.

- Vas-y grand fou, tape moé dans l’fond !

Acquiesça-t’il en souriant, juste avant de sentir Ethan entrer dans son esprit et de s’endormir…

*
*   *

Le Professeur Evolve était en colère mais excitée à la fois. Elle mitraillait sans relâches le coin où Darryl était dissimulé alors que son Evoltron 3 était entrain de mener la vie dure au chien mutant qui leur avait fait la surprise de sa mutation. À en juger par ce qu’il s’était passé avec le chien, ce dernier avait du être blessé quand Hoax l’avait balancé dans les cuves du laboratoire précédent, et des échantillons de l’Evoltron 3, conçus pour synthétiser les capacités de Darryl, s’étaient mélangés à ses blessures, modifiant son corps et lui permettant de développer les pouvoirs qu’elle avait déjà réussi à reproduire dans certains G-Gnome. C’était extrêmement intéressant, c’était le même processus que pour les G-Gnome, mais en bien plus amélioré, et surtout elle n’avait jamais réussi à introduire ces capacités dans des êtres vivants pré-existants, elle avait du jusque-là créer ses sbires avec les pouvoirs déjà présent dans leur génome lors de leur conception, ce qui voulait dire que ce chien détenait des secrets. En gros, elle devait le disséquer.

Mais pour l’instant, elle en était au chapitre “Mitrailler avec hystérie la cachette de son pire ennemi“ avec une de ses armes organiques à munitions auto-générées, les Scaleguns. Le jeune Maywin était dans un état pitoyable après ce qu’il avait vécu, il ne pouvait même pas espérer courir, encore moins se transformer sans…

Quelque chose venait de la tapoter sur l’épaule. Elle se retourna lentement… derrière elle se tenait un être abjecte de grande taille, arborant une peau violette et velue sur des muscles ridiculement disproportionnés, portant un masque de catcheur, un harnais, un simple slip avec un trou sur les fesses et des talons aiguilles. Le visage d’Evolve dut inventer une nouvelle expression pour faire face à cette expérience sans précédent, et elle créa même un son encore inédit, entre le hoquet et le déglutissement.

La créature, elle, se contenta d’approcher son visage très prêt du sien, un sourire carnassier zébrant sa gueule inhumaine, avant de hurler :

- DUUUUUUURYL SMAAAAAAASH !!!

Le petit G-Gnome qui se tenait sur l’épaule d’Evolve tomba sous le choc alors qu’elle ferma les yeux en hurlant et se mit à tirer dans la direction de la créature en hurlant de plus belle. Un rire gutturale et hystérique la ramena au monde visuelle, entrouvrant les yeux avec appréhension.

*
*   *

Daredreamer venait de se faire tirer dessus à bout portant par le Professeur Evolve, mais il n’avait pas eût mal, il était dans un rêve ! Bandant ses muscles saillants, il éclata d’un rire joyeux en prenant des poses disco digne des plus grands danseurs. La scientifique ouvrit les yeux, et il sut que sa blague avait marché. La crétine avait cru qu’il était comme the Hulk, bête et violent.

Il était juste violent.

- On va faire un peu de baseball…

Il attrapa la femme par les jambes, cette dernière se mettant à hurler, et agita son corps dans les airs, frappant avec force un G-Elfe qui planait par là. La créature tomba au sol, et le Professeur tomba dans l’inconscience. Soulevant le corps inerte de la jeune femme, il murmura :

- Zut, je l’ai cassée…

Avant de la jeter derrière lui sans ménagement. Trois G-Elfes foncèrent sur lui, mais prenant appuis sur la table de commande, il sauta à leur hauteur dans un magnifique coup de pied tourbillonnant qui faucha le premier comme une pauvre marguerite dans la fleur de l’âge. Continuant à tournoyer en l’air en brisant les règles de la physique, il attrapa les deux suivants et les calas sous ses coudes sans se soucier de leurs hurlements de primates monstrueux, avant de se laisser retomber au sol sur le dos, écrasant leurs visages entre ses aisselles et le sol.

- THREESOME DE L’AMOUR !

Un quatrième demandeur d’écchymose fonça vers lui en volant, mais il se redressa sur les mains et attrapa son cou entre ses deux chevilles en faisant l’arbre droit, avant de l’abattre violemment sur un meuble en se redressant… et de se prendre un gros coup de poings en pleine face.

Le corps de Daredreamer était un corps astral, mais il était tangible. Il ne pouvait pas être détruit, seul pouvait être blessé le corps sans défense de Darryl, toujours dissimulé derrière son armoire depuis qu’Ethan avait extrait Daredreamer de lui, mais il était possible de le frapper.

Se redressant, il se tenait devant un humanoïde musclé, noir, parcouru de stries rouges luisantes, tenant d’une main un labrador noir apparemment évanouis. Étant persuadé d’être dans un rêve, Darryl ne reconnu ni son adversaire ni Doom, mais…

- OOOOUUUUuuuuh baby ça devient intéressant, costume intégral de BDSM, tu sais comment me parler mon trésor…

Deuxième coup de poing, le corps de Daredreamer recula un peu.

- Votre forme actuelle n’est pas répertorié dans mon fichier de donnée métamorphique.

Gonflant ses muscles et dandinant ses fesses en défilant sur ses talons aiguilles, Daredreamer commença à exposer l’outrage totale du manque de pudeur qui caractérisait Darryl.

- Chérie chérie, ma forme actuelle est olympique, tu peux répertorier ça dans ta mémoire… avec ta voix robotiques tu…

Troisième coup de poing.

- … aouch, tu me fais penser à C3PO qui aurait fait de la muscu, sors-moi ton gros R2D2 on va jouer à la Guerre des À-poils.

Plutôt que de riposter une fois de plus, la créature se transforma en espèce de gros gorille aux bras taillés comme des massues avant de lui assener un coup d’une telle force que Daredreamer alla s’encastrer dans le mur du fond.

- Oh non ça va pas du tout Monsieur Pâte-à-Modeler, t’es beaucoup moins sexy maintenant.

Il attrapa une grosse chaîne qui trainait dans le débarras et la planta dans deux armoires à dossier en métal, formant un nunchaku géant qu’il souleva de ses bras puissants avant de le faire tournoyer autour de lui en hurlant des «WHAAAAATCHA YAAAAAH WUUUUU», à moitié en se frappant sur la tronche sans en ressentir la moindre gêne, avant de prendre une pause absolument odieuse de faux maître de kung fu.

- Tu vas connaître la douleur du maître des septs dildos fleuris ! WATCHAAAA !

Hurla-t’il alors que le gorille lui foncer dessus, réceptionnant son adversaire d’un grand coup d’armoire suivit d’une balayette. Lâchant son arme improvisé, il se jeta en l’air coude en avant pour lui retomber dessus, mais la créature se changea en serpent et s’enfonça dans le sol comme dans un fantôme avant de ressortir un peu plus loin, changeant encore pour se transformer de nouveau, arborant l’allure d’un espèce de démon.

- Je vous interdit de bouger.

- Oh oui donne moi des ordres chérie-chérie !

Hurla Daredreamer en enfreignant librement l’ordre télépathique pour sauter à pied joint dans sa tronche cornu, encastrant la créature dans le sol avec fracas.

- Erreur. Corporalité physique du sujet incalculable.

- TARTE AU PÈCHES ET CHAMPOMI D’ABORD !!!

Hurla Daredreamer en effectuant un saut périlleux avec retombée de ses fesses musclés sur la tête de l'androïde, fissurant le béton. Darkyl se transforma en une contrepartie rouge de Goo pour englober Daredreamer, mais Goo n’avait jamais retenu les pouvoirs psychiques et télékinétiques, et le catcheur fou s’en échappa sans encombre. L'androïde Darkyl sembla changer de stratégie et prit la forme d’un gros scarabée, et pour la première fois ses attaques, étant de nature psychique, eurent un effet sur Daredreamer, semblant perturber sa forme astrale. Reculant et souffrant sous les impulsions mentales répétées de l’androïde, Daredreamer tenta de riposter avec un coup de poing, mais son ennemi esquiva avant de prendre la forme d’un drap étrange, ayant finalement compris les faiblesses de cette apparence qu’il ne pouvait pas copier. Le drap s’ouvrit pour libérer les pires cauchemars de Darryl, d’autant plus efficace qu’il se croyait dans un rêve.

Une main faible et blanchâtre écarta le drap, et immédiatement, Daredreamer commença à glitcher, son apparence alternant rapidement avec celle de Darryl alors que l’angoisse se saisissait de lui. Une femme, l’air malade, presque zombie, sortie de son ennemi, suivie par une reproduction d’Ethan, semblant lui-aussi malade et mourant, ainsi que des frères et sœurs de Darryl. La terreur s’empara du jeune homme alors qu’ils s’approchaient et s’accrochaient à lui, traversant le subconscient de Daredreamer pour atteindre directement la conscience de Darryl et de son corps endormis, qui se mit à se débattre et à hurler alors que son corps astral était paralysé de terreur, inondé par les corps malingres de tout ceux qu’il redoutait de perdre comme il avait perdu sa mère.

Le “drap“ (le corps de Darkyl quand il copiait les capacités de Skinside) tourna la tête vers la provenance du cri avant de commencer à s’y diriger.

- Corps matériel repéré.

Daredreamer, en proie à ses pires terreurs, commençait à rapetisser et à reprendre la forme de Darryl, ce qui signifiait qu’il allait se réveiller et ne plus pouvoir utiliser ce pouvoir avant quelques temps. Mais c’est alors qu’Ethan, logeait au fond de la psychée de Darryl, plongea au cœur de ses meilleurs souvenirs pour en ressortir tout le pouvoir de l’amour qui faisait la puissance de la Young Force, cette puissance qui brisait les barrières et les testicules des kryptoniens. Des flashs lui revinrent alors que l’esprit d’Ethan lui balançait des images à la gueule à toute vitesse comme si ils faisaient une bataille de boule de neige. Son premier café normal avec Ethan. Le jour où Connor était sorti tout nu de la douche parce qu’il ne comprenait pas la nudité en publique. Danser avec Cassie et Kamala sur le dernier CD de Dazzler avant que Kamala, trop joyeuse, ne casse un mur en dansant. Ses entrainements avec Kate. Les lettres qu’il recevait de ses frères et sœurs. Le dernier sourire de sa mère. Et aussi beaucoup, beauuucoup trop de porno.

Et enfin, pour lui donner la colère de l’amour, l’ingrédient ultime à toute crise de bataille de la Young Force, Ethan lui envoya son propre souvenir du bouche-à-bouche que lui avait fait Garfield avant Darryl.

Le désir de violence de Darryl se réveilla aussi sec.

Redevenant Daredreamer pour un dernier instant de victoire, il repoussa les cauchemars qui l’assaillait en poussant un tonitruant :

- PAR LA PUISSANCE DE LA POP MUSIQUE ET DE TOUT CE QUI EST JUSTE ET BON !!!

Il attrapa le corps de Darkyl et le déchira en deux dans un maelstrom d’éclairs rouges et de court-circuits aux lumières électriques.

- JE T’AI RECONNU, DARK-GARFIELD, MON PIRE ENNEMI, ET TU N’EMBRASSERAS PAS MON OUI-OUI-CLING !!!

Tournant sur lui même comme une ballerine magical girl, il lança les deux moitiés de l’androïde à l’opposée l’une de l’autre, avant de disparaître petit à petit, arrachant son slip et en le faisant tourner autour de sa tête dans un dernier geste de victoire.

- JE SUIS PROSTATE-MAN LE VAINQUEUR DE L’AMOUR ET C’EST MOI QUI MANGE LA CHIPOLATA D’ETHAN, SALE CRIME CONTRE LA MODE EN FORME DE TYRANNOSAURE !!!

Et pouf, il disparu.
»

_________________


* Troll Patrol *
Le grand playboy des fonds marins
avatar
Darryl Maywin

Messages : 509
Date d'inscription : 27/10/2014
Age : 29
Localisation : Manoir Dimensionnel (Young Force)

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum