Où va-t-on ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Où va-t-on ?

Message  Walter Jensen le Lun 1 Aoû 2016 - 8:34

Le 23 février 2016, dans le Starbuck de la Young Force

Je dois parler avec Kate. J'ai rien à lui reprocher, c'est sûr, mais je suis un peu perdu dans tout ce qui nous arrive. Je crois que je me suis habitué à son chaud-froid, et je respecte ça, je dois même dire que d'une certaine manière, je l'admire, car si moi, je dois m'adapter quand elle a un mouvement de recul, elle, c'est tous les jours qu'elle doit vivre avec. Parfois, je me maudit que mon pouvoir de guérison ne fonctionne que sur les problèmes du corps et pas sur ceux de l'esprit. J'aurais tellement voulu lui apporter un peu plus. Je me suis dit que j'allais lui parler de mes problèmes à moi, pour qu'on puisse faire une sorte de partage dans les deux sens. Et j'ai cherché mes problèmes. Qu'est-ce qui au fond me dérange ? Qu'est-ce qui me tracasse ou m'angoisse ? Qu'est-ce que j'aimerais changer dans ma vie ?

Outre la terrible migraine qu'autant de réflexion va me procurer, j'ai eu quelques pistes :

La première chose que j'aimerais changer, en fait, c'est Kate. J'aimerais la mettre dans un petit cocon où rien ne pourrait lui arriver, où elle serait protégée de tout. Quand elle s'est fait attaquer et qu'on a dû la récupérer avec Ethan, j'étais en colère et j'avais envie de tuer la personne qui lui a fait ça. Puis après, j'ai eu peur, très peur. J'ai peur qu'on m'enlève Kate et qu'elle ne soit plus qu'un souvenir profondément nostalgique. Je peux accepter qu'on s'attaque à moi et qu'on me blesse, parfois, je me belle même tout seul en faisant un truc débile, comme sauter du toit sur une voiture, mais je n'accepte pas qu'on fasse du mal à Kate. Je sais pas pourquoi. Je sais pas, mais c'est comme ça. Quand elle part en mission sans moi, j'ai une boule au ventre, et je revois l'image de Kate agonisante. Je m'imagine qu'elle est peut-être en train de mourir quelque part et que je ne peux pas l'aider, je ne peux pas l'empêcher, et je ne le saurai que trop tard.

Je pensais que cette peur de perdre Kate était tellement grande que je n'avais aucune autre crainte dans ma vie, mais quelque chose était caché en moi. Quelque chose de suffisamment discret pour que je ne me rende même pas compte qu'il est là. J'ai toujours su que j'étais mutant, depuis le début, parce que justement, depuis le début, j'étais différent. Je me suis tellement construit dans cette différence que je n'ai pas imaginé qu'il pouvait y avoir une autre explication qu'une mutation. Mais y'a plusieurs failles à cette situation : d'abord, le pouvoir de Suzie ne marche pas sur moi. Bon, en même temps, il marche pas non plus sur Ethan, donc, bon, c'est peut-être juste que son pouvoir n'est pas très fiable. Par contre, ce qui est vraiment bizarre, c'est que tous les mutants que je connais n'ont eu leur pouvoir que vers l'adolescence, et d'un coup, alors que moi, je suis né avec. En soi, ce n'est pas vraiment un problème, mais j'ai commencé à avoir peur. Et si je n'étais pas mutant ? Et si j'étais un démon ou un extraterrestre et qu'un jour de la "famille" cherchait à me retrouver et à me nuire et s'en prenait à Kate ? Si demain une armée de créatures trans-dimensionnelles attaquaient la Young Force comme l'a fait Carol Danvers ? Est-ce que je veux vraiment prendre le risque ?

Je dois parler à Kate, alors je l'attends, dans sa chambre. Je suis assis sur le bord de son lit, la tête entre mes mains, les coudes posés sur les genoux, et j'attends. Et plus j'attends et plus j'ai peur qu'elle ne passe jamais cette porte et qu'il soit déjà trop tard pour lui parler. Et puis la raison vient parfois balayer ces idées noires : Si Kate avait un problème, Ethan le sentirait dans la seconde. Mais est-ce qu'il le sentirait assez tôt pour sauver Kate ? Et je replonge dans mon univers d'angoisses.

_________________
avatar
Walter Jensen

Messages : 342
Date d'inscription : 19/12/2014

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur http://heroicage.forumactif.com/t252-walter-jensen-sunshine#2388

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où va-t-on ?

Message  Katherine E. Bishop le Mar 2 Aoû 2016 - 23:13


    Central Park est dans un élan de générosité depuis la création de Pokémon Go. Avec l’apparition d’un nombre conséquent d’individus pour capturer des Pokémons et mes attaques répétitives contre les criminels de ce grand parc de New York, mon travail est plutôt fait dans le lieu où j’ai tourné pendant une grande décennie. Malgré des patrouilles qui me laissent uniquement quelques criminels légers à chaque fois, je fais quand même une petite collection de mes Pokémons. Pour une fois que je me sers d’un téléphone qui dure plus longtemps que quelques jours, je me compte plutôt chanceuse. Souvent j’utilisais plusieurs téléphones différents pour faire les appels aux policiers dans le but d’arrêter les criminels que je venais d’immobiliser. Je me débarrassais souvent du téléphone en question ensuite pour devenir non simplement une briseuse d’os, mais aussi pour vandaliser les fameux téléphones portables à trente dollars. La soirée n’était peut-être pas très fructueuse pour arrêter les criminels, mais grâce à ma patience inhumaine, j’ai pu capturer un Onyx proche du Zoo pour finir ensuite ma soirée de patrouille par un Abra. En plus, j’ai pu rester assez discrète pour éviter de me faire détecter par les fans de ce fameux jeu.

    J’ai quelques enquêtes en cours et peut-être que je vais paraître paresseuse par mes retours dans Central Park, mais je me suis toujours habituée que les criminels craignent les vigilants des rues pour changer leurs habitudes dès une première offensive des héros locaux. Je préfère donc laisser une certaine confiance aux criminels pour qu’ils recommencent leurs opérations avant de me relancer pour les terminer de nouveaux. Après les Yakuzas et la mafia russe, je vise surtout les gangs de rues. Les anti-mutants se sont donnés la motivation pour essayer de remplacer les mafias défaillantes, surtout avec des alliés comme les Hells Angels ou encore les Rock Machines. De plus, la Famille de New Jersey semble aussi s’enregistrer dans cette perte et une alliance entre les trois principales organisations criminelles pouvaient donner un renouveau à New York en termes de crime organisé, mais je connais assez les trafics actuels pour troubler leurs marchés. Je cherche surtout à saboter leurs commerces avant de me diriger vers les chefs.

    Bien que je sache que je peux compter sur mes amis de la Young Force, ces activités contre les organisations mafieuses mineures me laissent toujours le temps de réfléchir sur mon état. Je sais que je me suis beaucoup améliorée au niveau de la communication et de mon estime de moi-même, mais cette situation me laisse toujours des questionnements sur ma relation avec les autres dont ma famille et de ce que je peux tisser comme liens aujourd’hui avec plusieurs membres de la Young Force. J’ai une amitié importante avec Ethan Scott, l’un des premiers membres où que j’ai une relation sincère avec celui-ci, pendant qu’une autre relation est plutôt ambigüe s’est impliquée dans ma vie.

    Ouais, je parle du cas de Walter Jensen. L’un de mes premiers flirts sérieux depuis quelques années qui s’est affirmée depuis la dernière année. Entre le moment que je lui ai appris de tirer à l’arc jusqu’au moment, qu’un semblant de liens s’est construit entre nous deux. Je sais que cela peut être passablement difficile pour lui, et je ne peux que remercier pour sa patience. Il faut parfois savoir en donner et recevoir, et quand un comportement se retrouve dans la marginalité, on espère souvent de la patience chez les autres, mais aussi de la compréhension.

    Et bien que Walter puisse être bête comme un Ethan, je crois sincèrement qu’il est dans une situation de compréhension envers mon cas, malgré les silences que je lui ai laissé sur le pourquoi de mon agissement. Je crois qu’il a la maturité et l’intelligence pour me laisser le temps de passer certaines frontières qui me sont toujours difficiles à traverser. Je passe ensuite dans les rues d’une manière plutôt discrète et je rentre par le toit du Starbucks avec mon nouveau grappin pour éviter d’affronter les vautours geeks, fans éternels de la Young Force depuis l’attaque de Carol.

    Je me retrouve rapidement dans la petite dimension créée par Raven, je commence à me détacher du casque high-tech créé par Hiro. J’adore les cadeaux qu’il me confectionne depuis son arrivé, en plus de me rendre encore plus menaçante, cela me renforce dans ma résistance ou encore de nombreuses visions offertes pour combattre les méchants criminels. Je passe d’abord à l’armurerie pour déposer mon armure en morceaux ou encore mon nouveau arc à flèche. Après le tout déposé à sa place, je me dirige vers ma chambre avec téléphone à la main et un peu fatigué de ma soirée.

    Je me laisse tomber sur le lit à coté de Walter qui semblait soit pensif ou soit complètement gelé par une drogue surhumaine qu’il a peut-être trouvé. Je commence à jouer doucement avec mon téléphone avant de lui déposer quelques mots.


    « Hey, ça va? On dirait que Melchior ou que Doom t’a attaqué. À Central Park, je suis tombée sur Abra et sur Onyx avec un bon level si tu cherches à élever ton équipe sur Pokémon, je crois que c’est une bonne place pour monter le niveau. Mais depuis que ce jeu est apparu, cela fait fuir les criminels. C’est un peu dommage pour mes ambitions. Vu tous les joueurs de Pokémon Go dans Central Park, je crois que je dois me trouver une autre place de patrouille. »

    Je viens quand même de lui faire mon compte-rendu de mission, mélangeant le statut local de Central Park entre la criminalité et le nouveau petit jeu de téléphone portable. Après avoir fourni ces dernières informations, je commence à appuyer ma tête sur le fameux oreiller en attendant la réponse de Walter sur sa petite journée dans le Manoir Dimensionnel.

_________________

« Young Force, tu connais mec? »
avatar
Katherine E. Bishop

Messages : 527
Date d'inscription : 14/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où va-t-on ?

Message  Walter Jensen le Lun 22 Aoû 2016 - 14:56

Je sursaute quand elle se laisse tomber sur le lit à mes côtés. Je ne l'ai pas entendue entrer, parce que je pensais à questionnements qui tournent inlassablement dans ma tête. J'essaye de répondre dans l'ordre à ses interrogations, même si c'est assez difficile pour moi de me concentrer aussi longtemps, c'est-à-dire plus de quatorze secondes.

-Ah, heu, non, personne ne m'a attaqué, ça va. Je…

Ah, oui, Pokemon Go. Disons-le franchement, le monde est devenu fou depuis que ce jeu est sorti. Avant, y'avait personne dehors, et maintenant, on dirait que tout le monde s'est mis à adorer passer du temps dans les parcs et les bois. On croise des gens partout à presque n'importe quelle heure, et c'est assez effrayant. On dirait un peu l'armée des morts avec tous ces zombis qui marchent la tête courbée, sans regarder autour d'eux, et qui, parfois, sans trop comprendre, se mettent à courir comme des fous tous dans la même direction. Ca crée des mouvements de foules si grands que la première fois, j'ai bien cru à une attaque de Carol Danvers sur New York. Pourquoi pas ? Elle attaque bien la Young Force, elle pourrait autant attaquer la ville entière sans même se remettre en question et trouver une phrase hypocrite pour justifier son acte devant les médias en rejetant la faute sur, au choix, la Young Force, la Justice League, les Extraterrestres, ou les démocrates. J'ai beau la détester, elle est quand même forte, Carol Danvers.

En parlant de l'attaque de la Young Force, j'ai découvert l'autre jour que le Starbucks avait été classé en Pokéstop. Je parie que la tour Stark aussi, ou le Pentagone, ou la base 51. Ils sont fous chez Pokémon Go, les gens vont se ruer dans des endroits top secrets ou dangereux. Comment je sais ça ? Ben, heu, en fait, j'ai installé Pokémon Go… Oui, je sais, je ne suis pas très cohérent, mais c'est vrai que c'est super addictif comme jeu. Alors j'ai eu un bulbizar à ma première connexion, et depuis, j'ai attrapé 145 ratatas et 89 roucouls. J'ai aussi eu un Lipoutou devant un sex-shop. C'était un peu gênant parce que les gens ont dû croire que je prenais en photo les accessoires en vitrine. Heureusement que Sunshine n'est pas encore assez connu, sinon, j'aurais eu droit à un article dans SuckMyGeek, j'en suis sûr.

Mine de rien, cette parenthèse sur Pokémon Go m'a un peu sorti de mes pensées, mais je dois revenir au sujet, si je ne veux pas que ce soit lui qui revienne à moi de force au milieu de la nuit, ou pendant un service.

-Ah oui, maintenant, Central Park doit être gardé par des centaines de joueurs, jour et nuit. Il faudrait que tu fasses une carte des pokéstops et que tu supprimes les endroits où il y a le plus de leurres qui apparaissent, parce qu'ils ne doivent pas être très dangereux avec tout le monde autour. Si tu veux, on pourra patrouiller ensemble près des entrepôts maritimes, il n'y a pas vraiment de pokémon à trouver là-bas.

Je me tourne vers elle pour la regarder dans les yeux. J'essaye de sourire, mais mon sourire passe quand mes idées se recentrent.

-Mais avant, je voudrais te parler de quelque chose. J'ai beaucoup repensé à ce qui t'était arrivé, à ta blessure par l'autre fille aux cheveux violets. Je sais qu'Ethan a cette sorte de lien avec toi et qu'il peut savoir ce qu'il t'arrive à chaque seconde, mais je n'arrête pas de m'inquiéter pour toi. J'ai peur qu'un jour, tu aies un coup de malchance et tu te fasses tuer. Je sais que tu as beaucoup plus d'expérience que moi, mais j'ai quand même peur. Je sais que c'est bête mais. Enfin, laisse-moi juste continuer jusqu'au bout.

Je reprends un peu ma respiration parce que je me rends compte que je viens de tout dire d'une traite, de peur de ne pas avoir le temps de le dire, ou de ne pas être clair et qu'elle se sente blessée par mes propos.

-Je sais que je suis pas un génie intellectuel, et que parfois, je peux être un peu débile, mais j'ai pas mal réfléchi à la situation. Carol Danvers a attaqué ici parce qu'elle voulait du mal à Cassie. On le savait et on a quand même eu du mal à gérer la situation, mais on s'est tous unis pour y arriver. Je me dis que parfois, nos proches peuvent subir les attaques de ceux qui nous veulent du mal alors qu'on ne le voulait pas. Je sais que ça a pas l'air d'avoir de rapport mais tu vas voir qu'en fait, si.

Une nouvelle respiration, mais cette fois, je me détourne un peu, parce que je doute de ce que je vais, et surtout de ce que ça peut impliquer.

-J'ai l'impression que ma mutation est un peu bizarre. J'avais pas trop connu de mutants, ou même de supers avant la Young Force, alors j'avais pas de quoi me poser des questions, mais tu vois, y'a des trucs qui me font douter : par exemple, pourquoi Suzie ne peut pas modifier mes capacités alors que normalement, elle peut booster les mutants ? Et pourquoi ma mutation s'est déclarée aussi tôt. Je veux dire, j'ai toujours eu une force supérieure à un humain, et j'ai toujours été plus lourd aussi. Alors que de ce que j'entends, les mutants ne révèlent leur pouvoir que vers 13 ans. Je me dis que je suis peut-être un peu différent, et que peut-être qu'il y a des gens qui vont vouloir s'en prendre à moi, comme Carol s'en prend à Cassie. Et si ils savent que je suis proche de toi, ils vont peut-être vouloir s'attaquer à toi. Tu comprends ce que je veux dire ?

_________________
avatar
Walter Jensen

Messages : 342
Date d'inscription : 19/12/2014

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur http://heroicage.forumactif.com/t252-walter-jensen-sunshine#2388

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où va-t-on ?

Message  Katherine E. Bishop le Mar 23 Aoû 2016 - 0:05


    Il semble réellement dans un état second quand je suis arrivée. Je m’étonne parfois de ma discrétion pour même créer des surprises chez mes proches, mais je pense que j’ai surtout gagné des points quand il semblait très concentré sur d’autres sujets. Dès que je me suis écrasée dans le lit pour lui poser quelques questions, il semblait être prêt à répondre sur la suite de mes questionnements de sa journée, il s’arrête brutalement pour se replonger dans ses réflexions. Je pose un regard sur lui pour savoir s’il veut terminer sa phrase, mais il ne semble pas vouloir. C’est assez rare que je le vois dans cet état, mais je ne veux pas commencer à le déranger. J’ai passé beaucoup de temps dans ma tête en train de réfléchir à chacun de mes agissements ou de mes réactions, alors je ne vais pas commencer à critiquer quand on rentre dans une réflexion d’introspection sur soi-même.

    Je tourne mes yeux vers mon téléphone que je penche vers mon visage. Je fouille un peu sur l’actualité locale surtout pour savoir s’il reste de la place pour un spectacle de Dazzler. Bien que je n’apprécie pas les bains de foules, j’aime bien me trouver du temps libres avec le reste de l’équipe pour une petite soirée. Alors que quelques secondes s’écoulent, Walter reprends la discussion sur Pokémon Go avec une petite stratégie pour être plus libre dans Central Park, tout en revenant sur une nouvelle idée de faire des patrouilles dans les entrepôts maritimes où les Pokémon sont aujourd’hui un peu plus rares.


    « C’est une bonne idée! Les entrepôts appartiennent parfois aux mafias ou aux groupes criminels organisés, on pourrait les amputer sévèrement en bloquant leurs trafics maritimes. »

    Parfois, Walter peut avoir des bonnes idées. En plus, on va pouvoir passer plus de temps ensemble, parce qu’il existe quand même un fond de vérité sur l’idée que notre couple peut paraître très étrange. Surtout que je décide souvent de garder une certaine distance avec lui. Dès que je termine ma phrase, Walter semble vouloir faire un effort particulier pour tourner toute son attention vers moi. Il me regarde dans les yeux avant de laisser un sourire qui disparaitre après quelques secondes. Je ressens un malaise à cet instant de confusion. J’ai des craintes à la conversation, parce que j’ai une impression de déjà-vu par l’introduction. Le sourire un peu joueur que je lui laisse au début disparaît dans les mêmes temps que son sourire.

    J’écoute son introduction pour la suite. Et ce début me fait peur. Mon visage perd beaucoup de son entrant habituel en entendant les premiers mots de cette partie. Il revient sur le moment où que je me suis fais blessée par Hit Girl et du lien psychique-zarbe que je possède avec Ethan. Je ne sais pas trop comment et où qu’il veut aller, mais sa phrase sur son inquiétude me laisse penser un moment qu’il croit réellement que je peux avoir une liaison plus sérieuse avec Ethan. Je rentre plutôt dans ma tête quand il veut que je le laisse continuer. De toute façon, je ne sais pas quoi ajouter à cette partie. J’aime mieux organiser mes idées avant de continuer et j’aime surtout mieux savoir où que Walter veut aller avant de répondre.

    Reprenant son souffle, il continue avec un autre sujet qu’on a tous vécus. Il parle du moment où que Carol a décidé de nous attaquer sans aucune raison valable. Je me perds un peu dans ce qu’il cherche à me dire, on s’était uni contre Carol et on avait réussi à la repousser, mais parfois les liens logiques sont très difficiles à localiser dans mon cerveau pour trouver ce qu’il veut dire. Peut-être qu’il a peur que je me fasse tabasser, vu qu’il a parlé de ma confrontation avec Hit Girl.

    Il respire de nouveau avant de continuer en attendant ce qu’il cherche réellement à dire. Il dérive ensuite sur le sujet de sa mutation. Comme moi, il est dans un milieu qu’il ne connaît pas beaucoup. Walter se pose des questions sur sa mutation, et sur le pourquoi il ne peut pas être vu comme un mutant encore selon les critères inscrits sur la mutanité en général. Je suis soulagée à la fin, il est peut-être anxieux de cette question, mais pour moi, c’est quelque chose de plus important ce qu’on forme aujourd’hui. Il doute sur lui-même et c’est normal, et il semble même avoir un grand attachement envers ma personne pour avoir autant de peurs.

    J’essaie de calmer ma tête sur le coup, voulant éviter de montrer mes craintes sur un autre sujet. Je m’approche juste pour m’appuyer sur lui d’une manière plutôt amicale que par l’intimité, uniquement pour essayer de ne plus penser à mes peurs. C’est à mon tour de respirer un coup avant de lui répondre.


    « J’avais tellement peur quand tu as commencé cette discussion. Et vu que tu te poses des questions ou que tu as peur, je me sens soulagée de te répondre avec nos craintes égalisées. Je ne sais pas comment répondre à tes interrogations autour de tes pouvoirs, c’est vrai que la plupart des mutants ici sont assez étranges à ce qu’on étudie à l’école ou encore dans ce qu’on retrouve dans les documentaires. Peut-être qu’Hiro ou que Raven pourraient plus répondre à tes questions. Hiro est quand même un génie et Raven connaît assez les autres dimensions.

    En tout cas, excuse-moi de ne pas avoir les réponses sur ces sujets, mais je suis consciente que tu t’inquiètes beaucoup. C’est quelque chose qui me touche sincèrement, parce que j’ai peut-être un lien psychique avec Ethan, mais je crois que je partage des moments uniques avec toi. Si tu as peur aujourd’hui, je m’en veux de t’amener autant d’inquiétudes pour ce que je pense bien faire. Je suis vraiment désolée pour tout ce qu’il s’est passé avec la fille avec les cheveux violets et je sais encore que des dangers peuvent encore nous viser…

    Mais, tu ne sais pas comment je suis heureuse aujourd’hui. Je ne le montre peut-être pas beaucoup, mais aujourd’hui, je me sens à l’aise avec un milieu que je me sens confortable. J’ai passé dix années à me morfondre sur moi-même, à être en colère, ou encore à avoir peur, et aujourd’hui, je n’ai plus de colères, ni de peurs. Je me suis peut-être fais tabassée une fois, mais je me dis souvent que c’est le risque.

    Je ne pense pas que je pourrais être heureuse en suivant une carrière universitaire ou en servant les muffins du jour au Starbuck’s. Je me sens aujourd’hui confortable par un combat que je décide de faire avec vous. J’avais peur au début, j’avais peur que les gens me jugent pour un combat que je ne peux pas expliquer. J’avais aussi peur de ne plus être accepter, de vivre dans un monde où il aurait juste la solitude.

    Mais… aujourd’hui, je n’ai plus peur. J’ai rien à faire que Thanos, que Carol ou que le père de Raven veulent notre peau, je sais qu’on est capable de faire beaucoup ensemble. On a créé quelque chose d’unique ensemble et par cette création, je n’ai plus peur. Je sais que cela peut paraître niais comme discours, mais je me sens beaucoup plus en sécurité avec vous que sans groupe. Je sais que je peux me confier et je sais qu’avec toi, je n’ai plus besoin d’avoir peur.

    Je ne crois pas qu’on représente uniquement la Young Force ici, je crois qu’on représente avec une famille et un amour. Ce sont des symboles peut-être subjectifs, mais c’est réel pour moi. Avec ces principes, vous me permettez beaucoup plus. Je suis désolée si cela ne peut pas te consoler, mais je veux vraiment te faire comprendre que je me sens bien avec toi ou avec le reste de l’équipe… et c’est quelque chose qui ne m’est pas arrivé depuis longtemps! »


    J’ai essayé de répondre à ses craintes ou à ses questionnements, mais je sais très bien que je peux être difficile à suivre. J’essaie de respirer de nouveau après mon long monologue, en espérant que je ne l’ai pas endormi dans les mêmes temps. J’essaie durant un moment de trouver sa main, voir s’il a compris quelque chose de ma réponse, parce que moi-même, je peux avoir du mal à me retrouver par cette réponse que je viens de lui donner.

_________________

« Young Force, tu connais mec? »
avatar
Katherine E. Bishop

Messages : 527
Date d'inscription : 14/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où va-t-on ?

Message  Walter Jensen le Mar 30 Aoû 2016 - 15:22

J'apprécie qu'elle s'appuie sur moi. Cette douceur m'apaise d'une manière qui n'aurait pas pu être devinée à l'avance par un observateur. J'essaye de me concentrer sur ce qu'elle m'explique, et c'est avec joie que je constate qu'elle a décidément une sagesse que je ne possède pas : elle parle de solution et cherche à m'aider, là où moi, j'ai plutôt tendance à tourner en rond autour de la question.

Kate ne serait pas Kate sans cette éternelle culpabilité. C'est attendrissant, et en même temps, j'aimerais tellement l'en débarrasser, pour qu'elle puisse vivre avec un peu plus de légèreté. Je me doute que ça doit beaucoup lui peser de ressentir souvent de la culpabilité dans les choses qui arrivent aux autres.

Mais comme elle le dit, elle est heureuse, et rien que cette idée suffit à me donner le sourire. Je suis content que la Young Force lui ait apporté ce sentiment de pouvoir faire la différence, de pouvoir oeuvrer pour quelque chose d'important. Et elle a raison. La Young Force porte bien son nom : Force. Ensemble nous sommes forts. Chacun de nous est peut-être plus ou moins faible, mais tous ensemble, nous avons réussi à battre Carol Danvers. Ce n'est pas rien. Même Eloïse, qui n'est pas vraiment une combattante, a réussi à utiliser ses capacités pour déstabiliser Carol et donner aux autres l'opportunité idéale pour pouvoir faire leur part du travail à leur tour. Team work, bitch !

J'ai envie d'un contact et j'approche de ma main de la sienne et nos doigts s'effleurent un instant avant que le contact ne se fasse plus ferme. C'est ce petit instant que j'aime. Cet instant où je prends le risque que Kate recule et que je sois déçu, c'est vrai, mais où je prends aussi le risque qu'elle me rejoigne et que je sois à la fois flatté, ému, surpris, réjoui, et plus simplement, heureux. J'ai de la chance d'avoir une personne aussi impressionnante dans ma vie.

-J'ai un peu honte, parce que c'est moi qui devrais dire ces mots, et comme tu viens de le faire, ils n'auront pas le même poids. Mais je vais quand même le dire à ma façon : je sais que tu te sens bien dans la Young Force et avec moi, et c'est de savoir ça qui me donne envie de faire mieux, et de me dépasser. C'est aussi de te savoir heureuse qui fait que je veux pas que tu arrêtes tes missions, je me sentirais trop mal si tu devais être malheureuse juste parce que j'ai trop peur pour toi, j'aurais l'impression de t'avoir fait prisonnière, comme un papa qui enfermerait sa fille dans la cave pour pas qu'elle se fasse approcher par un garçon qui lui voudrait du mal. Bon, dit comme ça, ça fait un peu glauque, mais je veux dire que je veux pas que mes craintes t'empêchent d'être heureuse, je veux juste vérifier qu'il n'y a pas un danger par ma faute que je n'aurais pas vérifié.

Tiens, je devrais peut-être aborder rapidement un autre sujet. C'est pas un truc qui m'inquiète, mais c'est un truc qu'il faudrait peut-être que je sache, si jamais on est en fait dans un trouple.

-Heu, en parlant du lien avec Ethan, je peux te poser une question ? Il est tout le temps là, ou seulement quand tu le décides ? Nan parce qu'en fait, je me demande… Heu… Il sait quand on est… Enfin, quand on… Quand on est juste toi et moi, quoi ?

Bon, je digresse trop. Je me replace un peu plus face à elle et j'essaye de saisir sa seconde main.

-Tu as raison, je devrais demander de l'aide. Hiro doit être une bonne piste. Raven aussi, peut-être, mais elle me fait un peu peur. La dernière fois que je lui ai demandé quelque chose, elle a banni ma tablette dans une autre dimension. C'était la première fois qu'on se parlait et je crois que je ne lui ai plus demandé de service depuis, de peur qu'elle comprenne mal ce que je veux et que ça tourne mal. Je dis pas qu'elle est mauvaise, mais c'est juste qu'elle a une façon assez personnelle de comprendre ce qu'on lui dit.

Je creuse ma petite tête pour retrouver un détail qui me démange. Comment elle s'appelait, déjà… Mince, et elle bossait sur quoi...

-Y'a peut-être aussi une étudiante qui était passée au Starbuck pour demander des infos sur la Young Force. Je crois qu'elle étudiait les groupes de supers. Mince comment elle s'appelait déjà. Bah, ça va me revenir, mais peut-être que s'ils ont un cursus sur les supers, ils auront aussi des informations académiques sur les mutants.

Parler avec Kate, ça me donne parfois l'impression d'être un peu plus intelligent. Enfin, pas à la manière d'Ethan, qui me donne vraiment l'impression d'être un génie tellement il est mongol parfois, mais plutôt parce que quand je lui parle, elle arrive à me faire réfléchir différemment, et je vois des idées et des choses que je ne vois pas d'habitude.

-Je te remercie en tout cas, parce que je me sens un peu mieux quand tu me parles. J'ai l'impression que c'est plus simple quand tu le dis, et surtout, j'ai l'impression que je ne suis pas seul et que tant qu'on sera deux, les problèmes seront toujours deux fois moins importants, enfin sauf les tracas de tous les jours, comme s'écraser l'orteil contre un meuble ou casser un lacet quand on est en retard, bien sûr.

J'aimerais me risquer à l'embrasser, mais la situation est-elle vraiment adaptée ? J'avais mon visage vers le sien, et si elle n'en a pas envie, elle pourra toujours le tourner pour que je dépose un baiser sur sa joue, ce qui me fera toujours plaisir.

_________________
avatar
Walter Jensen

Messages : 342
Date d'inscription : 19/12/2014

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur http://heroicage.forumactif.com/t252-walter-jensen-sunshine#2388

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où va-t-on ?

Message  Katherine E. Bishop le Jeu 8 Sep 2016 - 0:26


    C’est souvent envahissant, dans ma vie, ce sentiment d’insécurité que je peux ressentir à chaque fois que je décide d’aller plus loin dans mes pensées. Il me bouscule beaucoup par les sentiments négatifs que j’ai pu cumuler pendant de nombreuses années. À une autre époque, je pouvais bien parler avec Jessica Jones et Luke Cage sans me cacher derrière un masque, mais c’est très différent de vivre avec des gens qui ont décidé de former une famille au sein d’un Starbucks. Je ne crois pas que ces individus sont rares dans notre société, mais il suffisait de rencontrer ces personnes pour se rendre compte comment ceux-ci étaient exceptionnels. On essaie souvent de nous remplir d’une image plutôt négative de la vie. À chaque fois qu’on regarde un désastre dans les médias, on dirait qu’ils ont souvent une tendance à dramatiser la solution. On dirait qu’ils se forcent souvent à vouloir enlever les efforts plus humains qu’on peut voir partout.

    Même au niveau individuel, je pouvais être rancunière dans le passé par la vision négative qu’on a essayé de m’imprégner dans mes actions en tant que l’Archer de Central Park. J’ai toujours eu beaucoup de difficultés à expliquer mes motivations devant les autres, mais je me suis toujours sentie obliger d’intervenir devant une injustice qui me semblait définir pendant au moins une décennie. Je pense que je peux respirer aujourd’hui, je pense sincèrement que mon esprit est bien plus clair aujourd’hui qu’hier. Peut-être que ce n’est pas précis dans la logique, mais je retrouve des repères avec la Young Force. Je ne me monopolise plus sur une seule activité mais sur l’ensemble des opérations. Je préfère ainsi vivre ma vie de cette manière, complétant toujours ce que je voulais faire indirectement. Et à place d’avoir peur du jugement sans cesse des autres, je peux savoir que Walter ou qu’Ethan vont toujours être tolérant à mes actions ou à mon comportement. De toute façon, faire de la vigilance c’est souvent dangereux quand on décide de ne pas d’installer de repères moraux. On devient rapidement pire que des criminels, Punisher, Deadpool et plusieurs autres mercenaires peuvent se correspondre à une forme de vigilance que je définis comme décadente, devenant plus dangereux pour eux et pour la société.

    Je ne pense pas être la meilleure pour trouver des solutions, je ne connais que peu le sujet de la mutation ou de la sécurité. Je sais que beaucoup sont là par un certain fanboyisme, pendant que d’autres suivent surtout les traces de leurs parents ou de leurs familles comme Stella ou Aqualad, quand à moi, je pense que c’est plutôt cacophonique comme cheminement. Les réponses me manquent beaucoup, même pour trouver les dates bien précises et connues du grand public des grandes actions de la Justice League. C’est peut-être problématique dans mon cas, parce qu’avant qu’on décide de me recruter dans la Young Force, je ne croyais pas vraiment que je faisais dans la vigilance. J’étais dans un autre ordre d’idées et peut-être dans une zone plutôt problématique dans mes pensées.

    J’espère sincèrement que je l’ai aidé par mots, bien que je sache très bien que je peux partir juste dans des suggestions ou encore des idées débiles. Il vient d’abord chercher ma main pour me laisser une nouvelle réponse d’après les derniers commentaires que je lui émis. Je suis soulagée qu’il accepte mes mots, et je suis autant soulagée l’acceptation de mes missions. Il semble surtout chercher des vérifications pour analyser plus pleinement ses capacités. J’essaie de lui offrir un sourire de compassion devant tous les doutes de mon ami.

    En parlant d’un doute, Walter manifeste quelques sentiments, il me pose quelques questions sur mon lien avec Ethan. On dirait qu’il croit sincèrement durant un moment qu’Ethan est capable de tout voir de nos discussions ou de nos actions. Je rigole une petite seconde avant d’essayer de trouver la réponse la plus logique. Ce lien est étrange, il est bizarre comme la Young Force et il m’est difficile de l’expliquer concrètement. Je crois qu’il a commencé surtout à notre première rencontre ou par les autres jours, causés par un German Suplex bien trop puissant pour son petit crâne. Mais bon, je n’aime pas trop que Walter se crée des scénarios aussi catastrophiques, alors je dois trouver la réponse parfaite.


    « Mais non Walter! Je ne sais pas trop comment ou l’origine de ce lien, mais il est plutôt étrange. Il ne voit jamais ce qu’il m’arrive réellement, il le ressent et avec ses pouvoirs de zarbes, il semble être capable de faire de me retrouver. Dans tous les cas, il a juste ressenti mon lien quand je souffrais beaucoup que cela soit physiquement ou mentalement. Ma vie est totalement privée, et Ethan ne voit pas du tout ce qu’on parle ou ce qu’on fait. »

    Il peut toujours avoir un petit doute mais par la peur d’un télépathe qui manquait d’éthiques, mais je crois sincèrement qu’Ethan est bien trop gentil et loyal pour aller dans le malsain. Ce petit problème de régler, on se lance sur d’autres discussions, en fait, on revient sur le mystère des pouvoirs de Walter. Hiro est quand même l’un des membres les plus intelligents de la Young Force et il renforce déjà la plupart de nos potentiels. En plus de connaître en technologie, il doit bien en connaître beaucoup sur les mutations ou sur les pouvoirs. En plaçant ses mots, je ne me rends pas compte qu’il commence à serrer ma deuxième main et qu’il commence à me faire face. J’étais bien plus sur la défensive dans le passé, ce qui laisse ouvrir une porte vers quelque chose de plus personnel entre nous deux par un laissez-faire prudent.

    Je dépose un regard sur ma main avant de reposer mes yeux sur lui. Je rigole une nouvelle fois quand il me parle de sa phobie contre Raven, qui a fait disparaitre sa regrettée tablette. Il semble l’avoir encore beaucoup sur le cœur en ce moment, le pardon doit être très difficile devant une telle perte. Ces deux membres de la Young Force peuvent déjà beaucoup plus l’aider qu’Ethan qui va peut-être sortir une théorie sur les tortues ninjas. Cependant Walter, pensif, me laisse une nouvelle suggestion d’aide. Il me parle d’une étudiante dans la super-sécurité qui pourrait peut-être l’aider à trouver les véritables définitions de ses capacités.


    « J’ai vu des documentaires sur les groupes de sécurités et sur les mutations. Je crois que dans plusieurs universités, ce cursus est possible vu la popularité et la diversité du sujet. Je pense que tu peux visiter les universités les plus importantes de New York et ils vont peut-être te donner des réponses ou des débuts de réponses. »

    Je ne m’intéresse pas aux grands dossiers de la super-sécurité, bien que je puisse comprendre la recherche de réponse pour une mutation biologique ou les différents mystères qui peuvent composer tes pouvoirs. Il doit avoir plein de fonctions biologiques très intéressantes à étudier dans le domaine, mais aussi des idéologies sociopolitiques qui ont façonné le monde avant et après la Justice League. Ce domaine mérite quand même un coup d’œil pour nous aider à mieux comprendre le monde qui nous entoure.  

    Walter finit un peu ses longues réflexions avec des remerciements sincères. Après quelques mots de tendresse sur les difficultés de la vie comme se casser un orteil sur un immeuble ou encore de détruire un lacet sur son soulier, il essaie quelque chose avec moi. Quelque chose qui me posait toujours un grand problème dans mon passé, mais qui s’est quand même fortement amélioré par mes années passées dans la Young Force.


    « Tranquillement… »

    La position n’est pas parfaite pour me faire relaxer, mais j’ai déjà fais des efforts supplémentaires pour d’autres moments. Habituellement, c’est moi qui me manœuvre des moments plus intimes, mais finalement, je débarque sur une ombre plutôt décevante de ma personne. On dirait que j’avais beaucoup de difficultés à maîtriser cette position, mais je faisais quand même un effort particulier pour éviter de le rejeter de nouveau. Je sais que rejeter des comportements physiques peuvent devenir réellement difficiles après un moment. On s’attends toujours à quelque chose chez l’autre, alors il arrive parfois des déceptions. Et je sais que j’amène beaucoup de déceptions pour de nombreuses conformités sociales acceptées.

    Je respire un moment, je ferme les yeux et je trouve un peu la seconde qui va me conforter le plus. J’accepte finalement le baiser malgré un petit malaise de quelques secondes. J’espère juste que ce n’était pas trop visible dans mon comportement. Je demande parfois si je peux le décevoir avec mon comportement, mais je me dis souvent qu’il ne va pas m’en vouloir pour des actions plutôt étranges ou décalés par rapport aux autres.

_________________

« Young Force, tu connais mec? »
avatar
Katherine E. Bishop

Messages : 527
Date d'inscription : 14/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où va-t-on ?

Message  Walter Jensen le Ven 30 Sep 2016 - 5:27

C'est bien ma petite Kate. C'est étonnant de voir à quel point elle peut être forte dans la bataille et fragile dans l'intimité. Parfois, on pense que ma position doit être délicate, du fait que Kate est quand même un combattant bien meilleur que moi, et que notre rapport est en rupture avec les conventions parce que ça serait la femme qui se bat et l'homme qui soutient en la soignant à la fin du combat. Alors d'abord, je la bats au bras de fer, même si c'est vrai que ça veut rien dire, mais ensuite, contrairement à ce qu'on pourrait croire, Kate est fragile et c'est moi qui la protège, et un peu Ethan, mais ça compte pas. Kate, c'est un peu comme un lion très très sensible qui pourrait culpabiliser parce qu'il a peut-être fait de la peine à quelqu'un en lui prenant ses kills.

Je profite de notre baiser échangé, et m'abandonne à ce moment privilégié. Mais je ne veux pas trop pousser ma chance, et je ne force rien de plus. Je suis rassuré sur cette histoire de lien avec Ethan. S'il ne peut percevoir que la souffrance de Kate, ça veut dire qu'en ce moment, il ne peut pas ressentir ce baiser… A moins que… Et si Kate vivait cet instant comme un moment de souffrance, parce que je l'aurais un peu bousculée par exemple ? Ca veut dire qu'Ethan ressentirait exactement ce qu'elle ressent, et qu'il aurait l'impression que quelqu'un essaye de l'embrasser de force… Je suis peut-être sadique, mais cette idée me fait bien rire. Je passe ma main derrière la nuque de Kate pour lui masser légèrement la base du crâne. Très légèrement, parce que je veux pas lui écraser les cervicales non plus.

Après quelques instants de joie, je me recule un peu pour regarder l'ange que j'ai en face de moi. Elle est belle. Je souris. Elle a parlé de cursus universitaire. Peut-être que je devrais faire des études. Des études sur la mutation. Elle a raison. Je pourrais continuer mon travail de DJ le weekend seulement, et faire des études la semaine. Quand j'aurai pas de cours, je pourrai bosser un peu au starbucks. Et entre tous ces événements, je trouverai peut-être encore un peu de temps pour accompagner Kate dans ses patrouilles. C'est bizarre comme une simple discussion qui partait d'une angoisse de ma part est arrivée à m'ouvrir une grande porte vers un avenir que je n'avais pas imaginé.

-Tu as raison, je devrais reprendre mes études.

Je sais, c'est pas ce qu'elle a dit, mais c'est ce que j'ai compris. Quelque part, c'est peut-être aussi ce que je voulais entendre. Kate doit avoir une sorte de pouvoir magique. Elle peut rendre les gens positifs en les embrassants. Je pourrais aller dans cette école de la fille qui était venue au Starbucks pour son mémoire, ils doivent avoir un cursus sur les mutations ou sur les groupes de supers.

-A la rentrée scolaire, je vais m'inscrire dans une université. Ca pourra m'aider à comprendre qui je suis, et peut-être que je pourrai aussi trouver des infos qui aideront la Young Force. Je te remercie beaucoup pour l'aide que tu m'as apporté, c'est agréable de t'avoir toujours à mes côtés pour me soutenir.

Mon sourire se fait encore plus large. Merci Kate.
HRP:
Désolé, ce n'est pas très très bon, mais je voulais quand même évoquer les conséquences de cet échange. Si tu as envie de rajouter une réponse, n'hésite pas, sinon, le RP peut s'arrêter ici. C'est comme tu préfères Smile

_________________
avatar
Walter Jensen

Messages : 342
Date d'inscription : 19/12/2014

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur http://heroicage.forumactif.com/t252-walter-jensen-sunshine#2388

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où va-t-on ?

Message  Katherine E. Bishop le Sam 15 Oct 2016 - 12:33


    Quand les gens ont besoin de s’inquiéter, ils regardent souvent dans le non-dit, dans les conventions des modes du moment ou dans le contrat social qu’on signe bien avant notre naissance. J’aime pouvoir me dire que cette idée que la Young Force suit, peut s’ouvrir dans une nouvelle manière de façonner le monde. À une époque, je regardais souvent les autres pour me dire comment je ne pouvais pas être comme eux. Et en toute franchise, cette façon de me voir déconnecter me laissait un gout amer. Je n’étais plus rien parce que personne ne pouvait me suivre dans cet illogisme ou dans cette déconnection. Je ne sais pas ce qui est le pire finalement : L’acte en lui-même ou les évènements qui ont passé après, et que je me suis sentie de semaines en semaines, dans l’illusion de la solitude. J’aime penser que la Young Force m’a fait sortir de cette illusion. Contrairement à la destruction, à la solitude ou aux fondements les plus nébuleux, on crée une magie dans ce groupe. On crée tellement une belle magie que ce n’est plus un groupe, mais une famille. Avec les moralisateurs et les modes, est-ce qu’on peut se résoudre à sortir de leurs règles?

    Je ne suis peut-être pas une philosophe, une avocate ou un exemple, mais pour ce seul moment, je peux dire oui. Les règles et les normalités ont été faites pour être briser, et la Young Force peut être une réponse enfin de sortir de la morosité de ceux qui veulent éteindre les lumières pour paraître plus sombre (Sans aucune attaque personnelle contre la belle Raven). On ne change pas l’être humain en restant dans le statu quo, on le change en montrant qu’il existe parfois des alternatives plus viables pour tous. Je suis consciente que mon comportement peut paraître étrange, mais pour une fois que je me sens bien. Peut-être que c’est cela qui est important : Se sentir bien avec les autres et non que tous les individus se sentent bien en nos présences.  

    Le plus important sur le coup, c’est ce sentiment de sécurité que je peux avoir avec Walter. Celui-ci met doucement sa main pour masser le derrière de mon crâne. Si avant ce contact était pratiquement impossible, la confiance était maintenant au rendez-vous aujourd’hui. Le temps ne change pas les évènements, ce sont surtout les rencontres qui permettent de changer. Ma vie, sans la Young Force, ne m’aurait jamais permis d’avancer autant, alors je peux être heureuse de ma nouvelle situation.

    Même si je ne peux pas être la plus philosophe, je suis heureuse que parfois mes paroles trouvent un sens chez les autres, surtout pour une personne aussi importante que Walter. Je ne voulais pas l’envoyer directement vers le cursus universitaire, mais il a quand même de bonnes idées autour de cette recherche. Si les universitaires ont travaillé autant sur le sujet, peut-être qu’il est intéressant de prendre leurs avis. On ne peut pas juste vivre à part des autres, parfois il peut prendre leurs avis. Et je ne pense pas que Carol nous expose des avis constructifs, elle crache plutôt sur les gens à place de vouloir discuter réellement.


    « J’espère que tu vas apprécier ça. Avec de l’enthousiasme et de l’énergie, je suis sûre que l’Université est quelque chose de très plaisant. Je n’avais ni un, ni l’autre quand je suis rentrée à Columbia pour mes études en ingénierie, mais je suis dans la certitude que ce domaine va être plus intéressant. »


    Je n’espère uniquement pas que Walter quitte le grand rôle de Sunshine pour suivre son domaine d’étude. Cela serait juste trop différent pour moi de continuer sans le reste des membres de la Young Force. Cependant, si c’est son choix de continuer les études, je ne vais pas commencer à le critiquer sur ce sujet, ce qui motive d’abord la Young Force est surtout sa liberté et sa créativité. En tout cas, il faut d’abord vivre ce moment avant de penser au futur catastrophique. Je me lance dans une opération plutôt difficile pour la suite, je pousse mon visage vers celui de Walter pour lui donner un autre baiser.

    Je baisse encore mon cou vers sa main après avec un petit sourire. Au moins, ce n’est pas forcé comme je me sentais obligée à une autre époque. En essayant encore de me détendre, j’essaie de trouver quelques mots pour poursuivre notre discussion.


    « Imagine si on découvre que tu es un extraterrestre. Tu pourrais être l’élu ou le prince d’une micro-planète et finalement tu dois arrêter une guerre contre un méchant empire. On aurait des vaisseaux spatiaux et on combattrait contre des extraterrestres bien trop puissants. Darryl, il pourrait être l’héros bad-ass qui provoque les ennemis comme le fameux héros dans Indépendance Day II. Mais ne t’en fait pas pour tes pouvoirs, je crois sincèrement que ce ne sont pas tes super-capacités qui font ce que tu es, mais bien ce que tu es capable de représenter avec des mots. Et je suis vraiment heureuse que tu représentes cette sincérité et ces idées avec moi. »

    Au moins, j’ai essayé de faire de l’humour avant de lui faire cette déclaration brouillonne. Je sais très bien que cela peut sortir n’importe comment, mais je pense m’être amélioré sur comment mieux exposer mes sentiment. La Young Force est quand même un meilleur psychologue que les professionnels et les moralisateurs que j’ai rencontré dans le passé.

_________________

« Young Force, tu connais mec? »
avatar
Katherine E. Bishop

Messages : 527
Date d'inscription : 14/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où va-t-on ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum