Professeur Lupus et Étudiante Étrange [PV : Leandra Albarez Munoz)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Professeur Lupus et Étudiante Étrange [PV : Leandra Albarez Munoz)

Message  James L. Howlett le Dim 19 Juin 2016 - 2:33

J’ai eu l’habitude ne plus compter les années dans ma vie, parce que je vais toujours avoir l’impression de vivre dans un certain passé et surtout de voir des gamins ou des gamines qui m’ont grandement influencé devenir adultes. Je ne parle pas de Jean Grey personnellement, bien que j’ai toujours l’impression de la voir vieillir aujourd’hui, surtout depuis qu’elle ne se concentre plus sur les formations X-Men, ce que je peux facilement comprendre. Si au début, les X-Men étaient limitées à une dizaine de membres avec une spécialisation plutôt limitée, plusieurs ont aujourd’hui beaucoup de difficultés à une spécialisation qui se veut beaucoup plus élevée que la moyenne. Plusieurs continuent des entraînements de manières quotidiennes, mais ils sont surtout spécialisés dans le domaine social à place du combat. Quelques de mes étudiants comme Katherine Pryde ou même Kurt Wagner sont devenus bien plus paresseux que la moyenne X-Men, mais ils continuent un entraînement normal. Pour d’autres étudiants, comme Laura ou Shane, ils continuent des entraînements au long terme et ils sont beaucoup plus spécialiser dans le domaine du combat ou de la stratégie.  

Je n’ai pas envie de les juger, vivants dans cette institution pendant plus qu’une décennie, j’ai compris comment la diversification était quelque chose de nécessaire pour le bien de cette école. Je ne vais jamais m’habiller en professeur pour aller donner des cours, mes combats ont toujours été dans la violence et c’est grâce à cette école, que j’ai appris comment modérer ces combats ou comment m’en servir efficacement pour donner une seconde force à plusieurs mutants. Il faut souvent être un idéaliste idiot pour croire que les individus ne peuvent pas se défouler d’une manière efficace et c’est l’une des raisons pourquoi aujourd’hui les X-Men existent. Est-ce que vous voyez vraiment Psylocke, Warpath, Rogue ou X-23 s’arrêter de se battre dans un monde de paix?

Comme à chaque année dans cette école, je fais toujours le suivi de mes étudiants et je peux facilement suivre le dossier de Katherine, mais récemment, on m’a donné une nouvelle charge de responsabilités pour deux nouvelles étudiantes. Ces deux étudiantes sont, comme moi, de natures à être des mutants lupus. Ouais, cela semble extrêmement intelligent de dire mutants lupus, mais j’ai juste appris récemment ce mot par mes rares discussions avec le fauve. À ce que j’ai compris, ce sont des mutants extrêmement proches de certains animaux. Sara Sandrelli était une mutante lupus, venant d’Italie, et Leandra Munoz, était une jeune mystère venant de l’Amérique latine. Au moins, je peux me sentir plutôt proche de leurs natures.

J’avais averti Leandra depuis un petit moment : Je voulais faire un entraînement avec elle, surtout dans la forêt avoisinant de l’Institut Xavier. Cette formation pouvait paraître étrange, mais elle pouvait contribuer beaucoup à un contrôle sur soi-même dans un milieu qui pouvait réconforter énormément notre nature plutôt animale. J’avais donc donné rendez-vous à Leandra pendant une matinée de la semaine pour un point de repère plutôt simple. Il faut marcher environ une heure avant d’arriver sur place, mais je l’ai toujours trouvé bien plus intéressant pour discuter et aussi prendre un temps pour bien délimiter le coté sauvage de l’humanité qui pouvait nous composer à l’Institut Xavier.

La position était plutôt facile à repérer, le paysage restait toujours aussi similaire avec un balcon en bois pour une vue d’une descente rude vers un lac. Le chemin a été fait pour les petites randonnées de jogging ou de marches rapides. Il fallait uniquement suivre le chemin pour trouver ce balcon et je suis parti quelques minutes en avances pour bien arriver sur place. Je suis aussi parti en discrétion pour éviter que les étudiants me voient avec mon costume noir de X-Men. Cet entraînement était plutôt simple dans ma pensée, ne demandant pas de matériel ou de démonstrations magnifiques, mais uniquement une patience difficile à atteindre pour cette brutalité qu’on veut parfois faire sortir chez nous, les mutants lupus.

Je commence à entendre les bruits de pas au loin. Vu le poids des pas, je pense naturellement que c’est Leandra et son odeur confirme aussi ce fait. Je l’attends donc au balcon en espérant que celle-ci ne soit pas trop allergique aux moustiques ou autres bestioles de ce type. Je n’aime pas entendre les adolescents se plaindre pour des bêtises, je ne dis pas que la moustique vient des Terres sauvages et transmet des maladies mortelles, mais on est bien loin de ce niveau en Amérique.

_________________

Troll Patrol
avatar
James L. Howlett

Messages : 209
Date d'inscription : 20/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Professeur Lupus et Étudiante Étrange [PV : Leandra Albarez Munoz)

Message  Leandra Albarez Muñoz le Ven 24 Juin 2016 - 10:07

J’ai jamais été une lève-tôt, j’suis plutôt du style à profiter comme y faut d’mon lit. Ce qui signifie que j’suis pas non plus une couche-tard. J’aime dormir et vois pas l’intérêt d’rester debout pour le simple plaisir de rester debout quand j’peux tranquillement m’reposer. Façon d’dire que si l’activité m’intéresse j’peux me lever tôt ou me coucher tard sans problème mais, dans l’cas contraire, bonne chance pour m’éloigner d’mon matelas. On a une relation vraiment fusionnelle.

Aujourd’hui pourtant, j’suis levée d’puis l’aube, bien trop excitée pour rester couchée. C’est qu’ça faisait longtemps que Logan m’avait pas « convoquée » pour un entraînement en tête à tête et ça m’avait manqué. Parce que, si j’l’annonce pas non plus sur tous les toits, mon admiration pour lui est tout d’même loin d’être un secret alors pouvoir passer quelques heures à ses côtés a l’don de me mettre de bonne humeur. Et encore plus quand j’apprends que, cette fois-ci, on a rendez-vous dans l’bois un peu à l’écart de l’Institut. J’m’y suis déjà promenée plusieurs fois d’puis mon arrivée et, s’il ne tient absolument pas la comparaison avec la jungle dans laquelle j’ai grandi, c’est quand même cool comme endroit. J’m’y sens bien plus à l’aise qu’en ville. Sans compter que j’peux lâcher un peu mes instincts sans craindre que laisser plus ou moins libre cours à Nina ne finisse en désastre. En gros, à part un ou deux randonneurs de-ci, de-là, et l’occasionnel citadin en recherche de calme, je n’ai encore jamais croisé grand-monde. Bon si, une fois, une fille de l’Institut qui doit avoir la vingtaine mais j’la connaissais pas vraiment et c’était réciproque alors, même si j’l’ai reconnue de loin, je me suis pas rapprochée et elle a passé son chemin sans m’voir.

Cette fois-ci cependant, pas la peine d’me cacher alors que j’avance sur le chemin bien délimité, j’croise personne. Faut dire aussi qu’il est relativement tôt. Rien d’exagéré non plus mais en temps normal, j’serais encore dans mon lit et c’est probablement le cas de la moitié de la ville. Du moins pour ceux qui ne bossent pas le samedi matin. En tous les cas, j’profite bien du calme des lieux, écoutant avec plaisir les mille et un bruits de la forêt. Parce que celui qui vous dira que la nature est silencieuse est un crétin fini. Y’a que deux moments où on n’entend rien en forêt : quand on fait trop d’bruit pour entendre quoique c’soit et quand on est vraiment mais alors vraiment dans la merde. Parce que si tous les animaux ont fui les lieux, c’est jamais bon signe. Croyez-moi sur parole, j’ai des instincts aussi bons que n’importe lequel des animaux que vous croiserez dans votre vie. D’ailleurs, si j’sais pas quoi faire dans la vie, j’aurais p’têt bien un avenir dans la prédiction de tremblements de terre. Mais la question n’est pas là pour l’moment.

Au bout de trois gros quarts d’heure, j’finis par arriver à destination. En effet, j’aperçois la silhouette de Logan appuyé sur le parapet en bois où on a rendez-vous et me retient à grand peine d’lui faire un signe de la main. J’suis trop vieille pour ce genre de gamineries ! J’essaye cependant pas de paraître désintéressée parce que j’sais parfaitement que, un, j’y arriverais jamais et, deux, même si j’essayais, Logan s’en rendrait compte tout d’suite et j’passerais pour une débile. Alors, à la place, j’le salue plus ou moins normalement.


-Hey. J’suis pas en retard, non ?

Bon, OK, j’suis un peu stressée sur les bords mais c’est pas d’ma faute si m’entraîner avec le type qui m’impressionne le plus au manoir me cause toujours des réactions bizarres. Sans compter que Nina est d’aucune aide puisqu’elle est toujours au taquet pour faire plaisir à celui qu’elle a unilatéralement déclaré comme son alpha. Ce qui, de mon point de vue, ne fait aucun sens parce que j’ai beaucoup lu sur le comportement des jaguars depuis la découverte de ma mutation et ils sont censés être particulièrement solitaires et pas du tout prompts à vivre en groupe – et on se demande pourquoi j’ai hérité d’un jaguar et pas d’un loup comme animal totem… – mais bon, je suppose que j’suis pas un jaguar normal. Et à vrai dire Dieu merci parce que sinon, j’passerai l’essentiel de ma journée à dormir pour ne sortir qu’à l’aube et au crépuscule, or j’vous ai déjà dit que c’est plutôt l’inverse. ‘Fin bref, tout ça pour dire que mon alter ego animal est aussi excitée que moi à l’idée d’essayer d’impressionner notre « mentor » commun alors ça n’arrange pas mes histoires de nerfs. Reste juste à espérer que ça s’finisse pas en catastrophe cette histoire...

_________________
avatar
Leandra Albarez Muñoz

Messages : 99
Date d'inscription : 23/06/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Professeur Lupus et Étudiante Étrange [PV : Leandra Albarez Munoz)

Message  James L. Howlett le Jeu 9 Mar 2017 - 0:40

Je devrais avouer durant ma jeunesse, j’aimais bien me reposer à boire de la bière et à mater Jean, ce sentiment de confort devrait ressembler à celui de Leandra qui préfère le lit qu’au entraînement matinal. La paresse n’était pas néfaste, même pour moi, les paresseux restaient dans les meilleures élites. Certains X-Men s’entraînaient intensivement pour devenir une valeur considérable, mais au niveau stratégique, il fallait penser à la paresse : Il fallait savoir comment calculer les coups ou encore comment éviter les épuisements uniquement par paresse. C’était mieux de fatiguer notre ennemi que nous. C’était pour cette raison que j’avais travaillé avec Kitty sa défensive au lieu de son offensive. Malheureusement pour Leandra, elle était obligée de se réveiller tôt si elle cherchait une formation plus X-Men. Mais, je ne suis pas ici pour faire du recrutement, c’était à elle de faire le désir. Mon but de cette formation était dans l’idée de lui montrer quelques de ses capacités en mutante lupus. On me disait qu’elle n’était peut-être pas une lupus, mais elle avait un coté animal dans ses pouvoirs, comme la plupart des mutants lupus.

Peu d’individus ont du mal à comprendre cette bestialité qui gagne en nous par des évènements, allant jusqu’au désir sexuel à la colère parce qu’on touche à sa famille ou parce qu’on boit sa bière. Longtemps, les mutants lupus ont subi les foudres des sentiments les plus forts. On est peut-être des bêtes du combat ou des soldats avec des griffes coupantes, cependant… c’était avec le contrôle qu’on pouvait devenir bien plus qu’une simple arme ou qu’un simple animal. J’ai convoqué la jeune Leandra, comme je convoquais dans le passé : Laura. Dans la forêt, j’avais une croyance que les mutants lupus étaient plus en phase avec leur propre développement dans la nature. Il avait des différences majeures entre les forêts canadiennes et les jungles amazoniennes, mais la connexion de la nature pouvait beaucoup nous aider à se calmer.

À l’arrivée de la jeune « mutante », ces passions ne semblaient pas au rendez-vous. Elle me demanda alors si elle est arrivée en retard, ce que je ne sais pas encore. La notion du temps pour une personne comme moi est complètement inutile.


« Je ne pense pas que tu es en retard, de toute façon, j’avais un peu de temps à tuer pour ce matin. Alors, ce n’était pas trop difficile de sortir du lit? »


C’était l’une des questions les plus difficiles à répondre pendant plusieurs années pour les jeunes. Certains avaient le don de m’étonner d’avoir des horaires de deux heures de sommeil pour jouer aux jeux vidéo. Après avoir fait un petit signe de s’approcher du balcon pour les randonnés, je lui faisais regarder les horizons en pointant avec un doigt l’horizon. Il avait une grande zone pour les forêts et un large lac. Si on avait un peu de patience, on pouvait traverser ce lac à la nage jusqu’à l’Institut Xavier. Mais bon, j’avais tenté l’expérience avec Frank et j’étais obligé de le porter comme une fillette à cause d’un froissement d’un muscle. C’était un peu pathétique, mais au moins, c’était ma manœuvre pour éviter qu’il utilise ma moto en menaçant de le dire à tout le monde.

« Je pensais qu’une petite randonnée jusqu’au lac pourrait être un bon entraînement. En plus, on n’a pas de chemins construits, alors on peut s’improviser quelque chose sur le chemin avec les arbres et la construction naturelle. Tu en dis quoi? »

Sans vraiment demander son avis, je commençais ma marche vers le chemin pour éviter un saut périlleux. Je pense que mes jambes peuvent encaisser un tel saut, mais il était normal que je doute de cette capacité pour les jambes de Leandra. Et en plus, c’était le temps de poser des questions de malaise à la jeune sud-américaine.


« Alors comment cela se passe à l’Institut Xavier? Tu t’es trouvé des amis? Ou un petit copain? Ou une petite copine? »

J’avais acquis cette expérience de poser des questions déplacées par mes premières formations avec Kitty Pryde et Anna Marie. C’était ma forme favoris de troller en tout temps pour dysfonctionner complètement le mental des jeunes adolescents. Après la petite descente sur le chemin, je trouvais enfin une ouverture pour notre promenade improvisée dans la forêt.

_________________

Troll Patrol
avatar
James L. Howlett

Messages : 209
Date d'inscription : 20/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Professeur Lupus et Étudiante Étrange [PV : Leandra Albarez Munoz)

Message  Leandra Albarez Muñoz le Dim 12 Mar 2017 - 12:10

Comme j’vais pas lui avouer que j’étais tellement excitée à l’idée de l’revoir que j’suis levée depuis l’aube – pas envie de passer pour une fangirl… même si c’est c’que j’suis – j’me contente de répondre à sa question par un geste négatif de la tête. Non, ça n’a définitivement pas été trop dur d’me lever ce matin. Bien au contraire, la difficulté c’était plutôt d’essayer d’m’endormir hier. Heureusement, y s’attarde pas sur la question et m’fait signe de m’approcher du parapet.

Y m’montre alors le coin et demande si j’suis okay pour une p’tite randonnée version survival game. Du moins c’est le sous-entendu que j’ai cru déc’ler dans ses paroles. Ou alors c’est juste que j’en rêve et j’suis prête à imaginer c’que j’veux. Dans tous les cas, j’suis totalement partante. Peut-être même un peu trop, alors j’essaye de calmer mes ardeurs. Pas totalement parce que c’est inutile et qu’il s’en rendra compte immédiatement mais y s’agirait pas non plus qu’il se lasse de moi avant même de commencer. J’ai attendu trop longtemps d’avoir une nouvelle occasion de m’entraîner à ses côtés. Et ce même si ce n’est pas toujours de tout repos. Bon, à vrai dire, ça m’est égal, c’est même un des trucs qui me plaît le plus dans nos séances. L’fait qu’y me traite pas comme une petite chose fragile qui risque de fondre aux larmes au premier bobo ou d’abandonner au premier signe d’échec. J’suis bornée et aventureuse et il le sait.


-J’en suis ! Ca fait longtemps que j’ai pas eu l’occasion de m’défouler réellement en nature.

C’qu’est vrai. Ces dernières semaines j’étais trop occupée avec les cours. En effet, Alexandra était occupée et mes cours d’anglais ont nettement diminué en fréquence. Et l’absence de notre rendez-vous hebdomadaire m’a pesé au début. Avant j’lui demandais toujours d’m’aider avec mes devoirs d’anglais et là ça fait un mois qu’y faut que j’me débrouille plus ou moins seule. Après, j’ai suffisamment progressé pour que ce soit pas non plus la mer à boire – sinon j’suis sûre qu’Alexandra aurait organisé que’que chose pour compenser son départ momentané – mais ça change rien au fait que j’ai dû bosser le double. Et résultat, c’est mon temps libre qu’en a pris pour son grade. Et notamment, le temps passé à courir les bois. D’ailleurs, heureusement que y’a la piscine à l’Institut ou Nina m’aurait fait payer cher l’manque d’exercice. Parce que croyez-moi une jaguar adolescente n’est PAS faite pour rester inactive.

J’suis pas vraiment surprise quand j’réalise qu’il a pas attendu ma réponse pour commencer à marcher et presse l’pas pour l’rejoindre. Par contre j’tombe des nues avec ses questions suivantes. J’avais pas espéré être interrogé sur ma vie sociale. Encore moins par un des mecs les plus asociaux de l’Institut ! Sentant mon nez se froncer à l’idée d’évoquer la chose, j’me démonte cependant pas. Y veut savoir et bah y saura, j’ai rien à cacher. Et surtout j’suis pas malheureuse. Namého !


-Pas d’copain et les filles c’est pas mon truc. J’ai pas l’temps et puis avec Nina c’est pas franchement simple. La dernière fois qu’un mec m’a plu, j’ai failli l’violer alors…

Mon ton est neutre, détaché, mais j’peux pas empêcher l’arrière-goût d’amertume en m’souvenant d’la tête de l’infirmier en question. Il était mignon et devait pas avoir plus de vingt-un, vingt-deux ans – bon okay j’en avais quinze mais ça reste jeune ! – c’était l’seul à pouvoir m’faire rire dans la clinique et j’ai commencé à crusher dur sur lui. Mais c’était sans compter sur les hormones en folie de Nina. Heureusement qu’il a eu la présence d’esprit d’appeler immédiatement à l’aide plutôt que d’vouloir jouer au mec viril capable de s’en sortir seul parce que, dans l’cas contraire, j’suis pas sûre qu’avec Nina aux commandes j’me l’serais pas fait. Réprimant un frisson d’horreur à l’image, j’essaye d’poursuivre du même ton tranquille.

-Côté amis, j’sais pas. J’m’entends étrangement bien avec Casey mais de là à nous considérer comme des amis, c’est p’têt un peu abusif. Et toi alors, t’as une copine cachée que’que part ?

Bah quoi ? S’il veut jouer aux questions embarrassantes, on peut être deux à jouer. Et croyez-moi que pour être insupportable, j’ai un véritable don.

_________________
avatar
Leandra Albarez Muñoz

Messages : 99
Date d'inscription : 23/06/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Professeur Lupus et Étudiante Étrange [PV : Leandra Albarez Munoz)

Message  James L. Howlett le Mar 21 Mar 2017 - 0:35

À chaque jour, quand je sors dehors pour voyager entre les différents couloirs de l’Institut Xavier ou même pour sortir sur le terrain appartenant à l’Institut, je risque ma vie. J’ai toujours eu une grande phobie des enfants, surtout les plus jeunes. Avant, on avait plusieurs jeunes qui voulaient détruire le système établi par des musiques punks, aujourd’hui, des jeunes comme Casey cherche à détruire l’ordre établi sans s’en rendre compte. Alors oui, j’ai peur de prendre en charges les jeunes étudiants de l’Institut Xavier par ma phobie des jeunes complètement incompréhensibles. J’ai toujours eu l’impression de vivre à une époque, mais avec l’aide des X-Men, je me suis retrouvé. Ce n’est pas l’époque qui nous définit le plus souvent, mais bien nos proches et les êtres qu’on considère comme notre famille. Cependant, il existe toujours le danger de l’Arme X ou encore des enfants tueurs de cerveaux. Alors, la prudence est de mise, mais Leandra a confirmé quand même d’avoir une maturité supplémentaire que les autres jeunes voulant me tuer à chaque jour par plusieurs de ses qualités.

Au moins, Leandra n’est pas aussi paresseuse que mon ancienne étudiante : Katherine Pryde. Elle est toute suite extrêmement enthousiaste pour faire partie de ce projet de randonnée à l’extrême. Je ne la traite pas comme une petite chose fragile, je dois d’abord bien connaître sa mutation avant d’aller plus loin. J’ai peut-être eu des entraînements avec elle dans le passé, mais pas dans la nature et cela reste toujours très différent dans la faune. La voyant sauter et parcourir le chemin, je vais être plus conscient de son endurance pour ensuite m’ajuster à elle. Mais d’une certaine façon, elle a raison : J’ai toujours été fondamentalement paternaliste et parfois macho. Jean a souvent critiqué ce comportement, et Rogue m’a déjà cogné pour avoir juste fait une petite remarque déplacée, mais c’est dans ma nature et peut-être dans des préjugés installés depuis plus longtemps que mon lavage de cerveau à l’Arme X.


« Parfait, mais défouler ne veut pas dire buter tous les animaux. Je pense que Charles aime bien sa faune locale et en plus, des enfants ont même adopté des petits écureuils suisses ici. Alors, on évite de faire un carnage pour éviter de faire pleurer des enfants. »

C’est pour en rire, je suis pleinement conscient que Leandra doit connaître les limites de l’Institut Xavier. Je ne suis pas contre une bonne chasse, mais j’ai donné un grand respect à la vie animale depuis plusieurs années, donnant un point à Kitty de réfléchir au-delà de nos limites culturelles. Pour en revenir sur Leandra, je suis sûre que les changements d’équipes de plusieurs X-Men peuvent lui être difficiles. Je sais qu’Alexandra Gruff gère un peu plus la scolarité de plusieurs de nos jeunes étudiants, et surtout à angliciser le plus rapidement possibles pour faciliter les contacts avec les jeunes américains ou canadiens, mais encore une fois, Leandra tombe dans les complexités de nos systèmes : Alexandra a des obligations envers Excalibur et son ancienne Dynastie, mais aussi envers l’École d’Emma Frost qu’on doit faire confiance depuis notre drôle d’alliance. Je n’aime pas cette connasse professionnelle, elle est l’une des seules télépathes que je suis incapable de faire confiance. En plus, elle nous vole quelques éléments de notre grande équipe. Les jeunes doivent aussi souffrir des multiples activités des X-Men, Alexandra s’occupe de l’enseignement primaire, alors que la grosse boule de poil bleue ou encore Katherine sont plutôt dans le domaine universitaire. Ce n’est pas donc simple pour ceux qui suivent une scolarité primaire.

J’ai cependant confiance envers Leandra sur ces capacités d’adaptations, mais pas pour faire un doctorat en informatique ou en biologie. Je pense qu’elle a encore beaucoup de temps à réfléchir pour son avenir et personnellement, bien que je ne sois pas un professionnel des Jaguars mystiques en possession des jeunes adolescentes, je la vois bien se réaliser dans les X-Men. Elle a l’esprit d’avance et une détermination qu’on doit retrouver naturellement chez les jeunes recrutés. Non, elle ne va pas être une Jane Gallagher qui développe son aide pour les jeunes mutants ou encore les X-Man universitaires écrivant des articles ennuyants, mais elle me rappelle certainement ma fille Laura ou même Kyana. Malgré tout ça, elle doit apprendre à se contrôler et cela peut se commencer par les tendances à ne pas violer quelqu’un dès que le désir sexuel se fait sentir.


« Ouais, j’ai connu. Peut-être pas une envie aussi forte que le viol, mais le désir d’en faire plus en sortant de mon isolement et de ma solitude. Je me suis souvent entraîné avec Psylocke, Kyana et Tornade, au début, ce n’était pas simple de dévier le regard et je ne te raconte pas le nombre de fois que mes griffes ou mon poing a détruit le sol juste par un regard mal avisé sur elles. C’est un peu mieux aujourd’hui, mais ce contrôle, tu dois l’apprendre rapidement pour vivre avec les autres. Si tu veux, je peux essayer t’aider, mais je ne suis pas encore le professeur parfait. »

C’est après coup que je me rends compte que cela sonne terriblement mal et même pervers. En plus, oui cela doit sonner un peu macho pour les entraînements avec les trois X-Woman en question. Au moins, on continue sur un sujet plus général : Les amis et le retournement des questions vers ma personne.

« Tu t’entends bien avec le gamin diabolique de l’Institut Xavier? Et bien… au moins tu es assez patiente pour lui. J’ai entendu des rumeurs terribles sur son cas. Et si tu veux en savoir sur mon éventuelle copine, tu dois devenir une X-Woman. Cela va être plus facile de connaître ma vie personnelle… Alors… »

Je pointe le début de la randonnée où la roche et les arbres sont les premiers obstacles de notre petite randonnée. Avec un sourire, je lui dis avec un ton plutôt vers le défi.

« Tu commences et je te suis en arrière? »  

_________________

Troll Patrol
avatar
James L. Howlett

Messages : 209
Date d'inscription : 20/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Professeur Lupus et Étudiante Étrange [PV : Leandra Albarez Munoz)

Message  Leandra Albarez Muñoz le Dim 26 Mar 2017 - 12:19

Il a pas à s’inquiéter, je suis contre le carnage gratuit. J’ai été élevée dans la jungle et, avant même Nina, j’ai grandi dans un monde où le prédateur chasse pour se nourrir mais où la violence sans but n’a pas sa place. J’accepte donc aisément la vraie loi du plus fort mais, tuer pour tuer, jamais d’la vie. Au contraire, j’ai toujours eu les p’tits caïds de mes deux – ceux qu’ont besoin de frapper sur plus p’tit qu’eux pour se sentir forts – en horreur et ait eu plus d’un ennui pour avoir cassé la figure à l’un d’entre eux. Comme quoi une fille aurait pas à s’battre ou j’sais pas trop quoi comme autre connerie. Que je sache, dans la nature, ce genre de distinctions existe pas. Au contraire, dans bien des espèces, sans la femelle, le mâle vaudrait pas un rond. Suffit d’regarder les lions. C’est les lionnes qui font tout l’boulot pendant que l’lion se prélasse à l’ombre. J’ai jamais compris d’ailleurs. Pourquoi elles le laissent prendre la plus grosse part quand c’est elles qu’ont bossé et qu’il a pas levé le p’tit doigt ? Heureusement, les jaguars sont bien différents. Chacun vit dans son coin, les femelles étant aussi capables que les mâles, et y s’retrouvent que pour l’accouplement.

Bref, l’heure est pas aux discussions philosophiques sur la place d’la violence ou des femmes dans la société. D’façon j’suis pas certaine que Logan et moi on soit faits pour les discussions philosophiques tout courts. Pourtant, j’suis agréablement surprise d’l’entendre se confier. Quand j’ai évoqué sans vraiment l’vouloir la partie sombre de mon passé sentimental, j’m’attendais à c’qu’il acquiesce avec gêne comme le mec lambda et qu’on passe à autre chose, pas à c’qu’y m’dévoile un pan clairement pas évident de son passé. J’suppose qu’il s’est dit que j’pourrais sûrement mieux comprendre qu’une autre et il a pas tort. Je sais pas qui est la Kyana dont il parle mais Psylocke et Tornade sont deux bombes alors j’imagine sans difficulté qu’il a dû avoir du mal à contrôler ses ardeurs en leur présence, encore plus en plein entraînement quand l’adrénaline monte et que la sueur se fait sentir. L’idée même d’me retrouver dans une situation similaire avec un mec qui m’plairait est flippante.

Heureusement c’est pas prêt d’arriver puisque je m’entraîne qu’avec Logan et que l’idée même d’avoir des sentiments autre que d’admiration pour lui m’donne envie de vomir. Y pourrait être mon père merde ! Bon, si j’suis précise, j’me suis déjà entraîné avec Casey aussi mais comme j’viens d’le dire notre relation est pas conventionnelle alors je m’inquiète pas. A vrai dire, s’il fallait que j’y mette une étiquette puisque les gens adorent ça, j’dirais plutôt que ce s’rait une sorte de frère taré qu’autre chose. D'ailleurs quand Logan l’appelle « gamin diabolique de l’Institut », ça m’fait marrer bêtement. J’sais bien qu’il est particulier mais la peur qu’il inspire chez certains pensionnaires m’amuse au plus haut point. J’en connais même qui refusent de l’approcher ou tout au moins d’être dans la même pièce que lui par peur qu’il fasse exploser qu’que chose par erreur. C’est con quand on y pense, avec deux cerveaux allumés en permanence, bah en fait il est moins dangereux que n’importe qui d’autre. Mais faut croire que j’aime bien sa réputation et l’idée qu’au moins quand j’suis avec lui on nous foutra la paix pour tenter de rectifier la perception des gens. S’ils veulent rien voir d’autre que c’qu’ils pensent déjà tant pis pour eux.


-Et si tu veux en savoir sur mon éventuelle copine, tu dois devenir une X-Woman. Cela va être plus facile de connaître ma vie personnelle… Alors…

Evidemment ! J’aurais dû m’douter que c’srait trop facile d’avoir une réponse juste en d’mandant. Enfin, qui n’tente rien n’a rien, alors j’regrette pas. Par contre, j’suis cent pour cent motivée pour entamer la randonnée. Alors, me contentant d’un sourire de défi comme réponse, j’décolle. Et j’parle au sens propre. Me mettant soudain à courir, j’prends appui sur un rocher en surplomb légèrement à droite du ch’min et m’envole jusqu’à attraper la branche la plus basse de l’arbre le plus proche. Portée par l’élan, j’fais l’tour de la branche vers l’arrière avant d’atterrir sur la suivante qui, étant un mètre plus haut, est déjà plus solide. J’choisis cependant d’pas trop m’attarder pour éviter l’accident. Avant d’repartir, j’me retourne néanmoins vers Logan, une lueur provocante dans l’regard.

-Alors, papi, pas capable de suivre ?


Je sens que cette phrase j’vais la r’gretter plus tard mais c’était trop tentant pour pas m’lancer. Au cas où, j’me tire rapidement pour éviter les représailles. M’élançant jusqu’à l’arbre suivant, j’calcule la distance sans difficulté – j’ai grandi dans les lianes, alors savoir quel arbre risquait de s’effondrer sous mon poids est d’venu un second instinct – et continue ainsi sur quelques mètres avant d’regagner le sol. J’ai envie d’me dégourdir les jambes et pas que les bras. Par précaution, j’plie exagérément les genoux en atterrissant, voulant éviter une blessure stupide par manque d’amorti. Mais, une fois assurée que tout est en place, j’redémarre au quart d’tour, voyant le paysage défiler à toute vitesse. Et, soudain, j’réalise que les oiseaux qui s’envolent des branches sur ma gauche ont été effrayés par le rugissement que j’viens de pousser sans même m’en rendre compte. Mais tant mieux, qu’ils sachent donc qu’un super-prédateur est dans le coin parce que je ne compte pas repartir de sitôt.

_________________
avatar
Leandra Albarez Muñoz

Messages : 99
Date d'inscription : 23/06/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Informations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum